ISIAS

"Une agriculture durable est essentielle pour une économie circulaire et écologique" par le Dr. Mae-Wan Ho

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mercredi 1er décembre 2010 par Ho Dr Mae-Wan

ISIS Agriculture Economie
Une agriculture durable est essentielle pour une économie circulaire et écologique
Sustainable Agriculture Essential for Green Circular Economy
Toute tentative de bâtir une économie ‘verte’, écologique, ne peut réussir que si elle est entièrement intégrée dans un mode de développement durable de la production agricole primaire, basé sur le système de l’économie circulaire qui est propre à la nature.
Dr. Mae-Wan Ho

ISIS Conférence 01/12/2010
Conférencière invitée pour la conférence ‘Ten + Une’ sur la pensée en boucle fermée, Université de Bradford, au Royaume-Uni, 29 Novembre - 1 Décembre 2010.
L’article original en anglais est intitulé Sustainable Agriculture Essential for Green Circular Economy ;il est accessible sur le site www.i-sis.org.uk/sustainableAgricul...

  L’initiative d’économie circulaire en Chine

J’ai entendu mentionner pour la première fois le terme d’« économie circulaire » lors d’un voyage d’étude en Chine en 2006, après avoir donné une conférence sur mon "modèle d’entropie nulle", propre aux organismes vivants et aux systèmes durables [1, 2] ( The Rainbow and the Worm, The Physics of Organisms, ISIS publication ; Sustainable Systems as Organisms ? ISIS scientific publication ; cela se passait à l’Institut de géographie de Guangzhou (à Guangzhou [Canton], dans la province chinoise de Canton) : le Professeur Zhang Hongou, directeur de l’Institut, m’avait fait remarquer que ce dont j’avais parlé, était la pensée ordinaire chinoise qui conduit à l ’« économie circulaire », par opposition à l’économie dominante linéaire qui est commune en Occident.

L’« économie circulaire » est issue d’une initiative du gouvernement chinois, qui fut lancée en 2004 pour équilibrer le développement économique et la protection des ressources environnementales [3, 4].

L’initiative était apparue à la fin de 25 années au cours desquelles l’économie chinoise avait connu une croissance moyenne de 8,7 pour cent par an, avec une augmentation concomitante de la consommation de matières et d’énergie. Les importations de pétrole avaient fortement augmenté, les ressources en eau et en minéraux avaient été surexploitées et la pollution de l’environnement menaçait d’échapper à tout contrôle. Les politiciens et les universitaires ont alors été appelés à mettre en chantier une forme plus efficace, l’économie circulaire.
En vertu de la proposition de la National Development and Reform Commission (NDRC), la Commission Nationale de la Réforme et du Développement de la Chine, une économie circulaire serait alors mise en œuvre et obtenue par des mesures législatives, politiques, techniques et financières, y compris des subventions gouvernementales et des allégements fiscaux.

L’initiative visait les secteurs d’activité de la fabrication manufacturière et des services, exhortant les responsables à renforcer l’économie et l’environnement en collaborant à la gestion des ressources environnementales, de sorte que les déchets d’une installation industrielle, y compris l’énergie, l’eau, les matériaux (ainsi que les informations), deviennent une autre source d’entrée. En travaillant ensemble, « la communauté des affaires recherche un bénéfice collectif qui est plus grand que la somme des bénéfices individuels et avantages ».

L’économie circulaire a été liée à un objectif de développement ambitieux visant à élever la majorité des populations de la Chine vers " une société de bien-être, partout et pour « tous » [4], de sorte que d’ici à 2050, une plus grande population des 1,8 milliards d(habitants aurait un PIB par habitant multiplié par cinq, équivalent 4.000 $ US par année. Certaines personnes pensent que cela pourrait être réalisé dans les 30 prochaines années, mais exigerait une forte augmentation de la production, multipliant les pressions sur les ressources naturelles et l’environnement. L’économie chinoise a besoin d’une amélioration de l’efficacité dans l’utilisation des ressources qui soit au moins multipliée par sept, ou plus probablement par dix.

En 2008, la Chine a adopté une Loi de l’économie circulaire [5] dont l’article 1 stipule : « Cette loi est formulée dans le but de promouvoir le développement de l’économie circulaire, l’amélioration de l’efficacité dans l’utilisation des ressources, la protection et l’amélioration de l’environnement et la réalisation d’un développement durable ».
L’article 2 stipule que :« Le terme « économie circulaire » comme mentionné dans ces mesures est un terme générique pour la réduction, la réutilisation et le recyclage dans les activités menées lors des processus de production, de circulation des produits et de leur consommation ».

Cette Loi d’économie circulaire est une version édulcorée de la proposition initiale [4]. Elle n’a aucune vision et ni mention pour réduire l’utilisation des ressources, ou pour l’amélioration de sept à dix fois, de l’efficacité dans l’’utilisation des ressources. Elle ne précise pas d’objectifs, en s’appuyant plutôt sur des améliorations graduelles. En outre, alors que la loi sera gérée par le puissant organisme NDRC, la mise en œuvre effective et l’exécution seront confiées aux autorités locales qui sont souvent accusées d’être corrompues.

À mon avis, la plus grande omission dans cette loi de l’économie circulaire de la Chine n’est pas dans l’absence d’objectifs ou d’un contrôle centralisé : c’est de laisser de côté la production agricole primaire durable - le cœur et l’âme d’une économie circulaire - comme je l’ai dit dans une conférence à l’Université Remin à Beijing en Mars 2010 (voir [6] ] Sustainable Agriculture, Green Energies and the Circular Economy, SiS 46) *.
* La version en français est intitulée "L’écologisation de la Chine : L’agriculture durable, les énergies vertes et l’économie circulaire" par le Dr. Mae-Wan Ho, traduction, définitions et compléments de Jacques Hallard ; elle est accessible sur le site http://yonne.lautre.net/spip.php?ar...

© 1999-2011 The Institute of Science in Society
Contact the Institute of Science in Society
MATERIAL ON THIS SITE MAY NOT BE REPRODUCED IN ANY FORM WITHOUT EXPLICIT PERMISSION. FOR PERMISSION, PLEASE CONTACT ISIS

 Définitions et compléments en français

Dossier Pdf à demander à yonne.laute@laposte.net (merci de préciser le titre du texte ou numéro de l’article)

 Traduction, définitions et compléments :


Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.
Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, professeur des écoles
honoraire.
Adresse : 19 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France
Courriel : jacques.hallard921@orange.fr
Fichier : ISIS Agriculture Economie Sustainable Agriculture Essential for Green Circular Economy French version.2


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 91 / 304077

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour des alternatives  Suivre la vie du site Produire bio & local   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License