ISIAS

"Les ‘mauvaises herbes’ résistantes au Roundup sont une défaite pour Monsanto" par le Dr Eva Sirinathsinghji

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mercredi 30 novembre 2011 par Sirinathsinghji Eva

ISIS OGM
Les ‘mauvaises herbes’ résistantes au Roundup sont une défaite pour Monsanto
Monsanto Defeated by Roundup Resistant Weeds
Une explosion des ‘mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate contraint Monsanto à réagir à l’augmentation des coûts de désherbage que les agriculteurs doivent supporter. Dr Eva Sirinathsinghji


ISIS Report 28/11/11
Une version entièrement référencée de cet article est accessiible par les membres de l’ISIS et elle est par ailleurs disponible en téléchargement sous le titre Monsanto Defeated by Roundup Resistant Weeds sur le site http://www.i-sis.org.uk/Monsanto_de...
S’il vous plaît diffusez largement et rediffusez, mais SVP donnez l’URL de l’original et conservez tous les liens vers des articles sur notre site ISIS

La société multinationale Monsanto est confrontée à des ‘mauvaises herbes’ qui sont devenues résistantes au glyphosate [1], selon un nouveau point effectué au Royaume-Unis sur les plantes génétiquement modifiées [OGM]. Ces nouvelles ‘mauvaises herbes’ se propagent à un taux exponentiel dans les fermes américaines et elles sont de plus en plus signalées : en Australie, en Argentine, au Brésil, au Chili, en Europe et en Afrique du Sud.

Alors que Monsanto prétend toujours pompeusement que ses technologies avec les OGM améliorent l’environnement en réduisant l’utilisation des pesticides, les ‘mauvaises herbes’ devenues résistantes, qui surgissent à travers le monde, dressent un tableau bien différent. La résistance au glyphosate s’est développée à la suite de l’utilisation des herbicides de cette société, à une grande échelle sur les cultures d’OGM. Le glyphosate est la matière active de l’herbicide Roundup de Monsanto, le plus vendu dans le monde.

Et maintenant, Monsanto envisage de lutter contre ces graves problèmes agronomiques, environnementaux, socio-économiques et sanitaires, en augmentant l’utilisation des herbicides.

La société Monsanto refuse de reconnaître sa responsabilité dans la hausse des coûts des traitements contre les ‘mauvaises herbes’, déclarant que [2] « les garanties relatives au Roundup pour un usage agricole, ne couvrent pas l’échec du contrôle des populations de ‘mauvaises herbes’ dévenues résistantes au glyphosate ». La hausse des coûts des traitements vont surcharger les comptes d’exploitation des agriculteurs à travers le globe.

Ceci est en contraste avec la position de Moinsanto exprimée il y a deux ans, lorsque cette société avait nié l’ampleur du problème et insisté sur le fait que les ‘mauvaises herbes’ étaient « gérables ». En 2009, la propagation de ‘mauvaises herbes’ résistantes était déjà troublante pour les agriculteurs car ils devaient faire face à une augmentation des quantités de glyphosate utilisées, tout en ajoutant d’autres herbicides pour essayer de contrôler ‘les mauvaises herbes’ qui proliféraient rapidement (voir [3] GM Crops Facing Meltdown in the USA, SiS 46) *.
* Version en français "Les cultures de plantes génétiquement modifiées sont techniquement en perte de vitesse aux Etats-Unis" par le Dr. Mae-Wan Ho, traduction de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://yonne.lautre.net/spip.php?ar...

Seize espèces résistantes au glyphosate s’étaient déjà développées, dont beaucoup ne pouvaient être détruites ou même coupées par les moissonneuses-batteuses, en raison de leur taille et de leur vigueur. Ces ‘mauvaises herbes’ résistantes ne sont pas un problème nouveau, mais la société Monsanto est maintenant confrontée à la sévérité de la situation et aux dommages auxquels l’entreprise devra faire face pour ses activités commerciales.

La rencontre portant sur les OGM couvre les résultats de la saison 2010/2011, apporte des informations sur deux nouvelles espèces de ‘mauvaises herbes’ devenues résistantes, et dont le nombre total atteint 21 espèces à travers le monde, dont deux espèces qui sont les ravageurs les plus destructeurs : l’amarante ou acnide tuberculée (Amaranthus tuberculatus) et l’amarante de Palmer (Amaranthus palmeri), qui infestent aussi bien les champs de maïs que ceux de coton [4].

A ce jour, les ‘mauvaises herbes’ résistantes couvrent plus de 4,5 millions d’hectares rien qu’aux États-Unis, tandis qu’il est estimé au niveau mondial que des surfaces de l’ordre d’au moins 120 millions d’hectares étaient concernées en 2010.
Les Etats-Unis connaissent le pire problème, avec 13 espèces différentes apparues dans 73 endroits différents. L’amarante de Palmer infeste maintenant plus d’un million de sites séparés rien qu’en Caroline du Nord, tandis que l’herbe aux chevaux ou vergerette du Canada, aussi communément appelée érigéron du Canada (Conyza canadensis ou Erigeron canadensis), ‘Horseweeds’ en anglais, a infesté 100.000 sites dans l’état de Delaware aux Etats-Unis.
En Argentine, c’est 40.500 ha de terres mises en culture avec du soja OGM qui sont maintenant infestées avec l’espèce Sorgho d’Alep (Sorghum halepense) ou ‘Joohnson Grass’ en anglais.

L’absence de ‘mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate avant l’introduction des semences et traitements pour le système RR (Roundup Ready), avec les plantes génétiquement modifiées pour tolérer l’herbicide glyphosate, avait conduit les partisans des OGM à faire valoir que la résistance au glyphosate ne serait pas un problème gênant, suite à l’introduction des plantes cultivées RR.
Cependant, depuis le début de la commercialisation de ces OGM en 1996, les espèces de mauvaises herbes résistantes ont émergé à un taux d’une espèce par an. Plus inquiétant encore, la propagation de ces ‘mauvaises herbes’ résistantes semble être en augmentation spectaculaire. Jusqu’en 2003, cinq populations résistantes avaient été rapportées. Depuis 2007, il y a eu une multiplication par cinq de la propagation de mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate.
La résistance au glyphosate a été étudiée dans de nombreux laboratoires, et la recherche commence à nous éclairer sur le mécanisme de résistance : elle a montré que différents mécanismes se sont développés dans des populations distinctes d’Amaranthe de Palmar.

Cela suggère que la résistance n’est pas due à la propagation de semences résistantes d’une population à une autre, mais au contraire, qu’elle peut se développer spontanément là où le glyphosate est utilisé massivement, comme certains chercheurs scientifiques l’avait prédit depuis longtemps sur la base des expériences passées (voir [5] Genetic Engineering Dream or Nightmare, ISIS publication) *.
* La traduction en français d’une publication de l’ISIS, faisant le tour du sujet dès 2007, s’intitule "Le cauchemar de la dissémination des aliments génétiquement modifiés, résulte de la tromperie des organismes chargés de la réglementation et des contrôles" par Mae-Wan Ho, Joe Cummins & Peter Saunders, traduit et complété par Jacques Hallard ; accessible sur http://yonne.lautre.net/spip.php?ar...

La cause de la résistance au glyphosate est principalement due à la production de plantes tolérantes au glyphosate du système RR, lequel augmente l’utilisation des pesticides sur les champs. Cette introduction des plantes RR a fait disparaître les pratiques agricoles antérieures qui avaient permis de garder un contrôle sur les ‘mauvaises herbes’.

La rotation des cultures, l’alternance de l’emploi des pesticides, ainsi que le labour des sols ne sont plus pratiqués dans les fermes ayant opté pour les OGM. Avec l’émergence des ‘mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate, la solution de Monsanto a été jusqu’ici de supprimer les plantes avec des quantités toujours croissantes de Roundup.

Ces pratiques ont abouti à ce que le directeur de Cotton Incorporated, Robert Nichols, a décrit comme « une propagation exponentielle de la résistance » [6]. Des quantités toujours croissantes de glyphosate ne servent qu’à augmenter la virulence de la résistance dans les populations de ‘mauvaises herbes’.

  Monsanto veut augmenter l’utilisation des herbicides

Comme le célèbre Einstein l’avait déclaré « aucun problème ne peut être résolu avec la même attitude que celle qui est à l’origine de ce problème ». C’est précisément ce que Monsanto fait : défendre les herbicides pour qu’ils soient de plus en plus utilisés. Voici les nouvelles directives qui ont été publiées par l’entreprise pour gérer la résistance :
- L’utilisation d’un cocktail de pesticides, y compris l’herbicide 2,4-D, avant de semer les graines en grandes cultures
- La production de semences génétiquement modifiées exprimant la tolérance à plus d’un pesticide. DuPont a déjà commercialisé des semences tolérantes au glyphosate et au glufosinate. Monsanto a récemment annoncé un accord avec la société allemande de biotechnologie et de pesticides BASF, pour développer des plantes génétiquement modifiées avec un empilement, [une accumulation] de gènes de tolérance au glyphosate et au dicamba.
- L’utilisation d’herbicides qui restent actifs dans le sol, tuant toute plante dès sa germination, y compris le produit sulfentrazone

Les conséquences de l’utilisation d’herbicides sont encore plus susceptibles de soumettre l’environnement et les populations devant un risque supplémentaire. Les dommages causés par le glyphosate ont été démontrés : sur la fertilité des sols, sur les cultures elles-mêmes, sur la santé humaine, ainsi que sur les organismes vivants qui ne sont pas ciblés (voir [7,8] Scientists Reveal Glyphosate Poisons Crops and Soil, SiS * et EU Regulators and Monsanto Exposed for Huding Glyphosate Toxicity, SiS 5** 1).
* Version en français : "Des chercheurs scientifiques révèlent que le glyphosate empoisonne les plantes cultivées et les sols" par le Dr. Mae-Wan Ho, traduction, définitions & compléments de Jacques Hallard ; accessible sur http://yonne.lautre.net/spip.php?ar...
* Version en français : "Pour avoir caché la toxicité du glyphosate, les autorités chargées de la règlementation auprès de l’Union Européenne, ainsi que Monsanto, sont démasqués et dénoncés" par le Dr Eva Sirinathsinghji et le Dr Mae-Wan Ho, traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur http://isias.transition89.lautre.ne...

La résistance des ‘mauvaises herbes’ met Monsanto dans une position difficile et délicate. Les agriculteurs recherchent maintenant des semences de cultivars alternatifs [donc non-OGM], même si la société Monsanto exerce un contrôle important sur le marché des semences et sur les ventes futures du glyphosate : l’herbicide le plus vendu dans le monde commence à présenter un avenir incertain.

Des sociétés rivales ont déjà développé des alternatives aux systêmes herbicides-OGM et d’autres sont dans en cours. Monsanto a maintenant entamé une collaboration avec des entreprises pour créer des plantes génétiquement modifiées quii expriment une tolérance à d’autres herbicides.

  Face à l’apparition de la résistance des ‘mauvaises herbes’ au Roundup, il existe des solutions alternatives sans faire appel à des herbicides

Le point effectué sur les OGM met en évidence la nécessité d’une alternative, d’une solution sans faire appel aux herbicides, pour régler le problème des ‘mauvaises herbes’ devenues résistantes : la solution est fondée sur l’adoption d’une approche biologique et agroécologique. Les méthodes préconisées incluent :
- La vigilance et un contrôle rapide des populations d’herbes devenues résistantes.
- La rotation des cultures sur les parcelles et l’évitement de la monoculture, pour favoriser la levée de différentes populations de ‘mauvaises herbes’, ainsi que l’adoption de densités qui empêchent ainsi l’établissement d’une population d’herbe résistante.
- Des coupures dans la suite des cultures sur les parcelles, avec des systèmes de jachères et de prairies temporaires.
- Le désherbage mécanique des cultures.
- L’épuration manuelle des cultures par un arrachage des ‘mauvaises herbes’ isolées pour éviter qu’elles ne se reproduisent par graines.
- Les travaux culturaux divers pour détruire les plantules des ‘mauvaises herbes’
- Le paillage à l’aide de plantes de couverture ou de résidus végétaux pour réduire les populations de ’mauvaises herbes’.

  Pour conclure

Les ‘mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate détruisent les champs de cultures, causant d’importants problèmes agronomiques et économiques pour les agriculteurs. Cela ne peut pas être résolu par l’utilisation accrue d’herbicides qui auraient un impact négatif sur la santé humaine et sur l’environnement, mais uniquement avec des méthodes bio / agro-écologiques qui libèrent les agriculteurs du modèle de monoculture industrielle, qui les a plongés dans les problèmes rencontrés aujourd’hui (voir [9] Food Futures Now : * Organic * Sustainable * Fossil Fuel Free , ISIS publication).

© 1999-2011 The Institute of Science in Society
Contact the Institute of Science in Society
MATERIAL ON THIS SITE MAY NOT BE REPRODUCED IN ANY FORM WITHOUT EXPLICIT PERMISSION. FOR PERMISSION, PLEASE CONTACT ISIS

  Définitions et compléments

Les ‘mauvaises herbes’ résistantes au Roundup sont une défaite pour Monsanto

 Traduction, définitions et compléments :

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.
Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, professeur des écoles
honoraire.
Adresse : 19 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France
Courriel : jacques.hallard921@orange.fr
Fichier : ISIS OGM Monsanto Defeated by Roundup Resistant Weeds French version.2


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 351 / 304077

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site OGM & Pesticides & Plantes résistantes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License