ISIAS

"Les poissons de Martine confinée au 1er avril 2020", par Jacques Hallard

dimanche 5 avril 2020 par Hallard Jacques



ISIAS Création artistique

Les poissons de Martine confinée au 1er avril 2020

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS 01/04/2020

Plan : Création artistique Sommaire Auteur


Travail artistique réalisé au pinceau chinois et présenté par Martine Degioanni 2018, sur les conseils de F.T.

C :\Users\Jacques\Downloads\Poissons de Martine 20200401_113200(1)_resized_2.jpg{{}}


Sommaire

1. Autres exemples de peinture chinoise représentant des poissons rouges

2. Poisson d’avril 2020 : meilleures idées de blagues, d’où vient la tradition ? Document ‘linternaute.com ‘ La Rédaction - Mis à jour le 01/04/20 à 13:17

3. Poisson rouge ornemental地球上10风水鱼,金鱼居榜首,锦鲤鱼第五,大家养了哪种?2019-10-22 00:47唠嗑小能手(Petit expert)

4. Les poissons dans la culture symbolique chinoise 09 novembre 2012 – Document ‘blogdexiaolong.com’

5. Quelques aspects du symbolisme du poisson en franc-maçonnerie selon René Guénon Publie le 26 août 2012 par Abdoullatif

6. Pourquoi le poisson est-il le symbole des chrétiens ? Par Emmanuel Arguera

7. Faire la connaissance de l’auteur du 20ème siècle René Guénon

Retour au début du sommaire

Retour à la création artistique

Retour au début du dossier

1.
Autres exemples de peinture chinoise représentant des poissons rouges :

Reproduction 《大红鲤鱼跳龙门》- ’Carpes rouges sautant à la grande porte du dragon ’

Reproduction 《花著鱼身鱼嘬花》- « Poissons d’ornement comme des fleurs »

免责声明:本文内容来源于千体媒,文章观点不代表壹读立场,如果侵犯到您的权益,或涉不实谣言,敬请向我们检举。Haut du formulaire

Bas du formulaire

新马简体 - - 最新文章 / 务条款 / 隐私保护 / DMCA / 联系我们 -
/READ01.COM - 文章来源:https://read01.com/zxzLA3.html

Avertissement : Le contenu de cet article provient de ‘Qianshen Media’. Si les opinions de cet article ne représentent pas la position de la première version d’origine, si vos droits sont violés ou s’il y a de fausses rumeurs, veuillez nous le signaler.

Source : https://read01.com/zh-sg/zxzLA3.html

Retour au sommaire

2.
Poisson d’avril 2020 : meilleures idées de blagues, d’où vient la tradition ?

Document ‘linternaute.com ‘ La Rédaction - Mis à jour le 01/04/20 à 13:17

Illustration - POISSON D’AVRIL 2020 - Malgré l’épidémie du coronavirus, la journée de la blague du 1er avril tient encore ses promesses. Découvrez dans notre dossier les meilleures blagues, canulars historiques et images de poissons d’avril à dessiner et colorier pour les plus petits. [Mis à jour le 1er avril 2020 à 13h17] Pas question de rester morose ce 1er avril 2020. Si de nombreux poissons d’avril ne verront pas le jour en cette période de crise sanitaire, le millésime 2020 se glisse bel et bien dans sur la page d’accueil de Linternaute.com, conçue pour l’occasion, chaque année. Et pour vous inspirer, on a compilé pour vous les meilleurs canulars et blagues qui ont été faites un 1er avril.

Si le 1er avril, les rédactions et les internautes débordent d’imagination pour inventer de fausses informations, sachez toutefois que cette année de nombreuses entreprises ne jouent pas le jeu, ce qui est le cas du géant Google. En effet, la responsable marketing de Google Lorrain Twohill aurait annoncé dans un mail interne récupéré par Business Insider : ’En temps normal, les poissons d’avril sont une tradition de Google et un moment pour célébrer ce qui fait de nous une entreprise non conventionnelle. Cette année, nous allons prendre congé de cette tradition par respect pour tous ceux qui luttent contre la pandémie de Covid-19. Notre objectif premier est d’aider les gens, alors gardons les blagues pour le mois d’avril 2021, qui sera sans doute bien plus brillant que celui-ci’.

Ce qui ne vous empêche pas de réaliser votre propre poisson d’avril chez vous, pour un moment de détente en plein confinement. Dans ce dossier, on vous explique comment réaliser un poisson d’avril en papier, par sms ou faux mail. Et pour les enfants, retrouvez 10 modèles de poissons d’avril à imprimer, découper et colorier. Enfin, pour ceux qui souhaitent savoir d’où vient cette tradition du 1er avril qui remonterait à l’époque du roi Charles IX, vous en saurez davantage dans notre dossier.


Blagues de poisson d’avril

Difficile de faire un florilège des meilleures blagues du 1er avril sans un peu d’auto-promo. Chaque année depuis sa création, Linternaute.com participe à la tradition du 1er avril avec une page d’accueil entièrement remplie de poissons d’avril. Rassurez-vous : il est aisé de comprendre dans la seconde la plaisanterie dans ces fausses nouvelles totalement décalées. Et difficile d’aller très loin dans la tromperie : pas d’article derrière ces titres au second, voire au troisième degré . Dès que vous cliquez sur un sujet, le poisson d’avril est révélé.


Quelle est l’origine du poisson d’avril ?

La tradition de cette journée de farces, petites blagues et canulars n’est pas récente. En France, le Nouvel An jusqu’au XVIe siècle n’était pas célébré le 1er janvier, mais durant toute une semaine, jusqu’au 1er avril, pour célébrer le printemps. Les gens avaient pris l’habitude de s’offrir des cadeaux. C’est le roi Charles IX qui y met fin en fixant le 1er janvier. À l’époque, le 1er avril correspondait aussi à la fin de la période du carême, où l’on consommait beaucoup de poisson. Quand le roi a modifié la date, tout le monde ne s’est pas habité et certains ont continué à s’échanger des cadeaux en avril. Selon la légende, ils furent alors moqués par les autres et les blagues du 1er avril seraient nées comme cela !

En résumé - En 1564, le roi Charles IX a décidé que l’année ne commencerait plus le 1er avril mais le 1er janvier. Ce changement a également décalé les échanges de cadeaux et d’étrennes qui marquaient le passage à la nouvelle année. Pour semer le doute au sujet de la date réelle du nouvel an, certains ont persisté à offrir des présents en avril. Avec le temps, les petits cadeaux d’avril se sont transformés en cadeaux pour rire, en blagues, puis en stratagèmes pour piéger les autres.

Et dans les autres pays ? La tradition de la blague du 1er avril, au départ occidentale, s’est peu à peu diffusée. Elle s’exprime de différentes manières en fonction des pays. En anglais, le poisson d’avril est l’’April’s fool day’. Les farces ne se font que le matin en Angleterre et si vous êtes piégé, vous êtes ’une nouille’. En Ecosse, soyez deux fois plus vigilant qu’en France car les farceurs peuvent également sévir le 2 avril. Au Mexique, l’unique tour consiste à subtiliser le bien d’un ami. La victime aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu’il s’est fait avoir. Il existe même une version indienne du poisson d’avril : elle a lieu le 31 mars et se nomme la fête d’’Huli’.

Envoyez une carte Poisson d’avril à vos proches ! - Choisissez l’une de nos cartes © Linternaute.com


Coloriage de poisson d’avril

Vos bambins sont à la recherche de poissons d’avril à dessiner ou à colorier ? Vous-même êtes resté un grand enfant fan de poissons à accrocher dans le dos des collègues ? Linternaute.com vous propose une sélection de 10 poissons originaux à imprimer, découper, voire colorier pour fêter dignement cette journée de la farce que reste le 1er avril. 

10 poissons d’avril à colorier et découper © Linternaute.com


Idées de poisson d’avril : SMS, faux mail...

Il y a quelques années, nous récoltions les témoignages de nos lecteurs sur le 1er avril. Qu’ils se soient retrouvés dans le rôle des piégeurs ou des piégés, ils nous ont racontés leurs expériences amusantes de cette journée. Comme Jancap, qui a imaginé le concept de la photocopieuse collective ’poissonnée’ : ’Dessiner au feutre épais un joli poisson sur une feuille A4, bien au centre, à 4 à 5 cm des bords. Prendre une ramette de papier blanc et la mettre dans le réservoir de la photocopieuse. Photocopier le poisson dessiné sur une cinquantaine de pages minimum. Enlever la ramette de papier vierge et insérer dans une quinzaine d’endroits de celle-ci quelques feuilles du poisson photocopié. Attention, mettre le poisson dans le bon sens pour qu’il sorte du côté photocopié. L’insérer dans le réservoir papier...’

Si vous optez plutôt pour un SMS (lire : comment envoyer un sms anonyme), essayez de trouver une idée drôle mais qui ne s’apparente pas trop à du spam. Il ne faudrait pas en effet que votre interlocuteur s’inquiète outre mesure. Pourquoi ne pas lui envoyer un sms du genre : ’Vous avez été sélectionné pour participer à Koh Lanta avec votre ami Michel’. Si vous êtes le Michel en question, nul doute que votre ami vous recontactera dans la minute pour savoir pourquoi vous l’avez inscrit à ce jeu de télé-réalité ! Libre à vous de continuer à le mener en bateau ou pas... 


Les canulars du 1er avril - Voici une liste non exhaustive de canulars les plus célèbres du 1er avril, en France et dans le monde. 

  • 1992 : une radio publique nationale américaine annonce que Richard Nixon est candidat à l’élection présidentielle. Son slogan de campagne : ’Je n’ai rien fait de mal, je ne recommencerais pas ’. 
  • 1999 : la radio BBC 4 affirme à ses auditeurs que l’hymne national anglais ’God save the Queen’ va être prochainement remplacé par un chant européen en allemand. Des milliers d’auditeurs appellent l’antenne, scandalisés.
  • 2000 : le quotidien sportif portugais ’A bola’ publie un article selon lequel l’UEFA a décidé de retirer l’organisation de l’Euro 2004 à son pays. Un traumatisme pour certains lecteurs...
  • 2002 : le site Internet canadien ’Bourque Newswatch’ annonce le départ du ministre des Finances, Paul Martin. Repris par le bulletin financier britannique, ’The Gartman Letter’, la nouvelle aurait fait perdre 32 cents au dollar canadien.
  • 2009  : Jean-Marc Morandini annonce le retour du club Dorothée.
    La SNCF qui utilise la voix d’Homer Simpson pour ses annonces en gare, la BBC qui affirme que ’God Save the Queen’ sera remplacé par un hymne européen en allemand... Dans notre dossier ci-dessous, on vous livre un florilège des meilleures blagues et canulars historiques, de quoi vous donner de l’inspiration pour le cru 2020 du poisson d’avril :

Voir la sélection -Poisson d’avril : les meilleures blagues et plus gros canulars


Poisson d’avril 2019

Afin de vous inspirer pour des canulars et blagues du 1er avril 2020, on a sélectionné pour vous les meilleurs poissons d’avril qui ont fait l’actu l’an dernier, des lapins que veut recruter la police aux stations RATP redécorées, retrouvez ci-dessous les tops et flops des poissons d’avril : si les médias sont de moins en moins friands des fake news, Le Bonbon, magazine culturel gratuit, s’est beaucoup amusé en la matière l’an dernier. A commencer par un article annonçant la candidature de l’acteur Fabrice Luchini à la mairie de Paris : ’Interdiction définitive d’Airbnb dans la capitale, piétonnisation des arrondissements du centre, bibliothèques en libre-service à chaque arrêt de bus… Ses propositions sont nombreuses’ annonçait Le Bonb

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Lassé des fake news, le gouvernement de Theresa May aurait prétexté une loi datant de 1653 pour empêcher les médias, 24 heures durant, de publier des blagues du 1er avril l’an dernier. ’Dans le contexte du Brexit, ces blagues sont considérées comme une menace pour la tranquillité du pays’, pouvait-on lire dans The Telegraph. ’Personne ne sait plus ce qui est réel ou ce qui est une blague’, avait expliqué un porte-parole du gouvernement au quotidien d’information britannique.

Découvrez notre page d’accueil spéciale poisson d’avril 2020

Source : https://www.linternaute.com/sortir/guide-des-loisirs/1217607-poisson-d-avril-2020-meilleures-idees-de-blagues-d-ou-vient-la-tradition/

Retour au sommaire

3.
Poisson rouge ornemental 地球上10风水鱼,金鱼居榜首,锦鲤鱼第五,大家养了哪种?2019-10-22 00:47 - Les dix meilleurs poissons feng shui de la planète, le poisson rouge en tête de liste et le poisson koi est le cinquième. Lequel élevez-vous ? - 唠嗑小能手 (Petit expert)

Photo d’un poisson rouge d’ornement

金鱼:金鱼是由鲤鱼改良之后出门的一种观赏鱼品质,也被称为国宝鱼。金鱼的种类繁多,在香港海洋公园金鱼馆里面就有上百种金鱼,其中比较常见的有黑珍珠和水泡眼等,金鱼寓意着金玉满堂招财进宝福寿双全的寓意。

Type de poisson rouge : une sorte de poisson de qualité ornementale qui est améliorée à partir de la carpe, aussi appelé ‘poisson trésor national’. Il existe de nombreux types de poissons rouges. Il y a des centaines de poissons rouges au Musée des poissons rouges du parc océanique de Hong Kong. Parmi eux, les perles noires et les yeux cloqués sont les plus courants.

Source : https://www.360kuai.com/pc/998eb2f57c6f4d402?cota=3&amp ;kuai_so=1&sign=360_7bc3b157

Retour au sommaire

4.
Les poissons dans la culture symbolique chinoise 09 novembre 2012 – Document ‘blogdexiaolong.com’

Le poisson apparait très tôt dans les motifs décoratifs utilisés en Chine. À l’époque Zhou déjà (XIème siècle avant J-C), on le trouve sur des objets funéraires, il ferme les yeux des morts. Il semble qu’à ce moment-là, il ait été symbole de survie et de réincarnation. Nous le connaissons mieux comme symbole de richesse. Ce sens est ancien et remonte au « Livre des Odes » (Anthologie du XIème au Vème siècle avant J-C).

On pense en général que cette symbolique vient d’une homophonie. Le Poisson « Yu » [yú]  serait substitué à « Yu »  [yù]  abondance. Voir de nombreux poissons signifiait que les récoltes seraient bonnes. On offrait alors au Dieu de la Richesse des têtes de poissons (la partie le plus recherchée parait-il- la moins comestible aussi…). Pour le Nouvel An le plat de poisson est un incontournable du coup. Et il revient aussi sur les images du Nouvel An, souvent accompagné d’un enfant qui joue avec lui pour souhaiter au destinataire une grande richesse et une postérité nombreuse. Ce motif de poissons est toujours très répandu en Chine, sur les plats, les assiettes, les bols … pour y placer plus joliment une abondance de nourriture… Il semble qu’à ce moment-là, il ait été symbole de survie et de réincarnation.

Illustration à la source

Nous le connaissons mieux comme symbole de richesse. Ce sens est ancien et remonte au « Livre des Odes » (Anthologie du XIème au Vème siècle avant J-C). On pense en général que cette symbolique vient d’une homophonie. Le Poisson « Yu » [yú]  serait substitué à « Yu »  [yù]  abondance. Voir de nombreux poissons

Un autre sens encore est attribué aux poissons. Le symbole que nous connaissons sous le nom « yin-yang » est appelé souvent « les deux poissons ». Deux polarités, l’une Yin et l’autre Yang, il n’en faut pas plus pour en faire l’emblème de l’harmonie conjugale, de la félicité dans le mariage. Comme un poisson dans l’eau, les époux vivent heureux dans leur élément. Illustration des poissons Yin Yang

Dans le cadre des fiançailles et du mariage, on choisit le cyprin doré, sans doute pour sa belle couleur rouge, celle du bonheur. Illustration à la source

Enfin, notre poisson symbolise aussi dans le cadre du bouddhisme la liberté d’esprit de celui qui atteint l’éveil, puisque, comme le poisson, il vit alors sans entrave ni contrainte, ayant échappé au piège des apparences et des désirs.

D’ailleurs les adeptes qui voulaient obtenir quelques mérites achetaient pour les fêtes des poissons qu’ils libéraient dans les bassins des temples. Certains mauvais esprits pensaient que les marchands les pêchaient peu avant dans ces mêmes bassins… une forme de recyclage de poissons ? Mais bon, il semble que la profession de pêcheur était considérée comme très noble…

Illustration à la source - Il n’y a plus qu’à acheter( !) un aquarium et y mettre vos petits poissons pour devenir riches….Il en existe d’ailleurs maintenant des tatoués –au laser- de caractère de bon augures qui font fureur en Chine ! - (Un article qui se termine –logiquement- en queue de poisson !)

Xiao long est un club ou se pratiquent le tai ji quan, le qi gong et la relaxation ;il se situe a Evreux, quartier de Saint Michel (27). Pour en savoir plus > mushutaiji@gmail.com

Source : http://www.blogdexiaolong.com/article-chine-des-symboles-le-s-poisson-s-112264802.html

Retour au sommaire

5.
Quelques aspects du symbolisme du poisson en franc-maçonnerie selon René Guénon Publie le 26 août 2012 par Abdoullatif

Le symbolisme du poisson, qui se rencontre dans de nombreuses formes traditionnelles, y compris le christianisme, est fort complexe et présente de multiples aspects qui demandent à être distingués avec précision. Pour ce qui est des origines premières de ce symbole, il semble qu’il faille lui reconnaître une provenance nordique, voire même hyperboréenne ; on a signalé en effet sa présence en Allemagne du Nord et en Scandinavie (2), et, dans ces régions, il est vraisemblablement plus près de son point de départ que dans l’Asie centrale, où il fut sans doute apporté par le grand courant qui, issu directement de la Tradition primordiale, devait ensuite donner naissance aux doctrines de l’Inde et de la Perse. Il est d’ailleurs à noter que, d’une façon générale, certains animaux aquatiques jouent surtout un rôle dans le symbolisme des peuples du Nord : nous en citerons seulement comme exemple le poulpe, particulièrement répandu chez les Scandinaves et chez les Celtes, et qui se retrouve aussi dans la Grèce archaïque, comme un des principaux motifs de l’ornementation mycénienne (3).

Un autre fait qui vient encore à l’appui de ces considérations, c’est que, dans l’Inde, la manifestation sous la forme du poisson (Matsya-avatâra) est regardée comme la première de toutes les manifestations de Vishnu (4), celle qui se place au début même du cycle actuel, et qu’elle est ainsi en relation immédiate avec le point de départ de la Tradition primordiale. Il ne faut pas oublier, à cet égard, que Vishnu représente le Principe divin envisagé spécialement sous son aspect de conservateur du monde ; ce rôle est bien proche de celui du « Sauveur », ou plutôt ce dernier en est comme un cas particulier ; et c’est véritablement comme « Sauveur » que Vishnu apparaît dans certaines de ses manifestations, correspondant à des phases critiques de l’histoire du monde (5). Or, l’idée du « Sauveur » est également attachée de façon explicite au symbolisme chrétien du poisson, puisque la dernière lettre de l’Ichthus grec s’interprète comme l’initiale de Sôter (6) ; cela n’a rien d’étonnant, sans doute, lorsqu’il s’agit du Christ, mais il est pourtant des emblèmes qui font plus directement allusion à quelque autre de ses attributs, et qui n’expriment pas formellement ce rôle de « Sauveur ».

1 — [Publié dans É. T., févr. 1936.]

2 — Cf. L. Charbonneau-Lassay, Le Poisson, dans Reg., numéro de déc. 1926.

3 — Les bras du poulpe sont généralement droits dans les figurations scandinaves, tandis qu’ils sont enroulés en spirale dans les ornements mycéniens ; dans ceux-ci, on voit aussi apparaître très fréquemment le swastika ou des figures qui en sont manifestement dérivées. Le symbole du poulpe se rapporte au signe zodiacal du Cancer, qui correspond au solstice d’été et au « fond des Eaux » ; il est facile de comprendre par là qu’il ait pu être pris parfois dans un « sens maléfique », le solstice d’été étant la Janua Inferni.

4 — Nous devons faire remarquer que nous ne disons pas « incarnations », comme on le fait habituellement en Occident, car ce mot est tout à fait inexact ; le sens propre du terme avatâra est « descente » du Principe divin dans le monde manifesté.

5 — Signalons aussi, à ce propos, que la dernière manifestation, le Kalkin-avatâra, « Celui qui est monté sur le cheval blanc », et qui doit venir a la fin de ce cycle, est décrite dans les Purânas en des termes rigoureusement identiques a ceux qui se trouvent dans l’Apocalypse, où ils sont rapportés à la « seconde venue » du Christ.

6 — Quand le poisson est pris comme symbole du Christ, son nom grec Ichthus est considéré comme formé par les initiales des mots Iêsous Christos Theou Uios Sôter.

Sous la figure du poisson, Vishnu, à la fin du Manvantara, qui précède le nôtre, apparaît à Satyavrata (7), qui va devenir sous le nom de Vaivaswata (8), le Manu ou le Législateur du cycle actuel. Il lui annonce que le monde va être détruit par les eaux, et il lui ordonne de construire l’arche dans laquelle devront être renfermés les germes du monde futur ; puis, toujours sous cette même forme, il guide lui-même l’arche sur les eaux pendant le cataclysme ; et cette représentation de l’arche conduite par le poisson divin est d’autant plus remarquable qu’on en retrouve aussi l’équivalent dans le symbolisme chrétien (9).

7 — Ce nom signifie littéralement « voué à la Vérité » ; et cette idée de la « Vérité » se retrouve dans la désignation du Satya-Yuga, le premier des quatre âges en lesquels se divise le Manvantara. On peut aussi remarquer la similitude du mot Satya avec le nom de Saturne, considéré précisément dans l’antiquité occidentale comme le régent de l’« âge d’or » ; et, dans la tradition hindoue, la sphère de Saturne est appelée Satya-Loka.

8 — Issu de Vivaswat, l’un des douze Âdityas, qui sont regardés comme autant de formes du Soleil, en correspondance avec les douze signes du Zodiaque, et dont il est dit qu’ils doivent paraître simultanément à la fin du cycle (cf. Le Roi du Monde, ch IV et XI).

9 — M Charbonneau-Lassay cite, dans l’étude mentionnée plus haut, « l’ornement pontifical décoré de figures brodées qui enveloppait les restes d’un évêque lombard du VIIIe ou IXe siècle, et sur lequel on voit une barque portée par le poisson, image du Christ soutenant son Église ». Or, l’arche a souvent été regardée comme une figure de l’Église, aussi bien que la barque (qui fut anciennement, avec les clefs, un des emblèmes de Janus ; cf. Autorité spirituelle et pouvoir temporel, ch. VIII) ; c’est donc bien la même idée que nous trouvons ainsi exprimée a la fois dans le symbolisme hindou et dans le symbolisme chrétien.

Il y a encore, dans le Matsya-avatâra, un autre aspect qui doit retenir particulièrement notre attention : après le cataclysme, c’est-à-dire au début même du présent Manvantara, il apporte aux hommes le Vêda, qu’il faut entendre, suivant la signification étymologique de ce mot (dérivé de la racine vid, « savoir »), comme la Science par excellence ou la Connaissance sacrée dans son intégralité : c’est là une allusion des plus nettes à la Révélation primordiale, ou à l’origine « non-humaine » de la Tradition. Il est dit que le Vêda subsiste perpétuellement étant en soi-même antérieur à tous les mondes ; mais il est en quelque sorte caché ou enveloppé pendant les cataclysmes cosmiques qui séparent les différents cycles, et il doit ensuite être manifesté de nouveau. L’affirmation de la perpétuité du Vêda est d’ailleurs en relation directe avec la théorie cosmologique de la primordialité du son parmi les qualités sensibles (comme qualité propre de l’éther, âkâsha, qui est le premier des éléments (10)) ; et cette théorie n’est pas autre chose, au fond, que celle que d’autres traditions expriment en parlant de la création par le Verbe : le son primordial, c’est cette Parole divine par laquelle, suivant le premier chapitre de la Genèse hébraïque, toutes choses ont été faites (11). C’est pourquoi il est dit que les Rishis ou les Sages des premiers âges ont « entendu » le Vêda : la Révélation, étant une œuvre du Verbe comme la création elle-même, est proprement une « audition » pour celui qui la reçoit ; et le terme qui la désigne est celui de Shruti, qui signifie littéralement « ce qui est entendu (12) ».

10 — Cf. notre étude sur La Théorie hindoue des cinq éléments, dans É. T. d’août-sept. 1935.

11 — Cf. également le début de l’Évangile de saint Jean.

12 — Sur la distinction de la Shruti et de la Smriti et sur leurs rapports, voir L’Homme et son devenir selon le Vêdânta, ch. I. Il doit être bien entendu que, si nous employons ici le mot de « révélation » au lieu de celui d’« inspiration » c’est pour mieux marquer la concordance des différents symbolismes traditionnels et que d’ailleurs, comme tous les termes théologiques, il est susceptible d’une transposition dépassant le sens spécifiquement religieux qu’on lui donne d’une façon exclusive en Occident.

Pendant le cataclysme qui sépare ce Manvantara du précédent, le Vêda était renfermé à l’état d’enveloppement dans la conque (shankha), qui est un des principaux attributs de Vishnu. C’est que la conque est regardée comme contenant le son primordial et impérissable (akshara), c’est-à-dire le monosyllabe Om, qui est par excellence le nom du Verbe manifesté dans les trois mondes, en même temps qu’il est, par une autre correspondance de ses trois éléments ou mâtrâs, l’essence du triple Vêda (13). D’ailleurs, ces trois éléments, ramenés à leurs formes géométriques essentielles (14) et disposés graphiquement d’une certaine façon, forment le schéma même de la conque et, par une concordance assez singulière, il se trouve que ce schéma est également celui de l’oreille humaine, l’organe de l’audition, qui doit effectivement, pour être apte à la perception du son, avoir une disposition conforme à la nature de celui-ci (15). Tout ceci touche visiblement à quelques-uns des plus profonds mystères de la cosmologie ; mais qui, dans l’état d’esprit qui constitue la mentalité moderne, peut encore comprendre les vérités qui relèvent de cette science traditionnelle ?

Comme Vishnu dans l’Inde, et aussi sous la forme du poisson l’Oannès chaldéen, que certains ont regardé expressément comme une figure du Christ (16), enseigne également aux hommes la doctrine primordiale : frappant exemple de l’unité qui existe entre les traditions en apparence les plus différentes, et qui demeurerait inexplicable si l’on n’admettait leur rattachement à une source commune. Il semble d’ailleurs que le symbolisme d’Oannès ou de Dagon n’est pas seulement celui du poisson en général, mais doit être rapproché plus spécialement de celui du dauphin ; celui-ci, chez les Grecs, était lié au culte d’Apollon (17) et avait donné son nom à Delphes ; et ce qui est très significatif, c’est qu’on reconnaissait formellement que ce culte venait de hyperboréens. Ce qui donne à penser qu’il y a lieu de faire un tel rapprochement (qui ne se trouve pas nettement indiqué par contre, dans le cas de la manifestation de Vishnu), c’est surtout l’étroite connexion qui existe entre le symbole du dauphin et celui de la « Femme de mer » (l’Aphrodite Anadyomène des Grecs) (18) ; précisément, celle-ci se présente, sous des noms divers (notamment ceux d’Istar, d’Atergatis et de Dercéto) comme la parèdre d’Oannès ou de ses équivalents, c’est-à-dire comme figurant un aspect complémentaire du même principe (ce que la tradition hindoue appellerait sa Shakti) (18). C’est la « Dame du Lotus » (Istar, comme Esther en hébreu, signifie « lotus », et aussi quelquefois « lis », deux fleurs qui, dans le symbolisme, se remplacent souvent l’une l’autre) (19), comme la Kouan-yn extrême-orientale, qui est également, sous une de ses formes, la « Déesse du fond des mers ».

13 — Sur la présence de ce même idéogramme AVM dans l’ancien symbolisme chrétien, cf. Le Roi du Monde, ch. IV.

14 — Voir L’Homme et son devenir selon le Vêdânta ch. XVI].

15 — [Tous les points mentionnés ici en rapport avec le symbolisme de la conque avaient été déjà examinés dans L’Hiéroglyphe du Cancer qui forme ici le ch. XIX.]

16 — Il est intéressant de noter à cet égard que la tête de poisson, qui formait la coiffure des prêtres d’Oannès, est aussi la mitre des évêques chrétiens.

17 — C’est ce qui explique le rattachement du symbole du dauphin à l’idée de la lumière (cf. L. Charbonneau-Lassay, Le Dauphin et le crustacé, dans Reg., numéro de janvier 1927, et Le Bestiaire du Christ, ch. XCVIII, V). — Il convient de noter aussi le rôle de sauveteur des naufragés attribué par les anciens au dauphin, et dont la légende d’Arion offre un des exemples les plus connus.

18 — Il ne faut pas confondre cette « Femme de mer » avec la sirène, bien qu’elle soit quelquefois représentée sous une forme similaire.

18 — La Dea Syra est proprement la « Déesse solaire », de même que la Syrie primitive est la « Terre du Soleil », comme nous l’avons déjà expliqué, son nom étant identique à Sûrya, nom sanscrit du Soleil.

19 — En hébreu, les deux noms Esther et Sushanah ont la même signification, et, de plus, ils sont numériquement équivalents ; leur nombre commun est 661, et, en plaçant devant chacun d’eux la lettre he, signe de l’article défini, dont la valeur est 5, on obtient 666, ce dont certains n’ont pas manqué de tirer des déductions plus ou moins fantaisistes ; nous n’entendons, pour notre part, donner cette indication qu’à titre de simple curiosité.

Pour compléter ces remarques, nous ajouterons encore que la figure de l’Ea babylonien, le « Seigneur de l’Abîme », représenté comme un être moitié chèvre et moitié poisson (20), est identique à celle du Capricorne zodiacal, dont elle a peut-être même été le prototype ; or il est important de se rappeler, à cet égard, que ce signe du Capricorne correspond, dans le cycle annuel, au solstice d’hiver. Le Makara, qui, dans le Zodiaque hindou, tient la place du Capricorne, n’est pas sans présenter une certaine similitude avec le dauphin ; l’opposition symbolique qui existe entre celui-ci et le poulpe doit donc se ramener à celle des deux signes solsticiaux du Capricorne et du Cancer (ce dernier, dans l’Inde, est représenté par le crabe), ou de la Janua Coeli et de la Janua Inferni (21) ; et ceci explique aussi que ces deux mêmes animaux se soient trouvés associés dans certains cas, par exemple sous le trépied de Delphes et sous les pieds des coursiers du char solaire, comme indiquant les deux points extrêmes atteints par le Soleil dans sa marche annuelle. Il importe de ne pas commettre ici de confusion avec un autre signe zodiacal, celui des Poissons, dont le symbolisme est différent et doit être rapporté exclusivement à celui du poisson commun, envisagé notamment dans son rapport avec l’idée du « principe de vie » et de la « fécondité » (entendue surtout au sens spirituel, comme la « postérité » dans le langage traditionnel extrême-oriental) ; ce sont là d’autres aspects, qui peuvent d’ailleurs être rapportés également au Verbe, mais qui n’en doivent pas moins être distingués nettement de ceux qui le font apparaître, comme nous l’avons vu, sous ses deux attributs de « Révélateur » et de « Sauveur ».

20 — En outre, Ea tient devant lui comme le scarabée égyptien, une boule qui représente l’« Œuf du Monde ».

21 — Le rôle du dauphin comme conducteur des âmes bienheureuses vers les « îles Fortunées » se rapporte aussi évidemment à la Janua Cæli.

Référence : René Guénon, Symboles fondamentaux de la science sacrée, chap. XXII : Quelques aspects du symbolisme du poisson.)

Vous aimerez aussi :

#René Guénon

Émir Abd El-Kader – Celui qui a tiré pour vous de l’arbre vert un feu.René Guénon - Les mystères de la lettre Nûn (1)

René Guénon - Unité et simplicité

René Guénon et la politique

René Guénon - La Fayette ou le Militant Franc-Maçon

René Guénon – Les « Penseurs » de l’Islam

Voir le profil de Abdoullatif sur le portail Overblog - Créer un blog gratuit sur Overblog - Top articles - Contact - Signaler un abusC.G.U. Rémunération en droits d’auteur

Source : http://esprit-universel.over-blog.com/article-rene-guenon-quelques-aspects-du-symbolisme-du-poisson-1-109448336.html

Retour au sommaire

6.
Pourquoi le poisson est-il le symbole des chrétiens ? Par Emmanuel Arguera | 09 avril 2018 – Document ‘fr.aleteia.org’

Reproduction : poisson avec les lettres grecques expliquées à la suite

Pour quelles raisons le poisson est-devenu le symbole des chrétiens à travers le monde ? Que dit ce choix de l’attitude chrétienne ?

Dès le Ier siècle, les premiers chrétiens, lors des persécutions romaines, avaient choisi, en signe de reconnaissance, le symbole du poisson, et ce pour plusieurs raisons. La raison principale réside dans le fait que les premiers chrétiens ont vu dans le terme grec ICHTUS un acronyme, c’est-à-dire, un mot formé à partir des initiales de plusieurs autres mots. Effectivement, les lettres composant le mot « ICHTUS » (ἰχθύς ) peuvent signifier « Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur » :

I  : Ἰησοῦς / Iêsoûs : Jésus
Χ : Χριστoς / Khristòs : Christ
Θ : Θεοῦ / Theoû : de Dieu
Υ  : Υἱoς / Huiòs : Fils
Σ  : Σωτήρ / Sôter : Sauveur

Photo d’un motif sculpté

Le poisson est muet

D’autres éléments, propres à la vie du poisson, nous apprennent quelque chose de la vie du chrétien. Ainsi, le poisson est muet. « Muet comme une carpe », dit l’expression. La vie du chrétien n’est pas une vie de revendication. La foi n’est pas la revendication de valeurs chrétiennes. C’est la rencontre de Quelqu’un, Jésus, avec qui nous pouvons avoir chaque jour un cœur à cœur amoureux.

Le poisson nage à contre-courant

La plupart des poissons nagent à contre-courant. Le chrétien ne suit pas la loi du Talion (œil pour œil, dent pour dent). Alors qu’il semble normal aujourd’hui de chercher à se justifier, voire à se faire justice, le chrétien, à la suite du Christ, cherche à aimer. Aimer sans mesure et pardonner. Aimer même ceux qui nous haïssent ou qui nous persécutent. Aimer et donner notre vie à la suite du Christ. Le témoignage du chrétien est donc un témoignage en acte ; un témoignage de charité.

Le poisson ne ferme pas les yeux

Le poisson n’a pas de paupières, il ne cesse de veiller. Cela dit aussi quelque chose de l’attitude chrétienne. Le Christ est ressuscité et désormais, les chrétiens attendent son retour dans la Gloire. C’est ce qu’ils professent juste après la consécration ; après l’acclamation du prêtre « Il est grand le mystère de la Foi », l’Eglise répond : « nous proclamons ta mort Seigneur Jésus, nous célébrons ta Résurrection et nous attendons ta venue dans la Gloire ». Cette attente n’est pas une attente passive, mais bien une attente amoureuse, telle la fiancée qui attend l’arrivée de son fiancé.

Le poisson ne peut pas vivre en dehors de son milieu

Ce milieu, pour le chrétien, c’est l’Eglise. Dans le contexte du Nouveau Testament, la mer, les eaux, représentent la mort et le pouvoir des ténèbres. Dans le récit de la Genèse, le premier animal à être créé est le poisson ; et c’est le seul qui est béni par Dieu. Dans la tradition de l’Eglise, si le poisson est béni, c’est qu’il doit, pour vivre dans un milieu de ténèbres, bénéficier de la Grâce du Créateur. Jésus parle de notre monde comme d’un monde livré au pouvoir des ténèbres. C’est un monde de mort. La seule possibilité de vivre, c’est par la grâce du Christ et donc de façon ordinaire, dans l’Eglise, en recevant d’Elle la Grâce du Christ par les sacrements, la prière, et la méditation de la Parole de Dieu, Parole Vivante et agissante dans le cœur des fidèles.

Cette image du poisson sera reprise notamment par Tertullien. Il l’utilisera pour parler du baptême. Selon lui, par le baptême, les hommes deviennent des petits poissons semblables au grand poisson qu’est Jésus, l’ICHTUS. Par le sacrement de la confirmation, les chrétiens sont envoyés dans le monde, comme des agneaux au milieu des loups. Cette vie pérégrinante est possible par la Grâce obtenue par la Passion, la mort et la Résurrection de Jésus Christ, Fils de Dieu Sauveur. Et si nous demandions cette grâce d’être de vrais et fidèles poissons, à la suite du Christ afin d’avoir part nous aussi à sa Résurrection ?

Message - Juste un instant, s’il vous plait... -A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu’il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d’aujourd’hui. Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d’Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C’est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu’Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

Deux lectures « prophétiques » pour temps de confinement

Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité

Aleteia, le premier média social chrétien - Le Salon Beige

Source : https://fr.aleteia.org/2018/04/09/pourquoi-le-poisson-est-il-le-symbole-des-chretiens/

Retour au début du sommaire

7.
Faire la connaissance de l’auteur du 20ème siècle René Guénon

René Guénon d’après Wikipédia Photographie de 1925 (il a alors 38 ans).

René Guénon, né le 15 novembre 1886 à Blois, en France, dans une famille catholique, et mort musulman le 7 janvier 1951 au Caire, en Égypte, est un auteur français, « figure inclassable de l’histoire intellectuelle du XXe siècle »1. Il a publié dix-sept ouvrages de son vivant, auxquels s’ajoutent dix recueils d’articles publiés à titre posthume, soit au total vingt-sept titres régulièrement réédités. Ces livres ont trait principalement à la métaphysique, au symbolisme, à l’ésotérisme et à la critique du monde moderne.

Dans son œuvre, il se propose soit d’« exposer directement certains aspects des doctrines métaphysiques de l’Orient2 », doctrines métaphysiques que René Guénon définissait comme étant « universelles3 », soit d’« adapter ces mêmes doctrines [pour des lecteurs occidentaux] en restant toujours strictement fidèle à leur esprit4 ». Il ne revendiqua que la fonction de « transmetteur » de ces doctrines5, dont il déclarait qu’elles sont de nature essentiellement « non individuelle6 », reliées à une connaissance supérieure, « directe et immédiate », qu’il nomme « intuition intellectuelle7 ». Ses ouvrages, écrits en français (il contribua également en arabe à la revue El Maarifâ), sont traduits en plus de vingt langues.

Son œuvre oppose les civilisations restées fidèles à l’« esprit traditionnel »8, qui selon lui « n’a plus de représentant authentique qu’en Orient »9, à l’ensemble de la civilisation moderne considérée comme déviée. Elle a modifié en profondeur la réception de l’ésotérisme en Occident dans la seconde moitié du XXe siècle10, et a eu une influence marquante sur des auteurs aussi divers que Mircea Eliade, Antonin Artaud, RaymondQueneau, Simone Weil ou encore André Breton… » - Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Gu%C3%A9non

‘La Tradition’ selon la perspective de l’auteur du 20ème siècle René Guénon

L’ensemble de l’œuvre de René Guénon cherche à présenter une vision globale de ce qu’il appelle « la Tradition » c’est-à-dire la connaissance ’transmise’, d’origine métaphysique ou non-humaine. L’œuvre de René Guénon est généralement divisée en quatre grands axes : les exposés de principes métaphysiques, les études sur le symbolisme, les études relatives à l’initiation et la critique du monde moderne.

Sommaire pour consulter tout ceci :

Retour au début du sommaire

Retour à la création artistique

Retour au début du dossier

Merci à Bernard Degioanni pour la compression de l’image


Auteur : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 1er/04/2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Création artistique Les poissons de Martine.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 76 / 401270

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Arts & Créations artistiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License