ISIAS

"L’océan Pacifique, cimetière de milliards de microplastiques" par Patricia Jolly

Compléments de Jacques Hallard
jeudi 13 septembre 2018 par Jolly Patricia



ISIAS Pollutions plastiques
L’océan Pacifique, cimetière de milliards de microplastiques
Par Patricia Jolly - Enquête publiée le 08 Septembre 2018 par ‘Le Monde’

Article complet réservé aux abonnés du journal et accessible à cette source : https://www.lemonde.fr/contaminations-long-format/article/2018/09/08/l-ocean-pacifique-cimetiere-de-milliards-de-microplastiques_5352017_5347510.html

Dans la rubrique ‘Séries d’été’ : « Contaminations » (7/7). Dans le plus vaste océan du globe, les polluants imprégnés de substances cancérogènes et mutagènes sont absorbés par la faune marine et remontent dans la chaîne alimentaire. – Photo.

Vingt-cinq degrés sur le pont, 22°C dans l’eau. Pas un souffle d’air ne ride la surface de l’océan. Les alizés sont aux abonnés absents et, sans ses deux moteurs diesel de 375 chevaux et les 40 000 litres de gazole stockés dans ses flancs, la goélette scientifique Tara serait désespérément encalminée dans le désert liquide qu’elle s’est donné pour mission de sonder. Parti de son port d’attache morbihanais de Lorient dans le cadre de l’expédition « Tara Pacific », en mai 2016, le voilier de 36 mètres sillonne l’océan Pacifique et ausculte les récifs coralliens de ses archipels afin d’y déterminer les impacts du changement climatique.

Mais cette étape menant d’Honolulu, dans les îles Hawaï, à Portland (Oregon), sur la Côte ouest des Etats-Unis, offre une rare opportunité à l’équipe de quatre scientifiques océanographes dirigés par Maria Luiza Pedrotti, chercheuse en biologie marine au Laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes). Ils pourront effectuer, en pleine mer et pendant près de trois semaines, des prélèvements qui permettront un état des lieux de la biodiversité du Pacifique Nord.

Nous sommes dans la zone de haute pression subtropicale du Pacifique Nord. Une région du plus vaste océan au monde que les vieux loups de mer connaissent aussi sous le nom de « latitude des chevaux ». Une référence à l’époque de la marine à voile où, selon la légende, les navigateurs scotchés par le calme plat qui les épuisait autant qu’il les affamait finissaient par flanquer par-dessus bord leur précieuse cargaison d’équidés – ou ce qu’il en restait après l’avoir dévorée…

En apparence cristallines, ces eaux forment la « grande plaque d’ordures du Pacifique », un cloaque grand comme quatre à six fois la France.

Photo - En apparence cristallines, ces eaux forment la « grande plaque d’ordures du Pacifique », un cloaque grand comme quatre à six fois la France. SAMUEL BOLLENDORFF POUR ’LE MONDE’ .

Qu’importe : en cette fin juin du XXIe siècle, après une dizaine de jours passés à treize à bord de Tara, la tentation de faire quelques brasses coulées est irrésistible. Avec les collines de San Francisco à 900 milles marins (environ 1.700 km) à l’est et le fond de l’océan, miroitant sous le soleil, à 5.000 m sous nos palmes, l’endroit a tous les attributs du paradis.

— La suite est réservée aux abonnés — Déjà abonné ? Se connecter - S’abonner c’est... Avoir accès à tous les contenus du Monde en illimité sur le site et les applications. Soutenir le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante de 400 journalistes. Participer à des évènements artistiques et culturels toute l’année et partout en France. Abonnez-vous à partir de 1€—[BLOC_RESTREINT_ABO]]

Le Monde.fr - Actualités et Infos en France et dans le monde - Mentions légales Politique de confidentialité Conditions générales | Aide (FAQ)

Contaminations : nous avons navigué sur l’immense « soupe de plastique » du Pacifique - LE MONDE | 09.09.2018 à 08h31 • Mis à jour le 10.09.2018 à 09h23 – Vidéo durée : 04:05 – Récit :

Dans les coulisses du septième et dernier reportage de notre série « Contaminations ». Dans le plus vaste océan du globe, les polluants imprégnés de substances cancérogènes et mutagènes sont absorbés par la faune marine et remontent dans la chaîne alimentaire.

Industrie chimique en Russie, fleuve contaminé au Brésil, radioactivité au Japon… Le Monde s’est associé au photojournaliste Samuel Bollendorff pour publier, du 1er au 8 septembre 2018, une série de sept reportages en territoires contaminés. Ils sont accompagnés de vidéos ‘making-of’ réalisées avec les envoyés spéciaux.

Contaminations, de Samuel Bollendorff, est aussi une exposition présentée à Visa pour l’image, festival international du photojournalisme, à Perpignan, du 1er au 16 septembre. Informations sur www.visapourlimage.com

Source : https://www.lemonde.fr/contaminations/video/2018/09/09/contaminations-nous-avons-navigue-sur-l-immense-soupe-de-plastique-du-pacifique_5352450_5347501.html

Voir aussi dans la rubrique ‘Séries d’été’ les publications du journal ‘Le Monde’ pendant l’été 2018 :

« Contaminations » : « Dans l’Alberta, au Canada, la population est victime et dépendante du pétrole »

Contaminations : « A Fukushima, le gouvernement pousse les habitants à retourner vivre en zone irradiée »https://www.lemonde.fr/contaminatio...

Contaminations : au Brésil, « la catastrophe du Rio Doce a brisé des vies à tout jamais »

Contaminations : à Dzerjinsk, en Russie, un « trou noir d’hydrocarbures qui saisit à la gorge »

Contaminations : « A Anniston, Monsanto a deversé pendant quarante ans ses PCB dans la nature »

Contaminations : « J’ai vu combien la Terre est petite et malmenée »

Selon Wikipédia, « Le Monde est un journal français fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944. C’est l’un des derniers quotidiens français dits « du soir », qui paraît à Paris en début d’après-midi, daté du lendemain, et est distribué en région le matin suivant. Rangé parmi les quotidiens français « de référence » depuis plusieurs décennies, il est le quotidien national payant le plus lu en France (2,42 millions de lecteurs en 2016)2, mais deuxième en nombre d’exemplaires vendus3. Il a été le journal le plus diffusé à l’étranger jusque dans les années 2000, avec une diffusion journalière hors France de 40 000 exemplaires4,5, tombée à 26 000 exemplaires en 20126. Sa ligne éditoriale est parfois présentée comme étant de centre gauche7, bien que cette affirmation soit récusée par le journal lui-même, qui revendique un traitement non partisan8. Son lectorat est néanmoins majoritairement orienté à gauche9. Le journal est édité par le groupe Le Monde, détenu à 72,5 % par la société Le Monde libre, elle-même contrôlée à parité par les hommes d’affaires Xavier Niel et Matthieu Pigasse10. Il bénéficie de subventions de la part de l’État français… »

Nous suggérons aussi notre « Série : Les pollutions, notamment marines, par les déchets plastiques sont gigantesques mais des initiatives sont prises pour tenter de limiter ce désastre »  ; quatre dossiers postés sur le site ISIAS :

1. ’La généralisation de l’emploi des matières plastiques aboutit à une accumulation désastreuse des déchets dans les milieux marins’ par Jacques Hallard, jeudi 28 juin 2018 par Hallard Jacques - français

2. ’Alors que les désastres causés dans les océans par les déchets de matières plastiques sont mieux connus et largement diffusés, des prises de conscience émergent et des solutions sont préconisées’ par Jacques Hallard, vendredi 3 août 2018 par Hallard Jacques - français

3. ’Des matériaux bioplastiques comme alternatives aux plastiques fabriqués à partir du pétrole : réflexions sur le ‘biodégradable’ et sur l’éco-innovation ou l’économie bleue préconisée pour l’avenir, c’est-à-dire pour demain’ par Jacques Hallard, dimanche 12 août 2018 par Hallard Jacques - français

4. ’Une guerre aux plastiques se met en route pour un comportement indispensable vers une transition urgente tendant au ‘zéro déchet’’ par Jacques Hallard, mardi 21 août 2018 par Hallard Jacques - français

Voir aussi sur le site ISIAS :

’Une matière plastique qui peut être recyclée de multiples fois : la décomposition en éléments simples’ par Laurel Hamers, samedi 2 juin 2018 par Hamers Laurel - français

’L’ONU déclare la guerre à l’océan de plastiques’, samedi 22 avril 2017 par isias - français

’Quelle est la quantité de déchets plastiques qui flottent sur les océans ?’ par Christophe Magdelaine, dimanche 17 septembre 2017 par Magdelaine Christophe - français

Nous recommandons également une longue série d’articles accessibles sur le site ‘yonne lautre’ (http://yonnelautre.fr/) sous la rubrique Mers Océans Littoraux — fr

Retour au début du document

Transmis par Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 10/09/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Pollutions plastiques L’océan Pacifique, cimetière de milliards de microplastiques.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...
— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 13 / 332442

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Déchets   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License