ISIAS

« Humanisons le transhumanisme ! » par Edgar Morin

Compléments de Jacques Hallard
mercredi 9 novembre 2016 par isias

ISIAS Biologie Société

« Humanisons le transhumanisme ! »

par Edgar Morin (Sociologue et philosophe) * – Publié par le journal quotidien LE MONDE | 08.11.2016 à 06h46 • Mis à jour le 08.11.2016 à 14h29

« Le catastrophisme et l’humanisme constituent les deux futurs antagonismes de notre humanité. Mais puisque la révolution transhumaniste est gangrenée par des leurres majeurs, ne tombons pas naïvement dans les illusions de l’ « homme augmenté ». Sous-titre : « L’Humain a besoin majeur d’amélioration intellectuelle, morale et affective »…

* Edgar Morin est sociologue et philosophe. Directeur de recherche émérite du CNRS, il a récemment fait paraître ‘Pour une crisologie’ (L’Herne, 2016) et ‘Sur l’esthétique’ (Robert Laffont t, 2016).

Référence : « Humanisons le transhumanisme ! » in ‘Le Monde’ daté du 09 novembre 2016 – Rubrique ‘Débats et Analyses’ page 21.

Accès conditionnel à partir du site ci-dessous - Abonnez-vous au Monde.fr dès 1—[BARRE_OUTIL_ARTICLE_HAUT]]http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2016/11/08/humanisons-le-transhumanisme_5026962_3232.html?xtref=https://www.google.fr/

Afficher l’image d’origine

Catastrophisme – D’après Wikipédia, « Le catastrophisme est une théorie scientifique qui tente de construire rationnellement les croyances sur l’origine du monde et sur l’évolution des espèces en mettant en avant l’impact qu’auraient eu des catastrophes de courte durée, violentes et inhabituelles… » Voir l’article complet ici.

Humanisme – D’après Wikipédia, « L’humanisme est un courant culturel européen, trouvant ses origines en Italie, principalement autour de la Toscane, qui s’est développé à la Renaissance1. Renouant avec la civilisation gréco-romaine, les intellectuels de l’époque manifestent un vif appétit de savoir (philologie notamment). Considérant que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées, ils considèrent la quête du savoir et la maîtrise des diverses disciplines comme nécessaires au bon usage de ces facultés. Ils prônent la vulgarisation de tous les savoirs, dont religieux ; la parole divine doit être accessible à toute personne, quelles que soient ses origines ou sa langue (traduction de la Bible par Jacques Lefèvre d’Étaples en 1523). Ainsi, cet humanisme vise à diffuser plus clairement le patrimoine culturel. L’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. Les notions de liberté ou libre arbitre, de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité sont, de ce fait, indissociables de la théorie humaniste classique. Par extension, on désigne par « humaniste » toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l’être humain. Une vaste catégorie de philosophies portant sur l’éthique affirme la dignité et la valeur de tous les individus, fondée sur la capacité de déterminer le bien et le mal par le recours à des qualités humaines universelles, en particulier la rationalité2,3. L’humanisme implique un engagement à la recherche de la vérité et de la moralité par l’intermédiaire des moyens humains, en particulier les sciences, en solidarité avec l’humanité. En mettant l’accent sur la capacité d’auto-détermination, l’humanisme rejette la validité des justifications transcendantes de l’époque, alors éloignée des questions phénoménologiques du XXe siècle, jugées comme une dépendance à l’égard du surnaturel et de la croyance, tels certains textes présentés comme d’origine divine. Les humanistes développent une morale universelle fondée sur la communauté de la condition humaine4. L’humanisme est la composante d’une variété de systèmes philosophiques plus spécifiques et de plusieurs écoles de pensée religieuse. Bien avant d’être un concept galvaudé par la politique, l’humanisme est avant tout un terme de l’histoire de la philosophie renvoyant à la Renaissance, et plus particulièrement au mouvement d’Erasme, Michel de Montaigne ou encore Budé, lesquels ont remis à l’honneur à la fois la littérature de l’Antiquité gréco-latine et la réflexion personnelle… » Article complet à lire ici.

Révolution transhumaniste – Lire par exemple l’ouvrage ‘Luc Ferry – La révolution transhumaniste’, éditeur Plon. « Comprendre et prendre conscience de la nature exacte des révolutions économiques, scientifiques et médicales en cours, mais aussi des bouleversements éthiques, spirituels et métaphysiques dont ces nouvelles technologies sont porteuses : voici le but de cet ouvrage. Comment la technomédecine et l’uberisation du monde vont bouleverser nos vies… » Référence : Ebooks Gratuits, Science - Liens de téléchargement : 1FICHIER UPTOBOX ZIPPYSHARE – Source : http://www.ebook-gratuit.co/luc-ferry-revolution-transhumaniste/

Voir également : ’A propos du transhumanisme L’Homme augmenté dans un monde recomposé’, dossier de Jacques Hallard, posté vendredi 21 octobre 2016.

Transmis le 09 novembre 2016 par Jacques HALLARD, Ing. CNAM – SiteISIAS. Fichier : ISIAS Biologie Société Humanisons le transhumanisme Edgar Morin.2


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 144 / 304199

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Transhumanisme   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License