Accueil > Pour en savoir plus > Climat > "L’agriculture et les combustibles fossiles entraînent des émissions record du (...)

"L’agriculture et les combustibles fossiles entraînent des émissions record du gaz à effet de serre qu’est le méthane" par Maria Temming

Traduction & compléments par Jacques Hallard

jeudi 6 août 2020, par Temming Maria


ISIAS Climat

L’agriculture et les combustibles fossiles entraînent des émissions record du gaz à effet de serre qu’est le méthane : on a observé qu’en Afrique et en Asie les rejets de ce gaz piègent la chaleur

L’article d’origine de Maria Temming a été publié le 14 juillet 020 par Sciences News sous le titre «  Agriculture and fossil fuels are driving record-high methane emissions  » et il est accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/agriculture-fossil-fuels-are-driving-record-high-methane-emissions

Methane in earth’s atmosphere illustration

Les émissions de méthane, un gaz piégeant la chaleur, augmentent dans le monde entier, principalement en raison de l’agriculture et de l’utilisation de combustibles fossiles. Dans cette illustration du méthane qui a imprégné l’atmosphère en 2017 et 2018, un rouge plus foncé indique des niveaux de méthane plus élevés. NASA’s Scientific Visualization Studio

Les niveaux de méthane dans l’atmosphère ont atteint un niveau record. Mais pour limiter les émissions de ce puissant gaz à effet de serre, il faut savoir où le méthane est rejeté et pourquoi. Aujourd’hui, un inventaire mondial des sources de méthane révèle les principaux coupables de l’augmentation de la pollution par le méthane au 21e siècle.

L’agriculture, les déchets mis en décharge et l’utilisation de combustibles fossiles sont les principales raisons pour lesquelles l’atmosphère terrestre a absorbé environ 40 millions de tonnes métriques de méthane en plus, par les activités humaines en 2017, qu’elle ne le faisait par an au début des années 2000.

L’expansion de l’agriculture a dominé les rejets de méthane dans des endroits comme l’Afrique, l’Asie du Sud et l’Océanie, tandis que l’augmentation de l’utilisation des combustibles fossiles a accru les émissions en Chine et aux États-Unis, rapportent les chercheurs en ligne le 14 juillet 2020 dans la revue scientifique ‘Environmental Research Letters’.

Le méthane « est l’un des gaz à effet de serre les plus importants - sans doute le deuxième plus important après le CO2 », explique Alexander Turner, un scientifique de l’atmosphère qui rejoindra l’Université de Washington à Seattle en 2021.

[Voir plus d’information : Le méthane, qu’est-ce que c’est ? - Par Guillaume Dumazet - Publié le 30/07/2009 à 19h03 - Mis à jour le 14/04/2012 – « Le méthane est présent à l’état naturel sur la Terre. La formule chimique de cette hydrocarbure de la famille des alcanes se note CH4 (un atome de carbone et quatre atomes d’hydrogène). Découvert en 1776 par Alessandro Volta, le méthane se trouve dans des régions naturelles peu ou pas oxygénées, comme les marais. Il est produit par les organismes vivants (végétaux, animaux…) sous l’effet de la fermentation ou de la digestion. Incolore et inodore, le méthane constitue 90% du gaz naturel, qui est la troisième ressource énergétique mondiale utilisée après le pétrole et le charbon. Le méthane est le seul hydrocarbure qui puisse être obtenu par un procédé naturel. Il représente un risque pour l’environnement, car le méthane est l’un des principaux gaz à effet de serre… » - A découvrir sur ce site : https://www.geo.fr/environnement/methane-gaz-effet-de-serre-45778 ].

Addenda : émissions moyennes mondiales de gaz méthane de 1980 à 2019

Source : Trends in Atmospheric Methane - Global CH4 Monthly Means - https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends_ch4/

Suite de l’article traduit

Bien qu’il y ait beaucoup moins de méthane que de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, le méthane peut piéger environ 30 fois plus de chaleur en un siècle que la même quantité de CO2. Le décompte des sources de méthane « est vraiment important si vous voulez comprendre comment le climat va évoluer », explique Turner, qui n’était pas impliqué dans la nouvelle étude. Cela peut également aider à hiérarchiser les stratégies pour réduire la pollution, comme consommer moins de viande pour réduire les émissions provenant des ranchs et des élevages de bétail et utiliser des avions ou des satellites pour repérer les gazoducs qui fuient afin de les réparer (SN : 11/14/19).

Marielle Saunois, scientifique de l’atmosphère à l’Institut Pierre Simon Laplace à Paris, et ses collègues, ont répertorié la pollution globale au méthane en 2017 - l’année la plus récente avec des données complètes - en utilisant les mesures atmosphériques des tours et des avions du monde entier. L’isotope, ou type de carbone, dans les échantillons de méthane contenait des indices sur sa source - par exemple, si le méthane était émis par l’industrie pétrolière et gazière, ou par des microbes vivant dans les rizières, les décharges ou les tubes digestifs des bovins émetteurs de ce gaz (SN : 11 / 18/15). L’équipe a comparé les observations de 2017 aux émissions annuelles moyennes de 2000 à 2006.

En 2017, les activités humaines ont émis environ 364 millions de tonnes métriques de méthane dans l’atmosphère, contre 324 millions de tonnes par an, en moyenne, au début des années 2000. Environ la moitié de cette augmentation de 12 pour cent était le résultat de l’expansion de l’agriculture et des décharges, tandis que l’autre moitié provenait des combustibles fossiles. En revanche, les émissions provenant de sources naturelles comme les zones humides sont restées relativement stables.

Les émissions ont augmenté le plus fortement en Afrique et au Moyen-Orient, en Asie du Sud et en Océanie. Ces deux régions ont augmenté leurs émissions de 10 millions à 15 millions de tonnes. Les sources agricoles, comme les ranchs et les élevages de bétail et les rizières, étaient responsables d’une augmentation de 10 millions de tonnes des émissions en provenance d’Asie du Sud et d’Océanie et d’une augmentation presque aussi importante en Afrique, selon les auteurs.

Les émissions ont augmenté de 5 à 10 millions de tonnes en Chine et en Amérique du Nord, où les combustibles fossiles sont à l’origine de la pollution. Aux États-Unis seulement, les combustibles fossiles ont augmenté les rejets de méthane d’environ 4 millions de tonnes.

‘Gassing up’ : concentration du gaz méthane, à puissant effet de serre

En 2017, les activités humaines ont émis environ 40 millions de tonnes métriques de méthane de plus dans l’atmosphère qu’au début des années 2000. Parallèlement, les sources naturelles de méthane, telles que les zones humides, n’ont augmenté leurs émissions que d’environ 10 millions de tonnes métriques. L’agriculture et l’utilisation de combustibles fossiles ont été les principaux moteurs de l’augmentation des émissions humaines.

Average annual global methane emissions by source, 2000–2006 and 2017

Émissions mondiales annuelles moyennes de méthane par source, 2000-2006 et 2017 - T. Tibbitts - Source : R.B.Jackson et al / Environmental Research Letters 2020

L’Arctique est une région qui n’a pas montré de légère augmentation de méthane. C’est curieux, car l’Arctique se réchauffe plus rapidement que partout ailleurs dans le monde et il est couvert de pergélisol - qui devrait libérer beaucoup de méthane dans l’air en dégelant, explique Tonya DelSontro, biogéochimiste aquatique à l’Université de Genève, qui est impliquée dans le travail de recherche (SN : 7/1/20).

Les nouvelles découvertes pourraient signifier que l’Arctique n’a pas encore injecté beaucoup de méthane dans l’atmosphère - ou que les scientifiques n’ont pas collecté suffisamment de données dans cette région éloignée pour évaluer avec précision ses tendances d’émissions de méthane, dit DelSontro (SN : 12/19/16).

Le nouvel état des concentrations en méthane ne peut suivre les émissions que jusqu’en 2017, mais « l’atmosphère ne suggère pas que quelque chose ait ralenti pour les émissions de méthane au cours des deux dernières années », explique le co-auteur de l’étude Rob Jackson, spécialiste de l’environnement à l’Université de Stanford. « Si quelque chose, ça accélère peut-être ». À la fin de 2019, la concentration de méthane dans l’atmosphère avait atteint environ 1.875 parties par milliard - contre environ 1.857 parties par milliard en 2017, selon la ‘National Oceanic and Atmospheric Administration’ des États-Unis.

Citations

R.B. Jackson et al. Increasing anthropogenic methane emissions arise equally from agricultural and fossil fuel sources. Environmental Research Letters. Published online July 14, 2020. doi : 10.1088/1748-9326/ab9ed2.

About Maria Temming - Maria Temming is the staff reporter for physical sciences, covering everything from chemistry to computer science and cosmology. She has bachelor’s degrees in physics and English, and a master’s in science writing.

À propos de Maria Temming (photo) - Maria Temming est journaliste pour les sciences physiques : elle couvre tout un secteur allant de la chimie à l’informatique et à la cosmologie. Elle détient un baccalauréat en physique et en anglais et une maîtrise en rédaction scientifique.

Science News

Science News Internship | PhD Graduate Education at Northeastern ...

Retour au début de l’article traduit

Traductions, compléments et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant 03/08/2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Climat Agriculture and fossil fuels are driving record-high methane emissions French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -