Accueil > Pour en savoir plus > Coronavirus > "Les masques faciaux ralentissent la diffusion de COVID-19 selon les types (...)

"Les masques faciaux ralentissent la diffusion de COVID-19 selon les types de masques, la durée de leur utilisation, etc… La pandémie pourrait être stoppée si au moins 70 % du public portait systématiquement un masque" par ScienceDaily

Traduction et compléments de Jacques Hallard

mardi 1er décembre 2020, par Science Daily



ISIAS Coronavirus

Les masques faciaux ralentissent la diffusion de COVID-19 selon les types de masques, la durée de leur utilisation, etc… La pandémie pourrait être stoppée si au moins 70 % du public portait systématiquement un masque

Traduction par Jacques Hallard de l’article original publié le 24 novembre 2020 par ScienceDaily sous le titre « Face masks slow spread of COVID-19 ; types of masks, length of use matter  »

Source de l’information scientifique : ‘American Institute of Physics’ ; site de cette note : https://www.sciencedaily.com/releases/2020/11/201124111349.htm

Résumé :

L’utilisation de masques faciaux, pour contribuer à ralentir la propagation de la pandémie de COVID-19, a été largement recommandée par les professionnels de la santé. Cela a déclenché des études sur les matériaux, leur conception et d’autres questions concernant le fonctionnement de ces masques faciaux. Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont examiné les travaux de recherches sur les masques faciaux et leur utilisation et ils ont résumé ce que nous savons sur la façon dont ils filtrent ou bloquent le coronavirus virus. Ils résument également les questions concernant leur conception qui doivent encore être abordées.

Texte complet

L’utilisation de masques faciaux pour aider à ralentir la propagation de COVID-19 a été largement recommandée par les professionnels de la santé. Cela a déclenché des études sur la physique de l’utilisation des masques faciaux et la transmission des maladies, ainsi que des enquêtes sur les matériaux, la conception et d’autres questions affectant le fonctionnement des masques faciaux.

Dans la revue scientifique ‘Physics of Fluids’, publié par ‘AIP Publishing’, les enquêteurs ont examiné les recherches sur les masques faciaux et leur utilisation et ls ont résumé ce que nous savons, à ce jour, sur la façon dont les masques faciaux filtrent ou bloquent le virus. Ils résument également les questions de conception qui doivent encore être abordées.

Un aspect clé du fonctionnement des masques faciaux concerne la taille des gouttelettes de liquide expulsées du nez et de la bouche lorsqu’une personne parle, chante, éternue, tousse, ou même simplement respire. Les gouttelettes les plus grosses, de 5 à 10 microns environ, sont les plus courantes. Ces gouttelettes sont cependant encore assez petites. À titre de comparaison, un cheveu humain a un diamètre d’environ 70 microns.

Les gouttelettes encore plus petites, celles de moins de 5 microns, sont peut-être plus dangereuses. Elles peuvent devenir des aérosols et rester en suspension dans l’air pendant de longues périodes. Parmi les nombreux types de masques utilisés (masques en tissu, masques chirurgicaux et masques N95), seuls les masques N95 peuvent filtrer les gouttelettes de la taille d’un aérosol.

La performance des masques portés pendant de nombreuses heures, par exemple par les travailleurs de la santé ou d’autres travailleurs essentiels, a une incidence sur l’efficacité globale du port du masque. Le confort thermique est une question importante, en particulier dans les environnements chauds et humides.

Les chercheurs ont découvert que les masques faciaux fabriqués à partir de matériaux polymères hybrides pouvaient filtrer les particules avec une grande efficacité tout en refroidissant le visage. Les fibres utilisées dans ces masques spéciaux sont transparentes au rayonnement infrarouge, ce qui permet à la chaleur de s’échapper par le dessous du masque.

’Il pourrait y avoir une certaine relation entre la résistance à la respiration et la résistance à l’écoulement du masque facial qui devra être étudiée pour un intervalle de port du masque facial’, a déclaré l’auteur Heow Pueh Lee. ’De plus, la condition environnementale dans l’espace compartimenté à l’intérieur du masque facial devra être quantifiée avec plus de précision en utilisant des capteurs miniaturisés et le développement de répliques humaines pour de telles études’.

Les chercheurs ont également passé en revue les études épidémiologiques visant à découvrir si les masques faciaux réduisent le nombre effectif de la reproduction du virus. Si le nombre de reproduction tombe en dessous de 1, l’épidémie cesse de se propager. Une étude a utilisé les données COVID-19 de l’État de New York.

’Les résultats suggèrent que l’utilisation constante de masques faciaux efficaces, tels que les masques chirurgicaux, pourrait conduire à l’éradication de la pandémie si au moins 70 % des résidents utilisaient systématiquement ces masques en public’, a déclaré l’auteur Sanjay Kumar. ’Des masques en tissu encore moins efficaces pourraient également ralentir la propagation s’ils sont portés de manière constante’.

Origine de l’information : le matériel provient de l’American Institute of Physics. Note : Content may be edited for style and length. Revue de référence : Sanjay Kumar, Heow Pueh Lee. The perspective of fluid flow behavior of respiratory droplets and aerosols through the facemasks in context of SARS-CoV-2. Physics of Fluids, 2020 ; 32 (11) : 111301 DOI : 10.1063/5.0029767

Pour citer ce document MLA APA Chicago - American Institute of Physics. ’Face masks slow spread of COVID-19 ; types of masks, length of use matter : Pandemic could be stopped if at least 70 percent of the public wore face masks consistently.’ ScienceDaily. ScienceDaily, 24 November 2020. www.sciencedaily.com/releases/2020/11/201124111349.htm

About This Site | Staff | Reviews | Contribute | Advertise | Privacy Policy | Editorial Policy | Terms of Use - Copyright 2020 ScienceDaily or by other parties, where indicated. All rights controlled by their respective owners. Content on this website is for information only. It is not intended to provide medical or other professional advice. Views expressed here do not necessarily reflect those of ScienceDaily, its staff, its contributors, or its partners. Financial support for ScienceDaily comes from advertisements and referral programs, where indicated. — CCPA : Do Not Sell My Information — — GDPR : Privacy Settings —

Science.daily.logo - Foot.com

Articles apparentés

La Covid-19 pourrait disparaître… si 70% de la population portait un masque - Par Relaxnews – Vendredi 27/11/2020 à 16h01 - Document ‘laprovence.com ‘ - Photo

Le port du masque par 70% de la population pourrait permettre d’enrayer la pandémie de Covid-19, révèlent des chercheurs. filadendron / IStock.com

(ETX Studio) - Porteriez-vous systématiquement un masque en public si on vous certifiait que cela pourrait éradiquer la pandémie de Covid-19 ? Tandis que le port du masque dans les lieux publics est aujourd’hui obligatoire dans de nombreux pays, les polémiques sur son utilité persistent. Une équipe de chercheurs révèle pourtant que si 7 personnes sur 10 l’utilisaient constamment, la pandémie pourrait prendre fin.

Publiée par l’American Institute of Physics, cette étude s’intéresse spécifiquement aux masques chirurgicaux qu’il faudrait porter systématiquement en public. Les scientifiques se basent bien évidemment sur un port du masque adéquat, autrement dit avec une dissimulation de la bouche et du nez. Porter son masque uniquement sur la bouche, voire pire sur le menton, comme on peut parfois l’observer dans la rue ou certains lieux publics, n’est absolument pas efficace.

Avant de parvenir à ce constat, les chercheurs du Department of Mechanical Engineering de l’Université nationale de Singapour ont analysé pléthore d’études sur les différents masques utilisés en public - masques en tissu, masques chirurgicaux et masques N95 - pour en déterminer l’efficacité. Les scientifiques ont rappelé que l’aspect clé de la fonction du masque facial concernait la taille des gouttelettes de liquide expulsées par le nez et la bouche lorsqu’une personne parle, chante, éternue, tousse ou respire.

Le verdict est sans appel, puisque seul le masque N95 - notamment porté par le personnel soignant - est capable de filtrer les gouttelettes de la taille d’un aérosol, autrement dit les gouttelettes les plus petites que les chercheurs estiment être ’les plus dangereuses’ puisqu’elles peuvent rester en suspension dans l’air pendant une longue période. Notons toutefois que les masques chirurgicaux ont la capacité de filtrer les gouttelettes les plus grosses qui sont aussi les plus courantes. 

Autre constat fait par les chercheurs, les masques faciaux faits de matériaux polymères hybrides pourraient non seulement filtrer les particules, mais également refroidir le visage. Une chose intéressante si l’on considère que plus le masque est confortable, plus les utilisateurs le porteront de façon systématique.

Dans leurs conclusions sur l’efficacité des masques faciaux pour prévenir la transmission de la Covid-19, les principaux auteurs de l’étude déclarent : ’les masques faciaux très efficaces, tels que les masques chirurgicaux dont l’efficacité est estimée à environ 70%, pourraient conduire à l’éradication de la pandémie si au moins 70% des habitants utilisaient ces masques en public de manière systématique’.

Attention toutefois, les masques en tissu ne sont pas en reste et peuvent également se révéler efficaces pour enrayer la pandémie. ’L’utilisation de masques à faible efficacité, tels que des masques en tissu avec une efficacité estimée à 30%, pourrait également conduire à une réduction significative de la charge de Covid-19’, concluent les chercheurs de l’Université nationale de Singapour.

L’actualité politique, OM, sorties, sports à Marseille, Aix ...

Restez connecté à toute l’actualité avec La Provence - 100% des articles accessibles - Le journal numérique dès 5h - Sans engagement S’abonner à partir de 1€

Source : https://www.laprovence.com/article/sante/6191701/la-covid-19-pourrait-disparaitre%E2%80%A6-si-70-de-la-population-portait-un-masque.html

La COVID-19 et les masques faciaux : ce que l’on doit savoir Document canadien ‘ressourcessante.salutbonjour.ca’

Un masque facial, ou un autre type de couvre-visage, peut aider à réduire la propagation de la pandémie de COVID-19. Comme la COVID-19 peut être transmise par des gouttelettes respiratoires, les masques faciaux peuvent protéger les personnes qui vous entourent en empêchant les virus de se propager. Vous devriez porter un masque facial peu importe si vous subissez des signes ou des symptômes de la COVID-19 ou non, car la COVID-19 peut être transmise par des personnes qui ne présentent pas de symptômes.

Il est recommandé de porter des masques faciaux non médicaux ou un autre type de couvre-visage en public, en particulier s’il est difficile de respecter une distance de 2 mètres avec les autres. Il est surtout préférable de porter un masque quand :

  • vous êtes en public et pouvez être en contact étroit avec d’autres personnes (par exemple, dans les transports publics)
  • vous vous trouvez dans des espaces intérieurs partagés avec des personnes extérieures à votre ménage (par exemple, des zones de magasinage)
  • les autorités locales de santé publique l’exigent
    Toutefois, le port du masque à lui seul ne vous protégera pas contre la COVID-19. On utilise les masques conjointement avec de bonnes pratiques de lavage des mains et le maintien d’une distance physique de 2 mètres les autres personnes afin de se protéger et de protéger ceux qui nous entourent contre la COVID-19.

Quel type de masque facial devrais-je utiliser ?

Les masques ou les couvre-visages peuvent être faits maison ou achetés, et doivent :

  • comporter au moins 3 couches, dont 2 couches de tissu à mailles serrées (comme le coton ou le lin) et 1 couche (intermédiaire) en tissu de type filtre (comme un tissu non tissé en polypropylène ou un filtre jetable)
  • permettre une respiration facile
  • être suffisamment grands pour recouvrir complètement le nez et la bouche sans laisser d’ouverture
  • être changés dès que possible s’ils sont humides ou sales
  • s’adapter confortablement au visage
  • être solidement fixé à la tête avec des courroies ou des boucles derrière les oreilles
  • conserver sa forme après le lavage et le séchage
    Lorsque vous fabriquez vos propres masques à la maison, pensez à inclure une poche pour un filtre jetable ou à utiliser un morceau de tissu filtrant comme une des couches. Les filtres jetables sont facilement disponibles à l’achat, mais vous pouvez également utiliser une serviette en papier pliée ou le tissu en polypropylène non tissé qui est utilisé pour fabriquer certains sacs à provisions réutilisables. 

L’Agence de santé publique du Canada a émis des directives sur son site Web sur la façon de fabriquer ses propres masques faciaux.

Quels types de masques faciaux sont à proscrire ?

N’utilisez pas des masques non médicaux ou d’autres types de couvre-visage qui :

  • sont partagés avec d’autres personnes
  • nuisent à votre vision ou votre capacité d’accomplir des tâches
  • sont faits avec des matériaux imperméables à l’air ou qui se désagrègent ou tombent en miettes facilement (comme les papiers- mouchoirs)
  • restent en place à l’aide de ruban adhésif
  • ne peuvent être retiré rapidement et en toute sécurité lorsque cela est nécessaire
  • comportent des valves d’expiration ou des orifices
  • sont des ‘cache-cou’
    Qui doit s’abstenir de porter un masque facial ?

Les personnes suivantes ne doivent pas utiliser un masque :

  • les enfants de moins de 2 ans
  • toutes les personnes qui ne peuvent enlever un masque sans aide
  • toutes les personnes qui éprouvent de la difficulté à respirer
    Puis-je utiliser une visière au lieu d’un masque ?

Les visières ne remplacent pas les masques ou les revêtements faciaux. Une visière s’utilise pour protéger les yeux des gouttelettes, mais elle ne protège pas contre l’inhalation potentielle de gouttelettes infectieuses provenant d’autres personnes, ni ne protège les autres personnes contre vos gouttelettes respiratoires infectieuses. Les gouttelettes respiratoires peuvent être libérées autour de la visière.

Toutefois, si vous ne pouvez pas porter de masque ou de couvre-visage, vous pouvez envisager de porter une visière. Choisissez une visière qui s’étend sur les côtés du visage et sous le menton. Vous devez également continuer à vous laver les mains et à maintenir une distance physique de 2 mètres avec les autres pour vous protéger et protéger votre entourage.

Comment bien se servir d’un masque ?

Lorsque vous portez un masque facial ou un autre type de couvre-visage, suivez ces étapes :

  • Assurez-vous que le masque ou le couvre-visage est propre et sec.
  • Lavez-vous les mains avec du savon ou utilisez un désinfectant pour les mains avant de toucher le masque.
  • Assurez-vous que vos cheveux ne couvrent pas votre visage.
  • Placez le masque de façon à recouvrir votre nez et votre bouche et fixez-le à votre tête à l’aide de courroies ou de boucles derrière les oreilles.
  • Lavez-vous les mains avec du savon ou utilisez un désinfectant pour les mains après avoir touché le masque.
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche pendant que vous portez le masque.
  • Pour enlever le masque, ne touchez pas la partie avant, seulement les boucles derrière les oreilles.
  • Lavez-vous les mains avec de l’eau ou utilisez un désinfectant pour les mains.
    En général, on doit changer les masques dès qu’ils s’humectent ou se salissent. Évitez de mettre votre masque usagé dans votre poche, puisqu’il est contaminé par des microbes. Lorsqu’il n’est pas utilisé, rangez votre masque dans un sac en papier ou en tissu propre jusqu’à ce que vous le remettiez en place. Ne suspendez pas le masque ou le couvre-visage à vos oreilles et ne le placez pas sous votre menton. Les masques usagés doivent être placés directement au lavage et lavés dans le cycle à eau chaude après chaque utilisation. Les masques jetables et à usage unique doivent être jetés correctement dans une poubelle.

Que puis-je faire par ailleurs pour rester en sécurité pendant une éclosion ?

  • Lavez-vous les mains fréquemment à l’eau chaude et au savon ou avec un désinfectant à mains à base d’alcool, en particulier avant de manger ou de vous toucher le visage.
  • Évitez les personnes malades.
  • Si vous êtes malade, restez chez vous pour éviter d’infecter les autres personnes.
  • Couvrez votre bouche et votre nez de votre bras quand vous toussez ou éternuez.
  • Respectez une distance de 2 mètres des autres personnes.
  • Évitez de vous toucher le visage, la bouche, le nez ou les yeux.
  • Suivez les recommandations sur la distanciation sociale émises par les autorités de santé publique.
    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2020. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-COVID-19-et-les-masques-faciaux-ce-que-lon-doit-savoir

Information canadienne sur la santé, les maladiesNous : Carte du site Politique d’utilisation Politique de confidentialité - Contactez-nous - Au sujet de - English

Source : https://ressourcessante.salutbonjour.ca/healthfeature/gethealthfeature/la-covid-19-et-les-masques-faciaux-ce-que-lon-doit-savoir

Retour au début du document traduit

Les articles et dossiers postés sur ISIAS et étiquetés « CORONAVIRUS’ sont accessibles sur ce site : https://isias.lautre.net/spip.php?page=recherche&amp ;recherche=coronavirus

Traduction, compléments et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 30/11/2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Coronavirus Face masks slow spread of COVID-19 ; types of masks, length of use matter French version.2

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -