ISIAS

"La Théorie du Tout ou ‘théorie Z’" par le Dr Mae-Wan Ho

Traduction et compléments de Jacques Hallard
vendredi 28 décembre 2012 par Ho Dr Mae-Wan

ISIS Physique
La Théorie du Tout ou ‘théorie Z’
Comment la fusion froide et les expériences d’antigravité ont conduit l’ingénieur / physicien Frank Znidarsic à une nouvelle théorie de la causalité qui se rapporte à toutes les forces naturelles et qui pourrait bien avoir suscité l’intérêt d’Einstein ; mais a-t-il raison ? Dr Mae-Wan Ho

Rapport de l’ ISIS en date du 09/12/2011
Une version entièrement référencée de cet article intitulé The Z Theory of Everything est posté et accessible par les membres de l’ISIS sur le www.i-sis.org.uk/The_Z_theory_of_ev...;; elle est disponible en téléchargement ici . Une version technique en anglais et plus étendue est également disponible par téléchargement .

  L’ultime Théorie du Tout (en anglais TOE ou Theory Of Everithing)

L’ingénieur en électricité et physicien Frank Znidarsic a enquêté sur de nouvelles sources d’énergie pendant vingt ans, suivant la voie de la fusion froide et des recherches sur l’antigravité. Il est finalement arrivé à une nouvelle théorie surprenante de la réalité quantique qui concerne toutes les forces naturelles, y compris la gravité [1-3] ; cela n’a pas encore été publié dans un journal destiné au grand public, mais il y a un article scientifique validé par des pairs qui a été accepté pour publication [3]. Cet article est co-écrit avec Glen Robertson, du laboratoire Marshall de la NASA. À la demande de Znidarsic [4], j’ai regardé ce qui est exprimé dans sa théorie et j’ai été suffisamment convaincue pour écrire sur ce sujet.
L’unification de toutes les forces - « une théorie du tout », en anglais ‘theory of everything’ ou TOE - un projet lancé par Albert Einstein et repris par beaucoup d’autres chercheurs après lui, est devenu le Saint Graal de la physique théorique. Bien que l’unification des forces électromagnétiques faibles et des forces nucléaires fortes ait été atteinte, la gravité reste au ban des lois physiques existantes.
Si Znidarsic a raison, sa théorie (que j’appellerai la théorie Z) peut très bien conduire à une compréhension de l’étendue et de la force des champs de force et elle peut également fournir une explication pour la constante de Planck, pour la constante de la structure fine, de l’atome de Bohr, du saut quantique, et de l’intensité des spectres d’émissions atomiques, etc…
C’est une longue liste de mystères non résolus, ou de mystères qui sont acceptés comme n’ayant pas d’explications dans la communauté scientifique. Nul autre candidat pour la théorie du Tout ne s’est présenté si près de l’accomplissement de tout cela, et surtout pas la théorie standard de l’univers qui est en danger de se retrouver dans l’histoire comme l’échec le plus spectaculaire de la ‘grande science’ (voir encadré 1).

Encadré 1

Le Boson de Higgs est un ‘boojum’ (non seulement improbable mais impossible).
Lors d’une conférence prévue en août 2011 pour annoncer la découverte du boson de Higgs qui confirmerait la théorie standard de l’univers, les scientifiques du CERN ont eu à admettre que la « particule de Dieu » pourrait ne pas exister du tout [5]. Auparavant, en juillet 2011, les scientifiques américains du Fermilab, près de Chicago, qui ont travaillé à la recherche du boson de Higgs depuis près de 30 ans, ont dit qu’ils espéraient établir si le boson de Higgs existe effectivement d’ici la fin septembre 2012 quand le ‘Tevatron’ va fermer ses portes.
Si le boson de Higgs n’existe pas, il aura été l’échec le plus spectaculaire de la ‘grande science’, ainsi que l’un des déchets les plus phénoménaux de l’argent des contribuables. Le physicien Shahriar Afshar a déjà prévenu « des chaos et des luttes intestines » entre les scientifiques, et une perte totale de confiance auprès de l’opinion publique et chez les contribuables [6], si le boson de Higgs ne parvenait pas à se manisfester.
Le Large Hadron Collider, un équipement construit à cet effet pour traquer le boson de Higgs, est logé dans un tunnel circulaire de 27 km, enfoui à 175 mètres sous la frontière suisse et française au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) dans la banlieue de Genève [7]. Il a fallu 16 ans et un consortium de 20 nations dépensant un total de 10 milliards de dollars US [8], plus un coût d’exploitation annuel de 1 milliard de dollars US [9].
L’installation avait commencé à fonctionner en septembre 2008, mais un « échec retentissant », en raison d’une explosion entre deux aimants supraconducteurs très puissants du collisionneur, l’aait mise hors service pendant plus d’un an. Quand elle a été réouverte, elle fonctionnait seulement à une demi-puissance de 3,5 trillions d’électron-volts (TeV) par proton, au lieu de la puissance de 7 TeV pour laquelle elle avait été conçue [10]. A la fin de l’année 2011, tous les accélérateurs du CERN devaient fermer pendant 15 mois pour des réparations, y compris à cause d’un nombre inconnu d’aimants qui avaient mystérieusement perdu leur capacité à gérer les courants élevés qui produisent les champs nécessaires pour utiliser le collisionneur à pleine puissance. Il est prévu que le collisionneur puisse redémarrer à nouveau en 2013, avec des énergies de protons de 6,5 TeV.
Le CERN prévoit une mise à niveau vers une énergie protonique totale de 33 TeV au cours des 20 prochaines années, soit presque autant que le ‘Superconducting Super Collider’ des Etats-Unis qui avait été suspendu par décision du Congrès des Etats-Unis en 1993. En attendant, les « bonnes nouvelles » sont que « la particule de Higgs pourrait être trouvée d’ici Noël… » [11], ou probablement jamais.
La théorie Z est simple et intuitive une fois que la physique de base et les concepts d’ingénierie sont expliqués grâce à l’enthousiasme du physicien Lane Davis [12], qui a créé une excellente série de plus de 20 vidéos postées sur YouTube [13].
Lane Davis vous emmène de l’électromagnétisme enseigné dans les lycées jusqu’aux pratiques d’ingénierie vues au quotidien, grâce à la fusion froide – qui est très controversée - et aux recherches sur l’antigravité, et même jusqu’à un algèbre élémentaire qui contient la théorie Z ; tout cela démontre comment toutes les constantes fondamentales sont réduites à une seule : la vitesse du son dans le moyau atomique, à environ 1 million de mètres par seconde, 1,093846 x 106 m / s, pour être plus précis [12].
La série est narrée par Lane Davis lui-même, illustrée à travers des exemples tirés de jeux et de sports, et pimentés avec des expressions non pertinentes, irrévérencieuses et parfois comiques, empruntées au domaine des mathématiques. Et comme grande conclusion, l’équation du « maître » est présentée avec du rap. Ah, si j’avais eu la chance d’avoir un professeur de physique comme ça quand j’étais plus jeune !

  Un talent rare pour une traduction entre l’intuition physique et les mathématiques

 Texte intégral et documents complémentaires de Jacques Hallard

"La Théorie du Tout ou ‘théorie Z’" par le Dr Mae-Wan Ho

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 81 / 332442

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Sciences & Politique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License