Accueil > Pour en savoir plus > Coronavirus > "Le COVID-19 peut affecter le cerveau : de nouveaux indices permettent de (...)

"Le COVID-19 peut affecter le cerveau : de nouveaux indices permettent de comprendre comment et des chercheurs passent au crible les symptômes pour comprendre les effets du virus sur le cerveau" par Laura Sanders

Traduction & Compléments par Jacques Hallard

mardi 4 mai 2021, par Sanders Laura


ISIAS Coronavirus Santé Neurosciences

Le COVID-19 peut affecter le cerveau : de nouveaux indices permettent de comprendre comment et des chercheurs passent au crible les symptômes pour comprendre les effets du virus sur le cerveau.

Traduction du 02 mai 2021 par Jacques Hallard d’un article de Laura Sanders en date du 27 avril 2021 publié par ‘sciencenews.org’ sous le titre « COVID-19 can affect the brain. New clues hint at how » ; accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/covid-brain-coronavirus-symptom-stroke-anxiety-depression

scan of human brain

Le COVID-19 peut entraîner des problèmes cérébraux, mais la manière dont le virus exerce ses effets n’est pas encore claire. Roxana Wegner/Moment/Getty Images

Depuis plus d’un an, les scientifiques s’efforcent de comprendre comment le mystérieux nouveau virus responsable de la pandémie de COVID-19 endommage non seulement notre corps, mais aussi notre cerveau.

Au début de la pandémie, certaines personnes infectées ont remarqué un symptôme curieux : la perte de l’odorat. D’autres symptômes liés au cerveau ont ensuite été signalés : maux de tête, confusion, hallucinations et délire. Certaines infections se sont accompagnées de dépression, d’anxiété et de troubles du sommeil.

[Voir notamment Perte d’odorat (covid-19) : un symptôme provisoire ou définitif ? www.qare.fr › Santé › Coronavirus - 20 avril 2021 — L’anosmie ou perte d’odorat est un symptôme assez fréquent de la Covid-19. Tous les patients ne le récupèrent pas à la même vitesse].

Des études récentes suggèrent que les fuites des vaisseaux sanguins et l’inflammation sont, d’une certaine manière, impliquées dans ces symptômes. Mais de nombreuses questions fondamentales restent sans réponse au sujet du virus, qui a infecté plus de 145 millions de personnes dans le monde. Les chercheurs tentent toujours de déterminer combien de personnes souffrent de ces problèmes psychiatriques ou neurologiques, qui est le plus à risque et combien de temps ces symptômes peuvent durer. Et les détails restent flous sur la manière dont le virus responsable de la pandémie, appelé SRAS-CoV-2, exerce ses effets.

’Nous n’avons toujours pas établi ce que fait ce virus dans le cerveau’, déclare Elyse Singer, neurologue à l’Université de Californie, à Los Angeles. Il existe probablement de nombreuses réponses, dit-elle. ’Il va nous falloir des années pour démêler tout cela’.

Obtenir des chiffres

Pour l’instant, certains scientifiques se concentrent sur l’essentiel, notamment sur le nombre de personnes qui présentent ce type de problèmes cérébraux après un traitement COVID-19.

Une étude récente des dossiers médicaux électroniques a donné une réponse alarmante : dans les six mois suivant une infection, une personne sur trois a fait l’objet d’un diagnostic psychiatrique ou neurologique. Ce résultat, publié le 6 avril 2021 dans la vue médicale ‘Lancet Psychiatry’, provient des dossiers médicaux de plus de 236.000 survivants du COVID-19. Les chercheurs ont compté les diagnostics de 14 troubles, allant de maladies mentales comme l’anxiété ou la dépression à des événements neurologiques comme des accidents vasculaires cérébraux ou des hémorragies cérébrales, dans les six mois suivant l’infection par le COVID-19.

’Nous ne nous attendions pas à ce que ce chiffre soit aussi élevé’, a déclaré le coauteur de l’étude, Maxime Taquet, de l’université d’Oxford en Angleterre. Un cas sur trois ’pourrait sembler effrayant’, ajoute-t-il. Mais il n’est pas certain que le virus lui-même provoque directement ces troubles.

La grande majorité de ces diagnostics concernaient la dépression et l’anxiété, ’des troubles qui sont déjà extrêmement courants dans la population générale’, souligne Jonathan Rogers, psychiatre à l’University College de Londres. Qui plus est, la dépression et l’anxiété sont en augmentation chez tout le monde pendant la pandémie, et pas seulement chez les personnes infectées par le virus.

Les troubles de la santé mentale sont ’des choses extrêmement importantes à aborder’, déclare Allison Navis, neurologue à la clinique post-COVID de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York. ’Mais ils sont très différents d’un accident vasculaire cérébral ou d’une démence’, ajoute-t-elle.

Selon Taquet et ses collègues, environ une personne sur 50, atteintes du COVID-19, a eu un accident vasculaire cérébral. Chez les personnes atteintes d’infections graves accompagnées de délire ou d’autres altérations de l’état mental, l’incidence était toutefois beaucoup plus élevée - 1 sur 11 a eu un AVC.

scans of brains with strokes

De graves dommages neurologiques, tels que ces accidents vasculaires cérébraux causés par des vaisseaux sanguins obstrués, apparaissent chez les personnes atteintes de COVID-19.K. Thakur et al/Brain 2021

L’étude de Taquet est assortie de réserves. Il s’agissait d’un examen des codes de diagnostic, souvent saisis par des cliniciens pressés. Ceux-ci ne sont pas toujours fiables. Et l’étude trouve une relation, mais ne peut pas conclure que COVID-19 a causé l’un des diagnostics. Néanmoins, les résultats donnent une idée de la façon dont le COVID-19 affecte le cerveau.

Les vaisseaux sanguins passés au crible

Au début de la pandémie, la perte de l’odorat a suggéré que le virus pourrait être capable d’attaquer directement les cellules nerveuses. Certains chercheurs ont pensé que le SRAS-CoV-2 pourrait peut-être faire une brèche dans le crâne en grimpant le long du nerf olfactif, qui transporte les odeurs du nez directement au cerveau.

Ce scénario effrayant ne semble pas se produire souvent. Selon Avindra Nath, un neurologue qui étudie les infections du système nerveux central à l’Institut national de la santé à Bethesda (état du Maryland aux Etats-Unis), la plupart des études menées jusqu’à présent n’ont pas permis de trouver beaucoup de virus dans le cerveau, voire aucun. Nath et ses collègues s’attendaient à voir des signes du virus dans le cerveau des personnes atteintes du COVID-19, mais ils n’en ont pas trouvé. Je n’arrêtais pas de dire à nos collègues : ’Allons regarder à nouveau’, dit Nath.

Cette absence suggère que le virus affecte le cerveau d’une autre manière, peut-être en impliquant les vaisseaux sanguins. Nath et son équipe ont donc scanné les vaisseaux sanguins des cerveaux post-mortem de personnes infectées par le virus à l’aide d’une machine IRM si puissante qu’elle n’est pas approuvée pour une utilisation clinique sur des personnes vivantes. ’Nous avons pu observer les vaisseaux sanguins comme personne ne pouvait le faire’, explique-t-il.

Selon l’équipe, les dommages sont nombreux, comme l’indique la revue ‘New England Journal of Medicine’ du 4 février 2021. De petits caillots se trouvaient dans les vaisseaux sanguins. Les parois de certains vaisseaux étaient anormalement épaisses et enflammées. Et le sang s’écoulait des vaisseaux vers le tissu cérébral environnant. ’On peut voir les trois phénomènes se produire en même temps’, dit Nath.

Ces résultats suggèrent que les caillots, les parois enflammées et les fuites dans les barrières qui empêchent normalement le sang et d’autres substances nocives d’entrer dans le cerveau, peuvent tous contribuer aux lésions cérébrales liées au COVID.

left : inflamed immune cells around blood vessel. right : cells affected by COVID-19

Les signes de dommages dans le cerveau des personnes atteintes de COVID-19 impliquent une inflammation, notamment ces cellules immunitaires autour d’un vaisseau sanguin (à gauche), et des changements dans les cellules (à droite) qui pourraient avoir été causés par un manque d’oxygène. J. Lou et al/Free - Neuropathology 2021

Mais plusieurs inconnues empêchent de tirer des conclusions définitives sur le lien entre ces vaisseaux sanguins endommagés et les symptômes ou l’évolution de la maladie. On ne dispose pas de beaucoup d’informations cliniques sur les personnes ayant participé à l’étude de Nath. Certaines sont probablement mortes de causes autres que le COVID-19, et personne ne sait comment le virus les aurait affectées si elles n’étaient pas mortes.

Corps et cerveau enflammés

Selon Maura Boldrini, psychiatre à l’université Columbia de New York, l’inflammation du corps peut également causer des problèmes au cerveau. Les signaux inflammatoires libérés après une blessure peuvent modifier la façon dont le cerveau fabrique et utilise les molécules chimiques de signalisation, appelées neurotransmetteurs, qui aident les cellules nerveuses à communiquer. Les molécules de communication clés telles que la sérotonine, la norépinéphrine et la dopamine peuvent être brouillées en cas d’inflammation importante.

[Voir l’introduction d’un article Wikipédia : « les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérés par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d’autres neurones, appelés neurones postsynaptiques, ou, plus rarement, sur d’autres types de cellules (comme les cellules musculaires et les cellules gliales comme les astrocytes). Les neurotransmetteurs sont stockés au niveau de l’élément présynaptique dans des vésicules. Le contenu de ces vésicules est libéré (de 1.000 à 2.000 molécules en moyenne) dans l’espace synaptique au moment de l’arrivée d’un potentiel d’action. Là, les molécules diffusent vers les récepteurs transmembranaires localisés dans la membrane du neurone post-synaptique. Selon la nature du neurotransmetteur, l’élément postsynaptique aura comme réponse un potentiel postsynaptique inhibiteur (Glycine, GABA) ou excitateur (glutamate, acétylcholine), s’opposant à, ou favorisant respectivement la naissance d’un potentiel d’action dans le neurone postsynaptique… » - Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Neurotransmetteur ].

Les messages neuronaux peuvent être interrompus chez les personnes souffrant de lésions cérébrales traumatiques, par exemple ; les chercheurs ont établi un lien entre l’inflammation et la maladie mentale chez les joueurs de football et d’autres personnes ayant reçu des coups à la tête.

Selon Emily Troyer, psychiatre à l’université de Californie à San Diego, des preuves similaires ont été apportées par des personnes souffrant de dépression. Des études ont montré que certaines personnes souffrant de dépression présentent des niveaux élevés d’inflammation. ’Nous ne savons pas vraiment si c’est ce qui se passe dans le cas de COVID’, prévient-elle. ’Nous savons simplement que COVID provoque une inflammation, et l’inflammation a le potentiel de perturber la neurotransmission, en particulier dans le cas de la dépression.’

Parmi les cellules qui libèrent des protéines inflammatoires dans le cerveau figurent les microglies, la version cérébrale du système immunitaire de l’organisme qui combat les maladies. La microglie pourrait également être impliquée dans la réponse du cerveau au COVID-19. Des microglies prêtes à agir ont été trouvées chez environ 43% des 184 patients atteints de la maladie COVID-19, selon Singer et d’autres chercheurs dans une étude publiée le 4 février 2021 dans la revue ‘Free Neuropathology’. Des résultats similaires proviennent d’une série d’autopsies de cerveaux de patients atteints de la maladie COVID-19 ; 34 des 41 cerveaux contenaient des microglies activées, ont rapporté des chercheurs du ‘Columbia University Irving Medical Center’ et du ‘New York Presbyterian Hospital’ le 15 avril 021 dans la revue ‘Brain’.

[Selon Wikipédia, « Microglie - La microglie (microgliocytes ou cellules de Hortega)1 est une population de cellules gliales — des macrophages que l’on retrouve dans le système nerveux central (cerveau, moelle épinière et rétine)2 — et qui en forme la principale défense immunitaire active grâce à ses capacités phagocytaires.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0a/Mikroglej_1.jpg/220px-Mikroglej_1.jpgDes cellules microgliales

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Microglie

Compte tenu de ces résultats, il n’est pas certain que le SRAS-CoV-2 affecte le cerveau des gens différemment des autres virus, dit Mme Navis. Dans sa clinique post-CoVID-19 au Mount Sinai, elle voit des patients souffrant de fatigue, de maux de tête, d’engourdissement et d’étourdissements - des symptômes connus pour suivre d’autres infections virales également. ’J’hésite à dire que ce phénomène est propre à COVID’, dit Mme Navis. ’Nous n’avons tout simplement pas l’habitude de voir autant de personnes souffrir d’une infection spécifique, ni de savoir de quelle infection virale il s’agit’.

Il est impossible de distinguer toutes les façons dont le cerveau peut souffrir de cette pandémie, et comment cela affecte une personne donnée. Selon les enquêtes, la dépression et l’anxiété sont en hausse. Cette hausse pourrait être particulièrement marquée chez les personnes ayant subi des diagnostics, des maladies et un isolement stressants.

clotting protein in postmortem brain from person with COVID-19

Dans le cerveau post-mortem d’une personne atteinte de COVID-19, une protéine de coagulation appelée fibrinogène (rouge) indique que les vaisseaux sanguins sont endommagés et fuient. Avindra Nath

Le simple fait d’être dans une unité de soins intensifs peut entraîner une certaine confusion. Le délire a touché 606 personnes sur 821 – soit 74 % - alors que les patients se trouvaient dans des unités de soins intensifs pour une insuffisance respiratoire ou d’autres urgences graves, selon une étude de 2013. Le syndrome de stress post-traumatique a touché environ un tiers des personnes qui avaient été gravement malades du COVID-19 (SN : 3/12/21).

Des aspects plus spécifiques du traitement sont également importants. Les patients atteints du COVID-19 qui ont passé de longues périodes sur le ventre peuvent avoir des douleurs nerveuses persistantes, non pas parce que le virus a attaqué le nerf, mais parce que la position couchée a comprimé les nerfs. Et les gens pourraient se sentir mentalement flous, non pas à cause du virus lui-même, mais parce qu’une pénurie du médicament anesthésique, le propofol, a fait qu’ils ont reçu un sédatif alternatif qui peut entraîner plus de séquelles, dit Rogers, le psychiatre de l’University College London.

Les questions qui restent en suspens - ce que le virus fait réellement au cerveau, qui en souffrira le plus et pendant combien de temps - sont toujours sans réponse, et ne le seront probablement pas avant longtemps. Les effets variés et dommageables des blocages, l’imprécision avec laquelle les médecins et les patients décrivent les symptômes (comme le terme non médical de ’brouillard cérébral’) et les effets indirects que le virus peut avoir sur le cerveau se rejoignent, créant un puzzle diablement complexe.

Pour l’instant, les médecins s’attachent à trouver des moyens d’aider les malades, même en dépit de ces mystères, et à concevoir des études plus vastes et plus longues pour mieux comprendre les effets du virus sur le cerveau. Ces informations seront essentielles pour aider les gens à aller de l’avant. ’Malheureusement, ce n’est pas près de se terminer’, déclare M. Troyer.

Citations

M. Taquet et al. 6-month neurological and psychiatric outcomes in 236,379 survivors of COVID-19 : A retrospective cohort study using electronic health records. The Lancet Psychiatry. Vol. 8, 2021, p. 416. doi : 10.1016/S2215-0366(21)00084-5.

M.-H. Lee et al. Microvascular Injury in the Brains of Patients with Covid-19. New England Journal of Medicine. February 4, 2021, p. 481. doi : 10.1056/NEJMc2033369.

M. Boldrini, P. D. Canoll and R. S. Klein. How COVID-19 affects the brain. JAMA Psychiatry. March 26, 2021. 10.1001/jamapsychiatry.2021.0500.

J. J. Lou et al. Neuropathology of COVID-19 (neuro-COVID) : clinicopathological update. Free Neuropathology. January 18, 2021. doi : 10.17879/freeneuropathology-2021-2993.

K. T. Thakur et al. COVID-19 neuropathology at Columbia University Irving Medical Center/New York Presbyterian Hospital. Brain. April 15, 2021. doi : 10.1093/brain/awab148.

P.P. Pandharipande et al. Long-term cognitive impairment after critical illness. New England Journal of Medicine. Vol. 369, October 3, 2013, p. 1306. doi : 10.1056/NEJMoa1301372.

About Laura Sanders E-mailTwitter(photo) - Laura Sanders is the neuroscience writer. She holds a Ph.D. in molecular biology from the University of Southern California.

Laura Sanders est l’auteure pour des contributions sur les neurosciences. Elle est titulaire d’un doctorat en biologie moléculaire de l’Université de Californie du Sud.

Articles apparentés :

Health & MedicineStrokes and mental state changes hint at how COVID-19 harms the brainBy Laura Sanders June 25, 2020

NeuroscienceThe way the coronavirus messes with smell hints at how it affects the brainBy Laura Sanders June 12, 2020

Special Report : Fighting the VirusBy Science News Staff June 1, 2020

Plus d’articles de Science News (on Health & Medicine)

Health & MedicineFDA and CDC OK resuming J&J COVID-19 shots paused over rare clot concerns- By Tina Hesman Saey April 23, 2021

Voir toute notre couverture de l’épidémie de coronavirus. >>> See all our coverage of the coronavirus outbreak

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour par courrier électronique sur les dernières nouvelles et recherches concernant les coronavirus.>>> Sign up for e-mail updates on the latest coronavirus news and research

https://www.sciencenews.org/wp-content/uploads/2019/08/sn-fallback.png

Source : https://www.sciencenews.org/article/covid-brain-coronavirus-symptom-stroke-anxiety-depression

Retour au début du document traduit


Traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 02/05/2021

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Coronavirus Santé Neurosciences COVID 19 can affect the brain French version.2

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -