Accueil > Pour en savoir plus > Coronavirus > "La météo estivale pourrait aider à lutter contre la propagation du (...)

"La météo estivale pourrait aider à lutter contre la propagation du coronavirus, mais elle n’arrêtera pas la pandémie de Covid-19" par Andrew Freedman & Joel Achenbach

Traduction et compléments de Jacques Hallard

mercredi 20 mai 2020, par Achenbach Joel , Freedman Andrew



ISIAS Santé Epidémiologie

La météo estivale pourrait aider à lutter contre la propagation du coronavirus, mais elle n’arrêtera pas la pandémie de Covid-19

Ajout d’une annexe sur le taux de reproduction du coronavirus = RO

Nombre de morts enregistrés aux Etats-Unis par jour – Au moins 87.561 décès ont été rapportés depuis le 29 févier 2020. Source : At least 87,000 people have died from coronavirus in the U.S. – « Au moins 1.458.000 cas ont été signalés » - Joe Fox, Brittany Renee Mayes, Kevin Schaul and Leslie Shapiro - Data as of May 16 at 10:54 p.m. Published March 27, 2020.

L’article suivant de Andrew Freedman et Joel Achenbach a été publié le 16 mai 2020 par ‘The Washington Post’ sous le titre « Summer weather could help fight coronavirus spread but won t halt the pandemic  » ; il est accessible sur ce site : https://www.washingtonpost.com/health/summer-weather-could-help-fight-coronavirus-spread-but-wont-halt-the-pandemic/2020/05/15/70ee90e2-95f6-11ea-9f5e-56d8239bf9ad_story.html

Photo - Les clients visitent la piscine du parc aquatique Golfland Sunsplash vendredi après que les restrictions liées aux coronavirus aient été assouplies à Mesa, en Arizona (Caitlin OHara / Reuters)

De nouvelles recherches ont confirmé l’hypothèse selon laquelle la chaleur, l’humidité, l’ensoleillement abondant de l’été et les possibilités pour les gens de sortir, pourraient se combiner pour inhiber - mais certainement pas pour arrêter - la propagation du coronavirus.

Les experts en maladies infectieuses ajoutent même une mise en garde : tout avantage des conditions estivales serait probablement perdu si les gens croient à tort que le virus ne peut pas se propager par temps chaud et abandonnent leurs efforts qui limitent les infections, comme la distanciation sociale.

’La meilleure façon de penser à la météo est ici un facteur secondaire’, a déclaré Mohammad Jalali, professeur adjoint à la faculté de médecine de Harvard, qui a étudié la propagation des virus, éventuellement affectée par les conditions météorologiques.

L’effet de la météo sur le coronavirus a fait l’objet de recherches approfondies au cours des derniers mois et il est extrêmement pertinent, alors que l’hémisphère Nord se rapproche du début officieux de l’été et du ‘Memorial Day’ [Le Memorial Day est un jour de congé officiel aux États-Unis, célébré chaque année lors du dernier lundi du mois de mai. Il rend hommage aux membres des Forces armées des États-Unis morts au combat toutes guerres confondues. Ce jour ne doit pas être confondu avec le Veterans Day qui rend hommage aux anciens combattants… » - Source ]. Des États et des villes mettent fin ou modifient les ordres de fermeture, et des millions d’élèves, qui tentent de suivre les cours à distance, verront bientôt la fin de leur année scolaire perturbée.

Vidéo en anglais - Alors que les salons de manucure, les restaurants et les gymnases ont commencé à rouvrir le 15 mai 2020 dans certaines parties de l‘état de Virginie, les propriétaires d’entreprises et les clients agissent avec prudence. (Joyce Koh, Jorge Ribas, Ashleigh Joplin / The Washington Post)

En ce moment de transition, de nombreuses personnes en quarantaine se retrouveront probablement dans des endroits - plages, piscines, parcs, sites de loisirs - qui étaient historiquement considérés comme des lieux sûrs, mais qui comportent désormais un risque de transmission virale qui reste difficile à estimer.

Le fait de nager dans une piscine chlorée devrait être sûr, si les gens respectent la règle de la distanciation sociale de 6 pieds (soit 1,83 mètres), selon les nouvelles directives des ‘Centers for Disease Control and Prevention’ (CDC). Des derniers ont encouragé l’utilisation de revêtements faciaux, mais ils ont averti que ceux-ci ne devraient pas être portés dans l’eau, car lorsqu’ils sont mouillés, ils peuvent rendre la respiration difficile.

Vidéo en anglais - Le 23 avril 2020, le président Trump avait suggéré que les médecins envisagent d’utiliser la lumière et la chaleur sur le corps pour voir si cela pouvait aider les patients. (Le Washington Post) [sic] !

« Il n’y a aucune preuve que le virus qui cause la pandémie de COVID-19 puissent se propager aux gens par l’eau dans les piscines, les cuves thermales, les spas ou les aires de jeux aquatiques. Le bon fonctionnement et l’entretien (y compris la désinfection au chlore et au brome) de ces installations, devraient inactiver les virus présents dans l’eau », a déclaré la porte-parole du CDC, Kate Grusich, dans un courriel.

Mais les gens peuvent toujours transmettre le virus par des interactions personnelles étroites dans toutes les conditions, à l’intérieur et à l’extérieur, sous le soleil ou la pluie. L’image globale révèle que le coronavirus est capable de se propager sous n’importe quel climat. Les pays à temps chaud, dont Singapour, l’Indonésie, le Brésil et l’Équateur, subissent une propagation virale importante.

« Les conditions environnementales ne sont qu’un élément de plus de l’équation, et non pas, et de loin, le plus pertinent. La pandémie de Covid19 se propage férocement à travers le monde, dans toutes sortes de conditions météorologiques », a déclaré Tomas Molina, météorologue en chef au ‘Televisió de Catalunya’ en Espagne, qui est également professeur à l’Université de Barcelone. Tomas Molina a examiné l’évolution de l’épidémie à Barcelone et il a trouvé une relation entre des températures plus élevées et des taux de transmission de virus plus faibles.

Au cours des dernières semaines, de nombreuses recherches, basées sur des expériences de laboratoire, des modèles informatiques et des analyses statistiques sophistiquées, ont soutenu l’idée que le coronavirus serait inhibé par les conditions météorologiques estivales.

Un nouveau document de travail et une base de données, rassemblés par des chercheurs de la ‘Harvard Medical School’, du MIT et d’autres institutions, examinent une multitude de conditions météorologiques, de la température et de l’humidité relative aux précipitations, dans 3.739 endroits dans le monde, pour essayer de déterminer le « risque relatif de Covid-19 dû aux intempéries. Ils ont constaté que des températures moyennes supérieures à 77 degrés F (soit 25°C) sont associées à une réduction de la transmission du virus.

Chaque augmentation supplémentaire de température de 1,8 degré au-dessus de ce niveau était associée à une réduction supplémentaire de 3,1% du nombre de reproduction du virus, appelé R0, et prononcée « R zéro ». Il s’agit du nombre moyen de nouvelles infections générées par chaque personne infectée. Lorsque le R0 tombe en dessous de 1, une épidémie commence à décliner, même si elle ne se produit pas du jour au lendemain.

Cependant, comme les études précédentes, les recherches de Harvard et du MIT ont révélé que la transition vers la météo estivale ne serait pas suffisante pour contenir complètement la transmission du virus.

D’autres coronavirus, comme le SRAS et le MERS, ont présenté une saisonnalité, refluant pendant les périodes de temps plus chaud, tout comme la grippe saisonnière. De nombreux experts soupçonnent depuis des mois que le nouveau coronavirus pourrait faire de même.

Les facteurs saisonniers de la transmission du virus fonctionnent également dans l’autre sens : une baisse de la transmission en été serait probablement suivie d’une augmentation saisonnière des infections à l’automne.

Il existe de nombreux facteurs dans la configuration saisonnière. Le virus se dégrade à l’extérieur d’une cellule hôte et le fait plus rapidement lorsqu’il est exposé à la chaleur ou au rayonnement ultraviolet du soleil.

L’humidité joue un rôle complexe. La recherche indique que les virus se propagent facilement en hiver dans l’air sec des espaces climatisés. En revanche, une humidité plus élevée fait que les gouttelettes respiratoires, le vecteur de virus le plus courant, tombent au sol plus rapidement, limitant ainsi la transmission par voie aérienne.

Même en été, la plupart des gens vivent leur vie à l’extérieur comme à l’intérieur, et une grande partie de ce qui se passera cet été dépendra de la façon dont les gens maintiendront la distance sociale et limiteront les contacts les uns avec les autres. Dans les collectivités qui assouplissent les restrictions de fermeture, certaines personnes retourneront dans les immeubles de bureaux et dans les résidences. La transmission virale est courante dans les espaces confinés où les gens sont en contact étroit.

Des recherches publiées ces derniers jours, examinant comment la parole humaine crée de petites gouttelettes respiratoires qui peuvent persister dans l’air pendant de nombreuses minutes, ont soulevé à nouveau la question de savoir comment le virus se propage et si une transmission se fait à travers ces petites gouttelettes d’aérosol. Cela reste irrésolu.

David Rubin, directeur de PolicyLab au ‘Children’s Hospital’ de Philadelphie, et ses collègues ont incorporé des facteurs météorologiques dans le modèle qu’ils ont développé, indiquant quand et où il sera relativement sûr d’alléger certains ordres d’arrêt. ’De toute évidence, je crois que les conditions météorologiques ont un impact sur lui - il ne fait tout simplement pas suffisamment d’impact pour éliminer complètement la transmission’, a déclaré Rubin. ’C’est pourquoi nous voyons encore des cas en Floride, au Texas et au Tennessee. Cela semble empêcher une forte augmentation exponentielle des cas ».

Plusieurs études précoces fournissent des preuves de liens statistiques entre les plages de température et d’humidité et les régions géographiques où ce virus a prospéré. Bien qu’aucune de ces études n’ait été concluante, elles pointent toutes vers la même possibilité générale : la pandémie pourrait s’atténuer dans certaines parties de l’Amérique du Nord et de l’Europe pendant les mois d’été, même si elle pourrait retentir à nouveau à l’automne.

Rich Sorkin, co-fondateur de ‘Jupiter Intelligence’, une société de gestion des risques qui aide les clients à comprendre l’effet des conditions météorologiques sur la pandémie de Covid-19, a déclaré : « Il y a ici un certain élément de la géographie, c’est le destin ». Les pays avec les épidémies les plus importantes et les taux de mortalité les plus élevés à ce jour, sont tous dans des climats plus frais, a-t-il déclaré. ’Il y a une forte configuration de caractéristiques météorologiques influençant la mortalité’, a-t-il déclaré. Mais il a ajouté que les politiques gouvernementales et d’autres aspects du virus sont également importants.

L’administration Trump a vanté les études de laboratoire, menées au Laboratoire de biosécurité de haut niveau de l’armée américaine, basé à Fort Detrick, dans l’état du Maryland, comme révélant la sensibilité du virus à la chaleur et à la lumière du soleil. Les résultats, révélés lors d’une réunion d’information du groupe de travail sur les coronavirus le 23 avril 2020, correspondaient en grande partie à d’autres études de laboratoire et aux soupçons de certains chercheurs, en montrant que le nouveau coronavirus, comme de nombreux autres virus, ne survit pas aussi longtemps sur certaines surfaces et dans l’air, lorsqu’il est exposé à de grandes quantités de lumière ultraviolette et à des conditions chaudes et humides.

Mais David Heymann, professeur à la ‘London School of Hygiene & Tropical Medicine’, a déclaré que les études en laboratoire sur le comportement du coronavirus dans différentes conditions météorologiques doivent être considérées avec prudence. ’Les études en laboratoire ne sont que cela, et ce n’est pas la situation réelle’, a-t-il déclaré. « Nous le voyons toujours se transmettre dans la plupart des régions du monde, même dans les régions tropical ». [Voir David Heymann : Ce que nous savons (et ignorons) www.ted.com › talks › david_heymann_what_we_do_a... - 03 mars 2020 - L’expert en santé publique David Heymann, qui a dirigé la réponse mondiale à l’épidémie de SRAS en 2003, partage les dernières ... - French translation by Margaux Cervatius. Reviewed by Amelia Pérez Domínguez. Source ]

Les épidémiologistes, a déclaré David Heymann, examinent ce qui se passe dans des contextes réels, tels que les groupes de cas dans les usines d’emballage de viande et les maisons de soins infirmiers, qui sont tous deux des espaces confinés avec des personnes en contact étroit. Les études en laboratoire, a-t-il dit, devraient suivre ces observations pour tester la meilleure façon de protéger les personnes dans ces contextes, plutôt que d’avoir des résultats de laboratoire conduisant directement à des politiques qui ne reflètent pas où et comment les gens tombent malades dans le monde réel. ’Cela a toujours été une déconnexion entre les laboratoires et les épidémiologistes’, a-t-il déclaré.

Contact Us – Coronavirus : What you need to read - Coronavirus : ce que vous devez lire

The Washington Post is providing some coronavirus coverage free, including : Updated May 17, 2020

Live updates : The latest in the U.S.

The latest : Will summer weather slow coronavirus spread ?

Coronavirus maps : Cases and deaths in the U.S. | Cases and deaths worldwide | Which states are reopening

What you need to know : Your life at home | Personal finance guide | Make your own fabric mask | Follow all of our coronavirus coverage and sign up for our daily newsletter.

How to help : Your community | Seniors | Restaurants | Keep at-risk people in mind

Remembering the victims : Stories of Americans who have died | A memorial for those lost to covid-19

Les auteurs :

Andrew Freedman édite et rend compte des conditions météorologiques et climatiques extrêmes pour le ‘Capital Weather Gang’. Il a couvert la science, avec une spécialisation dans la recherche et les politiques climatiques, pour Axios, Mashable, Climate Central, E&E Daily et d’autres publications.

Joel Achenbach couvre la science et la politique pour le bureau national. Il est rédacteur pour ‘The Post’ depuis 1990.

Washington Post : Breaking News, World, US, DC News ...

Washington Post | Poets & Writers

Retour au début de l’article traduit


Annexe sur le taux de reproduction du coronavirus = RO

R0 et coronavirus : c’est quoi, quel taux en France ? Par Aurélie Blaize Mis à jour le 04/05/20 18:15 – Document ‘sante.journaldesfemmes.fr’ – Photo © Yurii Yarema -123RF

Le 11 mai 2020, le confinement est levé en France progressivement mais l’épidémie n’est pas pour autant éteinte. Les scientifiques auront les yeux rivés sur le R0, le taux de reproduction du coronavirus que l’on sait désormais très contagieux. C’est quoi ? A quel niveau est-il en France en avril ? Et dans les autres pays comme l’Allemagne ?

[Mise à jour le lundi 4 mai 2020 à 18h15] - Les Français sont confinés depuis le 17 mars et jusqu’au 11 mai 2020 à cause de l’épidémie de coronavirus qui circule dans le pays et plus largement dans le monde. Parmi les indicateurs clés suivis par les autorités de santé pour évaluer l’évolution de cette épidémie meurtrière : le R0 ou ’R zéro’ atteste de la circulation du Sars-CoV-2. Dans un Avis rendu le 20 avrilconcernant le déconfinement, le Conseil Scientifique Covid-19 explique que ’pour que la levée du confinement puisse se faire dans de bonnes conditions, il faut que : le nombre de reproduction sur le territoire soit inférieur à 1’. De quoi s’agit-il ? Quels sont les autres indicateurs suivis par les autorités ? Pourra-t-on de nouveau être reconfinés plus tard ? Explications.


Le R0 ou ’R zéro’ : c’est quoi ?

Le R0 dit ’R zéro’ est le taux de reproduction de base d’un virus. Sa mesure permet de dire combien de personnes en moyenne seront infectées par une personne contaminée par ce virus. Ce taux est le produit de trois facteurs : 

  • le risque de contracter le virus lors d’un contact (d’où le respect d’une distance sociale d’au moins 1 mètre recommandée en ce moment),
  • le nombre de contacts par jour (d’où la mise en place du confinement actuel) : si l’on diminue le nombre de contacts de moitié, on diminue le R0 de moitié.
  • le nombre de jours où une personne infectée est contagieuse (jusqu’à 14 jours pour le coronavirus).
     Les mesures de prévention et de contrôle visent à abaisser les valeurs de chacun de ces trois paramètres. ’Si le R0 est supérieur à 1, un malade va contaminer plus d’une personne donc l’épidémie va prendre de l’ampleur. S’il est inférieur à 1, petit à petit les malades contaminent moins de personnes et donc l’épidémie peut s’atténuer voire disparaître’ rappelait Olivier Véran lors du point de situation de l’épidémie en France le 6 avril. Dans le cas du coronavirus qui est un virus très contagieux, ce R0 était initialement de 2 à 3 voire plus. L’objectif en cas de pandémie était de le ramener à moins de 1. Pour un même virus, le R0 peut varier d’une population à l’autre en fonction de la densité de population, de la susceptibilité et d’autres facteurs. 

A titre de comparaison : le R0 de la grippe en France a été ramené à moins de 1 grâce à la politique vaccinale qui immunise une partie de la population. Le RO de la rougeole est de 16. Le RO du SRAS en 2003 était de 3 et a été ramené à 0,5 ce qui a permis d’arrêter l’épidémie.


R0 en France : à quel niveau en avril 2020 ?

’On va sortir du confinement avec le R0 qui va se situer à des niveaux différents et donc avec un nombre de cas différent.’

Le 19 avril, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé lors d’uneallocution télévisée que ’grâce au confinement, les épidémiologistes considèrent que nous avons réussi à faire diminuer le R0 à 0,6 ce qui veut dire que 10 malades n’infectent que 6 nouvelles personnes. C’est un élément qui nous permet de dire que l’épidémie ralentit fortement’. Une analyse publiée par l’Institut Pasteur le 21 avril confirme que le R0 de la France ’est passé de 3.3 en début de confinement à 0.5’. Leur analyse montre également que le confinement a eu un impact conséquent sur la transmission de SARS-CoV-2, en entraînant une réduction de 84% du nombre de reproduction de SARS-CoV-2. Après la levée du confinement, le 11 mai, le Conseil scientifique explique que ce R0 devra rester inférieur à 1. ’Il y a des disparités majeures entre des très grandes villes comme Lyon et des régions comme le Centre de la France qui ne sont pas touchées par l’épidémie. On va sortir du confinement avec le R0 qui va se situer à des niveaux différents et donc avec un nombre de cas différent. Ce qui nous avait fait évoquer le fait d’avoir un déconfinement par région mais c’était extrêmement difficile compte tenu des mouvements de population qui vont exister’ explique le Pr Jean-François Delfraissy, Président du comité scientifique Covid-19.


R0 en Allemagne : une remontée après le début du déconfinement

Le taux de reproduction de base du coronavirus est remonté en Allemagne, a déploré mardi 28 avril, Lothar Wieler, le président de l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses, qui a invité les concitoyens à rester chez eux en dépit de l’assouplissement du confinement amorcé le 20 avril. Le R0 était tombé à 0,7 en avril en Allemagne et est repassé à 1, ce qui signifie qu’une personne atteinte en contamine en moyenne une autre alors qu’il ’doit rester inférieur à 1’ a-t-il rappelé lors d’une conférence de presse. ’Dans le contexte de l’assouplissement (du confinement), assurons-nous que nous pouvons pérenniser le succès que nous avons obtenu ensemble. Nous ne voulons pas que le nombre de cas augmente à nouveau. Restons autant que possible à la maison, limitons les contacts’, a ajouté Lothar Wieler.

’On ne peut pas compter sur l’immunité collective en France’


L’immunité collective

Des pays comme les Pays-Bas et la Suède ont décidé de ne pas freiner le R0 en confinant la population mais de miser plutôt sur l’immunité collective. Si le R0 est supérieur à 1, les contaminations augmentent jusqu’à ce que l’épidémie culmine et finisse par diminuer en raison de l’acquisition d’une immunité collective par la population. Elle est atteinte quand 50% à 60% de la population a été infectée et a donc produit des anticorps. En France, selon l’analyse de chercheurs de l’Institut Pasteur publiée le 21 avril 2020, seuls 6% des Français en moyenne auraient été infectés à date. Si l’immunité collective se fera naturellement au moment du déconfinement, elle ne sera pas suffisante pour arrêter la pandémie dans le pays : ’On se retrouve à la case départ vis-à-vis du risque épidémique au moment où on va lever le confinement parce qu’en empêchant la circulation du virus, on a empêché la population de s’immuniser naturellement et de fait dans les zones les plus touchées on a à peu près 10% de la population qui a été infectée alors que dans les moins touchées on descend à moins de 2%. On ne peut donc pas compter sur l’immunité collective donc il faut maintenir un contrôle très fort du virus’ a expliqué le Pr Arnaud Fontanet lors d’une audition au Sénat le 30 avril. 

Immunité collective et Covid-19 : définition, pourcentage en France - Selon l’Institut Pasteur, moins de 5% de la population en France serait immunisé contre le coronavirus Sars-CoV-2. Un chiffre bien loin du pourcentage à atteindre pour arrêter l’épidémie. Qu’est-ce que l’immunité collective ? Quels sont les risques avec le déconfinement ?


Quels sont les autres indicateurs du déconfinement ?

D’autres indicateurs permettent de suivre l’évolution de l’épidémie de coronavirus et du coup, indirectement, de voir les effets du confinement. Ce sont ces indicateurs que le gouvernement et les autorités scientifiques observent pour élaborer la carte des départements de France répartis en trois couleurs selon la circulation du virus (vert, orange, rouge). 

  • Le nombre de patients supplémentaires en réanimation chaque jour
    Le ministère de la Santé indique chaque jour le bilan des cas de coronavirus en France dont le nombre de personnes supplémentaires hospitalisées en réanimation dans les 24 dernières heures. ’C’est un indicateur important qui permet de percevoir la tension dans les établissements de santé a rappelé le directeur général de la santé Jérôme Salomon dans le point du 4 avril. Plus la tension est élevée, plus l’épidémie persiste sur le territoire. De même, les professionnels de santé observent aussi le nombre de patients qui sortent de réanimation. Le Conseil scientifique confirme le 20 avril que le nombre journalier d’hospitalisations et d’admissions en réanimation pour COVID-19 devra être faible pour que le déconfinement se fasse dans de bonnes conditions. Il faudra également observer le nombre de lits de réanimation occupés et disponibles pour prendre en charge les cas COVID-19, notamment s’il y a une reprise épidémique, ainsi que les autres pathologies graves.
  • Le nombre de passage aux Urgences pour Covid-19
  • Le nombre de consultations en médecine de ville pour des patients Covid-19.
  • La croissance des décès
    Les auteurs d’une étude anglaise réalisée à l’Imperial College de Londres ont considéré dans leur publication du 30 mars 2020 ’que le ralentissement de la croissance des décès quotidiens déclarés en Italie est compatible avec un impact significatif (du confinement)’. En France, le nombre de décès du Covid-19 est indiqué chaque jour, pour les établissements hospitaliers et les Ephad. Ce nombre ne diminue pas encore.

’On pourrait se retrouver en septembre avec une bouffée épidémique plus importante’


Un reconfinement possible après le mois de mai ?

Newsletter - Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Voir un exemple

Après avoir amorcé une phase de plateau de l’épidémie autour du 12 avril 2020, Emmanuel Macron a annoncé le déconfinement progressif de la population à partir du 11 mai prochain, ce qui ne veut pas dire que nous ne pourrons pas être de nouveau confinés si l’épidémie reprend. Le 14 avril, sur RTL, le ministre de la Santé s’est d’ailleurs montré prudent sur cette décision de ’déconfinement’ : ’Je ne sais pas si nous seront sortis de cette difficulté d’ici l’été, mais ce qui est sûr c’est qu’on restera encore dans une situation de fragilité.’ Le 15 avril, le Pr Jean-François Delfraissy, Président du Conseil Scientifique Covid-19 a souligné l’exemple de Singapour qui , après avoir levé ’une certaine forme de pression a de nouveau une bouffée de reprise (de l’épidémie)’. Pour lui, en France, ’on va probablement jouer pendant une longue période à libérer un peu, resserrer, libérer et resserrer en attendant qu’on ait un certain nombre de médicaments possibles à notre disposition’. Sans cacher qu’il était possible qu’on se retrouve avec une ’bouffée épidémique en septembre’.

Autres sources d’information - Gestion de l’épidémie

Léa Salamé enceinte ? Princesse Charlotte : son premier mot, Laura ...

Source : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2629823-r0-coronavirus-france-allemagne-avril-2020-c-est-quoi-definition/

Retour au début de l’article traduit

Traduction, ajout de [compléments] et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant 18/05/2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Epidémiologie Summer weather could help fight coronavirus spread but won t halt the pandemic French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -