ISIAS

"L’éradication des moustiques par des pulvérisations chimiques est à nouveau à l’ordre du jour avec la survenue de cas de microcéphalie" par Claire Robinson

Traduction et compléments de Jacques Hallard
dimanche 25 mars 2018 par Robinson Claire



ISIAS Pesticides Moustiques
L’éradication des moustiques par des pulvérisations chimiques est à nouveau à l’ordre du jour avec la survenue de cas de microcéphalie
Des inquiétudes sont à nouveau ranimées par des preuves selon lesquelles le larvicide pyriproxyfène, utilisé pour prévenir la transmission du virus Zika, pourrait être un facteur supplémentaire de manifestation de cette maladie
Ajout d’accès à des articles sur le Virus Zika et sur les moustiques
Le document d’origine est un rapport de Claire Robinson publié par GMWatch le 05 mars 2018 sous le titre « Mosquito control chemical under the spotlight again in microcephaly cases » ; il est accessible ici : http://gmwatch.org/en/news/latest-news/18153-mosquito-control-chemical-under-the-spotlight-again-in-microcephaly-cases

Mosquito Sucking Blood
Moustique suçant du sang

En 2015 et début 2016, le Brésil a été touché par une épidémie demicrocéphalie, une malformation caractérisée par une tête anormalement petite et un cerveau endommagé. Les causes potentielles ont fait l’objet d’un débat houleux. Au cours des dernières années, un certain nombre de publications ont identifié le virus Zika comme étant une cause probable et crédible. [1,2]

Cependant, quand il s’agit de prétendre que le virus Zika est la seule cause de l’éclosion des cas de microcéphalie, il y a un problème. C’est parce qu’il y a un écart important entre la propagation du virus Zika et la distribution géographique des cas de microcéphalie. Ce ne sont pas tous les endroits où les infections à Zika sont répandues qui ont une incidence élevée de microcéphalie. [3,4,5,6]. Cette différence suggère que d’autres causes et/ou de cofacteurs peuvent également jouer.

Il est important de noter que sur sa page Web sur la microcéphalie, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe le virus Zika comme une cause « probable » de cette difformité mais elle ajoute également d’autres causes potentielles, y compris « l’exposition à des produits chimiques toxiques ».

L’hypothèse de l’action toxique d’un larvicide

Il y a deux ans, des groupes de médecins et de spécialistes de la santé publique en Argentine et au Brésil ont suggéré que le pyriproxyfène, un larvicide ajouté à l’eau potable pour contrôler les moustiques qui propagent le virus Zika, pourrait causer une microcéphalie. [8] Le pyriproxyfène est fabriqué par la société japonaise Sumitomo, un partenaire industriel de Monsanto dans le domaine des produits agrochimiques.

[D’après Wikipédia, « Le pyriproxifène, ou éther de 4-phénoxyphényle et de (RS)-2-(2-pyridyloxy)propyle (C20H19NO3 (en)), est la substance active de divers produitsphytosanitaires (ou pesticides) et vétérinaires, qui présentent un effet insecticide. Cette molécule appartient à la famille chimique des dérivés de pyridines et des « inhibiteurs de croissance » (c’est une « hormone juvénile factice »). Il est très utilisé contre les moustiques3 - En raison de son écotoxicité, ce produit doit être dosé et appliqué avec prudence4. Il est soupçonné depuis peu d’être aussi délétère pour l’embryogenèse humaine (il pourrait être responsable de la vague d’anomalies congénitales cérébrales (microcéphalies notamment) qui a accompagné la lutte contre le virus Zika dans une partie du Brésil5,6). - Ce produit a été développé dans les années 1980 par l’entreprise japonaise Sumitomo Chemical. Aux États-Unis, il est vendu sous le nom commercial Nylar et en Europe en tant que produit vétérinaire sous le nom de Cyclio (par Virbac) ou Exil Flea Free TwinSpot (par Emax). Son utilisation dans les produits phytosanitaires a rapidement été suivie d’apparition de résistances au produit chez certains organismes visés7,8. En raison de sa toxicité, il n’a pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché en tant que pesticide dans certains pays (ex : Allemagne, Autriche et Suisse7, mais en 2013 il a été autorisé par l’Union Européenne (jusqu’au 31 janvier 2025)9… » Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyriproxif%C3%A8ne ].

Ceux qui ont exprimé leur sympathie pour l’hypothèse de toxicité du larvicide, notamment GMWatch et ‘The Ecologist’, ont été soumis à des attaques sans précédent par des défenseurs des pesticides et des OGM. Mais maintenant le pyriproxyfène est de nouveau sous les feux de la rampe avec la publication d’un article revu par des pairs [9] dans ‘PLOS Current Outbreaks’ par les auteurs du ‘New England Complex Systems Institute’ à Cambridge, dans l’état du Massachusetts aux Etats-Unis. L’auteur principal est Yaneer Bar-Yam, le président fondateur de cet Institut.

L’article indique que le pyriproxyfène est structurellement apparenté à une hormone juvénile, qui interagit avec différentes voies métaboliques chez les mammifères. En particulier, les auteurs suggèrent que le pyriproxyfène peut perturber le métabolisme de l’acide rétinoïque, un métabolite de la vitamine A, connu pour être capable de provoquer une microcéphalie.

Des études du fabricant ont montré des problèmes au niveau du cerveau chez les rats exposés à cette matière active à effet larvicide

De plus, les auteurs affirment que les essais sur le pyriproxyfène du fabricant Sumitomo, qui n’ont aucunement mis en évidence de tératogénicité  ; ils ont effectivement montré des effets sur le développement cérébral, tels qu’une masse cérébrale faible et une arhénopause (une déformation cérébrale) chez des ratons exposés. Les auteurs critiquent les études pour être « statistiquement faibles » et jugent que les interprétations des données par Sumitomo reposent sur des « hypothèses » qui ne sont « pas bien justifiées ».

[Selon Wikipédia, « Un facteur tératogène est un agent chimique, physique ou biologique ayant la propriété d’induire des malformations fœtales… Article complet ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Facteur_t%C3%A9ratog%C3%A8ne ].

Selon les auteurs, l’utilisation du pyriproxyfène au Brésil est sans précédent : il n’a jamais été appliqué en pulvérisations liquides à une telle échelle. Ils démolissent l’une des objections soulevées contre l’hypothèse du larvicide, à savoir que le pyriproxyfène n’était pas utilisé à Recife, qui était pourtant l’épicentre des cas de microcéphalie. Ils affirment que ces revendications ’ne distinguent pas la zone métropolitaine de Recife, où elle est largement utilisée, et la seule municipalité, et qu’elles n’ont pas été confirmées de manière adéquate’.

Les auteurs concluent qu’à la lumière de la combinaison d’informations sur les mécanismes moléculaires et les preuves toxicologiques, l’utilisation du pyriproxyfène au Brésil devrait être suspendue « jusqu’à ce que le lien de causalité potentiel avec la microcéphalie soit étudié davantage ».

Approbation australienne

Lepyriproxyfène est également approuvé pour l’utilisation dans l’eau potable en Australie sous le nom de marque Sumilarv, [10] bien que nous n’ayons aucune information quant à savoir s’il est effectivement utilisé de cette manière-là, et si oui, par qui. Les citoyens des pays où cette utilisation est approuvée seraient bien avisés d’éviter l’exposition à de l’eau potable traitée avec le larvicide en question jusqu’à ce que les questions de sécurité aient été clarifiées.

Le pyriproxyfène est utilisé contre les moustiques pour tenter de prévenir la transmission du virus Zika, l’une des causes probables de la microcéphalie. Il serait ironique à l’extrême si cette forme de « guérison » s’est avérée être une cause supplémentaire de microcéphalie.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Références

1. Awadh A et al (2017). Does Zika virus cause microcephaly – applying the Bradford Hill viewpoints. PLOS Current Outbreaks, 22 Feb. Edition 1. http://currents.plos.org/outbreaks/article/zika-virus-and-microcephaly-applying-the-bradford-hill-criteria-for-causation/

2. McGrath EL et al (2017). Differential responses of human fetal brain neural stem cells to Zika virus infection. Stem Cell Reports 8(3) : 715–727. DOI : https://doi.org/10.1016/j.stemcr.2017.01.008

3. Doucleff M (2017). Why didn’t Zika cause a surge in microcephaly in 2016 ? NPR, Mar 30. https://www.npr.org/sections/goatsandsoda/2017/03/30/521925733/why-didnt-zika-cause-a-surge-in-microcephaly-in-2016

4. New England Complex Systems Institute (2016). New doubts on Zika as cause of microcephaly. Science Daily, Jun 24. https://www.sciencedaily.com/releases/2016/06/160624150813.htm

5. Pacheco O et al (2016). Zika virus disease in Colombia — preliminary report. New England Journal of Medicine, Jun 15. http://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa1604037#.V4LwCezPCuM.twitter

6. Butler D (2016). Brazil asks whether Zika acts alone to cause birth defects. Nature 535:475–476.

7. World Health Organisation (2016). Microcephaly. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/microcephaly/en/

8. Robinson C (2016). Argentine and Brazilian doctors name larvicide as potential cause of microcephaly. GMWatch, 10 Feb. http://www.gmwatch.org/en/news/latest-news/16706

9. Parens R et al (2017). A possible link between pyriproxyfen and microcephaly. PLOS Current Outbreaks, Nov 27. http://currents.plos.org/outbreaks/article/a-possible-link-between-pyriproxyfen-and-microcephaly/

10. Sumitomo (2017). Sumilarv. http://bit.ly/2CYECCA. See also : APVMA (2015). Commonwealth of Australia Gazette, No. APVMA 24, Dec 1. https://apvma.gov.au/sites/default/files/gazette_01122015_3.pdf

Image associée

ADDENDA

Voir l’article complet « Qu’est-ce que la microcéphalie ?  » 4 avril 2016

Coloré en bleu : enfant avec une tête de grandeur normale

Reproduit en couleur : taille de la tête d’un enfant avec une microcéphalie

À propos du site Nos partenaires FAQ Publicité Nous joindre - Tous droits réservés © 2018 Mamanpourlavie.com - Développé par : Un Zeste de génie ! – Source : http://www.mamanpourlavie.com/sante/enfant/developpement/difference-et-handicaps/12755-qu-est-ce-que-la-microcephalie.thtml

Retour au début de l’article traduit


Ajout d’accès à des articles sur le Virus Zika

Zika : informations et traitements - Institut Pasteur https://www.pasteur.fr/fr/centre-me...

Le virus Zika est un Flavivirus transmis par les moustiques du genre Aedes. Il est répandu en Asie et en Afrique, et a récemment émergé en Amérique centrale et en Amérique du Sud. La maladie qu’il provoque se manifeste trois à douze jours après la piqûre de l’insecte vecteur, par divers symptômes, évoquant ceux de la ...

OMS www.who.int/mediacentre/factsheets/zika/fr/ - 6 sept. 2016 - La maladie à virus Zika est due à un virus transmis principalement par des moustiques du genre Aedes.

Maladie à virus Zika - Maladies infectieuses - Ministère des Solidarités ... solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/virus-zika

Lors des épidémies du virus Zika en Polynésie française et au Brésil, des patients ont présenté des syndromes neurologiques à la suite d’une récente maladie présentant des symptômes compatibles avec le Zika. Parmi ceux-ci, certains ont été confirmés comme étant des syndromes de Guillain-Barré. Le premier décès en ...

Virus Zika : la France, pays européen le plus touché par l’épidémie de ... https://www.sciencesetavenir.fr/.........

20 nov. 2017 - Souvenez-vous, en 2016, l’on ne parlait que de lui : le virus Zika. Se propageant à une vitesse folle en Amérique du Sud, puis dans les collectivités d’Outre-mer, il menaçait de se répandre dans le reste du monde. Au point qu’en février 2016, l’OMS avait décrété une ’urgence de santé publique de portée ...

Virus Zika - Symptômes et transmission par le moustique tigre - Santé ... sante-medecine.journaldesfemmes.fr › Conseils pratiques › Santé

Présent dans plusieurs départements français, le moustique tigre peut transmettre le virus Zika. Un point sur le mode de transmission du virus, les principaux symptômes et les bon gestes à adopter pour s’en protéger. Le virus Zika, semblable à...

Virus Zika : l’épidémie - L’Express https://www.lexpress.fr/actualite/s...

Transmis via le moustique tigre comme le chikungunya, le virus Zika provoque des symptômes de type grippal et des éruptions cutanées. Il n’existe pas de traitement curatif ni de vaccin contre cette maladie. Chez les femmes enceintes, il peut se transmettre au foetus, causant des malformations. L’Amérique latine est très ...

INPES - Maladies transmises par les moustiques - Zika : comprendre ... inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/maladies-moustiques/zika/index.asp

28 déc. 2015 - Qu’appelle-t-on le Zika ? Le Zika est une maladie due à un virus (arbovirus) principalement transmis par les moustiques. Le virus Zika appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune.

Virus Zika - Les Risques, Les Symptômes - Passeport Santé https://www.passeportsante.net/fr/M...

Le virus Zika est un virus de type flavivirus, famille de virus comprenant aussi le virus de la dengue, de la fièvre jaune, du Nil occidental...etc. On dit aussi que ces virus sont des arbovirus (abréviation de arthropod-borne viruses), car ils ont comme particularité d’être transmis par des arthropodes, insectes suceurs de sang ...

Définition https://www.futura-sciences.com/san...

Le virus Zika est un arbovirus transmis par des moustiques comme Aedes aegypti et Aedes albopictus. Après avoir piqué une personne infectée, le moustique se contamine puis le virus se multiplie...

Retour au début de l’article traduit

Annexe 2


Articles postés sur le site ISIAS et sz raportant aux moustiques

’Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ne vont-ils pas favoriser la propagation de maladies par d’autres espèces d’insectes ?’ par le Dr Eva Sirinathsinghji , dimanche 31 mai 2015 par Sirinathsinghji Eva - français

’Le moustique tigre, vecteur de maladies émergentes, continue de se propager’ par Jacques Hallard, lundi 29 juillet 2013 par Hallard Jacques - français

’Des gènes de bactéries offrent une nouvelle stratégie pour la stérilisation des moustiques ’ par Elizabeth Eaton , dimanche 26 mars 2017 par Eaton Elizabeth - français

’Méfions-nous de la nouvelle « percée » avec les moustiques transgéniques’ par la Dr Mae Wan Ho , samedi 8 août 2015 par Ho Dr Mae-Wan - français

’La lutte contre les moustiques avec des moustiques génétiquement modifiés (OGM)’ par Jo Miles , samedi 16 avril 2016 par Miles Jo - français

’De nouveaux cas observés montrent que le moustique Culex est aussi un vecteur inattendu du virus Zika’ par Susan Milius dimanche 22 janvier 2017 par Milius Susan - français

’Les moustiques transgéniques ne sont vraiment pas une bonne solution’ par le Dr Mae-Wan Ho samedi 15 décembre 2012 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Approches génétiques chez les moustiques dans la lutte contre le paludisme’ par le Prof. Joe Cummins mercredi 9 juin 2010 par Cummins Professeur Joe - français

’Des moustiques génétiquement modifiés peuvent-ils éliminer la dengue ?’, par Prof. Joe Cummins mercredi 8 décembre 2010 par Cummins Professeur Joe - français

’Des médecins argentins et brésiliens désignent un produit larvicide comme cause potentielle de microcéphalie chez les nouveau-nés’, par Claire Robinson jeudi 18 février 2016 par Robinson Claire - français

’La réglementation concernant les insectes transgéniques [OGM] est très insuffisante et présente un danger’ par le Dr Mae-Wan Ho vendredi 2 mars 2012 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Le moment d’éradiquer le paludisme est-il venu ?’ par le Professeur Joe Cummins lundi 7 juin 2010 par Cummins Professeur Joe - français

’Le moustique tigre, vecteur de graves maladies humaines, continue sa progression, notamment en France métropolitaine et Outre-Mer’, par Jacques Hallard lundi 27 juillet 2015 par isias - français

’Microcéphalie : les pesticides une nouvelle fois dans la ligne de mire’, par GMWATCH lundi 11 avril 2016 par GM Watch - français

’L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) valide l’usage du premier moustique antiparasitaire vivant et non-OGM qui peut être utilisé aux États-Unis’ par Susan Milius samedi 24 février 2018 par Milius Susan - français

’L’inquiétude s’accroit à propos des malformations congénitales causées par le virus Zika’ par Meghan Rosen lundi 6 février 2017 par Rosen Meghan - français

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […]. accès à des articles sur le virus Zika et sur les moustiques, ainsi que l’intégration de liens hypertextes

par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant - 22/03/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Pesticides Moustiques Mosquito control chemical under the spotlight again in microcephaly cases French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti/ http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---