Accueil > Pour en savoir plus > Coronavirus > "Point sur les actualités à partir de sources validées et partage des (...)

"Point sur les actualités à partir de sources validées et partage des interrogations, polémiques et controverses notamment sur les vaccinations proposées pour tenter de limiter la pandémie de COVID-19 dans le monde et l’emploi de la vitamine D" par Jacques Hallard

dimanche 24 janvier 2021, par Hallard Jacques


ISIAS Coronavirus

Point sur les actualités à partir de sources validées et partage des interrogations, polémiques et controverses notamment sur les vaccinations proposées pour tenter de limiter la pandémie de COVID-19 dans le monde et l’emploi de la vitamine D

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 22/01/2021

Plan du document : Brèves synthétiques en images {{}}Introduction Sommaire Auteur


Brèves synthétiques en images

21/01/2021 Source

gisead

Variants de COVID-19 : comparaison, transmission, sévérité du COVID-19 vaccin - 21 janvier 2021 – Voir les détails ci-dessous

Source

Source

Quoi dans mon assiette, auteur sur Quoi dans mon assiette{{}}Synthèse en date du 03/12/2021 – Source

Source

Coronavirus COVID-19, fake news et mésinformation : où trouver des informations fiables ?

L’évolution de la pandémie en France - Chiffres quotidiens –https://www.lemonde.fr/les-decodeur...Source - Les décodeurs - Actualités, vidéos et infos en direct

Un peu d’humour avant de passer aux choses sérieuses

Épinglé par Alain Truong sur humour et politique | Images drôles, Dessin humour, Dessin humoristiquehttps://www.lemonde.fr/les-decodeurs/

Épinglé par Alain Truong sur humour et politique- Les images peuvent être soumises à des droits d’auteur. En savoir plus

Retour au début des Brèves synthétiques en images

Retour au début du dossier


Introduction

Ce dossier tente de faire une mise au point actualisée, notamment à cause de l’apparition dans plusieurs pays (Grande Bretagne, Afrique du Sud, Brésil) de nouvelles formes variantes du coronavirus responsable de la pandémie à COVID-19.

Dans un premier temps, ont été choisies quelques brèves synthétiques en images.

Puis une douzaines de documents ont été sélectionnés sur des interrogations, des polémiques et des controverses qui ont émergés, notamment sur les vaccinations, sur la situation nouvelle aux Etats-Unis qui s’engage dans une mobilisation maximale, ainsi qu’en Europe, où les pays serrent la vis devant les risques nouveaux de cette pandémie à COVID-19

Plus précisément, sont rapportées, d’une part, les mesures annoncées par la Président de la République française Emmanuel Macron en faveur des étudiants : en particulier l’attribution de deux repas par jour à 1 euro pour tous les étudiants et un effort pour que ’les étudiants puissent aller un jour par semaine à l’université’, et d’autre part, une position officielle concernant la qualité des masques de protection utilisables : ’La quasi-totalité des masques industriels grand public’ restent valides, pas les masques faits maison, a confirmé le Ministre français de la santé Olivier Véran

Est ensuite abordée la controverse qui s’est faite jour à propos des effets bénéfiques possibles de la vitamine D dans le but de réduire les risques des personnes face à la pandémie à COVID-19, et les recommandations médicales qui peuvent être faites.

Un accent a été mis pour retenir des documents et des informations vérifiées pour leur exactitude et validées notamment par une initiative sous les auspices de l’organisation ‘Quoi dans mon assiette’, actualités scientifiques - voir https://quoidansmonassiette.fr/ , comme le font des journalistes travaillant sous l’étiquette Les décodeurs - Actualités, vidéos et infos en direct -sous ce dernier label est aussi disponible une information régulière et de qualité, notamment en ce qui concerne le coronavirus > voir « Coronavirus : visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde » Par Jérémie Baruch , Pierre Breteau , Gary Dagorn , Maxime Ferrer , Agathe Dahyot , Léa Sanchez et Raphaëlle Aubert - Publié le 05 mai 2020 à 18h07 - Mis à jour le 21 janvier 2021 – Source à consulter : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/coronavirus-age-mortalite-departements-pays-suivez-l-evolution-de-l-epidemie-en-cartes-et-graphiques_6038751_4355770.html

Finalement sont rapportés quelques accès à des actualités sur la pandémie à COVID-10. Les informations documentaires sélectionnées et leurs accès par Internet sont indiqués dans le sommaire ci-après.

Retour à l’introduction

Retour aux Brèves synthétiques en images

Retour au début du dossier


Sommaire

Accès aux dernières nouvelles de ce 22/01/2021

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour aux Brèves synthétiques en images

Retour au début du dossier


  • Le fait de retarder une deuxième dose de vaccin pourrait-il conduire à des souches de coronavirus plus dangereuses ? Certains experts craignent que cette stratégie n’incite le virus à évoluer de manière néfaste
    Traduction du 21 janvier 2021 par Jacques Hallard d’un article de Erin Garcia de Jesus publié le 14 janvier 2021 à 16h03 par Science News sous le titre « Could delaying a second vaccine dose lead to more dangerous coronavirus strains ?  » ; original accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/coronavirus-covid-19-vaccine-delay-second-dose-dangerous-strains

coronavirus vaccine vials

Dans certains pays, le déploiement des vaccins a été lent et les responsables de la santé cherchent des moyens de l’accélérer. Mais certains experts craignent que certaines solutions ne conduisent à une évolution virale potentiellement dangereuse. Leon Neal/Getty Images. Photo : Flacons de vaccin contre les coronavirus

L’augmentation des cas de COVID-19, la lenteur du déploiement des vaccins et l’émergence de variantes de coronavirus plus transmissibles dans certains pays ont suscité un débat parmi les scientifiques sur la meilleure façon de protéger les personnes avec les vaccins récemment autorisés.

Une idée consiste à retarder le moment où les gens reçoivent la deuxième des deux doses de vaccin requises, afin que davantage de personnes puissent recevoir les doses qui sont actuellement disponibles.

C’est ce qui se passe au Royaume-Uni, où des chercheurs ont fait part de leurs inquiétudes concernant une nouvelle variante du coronavirus qui semble plus contagieuse que les autres. Les autorités britanniques ont décidé de prolonger le délai entre chaque dose de vaccin de trois ou quatre semaines à trois mois (SN : 12/22/20).

Aux États-Unis, en revanche, les responsables recommandent vivement aux États de s’en tenir au régime que la ‘Food and Drug Administration’ américaine a autorisé en décembre 2020 - deux injections espacées de trois semaines pour le vaccin Pfizer-BioNTech et de quatre semaines pour le vaccin Moderna.

Le 12 janvier 2021, l’administration Trump a annoncé qu’elle ne retenait plus les deuxièmes injections de vaccins COVID-19, plusieurs jours après que le président élu Joe Biden ait suggéré de libérer toutes les injections. Si cela peut accélérer la protection d’un plus grand nombre d’Américains, cela soulève également la possibilité que les gens ne reçoivent pas leurs deuxièmes doses à temps, en cas de problèmes de fabrication.

La possibilité que les deuxièmes doses soient retardées inquiète certains experts, car elle pourrait conduire à ce que des millions de personnes se promènent avec une immunité partielle au coronavirus, une condition qui pourrait être propice à l’apparition de mutations nocives du virus.

Retarder la deuxième dose est un pari, déclare Ramón Lorenzo-Redondo, virologue à la Northwestern University Feinberg School of Medicine à Chicago, en particulier sans que l’on dispose de beaucoup de preuves de l’efficacité d’une seule dose. Les fonctionnaires ’ne devraient pas jouer avec leurs meilleurs outils’ pour lutter contre la pandémie, dit-il. ’Nous ne voulons pas alimenter [l’évolution virale potentielle] en procédant à une immunisation sous-optimale de la population’.

La façon dont l’évolution du virus pourrait être alimentée dépend du système immunitaire. Si les gens ont une immunité totale grâce à la vaccination, leur réponse immunitaire sera probablement robuste, engendrant un grand nombre d’anticorps neutralisants, par exemple, qui empêchent les virus de pénétrer dans les cellules et de repousser les mutations nocives avant qu’elles ne se produisent. Mais si les gens ont une immunité partielle, cette réponse immunitaire sera probablement plus faible.

C’est comme lorsque les médecins encouragent leurs patients à suivre un traitement antibiotique complet, explique M. Lorenzo-Redondo. Dans ce cas, l’élimination des bactéries sensibles avec un traitement complet pourrait aider à réduire les risques de résistance des traînards.

Pour le vaccin COVID-19, si les deuxièmes doses sont retardées suffisamment longtemps - ce qui revient à ne pas terminer un traitement complet - il est possible qu’un faible nombre d’anticorps neutralisants déclenchés par une seule dose ne combattent que partiellement l’infection. Cela pourrait laisser plus de temps aux variantes du virus présentant des mutations qui évitent le système immunitaire pour se développer et se transmettre à d’autres personnes.

Si des variantes immunodéficitaires apparaissent à la suite de retards de vaccination et se propagent à de nombreuses personnes, cela pourrait porter un coup à l’efficacité des vaccins. Par exemple, si des mutations apparaissent qui empêchent les anticorps induits par le vaccin de se lier au virus, ou qui font que les anticorps se lient moins étroitement, cette variante du virus peut être plus susceptible d’infecter des cellules que les variantes sans mutation et donc de provoquer la maladie, explique M. Lorenzo-Redondo. Avec l’augmentation des cas dans de nombreux endroits, y compris au Royaume-Uni et aux États-Unis, le coronavirus pourrait avoir encore plus de chances d’accumuler des mutations évitant la vaccination que si le nombre de cas était plus faible.

Pour l’instant, on ne sait pas très bien dans quelle mesure les personnes vaccinées sont protégées après une seule injection et pendant combien de temps. Les participants à l’essai qui ont reçu le vaccin de Pfizer-BioNTech avaient de faibles niveaux d’anticorps neutralisants 21 jours après la première dose, ont indiqué les chercheurs dans le ‘New England Journal of Medicine’ du 17 décembre 2021. Mais les résultats des essais cliniques des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna suggèrent que la protection commence environ deux semaines après la première dose - le vaccin de Pfizer-BioNTech avait une efficacité d’environ 50 pour cent après la première dose et celui de Moderna avait une efficacité d’environ 80 pour cent (SN : 12/18/20). On ne connaît pas la durée de cette protection, explique Sarah Cobey, épidémiologiste et spécialiste de l’évolution des maladies infectieuses…

Cobey est l’une des scientifiques qui ne s’inquiète pas du risque d’un long délai entre les injections. Au lieu de cela, augmenter le nombre de personnes recevant la première dose pourrait en fait aider à contrôler l’ampleur des changements du coronavirus, dit-elle. C’est parce que même la protection partielle que les gens peuvent obtenir à partir d’une seule dose ’va presque certainement réduire la prévalence de l’infection’, dit-elle. Moins d’infections dans l’ensemble, cela signifierait moins de variantes du coronavirus en circulation chez les gens dans les populations. En raison du nombre, le coronavirus pourrait alors ne pas accumuler autant de mutations qui pourraient l’aider à échapper au système immunitaire.

Et même si un virus accumule des mutations qui l’aident à esquiver la réponse immunitaire en raison du retard de dose, de tels changements pourraient à leur tour endommager des fonctions virales essentielles comme l’intrusion et le détournement d’une cellule hôte. Un virus qui peut échapper à l’immunité, par exemple, pourrait finir par être moins transmissible. Pour l’instant, on ne sait pas exactement ce qui pourrait arriver au coronavirus, qui en général mute plus lentement que d’autres virus similaires, grâce à une enzyme de correction unique qui agit comme un correcteur orthographique pour les lettres qui composent le schéma génétique du coronavirus (SN : 1/28/20).

De plus, les réponses immunitaires qu’une personne produit n’attaquent pas seulement une partie du virus. Les anticorps, par exemple, y compris ceux induits par les vaccins, frappent de nombreuses parties différentes des protéines virales, ce qui rend la fuite du virus plus difficile. Et avec le temps, les anticorps peuvent s’améliorer dans leur travail (SN : 11/24/20). Il est donc peu probable que la plupart des mutations rendent les anticorps totalement inefficaces.

’Vous mettez tout cela ensemble et c’est une barrière assez élevée’ pour que l’évolution du virus fonctionne, dit Adam Lauring, médecin spécialiste des maladies infectieuses et virologiste à l’école de médecine de l’université du Michigan à Ann Arbor.

Lors d’expériences en laboratoire, par exemple, le sérum de patient COVID-19 qui contient une myriade d’anticorps contre le coronavirus empêche toujours ce dernier d’infecter les cellules d’une boîte, même s’il y a des mutations virales, ont indiqué les chercheurs dans une étude préliminaire publiée le 4 janvier 2020 sur ‘bioRxiv.org’. Si quelques mutations - dont une présente dans une variante du coronavirus circulant actuellement en Afrique du Sud - ont rendu les anticorps dans le sérum moins efficaces pour empêcher les virus d’infecter les cellules, l’activité antivirale du sérum n’a pas totalement disparu.

Cela ne signifie pas pour autant qu’une évolution virale potentiellement risquée par suite d’un retard dans l’administration des doses ne se produira pas. ’Je pense que c’est quelque chose que nous devons étudier et que nous devons examiner avec certitude’, déclare M. Lauring. Pour l’instant, ’je ne suis pas sûr que nous en sachions assez pour pouvoir dire avec certitude ce que l’une ou l’autre stratégie [de dosage des vaccins] va faire’.

Citations

E.E. Walsh et al. Safety and immunogenicity of two RNA-based COVID-19 vaccine candidates. New England Journal of Medicine. Publié en ligne le 14 octobre 2020. doi : 10.1056/NEJMoa2027906.

A.J. Greaney et al. Comprehensive mapping of mutations to the SARS-CoV-2 receptor-bindingdomain that affect recognition by polyclonal human serum antibodies. bioRxiv.org. Posté le 4 janvier 2021. doi : 10.1101/2020.12.31.425021.

À propos d’Erin Garcia de Jesus - Erin I. Garcia de Jesus est rédactrice en chef de Science News. Elle est titulaire d’un doctorat en microbiologie de l’université de Washington et d’un master en communication scientifique de l’université de Californie, Santa Cruz.

Articles liés à consulter en anglais à la source :

1.

Santé et médecine

Comment le vaccin Moderna COVID-19 récemment autorisé se compare-t-il à celui de Pfizer ?

Par Erin Garcia de Jesus18 décembre 2020

2.

Santé et médecine

Le ’dernier kilomètre’ pour les vaccins COVID-19 pourrait être le plus grand défi à relever

Par Tina Hesman Saey3 décembre 2020

3.

Santé et médecine

Le vaccin COVID-19 de Pfizer est efficace à 90%, selon les données préliminaires des essais

Par Erin Garcia de Jesus9 novembre 2020

Sign up for e-mail updates on the latest coronavirus news and research

See all our coverage of the coronavirus outbreak

Science News

Science News Internship | PhD Graduate Education at Northeastern University

  • Le journalisme digne de confiance a un prix. Les scientifiques et les journalistes partagent une croyance fondamentale, celle de remettre en question, d’observer et de vérifier pour atteindre la vérité. Science News rend compte de recherches et de découvertes cruciales dans toutes les disciplines scientifiques. Nous avons besoin de votre soutien financier pour y parvenir - chaque contribution fait une différence. Abonnez-vous ou faites un don > Subscribe or Donate Now - Questions ou commentaires sur cet article ? Envoyez-nous un courriel à feedback@sciencenews.org
    Fichier Jacques Hallard : ISIAS Coronavirus Could delaying a second vaccine dose lead to more dangerous coronavirus strains French version.1

© Society for Science & the Public 2000–2021. All rights reserved. Source : https://www.sciencenews.org/article/coronavirus-covid-19-vaccine-delay-second-dose-dangerous-strains

Retour au sommaire


  • Covid-19 : l’explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ? 20 janvier 2020 à 20:43 - Felicia Sideris – Document ‘lci.fr/sante’ Santé - Photo - Une soignante prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 à Lyon, le 14 janvier 2020. − JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
    Vaccination - L’apparition et la multiplication de nouveaux variants du coronavirus inquiètent et interrogent. Si bien qu’une ancienne généticienne de l’Inserm a émis l’hypothèse que le phénomène pourrait être lié à la vaccination. Une affirmation qui n’a aucune base scientifique.

On s’était presque habitué au coronavirus. Mais alors que monde commençait à apprivoiser ce virus présent depuis près d’un an, des variants sont venus changer la donne. D’abord le britannique, suivi du sud-africain, avant une série d’autres variants dont la multiplication inquiète. D’autant que le vaccin pourrait s’avérer moins efficace sur certains d’entre eux. Mais alors comment expliquer une telle prolifération  ? Ce 16 janvier, la généticienne Alexandra Henrion-Caude a émis une hypothèse. Celle que l’émergence de nouveaux variants du Covid-19 serait produite par la vaccination à ARNm ; la technologie développée par Pfizer et BioNTech. Partagée des milliers de fois, cette théorie est-elle plausible ? 

Une hypothèse sortie de son contexte

Ces propos sont partagés via une vidéod’une quinzaine de minutes, notamment diffusée sur Facebook ce dimanche 17 janvier 2021. Elle est extraite d’une interview d’une heure accordée à la web-tv identitaire TV Libertés, sur laquelle elle a ses habitudes. ’Est-ce-que ce n’est pas ce qu’on a vu en Afrique du Sud, en Angleterre et généralement dans tous les pays où on vaccine  ?’, s’interroge-t-elle. ’A chaque fois [qu’on vaccine], on a le mot ’variant’ qui apparaît en même temps’, conclut cette scientifique controversée, dont l’Inserm s’est d’ailleurs désolidarisée

Lors de cet entretien, elle a à nouveau estimé que les effets secondaires du vaccin étaient ’pires’ que ceux du coronavirus, une crainte que notre équipe des Vérificateurs avait démentie ici. Avant d’évoquer la question des mutations du Covid-19. Citant un communiqué de presse de l’Académie de médecine, la chercheuse assure que se faire inoculer le vaccin ’risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants’. Une simple ’question’ que se pose cette généticienne, notamment apparue dans le ’documentaire’Hold Up. Mais qu’elle corrobore par ses observations. 

Pour appuyer ses dires, Alexandra Henrion-Caude dit partir d’un communiqué de presse de l’Académie de médecine. Il semble pourtant étonnant que cette société savante médicale, qui pressait fin décembre à débuter une campagne de vaccination au plus vite, change désormais d’opinion sur ce produit. Selon nos recherches, Alexandra Henrion-Caude ferait référence à un communiqué diffusé le 11 janvier dernier. Intitulé ’Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?’, on y lit effectivement noir sur blanc que ’au plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargi (...) constituera un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination’

Aucune preuve que le vaccin ne génère une mutation

Sauf que cette phrase est sortie de son contexte et semble mal interprétée. En fait, comme l’explique l’Académie, il pourrait effectivement y avoir un lien entre la vaccination et la diffusion d’un certain variant. Mais pas dans le sens que l’entend cette ancienne chercheuse. Le vaccin pourrait en effet mettre une pression sur tel ou tel variant. ’Ça s’appelle tout simplement l’évolution’, lance, d’entrée de jeu, Vincent Maréchal. Professeur de virologie etchercheur au Centre de recherche Saint Antoine (Inserm/Sorbonne Université), c’est avec pédagogie qu’il nous déchiffre cette hypothèse. Pour l’émettre, il faut déjà accepter deux postulats. Premièrement, que certains variants échappent à la vaccination. Pour rappel, cela pourrait être le cas pour celui détecté en Afrique du sud, selon certains résultats encore très préliminaires. Deuxièmement, que le vaccin ne neutralise pas la réplication du virus. C’est-à-dire qu’il n’évite pas la transmission. Là encore, des études sont en cours. 

Dans ce cas de figure, un vaccin pourrait en effet permettre à un certain variant d’émerger. Car il va venir mettre ’une pression de sélection sur une famille du virus’. En somme, il va opérer uniquement sur la variante sur laquelle il est effectif. Laissant l’autre, qui n’est pas neutralisée par le produit, continuer à se répliquer. ’Naturellement, le deuxième variant présent à ce moment-là, vous risquez effectivement de le sélectionner’, comme le veut la théorie de l’évolution. Mais ici, on voit bien que la prolifération d’une certaine forme du virus n’est que la conséquence logique de la disparition de l’autre. ’Ce n’est en rien le vaccin qui précède le variant’, résume Vincent Maréchal. En réalité, cette généticienne fait donc ’une lecture à l’envers de la biologie et de ses fonctionnements’, analyse le chercheur. 

Lire aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N’hésitez pas à nous écrire à l’adresse lesverificateurs@tf1.fr.

Retour au sommaire


  • Covid-19 : le président des urgentistes redoute une troisième vague ’fatale’ en mars 2021 ALG - Créé le 20/01/2021à 11:41 Email – Document ‘lci.fr/sante’ –Photo : Service de réanimation à la Polyclinique Jean Villar, Bruges, Nouvelle-Aquitaine − PHILIPPE LOPEZ / AFP
    Le président de ‘Samu-urgences’ de France a exprimé ses inquiétudes concernant les prochains mois car la deuxième n’a pas assez reflué et ’les mauvaises habitudes du passé sont revenues’.

Très clairement, on craint cette troisième vague’. Le président de Samu-urgences de France, le Dr François Braun, se dit inquiet soulignant que malgré ’les mesures prises’ le virus continue de circuler ’à un niveau élevé’ et que et ’les mauvaises habitudes du passé sont revenues’. Redoutant une nouvelle montée épidémique ’fatale’ en mars 2021, il estime qu’’on ne va pas être en capacité d’absorber de la même façon cette troisième vague que la première et a fortiori la deuxième’.

Au début, il y a eu la première vague, un tsunami dans le Grand Est. Mais, avec le confinement, le niveau était redescendu presque à zéro. Le fait est qu’il y a toujours eu en France un fond de Covid-19 et, depuis la fin de l’été, pour de multiples raisons, ça a ré-augmenté. On a appelé ça ’la deuxième vague’. Mais c’était plutôt une marée montante sur plusieurs mois’, a expliqué celui qui est aussi chef des urgences du CHR de Metz/Thionville. 

Cette vague ’risque de nous noyer’

Diverses mesures ont été prises mais cette vague n’est que peu descendue. Et la troisième, qui est annoncée pour mars, risque de nous noyer’, a souligné le médecin, rappelant que contrairement au printemps, les hôpitaux ne sont pas en mode ’anti-Covid’ et que ’les personnels soignants sont à bout de force’. À cela s’ajoute, le fait que l’administratif a repris le pas sur les médecins dans les hôpitaux. ’On a vu les mauvaises habitudes revenir. À commencer par les hôpitaux de l’ouest de la France, les zones qui n’avaient pas été touchées de plein fouet par cette problématique du Covid-19. Au début de l’automne, les mauvaises habitudes étaient revenues partout en France’, déplore l’urgentiste. 

Lire aussi :

A voir également : 01:17 - Covid-19 : Macron dévoile aux élus sa stratégie pour accélérer la campagne de vaccination

Toute l’info sur ; COVID-19 : LA FRANCE FAIT-ELLE LES BONS CHOIX FACE AU VIRUS ?

Les dernières infos sur l’épidémie et les mesures sanitaires

Fichier:Premier Logo de LCI.fr.jpg — Wikipédia

LCI Copyright © 2021 - Source : https://www.lci.fr/sante/troisieme-vague-de-covid-en-france-en-mars-l-inquietude-du-president-de-samu-urgences-francois-braun-2176041.html

Retour au sommaire


  • Le scenario tant redouté se confirme : le variant sud-africain serait résistant au vaccin- Par B.G. Mis à jour le 21/01/2021 à 07:24 Publié le 21/01/2021 à 06:54 – Document ‘varmatin.com’ VarSantécoronavirus- Photo - Une étude de chercheurs sud-africains, pas encore évaluée par d’autres scientifiques, conclut que le variant « est largement résistant aux anticorps neutralisants provoqués en réponse à une infection par des souches en circulation précédemment ». Photo Dylan Meiffret
    De nouvelles études semblent confirmer les premiers indices des scientifique : le variant sud-africain risque d’échapper au moins partiellement à la protection espérée des vaccins.

Alors que les systèmes hospitaliers sont déjà surchargés dans de nombreux pays du monde, plusieurs variants plus transmissibles détectés au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil inquiètent depuis quelques semaines la communauté internationale.

Avec une question cruciale en tête : les vaccins existants, qui représentent le principal espoir de sortir de cette crise sanitaire, sont-ils efficaces contre ces variants ?

De premiers éléments semblaient montrer une efficacité au moins du vaccin de BioNTech/Pfizer, le premier arrivé sur le marché, contre une des mutations partagée par les trois variants, la N501Y.

Résistant au BioNTech/Pfizer ?

Cette mutation se situe au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer, jouant donc un rôle clé dans l’infection virale.

Mais les craintes venaient surtout de la mutation E484K, également située sur la protéine Spike, et partagée uniquement par les variants sud-africain et brésilien.

Des tests en laboratoire ont déjà montré que cette mutation semblait capable de diminuer la reconnaissance du virus par les anticorps, et donc sa neutralisation.

Risque de réinfection important

Une étude de chercheurs sud-africains mise en ligne, mercredi, et pas encore évaluée par d’autres scientifiques, va plus loin. Elle conclut que le variant sud-africain dans son ensemble ’est largement résistant aux anticorps neutralisants provoqués en réponse à une infection par des souches en circulation précédemment’.

Ainsi, le risque de réinfection par ce variant est « important », souligne l’étude. Et ces données ont des ’implications sur l’efficacité des vaccins’, en particulier parce que les vaccins actuels sont ’principalement basés sur une réponse immunitaire à la protéine Spike’.

’C’est un problème qui inquiétait beaucoup d’entre nous : que des nouveaux variants du Sars-Cov-2 échappent à la réponse immunitaire en plus de leur plus grande transmissibilité’, a commenté sur Twitter Kristian Andersen, immunologiste à l’institut de recherche Scripps. ’Impossible d’édulcorer les choses : ce n’est pas une bonne nouvelle’, a-t-il ajouté.

Vers une adaptation des vaccins

Pour tenter de contrer ces menaces, les auteurs de l’étude sur le variant sud-africain appellent à identifier pour ces vaccins de nouvelles ’cibles’ qui seraient moins sujettes aux mutations que la protéine Spike, et à développer de façon ’urgente’ des plateformes pour adapter les vaccins si besoin.

Les vaccins à ARN messager de BioNTech/Pfizer et de Moderna, qui ont reçu des autorisations de mise sur le marché dans plusieurs pays du monde, permettent a priori une adaptation relativement rapide. Le laboratoire allemand BioNTech a d’ailleurs assuré avoir la technologie pour produire si besoin un vaccin contre de nouveaux variants en six semaines.

Si les résultats de l’étude sud-africaine sont confirmés, ’nous devons déterminer un calendrier de production et les étapes réglementaires pour adapter la souche utilisée dans le vaccin’, a commenté, mercredi sur Twitter, Trevor Bedford, du centre de recherche ‘Fred Hutch’.

Même si le variant 501Y.V2 est ’encore largement circonscrit à l’Afrique du Sud’, il ’pourrait se répandre plus largement dans les mois qui viennent’, a-t-il ajouté, pariant sur la nécessité d’adapter la « souche » du vaccin à l’automne 2021. ’Ça fait partie de la nature humaine d’aimer se faire peur, mais nous ne devons pas paniquer’, a tempéré de son côté James Naismith, de l’université d’Oxford, cité par l’organisme ‘Science Media Centre’.

BioNTech efficace contre le variant anglais

D’autant que de nouvelles données mises en ligne, hier, semblent confirmer que le variant anglais, qui a lui déjà largement franchi les frontières, serait bien réceptif au vaccin de BioNTech/Pfizer.

Selon deux études séparées, une de chercheurs de BioNTech/Pfizer, l’autre de chercheurs d’universités britanniques et néerlandaises, les anticorps d’anciens malades de la Covid-19 permettent largement de neutraliser le variant anglais, même si le pouvoir de neutralisation peut être légèrement réduit.

Il est ainsi ’improbable’ que le variant anglais ’échappe à la protection’ de ce vaccin, conclut l’équipe de BioNTech/Pfizer. Contre le variant anglais, ’les vaccins devraient être très efficaces et la couverture vaccinale est une priorité’, a indiqué sur Twitter le Pr Ravi Gupta, de l’université de Cambridge, un des auteurs de l’autre étude.

Soutenez l’info locale et Var-Matin > Abonnez-vous - Je découvre la nouvelle offre abonnés -J’en profite - Var-Matin - Actualités et infos en direct

Index of /images/upload/images

Source : https://www.varmatin.com/sante/le-scenario-tant-redoute-se-confirme-le-variant-sud-africain-serait-resistant-au-vaccin-633931

Retour au sommaire

Le président américain Joe Biden signe des décrets anti-Covid le 21 janvier 2021 à Washington

Le président américain Joe Biden a promis jeudi une mobilisation digne de ’temps de guerre’ face au Covid-19, tandis que l’Europe, alarmée face à la propagation de nouveaux variants sur son sol, serre encore la vis.

M. Biden, dès le lendemain de son investiture, a ostensiblement pris le contrepied de la politique de son prédécesseur Donald Trump et dénoncé le ’terrible échec’ de la distribution des vaccins. ’Notre stratégie se fonde sur la science pas la politique, sur la vérité pas sur le déni’, a-t-il lancé, signant une série de dix décrets alors que le pays affiche désormais un bilan de plus de 409.600 morts.

Dans un discours d’investiture au ton grave, Joe Biden avait prévenu mercredi que le Covid-19 s’apprêtait à connaître sa ’phase la plus dure et la plus mortelle’ et appelé les Américains à ’laisser de côté la politique’ pour affronter ensemble ce ’sombre hiver’. Signant dès jeudi une série de dix décrets, il a annoncé que toute personne arrivant par avion aux Etats-Unis depuis un autre pays devrait présenter un test négatif à son arrivée et ’observer une quarantaine’.

Les Etats-Unis vont faire leur retour dans le giron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ’remplir leurs obligations financières envers l’organisation’, a de son côté fait savoir l’immunologue Anthony Fauci, conseiller de la présidence. Ils vont aussi rejoindre le dispositif Covax, mis en place par l’OMS pour distribuer des vaccins anti-Covid aux pays défavorisés.

M. Fauci a confié jeudi être soulagé de ne plus avoir à contredire Donald Trump, reconnaissant s’être trouvé dans des situations ’inconfortables’ avec le précédent président. ’Certains propos me mettaient mal à l’aise parce qu’ils n’étaient pas fondés sur la science’, a-t-il reconnu, évoquant notamment le soutien affiché par l’ancien président à la très controversée hydroxychloroquine, un médicament antipaludéen qui s’est avéré n’avoir aucune efficacité contre le virus.

- ’Effort énorme’ -

L’Europe des 27, réunie en soirée pour un sommet virtuel consacré à la pandémie, s’apprête également à serrer la vis. ’Nous sommes de plus en plus inquiets au sujet des différents variants’ du coronavirus, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, estimant que ’tous les voyages non essentiels’ devaient ’être fortement déconseillés’.

A la veille du sommet, les Européens étaient parvenus à s’entendre sur une reconnaissance mutuelle des résultats des tests, à la fois PCR et antigéniques rapides, une avancée validée jeudi soir. Pour détecter les mutations du coronavirus, la Commission européenne exhorte les Etats de l’UE à accroître le séquençage, jugeant le niveau actuel insuffisant. Elle les a aussi appelés à accélérer la vaccination. Des objectifs soutenus par les 27, selon Ursula von der Leyen. ’C’est un effort énorme mais c’est faisable’, a-t-elle martelé.

La France a annoncé dans la foulée qu’elle imposerait à partir de dimanche aux voyageurs en provenance d’autres pays européens la présentation d’un test PCR négatif réalisé 72 heures avant le départ. Paris n’exclut pas un troisième confinement en cas de détérioration de la situation.

L’agence européenne chargée des épidémies, basée à Stockholm, avait auparavant relevé à ’élevé/très élevé’ son évaluation des risques sanitaires liés aux nouveaux variants.

’Le message essentiel est de se préparer à une escalade rapide de la rigueur des mesures (pour contrer le virus) dans les semaines à venir afin de préserver les capacités de soins, ainsi que d’accélérer les campagnes de vaccination’, a-t-elle prévenu.

Le parlement néerlandais a approuvé jeudi soir un couvre-feu nocturne, tandis que le Portugal va fermer ses écoles, crèches et universités pendant 15 jours et suspend les vols avec le Royaume-Uni.

Le variant anglais continue de se propager dans le monde, touchant au moins 60 pays et territoires.

En Afrique, la deuxième vague de l’épidémie se révèle également plus meurtrière. Le taux de mortalité y dépasse désormais la moyenne mondiale (2,5% contre 2,2%), a annoncé jeudi le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

La Sierra Leone, l’un des pays les plus pauvres au monde, déplore une augmentation ’exponentielle’ des contaminations et a décidé de boucler la capitale Freetown.

- Retour du Covid-19 à Shanghaï-

La Chine a de son côté procédé jeudi à l’évacuation d’un quartier résidentiel du centre de Shanghai, après la découverte d’au moins trois cas de Covid-19, les premiers signalés dans la gigantesque métropole chinoise depuis début novembre 2020.

Les autorités chinoises avaient fait état mercredi de premiers cas à Pékin liés au variant anglais, et annoncé le confinement strict de cinq quartiers de la banlieue sud de la capitale chinoise.

Au Liban, le confinement strict a été prolongé de deux semaines. ’Selon les critères de l’OMS, le Liban est actuellement au niveau 4 : une épidémie incontrôlée, avec des capacités supplémentaires limitées pour le système de santé’, a tweeté Firass Abiad, directeur du principal hôpital public mobilisé dans la lutte contre le coronavirus.

En Colombie, où une deuxième vague de contaminations menace de submerger les hôpitaux, le seuil des 50.000 morts du Covid-19 a été franchi jeudi.

Et au Brésil, la ville de Rio de Janeiro renonce à organiser en 2021 son célèbre Carnaval. ’Il me paraît insensé d’imaginer à cette heure que nous pourrons organiser le carnaval en juillet’, a justifié le maire Eduardo Paes.

La pandémie a fait au moins 2.075.698 morts dans le monde, selon un bilan établi jeudi par l’AFP à partir de sources officielles.

- Incendie chez le géant indien des vaccins -

Le variant sud-africain du coronavirus se diffuse lui plus lentement et est présent dans 23 pays et territoires, soit 3 de plus qu’au 12 janvier, a précisé l’OMS.

L’OMS a aussi indiqué suivre la diffusion de deux autres variants apparus au Brésil, le P1, signalé dans l’Etat de l’Amazonas et détecté aussi au Japon sur quatre personnes venues du Brésil, et un autre variant.

Face à une situation de plus en plus hors de contrôle, la vaccination de masse se poursuit.

Plus de 54 millions de doses de vaccins antiCovid-19 ont été administrées dans au moins 63 pays ou territoires, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 12H00 GMT.

Mais l’accès aux vaccins est très inégal, 12 pays concentrant plus de 90% des doses injectées.

Le site du plus grand fabricant de vaccins au monde, l’Institut Serum (Serum Institute of India), a été le théâtre jeudi d’un incendie, qui a fait cinq morts. Mais l’entreprise l’assure, le feu n’a pas affecté sa production.

burx-ahe/am - Par Agnès PEDRERO avec Indalecio ALVAREZ à Paris et les bureaux de l’AFP dans le monde AFP © 2021 AFP Mise à jour 22.01.2021 à 03:00

Source : https://information.tv5monde.com/info/virus-mobilisation-maximale-aux-etats-unis-l-europe-serre-la-vis-392381

Retour au sommaire

5Bis
Virus : mobilisation maximale aux Etats-Unis, l’Europe serre la vis – Le 22 janvier 2021 - Mise à jour 22.01.2021 à 03:00 - Par Agnès PEDRERO avec Indalecio ALVAREZ à Paris et les bureaux de l’AFP dans le monde – Document ‘actu.orange.fr’


Les Etats-Unis ont marqué jeudi leur retour à l’OMS en s’engageant à remplir leurs obligations financières envers l’organisation, relançant ainsi la réponse internationale à la pandémie au moment où le variant britannique du coronavirus se propage dans le monde.

Selon la nouvelle administration américaine, qui a annoncé dès mercredi son retour à l’Organisation mondiale de la santé, les Etats-Unis ont ’l’intention de remplir leurs obligations financières envers l’organisation’, a déclaré l’immunologue Anthony Fauci lors d’une réunion du conseil exécutif de l’agence onusienne à Genève.

A peine intronisé, le président américain Joe Biden a prévenu que son pays allait entrer dans ’la phase la plus mortelle du virus’, alors que le bilan aux Etats-Unis dépasse désormais celui des soldats américains tués pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le variant anglais du coronavirus continue de se propager dans le monde, touchant au moins 60 pays et territoires, et inquiète de nombreux Etats.

La première puissance mondiale déplore désormais 405.400 décès depuis le début de la pandémie. Pays le plus endeuillé en valeur absolue, les Etats-Unis sont aussi le pays le plus touché en nombre de cas (plus de 24,4 millions).

- ’Laisser de côté la politique’ -

https://media2.woopic.com/api/v1/images/661%2Fafp-news%2Fd78%2F599%2Fa4b870aa3d3842917e8bdb2d01%2F001_8Z79X4-highDef.jpg?facedetect=1&quality=85
Investi mercredi à Washington, Joe Biden a immédiatement ordonné le retour des Etats-Unis au sein de l’OMS, après le retrait décidé par son prédécesseur Donald Trump en 2020, et signé un décret rendant le port du masque et la distanciation physique obligatoires pour les fonctionnaires américains travaillant dans les bâtiments fédéraux. ’Nous devons laisser de côté la politique et affronter enfin cette pandémie en tant que Nation’, a-t-il martelé.

Le variant britannique, beaucoup plus contagieux que ne l’était le virus SARS-CoV-2 originellement, continue de se répandre dans le monde : présent dans 50 pays au 12 janvier, il est désormais identifié dans 60 pays et territoires, selon l’OMS. 

Les autorités chinoises ont fait état mercredi de premiers cas à Pékin liés à ce variant. Le signal est particulièrement fort : le Covid-19 était apparu fin 2019 en Chine, à Wuhan (centre). Jeudi, un quartier résidentiel du centre de Shanghai était en cours d’évacuation après la découverte d’au moins trois cas de Covid-19, les premiers signalés dans la gigantesque métropole chinoise depuis début novembre.

Verrouillant des provinces entières, la Chine était parvenue dans les mois suivants à juguler l’épidémie sur son territoire, alors que le virus se répandait sur toute la planète. Pékin a annoncé mercredi le confinement strict de cinq résidences de Daxing, une banlieue du sud de la capitale, après la découverte de nouveaux cas. Ce confinement concerne quelques dizaines de milliers de personnes, soit une petite fraction des 21 millions d’habitants de la capitale. Plusieurs centaines de malades ont été identifiés ces dernières semaines dans le nord et le nord-est du pays, où des millions de personnes ont été confinées ou doivent restreindre leurs mouvements.

- Autres variants (ou variantes) -

Le variant sud-africain du coronavirus se diffuse lui plus lentement et est présent dans 23 pays et territoires, soit 3 de plus qu’au 12 janvier, a précisé l’OMS.

Mais il risque de poser un autre problème : plusieurs nouvelles études semblent confirmer que, contrairement au variant anglais, il risque d’échapper au moins partiellement à la protection espérée des vaccins contre le Covid-19.

L’OMS a aussi indiqué suivre la diffusion de deux autres variants apparus au Brésil, le P1, signalé dans l’Etat de l’Amazonas et détecté aussi au Japon sur quatre personnes venues du Brésil, et un autre variant.

A Manaus, dans l’Etat de l’Amazonas, les médecins sont frappés par la virulence de la deuxième vague, qui a débordé les hôpitaux, confrontés à une pénurie dramatique d’oxygène. ’Quand l’ambulance arrive au domicile, le malade est déjà décédé’, a dit le docteur Ruy Abrahim à l’AFP.

En Europe, les Vingt-Sept se retrouvent jeudi soir pour un nouveau sommet par visioconférence consacré à la lutte contre la pandémie, au moment où plusieurs pays, comme l’Allemagne, durcissent leurs mesures pour tenter de contrer la propagation des nouvelles souches. Riposte face aux variants, accélération de la vaccination et mise en place d’un certificat commun sont au menu des débats.

En Inde, un incendie s’est déclaré jeudi au ‘Serum Institute of India’, le plus grand fabricant de vaccins au monde, selon des images de la télévision locale, mais les médias ont précisé que la production de vaccins contre le Covid-19 n’était pas affectée. Les chaînes de télévision indiennes montraient un énorme nuage de fumée grise au-dessus du site de ‘Serum Institute of India’, à Pune (ouest) où sont produites actuellement des millions de doses du vaccin contre le coronavirus Covishield, développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford.

https://media1.woopic.com/api/v1/images/661%2Fafp-news%2F2d9%2F732%2F6a9c5902c47bc0e2eb5307f883%2F001_8Z3246-highDef.jpg?facedetect=1&quality=85
Selon un décompte de l’AFP, 60 pays ou territoires, regroupant 61% de la population mondiale, ont lancé leur campagne de vaccination. Mais 11 pays concentrent 90% des doses injectées.

En Europe occidentale, les retards de livraisons de Pfizer/BioNTech en Europe continuent de faire polémique. L’Italie compte prendre ’dans les prochains jours’ des actions légales contre le laboratoire Pfizer. Et le Danemark doit revoir à la baisse de 10% ses objectifs de vaccination au premier trimestre.

La pandémie continuait aussi à provoquer des secousses politiques. Le Premier ministre mongol a annoncé jeudi sa démission, au lendemain d’une manifestation dans les rues de la capitale Oulan-Bator qui dénonçait le traitement d’une jeune mère malade du Covid et de son nouveau-né.

Fil info d’Orange

Actu

15:49 FranceCovid-19 : Macron veut desserrer l’étau pour les étudiants, mais l’hiver s’annonce long

15:46 FranceCovid-19 : le variant anglais pourrait nécessiter un nouveau confinement, prévient Véran

15:45 Monde Biden, aux commandes de l’Amérique, s’attelle à la lutte contre la pandémie

15:32 France Université : Macron souhaite le retour des étudiants un jour par semaine et deux repas par jour à un euro

15:31 Monde Dans les hôpitaux de Bagdad, le spectre des années noires de retour

15:13 Fait-divers Cinq morts dans un incendie sur le site du géant indien des vaccins

14:47 France Covid-19 - FFP2, chirurgicaux, tissu : comment s’y retrouver dans la forêt des masques ?

A lire aussi :

Monde Coronavirus : le point sur la pandémie

Sante Coronavirus : le point sur la pandémie

Orange actu : L’actualité en France et dans le monde en continu -Informations légales

logo-orange - Voix off femme Française en home studio

© Orange 2021 - Source : https://actu.orange.fr/monde/washington-relance-la-reponse-internationale-a-la-pandemie-CNT000001wv2QA/photos/un-professionnel-de-sante-examine-une-radio-d-un-malade-du-covid-a-barcelone-le-20-janvier-2021-8d33bee8842bae8b005f6a574b4be061.html

Retour au sommaire


  • Coronavirus - Emmanuel Macron annonce deux repas par jour à 1 euro pour tous les étudiants - Il faut que ’les étudiants puissent aller un jour par semaine à l’université’ - Document ‘jeanmarcmorandini.com’ Vidéos | Coronavirus, étudiants
    Emmanuel Macron a souhaité jeudi que les étudiants puissent, s’ils le souhaitent, retourner suivre des d’un euro le repas dans les restos U. Au cours d’un échange avec des étudiants à l’université Paris-Saclay (Essonne), le chef de l’Etat a rappelé qu’« un étudiant doit avoir les mêmes droits qu’un salarié (...) S’il en a besoin, il doit pouvoir revenir à l’université un jour par semaine » dans des amphis avec une jauge maximum de 20%.

« Un étudiant ou une étudiante a le droit d’avoir 20% de son temps en présentiel - c’est-à-dire un jour sur cinq - et on doit essayer de tenir aussi pour que les jauges ne soient jamais plus de 20%, ce qui permet d’avoir des distances, et aussi de ne pas avoir trop de monde sur un site », a expliqué Emmanuel Macron. Il a consenti que cette nouvelle mise en place « est assez compliquée à gérer. Je ne dis pas que c’est facile mais j’ai confiance dans vos responsables et dans les présidents d’université, leurs équipes », a-t-il insisté.

« Il y a eu des ouvertures depuis début janvier : traiter les plus fragiles par groupes de 10, le demi TD mais pas fait partout (...) Ce que je veux maintenant, c’est que la règle soit très simple, elle va être préparée avec les universités », a-t-il annoncé.

« Je ne sais pas vous dire ce qu’on devra faire pour le pays complet, le virus est très présent et il y a ces variants mais on ne peut pas, compte tenu de ce que votre génération a déjà vécu, ne pas prendre en compte le fait que vous avez le droit aussi d’avoir un peu besoin de présentiel, d’échanger avec des profs, de croiser d’autres élèves mais on doit le faire en tenant compte de cette situation sanitaire », a-t-il ajouté. Selon le président, « évidemment il y aura des protocoles sanitaires stricts ». « On ne peut pas préparer une reprise en deuxième semestre normale, on ne serait pas raisonnable », a-t-il lancé.

Le chef de l’Etat a par ailleurs annoncé que l’ensemble des étudiants pourront avoir accès à deux repas par jour pour le prix d’un euro le repas dans les restos U, afin de leur permettre de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19. Jusqu’ici, le repas à un euro n’était proposé qu’aux élèves boursiers, une fois par jour.

COPYRIGHT ©2006-2020 THE MORANDINI FAMILY SARL - TOUS DROITS RESERVES Mentions légales Politique cookies Protection des données personnelles CGU Contact

Voir également Coronavirus : FFP2, chirurgicaux, tissu... Quel type de masques utiliser dans quelle situation ? Comment les porter ? Peut-on les réutiliser ? Voici quelques conseils !

Vidéos - Coronavirus, masques, masque

Jean-Marc Morandini

Fichier:Jeanmarcmorandini.com Logo.jpg — Wikipédia

Source : https://www.jeanmarcmorandini.com/article-449273-coronavirus-emmanuel-macron-annonce-deux-repas-par-jour-a-1-euro-pour-tous-les-etudiants-il-faut-que-les-etudiants-puissent-aller-un-jour-par-semaine-a-l-universite.html

Retour au sommaire


  • VIDEO. Covid-19 : ’La quasi-totalité des masques industriels grand public’ restent valides, mais pas les masques faits maison, confirme le Ministre français de la santé Olivier VéranDocument ‘franceinfo Radio France’ - Mis à jour le 19/01/2021 | 09:20
    ’À ce stade’, le masque FFP2 n’est pas nécessaire, indique le ministre de la Santé. Selon les scientifiques, ’si deux personnes portent un masque filtrant à 90%, l’efficacité est la même que si une personne porte un masque FFP2 et l’autre, un masque classique’.

’Tous les masques dont le pouvoir filtrant est filtrant à 90% restent valides’, a indiqué mardi 19 janvier sur France Inter Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, à la suite d’une recommandation du Haut conseil de la santé qui vise à faire face au développement du variant anglais du Covid-19. 

’Comme ce n’est pas marqué sur les masques, je vais donner une indication : la quasi-totalité des masques industriels grand public ont des capacités filtrantes supérieures à 90%, c’est ce qu’on appelle les masques grand public de niveau 1. En revanche, le masque artisanal qu’on fabrique chez soi avec la meilleure intention, en respectant les normes Afnor pour le Haut conseil de santé publique n’offre pas nécessairement toutes les garanties nécessaires’, explique le ministre de la Santé. 

Interrogé sur les pays qui exigent désormais le port de masques FFP2, Olivier Véran répond qu’à ’ce stade, nous ne changeons pas les recommandations (…) Ce que nous disent les scientifiques et le Haut conseil de la santé publique, c’est que si deux personnes portent un masque filtrant à 90%, l’efficacité est la même que si une personne porte un masque FFP2 et l’autre, un masque classique’.

https://www.francetvinfo.fr/skin/www/img/bg/coronavirus.png

La sélection Covid-19

avatar

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/masques-sanitaires/video-covid-19-la-quasi-totalite-des-masques-industriels-grand-public-restent-valides-pas-les-masques-faits-maison-confirme-olivier-veran_4263573.html

Retour au sommaire

’Pour aider à conserver le meilleur de la santé ensoleillée par l’été - pour aider à maintenir une résistance robuste aux rhumes d’hiver et à la maladie - buvez de la Schlitz [bière], avec de la vitamine D du soleil’, lit-on dans une publicité du magazine américain de décembre 1936.

La fascination pour la supplémentation en vitamine D a commencé avec la découverte, au début des années 1920, que la vitamine D prévenait le rachitisme et elle a été renforcée par la reconnaissance d’autres rôles potentiels de la vitamine D dans des résultats non liés au squelette, notamment la fonction immunitaire, la santé cardiovasculaire et le cancer. Cependant, alors que les données sur la fonction de la vitamine D dans la croissance et le maintien des os sont claires et ont servi de base à des directives cliniques pratiques et à des politiques de santé publique au fil des ans, les preuves du rôle de la vitamine D dans d’autres processus de santé et de maladie, en particulier dans les infections aiguës des voies respiratoires, restent fragmentaires. Les données issues d’études d’observation ont suggéré que la supplémentation en vitamine D peut réduire les risques de développer des infections respiratoires, en particulier dans les groupes déficients en vitamine D, mais les essais randomisés ont donné des résultats mitigés.

Dans ‘The Lancet Diabetes & Endocrinology’, les résultats d’une analyse pré-spécifiée de l’essai clinique randomisé de ‘D-Health’ sur plus de 20.000 adultes australiens recrutés dans la population générale, suggèrent que les doses mensuelles de vitamine D n’ont pas réduit le risque ou la gravité des infections aiguës des voies respiratoires. Bien que l’analyse ait montré un effet statistiquement significatif sur la durée globale des symptômes d’après l’analyse des données du journal, la réduction était faible (0-5 jours) et il est peu probable qu’elle soit cliniquement significative. Dans une pré-impression déposée sur ‘MedRxiv’, les auteurs d’une revue systématique et d’une méta-analyse basées sur les données agrégées des essais, y compris les données de l’essai ‘D-Health’, ont conclu que la supplémentation en vitamine D était sûre et ont identifié un petit effet en ce qui concerne la protection contre les infections aiguës des voies respiratoires, associé à des doses quotidiennes de 400-1.000 UI de vitamine D pendant une période allant jusqu’à 12 mois, mais ont reconnu une hétérogénéité significative entre les essais.

La question de la supplémentation en vitamine D a été largement débattue, avec de solides arguments pour et contre. La pandémie de COVID-19 a encore aggravé le débat. Il est clair depuis longtemps que les groupes qui présentent traditionnellement des carences ou des insuffisances en vitamine D, comme les personnes âgées et les résidents des maisons de retraite, ainsi que les populations noires, asiatiques et les minorités ethniques, sont les mêmes groupes qui ont également été touchés de manière disproportionnée par COVID-19. De plus, le temps passé à l’intérieur en raison des mesures strictes de confinement et de protection a fait craindre que certaines personnes ne puissent pas obtenir les niveaux physiologiques de vitamine D nécessaires à partir de la lumière du soleil.

Le 17 décembre 2020, le ‘National Institute for Health and Care Excellence’ (NICE), en collaboration avec ‘Public Health England’ et le ‘Scientific Advisory Committee on Nutrition’, a publié une mise à jour rapide des études récentes sur la vitamine D et COVID-19. Leurs recommandations soutiennent les conseils actuels du gouvernement, révisés en avril 2020, lors du premier confinement au Royaume-Uni, pour que chacun prenne des suppléments de vitamine D afin de maintenir la santé des os et des muscles pendant les mois d’automne et d’hiver. Les recommandations sont également conformes aux nouvelles orientations du gouvernement britannique, publiées le 22 décembre 2020, qui permettent aux personnes extrêmement vulnérables sur le plan clinique de choisir de recevoir un apport gratuit de quatre mois de suppléments quotidiens de vitamine D, à l’instar d’une initiative lancée plus tôt en Écosse. Toutefois, l’examen rapide a conclu que les preuves suffisantes pour soutenir la supplémentation en vitamine D dans le but de prévenir ou de traiter la COVID-19 faisaient toujours défaut et que le sujet devait être approfondi. Les experts qui étudient la vitamine D ont accueilli favorablement l’appel à plus de recherches, mais le manque de recommandations spécifiques dans le contexte de COVID-19 a également été déçu par de nombreux membres de la communauté scientifique qui ont soutenu que la supplémentation en vitamine D est généralement sûre et que toute faible toxicité potentielle serait probablement fortement compensée par les bénéfices potentiels en matière de protection contre COVID-19.

Le NICE (‘National Institute for Health and Care Excellence’) devrait continuer à surveiller les nouvelles preuves au fur et à mesure qu’elles sont examinées par des pairs et publiées, y compris les résultats de plusieurs essais cliniques sur la vitamine D et les résultats de COVID-19 qui sont actuellement en cours. Cependant, en particulier dans les pays où la situation pandémique continue de s’aggraver (et continuera de le faire pendant les mois d’hiver avant que les effets des vaccinations ne soient perceptibles), des preuves supplémentaires pourraient arriver juste trop tard. Dans un monde idéal, toutes les décisions sanitaires seraient prises sur la base de preuves accablantes, mais une période de crise pourrait nécessiter un ensemble de règles légèrement différentes.

Photo - View Large Image- Copyright © 2021 Shutterstock

Article Info - Publication History - Published : January 11, 2021 – Identification DOI : https://doi.org/10.1016/S2213-8587(21)00003-6 – Copyright : © 2021 Elsevier Ltd. All rights reserved. ScienceDirect - Access this article on ScienceDirect

The Lancet

Lancet-Logo-Long | Plastic Oceans International

View related content for this article

Source : https://www.thelancet.com/journals/landia/article/PIIS2213-8587(21)00003-6/fulltext

Retour au sommaire


  • Vitamine D : pourquoi et comment assurer un apport suffisant ? Document officiel ‘anses.fr’ - Mis à jour le 18/01/2021 Mots-clés : Nutrition, Vitamines
    La vitamine D joue un rôle essentiel dans la qualité du tissu osseux et musculaire ainsi que dans le renforcement de notre système immunitaire. Pourtant, la majorité des Français n’en consomme pas suffisamment. Quels aliments consommer pour veiller à un apport suffisant ? Quels sont les risques pour la santé en cas de carence en vitamine D ? La consommation de compléments alimentaires est-elle la solution pour prévenir ces carences ? Certaines populations doivent-elles consommer davantage de vitamine D que d’autres ? Existe-t-il un risque en cas d’excès d’apport ?

L’Anses répond à toutes vos questions. 

Sommaire :

•Pourquoi consommer de la vitamine D est-il important ?

•Comment avoir un apport en vitamine D suffisant dans son organisme ?

•Quelle quantité de vitamine D doit-on consommer chaque jour ?

•Quels sont les risques pour la santé en cas de déficience en vitamine D ?

•Y-a-t-il des populations plus sensibles que d’autres à une carence en vitamine D ?

•La prise de compléments alimentaires peut-elle prévenir les risques de carences en vitamine D ?

•Quels sont les risques pour la santé en cas d’excès d’apport en vitamine D ?


Pourquoi consommer de la vitamine D est-il important ?

La vitamine D est essentielle au bon fonctionnement de notre organisme. Sa fonction principale est d’augmenter les concentrations de calcium et de phosphore dans le sang.

Le maintien d’un taux de calcium suffisant dans le sang permet d’assurer :

  • minéralisation optimale des tissus, notamment os, cartilage et dents
  • une contraction musculaire efficace
  • une bonne transmission nerveuse
  • une coagulation adéquate
     La vitamine D est également impliquée dans :
  • la régulation hormonale ;
  • la différenciation et l’activité des cellules du système immunitaire ;
  • la différenciation de certaines cellules cutanées.

    Comment veiller à un apport en vitamine D suffisant dans son organisme ?

Deux voies permettent de couvrir les besoins quotidiens en vitamine D :

  • l’exposition au soleil : en vous exposant au soleil 15 à 20 minutes en fin de matinée ou dans l’après-midi, vous assurez à votre organisme un apport journalier suffisant en vitamine D ;
  • la consommation d’aliments riches en vitamine D comme :
    • les poissons gras, tels que le hareng, les sardines, le saumon et le maquereau 
    • certains champignons, tels que girolles, cèpes et morilles ;
    • les produits laitiers enrichis en vitamine D ;
    • le jaune d’œuf ;
    • le chocolat noir ;
    • les céréales de petit déjeuner enrichis en vitamine D ;
    • le beurre et les margarines ;
    • les abats (notamment le foie) 
    • la viande (dans une moindre mesure)
      Pour assurer à son organisme un apport suffisant, il est conseillé d’équilibrer et de varier son alimentation tout au long de l’année et de consommer deux portions de poissons par semaine dont une portion de poisson gras.

Retrouvez la liste des aliments riches en vitamine D sur le site de la table CIQUAL

Le saviez-vous ?En France, les principaux aliments contributeurs aux apports en vitamine D dans la population sont les poissons et les produits laitiers (yaourts, fromage blanc, fromage, lait) qui contribuent respectivement à 19 % et 25 % des apports chez les adultes et à 12 et 40 % des apports en vitamine D chez les enfants de 11 à 17 ans.Pour les enfants de moins de 10 ans, les produits laitiers sont les principaux contributeurs puisqu’ils couvrent 63 % de leur besoin en vitamine D.


Quelle quantité de vitamine D doit-on consommer chaque jour ?

La référence nutritionnelle pour la population (RNP) est de 15 microgrammes par jour pour les adultes. Pour les autres populations, les RNP sont en cours d’évaluation et seront publiés courant 2021.

A noter que la RNP en vitamine D a été définie en ne considérant que l’apport de vitamine D par l’alimentation et non la contribution de l’exposition au soleil. 

Selon les données de l’étude Inca 3, les apports moyens en vitamine D dans la population française par l’alimentation sont de :

  • 5,2 microgrammes/jour pour les enfants de 1 à 3 ans ;
  • 2,6 microgrammes/jour pour les enfants de 4 à 10 ans ;
  • 2,9 microgrammes/jour chez les enfants de 11 à 17 ans ;
  • 3,1 microgrammes/jour chez les adultes de 18-79 ans.
    Ces apports sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes.


Quels sont les risques pour la santé en cas de déficience en vitamine D ?

Les signes cliniques de carence en vitamine D sont :

  • des troubles musculaires : baisse de tonus musculaire, crises de tétanie, convulsions,
  • des troubles osseux : ostéomalacie (chez les adultes), rachitisme (chez les jeunes en croissance) pouvant provoquer des douleurs osseuses et musculaires ainsi que des déformations osseuses. Un apport insuffisant en vitamine D peut également entraîner une diminution de la masse osseuse et donc un risque accru de fracture. Ces risques sont d’autant plus élevés lorsque la pratique d’activité physique est réduite.
    Par ailleurs, plus rarement, une carence en vitamine D peut entraîner de l’anémie.


Y-a-t-il des populations plus sensibles que d’autres à une carence en vitamine D ?

La capacité de l’organisme à absorber ou à synthétiser la vitamine D diminuant avec l’âge, les personnes âgées constituent une population particulièrement vulnérable, chez laquelle un faible apport en vitamine D peut se traduire par de l’ostéoporose.

D’autres populations sont également à risques : les nouveau-nés, les nourrissons, les femmes enceintes, les femmes ménopausées, dont le bouleversement hormonal entraîne une déminéralisation osseuse accroissant ainsi les risques de fracture et les personnes à peau mate ou foncée, pour qui la synthèse de cette vitamine par l’exposition au soleil est moins efficace.

Enfin, certains facteurs, comme les régimes alimentaires spécifiques supprimant la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers ou les pathologies induisant une malabsorption intestinale, peuvent aggraver les risques de carence.


La prise de compléments alimentaires peut-elle prévenir les risques de carences en vitamine D ?

Il est possible d’assurer un statut satisfaisant en vitamine D par l’exposition au soleil, en pratiquant une activité physique à l’air libre par exemple, et l’alimentation, en veillant à ce que les produits riches en vitamine D fassent bien partie de l’alimentation.

Néanmoins, pour certaines populations comme les nouveau-nés, un apport supplémentaire en vitamine D est nécessaire pour assurer un statut satisfaisant. Pour prévenir les risques de surdosage induits, il est recommandé de préférer aux compléments alimentaires la prise de médicaments, qui garantissent une information lisible en termes de doses, de précautions d’emploi, de risque d’effets indésirables et de surdosage. Dans tous les cas, cet apport doit uniquement se faire sur indication diététique ou médicale.


Quels sont les risques pour la santé en cas d’excès d’apport en vitamine D ?

Comme indiqué précédemment, le recours aux compléments alimentaires contenant de la vitamine D peut exposer à des apports trop élevés et provoquer une hypercalcémie, c’est à dire un taux trop élevé de calcium dans le sang, entraînant la calcification de certains tissus, et des conséquences cardiologiques et rénales.

Au-delà de l’hypercalcémie, l’excès d’apport en vitamine D peut causer d’autres troubles tels que des maux de tête, des nausées, des vomissements, une perte de poids ou encore une fatigue intense.

En savoir plus :

Consultez la table CIQUAL

Consultez notre article sur les compléments alimentaires

Avis et rapports en lien avec l’article :

juin 2020 // Avis AVIS de l’Anses relatif aux hépatites aiguës sévères avec menace du pronostic vital associées à la consommation du complément alimentaire Chewable Hair Vitamins

déc 2019 // Avis AVIS révisé de l’Anses relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS - Femmes enceintes et allaitantes

déc 2019 // Avis AVIS révisé de l’Anses relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS - Enfants (4 à 17 ans)

déc 2019 // Avis AVIS révisé de l’Anses relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS - pour les femmes dès la ménopause et les hommes de plus de 65 ans

juin 2019 // Avis AVIS de l’Anses relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS - Jeunes enfants (0-3 ans)

déc 2016 // Rapport AVIS et RAPPORT de l’Anses relatifs à l’Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires

déc 2016 // Rapport AVIS et RAPPORTS de l’Anses relatifs à l’Actualisation des repères du PNNS : élaboration des références nutritionnelles

déc 2016 // Rapport RAPPORT de l’Anses relatif à l’Actualisation des repères du PNNS : étude des relations entre consommation de groupes d’aliments et risque de maladies chroniques non transmissibles

déc 2016 // Rapport AVIS et RAPPORT de l’Anses relatifs à l’Actualisation des repères du PNNS : établissement de recommandations d’apport en sucres

mar 2015 // Avis AVIS de l’Anses relatif à l’évaluation des apports en vitamines et minéraux issus de l’alimentation non enrichie, de l’alimentation enrichie et des compléments alimentaires dans la population française : estimation des apports usuels, des prévalences d’inadéquation et des risques de dépassement des limites de sécurité

Du 01/09/2021 au 03/09/2021 // Conférence L’Anses soutient l’Université Côte d’Azur dans la promotion de l’amélioration de la santé - 1er au 3 septembre 2021

Une approche écosystémique de la promotion de l’activité physique favorable à la santé

Actualités en relation avec l’article

Inactivité physique et sédentarité chez les jeunes : l’Anses alerte les pouvoirs publics Publié le 23/11/2020

L’Anses, 10 ans d’action sur l’amélioration de la qualité nutritionnelle et sanitaire de l’alimentation Publié le 15/10/2020

Confinement : Assurer un apport suffisant en vitamine D grâce à l’alimentation Publié le 17/04/2020

Bougez chez vous : pratiquer une activité physique régulière contribue à améliorer sa santéPublié le 19/03/2020

Suivi de la qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire en France : signature d’une nouvelle convention-cadre de l’Oqali Publié le 11/12/2019

Anses www.anses.fr › ... « L’Anses se consacre à assurer la sécurité sanitaire des aliments pour les humains et les animaux en France : actualités, avis et dossiers ».

Avis de l’Anses sur les produits phytopharmaceutiques : utilisation de la base PhytAtmo - Atmo France

Source : https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-pourquoi-et-comment-assurer-un-apport-suffisant

Retour au sommaire

Le principe de la vaccination est toujours le même : il s’agit de présenter un pathogène (virus, parasite ou bactérie) à notre système immunitaire afin qu’il apprenne à le reconnaître et à fabriquer des anticorps spécifiques qui seront prêts à le neutraliser lorsque nous le rencontrerons dans la vraie vie. Le vaccin va permettre le développement de cellules immunitaires “mémoires”, capables de reconnaître immédiatement l’agent pathogène s’il venait à infecter l’individu par la suite. En réalité ce sont des protéines de surface sur l’agent infectieux qui vont déclencher la réponse immunitaire. Il existe différents types de vaccins.

Les essais cliniques comportent trois étapes. La première, menée sur quelques dizaines de volontaires, permet de s’assurer que le vaccin est sûr et n’entraîne pas d’effets secondaires sévères. On y teste plusieurs doses. La deuxième phase clinique, conduite sur un échantillon plus large (environ 200 personnes), permet de vérifier que les personnes vaccinées produisent bien les anticorps recherchés pour lutter contre la maladie. La troisième phase, menée généralement sur 30.000 à 50.000 personnes teste l’efficacité du vaccin sur le terrain en conditions réelles : est-ce que le vaccin permet de réduire la survenue du COVID-19 dans le groupe vacciné par rapport au groupe placébo ?

Si vous préférez une synthèse en vidéo : voir ici > https://youtu.be/-spBg20oXWU

Quoi dans mon assiette - Actualités scientifiques

Accès à l’article complet sur ce site : https://quoidansmonassiette.fr/vaccins-et-covid-19-syntheses-des-resultats-securite-effets-indesirables-et-efficacite-contre-le-sras-cov-2/

Retour au sommaire

Les mutations du coronavirus sont des modifications du génome viral (de la séquence nucléotidique). Celles-ci apparaissent de façon naturelle avec des erreurs de réplication du génome viral et font parties de l’évolution naturelle du virus. Un variant est une version de SARS-CoV-2 qui contient une ou plusieurs mutations par rapport à la souche originelle. La protéine Spike est la protéine de surface du coronavirus qui permet de se fixer aux cellules humaines par le récepteur ACE2. Des mutations sur cette protéine peuvent engendrer un échappement au système immunitaire ou des propriétés différentes associées à une transmission accrue par exemple.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2021/01/comparaison-des-variants.jpg

Le variant VOC 202012/01

Au Royaume-Uni - Il est également appelé lignée B.1.1.7. Les autorités anglaises ont notifié ce variant le 24 décembre 2020 à l’OMS. Ce variant comporte 23 mutations dont des mutations dans le domaine de liaison de la protéine Spike (protéine de surface du coronavirus). Ce variant est associé à une transmission plus importante (+56% au Royaume-Uni et +36% au Danemark) du COVID-19. Au Royaume-Uni, ce variant était associé à un taux de reproduction de base R0 de 1,25 alors que les autres lignes sont associées à un R0 de 0,85. Le R est le nombre moyen de personnes qu’une personne contagieuse peut infecter. Au 19 Janvier 2021, 60 pays ont rapporté ce variant.

Pour le moment, il n’y a pas d’indication que ce variant soit associé à une sévérité accrue de COVID-19. Des données du Public Health England ont montré que les anticorps de plasma de patients infectés par le SARS-CoV-2 classique neutralisent le nouveau variant. Les études sont en cours pour le vaccin.

Le variant 501.V2 (lignée B.1.351)

Afrique du Sud - Le 18 décembre 2020, l’Afrique du Sud a annoncé avoir détecté ce variant associé à une flambée de cas là-bas. Celui-ci serait +50% transmissible en Afrique du Sud.Il n’y a pas de preuve que ce variant est associé à un changement de sévérité de la maladie. Une étude préliminaire suggère que le variant 501Y.V2 pourrait s’échapper partiellement de la réponse immunitaire acquise. Ce variant est résistant à certains anticorps monoclonaux et à certains mélanges d’anticorps venant de plasma des patients anciennement infectés. Il n’y a pas d’information par rapport au vaccin ni le risque de ré-infection.

Au 19 janvier 2021, 23 pays ont rapporté ce virus.

Variant P.1 (lignée B.1.1.28)

Le Brésil a décrit la présence de cette lignée B.1.1.28, le 5 Mars 2020, chez un étudiant de 22 ans. Le variant P.1 a été notifié par le Japon le 9 Janvier 2021. Ce variant comporte 3 mutations en commun (K417N/T, E484K et N501Y) avec le variant 501Y.V2.

Il n’y a pas de preuve que ce variant est associé à une transmission accrue mis à part que ce variant partage la mutation 501Y avec les 2 précédents variants présentés. Il n’y a pas d’information sur l’impact sur la sévérité du COVID-19, ni par rapport au vaccin ni le risque de ré-infection.

Variant L452R

Aux Etats-Unis, le département Californien de Santé publique (CDPH) et l’Université de Californie ont annoncé le 17 Janvier 2021 avoir détecté un variant qui devient de plus en plus fréquent.

>>> Un petit tip pour la pérennité du blog sur Tipeeeou UTip(pas besoin de compte – cliquer sur l’icône)

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/tipeee-logo.jpg

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/05/image.png

Sources des informations :

Evaluation de l’ECDC : https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/COVID-19-risk-related-to-spread-of-new-SARS-CoV-2-variants-EU-EEA-first-update.pdf

Rapport OMS/PAHO : Epidemiological update:Occurrence of variants of SARS-CoV-2 in the Americas (20 January 2021)

Variant brésilien : https://virological.org/t/genomic-characterisation-of-an-emergent-sars-cov-2-lineage-in-manaus-preliminary-findings/586

Source : https://quoidansmonassiette.fr/variants-de-covid-19-comparaison-transmission-severite-du-covid-19-vaccin/

Retour au sommaire

Mise à jour : je vous propose une énorme synthèse en image à télécharger sous forme d’un powerpoint - Questions/Réponses) s’il ne s’affiche pas, il faut recharger la page ou télécharger le fichier) :

SYNTHESE_covid19_Thibault_FIOLET_Quoidansmonassiette-V5-1Download

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/science-lies.jpg

Des chercheurs écrivaient dans le journal scientifique Science que les fausses informations sur le réseau social Twitter entre 2006 et 2017 sont diffusées vers 1.000 à 100.000 personnes alors que les vraies informations ne toucheraient que 1.000 personnes. Une première étape quand on lit une information est d’identifier l’auteur, le type et la source de l’information.

Distinguer le type d’information

Par rapport à l’épidémie du coronavirus, on peut distinguer quatre grands types d’informations (du plus intéressant au moins intéressant) :

  • ce que l’on sait, la description de faits objectifs : par exemple, le nombre de cas confirmés en laboratoire, le séquençage de l’ARN du virus des personnes infectées, les symptômes des malades, l’historique de précédentes épidémies. Ce type d’information est trouvable sur les sites institutionnels des ministères, des agences nationales (Santé Publique France), européennes (ECDC European Center for Disease and Control) et internationales de santé (OMS). Les recommandations de santé publique proviennent la plupart du temps d’expertises collectives scientifiques, d’un faisceau de preuves.
  • les inférences, ce que l’on extrapole à partir de ce que l’on sait et des hypothèses sur ce que l’on ne sait pas  : typiquement ce sont les modèles épidémiologiques qui essayent de prédire le nombre de cas, le taux de transmission du virus, la vitesse de propagation du virus, l’effet de mesures comme la quarantaine ou des restrictions de vol. Cette information est présente dans les rapports de l’OMS, de certaines équipes de recherche et dans les journaux scientifiques à comité de lecture (peer-review). L’information est souvent relayée de manière vulgarisée voire tronquée ou fausses dans les médias et les réseaux sociaux, c’est pourquoi il est toujours important de chercher la source primaire de l’information : l’auteur !
  • les avis scientifiques d’experts. Dans le cas du coronavirus, on peut considérer comme experts les épidémiologistes des maladies infectieuses, les médecins, les virologues et les évaluateurs du risque dans les agences sanitaires. Les politiciens, les journalistes n’ont souvent pas une réelle expertise scientifique sur les dynamiques des épidémies. Il est bien sûr difficile de définir qu’est-ce qu’un expert. C’est en général quelqu’un qui est reconnu par ses pairs en termes d’expertise scientifique (ici en épidémiologie, en santé publique et en virologie). L’expertise collective a une valeur supérieure à celle d’un avis personnel d’un spécialiste du sujet.
  • les opinions et les avis, les graphiques sans source, les cartes sans auteur/source : ce type d’information est la majeure partie de l’information sur les réseaux sociaux et dans les médias. Très souvent, la source, la méthode de calcul, le niveau d’incertitude ne sont pas donnés ! Ces informations sont également couramment chargées en émotions et peuvent provoquer de l’indignation, de l’incompréhension ou de la passion. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas liker, retweeter ou partager ce type d’informations (comme le disait la Commission Européenne). Cette information n’est pas toujours fausse mais est parcellaire ou tronquée voire déformée ou biaisée.

    https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/pyramide-information-fake-news-coronavirus-V2-intox-1024x587.jpg

Ici j’ai pris en bas à gauche l’exemple d’un compte twitter créé en Janvier 2020 à forte influence (71.000 abonnés) et qui ‘tweet’ des informations sans source et souvent à contenu viral

Où trouver de l’information fiable ?

Je vous propose une liste non exhaustive des sites que je considère fiables :

  • Questions/réponses + sur les symptômes des personnes infectées : ici
  • Sur les indicateurs épidémiologiques de la dynamique de l’épidémie (létalité, transmission…) : ici
  • Comparaison sous forme de graphiques et cartes de l’évolution du nombre de cas et de décès avec d’autres épidémies (SRAS, MERS, Ebola) : ici
  • Mes analyses sur Twitter @T_Fiolet : https://twitter.com/T_Fiolet
    Check liste non exhaustive pour avoir un regard critique

✅ Quelle est la source primaire de l’info ?
✅ Qui est l’auteur ? Quelle légitimité ? Niveau d’expertise ? Conflits d’intérêts ?
✅ Vérifier la date : des images datant de plusieurs années sont souvent recyclées hors contexte
✅ Est-ce que cette information fait appel à votre émotion ? Suscite-t-elle la peur ou la passion par exemple
✅ Est-ce qu’il existe des avis/informations contradictoires ?
✅ Est-ce que l’information est une opinion ou une analyse ou une exposition de faits objectifs ?
✅ Vérifier l’URL/l’adresse, est-ce que c’est un site institutionnel ?

Appel à la prévention par plusieurs membres du Café des Sciences (Dr Nozman, Fred de C’est pas sorcier… ) Je suis à la fin de la vidéo hihi

Une différence de vitesse de l’information dans les médias et la Science

Les informations virales et fausses se répandent souvent très rapidement alors que les expertises collectives, l’analyse des résultats et les études sont longues à mettre en place. Au niveau de la communication scientifique, des fois les consensus en terme de recommandations de santé publique peuvent mettre du temps à arriver (voire ne pas arriver).

Il faut également accepter que la Science n’a pas réponse à toutes les questions et qu’il existe toujours des incertitudes et un doute scientifique mais est-ce que les gens sont prêts à entendre ces incertitudes ? Pas sûr.

Exemple d’informations déformées, d’opinions : comment les décrypter ?

J’ai pu constater l’apparition de nombreux comptes Twitter “d’informations sur le coronavirus” identifiable par leurs dates de création en Janvier 2020 en général.

L’évolution du nombre de personnes infectées

La prédiction du nombre de cas est un chose très compliquée et incertaine en épidémiologie puisqu’elle se base sur des équations mathématiques qui vont modéliser les dynamiques d’une épidémie à partir de paramètres connus (nombre de personnes infectées à un temps t par exemple) et inconnus (taux de transmission d’une personne contagieuse à une personne susceptible par exemple).

Une modélisation est toujours fausse puisque c’est une simplification de la réalité. C’est pourquoi les estimations et les résultats dans les publications scientifiques sont toujours donnés avec des intervalles de confiance. L’évolution d’une épidémie est rarement modélisable par une simple croissance exponentielle (comme une croissance microbienne) puisqu’il faut prendre en compte de multiples paramètres : nombre de contacts, de voyageurs, mesures de restrictions mises en place, voie de transmission etc…

J’ai vu passer sur les réseaux sociaux ce tableau de prédictions du nombre de décès et de cas qui ne contenait pas de source (sur le tweet, l’auteur ne renvoyait que vers le compte 20Minutes mais impossible de retrouver cette information là sur le site de 20Minutes).

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/predictions-internautes-coronavirus.jpg

On peut constater que ces prédictions qui évoquaient 77 649 décès et 3 766 000 cas le 14 février 2020 se sont complètement trompées et ont alimenté les fake news et la peur.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/predictions-internautes-décès-nombre-fausses.jpg

Des chiffres mal interprétés

L’épidémie du coronavirus s’accompagne d’une cacophonie de chiffres et de messages mal interprétés. Voici un exemple sur le site Santé Magazine qui a relayé les paroles d’une épidémiologiste américain Marc Lipsitch qui avait dit que “40-70% de la population mondiale pourrait être infectée par le coronavirus”. Cette information est devenue virale alors qu’il faut prendre du recul dessus.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/sante-magazine-fake-news.jpg

Marc Lipsitch s’est repris et a admis que son estimation concerne les adultes uniquement. Cette fourchette est une estimation large qui vient de la similarité avec les deux pandémies de grippe (influenza) du 20ème siècle. Il faut savoir que non, 70% de la population mondiale n’aura pas de symptômes sévères. C’est également une opinion et non pas le résultat d’un modèle épidémiologique.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/lci-coronavirus-70-infectés-1024x225.jpg

Cartes avec information déformée

Un autre exemple de représentation de l’information passe par des cartes où l’on n’a pas d’échelle/de proportionnalité de la valeur représentée (ici le nombre de cas dans le monde). On peut voir à gauche les cartes des agences scientifiques et à droite les cartes sans auteur où tout est colorié en rouge ou le rond de la Chine prend une taille anormale.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/cartes-déformées-fake-news-1024x633.jpg

Les montages et les intox

La mésinformation peut aller plus loin avec des montages et la création de fausses informations. Ces informations portent souvent sur des remèdes miracles, des pratiques traditionnelles ou ésotériques à titre préventir ou pour se soigner du coronavirus.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/fake-news-coronavirus-1024x336.jpg

Ce type de fausses informations (utilisation de l’urine pour se soigner, la transmission du COVID-19 par les moustiques, les colis chinois, la nourriture chinoise etc…) est tellement allé loin et vite que l’OMS a rédigé une page sur les idées reçues : ici.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/idées-reçues-fakenews-OMS-coronavirus-1024x378.jpg

Que sait-on actuellement de l’épidémie du COVID-19 ?

Les différents rapports et publications semblent converger vers le fait que :

Sources des données : Wu(China CDC 2020), Ministère de la santéen Italie, Ministère de la santé au Japon

Source : rapport de l’OMS-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019

Sources : voir mon article sur le taux de reproduction de base pour les liens vers les études

Le taux d’attaque secondaire (nombre de personnes infectées par 1 personne infectée et importée dans une population) est estimée entre 27 et 44% (Yang Liu 2020).

En Chine, le pic de l’épidémie semble avoir été atteint puisque le nombre de nouveaux cas par jour stagne. C’est de l’ordre de l’observation, pas de la modélisation. “This decline in COVID-19 cases across China is real.” (OMS).

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/pic-épidémie-coronavirus-chine-2-mars-2020-1024x492.jpg

On remarque le net ralentissement de l’incidence du COVID-19 en Chine ces derniers jours (en Mars) - Source : https://hgis.uw.edu/virus/

En France et en Europe, on est plutôt en début d’épidémie avec l’importation de cas puis des transmissions interhumaines dans le pays.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/evolution-de-lépidémie-1024x583.jpgSource : adapté d’un graphique du ministère de la santé japonais

Pour évaluer les risques d’une épidémie, il faut regarder tous ces différences indicateurs épidémiologiques et pas uniquement un seul.

Impact des mesures d’interventions de distanciation sociale

Au 13 Mars 2020, j’ai tracé l’évolution du nombre de cas, du taux de létalité et de guérison dans plusieurs pays (Europe de l’Ouest, Iran, pays asiatiques). Certains pays comme Taiwan, la Chine, Singapour ou la Corée du Sud ont pris des mesures de restrictions de vol des zones à risque, des mesures de mise en quarantaine (voire des amendes si non respect des consignes), cela semble avoir payé puisqu’ils ont réussi à faire infléchir le nombre de nouveaux cas (et donc arriver à un plateau en nombre de cas).

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/evolution-nombre-de-cas-covid19-coronavirus-monde-1024x454.jpgSource des données : Johns Hopkins University Center for Systems Science and Engineering (JHU CSSE)

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/evolution-taux-de-létalité-covid19-coronavirus-monde-1024x526.jpg

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/evolution-taux-de-guérison-covid19-coronavirus-monde-1024x526.jpg

Quelles sont les mesures pour ralentir l’épidémie ?

Au niveau individuel

Les mesures d’hygiène élémentaire sont à mettre en place comme pour toutes épidémie :

  • se laver souvent les mains à l’eau savonneuse et/ou avec une solution hydroalcoolique
  • tousser dans son coude
  • utiliser des mouchoirs à usage unique
  • porter un masque chirurgical si on est malade et si l’on revient d’une zone à risque d’infection de COVID-19 pour ne pas contaminer les autres. Attention le masque chirurgical ne protège pas le porteur du nouveau coronavirus. Les masques FFP2 sont réservés aux professionnels de la santé pour s’occuper des malades confirmés : en acheter réduit le nombre de masques FFP2 disponibles pour les professionnels de santé.
  • Éviter de se toucher le visage, de faire des poignées de main
  • Si on revient d’une zone à risque (Chine, Italie en Lombardie et Vénétie, Hong Kong, Corée du Sud, Singapour, Iran), il ne faut pas venir travailler pendant 14 jours
    Une étude a modélisé le potentiel effet de la fermeture des écoles ou du télétravail sur l’évolution de l’épidémie.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/retardemenent-épidémie-télétravail-covid19-coronavirus-1024x459.jpg

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/retardemenent-épidémie-fermeture-écoles-covid19-coronavirus-1024x452.jpg

Quelles différences entre des masques de protection respiratoire (FPP) et chirurgical ?

Le coronavirus peut potentiellement être transmis par

Les masques font fabriqués en fibres de polyprolylène (matériau hydrophobe). Plusieurs mécanismes de filtration sont impliqués (Source) :

  • La diffusion brownienne : les aérosols sont en suspension dans l’air avec une trajectoire brownienne. Elle peuvent entrer en contact avec le filtre et y adhérer par force de Van der Waals (force d’attraction intermoléculaire) ça filtre surtout les plus petites particules de <0,1μm
  • L’interception directe : quand une particule est proche du filtre à une distance inférieure au rayon de la particule, elle est interceptée par force de Van der Waals. Ce mécanisme capture les particules au diamètre supérieur à 0,1μm
  • Les forces électrostatiques font dévier les aérosols viraux de leur trajectoire et les attire vers la fibre où ils y adhéreront
  • Les grosses gouttelettes (>1μm) peuvent entrer directement en contact avec les fibres du filtre (impaction inertielle)

    https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/mecanisme-de-capture-particules-masques.jpg

Ces masques sont difficiles à être utilisés :

  • par rapport au positionnement du masque sur le visage
  • il ne faut pas toucher le masque/le filtre constamment au risque de contaminer ses doigts. Et un doigt contaminé peut infecter environ 7 surfaces touchées ultérieurement (source : OMS Guidelines)
  • Il ne faut pas tirer un masque facial sous le menton pour discuter ou manger, puis remonter le masque
  • Le masque ne peut pas être porté trop longtemps : est-ce réaliste de faire des stocks de masque pour les personnes en bonne santé ? NON. La durée pendant laquelle un masque facial peut être porté en toute sécurité dépend du nombre de personnes qu’un utilisateur a côtoyé
    Au niveau de l’État pour les cas infectés

Les cas infectés sont isolés et mis en quarantaine. Dans le cas des épidémies de grippe, la mise en quarantaine des personnes infectées a un effet limité avec un niveau de preuve faible de son efficacité (Fong2020).

Au niveau de l’État pour la population générale

Les interventions en population générale (indépendamment du statut malade/non malade) ont pour but de réduire les contacts entre les personnes, ce qui permet de casser les chaînes de transmission. Elles constituent à fermer les écoles, encourager le télétravail, interdire les rassemblements publics.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/nombre-de-contacts-par-lieu-coronavirus-1024x765.jpg

Combien de temps reste le nouveau coronavirus sur des surfaces ?

Une étudea évalué que le SRAS-CoV-2 pourrait rester entre 3h et 48h selon le matériau.

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/03/durée-de-vie-surface-coronavirus-COVID-19.jpg

Un des principaux risques de cette épidémie est de dépasser les capacités d’accueil dans les hôpitaux pour les cas graves.

Un petit tip pour la pérennité du blog sur Tipeeeou UTip(pas besoin de compte – cliquer sur l’icône)

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/02/tipeee-logo.jpg

https://quoidansmonassiette.fr/wp-content/uploads/2020/05/image.png

Pour suivre les autres actualités du blog ou en apprendre plus sur les controverses alimentaires, santé et environnement :

Sources :

https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf

Secondary attack rate and superspreading events for SARS-CoV-2. The Lancet. Letter to the Editor https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30462-1/fulltext ?rss=yes

Traces de Bisphénol A retrouvées dans des urines d’adolescents : difficile d’éviter ce perturbateur endocrinien8 février 2018 https://quoidansmonassiette.fr/trac...

Pourquoi les épidémies de grippe reviennent chaque hiver ?19 janvier 2017 6

Produit naturel (vs substance synthétique) est-il synonyme de bon pour la santé ?11 août 2020 https://quoidansmonassiette.fr/prod...

Source : https://quoidansmonassiette.fr/covid-19-fake-news-mesinformation-coronavirus-ou-trouver-des-informations-fiables/

Retour au sommaire


Actualités - Norvège : ce que l’on sait sur les 33 personnes décédées après avoir été vaccinées par Xavier Demagnyhttps://twitter.com/xavdempublié le 21 janvier 2021 à 6h38 – Document ‘France Inter’

Depuis le début de la campagne vaccinale, 33 décès ont été recensés chez des personnes vaccinées en Norvège. Mais le vaccin n’est pas directement mis en cause : à chaque fois, il s’agit de sujets très âgés, fragiles, présentant un ou plusieurs facteurs de comorbidités. Huit questions sur ces décès examinés de près.

Photo - En Norvège, Svein Andersen, 67 ans, est le premier à avoir reçu le vaccin Pfizer-Biontech contre le coronavirus, le 27 décembre 2020. © AFP / NTB / Fredrik Hagen

Ils sont scrutés de près dans le monde entier : les éventuels effets secondaires du vaccin. Alors que la planète s’est lancée, depuis fin décembre 2020, dans une course à la vaccination, un chiffre inquiète. En Norvège, où presque tous les résidents des maisons de retraite ont reçu la première dose du sérum Pfizer-BioNTech (seul vaccin disponible jusqu’alors dans le pays), 33 cas de décès post-vaccination ont été recensés à la mi-janvier, comme l’a confirmé l’Agence norvégienne du médicament à France Inter mercredi soir. 

Un chiffre qui incite désormais à la prudence : s’il n’est pas possible d’établir un lien direct avec le vaccin, l’Institut norvégien de santé publique recommande désormais une évaluation médicale avant d’administrer la seconde injection

33 décès post-vaccins enregistrés au 17 janvier 2021

’Au 17 janvier, un total de 33 rapports faisant état d’effets indésirables suspects avec une issue mortelle ont été enregistrés’, nous a écrit l’Agence norvégienne du médicament mercredi. ’Des suspicions d’effets indésirables ont été signalés et les rapports décrivent les événements qui se sont produits après vaccination’, précise l’Agence. Mais cela ’ne signifie pas nécessairement qu’il y a un lien causal entre les vaccins et ces faits’, rappelle-t-elle.

Jusqu’à lundi, la presse française, comme anglo-saxonne, avait évoqué 23 cas de décès suspects, se basant sur les derniers communiqués de presse des autorités de santé norvégiennes. Ces dernières donnaient en outre, dans un document datant du 14 janvier, les détails des effets indésirables constatés depuis le début de la campagne de vaccination dans le pays. 

Que sait-on de ces décès en Norvège ?

Parmi les 33 rapports suspects, 13 ont donc d’ores et déjà été examinés de près par les autorités. À chaque fois, il s’agissait de personnes très âgées, de plus de 80 ans au moins. Elles résidaient en maison de retraite, étaient fragiles et présentaient une ou plusieurs pathologies, ’des maladies graves’, a souligné Camilla Stoltenberg, directrice de l’Institut de santé publique, lors d’une conférence de presse lundi. Par ailleurs, aucune information de localisation de ces décès n’est disponible : impossible de savoir s’ils ont eu lieu dans la même ville ou la même région par exemple. 

À ce stade, et même si les informations rapportées sont étudiées de très près, l’Agence norvégienne du médicament ne peut pas établir avec certitude que les effets non désirables du vaccin aient provoqué la mort, mais ne peut pas non plus exclure cette hypothèse

Combien de personnes ont été vaccinées en Norvège ? 

En Norvège, environ 40.000 personnes résident en maison de retraite. Au 19 janvier, 50.477 premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech ont été administrées, d’aprèsl’Institut de santé publique : cela représente à peine 1% de la population totale du pays (environ 5,4 millions de norvégiens). Quant aux 33 décès, ils représentent 0,06% de la population vaccinée avec une première dose. 23 sont intervenus dans les six jours suivant la vaccination.

Comment les autorités sanitaires norvégiennes ont-elles réagi ?

Après le signalement de ces décès, la Norvège a précisé qu’elle recommandait désormais une évaluation médicale avant l’administration du vaccin (ou de la seconde dose) à une personne très fragile ou en fin de vie, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays. 

’On s’attend à ce que des décès surviennent à un moment proche du moment de la vaccination’, souligne l’Agence du médicament, considérant l’état de santé de certaines des personnes jusque-là vaccinées. En Norvège, 400 personnes en moyenne meurent chaque semaine dans des maisons de retraite et des établissements de soins de longue durée, ajoute l’institution.

Que sait-on des effets du vaccin sur les personnes très âgées ?

’Nous ne pouvons pas exclure que les effets indésirables courants, tels que la fièvre et les nausées, puissent contribuer à une évolution plus grave et fatale chez certains patients fragiles, déjà atteints de maladies sévères’, a rappelé Sigurd Hortemo, médecin en chef de l’Agence norvégienne des médicaments, précisant que les essais sur le vaccin Pfizer-BioNTech n’avaient pas inclus de patients souffrant d’une maladie instable ou aiguë et ne comptaient que peu de personnes de plus de 85 ans.

’Ce n’est pas impossible qu’une partie de ceux à qui on propose la vaccination soient si fragiles (...) que ça ne vaille pas la peine de les vacciner car ils peuvent potentiellement voir leur état se dégrader à cause des effets secondaires normaux’, a confirmé lundi la directrice de l’Institut de santé publique. 

Qu’en dit Pfizer-BioNTech ?

Pfizer et BioNTech ont indiqué lundi à l’AFP ’travailler avec l’Agence norvégienne du médicament pour réunir toutes les informations pertinentes’, en rappelant que la campagne de vaccination norvégienne a commencé par les personnes âgées vivant dans des établissements médicalisés. ’La plupart d’entre eux sont très âgés avec des maladies et certains sont en phase terminale’, a souligné Pfizer.

Tous les dossiers sont ’soigneusement analysés’, précise l’Agence norvégienne du médicament, en particuliers ceux ’survenus dans les premiers jours suivant la vaccination’

Qu’en est-il dans les autres pays européens ?

En Europe, au moins 71 décès (dont cinq en France) ont été enregistrés à la suite d’une vaccination contre la Covid-19, d’après une information communiquée par le Ministère français de la Santé. Ce chiffre comptabilise également les décès norvégiens. Contacté, le ministère n’a pour l’heure pas donné plus de détails sur cette comptabilité. Également sollicitée, l’Agence européenne du médicament n’a pas encore donnée suite. 

En Allemagne, au moins 7 cas de décès ont été observés après vaccination, chez des personnes âgées de 79 à 93 ans, d’après les derniers chiffres disponibles de l’institut Paul Ehrlich, agence fédérale du médicament, en date du 14 janvier. À chaque fois, le décès est survenu de quelques heures à 4 jours après la première injection. 

Mais il n’y a pas d’augmentation significative par rapport aux décès d’ordinaire attendus dans la population vaccinée. Il semble s’agir de morts survenues à cause de pathologies déjà présentes et non à cause de l’inoculation du vaccin. Dans le pays, 1.254.760 personnes ont reçu la première dose. 

Au-delà de l’Europe, il faut souligner que plus de 50 millions de doses ont été administrées à travers la planète sans provoquer un nombre important de décès. 

Et en France ?

Depuis le début de la campagne de vaccination, cinq personnes sont mortes en France après avoir reçu le sérum Pfizer-BioNTech, d’après les informations communiquées par le ministère de la Santé et confirmées par le bulletin sur la surveillance des vaccins anti-Covid édité par l’Agence nationale de sécurité des médicaments. Trois de ces décès ont été enregistrés par le centre régional de pharmacovigilance de Nancy, un par celui de Tours, et le dernier par celui de Montpellier. 

’Il s’agissait de personnes âgées résidant en Ehpad ou en résidence vieillesse qui présentaient toutes des maladies chroniques et des traitements lourds. Au regard des éléments dont nous disposons à ce jour, rien ne permet de conclure que les décès rapportés sont liés à la vaccination’, indique l’agence. 

Ces personnes ’ont pu décéder dans les jours qui ont suivi la vaccination, sans pour autant présenter des signes de réactions allergiques après la vaccination’, a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran, en déplacement à Nancy mardi. ’On s’adresse là à des personnes qui, par définition, sont très fragiles, en perte d’autonomie, souvent avec beaucoup de maladies, beaucoup de médicaments et dont les causes du décès peuvent être totalement indépendantes’, a ajouté le ministre.

Au total, 139 remontées d’effets indésirables graves ou inattendus ont été recensés en France depuis le début de la campagne de vaccination par les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), chargés de surveiller et signaler les effets indésirables des médicaments et des produits de santé. ’Chaque décès déclaré chez un patient vacciné est analysé par le CRPV’, précise l’ANSM.

Thèmes associés : Sociétésantécoronavirus (Covid-19)épidémievaccination

Articles liés :

Sciences Un système d’information va permettre le bilan quotidien de la campagne de vaccination

Monde Covid-19 : dans quels pays a-t-on commencé la vaccination ?

Société Consultation, consentement, trousse de secours : voici comment va se passer la vaccination en Ehpad

Les plus lus : Société Covid-19 : 73 experts lancent un appel pour qu’on donne de la vitamine D à la population française

France Inter – Info, Culture, Humour, Musique

https://www.franceinter.fr/img/organization_logo.png

Source : https://www.franceinter.fr/norvege-ce-que-l-on-sait-sur-les-33-personnes-decedees-apres-avoir-ete-vaccinees

Retour au sommaire


Accès aux dernières nouvelles de ce 22/01/2021

Covid-19 en France : le reconfinement ’hypothèse de plus en plus probable’ face aux variants - ’L’hypothèse du confinement est de plus en plus probable’, a indiqué vendredi une source gouvernementale Renforcement des gestes barrières, test négatif ... - Sud Ouest 22/01/2021

Covid : les masques « maison » interdits par un nouveau décret BFMTV -« Désormais, seuls les masques de catégorie 1, chirurgicaux ou FFP2 sont autorisés dans l’espace public… - France Soir 22/01/2021

Covid-19 : fini le masque artisanal, seuls trois types de masques dans l’espace public - Le ministre de la santé, Olivier Véran, a appelé les Français à ne plus ’utiliser de masque artisanal’ jugé insuffisamment filtrants face à l’apparition de nouveaux ... - Sud OuestI 22/01/2021

Covid-19 en France : des tests PCR exigés pour les voyageurs européens - video_youtube FRANCE 24 – 22/01/2021

CARTES. Le couvre-feu avancé permettra-t-il d’éviter un nouveau confinement ? Ce que disent les dernières données - Santé Publique France a publié ce jeudi une première étude sur l’efficacité du couvre-feu avancé dans les différents départements français. Le couvre-feu ... LaDepeche.fr 22/01/2021

Coronavirus (COVID-19) - Santé publique France www.santepubliquefrance.fr › dossiers › coronavirus-c... 22/01/2021 - Chiffres clés, interviews d’experts, questions-réponses, outils de prévention... toutes les informations sur le coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, son évolution ...

LCI EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera ’plus de 600.000’ morts aux États-Unis

CORONAVIRUS - Alors que la situation sanitaire est toujours aussi compliquée au Royaume-Uni, notamment à cause de l’explosion du variant ...

Ouest-France Covid-19. Plus contagieux, le variant britannique serait
aussi plus mortel, selon Boris Johnson
– « Le variant britannique du nouveau coronavirus, plus contagieux, semble en outre être lié à une plus forte mortalité, a déclaré le Premier ministre britannique… »

ladepeche.fr Covid-19 : un cluster incontrôlable à Dieppe, plus de 260 personnes contaminées– « À l’hôpital de Dieppe (Seine-Maritime), plus de 140 professionnels de santé et 123 patients ont été contaminés par le Covid-19 ... »

Franceinfo Covid-19 : le virus refait son apparition en Chine– « Il y a un an, la ville de Wuhan en Chine se confinait, marquant le début de la pandémie de Covid-19. Premier touché, le pays avait également ... »

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour aux Brèves synthétiques en images

Retour au début du dossier


Collecte des informations, traductions, mise en forme et transmission par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 22/01/2021

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Coronavirus Point sur les actualités et partage des interrogations et controverses .7.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -