ISIAS

"Dix ONG demandent à la Chine d’arrêter la production du glyphosate pour protéger la santé publique mondiale" par Dix Organisations Non Gouvernementales (ONG)

Traduction et compléments de Jacques Hallard
vendredi 10 juillet 2015 par isias

ISIS OGM Pesticides
Dix ONG demandent à la Chine d’arrêter la production du glyphosate pour protéger la santé publique mondiale
Le pays qui est le plus grand producteur et exportateur de la matière active herbicide glyphosate doit suspendre les exportations et les importations
Dix Organisations Non Gouvernementales (ONG), dont l’Institut des Sciences dans la Société (ISIS, basé à Londres), ont écrit une lettre ouverte à l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni pour demander à la Chine de suspendre les exportations et les importations de la matière active à effet herbicide glyphosate, pendant que des expérimentations indépendantes soient organisées et réalisées.

27/04/2015 Lettre ouverte aux populations de la Chine

Ambassadeur Liu Xiaoming
Ambassade de la République populaire de Chine
49 Portland Place, Londres W1B 1JL

Sollicitation pour une lettre urgente à transmettre au Président Xi Jin-ping et au Premier Ministre Li Ke-qiang

Pour le peuple chinois,
Pour Xi Jin-ping, Président de la République populaire de Chine
Pour Li Ke-Qiang, Premier ministre de la République populaire de Chine
LETTRE OUVERTE : L’impact du glyphosate / ‘Roundup’ sur la santé mondiale
Avril 2015

Chers Amis

Nous vous écrivons en tant que membres de diverses organisations non-gouvernementales en Europe, pour attirer votre attention sur l’un des plus grands problèmes de santé auquel la planète doit faire face actuellement - à savoir l’épidémie des mauvais états de santé qui sont associés à l’utilisation continue (et l’expansion) du de la substance chimique glyphosate et de sa principale formulation commerciale appelée ‘Roundup’. Comme vous le savez, ce dernier est un produit chimique breveté et commercialisé par la société Monsanto et par d’autres entreprises dans le monde, sous le prétexte qu’il est sans danger pour les êtres humains, mais qu’il est létal pour les plantes.

En plus d’être largement utilisé comme herbicide, le glyphosate est par ailleurs utilisé de plus en plus sur les cultures de plantes génétiquement modifiées (OGM), rendues tolérantes aux herbicides et également comme un agent desséchant utilisé avant la récolte des céréales et d’autres plantes.

Dans les situations où ’l’agriculture industrielle’ est pratiquée, ce produit chimique est pulvérisé à une vaste échelle, affectant non seulement les travailleurs agricoles, mais aussi les habitants des communautés voisines. Il est donc largement répandu et présent de nos jours dans les approvisionnements des denrées alimentaires dans de nombreux pays, y compris en République populaire de Chine, et il est possible de le retrouver dans les tissus des animaux, dans l’urine humaine et dans le lait maternel, ainsi que dans une grande variété de produits alimentaires qui sont commercialisés. Ceci est bien décrit et argumenté dans la littérature scientifique.

Nous avons étudié les revendications selon lesquelles le glyphosate et le ‘Roundup’ sont des produits qualifiés comme ’sûrs’ [en terme de sécurité], et nous vous demandons respectueusement de garder à l’esprit les récentes conclusions suivantes :

1. Un groupe de travail de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le glyphosate est maintenant considéré comme « cancérogène probable pour les êtres humains » (1). Le rapport complet - non encore publié - contiendra la preuve complète qui sous-tend la conclusion. Le Groupe CIRC a affecté au glyphosate une catégorisation 2A pour les êtres humains, et il a également déclaré que ses effets génotoxiques chez d’autres mammifères sont « suffisamment démontrés ». Comme vous le savez, une catégorisation 2A dans la référence du CIRC est équivalent à la catégorie 1B dans l’Union Européenne, ce qui signifie que le glyphosate ne peut pas recevoir une nouvelle autorisation de l’Union Européenne (la question est actuellement à l’étude).

2. Récemment, la Fédération des professionnels de la santé en Argentine (représentant 30.000 membres) a déclaré ceci : « Le glyphosate provoque non seulement des cancers, mais il est également associé à une augmentation des avortements spontanés, des malformations congénitales, des maladies de la peau et des voies respiratoires, ainsi que des maladies neurologiques ». Sur la base du cumul des expériences acquises au cours de nombreuses années, les médecins ont appelé à une interdiction immédiate des spécialités d’herbicides à base de glyphosate dans leur pays (2).

3. Après l’étude de diverses pistes dans les archives de l’Environmental Protection Agency des Etats-Unis (EPA), nous avons émis un bref rapport (3) qui montre que les deux organismes, Monsanto et EPA, connaissaient le lien entre le glyphosate et les cancers car il y a déjà bien longtemps, (en 1980), que des tumeurs malignes et d’autres dommages au niveau des organes ont été observés et enregistrés, à partir des expérimentations d’alimentation et des études réalisées chez des rats et des souris, qui étaient, et qui sont encore, considérées comme des secrets commerciaux (4). Nos révélations ont confirmé d’autres résultats publiés par Caroline Cox en 1995 et par l’Institut de la Science dans la Société (ISIS, basé à Londres), en 2014 (5). Le mythe reposant sur la « sécurité relative » de l’herbicide glyphosate a été promu à la fois par Monsanto et par l’EPA en 1981, et il a été maintenu bien en vie depuis cette époque, par les organismes chargés de la réglementation, aux Etats-Unis, dans l’Union Européenne et dans d’autres à travers le monde, pour des raisons purement commerciales. Nous sommes aussi à l’aise avec la pratique des affaires qui consistent à cacher d’importantes découvertes scientifiques en les classant comme des secrets commerciaux, en interdisant ainsi l’examen public de ces documents. Dans une perspective européenne, à notre avis, l’EFSA et d’autres agences de l’UE ont aussi fermé les yeux devant l’accumulation des preuves sur les dommages enregistrés depuis 2002.

Découlant de ce qui précède, nous sommes véritablement effrayés par le mal qui est fait actuellement pour la santé de vos citoyens et même pour la santé des personnes et des populations à travers la planète.

Nous comprenons que la Chine est déjà le plus grand producteur et exportateur de glyphosate dans le monde, y compris à travers les exportations destinées à Monsanto pour l’utilisation dans la fabrication des formules de Roundup qui sont distribuées dans le monde entier. En conséquence, nous demandons que votre gouvernement accepte qu’il assume, avec Monsanto, une certaine responsabilité pour le préjudice dévastateur pour la santé publique dans les pays importateurs de glyphosate / Roundup en provenance de Chine. Nous redoutons et craignons également que certaines revendications massives pour des indemnisations se manifestent dans un proche avenir.

La Chine est également le plus grand importateur de soja et de maïs (RR ou ’Roundup Ready’), contribuant ainsi à la production continue de ces variétés d’OGM cultivées aux Etats-Unis, en Argentine et au Brésil. Ce ne sera pas chose facile que de fermer des usines de fabrication et d’interdire l’utilisation de cette substance chimique dans les villes et à travers tout le pays ; si les importations de soja RR et de maïs ’Roundup Ready’ sont arrêtées ; ces produits devront être remplacés par d’autres.

Mais nous vous demandons respectueusement de prendre une position en tant que leader mondial dans ce domaine.

Tout d’abord, s’il vous plaît, allez passer commande auprès des institutions scientifiques compétentes en Chine, pour effectuer des expérimentations indépendantes sur les risques de cancérogénicité à long terme, de tératogénicité, des perturbations endocriniennes lors du développement des organismes vivants, et des tests de toxicité sur la reproduction pendant plusieurs générations avec le glyphosate seul, et avec les formulations commerciales de ‘Roundup’. Ces études doivent être réalisées par des institutions qui n’ont pas de liens d’intérêts commerciaux ou universitaires avec les industries du secteur de la chimie qui produisent le glyphosate et / ou des produits connexes, et également sans connexions pour l’évaluation antérieure de la sécurité du glyphosate et / ou des produits connexes. Nous pensons également qu’en Chine comme ailleurs, il devrait maintenant être mis en place un programme national de tests pour détecter les résidus de glyphosate contenus dans les eaux de surface, dans les eaux souterraines, chez les animaux et dans l’urine humaine, le lait maternel et le sang. En parallèle, nous espérons que vous verrez l’utilité d’une enquête épidémiologique au niveau national portant sur le lien entre la pollution causée par le glyphosate / Roundup (y compris les traits ou caractères génétiques contenus dans le soja OGM importé), d’une part, et l’incidence accrue des maladies malignes au cours des 20 dernières années, d’autre part.

Deuxièmement, avant que ces études soient réalisées et que des solutions appropriés soient mises en service, nous vous demandons comme mesure de précaution essentielle de suspendre immédiatement la production, la vente et les exportations de glyphosate, de suspendre les importations des formulations commerciales de Roundup, et de suspendre également les importations de tous les produits agricoles (comme les variétés RR ou’Roundup Ready’) contenant des résidus de glyphosate.

Enfin, étant donné les fraudes qui ont été pratiquées dans le passé par IBT et Craven Labs dans la réalisation de tests pour l’industrie sur les pesticides, y compris sur le glyphosate, nous vous invitons à défier Monsanto pour mettre immédiatement certains rapports clés (6) dans le domaine public. Si la société ne veut pas coopérer en mettant à votre disposition ces documents sans ratures ni surcharges, nous pourrons supposer qu’il y a eu faute scientifique et que les conclusions d’un lien entre le glyphosate et les cancers, sont bien fondées. Le glyphosate aurait dû être interdit au niveau mondial il y a 35 ans, et le ‘Roundup’ n’aurait jamais dû été mis sur le marché. Après des décennies de dommages pour la santé publique, il doit être dans l’intérêt du monde entier que ces produits chimiques mortels soient mis immédiatement hors d’usage, avant que des dommages et dégâts supplémentaires ne continuent de se manifester. .

Alors que de nombreux scientifiques, tant en Europe et qu’aux États-Unis, partagent les préoccupations exprimées ci-dessus, il y a de nombreux obstacles politiques et commerciaux pour opérer ce changement. Si la Chine pouvait prendre une avance sur la manière de faire que nous suggérons respectueusement, en plaçant la sécurité et la bonne santé des générations futures au-dessus des aspirations commerciales des multinationales, ce serait, pour notre planète, quelque chose d’une importance vraiment historique.

Merci beaucoup pour votre considération. Cordialement,

Dr Brian John, GM-Free Cymru, Wales, UK
Peter Melchett, The Soil Association, UK
Dr John Fagan, Earth Open Source, London, UK
Dr Mae-Wan Ho, Institute of Science in Society, London, UK
Michael O’Callaghan, Global Vision Foundation, Geneva, Switzerland
Henry Rowlands, Global GMO Free Coalition, Bulgaria
Claire Robinson, GM Watch, UK
Pat Thomas, Beyond GM, London, UK
Sandra Smith, GM-Free Scotland, UK
Lawrence Woodward, GM Education - Citizens Concerned about GM, UK

Notes et références

1. Carcinogenicity of tetrachlorvinphos, parathion, malathion, diazinon, and glyphosate (2015)
Kathryn Z Guyton, Dana Loomis, Yann Grosse, Fatiha El Ghissassi, Lamia Benbrahim-Tallaa, Neela Guha, Chiara Scoccianti, Heidi Mattock, Kurt Straif, on behalf of the International Agency for Research on Cancer Monograph Working Group, IARC, Lyon, France
Lancet Oncol 2015. Published Online March 20, 2015 http://dx.doi.org/10.1016/ S1470-2045(15)70134-8
International Agency for Research on Cancer 16 Volume 112 : Some organophosphate insecticides and herbicides : tetrachlorvinphos, parathion, malathion, diazinon and glyphosate. IARC Working Group. Lyon ; 3–10 March 2015. IARC Monogr Eval Carcinog Risk Chem Hum (in press).

2. Argentina : 30,000 doctors and health professionals demand ban on glyphosate
http://www.gmwatch.org/index.php/ne...

3. http://www.gmfreecymru.org/documents/monsanto_knew_of_glyphosate.html

4. It has been further revealed to us by our consultant, that Bio/dynamics used three studies to dilute the data found on kidney tumors, but went even further by fraudulently using five unrelated historical controls to dilute the tumor data found in the testes of male rats. The study clearly showed that glyphosate caused testicular tumors in all three of the test groups. However, the experiment’s own control animals showed zero incidence of tumors in the testes of male rats.

5. Cox C. Glyphosate, Part 1 : Toxicology. J Pesticide Reform, 1995, 15, Northwest Coalition for Alternatives to Pesticides, Eugene, OR.
http://www.1hope.org/glyphos8.htm
http://www.i-sis.org.uk/Glyphosate_...
ISIS Report 26/03/14
Glyphosate and Cancer : New research shows that the low levels of glyphosate found in human urine can promote the growth of human breast cancer cells, confirming the carcinogenic potential of the herbicide known since the 1980s
Dr Mae Wan Ho

6. ’A Three-Generation Reproduction Study in Rats with Glyphosate’ (Final Report ; Bio/dynamics Project No. 77-2063 ; March 31, 1981) — submitted by Monsanto to EPA
’Addendum to Pathology Report for a Three-Generation Reproduction Study in Rats with Glyphosate. R.D. #374 ; Special Report MSL-1724 ; July 6, 1982’ EPA Registration No 524-308, Action Code 401. Accession No 247793. CASWELL#661A’ — submitted by Monsanto to EPA
’A Lifetime Feeding Study of Glyphosate (Roundup Technical) in Rats’ (Report by GR Lankas and GK Hogan from Bio/dynamics for Monsanto. Project #77-2062, 1981 : MRID 00093879) — submitted by Monsanto to EPA. Including the study’s 4-volume Quality Control evaluation of the Bio/dynamic assessment performed by Experimental Pathology Laboratories, Inc. (2,914 pp).
Also Addendum Report #77-2063
Knezevich, AL and Hogan, GK (1983) ’A Chronic Feeding study of Glyphosate (Roundup Technical) in Mice’. Project No 77-2061. Bio/dynamics Inc for Monsanto. Accession No #251007-251014 — document not available but cited in EPA 1986 Memo.
Follow-up study : McConnel, R. ’A chronic feeding study of glyphosate (Roundup technical) in mice : pathology report on additional kidney sections’. Unpublished project no. 77-2061A, 1985, submitted to EPA by Bio/dynamics, Inc.

membership sitemap support ISIS contact ISIS © 1999-2015 The Institute of Science in Society

Le document original est intitulé Ten NGOs Ask China to Stop Producing Glyphosate to Protect World Health et il est accessible sur le site suivant : http://www.i-sis.org.uk/Ten_NGOs_Ask_China_to_Stop_Producing_Glyphosate.php

Traduction en français : Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant- Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France - Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIS OGM Ten NGOs Ask China to Stop Producing Glyphosate to Protect World Health French version.3 ---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 263 / 304077

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site OGM & Pesticides & Plantes résistantes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License