ISIAS

Conférence interactive de Jacques Hallard : La santé des jeunes est-elle menacée par les ondes, les MOOC et autres TIC (technologies de l’information et de la communication) ?

mercredi 10 avril 2019 par Hallard Jacques

Le jeudi 18 avril 2019 à 18h00 au Musée de l’automobile en Provence, D7 route d’Avignon à Orgon 13660 Bouches-du-Rhône, proposée par l’association ‘Lez’arts des falaises’ (créativité, culture)

Jacques HALLARD, Ing. CNAM – Site ISIAS – 10/04/2019

PLAN : Introduction Sommaire Auteur


Introduction

Ce dossier propose des textes d’accompagnement à la conférence, et de multiples références sur ce sujet.

Les ondes et les champs électromagnétiques sont, de nos jours, permanents et omniprésents, pratiquement où que nous nous trouvions. Notre environnement est donc marqué par une sorte de pollution non naturelle qui nous envahit en tous lieux et en tout temps, avec la généralisation, au cours des dernières décennies, des technologies de l’information et de la communication (ou TIC).

Il est donc légitime de s’interroger sur cette situation et d’examiner les effets sur la santé des êtres vivants et les conséquences, en tentant de considérer les avantages pour les usagers, mais aussi les inconvénients et les limites de cette nouvelle forme de pollution. Voir par exemple : ’Mise à jour sur les effets des ondes ou champs électromagnétiques (CEM) sur la santé des êtres vivants’ par Jacques Hallard , dimanche 17 mars 2019, d’une part, et ’La santé des jeunes est menacée par les ondes’ par Jacques Hallard , samedi 9 juillet 2016, d’autre part.

Les effets biologiques et environnementaux des champs électromagnétiques sont soupçonnés de pouvoir générer des impacts environnementaux ou sur la santé, mais ceux-ci sont encore discutés, notamment avec la multiplication des émetteurs radio/TV et les antennes de radiotéléphonie qui émettent un rayonnement électromagnétique.

Les impacts des ondes et des champs électromagnétiques ont en effet été souvent discutés et controversés, du fait que les études ont généralement fait l’objet de biais expérimentaux, d’une part, et que différentes générations de réseaux mobiles se sont succédés au cours des dernières décennies (de la 2G, à la 3G, etc… vers la 5G prochaine), d’autre part.

Selon Wikipédia, « En télécommunications, 5G est la cinquième génération de standards pour la téléphonie mobile, faisant suite à la 4G1. La technologie 5G est considérée par certains comme une « technologie clé »2 qui pourrait permettre des débits de télécommunication mobile de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu’à mille fois plus rapides que les réseaux mobiles en 20103 et jusqu’à 100 fois plus rapide que la 4G à l’horizon fin 2019 - début 20204. Les principales entreprises technologiques concernées ont signé les premières spécifications communes du standard, suite à de nombreux essais des différents acteurs, à Lisbonne en décembre 20175. Ces débits de données sont susceptibles de répondre à la demande croissante de données avec l’essor des smartphones et objets communicants, connectés en réseau. Ce type de réseau devrait favoriser le cloud computing, l’intégration et l’interopérabilité d’objets communicants et de smartgrids et autres réseaux dits intelligents, dans un environnement domotisé et une « ville intelligente ». Cela pourrait également développer l’imagerie 3D ou holographique, le datamining, la gestion du big data et du tout-internet « Internet of Everything » (expression évoquant un monde où tous les ordinateurs et périphériques pourraient communiquer entre eux). D’autres applications concernent les jeux interactifs et multi-joueurs complexes, la traduction automatique et assistée instantanée… » Article complet ici.

Bien qu’il soit difficile de tirer des conclusions définitives concernant les êtres humains en général, il est admis de façon certaine que les jeunes personnes (des nourrissons aux adolescents) présentent une plus grande vulnérabilité aux ondes et aux rayonnements électromagnétiques, et il a été observé qu’en conditions expérimentales, le cerveau de rats de laboratoire est affecté de façon bien visible au niveau de la barrière sang-cerveau (barrière hémato-encéphalique) ; voir aussi CEM Expertise : La barrière hémato-encéphalique.

Par ailleurs, des recherches avaient montré que les rayonnements électromagnétiques pouvaient avoir un effet néfaste sur la reproduction des oiseaux et que les abeilles sont également impactées par la pollution électromagnétique.

Des médecins français avaient lancé un Appel contre les dangers des téléphones mobilesnote 1, ou téléphones portablesnote 2, ou téléphones cellulaires, et le gouvernement français avait mis sur pied une grande concertation dans le cadre du ‘Grenelle des ondes et des antennes-relais’, avec des résultats finalement mitigés (2009) : « Le ministère de la Santé vient de lancer une série de discussions sur les effets sur la santé des ondes radio, en particulier celles de la téléphonie mobile. Opérateurs et associations de défense des consommateurs sont réunis pour décider s’il faut légiférer, interdire, avoir peur ou être rassuré. La science sera la grande absente de ces débats, par manque de preuves claires et parce que les scientifiques n’ont pas été invités… »

Les innovations technologiques successives se sont vite imposées chez les utilisateurs, aussi bien professionnels que particuliers, amenant en France la publication des recommandations de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation),qui, dans sonhttps://www.google.fr/url?sa=t&...rapport de 2016, mettait en garde sur les conséquences d’un usage des objets connectés et notamment des téléphones portables, en particulier chez les enfants.

Pratiquement, les risques sanitaires encourus – notamment à cause du Wi-Fi ou Wifi, de la lumière bleue des écrans (voir La lumière bleue des écrans provoque l’autodestruction de la rétine ...21 août 2018) et des smartphones par exemple – sont la plupart du temps accompagnés de conseils sur les diverses façons de se protéger contre les effets néfastes des ondes et des champs électromagnétiques (CEM). Bien qu’il existe des opinions plus alarmistes, comme celles du Dr. Michel Dogna par exemple, des « sources autorisées » expriment des avis plutôt optimistes, évacuant toutefois les sujets sensibles comme le rôle possible des compteurs électriques qualifiés « d’intelligents » (‘Linky’ par exemple) sur la santé. Voir Où en est le déploiement du compteur intelligent en Europe ? Par ThierryLegrand - 28 juillet 2017 : « Alors que la France poursuit l’installation de son compteur d’électricité intelligent Linky, on peut s’interroger sur l’attitude des autres pays de l’Union Européenne face à la directive qui prévoyait une généralisation de ces compteurs d’ici 2022. Et ce qui frappe est la grande disparité d’avancement des projets, entre ceux dont le déploiement est achevé (Suède, Italie), avec de réels bénéfices, et ceux qui traînent des pieds, Allemagne en tête. Tour d’horizon… »

On peut aussi consulter par exemple : Linky dangereux pour la santé ? Ce n’est pas démontré, 1er juin 2018 / Moran Kerinec (Reporterre) , ainsi que : ’Je n’ai pas envie de prendre des risques pour la santé de mon enfant’ : comment des anti-Linky ont décidé d’attaquer Enedis en justice.

Des experts s’interrogent toutefois sur les risques sanitaires chroniques à long terme (voir Effets d’une exposition chronique aux ondes radiofréquences – Ineris)https://www.google.fr/url?sa=t&...dans les populations ‘avancées’, devant la multiplication des appareils et des systèmes numériques, engendrés par la généralisation des techniques de l’information et de la communication (TIC), en particulier avec les moyens destinés à l’enseignement et aux formations (TICE) avec l’usage des MOOC (Massive Open Online Course), qui ouvrent pourtant d’énormes possibilités de partage des connaissances et d’acquisition des apprentissages.

Ces nouveaux outils à base du numérique vont probablement modifier en profondeur les méthodes pédagogiques : voir La classe inversée « (ou « renversée », en anglais : « flipped classroom »1), une approche pédagogique qui inverse la nature des activités d’apprentissage en classe et à la maison2. Les rôles traditionnels d’apprentissage sont modifiés selon l’expression « les cours à la maison et les devoirs en classe »3,4. Autrement dit, les élèves doivent impérativement étudier leurs cours chez eux, pour que les activités en classe deviennent plus concrètes pour eux. Durant les heures d’ « apprentissages », ces derniers ne feront que des exercices d’applications et de découvertes. Ce n’est plus l’enseignant qui apporte des connaissances d’un nouveau chapitre, mais il aidera l’élève pour la compréhension des notions importantes et aura plus de temps pour suivre l’élève au cas par cas. L’enseignant jouera donc le rôle de guide dans les apprentissages de l’élève. Il est aujourd’hui impossible en l’état de porter un jugement général quant au bénéfice d’un tel dispositif, les résultats d’observations étant très fluctuants en fonction des catégories sociales des élèves, de leurs niveaux scolaires initiaux et des disciplines enseignées. Certaines études relativisent l’impact et les bénéfices de l’inversion du cours, qui seraient en réalité le fruit de la pédagogie active qui accompagne la classe inversée (cf. infra)… » Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_invers%C3%A9e

Une complexification du numérique, avec l’empilement progressifs des applications dans l’Internet des Objets, (voir Introduction à l’Internet des Objets - Techniques de l’Ingénieur),est en train de se propager à grande vitesse à l’échelle mondiale, avec des capacités techniques nouvelles, une puissance de calcul et une rapidité de fonctionnement naguère insoupçonnées, dans tous les champs de l’intelligence artificielle. A écouter : vidéo 05:17 / Intelligence artificielle « Interview : comment est née l’intelligence artificielle ? L’intelligence artificielle vise à mimer le fonctionnement du cerveau humain, ou du moins sa logique lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (Institut de l’Internet et du multimédia), nous explique l’origine de ces recherches… 

Lectures suggérées : La technologie questionne notre identité-Les attitudes vis-à-vis des robots humanoïdes, de la viande de synthèse ou des humains génétiquement modifiés posent une même question : de quoi est faite notre identité ? Source : https://www.pourlascience.fr/theme/intelligence-artificielle/

Offrant des perspectives étonnantes et inouïes, souvent alléchantes grâce à un marketing puissant et efficace dans ses méthodes, toutes ces nouvelles technologies sont flanquées d’inconnues, de limites probables, d’inconvénients évidents, de dangers potentiels et de risques certains dont les citoyens, les populations concernées, mais aussi les gouvernants vont devoir s’approprier les termes pour contribuer à limiter les usages, pour exercer un contrôle et une régulation indispensables aux enfants d’aujourd’hui et aux populations à venir sur la planète Terre, dont les ressources physiques et naturelles sont limitées.

Les articles et documents sélectionnés sont listés dans l’ordre chronologique des publications et ils sont intégrés dans le sommaire ci-après.

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


Sommaire

1. Les diverses ondes électromagnétiques dans notre environnement

2. Les enfants sont plus vulnérables vis-à-vis des ondes

3. Les cellules du cerveau sont atteintes par les ondes du téléphone mobile

4. Les oiseaux et les abeilles sont impactés par le pollution électromagnétique

5. L’Appel de 20 médecins français contre les dangers du portable

6. Le gouvernement lance le Grenelle des ondes et des antennes-relais

7. L’incidence des portables sur le cerveau et les risques de cancers

8. Radiofréquences, téléphonie mobile et technologies sans fil - Effets sanitaires des technologies de communication sans fil et autres applications des radiofréquences – Document ANSES - Mis à jour le 27/03/2018

9. Téléphone, télévision et ordinateur : 7 manières de se protéger des ondes

10. Télévision, smartphones, écrans d’ordinateur : voilà ce que vous risquez à vous exposer trop souvent à la lumière bleue - Avec Dominique Brémond-Gignac

11. Une vidéo plutôt optimiste sur les effets des ondes sur le corps humain

12. Une belle synthèse qui montre la grande diversité des sources d’ondes

13. Une expression contestée des effets du WiFi sur la santé et le bien-être

14. Les ondes seraient néfastes pour la mémoirisation chez les enfants

15. Vision critique sur les ondes dans ‘La Newsletter de Michel Dogna’

16. Les 5 effets néfastes du téléphone portable sur la santé – Par Elena Bizzotto Article mis à jour le 1er février 2019

17. Smartphone : 5 moyens de réduire son exposition aux ondesLire la bio Marie-Céline Ray , Journaliste -Document ‘Futura Santé’ - 17/02/2019

18. Perspectives ouvertes par l’arrivée des MOOC dans l’enseignement et les formations

19. Les différentes générations de réseaux mobiles se sont succédés : de la 2G à la 5G – Documentation provenant du CEA

20. Complexification du numérique avec l’Internet des Objets selon Wikipédia

21. Les caractéristiques des avancées technologiques depuis le début de ce siècle

22. Nous sommes bien entrés là dans le domaine de l’Intelligence Artificielle 

ADDENDA - Enfance et ondes électromagnétiques : les impacts possibles

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier

1.
Les diverses ondes électromagnétiques dans notre environnement

Après avoir fait un point sur les caractéristiques physiques des émissions des ondes et des champs électromagnétiques, en replaçant ces émissions sur le spectre électromagnétique, seront rappelés les divers usages des systèmes électriques et numériques qui ont été développés et qui continuent de se diversifier à vive allure. Voir par exemple : Les ondes électromagnétiques dans le domaine de la communication - Publié le 31 mai 2018 par le CEA :

« Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ? Quelles sont les ondes qui nous permettent de communiquer quasi instantanément d’un bout à l’autre du monde ? En quoi les ondes radio jouent-elles un rôle fondamental dans les télécommunications ? Comment fonctionne un système mobile sans fil ? Quelles sont les différentes générations de réseaux mobiles ? Quels sont les enjeux et promesses de la 5G ? L’essentiel sur… les ondes électromagnétiques utilisées dans le domaine de la communication… »

spectre-electromagnetique.JPG

Spectre électromagnétique. Les ondes sont classées selon leurs fréquences en Hertz. © CEA

Dans l’ordre des longueurs d’ondes croissantes, on trouve :

Longueur d’onde (mètre)

Fréquence (Hertz)

Catégorie d’onde électromagnétique

​< 10 picomètres (ie 1 000 milliards de fois plus petit qu’un mètre) ​30 x 1018 Hz ​Les rayons gamma, produits par des transitions nucléaires
​10 picomètres – 10 nanomètres (ie 1 000 millions de fois plus petit qu’un mètre) ​30 x 1018 – 30x1015 Hz ​Les rayons X, qui permettent de faire des radiographies du corps humain
​10 nanomètres – 400 nanomètres ​30x1015 - 750x1012 Hz ​Les rayons ultra-violet (UV), qui proviennent majoritairement du Soleil et sont responsables par exemple du bronzage ou des coups de soleil.
​400 – 800 nanomètres ​750x1012 – 375x1012 Hz ​La lumière visible avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.
​800 nanomètres – 0,1 millimètre ​375x1012 – 3x1012 Hz ​Les rayons infrarouges, qui captent la chaleur des objets, de l’environnement.
​1 millimètre - 30 kilomètres ​300x109Hz - 10Hz ​Les ondes radio, responsables des moyens de télécommunications qu’on connaît aujourd’hui : les radars et satellites, le réseau Wi-Fi, le téléphone portable, la télévision hertzienne et la radio.

CEA - Accueil - De la recherche à l’industrie -Mots clés : ondes 5G | système mobile | transmission sans fil | antenne | fréquence | réseau mobile | ondes électromagnétiques | ondes radio - explorez la médiathèque !
_
Article complet à lire sur ce site : http://www.cea.fr/comprendre/pages/physique-chimie/essentiel-sur-ondes-electromagnetiques-communication.aspx

Retour au sommaire

2.
Les enfants sont plus vulnérables vis-à-vis des ondes

Le fait de s’intéresser spécialement aux effets des ondes sur la santé des nourrissons, des enfants et des adolescents est pertinent du fait que les champs électromagnétiques des téléphones portables, par exemple, pénètrent de manière significative dans le corps humain, plus particulièrement au niveau du cerveau, et plus encore chez l’enfant que chez l’adulte. Il en résulte un risque sanitaire accru pour les plus jeunes personnes. 
 

Source : Gandhi, O.P., G. Lazzi, et C.M. Furse. IEEE Transactions on Microwave Theory and Techniques, 1996.

Degré de pénétration des émissions électromagnétiques d’un portable dans le cerveau. Source : Gandhi, O.P., G. Lazzi, et C.M. Furse. IEEE Transactions on Microwave Theory and Techniques, 1996. 

Certains auteurs ont souligné la fragilité du corps des enfants, notamment du fait que le système de protection d’un nourrisson n’est pas mature avant l’âge de six mois, d’une part, et que chez les enfants en phase de croissance, le cerveau représente 10,8 % du poids d’un nouveau-né, alors qu’il n’atteint que 2 % du poids chez un individu adulte, d’autre part.

Retour au sommaire

3.
Les cellules du cerveau sont atteintes par les ondes du téléphone mobile

Dès 2003, l’association ‘Robin des Toits’ diffusait les résultats d’une recherche de Salford et al intitulé ’Dégâts aux cellules nerveuses de cerveaux de mammifères après exposition à des micro-ondes de téléphones mobiles GSM’ - Leif G. Salford, Arne E. Brun, Jacob L. Eberhardt, Lars Malmgren, Bertil R.R. - Journal of the National Institute of Environmental Health Sciences. Voici le résumé.

Résumé :
Les risques possibles pour le corps humain, des champs électromagnétiques de la plage des fréquences radio sont de plus en plus préoccupants pour la société. Nous avons montré antérieurement que les micro-ondes pulsées sont la cause d’une fuite significative d’albumine à travers la barrière sang-cerveau (barrière hémato-encéphalique). Nous avons maintenant investigué pour savoir si une fuite pathologique à travers la barrière sang-cerveau pouvait causer des dégâts aux cellules nerveuses. Trois groupes comprenant chacun 8 rats ont été exposés pendant 2 heures aux champs électromagnétiques d’un téléphone mobile GSM à différentes puissances. Nous avons trouvé et nous le présentons ici pour la première fois, des preuves hautement significatives (p<0,002) de l’atteinte des cellules nerveuses du cerveau, à la fois du cortex, de l’hippocampe et des ganglions basaux chez les rats exposés :

Salford et al. 2003 - ’Dégâts aux cellules nerveuses de cerveaux de mammifères après exposition à des micro-ondes de téléphones mobiles GSM’

Leif G. Salford, Department of Neurosurgery - Lund University Hospital - - 221 85 Lund, Suède - Tél : 46 46 171270 - Fax : 46 46 189287
E-mail : leif.salford@neurokir.lu.se – Source : https://www.robindestoits.org/Salford-et-al-2003-Degats-aux-cellules-nerveuses-de-cerveaux-de-mammiferes-apres-exposition-a-des-micro-ondes-de_a446.html

Retour au sommaire

4.

Les oiseaux et les abeilles sont impactés par le pollution électromagnétique

En 2007, il avait été rapporté que : « Les oiseaux vivant près des stations d’antennes relais, servant pour le téléphone portable, ne se reproduisent pas normalement ». Voir : ’Les téléphones portables et les oiseaux en voie de disparition’ par le Dr. Mae-Wan Ho - Traduction et compléments de Jacques Hallard - mercredi 30 mai 2007.

Dans l’article intitulé ’Les téléphones portables et la disparition des abeilles’ par le Dr. Mae-Wan Ho - Traduction et compléments de Jacques Hallard, vendredi 27 avril 2007, l‘auteure soulignait que « les abeilles constituent une espèce indicatrice de la pollution électromagnétique », et que « la récente percée des téléphones portables de troisième génération est peut- être le principal coupable du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles… »

Retour au sommaire

5.
L’Appel de 20 médecins français contre les dangers du portable

Dès 2008, un Appel de vingt médecins contre les dangers du portable avait été émis et publié notamment par le JDD (15/06/2008) : David Servan-Schreiber et 19 cancérologues alertaient le public et prodiguaient leurs conseils de prudence en soulignant que le risque maximal était établi pour les enfants de moins de 12 ans. Voici quelques extraits qui décrivent le contexte de l’époque. Auteurs : Yann Philippin et Soazig Quéméner.

Pourquoi cet appel ?

Ces dix-neuf scientifiques, pour la plupart cancérologues, rassemblés par David Servan- Schreiber, auteur d’Anticancer (éditions Robert Laffont), pensent que le risque est trop fort pour être couru. « Nous sommes aujourd’hui dans la même situation qu’il y a cinquante ans pour l’amiante et le tabac, note Thierry Bouillet, cancérologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny, signataire de l’appel. Soit on ne fait rien, et on accepte un risque, soit on admet qu’il y a un faisceau d’arguments scientifiques inquiétants. » Les signataires de l’appel parmi lesquels on compte le professeur Henri Pujol, président de la Ligue nationale contre le cancer, tiennent à insister sur les risques chez les jeunes, plus sensibles à la pénétration des ondes.

Dans leur liste de dix précautions à prendre, « basiques » selon eux mais tout de même radicales, ils vont jusqu’à demander aux parents d’enfants de moins de 12 ans d’interdire tout accès aux portables à leur progéniture, sauf en cas d’urgence. Le noyau dur des cancérologues rassemblés pour cet appel connaît le psychiatre David Servan-Schreiber depuis la sortie d’Anticancer. « Il nous avait réunis pour nous présenter son travail, poursuit Thierry Bouillet. Pour ne pas qu’on le détruise dans la presse sans savoir ce qu’il en était. On partait tous avec un mauvais préjugé, c’est quelqu’un de très controversé. Mais nous avons été conquis. » Dès aujourd’hui, on peut retrouver sur www.guerir.fr, le site de David Servan-Schreiber, un comparatif du niveau des ondes électromagnétiques émises par les différents modèles de portables.

Quels sont les dangers ?

Les scientifiques s’accordent sur deux choses : il n’y a pas de preuve formelle de la nocivité du portable, mais un risque existe qu’il favorise l’apparition de cancers en cas d’exposition à long terme. On constate en revanche des divergences profondes entre chercheurs sur le niveau de ce risque, qualifié de « faible » par le ministère de la Santé. Une étude suédoise montre que le risque d’avoir une tumeur cancéreuse du côté où l’on téléphone est multiplié par deux au bout de dix ans.

Le rapport américain BioInitiave ajoute qu’il y a également un risque significatif d’augmentation des leucémies infantiles et des troubles neurologiques (dont l’Alzheimer). Des résultats contestés par les partisans du risque faible, qui les estiment pas assez rigoureuses. Les chercheurs comptent sur Interphone, la première étude épidémiologique de grande ampleur menée dans treize pays. Son volet français a déjà conclu qu’il y a « une tendance générale à un risque accru de gliomes [tumeurs cancéreuses] chez les gros utilisateurs », mais précise que les ces résultats ne sont « pas statistiquement significatifs ». Les résultats définitifs, attendus cette année, devraient permettre d’y voir plus clair.

Les lobbies influencent-ils les chercheurs ?

« L’influence des industriels est très forte, comme on l’a déjà constaté pour l’amiante », estime Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robins des toits. Il cite dans son livre (2) (« Et si la téléphonie mobile devenait un scandale sanitaire ? », éditions du Rocher). le compte-rendu d’une réunion de 1994 de la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication, dont l’objectif était d’organiser un « lobbying » européen pour s’opposer aux « rumeurs dommageables sur le plan commercial ».

En France, le travail de l’Afsset, l’agence publique qui a réalisé les deux derniers rapports officiels sur le sujet, a été désavoué par ses ministères de tutelle.
Quatre des dix experts du rapport de 2005 avaient des liens directs ou indirects avec des opérateurs, tandis que des experts du rapport de 2003 avaient plaidé pour le faible danger du mobile dans un supplément publicitaire d’Impact Médecine financé par France Télécom. « Le fonds de nos rapport n’a pas été remis en cause », réplique-t-on à l’Afsset. Les militants associatifs recensent plusieurs cas de chercheurs écartés ou privés de crédits.

Ainsi Gérard Ledoigt, chercheur en biologie à l’université de Clermont-Ferrand, découvre en 2006 que les gênes des plants de tomates interprètent les ondes du mobile comme une agression. Un an plus tard, il apprend que son labo est démantelé, avant d’être désavoué par son université pour des propos qu’il n’a pas tenus. « J’ignore pourquoi, mais on m’a de facto empêché de travailler sur le sujet », indique-t-il. L’université rétorque que ses recherches se poursuivent dans un autre labo, avec un financement de la fondation Santé et radiofréquences, dont Gérard Ledoigt fait partie. Cette structure créée en 2006 irrigue l’essentiel de la recherche française sur le sujet. Elle est dans le collimateur des associations car elle est financée à parité par l’Etat et les industriels. « Nous ne sommes pas représentés à son conseil scientifique, qui travaille en toute indépendance », indique-t-on à l’Association française des opérateurs mobiles (Afom). « C’est vrai, mais je suis un des rares membres du conseil qui pense que le téléphone portable peut avoir un effet sur les cellules », ajoute Gérard Ledoigt.

La prudence des assureurs

Dans un rapport de 2006, la société de bourse CA Cheuvreux estimait que les opérateurs devaient mieux informer leurs clients des risques potentiels afin de minimiser l’impact financier lié à d’éventuels procès. Les assureurs se montrent également très prudents. A l’image d’Axa, la plupart d’entre eux ont exclu de leurs contrats destinés aux particuliers et aux entreprises les risques potentiels liés aux ondes électromagnétiques. Les assureurs redoutent ce « risque non maîtrisé et qui pourrait dériver en futurs sinistres sériels », confirme le réassureur Paris Re.

Le réassureur allemand Munich Re refuse pour sa part de couvrir les risques liés à l’électromagnétisme pour les fabricants de portables et d’antennes relais. Les opérateurs français semblent toutefois avoir trouvé des assureurs prêts à les couvrir. « Les opérateurs ont une assurance responsabilité civile qui inclut les risques éventuels liés aux champs électromagnétiques », indique-t-on à l’Afom.

Les 20 signataires et leurs dix recommandations sont à découvrir que ce site : http://poem26.fr/prevoem26.id.st/danger-des-rayonnements-appel-des-20-oms-parlement-europeen-p145600.html

Retour au sommaire

6.
Le gouvernement lance le Grenelle des ondes et des antennes-relais

Les autorités politiques françaises avaient lancé en 2009 une grande concertation désignée le « Grenelle des ondes » ou des antennes-relais » : un débat fait à l’instigation de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’économie numérique. Il devait traiter des ondes électromagnétiques, de la téléphonie mobile, et du wifi et répondre aux inquiétudes de l’opinion sensibilisée par les nombreuses polémiques suscitées par les associations soutenant l’existence de risques sanitaires des télécommunications.

A propos de l’exposition aux ondes électromagnétiques, une loi a été finalement votée à l’Assemblée nationale en France le 29 janvier 2015, en établissant en particulier les points suivants :
* une carte à l’échelle communale des antennes-relais existantes
* l’interdiction du Wi-Fi dans les crèches
* une régulation de la publicité pour l’usage d’un téléphone mobile
* une attention portée à l’électro-hypersensibilité

Retour au sommaire

7.
L’incidence des téléphones portables sur le cerveau et les risques de cancers

En juin 2010, l’Organisation Mondiale de la Santé diffusait les résultats d’une étude dénommée The INTERPHONE Study Group : Brain tumour risk in relation to mobile telephone use : results of the INTERPHONE international case–control study – Référence : International Journal of Epidemiology, Volume 39, Issue 3, June 2010, Pages 675–694, https://doi.org/10.1093/ije/dyq079 - Published : 05 May 2010.

Dans le Communiqué de presse N° 2001, du 7 MAI 2010, sont donnés les détails de la publication de l’étude Interphone sur l’utilisation des téléphones portables et le risque de cancer du cerveau. On note notamment qu’un risque sanitaire accru pour les utilisateurs intensifs a été mis en évidence. Toutefois, selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), « les biais et les erreurs limitent la validité de ces conclusions et ne permettent pas une interprétation de causalité… » - Source : https://www.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/07/pr200_F.pdf

En 2011, une autre conclusion était rapportée : ’Les téléphones portables endommagent le cerveau’ par le Dr Mae-Wan Ho - Traduction et compléments de Jacques Hallard, mercredi 2 novembre 2011. « Des expériences réalisées sur des rats en laboratoire montrent que les champs électromagnétiques des téléphones mobiles détruisent la barrière hémato-encéphalique et endommagent les neurones, même 50 jours après une seule exposition… »

La même année, la mise en garde suivante était diffusée : ’Les rayonnements des téléphones sans fil sont « cancérogènes possibles » ’ (Wireless Phone Radiation “Possibly Carcinogenic”), par le Dr. Mae-Wan Ho - Traduction et compléments de Jacques Hallard, samedi 23 juillet 2011. « Une annonce de l’OMS était intervenue après une semaine de délibérations par un groupe de travail composé de 31 scientifiques venant de 14 pays, au CIRC à Lyon. Le Groupe avait examiné la documentation disponible sur les expositions professionnelles aux émissions des radars et aux micro-ondes, les expositions environnementales associées aux transmissions pour la radio, la télévision et la télécommunication sans fil, ainsi que les expositions personnelles associées à l’utilisation des téléphones sans fil. Conclusion : les champs électromagnétiques des radiofréquences sont dangereux pour la santé, déclarait alors l’Organisation Mondiale de la Santé ».

Par ailleurs, un Rapport de l’Assemblée du Parlement Européen réaffirmait également ceci en 2011 : « Il faut respecter le principe de précaution et réviser les seuils actuels, en attendant la preuve scientifique et clinique de haut niveau, qui peut conduire à des coûts très élevés en matière économique et de santé publique, comme ce fut le cas dans le passé avec l’amiante, l’essence plombée et le tabac ». L’Assemblée a recommandé le principe ALARA (aussi bas que raisonnablement possible) pour les normes d’exposition aux champs électromagnétiques, afin de couvrir les effets thermiques aussi bien que les effets non thermiques… » Voir les détails ici.

Retour au sommaire

8.

Radiofréquences, téléphonie mobile et technologies sans fil - Effets sanitaires des technologies de communication sans fil et autres applications des radiofréquences – Document ANSES - Mis à jour le 27/03/2018

« Le développement des technologies radiofréquences et des applications associées s’est fortement amplifié ces vingt dernières années. Ces nouvelles technologies sont susceptibles d’augmenter l’exposition de la population générale ou des utilisateurs et s’accompagnent de multiples questions (utilisation, métrologie, effets biologiques et cliniques, épidémiologie, réglementation, …), ainsi que d’inquiétudes diverses, notamment sur leurs possibles impacts sanitaires. Dans ce contexte, le thème des radiofréquences est un sujet de mobilisation majeur pour l’Agence. Pour répondre aux questions soulevées par l’usage des radiofréquences, l’Anses a expertisé à plusieurs reprises le domaine de leurs effets sanitaires ».

Consulter les cahiers de la recherche sur le thème radiofréquences et santé (pdf)

Les rencontres scientifiques du 17 mai 2017 sur le thème radiofréquences et santé

Consulter la page de l’appel à projet 2017 du plan national de recherche en santé-environnement-travail sur le thème ’Radiofréquences et santé’

Source : https://www.anses.fr/fr/content/radiofr%C3%A9quences-t%C3%A9l%C3%A9phonie-mobile-et-technologies-sans-fil

Quelques extraits et commentaires du rapport de l’ANSES 2016

Un rapport de l’ANSES de 2016 met en garde sur les conséquences d’un usage des objets connectés et notamment des téléphones portables, en particulier chez les enfants, à cause des ondes électromagnétiques qu’ils émettent. Ces ondes peuvent nuire à la mémoire et l’attention ; elles engendrent une fatigue supplémentaire ; elles peuvent provoquer des dépressions ; leurs effets cancérogènes ne sont pas prouvés

Bluetooth, Wi-Fi, nouvelles générations de téléphones mobiles… Depuis une vingtaine d’années, notre exposition aux technologies de communication sans fil et autres radiofréquences n’a fait que s’amplifier.

Les enfants sont une population à part et ils sont plus sensibles aux ondes électromagnétiques. Les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés peuvent avoir des effets sur leurs fonctions cognitives,

Les experts ont également recensé des effets négatifs sur le bien-être des enfants (fatigue, troubles du sommeil, stress, anxiété), qu’ils attribuent non pas aux ondes elles-mêmes, mais à une utilisation intensive du téléphone portable.

Mise en évidence d’une association entre un usage intensif et inadéquat du téléphone mobile par des jeunes et une santé mentale affectée : comportements à risque, dépression, idées suicidaires, etc…

L’Agence ANSES recommande aux parents d’inciter leurs enfants à un usage raisonnable. Elle ne conclut pas sur l’existence ou non d’effets chez l’enfant sur le comportement, les fonctions auditives, le développement, le système reproducteur ou immunitaire, ni d’effets cancérogènes

Recommandations de prudence : un usage modéré et encadré des technologies de communication sans-fil par les enfants.

Pour les technologies de communication sans-fil , les téléphones mobiles, l’ANSES préconise un usage modéré et encadré, en privilégiant le recours au kit mains-libres, comme cela est le cas pour les adultes.

Nous avons des interrogations sur les tablettes, notamment celles qui fonctionnent non pas en wifi mais en 3G ou 4G’, confie l’expert de l’Anses. 

Les experts ont en revanche écarté une interdiction des téléphones portables aux moins de 6 ans, votée en 2010, mais dont le décret n’est jamais paru !.

Retour au sommaire

9.
Téléphone, télévision et ordinateur : 7 manières de se protéger des ondes - Par Isabelle Duranton modifié le 03 février 2017 – Document ‘Notre Temps’

Photo - Réduire son niveau d’exposition aux ondes produites par de nombreux appareils est possible à la maison ou à l’extérieur.

Une étude de l’association Familles Rurales et de la Confédération syndicale des Familles (CSF) réalisée auprès de 6 700 personnes (2 500 adultes et 4 200 enfants) s’alerte de notre méconnaissance de la dangerosité des ondes électromagnétiques. 55% des personnes interrogées ignorent par exemple quelles sont les précautions à prendre lorsqu’elles passent un appel via un téléphone portable. 

Or, des gestes simples et faciles à mettre en œuvre existent ! Ils permettent de limiter notre exposition aux ondes et ses conséquences sur la santé encore mal cernées. L’Institut national de veille sanitaire (InVS) rappelle que l’exposition à des champs de forte intensité a des effets biologiques certains sur le système nerveux et produit un échauffement des tissus. L’OMS a classé les ondes électromagnétiques dans la catégorie ’’possiblement cancérigène’ pour l’homme et doit procéder d’ici à fin 2016 à une ’évaluation formelle du risque pour tous les effets sur la santé dus à une exposition à des champs de radiofréquences’.

Les champs magnétiques sont produits par de nombreux appareils (télécommandes, téléphones...) sans fil. Le rayonnement et l’intensité des différents champs peuvent être atténués par quelques précautions, très simples à mettre en œuvre, à domicile ou à l’extérieur :

1/ Votre chambre doit être protégée des ondes : Pour un sommeil paisible, évitez d’avoir un téléphone portable allumé près de votre tête. S’il vous sert de réveil, installez-le dans une pièce à côté ou dans le couloir car le rayon de son champ magnétique est de 50 centimètres alentour. Préférez-lui un réveil matin, classique mais tout aussi efficace.

2/ De la même façon, évitez de regarder un écran le soir (tablette, ordinateur…) : la lumière à ondes courtes (dite ’lumière bleue’) qu’il diffuse agit sur l’horloge biologique interne en bloquant la mélatonine, cette hormone responsable du sommeil comme l’a montré une étude américaine du Brigham and Women’s Hospital de Boston en décembre 2014.

3/ Faites mesurer l’exposition aux ondes électromagnétiques de votre logement. Vous y avez droit depuis le 1er janvier 2014, que vous soyez propriétaire, locataire. Cela vous permettra de connaître les sources d’émissions les plus élevées et d’agir en conséquence. Pour cela, adressez-vous à l’Agence nationale des fréquences.

4/ Lorsque vous utilisez un téléphone portable, éloignez votre oreille de l’écran lorsque l’appareil cherche le réseau, jusqu’à ce que la communication soit effective (tant que la première sonnerie n’a pas retenti). C’est pendant cette recherche que sont émises le maximum d’ondes comme le rappelle le ministère de la Santé dans son dépliant sur le bon usage des téléphones mobiles.

5/ Privilégiez l’oreillette – ou kit mains libres –  si vous êtes un accro des conversations téléphoniques ! Ces accessoires réduisent l’exposition aux ondes, le temps de la conversation. Le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) préconise de ne téléphoner qu’en cas de réception optimale, pas plus de 5 ou 6 fois par jour, quelques minutes d’affilée à chaque fois et de respecter un temps moyen de 1h30 entre chaque appel.

6/ Si vous portez un implant électronique, éloignez le téléphone mobile de votre appareil, en raison de risques possibles d’interférences. C’est une recommandation du ministère de la Santé qui concerne les porteurs de pacemaker, de pompe à insuline ou de neurostimulateur. 

7/ Essayez le câble Ethernet : votre télévision et votre ordinateur sont reliés à une box wi-fi ? Vous pouvez l’éteindre chaque soir ou tout simplement la remplacer par une alternative, le câble Ethernet. C’est une connexion filaire fourni dans le pack de votre box internet, plus sécurisée et au débit supérieur au wi-fi. 

Pour en savoir plus :

Un livre : Les maladies des ondes. Comment s’en préserver, Dr Gérard Dieuzaide, Christian Bordes, Éd. Dangles

Un dépliant : Le guide des bonnes pratiques édité par le gouvernement sur les radiofréquences et la santé.

Des sites :
L’Anses consacre une rubrique à ses travaux sur les champs électromagnétiques.
Le site de l’OMS sur le même sujet.
Le Criirem (Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques).

Tous les articles ’Prévention’ - Notre Temps-© 2019 BAYARD PRESSE - Tous droits réservés – Source : https://www.notretemps.com/sante/actualites-sante/telephones-television-et-ordinateurs-7-manieres-de-se-proteger-des-ondes,i79702

Retour au sommaire

10.
Télévision, smartphones, écrans d’ordinateur : voilà ce que vous risquez à vous exposer trop souvent à la lumière bleue - Avec Dominique Brémond-Gignac , Professeure d’Ophtalmologie avec une ‘sur-spécialisation’ en Ophtalmologie Pédiatrique. Elle est actuellement Chef du service d’Ophtalmologie et d’Ophtalmologie Pédiatrique à l’Hôpital Universitaire Necker Enfants Malades à Paris. Voir la bio

« La lumière bleue est omniprésente dans notre quotidien, pour le plus grand malheur de nos yeux ».

Atlantico : Comment se démarque la lumière bleue des autres différentes lumières artificielles comme la lumière blanche par exemple ?

Dominique Bremont-Gignac : La lumière blanche est un composé de lumière, avec une grande longueur d’onde au contraire de la lumière bleue. Les différentes LED contiennent pour obtenir de la lumière blanche beaucoup plus de composé bleu que les autres lumières classiques voilà pourquoi la lumière que l’on a dans les éclairages a changé. Meilleur rendement, plus économique et cela donne un éclairage supérieur aux éclairages classiques.

Les LED changent la donne et ont remplacé la plupart des composants traditionnels dans notre environnement (comme dans les TV par exemple). Cela donne une meilleure luminosité mais on sait que cela peut avoir des effets qui ne sont pas les bons.

Quels en sont les risques ? Comment celles-ci peuvent-elles nous affecter ?

La tonicité de la rétine. La première chose c’est que l’on va décaler les lumières que l’on reçoit et il y a des gens plus sensibles à cela car ils ont moins de filtres, comme les enfants par exemple. Les enfants qui vont jouer sur les smartphones, les consoles vont assimiler plus de lumière bleu que les autre car leur cristallin filtre moins cette lumière. On pourrait aussi citer les personnes qui ont eu une opération de la cataracte qui ont, elles, un cristallin artificiel qui filtrera moins les longueurs d’ondes.

Enfin, il y a des gens qui sont encore plus exposés que les deux cas précédemment cités, ce sont les gens qui travaillent dans le monde du spectacle ou dans l’éclairage de manière générale. Eux reçoivent des doses de lumières en direct qui sont beaucoup plus importantes et cela n’est évidemment pas sans effets sur leur vue

Autre point qui peut nous affecter, la lumière bleue stimule la mélatonine, hormone qui peut venir perturber le sommeil. Combien de personnes ont des difficultés à trouver le sommeil après avoir passé plusieurs heures devant un écran le soir ?

Comment prévenir ce genre de dégradation ? Existe-t-il des filtres permettant de bloquer la lumière bleue à mettre sur des écrans ou des lunettes ?

Il y a un rapport sorti en 2010 sur le risque des éclairages LED. On recommande aux parents de ne pas laisser leurs enfants trop exposés aux écrans ou encore d’avoir des éclairages indirects.

Le plus simple pour protéger ses yeux est d’avoir des lunettes équipées de filtres bleus. Le seul souci c’est que les fabricants ne sont pas franchement transparents sur le degré de filtration des ondes.

Il est aussi possible d’utiliser des filtres, numériques ou physiques pour atténuer les lumières de ce type. Il faudra alors penser à en déposer sur tous les écrans.

CGV Mentions légales - Copyright © 2015 - Atlantico.fr - All rights reserved - Crédits site web - Source : https://www.atlantico.fr/decryptage/3477231/television-smartphones-ecrans-d-ordinateur-voila-ce-que-vous-risquez-a-vous-exploser-trop-souvent-a-la-lumiere-bleue-bremont-gignac-dominique

Retour au sommaire

11.
Une vidéo plutôt optimiste sur les effets des ondes sur le corps humain

Une vision plutôt optimiste a été diffusée par Dailymotion / BFMBusiness le 11 juillet 2018 sous le titre Les effets des ondes électromagnétiques sur le corps humain – « Que sait-on de l’impact des ondes radios sur la santé ? Ces 20 vingt dernières années, plus de 3.000 études ont évalué l’impact des radiofréquences. Les résultats des études in vivo et in vitro sont très rassurants, on sait que ce n’est pas un poison violent à court terme », selon Yves Le Dréan, biologiste. « Mais on commence à entrer dans une ère nouvelle avec une multi-exposition aux ondes électromagnétiques à des niveaux assez faibles … Mais on ne rien sur les conséquences à très long terme de toutes ces expositions chroniques … »

> Ecouter l’entretien de BFM Business avec Yves Le Dréan / Ondes électromagnétiques - Vidéo 6:22 https://www.dailymotion.com/video/x2xo2fl

Retour au sommaire

12.
Une belle synthèse qui montre la grande diversité des sources d’ondes

Sur un site : « le génie des ondes  », dont l’ambition est d’informer sur les risques posés par les ondes électromagnétiques artificielles et les moyens de s’en protéger (conseils et diagnostics à domicile), les arguments sont loin d’être exprimés de façon aussi réconfortante. En particulier « C’est dans la gamme des hautes fréquences que les ondes électromagnétiques se sont le plus développées au cours des dernières décennies. La plupart des sources des ondes de haute fréquence émettent entre 900 MHz et 2500 MHz (MHz : millions de Hertz)… »

Le schéma ci-dessous montre la grande diversité des sources de ces émissions :

antenne relais

Source : https://genie-des-ondes.jimdo.com/

Retour au sommaire

13.
Une expression contestée des effets du WiFi sur la santé et le bien-être

D’après ’Santé Plus Mag’ (« un magazine de santé naturelle consacrée aux méthodes alternatives de traitement des maladies ») : « De nombreux spécialistes ne cessent d’attirer notre attention sur le danger des ondes électromagnétiques qui nous entourent… En effet, depuis l’introduction du Wifi en 1997, les recherches (alarmistes) sur les antennes relais et leurs effets sur la santé ne cessent de se multiplier ». Voici dix faits choquants à connaître sur les ondes Wifi et ses dangers : le Wifi favorise l’insomnie, perturbe le développement et la croissance des enfants ; il affecte la croissance cellulaire, dérègle les fonctions cérébrales et réduit l’activité cérébrale chez les femmes. Par ailleurs, il neutralise le sperme et peut avoir un impact sur la fertilité ; il provoque le stress cardiaque et serait lié au cancer… »

Il faut toutefois accompagner cette déclaration des commentaires suivants : « Fausses rumeurs et prescriptions dangereuses sur ’Santé Plus Mag’, l’une des pages les plus populaires de Facebook  » - Par Pierre Bafoil - 17/01/2018 à 12h51 « Avec près de huit millions de fans, Santé Plus Magazine est l’un des médias les plus présents sur Facebook en français. En décembre, il a été celui qui a généré le plus d’interactions et de discussions sur le réseau social. Pourtant ses articles relaient rumeurs, prescriptions dangereuses et allégations sexistes… »

Retour au sommaire

14.
Les ondes seraient néfastes pour la mémoirisation chez les enfants

Plus récemment, Une étude pointe la nocivité des ondes sur la mémoire des enfants - Entre effets mesurés et réserves - Publié le 20/07/2018 à 16h45 – « Après avoir évalué sur plusieurs années la mémoire d’enfants utilisant un téléphone portable, des chercheurs suisses estiment qu’une forte exposition aux ondes émises par ces appareils a bien une incidence sur la mémoire des formes… » - « Ce sont les appels, en tenant le téléphone à l’oreille, qui constituent 80 % des radiations reçues… » - « Après avoir évalué sur plusieurs années la mémoire d’enfants utilisant un téléphone portable, des chercheurs suisses estiment qu’une forte exposition aux ondes émises par ces appareils a bien une incidence sur la mémoire des formes… » - « Quelques mesures de précaution : en utilisant le haut-parleur de son téléphone ou un kit mains libres, il est facile de réduire par un facteur de 10 l’exposition aux ondes électromagnétiques lors d’un appel, si ce n’est plus… Il convient d’éviter à tout prix de passer des appels lorsque la connexion est mauvaise, car une minute équivaut alors à plusieurs heures passées le téléphone à l’oreille dans des conditions normales… »

Tous droits réservés © 2019 - Source : https://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/etude-pointe-nocivite-ondes-sur-memoire-enfants-n76513.html

Retour au sommaire

15.
Vision critique sur les ondes dans ‘La Newsletter de Michel Dogna’

Photo de l’auteur - Extraits - En juillet 2018, cet auteur ouvrait ainsi sa rubrique : « confirmation affolante sur les téléphones portables : Ils détruisent lentement le cerveau des adultes… et rapidement le cerveau des enfants ».

« Une étude pilotée aux Etats-Unis par Ronald L. Melnick pour le compte du gouvernement américain, a alerté l’Académie américaine de pédiatrie pour resserrer les recommandations qu’elle faisait aux parents concernant l’usage du cellulaire par leurs enfants. En effet, l’étude révèle hors de tout doute, que ces radiofréquences micro-ondes (autour de 2,4 Giga Hertz) causent les mêmes types de tumeurs chez les rats que celles dont l’incidence est plus élevée chez les humains qui collent leur GSM à l’oreille 30 minutes par jour en moyenne au bout d’une durée de 10 ans. Evidemment, les risques augmentent encore en fonction de la dose d’exposition ». « A noter que cette l’étude est déjà dépassée et ne pourra pas être répliquée, puisque l’exposition correspondait à la technologie de deuxième génération (2G ou GSM pour Global System for Mobile Communications), employée il y a 17 ans, c’est-à-dire au moment de la conception de l’étude ».

« Mille fois moins puissante que la technologie 2G, la 3G présente pourtant trois fois plus de risque de développer un gliome, (forme très agressive de cancer du cerveau). ’La puissance moyenne du rayonnement 2G/GSM est 1.000 fois plus élevée que celle des téléphones cellulaires modulés 3G/UMTS) de troisième génération ; et pourtant, pour 100 heures d’utilisation, le risque de cancer du cerveau par l’utilisation d’un téléphone cellulaire 3G/ UMTS est 3,4 fois plus élevé que l’utilisation de 2G’ - C’est ce que nous a expliqué par courriel Lloyd L. Morgan, survivant du cancer du cerveau, chercheur à l’Environmental Health Trust et directeur représentant des patients au registre national américain des tumeurs ».

« Une affiche présentée à la conférence BIOEM 2016 illustrait qu’après 3.000 heures d’utilisation cumulative, le risque de cancer du cerveau d’un téléphone G3/UMTS est de 4 fois la normale, alors qu’avec un téléphone 2G/GSM le risque est de 1,5 fois. Mais comment une puissance 1.000 fois plus faible peut-elle causer un risque plus élevé ? Explication probable : ’la modulation UMTS inhibe les gènes de réparation de l’ADN endommagé’.

Recommandations de Michel Dogna

• Faites seulement des appels courts ou essentiels sur le cellulaire.

• Évitez de transporter votre téléphone contre le corps, comme dans une poche, une chaussette ou un soutien-gorge. Sinon, les fabricants de cellulaires ne peuvent pas garantir que la quantité de rayonnement que vous absorberiez ainsi sera sécuritaire.

• Si vous envisagez de regarder un film sur votre appareil, téléchargez-le d’abord, puis passez en mode avion [le seul qui élimine toute émission de RF] pendant que vous le visionnez, afin d’éviter l’exposition inutile aux radiations.

• Gardez un œil sur l’intensité du signal (le nombre de barres affichées). Plus le signal est faible, plus votre téléphone émet de rayonnement et plus votre exposition augmente. Mieux vaut attendre que le signal soit plus fort avant d’utiliser votre appareil.

• Évitez de faire des appels dans les voitures, les ascenseurs, les trains et les bus. Le téléphone cellulaire travaille aussi plus fort pour communiquer à travers le métal, alors son niveau de puissance augmente.

Retrouver l’intégralité du texte de Michel Dogna, notamment l’apparition des gliomes, sur le site suivant : https://contrinfos.fr/snl/w/qfDWiABLqxj7UsX1Abrztw/g5uV3nCcSE0Bu489214Hnfdg/5oU7o763ah3mcgwsyIldj8pQ

Retour au sommaire

16.
Les 5 effets néfastes du téléphone portable sur la santé – Par Elena Bizzotto Article mis à jour le 1er février 2019 – Document ‘Santé Magazine’

« Alors que leur utilisation ne cesse d’augmenter, les smartphones restent des appareils potentiellement dangereux. Vous souvenez-vous du temps où les téléphones portables n’étaient pas encore scotchés à nos mains ? Cette époque semble surréaliste, tellement le confort de ces petits appareils nous est devenu indispensable. Et la tendance ne devrait pas faiblir dans les prochaines années : un tiers de la population mondiale devrait être équipée d’un smartphone d’ici l’année prochaine, selon les dernières estimations. Mais passer des heures chaque jour rivés sur un petit écran, les doigts collés au clavier, a forcément des conséquences sur notre santé ».

Les yeux

Un usage excessif des téléphones portables et des écrans en général impacte le cristallin de l’œil et favorise la myopie. Plus grave encore : deux femmes britanniques âgées de 22 à 40 ans auraient souffert d’une cécité temporaire de quelques mois à cause de cette mauvaise habitude. Les deux vérifiaient constamment leur smartphone le soir dans leur lit avec un seul œil, l’autre étant couvert par l’oreiller, car elles étaient sur un côté. Cette différence de lumière a provoqué une asymétrie et la perte de la vision, rapporte le quotidien britannique The Independent. Pour éviter ce problème, assurez-vous de regarder l’écran avec les deux yeux.

Le sommeil

Un des effets qui a été démontré à plusieurs reprises est la conséquence néfaste de la lumière bleue sur le sommeil. Notre horloge biologique étant basée sur la lumière, l’exposition aux écrans le soir peut provoquer des insomnies ou des difficultés à l’endormissement. Pour vous assurer de bien dormir, éteignez les appareils électroniques environ une heure et demi avant d’aller vous coucher.

Le cerveau

C’est un débat qui secoue la communauté scientifique depuis des années. La nocivité des ondes électromagnétiques et plus particulièrement leur éventuel lien avec les cancers du cerveau a été analysée par plusieurs équipes de chercheurs. La dernière étude en date est celle du National Toxicology Program, un programme de recherche américain. Dans les résultats publiés fin mai, les scientifiques expliquent avoir observé une augmentation importante des cancers du cerveau et du cœur chez le rat ayant été exposé de façon intense aux ondes de différentes puissances.

Le cou

Ce problème concerne en particulier les adolescents. Rester courbé vers l’avant est très mauvais en période de pleine croissance et peut provoquer des douleurs cervicales associées à des tensions ou des contractures au niveau de la nuque. Les médecins qui ont remarqué une hausse de ce problème lié à une mauvaise posture l’ont baptisé ’text-neck’.

Les doigts

Les accros aux ‘textos’ s’en doutent peut-être : le mouvement des doigts sur le clavier du téléphone peut provoquer des tendinites, notamment au pouce. Tout comme dans le cas de la manette de jeu pour console, répéter toujours le même geste pendant des heures n’est pas bon pour nos doigts.

À lire aussi :

Comment les smartphones gâchent nos relations de couple

Accro au smartphone, un premier signe d’anxiété ?

Pendant la journée sans portable, on fait quoi ?

Un téléphone portable pour mon enfant ?

Santé Magazine, le féminin qui fait du bien ! -Rejoignez-nous !- Abonnements - Nous contacter - Mentions légales - Source : https://www.santemagazine.fr/sante/sante-environnementale/les-5-effets-nefastes-du-telephone-portable-sur-la-sante-172142

Retour au sommaire

17.
Smartphone : 5 moyens de réduire son exposition aux ondes Lire la bio Marie-Céline Ray , Journaliste-Document ‘Futura Santé’ - 17/02/2019

Devenu indispensable dans la vie de tous les jours, le smartphone est une source d’émissions d’ondes électromagnétiques non-négligeables. Mais comment profiter pleinement des nouvelles technologies en limitant son exposition aux ondes ? Les effets des ondes électromagnétiques sur la santé sont controversés et suscitent souvent des inquiétudes chez les utilisateurs. L’agence Santé publique France donne des recommandations pour limiter son exposition aux ondes lorsque l’on téléphone. Voici cinq habitudes simples à adopter.

Préférez les SMS

Si vous n’avez pas besoin de parler à votre interlocuteur, préférez l’envoi d’un SMS (Short Message System). Cela évite de porter le téléphone à votre oreille et raccourcit la durée d’émission des ondes.

Utilisez la fonction haut-parleur ou un kit mains libres

En utilisant le haut-parleur, vous évitez de mettre votre téléphone portable contre votre oreille, près du cerveau. Puisque votre téléphone est plus éloigné de votre corps, vous êtes moins exposé. Vous pouvez aussi opter pour un kit mains libres, qui tiendra votre téléphone à distance. De la même façon, éloignez votre téléphone de votre tête juste après avoir composé un numéro, car les émissions sont fortes à ce moment-là.

Téléphonez dans des zones bien couvertes par le réseau

Si vous téléphonez dans un train, en voyage, votre téléphone cherche constamment le réseau, il se connecte successivement à plusieurs antennes-relais, ce qui augmente l’exposition aux radiofréquences. De la même façon, évitez de téléphoner dans des zones mal couvertes par le réseau, car le smartphone devra émettre plus d’ondes pour rester en ligne. Vérifiez le nombre de barres qui indiquent la qualité du réseau.

Choisissez un téléphone avec un DAS bas

Si vous achetez un nouveau téléphone, vérifiez son DAS (débit d’absorption spécifique) et choisissez un modèle avec un DAS bas. En France, le DAS doit être inférieur à 2 W/kg. Aux États-Unis, il doit être inférieur à 1,6 W/kg.

Prudence avec les enfants et avec certains dispositifs médicaux

Les enfants, en particulier les jeunes, dont le cerveau est en développement, doivent particulièrement être protégés, d’autant plus qu’ils risquent d’être exposés sur une longue période de leur vie. Sachez également qu’un téléphone portable peut perturber certains appareils médicaux électroniques comme les pacemakers, les pompes à insuline ; éloignez votre smartphone de ces dispositifs médicaux.

Intéressé par ce que vous venez de lire ? Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes les lettres d’information Futura - Vous aimez nos Questions/Réponses sur la Santé ? - Inscrivez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine pour la recevoir tous les samedis.

Source : https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/medecine-smartphone-5-moyens-reduire-son-exposition-ondes-10856/

Retour au sommaire

18.
Perspectives ouvertes par l’arrivée des MOOC dans l’enseignement et les formations

Se reporter aux documents suivants :

’Arrivée des ‘MOOC’ et des outils pédagogiques interactifs. Usages et risques sanitaires, sociaux, écologiques et psychologiques’, par Jacques Hallard, dimanche 4 octobre 2015.

’Les MOOC se mettent en place mais les risques qui les accompagnent doivent être pris en compte’ par Jacques Hallard, samedi 17 octobre 2015

’La santé des jeunes est menacée par les ondes’ par Jacques Hallard, samedi 9 juillet 2016.

Les différentes générations de réseaux mobiles pour la communication – Extrait du document du CEA » : Les ondes électromagnétiques dans le domaine de la communication, publié le 31 mai 2018

Retour au sommaire

19.
Les différentes générations de réseaux mobiles qui se sont succédés : de la 2G … à la 5G – Documentation provenant du CEA.

La fin des années 1990 sonne le début de l’ère des téléphones portables, le réseau dit « 2G » (ou GSM) est lancé. Il permet de transmettre la voix mais aussi des données numériques comme les SMS ou des messages multimédias, avec du contenu léger (MMS). Les réseaux GPRS et EDGE offrent un accès à Internet mais avec un débit très bas. 

La 3G se commercialise au début des années 2000. Le débit est alors plus rapide que pour la 2G et les téléphones peuvent alors accéder à Internet beaucoup plus rapidement, même en mouvement. 

En 2012, la 4G fait son arrivée en France, le débit maximal est multiplié par 100, ce qui permet le développement des objets connectés et des réseaux sociaux. 

Le réseau 5G est prévu pour être disponible vers 2020. Il constituera une véritable rupture technologique, présentant de nombreuses innovations. Il aura un débit 50 fois plus important que la 4G et le temps d’acheminement des données sera beaucoup plus court qu’actuellement (jusqu’à 1ms, contre 10ms).

La 5G pourra occuper des bandes de fréquence entre 800MHz et 56GHz. Les fréquences les plus hautes appartiennent au domaine des ondes millimétriques (allant de 30 à 300 GHz). A ces fréquences-ci, l’atténuation des ondes avec la distance parcourue est plus importante mais les antennes sont plus petites que celles utilisées pour la 4G. Dans un même espace, il sera donc possible d’en associer beaucoup plus pour augmenter la puissance reçue (ou émise) dans certaines directions et ainsi, suivre plusieurs utilisateurs mobiles tout en limitant les interférences. Le développement d’applications telles que les voitures autonomesou les objets connectés devrait être encore facilité par la 5G.

Source : http://www.cea.fr/comprendre/pages/physique-chimie/essentiel-sur-ondes-electromagnetiques-communication.aspx

Retour au sommaire

20.
Complexification du numérique avec l’Internet des Objets selon Wikipédia

D’après Wikipédia, « L’Internet des objets, ou IdO (en anglais Internet of Things, ou IoT) est l’interconnexion entre Internet et des objets, des lieux et des environnements physiques. L’appellation désigne un nombre croissant d’objets connectés à Internet permettant ainsi une communication entre nos biens dits physiques et leurs existences numériques. Ces formes de connexions permettent de rassembler de nouvelles masses de données sur le réseau et donc, de nouvelles connaissances et formes de savoirs. Considéré comme la troisième évolution de l’Internet, baptisé Web 3.0 (parfois perçu comme la généralisation du Web des objets mais aussi comme celle du Web sémantique) qui fait suite à l’ère du Web social, l’Internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique ou du quantified self.

L’Internet des objets est en partie responsable d’un accroissement exponentiel du volume de données généré sur le réseau, à l’origine du big data (ou mégadonnées en français).

Selon une équipe de l’ETH de Zurich, du fait des smartphones puis du nombre croissant d’objets connectés, en dix ans (2015-2025), 150 milliards d’objets devraient se connecter entre eux, avec l’Internet et avec plusieurs milliards de personnes1. L’information issue de ces mégadonnées devra de plus en plus être filtrée par des algorithmes complexes, ce qui fait craindre une moindre protection des données personnelles, une information des personnes et de la société de moins en moins autodéterminée notamment en cas d’appropriation exclusive de filtres numériques par des entités (gouvernementales ou privées) qui pourraient alors manipuler les décisions. L’ETH plaide donc pour des systèmes d’information ouverts et transparents, fiables et contrôlés par l’utilisateur1 … »

https://upload.wikimedia.org/wikipe...

Différents aspects de l’Internet des objets

Article complet sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Internet_des_objets

Retour au sommaire

21.
Les caractéristiques des avancées technologiques depuis le début de ce siècle

Une représentation des avancées technologiques au cours du temps, depuis deux décennies, figure dans le document suivant : Fichier : La connectivité des choses.png - 26 avril 2015 - Travail personnel Jeremy77186

Fichier:La connectivité des choses.png

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:La_connectivit%C3%A9_des_choses.png

Retour au sommaire

22.
Nous sommes bien entrés là dans le domaine de l’Intelligence Artificielle 

Voir par exemple : Tout savoir sur l’intelligence artificielle – Document ‘Microsoft Experiences’

« Aujourd’hui, d’une simple phrase, on peut connaître la météo, programmer une alarme, être averti de ses rendez-vous, avec les trajets pour s’y rendre et des résultats de plus en plus précis au fil du temps… C’est la face émergée de l’IA. Mais au-delà de ces usages, pratiques mais un peu anecdotiques, l’intelligence artificielle recouvre un vaste domaine et des champs d’application quasi-infinis ».

« Traduction automatique, chatbots, voitures autonomes, optimisation de la prospection commerciale, maintenance prédictive, aide médicale au diagnostic, Facility Management et smart building, amélioration des processus de recrutement, réduction des consommations d’énergie… L’intelligence artificielle bouleverse tous les secteurs, tous les domaines. Cet article va nous permettre de faire le point :

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Pour en savoir plus :

’Faire connaissance avec l’Intelligence Artificielle (IA)’ par Jacques Hallard , vendredi 30 novembre 2018

’La nébuleuse des opérateurs économiques du numérique de l’électronique et des télécommunications’ par Jacques Hallard , dimanche 30 décembre 2018

’Neuf entreprises dirigent l’avenir de l’intelligence artificielle (IA)’ par Maria Temming . Traduction et compléments de Jacques Hallard, mercredi 20 mars 2019

Retour au sommaire


ADDENDA - Enfance et ondes électromagnétiques : les impacts possibles

Document : Compatibilité Electro-Magnétique avec le Vivant - Article écrit par des médecins, pour des médecins, à l’occasion du Symposium ’Autour de l’enfant’ (www.coordonnance.fr) et repris dans http://www.dsalud.com, revue médicale espagnole.

Enfance et Ondes électromagnétiques : les impacts possibles

Téléphones portables, wifi, jeux vidéo, tablettes, ebook… sont rentrés dans le quotidien des adolescents, et de beaucoup d’enfants. Ce phénomène très récent n’offre aucun recul sur les risques encourus. Quels sont les impacts biologiques des ondes électromagnétiques et les risques plus spécifiques pour des êtres en pleine croissance ?

Avec résultats expérimentaux et nombreuses références à lire à la source : https://www.cem-vivant.com/page-enfance-et-ondes-electromagnetiques,89.html

Retour au sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier



Auteur : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 10/04/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Ondes CEM Santé Conférence interactive de Jacques Hallard La santé des jeunes est-elle menacée par les ondes, les MOOC et autres TIC.3

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 19 / 321065

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Pollutions  Suivre la vie du site Pollutions électromagnétiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License