ISIAS

"Une autre substance cancérogène probable est sur le point d’entrer en Europe à travers des importations de sojas génétiquement modifiés (OGM) et tolérants à deux herbicides très toxiques" par GMWATCH

Traduction et compléments de Jacques Hallard
dimanche 15 mai 2016 par GM Watch


ISIAS GMWATCH Pesticides OGM

Une autre substance cancérogène probable est sur le point d’entrer en Europe à travers des importations de sojas génétiquement modifiés (OGM) et tolérants à deux herbicides très toxiques

Les sojas génétiquement modifiés (OGM) qui tolèrent la matière active à effet herbicide glyphosate, un cancérogène probable, sont déjà importés en Europe. Maintenant, la Commission européenne envisage, sous la pression des États-Unis, de permettre l’importation de sojas OGM qui auraient été pulvérisés avec un second herbicide classé cancérogène probable. Ray Seidler, un ancien scientifique principal à l’EPA [Agence de Protection de l’Environnement aux Etats-Unis], déclare que l’Europe devrait s’y opposer. {{}}

Un article du Dr. Ray Seidler diffusé le 28 avril 2016 par GMWatch sous le titre Another probable carcinogen on its way into Europe’ s soybean imports  ; l’original est accessible sur le site : http://gmwatch.org/news/latest-news/16904-another-probable-carcinogen-on-its-way-into-europe-s-soybean-imports

ENCORE UNE FOIS le lobby agroalimentaire américain tente d’intimider le reste du monde en autorisant les cultures de plantes génétiquement modifiées (OGM). Dans le dernier cas qui s’est présenté, l’American Soybean Association (ASA) a demandé l’aide * de hauts responsables agricoles des États-Unis pour pousser la Commission européenne à approuver l’importation de nouveaux types de soja génétiquement modifiés (OGM).

[* Voir : ASA Urges Vilsack, Froman to Pressure EU on Unapproved Soy Traits ].

Les deux variétés de soja en question sont génétiquement modifiées pour survivre après une pulvérisation des cultures avec une combinaison d’herbicides :
1) MON87708 x MON89788, conçu pour tolérer le glyphosate + le dicamba * de Monsanto
2) FG72, conçu pour tolérer le glyphosate + l’isoxaflutole de Bayer.

[* A propos du dicamba, on peut aussi se reporter à l’article ’OGM Santé Pesticides : En route pour des plantes cultivées génétiquement modifiées tolérantes au Dicamba ?’ par le Professeur Joe Cummins, traduction Jacques Hallard, mercredi 20 juin 2007].

[* Voir également : Toxicology of glyphosate, isoxaflutole, dicamba and possible combination effects].

Les mélanges d’herbicides sont une réponse pour détruire les ‘mauvaises herbes’ [ou plantes adventices] devenues résistantes au glyphosate dans les champs : celles-ci étouffent les cultures du fait des semis répétés et à grande échelle de soja et de maïs tolérants au glyphosate.

C’est à la suite des pulvérisations avec l’herbicide à base de glyphosate sur ces espaces cultivés que les ‘mauvaises herbes’ sont devenues résistantes. Donc, les agriculteurs se tournent vers d’autres herbicides et des combinaisons d’herbicides pour tenter de contenir ces plantes indésirables.

Il y a des dangers réels avec les combinaisons d’herbicides utilisés sur ces plantes de soja OGM. Les résidus peuvent se retrouver dans les approvisionnements alimentaires et dans les aliments pour animaux. Les scientifiques ne savent pas, si on combinait ces herbicides, quels seraient les effets synergiques sur la santé, lorsque les deux produits chimiques sont présents simultanément dans une plante. Les études nécessaires n’ont tout simplement pas été faites pour pouvoir conclure.

Je suis particulièrement préoccupé par le mélange de glyphosate et d’isoxaflutole, car ces deux produits chimiques ont été jugés cancérogènes probables pour les êtres humains lorsqu’ils sont analysé et testés séparément*.

[* Voir le document d’archive de l’EPA, en anglais, qui est disponible sur de site : https://archive.epa.gov/pesticides/... ].

L’agence du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), auprès de l’Organisation mondiale de la Santé, a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » l’an dernier* et 94 scientifiques internationaux ont été d’accord avec cette qualification**.

[* Voir le document des ‘Amis de la Terre’ : « Glyphosate : « probablement cancérigène » affirme l’OMS  »].

** Voir le document de commentaires intitulé « Differences in the carcinogenic evaluation of glyphosate between the International Agency for Research on Cancer (IARC) and the European Food Safety Authority (EFSA) » in J. Epidemiol Community Health doi:10.1136/jech-2015-207005.

Voir aussi ’L’herbicide Roundup est répertorié comme cancérogène par les autorités danoises’ par le Dr Mae-Wan Ho, traduction Jacques Hallard, dimanche 6 mars 2016].

Par ailleurs, l’EPA [‘Environmental Protection Agency’) a classé l’isoxaflutole comme cancérigène ’probable’ il y a déjà longtemps, en 1997 *. ‘Pesticide Action Network’ [un réseau international d’organisation non gouvernementales d’action contre l’emploi de pesticides, fondé en 1982], l’a surnommé “Bad Actor” [un « mauvais acteur »] en ce qui concerne le cancer, plaçant ce produit chimique dans la catégorie la plus élevée de la toxicité**.

[* Voir l’article d’archives en anglais sur le site suivant : Https ://archive.epa.gov/pesticides/chemicalsearch/chemical/foia/web/pdf/123000/123000-075.pdf ].

[** Voir : Isoxaflutole - Identification, toxicity, use, water pollution potential, ecological toxicity and regulatory information

Les effets combinés

Les études qui ont été effectuées sur le glyphosate et sur l’isoxaflutole, substances prises individuellement, indiquent qu’il y a un certain chevauchement entre leurs effets. Cela donne à penser qu’ils pourraient se combiner pour causer des effets encore plus graves.

Par exemple, les deux substances sont toxiques pour le foie et provoquent des lésions hépatiques et des tumeurs de la thyroïde, ainsi que des anomalies congénitales qui impliquent le développement du squelette.

Voilà la conclusion d’une analyse des données scientifiques* réalisée par le toxicologue Wolfgang Reuter pour l’organisation de recherche allemande Testbiotech.

[* Voir l‘étude ‘Toxicology of glyphosate, isoxaflutole, dicamba and possible combination effects’].

Wolfang Reuter a écrit : « Les effets combinés ne sont ni évalués dans le processus d’autorisation des pesticides européens, ni au cours du processus d’autorisation pour les mises en cultures des deux variétés de soja génétiquement modifiées ».

Le commissaire européen Vytenis Andriukaitis a admis qu’il n’y a pas de méthodes en place en Europe pour évaluer les effets combinés et synergiques des résidus de pesticides. Il a écrit dans une lettre * à Testbiotech et GeneWatch UK : « Il est vrai que la législation exige de considérer les effets cumulatifs et synergiques des résidus ... mais seulement lorsque les méthodes d’évaluation seront disponibles. Ce n’est pas encore le cas et la législation reconnaît qu’il est nécessaire de poursuivre les travaux à cet égard. ’

* Voir : [Letter from EU Commission regarding import of genetically engineered soybeans (January 2016)].

L’EFSA confirme les préoccupations

En février 2016, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) * a publié les résultats de son examen concernant l’évaluation des risques de la substance chimique isoxaflutole, étude validée par des pairs.

* Voir : Peer review of the pesticide risk assessment of the active substance isoxaflutole - European Food Safety Authority - EFSA Journal 2016 ;14(2):4416 [115 pp.].

Cela n’a servi qu’à accroître les préoccupations antérieures :
• La substance dénommée isoxaflutole a été confirmée comme cancérigène et toxique pour le développement des êtres vivants.
• Il a été trouvé trois métabolites différents de l’isoxaflutole dans les graines de soja
• L’évaluation des risques pour la nourriture humaine et l’alimentation du bétail ne peut pas être achevée car aucune limite maximale de résidus (LMR) ne peut être déterminée en raison du manque de données disponibles.
• De nombreux risques ont été identifiés en ce qui concerne les expositions subies par les opérateurs, les travailleurs, les passants au voisinage des pulvérisations des cultures, les consommateurs, les animaux vertébrés terrestres non-cibles, d’autres organismes terrestres et même les nappes d’eaux souterraines ont été prises en considération.

Ainsi, l’EFSA a identifié des risques graves et des lacunes dans les données disponibles et le commissaire Andriukaitis de l’Union Européenne est conscient qu’il n’y a pas d’études toxicologiques pour décrire et connaître les effets combinés du glyphosate et de l’isoxaflutole, qui sont tous deux classés comme cancérogènes probables. .

Pourtant, en dépit de tout cela, Andriukaitis a déclaré que la Commission a l’intention de permettre l’importation en Europe de ces graines de soja OGM ! *

[* Voir : [After pressure from industry : EU Commission wants to allow the import of genetically engineered „toxic“ soybeans].

Je suis choqué par ce développement. Le manque de tests pour évaluer les conséquences sur les animaux, sur les êtres les humains et sur l’environnement, devrait être suffisant pour disqualifier l’importation de ces produits et les graines de soja OGM jusqu’à ce que de telles méthodes de dosages soient disponibles. Qu’est-il donc arrivé au principe de précaution ? {{}}

La petite histoire de l’isoxaflutole

L’isoxaflutole a été conditionnellement enregistré aux États-Unis par l’EPA en 1998*. L’enregistrement a été limité dans le temps jusqu’en 2001 et limitée également à certains Etats. En outre, les agriculteurs ont été limités à une seule application par saison sur leurs cultures.

[* Voir le document : ‘United States Office of Prevention, Pesticides - Environmental Protection and Toxic Substances Agency (7501C) – Pesticide Fact Sheet - Name of Chemical : Isoxaflutole - Reason for Issuance : Conditional Registration - Date Issued : September 15, 1998’].

L’EPA avait alors expliqué ses préoccupations : « il a été démontré la toxicité de l’isoxaflutole sur le développement et il a été classé comme cancérogène dans le Groupe B2 (cancérogène probable pour l’homme) ... l’isoxaflutole est persistant et mobile : il peut être lessivé, se retrouver dans les eaux de surface et s’accumuler dans les eaux des nappes souterraines…. »

Parce que certains états restreignent ou interdisent l’utilisation de isoxaflutole sur les cultures du maïs, par crainte de la contamination des eaux souterraines, l’herbicide n’est actuellement utilisé que sur seulement 7% de la superficie des maïs cultivés aux États-Unis (environ 7 millions d’acres). L’utilisation de l’isoxaflutole sur les cultures de soja OGM FG72 augmenterait encore son utilisation aux États-Unis avec une projection de l’ordre de 50 millions d’acres supplémentaires.

L’EPA avait également noté plusieurs lacunes ou inconnues concernant les données, y compris des études sur des rats pour tester si l’isoxaflutole touchait le cerveau et le développement du système nerveux, et les tests sur le comportement de la substance chimique dans les eaux souterraines et les eaux de surface.

Mais l’agence avait accordé l’approbation conditionnelle de toute façon comme un pesticide à usage restreint. Maintenant, il semble que le soja OGM FG72 soit devenu admissible pour des traitements avec l’isoxaflutole de façon illimitée. À mon avis, ce n’est pas une décision d’évaluation du risque acceptable. Qu’est-il arrivé aux préoccupations précédentes de l’EPA en atière de sécurité ?

En Europe, l’isoxaflutole sera probablement retrouvé dans les approvisionnements alimentaires en combinaison avec un autre cancérogène probable, le glyphosate.

La Commission européenne doit prendre au sérieux les risques potentiels pour la santé humaine posés par ces graines de soja OGM et leurs résidus. Elle ne devrait pas permettre leur importation jusqu’à ce que des tests de biosécurité appropriés soient mis en place. Je suis particulièrement préoccupé par une contamination par le biais de ce pesticide utilisé sur le soja OGM FG72, qui pourrait entrer dans la chaîne alimentaire et être donné comme nourriture aux nourrissons dans les formulations alimentaires pour bébés à base de ce soja OGM. 

D’autres personnes qui consomment de la volaille, du porc ou du bœuf provenant d’animaux nourris avec des maïs et des sojas OGM, pourraient ingérer des résidus de perturbateurs endocriniens actifs à des niveaux très faibles, de l’ordre de parties par milliard. Ils pourraient également être amenés à ingérer des substances cancérogènes probables ou possibles tels que le glufosinate, le dicamba, le 2,4-D, l’isoxaflutole et le glyphosate, qui sont utilisés sur les cultures de plantes génétiquement modifiées (OGM) fabriquées pour être tolérantes à des herbicides.

En raison de la résistance des ‘mauvaises herbes’ ou adventices aux herbicides, l’agriculture américaine est sur un tapis roulant qui déverse des quantités de pesticides e tous côtés.

Les Européens doivent aussi se prémunit de ces produits qui sont déversés sur ce tapis roulant afin de sauvegarder la qualité de leurs approvisionnements alimentaires, aussi bien pour les êtres humains que pour les animaux d’élevage.

Dr Ray Seidler a été Professeur de microbiologie à l’Oregon State University et chercheur principal à l’EPA (Environmental Protection Agency) des États-Unis, où il a écrit le Plan de prévention des risques biotechnologiques de l’EPA.

Il convient de prendre des mesures rapides et faciles :

Aidez à stopper l’approbation européenne de ces sojas OGM toxiques en envoyant un e-mail à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne : Please help us to stop the approval for ’toxic soybeans’ ! Send a an email to Mr Jean-Claude Juncker !, à partir de ce site : http://www.testbiotech.org/en/toxic-soy

Retour au début de ce document

Traduction, compléments entre […] et intégration de liens hypertextes  : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 10 mai 2016 - Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS GMWATCH Pesticides OGM Another probable carcinogen on its way into Europe s soybean imports French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti,

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 67 / 331814

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site Cultures OGM  Suivre la vie du site Colza Soja Tournesol OGM   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License