"Que savons-nous maintenant de la pandémie de Covid-19 et peut-on l’attraper deux fois de suite ?" par Nicola Davis

Traduction et compléments de Jacques Hallard


ISIAS Santé

Que savons-nous maintenant de la pandémie de Covid-19 et peut-on l’attraper deux fois de suite ? Réponses sur la base des connaissances actuelles et des dernières recherches scientifiques. Ajout d’une mise à jour statistique la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis et ailleurs. Point sur les tests de dépistage d
u coronavirus en France et sur la persistance et la résurgence des symptômes

Par Nicola Davis @NicolaKSDavispublié le dimanche 24 mai 2020 par le journal britannique The Guardian sous le titre «  Explainer : what do we now know about Covid-19 – and can you get it twice ?  » ; accessible sur ce site : https://www.theguardian.com/world/2020/may/24/explainer-what-do-we-now-know-about-covid-19-and-can-you-get-it-twice


Ajout : statistiques sur les Etats-Unis

Mise à jour statistique de la pandémie de Covid-19 par le ‘washingtonpost.com’ - Par Joe Fox, Brittany Renee Mayes, Kevin Schaul et Leslie Shapiro Data as of May 24 at 9:35 a.m. Published March 27, 2020

« Nouveaux décès signalés par jour - Au moins 96.019 décès ont été signalés aux Etats-Unis depuis le 29 février 2020. Au moins 1.616.000 cas ont été signalés dans le monde… »

Carte des décès signalés pour 100.000 habitants par comté dans les Etats-Unis (ci-après)

Alors que la maladie diminuait en Chine, elle a commencé à augmenter en Italie et en Espagne. En mai 2020, plus de 150.000 personnes étaient mortes de la pandémie de Covid-19 dans toute l’Europe (carte ci-après).

Le 31 mars 2020, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a qualifié la pandémie de « crise la plus difficile à laquelle nous ayons été confrontés depuis la Seconde Guerre mondiale ». Au niveau mondial, au moins 342.000 décès signalés. Au moins 5.369.000 cas signalés (planisphère ci-après)

Source : https://www.washingtonpost.com/graphics/2020/national/coronavirus-us-cases-deaths/?itid=hp_hp-top-table-main_web-gfx-death-tracker%3Ahomepage%2Fstory-ans

Traduction de l’article provenant de ‘theguardian.com’ - Données mondiales correctes à 16 h 25 UTC le 24 mai 2020 : 5.271.047 décès – 340.196 rétablissements et 1.424.849 cas confirmés de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Les scientifiques en apprennent toujours un peu plus sur la nouvelle pandémie de Covid-19 - Illustration : Scientists are learning more all the time about Covid-19. Photograph : Bsip Sa/Alamy Stock -

Pouvez-vous attraper le coronavirus une deuxième fois ?

Cela reste peu clair. Une question clé est de savoir si les anticorps produits par l’organisme à la suite d’une infection par le coronavirus procurent un certain niveau d’immunité, et si oui, pendant combien de temps.

Mais nous avons quelques indices. « Nous savons, grâce aux études sur les coronavirus « normaux » effectuées dans le passé, que vous pouvez voir des personnes infectées environ un an après une infection initiale », a déclaré le Dr. Ben Killingley, consultant en médecine aiguë et en maladies infectieuses à l’hôpital de l’University College de Londres.

Le Dr Joshua Schiffer, expert en maladies infectieuses au ‘Fred Hutchinson Cancer Research Center’ aux États-Unis, a ajouté que tout signe de réinfection nécessiterait un examen détaillé. « Pour vraiment prouver la réinfection et faire la distinction entre l’excrétion virale prolongée liée à la première infection, il faudrait séquencer à la fois le premier et le deuxième virus et démontrer que les deux virus sont génétiquement différents », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il sera également important de regarder aux symptômes et pendant combien de temps dure la réinfection. « Il est également important de reconnaître que la documentation d’une ou de quelques réinfections ne prouve pas qu’il s’agit d’un événement courant et épidémiologique important ».

Que s’est-il passé en Corée du Sud, où les patients ont été testés positifs après s’être remis une première fois de la pandémie de Covid-19 ?

Cela a d’abord suscité des inquiétudes, car les experts craignaient que les résultats ne suggèrent que les patients avaient été réinfectés. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré depuis que les résultats étaient en fait de faux positifs, le résultat du test ayant détecté des particules du virus dans les cellules pulmonaires mortes - mais ce n’était pas un virus ‘actif’. C’est parce que le test PCR est basé sur la détection de matériel génétique du virus, qui, à lui seul, ne révèle pas si ce virus est actif, c’est-à-dire infectieux, ou non.


[Test PCR - La « Polymerase Chain Reaction » ou PCR (ou encore ACP pour Amplification en Chaîne par Polymérase), est une technique de réplication ciblée in vitro. Elle permet d’obtenir, à partir d’un échantillon complexe et peu abondant, d’importantes quantités d’un fragment d’ADN spécifique et de longueur définie. L’ordre de grandeur à retenir est celui du million de copies en quelques heures. C’est, généralement suffisant pour une utilisation ultérieure. Le principe et les conditions expérimentales qui en découlent sont très simples. Il s’agit de réaliser une succession de réactions de réplication d’une matrice double brin d’ADN. Chaque réaction met en oeuvre deux amorces oligonucléotidiques dont les extrémités 3-prime pointent l’une vers l’autre. Les amorces ou « primers » en anglais définissent alors, en la bornant, la séquence à amplifier. L’astuce consiste à utiliser les produits de chaque étape de synthèse comme matrices pour les étapes suivantes, au lieu de les séparer afin de ne réutiliser que la matrice originale. Au lieu d’être linéaire, l’amplification obtenue est exponentielle. Imaginée par K. Mullis en 1985 (Prix Nobel dès 1993), la technique connaît un essor considérable à partir de la commercialisation (vers 1988), d’une ADN polymérase résistante aux températures élevées (la Taq polymérase), qui permet une automatisation de la technique. Source : http://www.ens-lyon.fr/RELIE/PCR/principe/anim/presentation.htm ].

[Voir Test coronavirus : sérologique, PCR, où le faire, avec une ordonnance ? Article mis à jour le 18/05/20 21:25 – « En France, le seul test fiable recommandé pour le dépistage du coronavirus est le test virologique par PCR (dans le nez). Le test sérologique dans le sang est toujours en cours d’évaluation tous comme les tests salivaires et à détection rapide. Symptômes du Covid-19, cas contact : quand se faire tester ? Où trouver un centre de dépistage près de chez soi ? Faut-il avoir une ordonnance ? Est-ce payant ? » - A lire sur ce site].

[A lire également Coronavirus : le test PCR a deux gros défauts et voici comment le gouvernement veut les gérer - Fiabilité et décalage dans le temps, deux épines dans le pied du dépistage du covid-19. Par Matthieu Balu20/05/2020 10:21 CEST – Source https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-les-deux-gros-defauts-du-test-pcr-et-comment-le-gouvernement-veut-les-gerer_fr_5ec42fc4c5b6d180c3fabb44 ].

[Test diagnostique Covid-19 : quand et pour qui ? Dossier Coronavirus Covid-2019 - Voir aussi

Sommaire à consulter

[Test de dépistage au coronavirus (Covid-19) : qui, où et comment ?

Plusieurs sortes de tests relatifs au coronavirus sont désormais disponibles en France : tests virologiques RT-PCR, tests sérologiques, tests rapides. Quelle différence entre tous ces tests ? Quel prélèvement faut-il faire ? Où peut-on se faire dépister ? À quel prix ? On fait le point. Photo © Adobe Stock / Robert Leßmann

Sommaire à consulter

Pourquoi certaines personnes présentent-elles des symptômes durables ?

Certaines personnes atteintes de Covid-19 éprouvent des complications suite à une infection initiale. « Chez certaines personnes, elles recommencent à se sentir bien et les signes et symptômes, y compris la fièvre, diminuent, mais certains développent ensuite une détresse respiratoire et doivent recevoir de l’oxygène à l’hôpital », a déclaré David Heymann, professeur d’épidémiologie des maladies infectieuses à la ‘London School of Hygiene and Tropical Medicine’. « Il semble que ce soit une réponse immunitaire retardée qui est plus grave chez certaines personnes et qui réagit au virus restant dans divers organes ».

Même certaines personnes qui ont eu une légère atteinte de la pandémie de Covid-19 ont signalé des symptômes durant pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, bien que les experts disent que seuls le temps qui passe et les tests indiqueront les implications à long terme et leur fréquence.

Killingley a déclaré qu’il n’était pas clair pour ce qui se cache derrière ces symptômes persistants, mais il existe une gamme de possibilités - y compris une inflammation causée par le virus - bien que les mécanismes et les risques ne soient pas encore clairement établis.

Le professeur d’immunologie Daniel Altmann, de l’Imperial College de Londres, a déclaré que de tels cas sont importants à étudier. « [Nous sommes] au début de la description de ce qui peut être une image complexe de la maladie chronique qui peut découler de l’infection initiale : aller et venir par vagues récurrentes, parfois presque comme une sorte de syndrome de fatigue chronique », a-t-il dit. Ces cas] peuvent refléter des exemples de virus qui ne sont pas complètement éliminés, ou alternativement, une sorte de perturbation post-hoc dommageable de la fonction immunitaire ou inflammatoire », a-t-il déclaré.

Le Dr Joshua Schiffer a convenu que de tels cas étaient préoccupants. « Dans le cas de Sars CoV-2, mes collègues et moi sommes particulièrement préoccupés par la possibilité de périodes prolongées d’inflammation pulmonaire et / ou de cicatrices », a-t-il déclaré.


[Voir également : Coronavirus - Covid-19 : plusieurs études sur les symptômes persistants lancées en France Par Mégane Fleury Publié le 24.05.2020 à 16h00 – « Chez certaines personnes contaminées par le virus, les symptômes peuvent durer plusieurs semaines. Chez d’autres, ils peuvent parfois même réapparaître. Photo anyaivanova/istock - | Mots clés : coronavirus Covid-19 symptômes odorat fatigue

L’essentiel

  • Des patients guéris de Covid-19 signalent la persistance de certains symptômes dont la perte de l’odorat
  • Une étude a été lancée par un collectif d’infectiologues pour comprendre les raisons de ce phénomène
  • Une autre étude va tenter d’expliquer des cas de réapparition des symptômes
    « Ils appellent à l’aide sur Twitter : des patients contaminés par le Covid-19 ont encore des symptômes de la maladie plusieurs semaines après l’infection. Les scientifiques l’ont constaté et cherchent aujourd’hui des explications. ’Je pense à la fatigue qui peut durer plus d’un mois, à l’oppression thoracique, cette sensation de poids sur la poitrine ou encore à l’anosmie, c’est-à-dire la perte de l’odorat’, explique au Parisien, Dominique Salmon-Ceron, infectiologue à l’hôpital de l’Hôtel Dieu, à Paris. Elle annonce au quotidien le lancement de deux études sur la persistance et la résurgence des symptômes ». Article complet à lire sur ce site : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32573-Covid-19-etudes-symptomes-persistants-lancees-France ].

[Deux études lancées sur la persistance et la résurgence des symptômes du Covid-19 - Par Pierre Sautreuil mis à jour le 22 mai 2020 à 15:46 - La perte de l’odorat persisterait dans 10% des cas et pourrait perdurer dans une certaine mesure pendant plusieurs mois. Photo Un test de dépistage du Covid-19 à Clichy-sous-Bois le 22 mai 2020. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP – « La professeure Dominique Salmon-Ceron, infectiologue à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, à Paris, a annoncé vendredi 22 mai 2020, dans Le Parisien, le lancement de deux études destinées à étudier la persistance et la résurgence de symptômes chez les patients atteints du Covid-19, afin de mieux comprendre ces phénomènes constatés ces dernières semaines par plusieurs médecins et scientifiques…. » - À lire aussi : La perte d’odorat et de goût, symptômes inattendus du Covid-19 – Source : https://www.lefigaro.fr/sciences/deux-etudes-lancees-sur-la-persistance-et-la-resurgence-des-symptomes-du-covid-19-20200522 ].

Suite de la traduction du document d’origine ‘The Guardian’

Le coronavirus pourrait-il rester dormant dans le corps, puis se réactiver ?

Les experts disent que c’est peu probable. « Je sais que certains ont discuté de la ’réactivation’ du virus, mais cela me semble inutile et sans support », a déclaré Altmann. « C’est un terme emprunté à d’autres virus, en particulier à la famille des virus de l’herpès, qui peuvent se cacher dans le corps dans un état latent, puis se réactiver des années plus tard. [Il n’y a] aucune preuve de cela pour les coronavirus en général ».

Pendant combien de temps les personnes atteintes de Covid-19 sont-elles infectieuses ?

Une étude récente de 60 patients atteints de coronavirus en Chine a montré que 10 patients étaient positifs pour Covid-19 après leur sortie de l’hôpital. Cependant, encore une fois, les experts disent que cela pourrait être dû au test de collecte de matériel génétique du virus inactif, comme d’après d’autres études, y compris des travaux en effectués et dont les résultats ont été publiés en Corée du Sud, suggérant que ceux qui se sont révélés positifs avec Covid-19 après s’être remis de la maladie ne sont pas infectieux.

« Il n’est pas rare de trouver un virus dans le nez ou la gorge jusqu’à quatre semaines après l’infection initiale, mais les tests pour déterminer s’il s’agit d’un virus infectieux ‘vivant’ - par opposition à une simple détection de matériel génétique - ne sont normalement pas positifs pendant beaucoup plus d’une semaine », a déclaré Killingley, ajoutant : « Je n’ai pas rencontré de cas de rechute dans lesquels l’infection initiale acquise il y a des semaines, se rallume dans un cas infectieux ».

Le Dr Joshua Schiffer avait des doutes : « À mon avis, la présence d’ARN Sars CoV-2 plusieurs semaines après l’infection initiale peut représenter une réplication virale continue dans les cellules, ce qui implique également la persistance de petites quantités de virus ’actif’ », a-t-il déclaré. « Cependant, les quantités sont minuscules et peuvent représenter les braises mourantes d’infection dans le corps ».

[Autre lecture :SARS-CoV-2 : comprendre comment il se réplique… pour l’en empêcher ! Science 07.04.2020 – « À Marseille, Isabelle Imbert allie modèles biologiques et prédictions informatiques pour étudier les enzymes nécessaires à la réplication du SARS-CoV-2. À la clé du travail de cette enseignante-chercheuse spécialiste des coronavirus et de son équipe, de nouvelles connaissances qui permettront d’avancer dans la mise au point de traitements antiviraux efficaces contre le virus responsable du Covid-19 » - Source : https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/sars-cov-2-comprendre-comment-il-replique-pour-en-empecher ].

Suite de la traduction du document d’origine ‘The Guardian’

Altmann a déclaré que, mis à part les cas asymptomatiques, l’infectiosité est fortement corrélée aux symptômes aigus, qui durent généralement jusqu’à 12 jours, avec une fin à 28 jours. « J’ai l’impression que chez les personnes qui se sentent mal longtemps après cela, ce n’est peut-être pas un virus, mais une sorte de perturbation immunitaire ou inflammatoire », a-t-il déclaré.

[Voir également : Lingering and painful : the long and unclear road to coronavirus recovery - People tell of symptoms coming and going weeks after falling ill, even in mild cases (Longue et douloureuse : le long et incertain chemin vers la guérison des patients atteints par le coronavirus – « Les gens parlent de symptômes qui vont et viennent durant des semaines, après être tombés malades, même dans les cas pathologiques bénins ». Lire la suite (en anglais)].

Partagez votre histoire - Si vous avez été touché ou si vous avez des informations, nous aimerions vous entendre. Vous pouvez nous contacter en remplissant le formulaire ci-dessous, anonymement si vous le souhaitez ou contactez-nous via WhatsApp en cliquant ici ou en ajoutant le contact +44 (0) 7867825056. Seul le Guardian peut voir vos contributions et l’un de nos journalistes peut vous contacter pour en discuter davantage.

Puisque vous êtes là ... Nous avons une petite faveur à vous demander. Plus que jamais, comme vous, les journalistes lisent et soutiennent le journalisme d’investigation indépendant du Guardian. Et contrairement à de nombreuses agences de presse, nous avons fait le choix de garder nos reportages ouverts à tous, peu importe où ils vivent ou ce qu’ils peuvent se permettre de payer.

Le Guardian abordera les problèmes les plus critiques de notre temps - de l’escalade de la catastrophe climatique à l’inégalité généralisée, en passant par l’influence des grandes technologies sur nos vies humaines. À une époque où les informations factuelles sont une nécessité, nous pensons que chacun de nous, partout dans le monde, mérite d’avoir accès à des rapports précis, avec l’intégrité en son cœur.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous établissons notre propre programme et exprimons nos propres opinions. Le journalisme du Guardian est exempt de parti pris commercial et politique et il n’est pas influencé par des propriétaires ou des actionnaires milliardaires. Cela signifie que nous pouvons donner une voix à ceux qui sont le moins entendus, explorer là où les autres se détournent et défier ainsi rigoureusement ceux qui sont au pouvoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à fournir un journalisme de qualité ouvert et indépendant. Chaque contribution de lecteur, grande ou petite, est si précieuse. Soutenez ‘The Guardian’ à partir de seulement 1 £ - et cela ne prend qu’une minute. Je vous remercie.

Guardian Media Group-* Bas du formulaire

© 2020 Guardian News & Media Limited or its affiliated companies. All rights reserved. Source : https://www.theguardian.com/world/2020/may/24/explainer-what-do-we-now-know-about-covid-19-and-can-you-get-it-twice

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments (entre […]) et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant - 25/05//2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Explainer what do we now know about Covid 19 and can you get it twice French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -