ISIAS

Syngenta est accusé d’avoir dissimulé la mort d’animaux nourris avec du maïs génétiquement modifié

Traduction et compléments de Jacques Hallard
samedi 22 septembre 2012 par Sirinathsinghji Eva

ISIS OGM Santé
Syngenta est accusé d’avoir dissimulé la mort d’animaux nourris avec du maïs génétiquement modifié [OGM]
Syngenta Charged for Covering up Livestock Deaths from GM Corn
La société Syngenta fait face à des accusations criminelles pour avoir dissimulé ses propres études selon lesquelles des vaches sont mortes après avoir mangé son maïs génétiquement modifié [OGM]. Dr Eva Sirinathsinghji

Rapport de l’ISIS en date du 13/06/2012
L’article original en anglais s’intitule Syngenta Charged for Covering up Livestock Deaths from GM Corn ; il est disponible sur le site http://www.i-sis.org.uk/Syngenta_Ch...
S’il vous plaît diffusez largement et rediffusez, mais veuillez donner l’URL de l’original et conserver tous les liens vers des articles sur notre site Web ISIS.
Si vous trouvez ce rapport utile, vous pouvez soutenir l’ISIS en vous abonnant à notre magazine Science in Society, et encourager vos amis à le faire. Ou encore en jetant un oeil à la librairie ISIS bookstore pour voir nos autres publications

Le géant des biotechnologies Syngenta a été accusé au tribunal criminel pour avoir nié ses connaissances sur le fait que son maïs Bt génétiquement modifié (OGM) avait tué du bétail, au cours d’une affaire civile qui s’était terminée en 2007 [1].
La variété de maïs Bt 176 de Syngenta exprime une toxine insecticide Bt (Cry1Ab) dérivée de la bactérie Bacillus thuringiensis (Bt) et un gène conférant la résistance à l’herbicide glufosinate. La culture du maïs Bt 176 avait été interrompue dans l’Union Européenne en 2007. Toutefois, des variétés similaires, y compris le maïs doux Bt 11, sont actuellement cultivées pour la consommation humaine et animale dans l’Union Européenne.
Les accusations font suite à une longue lutte auprès de la justice par un agriculteur allemand dont les vaches laitières avaient subi une mystérieuse maladie et des morts après avoir mangé du maïs Bt 176. Ce dernier avait été cultivé sur sa ferme dans le cadre d’expérimentations réalisées sur le terrain et autorisées de 1997 à 2002. En 2000, ses vaches ont été nourries exclusivement avec ce maïs Bt 176, et bientôt des maladies ont commencé à apparaître. Il avait reçu la somme de 40 000 euros versés par Syngenta à titre de compensation partielle pour 5 vaches mortes, une diminution de la production de lait et les frais de vétérinaire. (voir [2] Cows ate GM Maize and Died, SiS 21).
Au cours d’une poursuite civile intentée contre la société par l’agriculteur, Syngenta avait refusé d’admettre que son maïs OGM était la cause des méfaits, en revendiquant ne pas avoir eu connaissance de tels dommages. L’affaire avait été rejetée et Gloeckner était resté avec des milliers d’euros de dettes.
Gloeckner avait continué à perdre des vaches et beaucoup d’autres ont dû être abattues en raison de maladies graves, l’obligeant à cesser d’utiliser des aliments génétiquement modifiés à partir de 2002. Il s’était rapproché de l’Institut Robert Koch et de Syngenta pour mener une enquête complète et approfondie. Cependant, une seule vache avait été analysée et les données sont encore inaccessibles au public. Sans surprise, aucune relation de cause à effet entre l’alimentation avec cet OGM et des morts d’animaux n’avait été déterminée, et il n’y a toujours pas d’explications pour ces décès.
Mais en 2009, l’agriculteur avait appris qu’une étude sur l’alimentation avait été commandée par Syngenta en 1996 : celle-ci avait abouti à la conclusion que quatre vaches étaient mortes en deux jours. Le procès avait été brusquement interrompu. Maintenant Gloeckner, avec un groupe allemand appelé Bündnis Aktion Gen-Klage et un autre agriculteur devenu militant, Urs Hans, ont amené Syngenta à la cour criminelle pour faire face à des accusations d’avoir retenu à la source la connaissance d’un essai aux États-Unis, ce qui avait rendu la société responsable de la destruction de 65 vaches de l’agriculteur. Syngenta est également accusé de la mort de bovins dans l’expérimentation aux Etats-Unis et à la ferme Gloeckner, qui auraient dû être enregistrés en tant qu’ "événements imprévus". Plus sérieusement, le chef allemand de Syngenta Hans-Theo Jahmann, est accusé d’avoir retenu à la source la connaissance de l’étude américaine auprès de la juge et de Gloecker dans le procès civil d’origine.

  Les vaches de Gloecker ne sont pas les seules

Ce n’est en aucun cas le seul décompte des morts mystérieuses liées à des aliments Bt génétiquement modifiés. En Inde, où le bétail avait été mis à paître sur une culture de coton après la récolte, des milliers de morts de bétail avaient été enregistrés dans différents villages à travers l’Inde centrale, où le coton Bt avait été cultivé (voir [3] Mass Deaths of Sheep Grazing on Bt Cotton, SiS 30). 
Les propres observations des bergers et des analyses post-mortem effectuées en laboratoire avaient révélé des anomalies au niveau du foie, des voies biliaires élargies et des taches noires dans l’intestin. Les bergers dirent que les moutons étaient devenus "sourds / déprimés" après 2-3 jours de pâturage ; ils avaient commencé à tousser avec un écoulement nasal ; ils avaient développé des lésions rouges dans la bouche, étaient devenus boursouflés et avaient souffert de diarrhée noirâtre, et ils avaient parfois une urine rouge. La mort était survenue au bout de 5-7 jours de pâturage. Les moutons, de jeunes agneaux aux adultes de 1,5-2 ans, avaient été touchés. Un berger a rapporté avoir été victime de diarrhée après avoir mangé de la viande d’un mouton touché. Les vétérinaires avaient déclaré que la toxicité était peut être due à la toxine Bt, mais cela ne pouvait pas être prouvé, car les résultats avaient été confondus avec l’emploi de pesticides sur les champs de cultures. Il avait cependant été déconseillé de laisser les brebis continuer à paître sur d’anciennes cultures de coton Bt.
Par ailleurs, des villageois philippins, vivant autour des champs de maïs Bt, avaient également été touchés par avec des morts et des maladies similaires avec de la fièvre, ainsi que des problèmes des voies respiratoires, des intestins et de la peau (voir [4] GM ban long overdue, five deaths and dozens ill in the Philippines, SiS 29). Cinq cas de mortalités avaient été signalés en 2003 et, par la suite, 38 personnes qui s’étaient fait faire une analyse de sang, s’étaient toutes montrées positives pour les anticorps spécifiques de la protéine Cry1Ab, ce qui suggère une réaction immunitaire à la toxine en question. Comme c’est souvent le cas, l’intimidation et le refus par les autorités gouvernementales avait signifié qu’il n’y avait pas nécessité de faire d’autres investigations à propos de cette affaire.

  Les causes des décès sont inconnues

Il n’y a pas encore d’explication fournie par les autorités quant à la cause de la mort des vaches de Gloeckner. L’industrie des biotechnologies affirme que les toxines Bt sont rapidement digérées dans l’estomac et ne sont efficaces que chez les espèces d’insectes cibles. Toutefois, une étude récente a permis de retrouver la toxine dans le sang de plus de 80% des femmes et de leurs enfants à naître, qui avaient été testés au Canada [5].
Puisque les toxines Bt, qui existent naturellement à partir de la bactérie du sol, avaient été utilisées depuis une longue période, les expériences de toxicologie à long terme et l’évaluation des risques sanitaires avec les protéines Bt présentes dans les plantes génétiquement modifiées [OGM] n’ont pas été faites. Cependant, il existe des différences importantes entre les toxines naturellement produites, qui peuvent être lessivées à partir des cultures, par opposition à des toxines produites par des plantes génétiquement modifiées et qui font partie intégrante de la plante OGM. Des études indépendantes ont montré que baser les évaluations sanitaires sur des hypothèses scientifiques erronées, n’est pas seulement cynique, mais également stupide.
Des études scientifiques datant des années 1990 ont permis didentifier les toxines Bt comme des immunogènes potentiels puissants : les toxines Cry1Ac induisent chez les souris des réponses immunitaires qui sont similaires à celles de la toxine du choléra [6]. Les travailleurs agricoles qui travaillent avec le coton Bt ont toujours rapporté des réactions allergiques nécessitant une hospitalisation dans certains cas (voir [7] More Illnesses Linked to Bt Crops, SiS 30).
Le lien entre la protéine Cry1Ac et l’état de l’intestin des souris a été démontré, avec l’apparition de symptômes concomitants de diarrhée [8]. Une méta-analyse d’études portant sur des expérimentations pendant 3 mois en alimentant des animaux de laboratoire, a révélé que le maïs Bt avait entraîné des changements dans les niveaux des protéines dans le sang, qui sont des indicateurs d’un métabolisme hépatique anormal (voir [9] GM Feed Toxic, Meta-Analysis Confirms, SiS 52) *.
* Version en français intitulée "Une nouvelle méta-analyse confirme que les aliments issus d’OGM sont toxiques pour les animaux" par le Dr Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://isias.transition89.lautre.ne...

Une étude récente a conclu que la protéine Cry1Ab est toxique pour les cellules de rein chez les êtres humains, provoquant la mort des cellules à des doses faibles (voir [10] Bt Toxin Kills Human Kidney Cells, SiS 52)*.
*Version en français intitulée "La toxine Bt tue les cellules rénales des êtres humains" par le Dr Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur http://isias.transition89.lautre.ne...

  Pour conclure

Les évaluations en matière de sécurité de nouveaux produits issus d’OGM ont sûrement besoin d’être effectuées de manière indépendante, et non pas contrôlées par les industriels concernés eux-mêmes, qui poussent à la mise sur le marché de leurs produits.
Des conflits d’intérêts masquent des données qui sont essentielles pour les productions agricoles, pour le bien-être animal, ainsi que pour la santé humaine.
Références
1. Syngenta charged with lying over cattle deaths, GM Watch, 25th May 2012 http://www.gmwatch.org/latest-listi...
2. Ho MW and Burcher S. Cows ate GM maize and died.Science in Society2004, 21, 4-6.
3. Ho MW. Mass death in sheep grazing on Bt cotton.Science in Society30, 12-13, 2006
4. Ho MW. GM ban long overdue, dozens ill & five deaths in the Philippines. Science in Society 29, 26-27, 2006
5. Aris A, Leblanc S. Maternal and fetal exposure to pesticides associated to genetically modified foods in Eastern Townships of Quebec, Canada. Reproductive Toxicolology, 2011,31, 528-33
6. Vázquez RI, Moreno-Fierros L, Neri-Bazán L, De La Riva GA, López-Revilla R. Bacillus thuringiensis Cry1Ac protoxin is a potent systemic and mucosal adjuvant. Scand J Immunology 1999 49, 578-84.
7. Ho MW. More illnesses linked to Bt crops. Science in Society 30, 8-10, 2006
8. Vázquez-Padrón RI, Gonzáles-Cabrera J, García-Tovar C, Neri-Bazan L, Lopéz-Revilla R, Hernández M, Moreno-Fierro L, de la Riva GA. Cry1Ac protoxin from Bacillus thuringiensis sp. kurstaki HD73 binds to surface proteins in the mouse small intestine. Biochemical Biophysical Research Communications 2010, 271, 54-8.
9. Sirinathsinghji E. GM feed toxic, new meta-analysis confirms.Science in Society 52, 30-32, 2011
10. Sirinathsinghji E. Bt Toxin Kills Human Kidney Cells, Science in Society 54, 36-38, 2012
© 1999-2012 The Institute of Science in Society
Contact the Institute of Science in Society
MATERIAL ON THIS SITE MAY NOT BE REPRODUCED IN ANY FORM WITHOUT EXPLICIT PERMISSION. FOR PERMISSION, PLEASE CONTACT ISIS

 Définitions et compléments

 Traduction, définitions et compléments :

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.
Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, professeur des écoles
honoraire.
Adresse : 585 19 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France
Courriel : jacques.hallard921@orange.fr
Fichier : ISIS OGM Santé Syngenta Charged for Covering up Livestock Deaths from GM Corn French version.2


titre documents joints

Syngenta est accusé d’avoir dissimulé la mort d’animaux nourris avec du maïs génétiquement modifié

22 septembre 2012
info document : PDF
160.8 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 473 / 332442

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site OGM & Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License