ISIAS

"Le riz doré transgénique [OGM] montre une croissance atrophiée anormale avec un rendement en grains réduit" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard
samedi 25 février 2017 par GM Watch



ISIAS OGM
Le riz doré transgénique [OGM] montre une croissance atrophiée anormale avec un rendement en grains réduit
L’article original a été publié le 16 février 2017 par GMWatch sous le titre « GMO golden rice shows stunted and abnormal growth with reduced grain yield  » ; il est accessible sur le site http://gmwatch.org/news/latest-news/17470-gmo-golden-rice-shows-stunted-and-abnormal-growth-with-reduced-grain-yield

GR2 R1 Event-Based Backcross Derived Lines of Golden Rice

Fig 1. - L’image ci-dessus montre le riz doré OGM sur la gauche : il est anormal et rabougri. Testbiotech https://www.testbiotech.org/fr/node/1859.


[à gauche - Comparaison du phénotype des plantes entre les lignées homozygotes transgéniques (A), hémizygotes (B) et normales sans transgène (C) par rapport à la variété Swarna (D). A) Réduction de la hauteur de la plante homozygote transgénique par rapport à une plante hémizygote et à la variété RP Swarna.

[à droite - Réduction de la taille de la panicule et insuffisance de productivité en grains chez des plantes transgéniques homozygotes [les 5 panicules de gauche] par rapport à une plante hémizygote (répertoriée ici comme hémizygote@] et la variété RP Swarna, à droite. Source : Haut du formulaire

Bas du formulaire

http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0169600.g001.

Les effets indésirables de la bulle de propagande, concernant le processus de modification génétique chez des plantes (OGM), éclatent au grand jour.

Une nouvelle étude publiée sur des recherches récentes, rapporte des effets non intentionnels observés chez le riz doré OGM, qui est conçu pour produire des précurseurs de la vitamine A appelés caroténoïdes. Le croisement entre le riz OGM avec la variété indienne Swarna, est une étape nécessaire pour la commercialisation des semences : il a conduit à une mauvaise surprise. Les plantes obtenues sont rabougries, avec des anomalies importantes au cours de leur croissance, et avec une réduction du rendement en grains, par rapport à la variété non OGM Swarna.

[D’après Wikipédia, « Le « riz doré » est une variété de riz (Oryza sativa) génétiquement modifiée. Il a été créé à l’École polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) et les détails scientifiques ont été pour la première fois publiés dans la revue Science en 20001. Cette variété a été développée pour essayer de compenser le déficit en vitamines A du riz en introduisant des gènes additionnels afin de permettre la synthèse de β-carotène. En 2005, la nouvelle variété appelée riz doré 2 a été annoncée, qui produit jusqu’à 23 fois plus de β-carotène que la variété originale de riz doré2. À ce jour, aucune des deux variétés n’est disponible sur le marché. Les adversaires du projet affirment que, pour éviter les carences, il faudrait en manger plusieurs kilogrammes par jour3. De nombreux auteurs[Qui ?] considèrent que la solution à la carence en vitamine A réside dans la diversification de l’alimentation, et non dans l’extension de la monoculture. Pour Vandana Shiva, ce serait l’approche même qui est à revoir, les carences en vitamine A étant des conséquences de la monoculture instaurée par la révolution verte : la solution résiderait alors dans la restauration de la biodiversité4… » Article complet sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Riz_dor%C3%A9 ].

Les chercheurs en question ont identifié plusieurs raisons pour expliquer les effets inattendus : les nouvelles constructions des gènes interfèrent avec les propres gènes de la plante pour produire des hormones végétales de croissance, et les constructions de gènes supplémentaires n’étaient pas, comme prévu, activées uniquement dans les grains, mais également dans les feuilles. Cela conduit à une réduction substantielle de la teneur en chlorophylle qui est essentielle pour les fonctions vitales dans les plantes et leur productivité.

[« Une phytohormone, ou hormone végétale, est une hormone produite par une plante. C’est une substance chimique organique qui régule la croissance végétale ou qui intervient dans la communication entre individus végétaux différents (un arbre stressé peut émettre une hormone informant d’autres arbres qu’une cause de stress est présente. Ce stimulus peut augmenter la production de tanins ou de molécules défensives de la plante réceptrice). On parle parfois d’hormones de stress pour décrire les molécules émises par des plantes en état de manque d’eau ou blessée, lesquelles peuvent attirer des prédateurs, mais aussi les prédateurs de ces prédateurs.

Pour être une phytohormone, une substance doit être :

  • endogène (c’est-à-dire non fournie par l’environnement)
  • oligodynamique (c’est-à-dire agir à faible dose, de l’ordre de la micromole)
  • vectrice d’une information (apportée à une cellule cible sélectivement sensible à son action et dont elle influence le fonctionnement).
    Ce sont ces exigences qui permettent de faire la distinction entre une phytohormone et une substance trophique… » Extrait d’un article Wikipédia à lire en totalité sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Phytohormone ].

Ces effets non intentionnels du riz doré n’ont pas été détectés dans les études antérieures et on a supposé que les plantes génétiquement modifiées (OGM) utilisées dans ces essais montraient une stabilité génétique. En fait, ces effets génomiques néfastes n’ont pas été détectés jusqu’à ce que les plantes transgéniques aient été croisées avec la variété appelée Swarna, qui est cultivée largement en Inde.

D’après Wikipédia, « Une plante génétiquement modifiée (PGM) est une variété cultivée de plante dont le patrimoine génétique a été modifié par l’Homme. Une plante transgénique est une plante dans le génome de laquelle a été introduit par transgénèse du méristème radiculaire et foliaire un ou plusieurs gènes. En recherche fondamentale, la production de plantes génétiquement modifiées est un outil de base pour la compréhension des mécanismes cellulaires. En agronomie, les plantes génétiquement modifiées représentent une des dernières évolutions des méthodes d’amélioration des plantes. Dans de nombreux cas, l’objectif est d’introduire un nouveau trait non présent dans cette espèce préalablement… » Article complet sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Plante_g%C3%A9n%C3%A9tiquement_modifi%C3%A9e ].

Le généticien moléculaire Michael Antoniou, basé à Londres [King’s College London] a commenté ainsi les nouvelles découvertes rapportées ici : « J’ai toujours affirmé que le processus de transformation ou modification génétique utilisé dans le développement des plantes OGM sélectionne l’insertion du gène modifié ou transgène des régions actives du génome. Les gènes hôtes sont activés et fonctionnent.

Ce biais dans l’insertion du gène dans une plante OGM, dans des régions actives, maximise donc la possibilité de perturber la fonction d’un ou de plusieurs gènes hôtes, avec des effets potentiellement défavorables, tels qu’une mauvaise performance des plantes OGM, ou même la manifestation d’une toxicité ».

« Cette dernière découverte de l’insertion du gène génétiquement modifié dans un gène hôte essentiel chez le riz doré, est une illustration graphique de ce principe. Si les développeurs de riz doré avaient effectué une caractérisation moléculaire appropriée de cet événement d’OGM au moment où il a été généré, ils auraient pu identifier la perturbation du gène hôte qui a conduit à une croissance rabougrie et déformée des plantes de riz ».

« Ensuite, ils auraient pu éviter ce résultat négatif à un stade aussi tardif dans le développement du produit OGM et la dissémination commerciale de ce riz doré. Maintenant, c’est un retour à la case départ, avec des années de travaux de recherche et de développement qui ont gaspillé des millions de dollars ».

Le riz doré a fait l’objet d’un gran battage médiatique par les promoteurs des OGM, comme un triomphe de cet OGM qui devait permettre de sauver les gens vivant dans le tiers monde, et soufrant de carences nutritionnelles dues à une déficience en vitamine A.

La nouvelle étude met en doute la viabilité du projet concernant riz doré, qui n’a rien apporté en termes de valeur qualitative malgré des années de battage médiatique déplace. En revanche, des approches de bon sens pour lutter contre la carence en vitamine A fonctionnent bien aux Philippines, qui est le pays ciblé pour la dissémination commerciale du riz doré OGM : il suffit de les déployer plus largement là-bas.

L’échec du riz doré OGM pourrait mettre complètement en danger les récoltes de riz.

Les nouveaux résultats sont très pertinents pour l’évaluation des risques des plantes OGM. Une fois dispersées dans la nature, les plantes transgéniques (OGM) pourraient disperser leurs constructions génétiques dans les populations de riz se développent à l’état sauvage, ainsi que dans d’autres variétés cultivées.

En outre, les effets génomiques non trouvés dans les plantes d’origine, peuvent se produire chez les descendants des plantes OGM et autres. Au stade où les dangers viennent d’être identifiés, il est peut-être déjà impossible d’éliminer les transgènes qui ont pu s’échapper et se disperser dans l’environnement.

« Au lieu d’aider les gens à lutter contre la malnutrition, ces plantes OGM, si elles étaient cultivées dans les champs, pourraient mettre en danger leurs récoltes de riz », a déclaré Christoph Tchen de la plateforme de recherche allemande Testbiotech. « Il est très inquiétant que les effets qui peuvent résulter de croisements de plantes manipulées génétiquement (OGM) avec d’autres variétés, ne soient pas encore inclus dans l’évaluation des risques relatifs à la culture des OGM en plein champ ».

Ce n’est pas la première fois que de tels problèmes sont rapportés : d’autres lignées de riz doré sont déjà connues pour montrer des modèles irréguliers d’hérédité, selon l’organisme allemand Testbiotech.

En outre, il existe des incertitudes concernant la qualité biologique et la sécurité des plantes OGM. Par exemple, des changements supplémentaires dans le métabolisme des grains de riz ont déjà été décrits en 2016.

Jusqu’à présent, il n’existe pas de variétés disponibles pour la mise en culture de riz doré OGM à une échelle commerciale. Selon l’Institut international de recherche sur le riz ou IRRI, la sécurité concernant ce riz doré OGM, d’une part, et son utilité et son intérêt réel en matière de nutrition, d’autre part, nécessitent des recherches plus approfondies.

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Source : Testbiotech https://www.testbiotech.org/en/node/1859

The new study on unexpected genome effects in GMO golden rice :
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0169600

Publication on changes of metabolism in golden rice plants :
http://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fpls.2016.01622/full

Content 1999 - 2017 GMWatch. - Web Development By SCS Web Design

Aucun texte alternatif disponible.GMWatch

Compléments sélectionnés à partir de l’article source

Figure 2 - Caractérisation du phénotype des racines et du comportement lors de la germination des lignées de riz doré OGM (Golden Rice) dérivées des recroisements.

Légende de la figure originale :

Homozygous = plantes transgéniques homozygotes (OGM)

Null = plantes sans transgène (non OGM)

De haut en bas : photos répertoriées successivement A, B et C.

thumbnail

A) Comparaison de la longueur de racine primaire entre les plantes transgéniques homozygotes, les plantes sans transgène et la variété indienne Swarna. L’axe embryonnaire a montré un allongement rapide chez les plantules homozygotes transgéniques, résultant en une racine primaire plus longue. La photo a été prise trois jours après la mise en germination.

B) Orientation de la racine primaire chez les plantules transgéniques homozygotes et chez les plantules sans transgène lors de la germination. Une courbure typique dirigée vers le sens de la gravité, telle qu’elle est observée dans les plantes sans transgènes, était absente chez les plantes transgéniques homozygotes.

C) Vue comparative du système racinaire chez les plantes transgéniques homozygotes et chez les plantes sans transgène. Les plantes ont été cultivées en culture hydroponique avec une solution nutritive de Hoagland et les racines de semis de 20 jours ont été analysées dans un dispositif de ‘scanner’ approprié. La longueur totale des racines et le volume racinaire des plantes homozygotes étaient significativement plus élevés que chez les plantes sans transgène.

Voir aussi : ’Le riz doré génétiquement modifié (OGM) a du mal à tenir ses promesses de sauver des vies humaines de la malnutrition, d’après une nouvelle étude’ par GM Watch, traduction et compléments de Jacques Hallard, lundi 27 juin 2016 - français

Accès à d’autres sources d’informations sur le sujet du riz doré

Le riz doré, la caution morale des OGM – Par Magali Reinert. Publié le 06 juillet 2016 par Novéthic

Dans une lettre ouverte, 107 Prix Nobel accusent Greenpeace de ’crime contre l’humanité’. En cause, les campagnes de l’ONG contre les OGM qui empêchent en particulier la diffusion du riz doré. Destiné à réduire la malnutrition en vitamine A, le riz doré est l’étendard médiatique des défenseurs des OGM depuis 15 ans. Pourtant, il n’a toujours pas fait ses preuves.

Photo - La grande opération de communication pro OGM aurait été lancée par Richard Roberts (ci-dessus) et Phillip Sharp, deux co-lauréats du Nobel en recherche génomique en 1993, qui auraient tous les deux des intérêts dans l’industrie des biotechnologies.
Nicolas Asfouri / AFP

Le 30 juin 2016, 107 Prix Nobel ont adressé une lettre ouverte ’à l’attention des dirigeants de Greenpeace, des Nations Unies et des Gouvernements à travers le monde’. Dans ce texte, relayé en France par le site de l’association pour l’information scientifique pro-biotechnologie Afis, ils reprochent à Greenpeace ’et ses partisans’ d’être le fer de lance de la lutte contre les biotechnologies et leur demandent ’d’abandonner leur campagne contre les ’OGM’ en général et contre le Riz Doré en particulier’.

La lettre conclut, avec grandiloquence : ’L’opposition basée sur l’émotion et le dogme, et contredite par les faits, doit être stoppée. Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l’humanité ?’ La critique est surprenante sur la forme. Étrange, en effet, de critiquer l’ONG en lui reprochant de jouer sur l’émotion pour l’accuser, la ligne suivante, de... crime contre l’humanité.

Une vieille histoire médiatique

Sur le fond, si la lettre peut se parer de l’autorité des Nobel, elle ne donne pas d’éléments d’expertise sur la façon dont les OGM pourront nourrir le monde. Le recours à l’argument du riz doré, ce riz modifié pour synthétiser du beta-carotène et réduire la malnutrition en vitamine A, surprend d’autant plus qu’il n’a toujours pas fait ses preuves. Après vingt ans de recherche, il n’est toujours pas disponible à la vente.

L’utilisation du riz doré pour montrer les bénéfices des OGM pour l’humanité est une vieille histoire médiatique. En 2000, le Time titrait déjà sur ’le riz qui pourrait sauver des millions d’enfants chaque année’. Et en 2013, la presse annonçait l’arrivée prochaine du ’Golden Rice’. L’Institut de recherche international sur le riz (Irri) avait alors dû rappeler que les essais en plein champ étaient encore en cours et que la capacité de ces semences à réduire les carences en vitamine A restait à prouver, sans jamais d’ailleurs pointer la responsabilité des opposants aux OGM dans ces délais de recherche.

La caution morale des OGM

Pour les opposants aux OGM, le riz doré est la caution morale des OGM, l’exemple à mettre en avant alors qu’une majorité des semences génétiquement modifiées cultivées sont faites pour tolérer des herbicides produits par les firmes de l’agro-chimie.

’La sécurité alimentaire ne peut pas attendre les fausses promesses des OGM’, répond ainsi Greenpeace aux Nobel. Et l’ONG de rappeler que le problème de la malnutrition a des réponses sociales et que beaucoup de plantes riches en beta-carotène sont déjà disponibles.

Abus d’autorité ?

D’où vient cette opération de communication, lancée lors d’une conférence de presse à Washington ? La campagne a un site qui ne dit pas grand chose de ses objectifs. Selon le Washington Post, elle a été lancée par deux co-lauréats du Nobel en recherche génomique, Richard Roberts et Phillip Sharp. Tous les deux ont des intérêts dans l’industrie des biotechnologies, comme le rapporte Up-Magazine. Les autres Nobel, principalement physiciens, chimistes et médecins, n’ont peu ou pas de lien avec la discipline. Mais ils ont usé de leur autorité de scientifiques sur un sujet sur lequel ils n’ont qu’un avis de citoyens.

Une chose est sûre, cette campagne correspond à un agenda stratégique pour les biotechnologies. Le secteur des semences et de l’agrochimie est en pleine concentration, avec en toile de fond des nouvelles techniques de modification des semences beaucoup plus rapides, et il a besoin d’un marché favorable aux biotechnologies.

En jeu aussi, le débat qui se déroule actuellement aux États-Unis sur l’étiquetage des aliments contenant des OGM : le Sénat doit trancher cette semaine sur une règlementation demandée de longue date par les associations de consommateurs et contrée à coups de millions de dollars par l’industrie des biotechnologies.

Magali Reinert - © 2017 Novethic - Tous droits réservés. Source : http://www.novethic.fr/empreinte-terre/agriculture/isr-rse/le-riz-dore-la-caution-morale-des-ogm-143968.html

Le riz doré, adoré ? Agence Science-Presse-8 févr. 2017

Toujours au stade de la recherche, le « riz doré » n’a pas fait ses ... Franceinfo-16 oct. 2016 - Contrairement au riz naturel, garanti sans OGM, le riz doré est enrichi en vitamine A ...

Greenpeace répond à l’appel des prix Nobel pro-OGM
Cité à de nombreuses reprises-Libération-1 juil. 2016

Greenpeace a-t-il tenté de tuer le riz doré ? Arrêt sur images-9 juil. 2016

Des Nobel contre Greenpeace : la dernière polémique OGM décryptée The Conversation FR-21 juil. 2016

Greenpeace vs Nobel AgoraVox-24 août 2016 - Pour Greenpeace ’ les O.G.M. restent une menace pour la biodiversité ...

Le cas du « riz doré » rebat les cartes du débat sur les OGM Le Monde-4 déc. 2013

Qu’est-ce que le riz doré ? AFIS science-29 sept. 2014

L’Inde ouvre un débat après l’appel de 110 Nobel contre ... Les Échos-14 juil. 2016

Le « riz doré » relance le débat sur les OGM Le Parisien-25 févr. 2014

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […], ajout d’un article de Novethic, accès à d’autres sources d’information sur le riz doré, et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 21/022017

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM GMO golden rice shows stunted and abnormal growth with reduced grain yield French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 160 / 302771

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site Cultures OGM  Suivre la vie du site Blé Maïs Riz OGM   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License