"Les manipulations mentales ou psychologiques, causées par des relations interpersonnelles toxiques : comment reconnaître les individus pervers narcissiques tentant d’influencer nos opinions, nos attitudes, et d’agir sur notre comportement par une communication persuasive et sans intégrité. " par Jacques Hallard


ISIAS Psychologie sociale
Santé mentale Manipulations psychologiques

Les manipulations mentales ou psychologiques, causées par des relations interpersonnelles toxiques : comment reconnaître les individus pervers narcissiques tentant d’influencer nos opinions, nos attitudes, et d’agir sur notre comportement par une communication persuasive et sans intégrité.

Annexe : quelques articles qui traitent de la santé mentale en France

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 17/05/2021

Plan du document : Préambule {{}}Introduction Sommaire {{}}Auteur

Épinglé sur philosophie

Mentalement troublé - Enregistré par Blagues & Dessins




Préambule

Dans cette rubrique préliminaire, sont introduites les notions de psychologie sociale pour entrer dans le vif du sujet, de la santé mentale en France (quelques documents spécifiques et détaillés sont aussi indiqués dans une annexein fine), d’empreinte en psychologie et de soumission librement consentie, pour mieux comprendre les manipulations psychologiques dans les relations sociales et interpersonnelles.

On peut soit lire la suite, soit passer directement à l’introduction, et/ou au sommaire de ce dossier.

Alors que les manipulations psychologiques au niveau des individus, font précisément l’objet principal de ce dossier, quelques documents se référant au niveau collectif et dans les populations, sont indiqués à la suite : la théorie du complet et le complotisme qui se développe tout comme un virus très contagieux, en particulier à travers les réseaux sociaux. Voir « Exclure des réseaux sociaux des profils complotistes, ça marche ? » par Tristan Mendès France vendredi 12 mars 2021 sur France Inter. « Aujourd’hui, on se penche sur la question de l’efficacité de l’exclusion de profils complotistes des grandes plateformes sociales comme Twitter, Facebook ou Youtube. C’est une vraie question, avec des arguments pour et des arguments contre. Pour ce qui est des arguments contre l’exclusion, on peut déjà dire que suspendre des individus des médias sociaux, ça ne les fait pas changer d’avis. Ça peut même les conforter dans leur opinion. D’autant qu’une personne exclue va probablement aller sur des plateformes alternatives encore plus radicales, où elle va se retrouver dans un environnement où elle sera d’ailleurs peu exposée à des arguments contradictoires. A quoi s’ajoute le fait que cette personne va amener avec elle une partie de ses abonnés vers des plateformes encore plus toxiques. Enfin, la migration vers des plateformes plus marginales rend plus difficile la surveillance et le suivi, notamment par les forces de l’ordre. Mais il y a quand même des bénéfices à exclure certains profils complotistes… »

Devant la gravité des dommages, notamment en temps de pandémie de COVID-19 pour ce qui concerne la reconnaissance objective des coronavirus et le recours nécessaire aux vaccins et à la vaccination de masse dans les populations humaines, il est peut-être utile d’indiquer le mécanisme du complotisme et surtout des conseils pour contredire le complotisme – reposant sur l’idée que tout est caché au citoyen par une minorité agissant dans un but de domination suprême – et pour faire face à de telles manœuvres très préjudiciables aux politiques publiques de sécurité sanitaire et de santé mentale (Exemple du Québec au Canada : Maintenir une bonne santé mentale).

La Psychologie sociale d’après Wikipédia

La psychologie sociale est la branche de la psychologie expérimentale qui étudie de façon empirique comment « les pensées, les émotions et les comportements des individus sont influencés par la présence réelle, imaginaire ou implicite d’autres personnes »1. Dans cette définition, proposée initialement en 1954 par Gordon Allport2, les termes « présence imaginaire ou implicite » indiquent que l’influence sociale indirecte est possible, même en l’absence physique d’autres individus, par l’intermédiaire de normes sociales perçues ou intériorisées. La psychologie sociale procède selon la méthode scientifique, notamment par l’intermédiaire de mesures quantitatives (par exemple : mesures du comportement observé en laboratoire lorsque des individus sont placés dans des situations expérimentales, mesures par questionnaires, mesures physiologiques, imagerie cérébrale), ou qualitatives (par exemple : observations de terrain dans des situations naturelles, entretiens semi-directifs, focus groups).

Les psychologues sociaux étudient les processus mentaux impliqués dans les comportements humains liés aux interactions sociales. Ces recherches concernent un grand nombre de situations et de variables (indépendantes et dépendantes) dont les liens sont souvent représentés sous forme de modèle théorique.

La psychologie sociale est parfois considérée comme un domaine interdisciplinaire situé à l’intersection de la psychologie et la sociologie. Edward Jones conclut toutefois à la catégorisation de la psychologie sociale comme une sous discipline de la psychologie en comparant le volume de production scientifique dans le domaine attribué à des psychologues à celui attribué aux sociologues3.

En France, les diplômes de master et de doctorat en psychologie sociale sont délivrés dans le cadre d’un cursus en psychologie. Néanmoins, les contributions à la psychologie sociale des chercheurs en sociologie sont importantes et ont parfois conduit à distinguer la psychologie sociale « sociologique » de la psychologie sociale « psychologique »4.

L’approche sociologique met davantage l’accent sur les variables macroscopiques (telles que la structure sociale) alors que l’approche psychologique se focalise plutôt sur les variables individuelles (telles que les dispositions internes). Les deux approches sont complémentaires et s’enrichissent mutuellement5. D’autres proximités disciplinaires existent, notamment avec l’économie comportementale6 dans le domaine de la prise de décision ou encore avec les sciences cognitives dans le domaine de la cognition sociale7.

La psychologie sociale s’est historiquement développée avec des orientations différentes aux États-Unis et en Europe5. De façon générale, les chercheurs américains se sont davantage penchés sur les phénomènes ayant trait à l’individu, alors que les Européens ont accordé plus d’attention aux phénomènes de groupe (tels que la dynamique de groupe ou la psychologie des foules)8.

La production scientifique en psychologie sociale est très majoritairement américaine, notamment en raison d’un développement plus précoce dans ce pays, la plupart des revues scientifiques de référence et des théories ayant eu une influence majeure dans le domaine sont américaines9. Elle se trouve à la base d’un grand nombre d’applications (psychologie sociale appliquée, psychosociologie) de techniques et de pratiques professionnelles10 : gestion de groupes et d’équipes, sondages, groupes de formation et de créativité, brainstorming, publicité… » - Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychologie_sociale

La Santé mentale prise en compte par l’OMS (l’Organisation mondiale de la Santé)

La santé mentale fait l’objet d’un large éventail d’activités qui relèvent directement ou indirectement du ’bien-être’, tel qu’il figure dans la définition de la santé établie par l’OMS comme étant ’un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité’. La santé mentale englobe la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles.

Focus - Plan d’action pour la santé mentale 2013-2020 - Ce plan d’action global reconnaît le rôle essentiel de la santé mentale dans la réalisation de l’objectif de la santé pour tous. Il repose sur une approche portant sur toute la durée de la vie.

https://www.who.int/topics/mental_health/fr/

IRD labellisé centre collaborateur OMS - HS3PE Crises

Approche classique de l’Empreinte en psychologie - Lire le média (vidéo) - Jeunes canards colverts suivant leur mère.

Une empreinte (ou imprégnation) est en éthologie et en psychologie la mise en place quasi définitive d’un lien entre un déclencheur extérieur et un comportement instinctif. Ce phénomène a été décrit par l’éthologue Konrad Lorenz dans les années 1930 par une suite d’expérimentations sur des oies, les oies de Lorenz. Ces observations ont généré de nombreuses études sur l’empreinte et la notion associée de période critique

L’article complet est à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Empreinte_(psychologie)

Selon Wikipédia, « Une période critique ou période sensible est un moment pendant lequel un événement ou une stimulation aura plus d’impact sur un organisme animal qu’à un autre moment de son développement. La notion d’une période critique est développée dans les années 1970 et concerne un comportement très spécifique ; elle a une durée bien délimitée, dont le début et le terme sont prédictibles ; elle constitue un créneau de développement au-delà duquel le comportement en question n’est plus acquis. La notion de période sensible lui est préférée par la suite, car elle indique que les organismes sont plus sensibles, ou plus réceptifs aux apprentissages très spécifiques pendant une période particulière de leur développement, mais que ces apprentissages restent possibles (bien que plus difficiles) par la suite. Les expériences, mettant en évidence la notion d’une période critique ou sensible, ont été effectuées sur de nombreuses espèces animales (oiseaux, mammifères, humains) et sur des systèmes sensoriels différents (vision, ouïe) ou des fonctions cognitives différentes (en particulier le langage). La période critique ou sensible peut s’expliquer par la plus ou moins grande plasticité neuronale de l’organisme à un moment donné dans son développement…. L’article complet est à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9riode_critique

L’Empreinte (psychologie) vue par ‘psychaanalyse.com’

Une empreinte (ou imprégnation) est en éthologie et en psychologie la mise en place définitive, d’un lien entre un déclencheur extérieur et un comportement instinctif. Cette mise en place n’étant pas commandée par un déterminisme biologique très spécifique (commun un lien de parenté, une odeur), mais au contraire par des circonstances. Cette forme d’apprentissage s’oppose au dogme central du béhaviorisme classique selon lequel il ne peut exister d’apprentissage sans conditionnement stimulus-­‐réponse. Le chercheur Konrad Lorenz critiqua ardemment ce dogme. Par définition, l’empreinte est la capacité d’acquisition rapide de façon permanente par un juvénile des caractéristiques d’une forme spécifique qui orientera les conduites ultérieures (lien affectif, choix du partenaire sexuel...). Ce comportement a été décrit par l’éthologue, Konrad Lorenz dans les années trente par une suite d’expérimentations, notamment avec ses célèbres oies de Lorenz….

L’article complet est à lire sur ce site : https://psychaanalyse.com/pdf/KONRAD%20LORENZ%20EMPREINTE%20PSYCHOLOGIE%20WIKIPEDIA%201%20Page%2053%20Ko.pdf

La soumission librement consentie d’après Wikipédia

La soumission librement consentie est la traduction de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (1987) d’un concept de psychologie sociale (Compliance without pressure) introduit par Jonathan L. Freedman et Scott C. Fraser en 1966 pour décrire la conséquence d’un procédé de persuasion qui conduit à donner l’impression aux individus concernés qu’ils sont les auteurs de certaines décisions. De cette manière, une personne pourrait ainsi modifier son comportement, ses objectifs et ses choix avec le sentiment d’être responsable de ces modifications.

Description

Cette « responsabilisation » a pour objectif de conduire une personne à prendre plus rapidement et plus facilement une décision qui peut ou non lui être bénéfique mais qui est surtout favorable à celui qui use de cette méthode. Ce procédé s’apparente à une manipulation mentale, d’autant plus qu’elle fait usage de pression pour arriver à ses fins.

Il existe des méthodes agressives de vente directe, par exemple, qui utilisent l’affirmation répétée à l’acheteur potentiel qu’il est libre de prendre la décision d’un achat ou de le rejeter, de changer d’avis, tout en l’amenant par un effet d’entonnoir à approuver cet achat par une succession de questions/réponses préparéesnote 1. Le désir de l’acheteur potentiel de donner une cohérence à ses propres réponses peut le contraindre à faire un achat dont il n’avait ni l’envie, ni le besoin. Néanmoins, ce procédé peut également être utilisé dans une approche de vente bienveillante. L’étude de ce procédé entre dans le cadre plus large de la psychologie de l’engagement.

Article complet avec notes, références et bibliographie sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Soumission_librement_consentie

Retour au début du sommaire

Vidéo - Pourquoi nos cerveaux sont-ils enclins au complotisme  ? Publié le 22/01/2021 - 17:59 - Illustration - Capture d’écran issue de la vidéo de Radio-Canada, “Le cerveau humain : un terreau fertile pour la pensée conspirationniste”. Radio-Canada

Alors que la pandémie de Covid-19 fait naître de nombreuses théories du complot, Radio-Canada s’interroge sur le cerveau humain, “terreau fertile pour la pensée conspirationniste” en raison notamment de réflexes datant de la préhistoire.

Entre la théorie américaine QAnon, selon laquelle les élites politiques feraient partie d’un réseau pédophile et sataniste, et toute la désinformation qui circule ces derniers mois sur le Covid-19, le complotisme semble actuellement en vogue dans nos sociétés. Mais alors, “pourquoi notre cerveau voit des complots partout  ?” C’est la question que poseRadio-Canada dans son émission “Décrypteurs”, se penchant sur les ressorts du conspirationnisme.

La journaliste Bouchra Ouatik explique que le cerveau humain “s’est développé comme ça depuis la préhistoire”. “Il y a des centaines de milliers d’années, Homo sapiens vivait dans un monde où les complots étaient monnaie courante”, peut-on lire dans l’article accompagnant la vidéo de Radio-Canada. À cette période, le risque d’être tué par des tribus hostiles était “beaucoup plus élevé qu’il ne l’est de nos jours, dans la société moderne”, rappelle le psychologue Jan-Willem van Prooijen, chercheur à l’Université libre d’Amsterdam, cité par le média canadien.

Ceux d’entre nos ancêtres qui savaient détecter les complots avant qu’ils ne se manifestent avaient un avantage sur les autres. C’est donc un trait qui a été favorisé dans l’évolution...” - Science & Techno - Courrier international - Paris

L’article complet est à lire sur ce site : https://www.courrierinternational.com/article/video-pourquoi-nos-cerveaux-sont-ils-enclins-au-complotisme

https://www.courrierinternational.c...

Les théories du complot et le Covid-19 se propagent de la même façon Par Marion de Vevey le 22.01.2021 à 12h54 - Abonnés ‘sciencesetavenir.fr’

La circulation d’idées fausses sur le Covid-19 se fait de la même façon que la circulation du virus lui-même. Cette étude montre en effet que des techniques de modélisation épidémiologiques peuvent expliquer à la fois la dispersion de théories du complot et celle des virus. Fausses informations et complots fleurissent. On peut même dire qu’ils n’ont fait que croître et prospérer depuis l’apparition du coronavirus. Mais comment se dispersent-ils ? Comment se fait-il que des milliers de personnes pensent que l’exposition au Soleil évite la dispersion du Covid-19, que boire du vin augmente son immunité ou encore qu’ajouter du piment dans sa soupe guérit du Covid-19 ? Des chercheurs de l’Université de Boston (Etats-Unis) ont étudié la dispersion de ces rumeurs dans huit pays différents et ont constaté que celle-ci se fait de la même façon que la dispersion d’un virus. Une étude publiée dans lehttps://www.jmir.org/2020/12/e24425/Journal of Medical Internet Research.

Les recherches Google passées à la loupe

Pour en venir à cette conclusion, les scientifiques ont lu les idées reçues traitées par l’Organisation Mondiale de la Santé relatives au Covid-19 et se sont focalisés sur les cinq idées suivantes : boire du vin augmenterait l’immunité au Covid-19 ; l’exposition à la lumière du Soleil diminuerait sa dispersion ; des remèdes maison existeraient pour guérir du Covid-19 ; les antennes 5G seraient la cause du Covid-19 ; et finalement, l’hydroxychloroquine guérirait du Covid-19. Ils ont ensuite rentré leurs mots-clés respectifs accompagnés du mot ’Covid’ dans les tendances de recherche Google. Ils ont regardé leurs tendances dans huit pays anglophones du monde entier entre décembre 2019 et octobre 2020. Voir aussi :

COVID-19 Coronavirus Fake news

Hold-up et Covid-19 : 7 fausses informations sur l’hydroxychloroquine dans le documentaire complotiste

Les internautes à l’épreuve des fake news en ligne

Coronavirus en France : attention aux rumeurs et fake news

L’article complet est à lire sur ce site : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-theories-du-complot-et-le-covid-19-se-propagent-de-la-meme-facon_151139

https://www.sciencesetavenir.fr/img...

Coronavirus : le complotisme, un virus très contagieux  ? Sébastien Duha - information.tv5monde.com

Certains en sont persuadés. La pandémie de coronavirus n’est qu’un vaste complot. En Allemagne, il y a huit jours, des manifestants antimasques ont tenté de pénétrer dans le Bundestag. Des antimasques ou encore des antivaccins crient au complot. Vidéo durée : 1 min 24 - 07 septembre 2020.

L’article complet est à lire sur ce site : https://information.tv5monde.com/video/coronavirus-le-complotisme-un-virus-tres-contagieux

Fichier:TV5 Monde.svg — Wikipédia

Introduction à la Théorie du complot d’après Wikkipédia

Théorie du complot (de même que les néologismes complotisme et conspirationnisme) est une expression d’origine anglaise, définie pour la première fois en 1945 par Karl Popper, qui dénonce comme abusive une hypothèse (en anglais theory) selon laquelle un événement politique a été causé par l’action concertée et secrète d’un groupe de personnes qui avaient intérêt à ce qu’il se produise, plutôt que par le déterminisme historique ou le hasard. Pour Peter Knight, de l’université de Manchester, cette théorie met en scène « un petit groupe de gens puissants [qui] se coordonne en secret pour planifier et entreprendre une action illégale et néfaste affectant le cours des événements »1, afin d’obtenir ou de conserver une forme de pouvoir (politique, économique ou religieux). La théorie du complot attribue une cause unique à des faits avérés. Elle se différencie en cela de la démarche historique, qui induit une multi-causalité…

L’article complet est à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_complot

Fichier:Wikipedia-logo-fr-big.png — Wikipédia

Quelques conseils pour contredire le complotisme par France Inter publié le 26 janvier 2021 à 14h00 – Document ‘franceinter.fr’

Comment dialoguer avec une personne qui admet des raisonnements complotistes ? Alors que le dialogue peut s’avérer difficile, voici quelques conseils clés : laisser filer, rester bienveillant, réintroduire du hasard, du doute, de la contradiction, pousser son interlocuteur dans ses contradictions rhétoriques…

Quelques conseils pour contredire le complotisme - Au micro de ’Grand Bien Vous Fasse’, le sociologue Gérald Bronner, la psychothérapeute Hélène Romano et le psychosociologue Sylvain Delouvée ont donné quelques conseils pour gérer une éventuelle conversation avec des personnes admettant des théories complotistes. 

Le complotisme, quels enjeux ?

Les trois spécialistes ont expliqué quels sont les ressorts du complotisme. S’il a toujours existé, celui-ci dispose aujourd’hui davantage de moyens pour se manifester et se diffuser, via les réseaux sociaux. Ces derniers impliquent ce que Gérald Bronner appelle ’un marché cognitif’. Car les théories du complot profitent de la plus grande accessibilité à l’information, grâce aux réseaux, pour exister, misant sur le respect de la démocratie et la libre subjectivité des individus. 

Mais des effets pervers renforcent le droit d’exprimer des raisonnements les plus absurdes. C’est ce que Sylvain Delouvée appelle ’la théorisation naïve du monde’, reposant sur des modes d’argumentation qui vont dans le sens de l’intuition, de raisonnements tentants, induits par le fruit de la crédulité. Un phénomène qui serait bien plus fréquent en période d’instabilité, d’insécurité économique, sociale et politique. Les gens recherchant plus de reconnaissance et de moyens pour se prévaloir. 

Sylvain Louvet prévient : les conséquences peuvent être très importantes en matière de débat public car le complotisme et ses formes de croyances ont, aujourd’hui, un réel impact sur notre démocratie, sur notre manière de vivre ensemble en général…

Voici les 5 conseils que nous donnent les trois spécialistes > à découvrir sur ce site : https://www.franceinter.fr/culture/quelques-conseils-pour-contredire-le-complotisme

France Inter, 1re radio en Ile-de-France.

Les Mécaniques du complotisme Par Roman Bornstein, Alain Lewkowicz, Victor Macé de Lépinay, Romain Weber – Document ‘franceculture.fr’

Présenté comme le compte rendu d’une réunion secrète des chefs de la communauté juive, le livre ’Les Protocoles des Sages de Sion’ annonce un plan détaillé pour mettre le monde sous leur domination. Rapidement exposé comme un faux, il va néanmoins circuler dans le monde entier. C’est la nouvelle saison de notre série sur les mécanismes de construction et de propagation de complots imaginaires manipulés par les pouvoirs ou agités dans l’ombre. Ou comment une théorie complotiste peut devenir un phénomène culturel… Voir un podcast de Roman Bornstein, Alain Lewkowicz, Victor Macé de Lépinay, David Servenay et Romain Weber. Réalisation Thomas Dutter, Guillaume Baldy et Alexandre Manzanarès.- Coordination : Baptiste Muckensturm…

L’article complet est à lire sur ce site : https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme

France Culture — Wikipédia

Réagir face au complotisme avec le document ‘reseau-canope.fr’

Cet espace propose des ressources afin de comprendre et d’expliquer les mécanismes qui sous-tendent les théories du complot. Ces théories reposent sur l’idée que tout est caché au citoyen par une minorité dans un but de domination. La réflexion autour de la lutte contre le complotisme peut être abordée sous différents angles : historique, sociologique ou culturel.

Le complotisme > une douzaine de références à découvrir pour aider à faire face >

https://www.reseau-canope.fr/les-valeurs-de-la-republique/reagir-face-au-complotisme.html

Fichier:Canopé (réseau).svg — Wikipédia

Voir aussi : Les valeurs de la République

Fichier:Ministère-Éducation-Nationale-Jeunesse-Sports.svg

Retour au début du préambule

Retour au début du dossier


Introduction

Ce dossier est constitué dans un but didactique et propose de traiter des manipulations psychologiques individuelles ou manipulations mentales, en particulier à travers les relations sociales et interpersonnelles. Voir par exemple Conclusion - Psychologies sociales et relations interpersonnelles par Gabriel Moser. Dans Les relations interpersonnelles (1994).

Comme entrée en matière, il est tout d’abord fait appel dans ce dossier à Audrey et à sa chaine ’La Psy Qui Parle’, d’une part, et à Christèle Albaret, communicante en thérapie digitale à travers ’La Clinique E-Santé’, d’autre part.

Puis ont été sélectionnées les contributions de Robert-Vincent Joule, professeur à l’université d’Aix-Marseille, dirigeant le Laboratoire de Psychologie Sociale de l’Université de Provence et qui a consacré l’essentiel de ses activités de recherche à la question du changement des comportements humains, et à Jean-Léon Beauvois (1943-202) psychologue et universitaire français, ainsi qu’à Nathan Weber journaliste Web et rédacteur en chef adjoint chez ‘demotivateur.fr’, et à Mourad Krim journaliste et reporter IT (pour Information Technology, en français Technologie de l’information, qui désigne le domaine professionnel du traitement de l’information et des systèmes informatiques).

Ensuite, les principales techniques de manipulation sont présentées dans un article révisé par le ‘Comité Psychologue.net’ et deux ouvrages ont été choisis sur « L’art d’influencer avec intégrité ; la force de la douceur », avec un rappel concernant la Programmation neurolinguistique (PNL), « une technique de communication et de thérapie brève, qui vise à apprendre à se mieux connaître soi-même, à développer des comportements de réussite, en vue d’un changement souhaité ou rendu nécessaire, en apprenant à mobiliser toutes nos ressources et à utiliser nos sens pour y parvenir ». On peut consulter également : Définition PNL : sources et finalités - Institut Repère.

A la suite, sont citées deux émissions présentées par Marie-Charlotte Laudier avec son invité Christophe Carré, conférencier et auteur de ’La manipulation au quotidien’, sur RCF (RCF, radio chrétienne francophine, actualité, spiritualité, culture, direct, podcast),d’une part,et un travail maçonnique présenté par Matéo Simoita (nom d’auteur du Dr. Alain Bréant, - médecin généraliste spécialisé en homéopathie et en acupuncture)-, membre d’une loge maçonnique du GODF (Grand Orient de France - Liberté - Egalité –Fraternité)diffusé par ‘idealmaconnique.com’ sous le titre « Être sous influence ! Un risque pour tous ! », d’autre part.

Ce sujet des manipulations psychologiques et mentales fait l’objet d’une grande attention en de nombreux endroits, en particulier sous l’égide de l’UNESCO, par exemple lors de conférences internationales, dont celle donnée en 2017 par Mme Helen Abadzi, ancienne experte de la Banque mondiale et professeure à l’Université du Texas à Arlington sur les perspectives des recherches en cours en psychologie appliquée.

Pour terminer ce dossier, plusieurs exemples et des références de manipulations psychologiques et mentales, dans différentes situations sociales, ont été proposées en 2020 par l’UNADFI (Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de Sectes) sous l’intitulé « Atteintes à la personne - Emprise mentale, soumission et vulnérabilité ».

Une vingtaine d’entrées ont été sélectionnées pour ce dossier et elles figurent avec leurs accès dans le sommaire ci-dessous.

Une annexe rajoutée in fine donne quelques articles qui traitent plus généralement de la santé mentale en France.

Retour au début de l’introduction

Retour au début du préambule

Retour au début du dossier


Sommaire

Retour au début de l’introduction

Retour au début du préambule

Retour au début du dossier


  • La manipulation mentale - Entrée en matière avec Audrey et présentation de la chaine ’La Psy Qui Parle’

Présentation de la chaine ’La Psy Qui Parle’ Vidéo 0:56 - 05 oct. 2019 - La Psy Qui Parle

’La Psy Qui Parle’, la chaine de vulgarisation en psychologie scientifique ! C’est une chaine de psychologie sur laquelle je ‘débunke’ [démystifie] les idées reçues de façon accessible et humoristique. Si tu as envie d’en savoir plus sur la psychologie, abonne-toi ! Pour découvrir ma nouvelle petite BD sur la psycho et les coulisses des vidéos, rejoignez-moi sur 📸INSTAGRAM ! ;) 👉https://www.instagram.com/lapsyquiparle

Source : https://www.youtube.com/watch?v=ZsKhL55RRMs

Manipulation mentale : 3 techniques utilisées par les gourous 08 mars 2020 - La Psy Qui Parle

Comment les gourous manipulent l’esprit des gens ? En regardant cette vidéo vous connaitrez les 3 mécanismes de base qui se cachent derrière toute forme de MANIPULATION MENTALE. Bien qu’ils puissent prendre plusieurs aspects, ils ont toujours recours aux mêmes méthodes : je vous donne un petit moyen mnémotechnique pour mieux vous en souvenir. ⚠️Qu’il s’agisse de techniques d’embrigadement ou de violences conjugales (ou familiales), ce sont les mêmes mécanismes qui sont utilisés. 📸 Pour découvrir ma nouvelle mini BD sur la psycho et les coulisses des vidéos, rejoins-moi sur INSTAGRAM ! 👉https://www.instagram.com/lapsyquiparle/ - INFORMATIONS UTILES ✅Les groupes sectaires : Si vous ou un de vos proches est concerné, vous pouvez consulter ces sites :

• Site de la ’MIVILUDES’ (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires) : https://www.derives-sectes.gouv.fr/

• Site de l’association ’Centre Contre les Manipulations mentales’ : https://www.ccmm.asso.fr/

• Site de l’association ’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu’ : https://www.unadfi.org/.

✅Violences conjugales :

• Si vous en êtes victime 👉appelez le ☎️3919 (service d’écoute, d’information et d’aide) • Pour plus d’information : https://stop-violences-femmes.gouv.fr...

Sources : 📁Rapport de la Miviludes : https://www.derives-sectes.gouv.fr/pu... 📄Monroy, M., & Catonné, J. P. (1997). Sectes : la déstabilisation psychologique et sa prévention. Entretien de Michel Monroy avec Jean-Philippe Catonné. Raison présente, 124(1), 93-114. 📄Guivarch Jokthan, Glezer Daniel, « Victimes de dérives sectaires : place des expertises psychologiques et psychiatriques », L’information psychiatrique, 2012/6 (Volume 88), p. 467-475.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=6Ys22u4OvHk

Bienvenue sur le blog d’une Psy Qui Parle – Audrey (photo)

Bienvenue sur mon premier blog ! Une Psy Qui Parle à qui ? Aux femmes et aux hommes qui sont touché(e)s par cette maladie qu’on appelle « le cancer ».

Pourquoi ce blog ? - Ce blog est né de l’envie de créer un espace d’échange avec les personnes qui sont concernées par la maladie. Face aux questions de mes patient(e)s et à certaines situations professionnelles, j’ai eu envie d’aborder quelques réflexions personnelles avec vous.

A travers ce blog, je me lance plusieurs challenges :

1-Répondre aux questions que vous n’avez jamais osé poser à votre oncologue (dans la mesure de mes compétences)

2-Vous apporter des solutions face aux difficultés liées au cancer

3-Vous accompagner pour continuer le combat pour la vie

De quoi ça parle ? J’aborderai avec vous les questions qui concernent les traitements, les médecins, la famille ainsi que toutes les informations qui pourraient être utiles quand on est confronté à cette maladie.

Comment ça marche ? Je publierai régulièrement des articles sur lesquels vous pourrez réagir et donner votre opinion. Les conseils et les informations que je vous donnerai ont tous pour objectif de vous aider à rester acteur de votre vie. J’espère que ce blog vous apportera quelques éléments de réponses pour faire face à la maladie.

Vous trouverez sur mon site des réflexions et des infos qui reflètent la manière dont je vois les choses et qui sont uniquement mon point de vue personnel. N’hésitez pas à laisser un commentaire pour me dire ce que vous pensez du blog ! La Psy Qui Parle à votre écoute ?!

Accueil Qui est la psy qui parle ? Contact

La Psy Qui Parle - Restez acteur de votre vie face à la maladie

Source : https://lapsyquiparle.fr/blog-psy-cancer/

Retour au début du sommaire

✅ Plus de 40 autres tests en libre accès disponibles ici : 📱 Téléchargez l’application sur Google Play si vous êtes sous Android https://play.google.com/store/apps/de... 📱Téléchargez l’application sur l’Apple Store si vous êtes sur iPhone https://apps.apple.com/us/app/id15176... 👋Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux ➡️Instagram : https://www.instagram.com/christeleal... ➡️Facebook : https://www.facebook.com/ChristeleAlb... ➡️Twitter : https://twitter.com/Christl_Albaret ➡️ClubHouse : @christelalbaret 📋 Pour suivre la session e-santé gratuite sur ’Comment sortir de l’emprise d’un pervers narcissique, cliquez ici : https://www.la-clinique-e-sante.com/t...

N’hésitez pas à partager cette vidéo avec un(e) ami(e) qui en aurait besoin. Prenez soin de vous. Qui n’a jamais vécu une relation toxique dans sa vie ? Que ce soit enfant, adolescent ou adulte, nous avons tous fait au moins une fois l’expérience d’une personne qui a pollué notre esprit. Aujourd’hui nous allons y voir plus clair. Vous allez pouvoir définir ce qu’est une relation toxique et quels sont les 16 signes qui doivent vous alerter. Une relation toxique c’est une relation en déséquilibre entre vous et l’autre. Que ce soit dans la sphère professionnelle, personnelle, amicale ou familiale, il s’agit d’une relation qui vous abime dans le quotidien à la faveur de la satisfaction de l’autre. La victime d’une relation toxique se sent coincée, comme emprisonnée, comme empêchée, parfois mentalement, émotionnellement et parfois même aussi physiquement. La victime se sent constamment coupable, l’esprit envahi de doute ou d’incompréhension. Cela peut aller jusqu’à la perte de l’estime de soi à force du sentiment de dévalorisation avec parfois des idées noires qui peuvent aller jusqu’à penser au suicide. Une personne toxique n’est pas forcément un sociopathe ou un pervers narcissique. Le caractère toxique d’une personne peut être engendré par ses peurs, sa maladresse, son manque de confiance en soi, son ignorance ou son étroitesse d’esprit. Une personne toxique peut aussi être une très bonne amie mais sujette à la dépendance affective. Et du coup, avec le temps, cette dépendance affective dont les effets secondaires sont nombreux, abime votre relation car votre amie est envahissante, intrusive, toujours en demande de plus et même parfois piquante avec vous, juste pour vérifier que vous n’allez pas l’abandonner. Une personne toxique peut aussi être ce collègue qui par un manque pathologique d’affirmation de soi, est d’accord avec tout le monde, donne raison au dernier qui a parlé. En tout cas, de nombreux signes doivent vous alerter pour savoir si une personne est toxique ou pas. Que ce soit le mensonge, la tendance envahissante ou la loquacité, nous allons ensemble étudier les 16 signes qui vont vous permettre de vous préserver mentalement de ces relations.

La Clinique E-Santé - N°1 de la thérapie digitale

La Clinique E-Santé - N°1 de la thérapie digitale

Source : https://www.youtube.com/channel/UCmsfL1mJHrqgmGkT5fghtzg

Informations sur Christele ALBARET Psychopraticienne – Expert psycho chaque semaine sur France 2. Sur les bases solides et sérieuses de la psychologie clinique, la psychopathologie, la psychothérapie intégrative et la sexothérapie, j’exerce en libéral depuis plus de 10 ans et je vous accompagne efficacement pour traverser les difficultés de vie, les chocs, les blessures et les traumas, qu’ils soient temporaires ou enfouis depuis très longtemps…. Tous les détails à partir de ce site : https://www.doctolib.fr/psychopraticien/gouvieux/christele-albaret

NB. En ce qui concerne les individus toxiques et manipulateurs, voir par exemple Pervers narcissique : 10 signes qui doivent vous alerter (document de ‘passeportsante.net’) ou encore {{}}Pervers narcissique : le reconnaître et l’affronter (document de ‘sante.journaldesfemmes.fr’).

Retour au début du sommaire


  • Emission TV - Christèle Albaret (« Ça commence aujourd’hui ») : « Je suis la “psy popu” de la télé » - Par Nathalie Chuc- Mis à jour le 30/09/2020 à 10:10 - Publié le 30/09/2020 à 07:00 - Photo
    Interview - L’experte psycho de la quotidienne de Faustine Bollaert sort un livre pratique sur la bienveillance au travail. Livre 1èrede couverture

Les fidèles de la première heure de « Ça commence aujourd’hui » la connaissent bien : Christèle Albaret est, depuis 2017, la psychologue de la quotidienne que présente Faustine Bollaert sur France 2. Influenceuse de la bienveillance et de la santé mentale via sa propre chaîne Youtube, Christèle Albaret a écrit un ouvrage ludique et illustré Et si on osait la bienveillance au travail ?, publié aux éditions Diateino. Faustine Bollaert, qui en signe la préface, ne tarit pas d’éloge sur son experte : « C’est quelqu’un d’extrêmement positif à l’antenne comme dans la vie, nous confie-t-elle. Christèle a l’envie d’aider les autres dans le sang. Je l’ai rencontrée bien avant mon émission par personnes interposées. Elle est bienveillante et solaire de façon naturelle. Son livre lui ressemble beaucoup, car il est concret et propose des astuces. On n’est pas dans la théorie ou la philosophie de vie, mais le pratique ! »

TV MAGAZINE. - Pourquoi ce livre sur la bienveillance au travail ?

Christèle ALBARET. - Avant d’être psy, j’ai travaillé près d’une décennie en entreprise, en consulting, en dynamique RH, etc. Bref, je connais très bien cet univers et j’ai remarqué que tout le monde, collaborateurs comme patrons, a envie de la bienveillance. Mais, ce qu’on me demandait à chaque fois, c’était : « D’accord Christèle, mais comment on fait ? ». Ce livre est un recueil de tout ce que j’ai pu pratiquer et tester sur la bienveillance, tout ce qui fonctionne. C’est un outil pratique et pédagogique.

« La bienveillance ne peut fonctionner que si l’on est capable de s’en donner à soi-même » - Christèle Albaret

À qui s’adresse cet ouvrage ?

Je dis toujours que la bienveillance, au travail, peut s’appliquer à tous les niveaux. C’est faux de prétendre que ce sont les managers qui doivent la pratiquer. Nous sommes tous acteurs et sujets de la bienveillance. Premier niveau, basique : dire « bonjour » ou faire un sourire. Tout le monde en est capable. Le livre aborde bien d’autres problématiques. La bienveillance ne peut fonctionner que si l’on est capable de s’en donner à soi-même.

Est-ce que le télétravail est un frein en matière de bienveillance ?

Avec le télétravail, on ne peut pas se faire l’économie de la bienveillance. Plus que jamais, quand on est en télétravail, patron ou collaborateur, il est important d’être attentif à la qualité des échanges, du dialogue, au soutien et à l’empathie. Avant, quand vous sortiez d’une réunion, vous pouviez identifier que l’un de vos collègues avait été mis à mal, vous pouviez lui parler, faire une accolade. Avec le télétravail, on ne peut plus se contenter de l’implicite, il faut être dans l’explicite. Mais dire qu’il est plus difficile d’être dans la bienveillance à cause du télétravail, c’est faux. Certes, il y a des choses à apprendre et à ajuster. Les émoticônes, par exemple, sont essentielles pour éviter de mauvaises interprétations. La seule chose que je note c’est que l’attitude de quelqu’un qui n’est pas bienveillant habituellement se verra encore plus en mode télétravail.

 » Lire aussi - Faustine Bollaert : « J’ai besoin de vider régulièrement ma jauge émotionnelle »

Comment décririez-vous votre relation avec Faustine Bollaert ?

Avec Faustine, nous partageons une confiance mutuelle. Nous nous sommes connues professionnellement, cela a été une vraie rencontre. Lorsqu’elle a créé son émission, elle a pensé à moi car elle savait comment je travaillais en tant que psy et coach, et c’est ce qu’elle recherchait. Dans « Ça commence aujourd’hui », je pense être la « psy popu » que tout le monde comprend, accessible à tous, je parle avec des mots simples.

Faustine Bollaert incarne justement la bienveillance à la télé, via « Ça commence aujourd’hui »…

Faustine est quelqu’un de vrai et qui, en effet, respire la bienveillance dans la vie comme sur les plateaux. Elle est la même. Je n’avais jamais fait de télé et je ne pense pas que je l’aurais fait si cela n’avait pas été avec elle. Avec Faustine, je savais que je pouvais y aller les yeux fermés. Elle est brillante et intelligente, et a cette capacité à capter l’autre !

Photo de groupe -_ Programme TV : Tout le Programme Télé des chaînes -Contacts Mentions légales CGU Info cookies Publicités Charte

http://tvmag.lefigaro.fr/img/logo-t...

Source : https://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/christele-albaret-ca-commence-aujourd-hui-je-suis-la-psy-popu-de-la-tele_62382f4e-0235-11eb-b9fc-2de40309cb99/

Retour au début du sommaire


  • La Manipulation mentale ou manipulation psychologique d’après Wikipédia - Vue d’artiste de la coercition et du lavage de cerveau.
    Une manipulation mentale ou manipulation psychologique est — en psychologie — une méthode délibérément mise en œuvre dans le but de contrôler ou influencer la pensée, les choix, les actions d’une personne, via un rapport de pouvoir ou d’influence. Les méthodes utilisées faussent ou orientent la perception de la réalité de l’interlocuteur en usant notamment d’un rapport de séduction, de suggestion, de persuasion, de soumission non volontaire ou consentie.

Même si la manipulation mentale fait penser aux sectes ou au lavage de cerveau, elle entre en jeu dans les relations quotidiennes et concerne aussi bien les individus que les foules. Elle peut même avoir une perception positive dans le cas de la séduction amoureuse.

Elle reste cependant mal connue malgré les nombreuses expériences réalisées et concepts développés (influence sociale, ingénierie sociale, soumission librement consentie, domination, propagande, harcèlement moral, etc.).

Sommaire

Définition - « La manipulation consiste à construire une image du réel qui a l’air d’être le réel.1 » — Philippe Breton

La manipulation fait partie du quotidien des civilisations comme l’Occident moderne où systèmes de pouvoir, conflits d’intérêt, rapports de force, sont omniprésents : elle se développe à partir de la conscience de soi-même, du langage et de la hiérarchisation de la société qui produisent un grand nombre d’interactions et dont chacun veut tirer parti2. C’est une compétence apprise, qui forme part de la culture, et que chacun connaît et utilise dans sa vie personnelle ou professionnelle, de façon positive ou négative, consciente ou inconsciente3. Dans une telle civilisation, toute communication peut ainsi être une forme d’influence ou de manipulation4.

Il existe toute une palette de méthodes allant de la ruse, une action qui peut être parfaitement légitime, aux formes les plus dégradantes de manipulations psychiques, en passant par toutes les sortes de mensonge. La manipulation en tant que concept scientifique est principalement étudiée en psychologie sociale et en philosophie5.

La manipulation mentale induit un rapport de pouvoir qui aboutit au contrôle psychique d’une personne6. Plus précisément, c’est « la modification de l’état mental d’un individu par un autre dans le dessein de lui faire faire quelque chose »7. Ce qui peut se résumer en un « consentement fabriqué »8.

Dans le domaine de la psychologie sociale, on parle de « conditionnement », mot qui apparaît au XIXe siècle, et se développe à la suite des travaux de Pavlov. « Depuis lors, et par extension, le conditionnement représente les conditions mentales ou psychiques nécessaires à l’exécution d’un comportement »9.

Fabrice d’Almeida classe les différents types de conditionnements sociaux en rapport au libre arbitre10 :

Conditionnement

Accord

Définition

Réification Non La réification nie l’individu : sa soumission est obtenue sans son consentement. Elle correspond aux camps de concentration où l’homme-objet n’a aucun libre arbitre et meurt s’il n’obéit pas11.
Aliénation Possible Dans l’aliénation, l’individu accepte sa condition et se conforme lui-même à la communauté. Sa liberté se limite aux domaines définis par cette même communauté12.
Instrumentalisation Oui L’instrumentalisation décrit le cas où l’individu renonce volontairement à son libre arbitre. Par exemple quand il s’engage dans l’armée professionnelle13.
Manipulation Non L’instrumentalisation nécessite un accord de fond en plus du consentement. Dans la manipulation il n’y a pas d’accord de fond et uniquement consentement13.

On distingue l’influence de la manipulation, ceci même si elles utilisent les mêmes outils et ressorts psychologiques, et si elles sont tout aussi difficiles à déceler : l’influence implique une motivation transparente alors que la manipulation inclut l’idée de tromperie sans aucun avantage pour la personne manipulée14. En psychologie, la manipulation se définit comme une action secrète sur une personne ou un groupe de personnes15. Tout l’art de la manipulation consiste à priver le manipulé de sa liberté sans qu’il s’en rende compte, et qu’il soit persuadé d’être libre4.

La propagande ou la publicité cherchent à mobiliser le comportement des masses à court terme, en utilisant parfois des moyens irrationnels. La désinformation est considérée, selon son utilisation, comme une arme de guerre ; elle est cependant utilisée comme la propagande pour manipuler l’opinion publique16. La désinformation est « probablement une des manipulations les plus difficiles à déceler et à identifier », c’est un des principaux points faibles de la société de l’information17.

Le conditionnement agit sur le long terme en formant des habitudes et en jouant sur l’affectif. L’endoctrinement éduque, aussi sur le long terme, en s’adressant aux croyances et à l’intelligence18.

Malgré tous les termes qui peuvent être utilisés pour définir une manipulation mentale, celui qui en est l’instigateur n’a qu’un nom : le manipulateur19.

La manipulation est par essence une violence morale, parce qu’elle a pour unique but de rompre l’autonomie de la personne par une contrainte, tout en restant masquée : elle « consiste à entrer par effraction dans l’esprit de quelqu’un pour y déposer une opinion ou provoquer un comportement sans que ce quelqu’un sache qu’il y a eu effraction »20.

Histoire et la suite de l’article à lire sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Manipulation_mentale

Retour au début du sommaire




  • Livre - Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens – Auteurs : Robert-Vincent Joule (bio : voir l’article précédent) et Jean-Léon Beauvois
<
Pays

Drapeau de la FranceFrance

Préface Jean-Claude Deschamps
Éditeur Presses universitaires de Grenoble
Lieu de parution Grenoble
Date de parution 1987
Nombre de pages 229

Le Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens est un essai de psychologie sociale de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois paru en 19871,2 et réédité en 2002 puis en 2014 aux Presses universitaires de Grenoble1,3.

Vendu à trois cent mille exemplaires au 15 août 20121,3, cet ouvrage est un succès d’édition dans sa discipline, qu’il a contribué à faire connaître auprès du grand public4.

Description

Cet ouvrage de vulgarisation met en scène une certaine Madame O. dans un pays imaginaire appelé Dolmatie. Sa vie est un drame parce qu’elle se montre incapable de déceler et de contrer les tentatives de manipulation de ceux qu’elle rencontre au quotidien, du commercial au mendiant.

Les différentes saynètes dans lesquelles elle est mise en jeu sont l’occasion pour les auteurs de procéder à une description des mécanismes qui peuvent être mis en œuvre pour obtenir de tierces personnes sans aucune forme de persuasion des choses qu’elles n’auraient jamais concédées autrement.

Il s’ouvre sur une explication de ce qu’est une escalade d’engagement et se poursuit par la description des résultats obtenus par le biais d’un pied-dans-la-porte. La technique de la porte-au-nez est décrite plus loin, ainsi que d’autres tels que l’amorçage ou le pied-dans-la-bouche. L’ouvrage souligne également l’importance du toucher dans la réussite d’une opération de manipulation.

Éditions

Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (préf. Jean-Claude Deschamps), Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, 2e éd. (1re éd. 1987), 288 p. (ISBN 978-2-7061-1044-3)

Notes et références

 Michel Ghazal, « Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » [archive] [html], sur le site web Le Cercle + du quotidien Les Échos.fr, 11 octobre 2013 (consulté le 24 mars 2014)

  Danielle Maurel, « Vous reprendrez bien un petit traité ? : Radiographie d’un best-seller », Livres & lire, no 228,‎ 11 janvier 2008, p. 3 (ISSN 1626-1321, lire en ligne [archive])

  « Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » [archive] [html], sur le site des PUG (consulté le 24 mars 2014)

 Florent Champy, « Joule (Robert-Vincent), Beauvois (Jean-Léon). - La soumission librement consentie. », Revue française de sociologie, vol. 40, no 2,‎ 1999, p. 426-428 (ISSN 0035-2969, lire en ligne [archive])

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_trait%C3%A9_de_manipulation_%C3%A0_l%27usage_des_honn%C3%AAtes_gens

Retour au début du sommaire


  • La personnalité de Robert-Vincent Joule – Communiqué de ‘fnac.com’
    Robert-Vincent Joule est professeur à l’université d’Aix-Marseille. Il dirige le Laboratoire de Psychologie Sociale de l’Université de Provence. Il consacre l’essentiel de ses activités de recherche à la question du changement des comportements et des mentalités.

    Il est l’auteur avec Jean-Léon Beauvois de plusieurs ouvrages de référence, dont le célèbre ‘Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens’ (PUG) vendu en France à 500.000 exemplaires : ils étudient les ressorts de l’influence et de la manipulation.

    Outre ce Petit traité, ils ont rédigé ensemble trois ouvrages : ‘Soumission et idéologies’ et ‘La soumission librement consentie’ (Presses universitaires de France), ainsi que A radical dissonance theory (Taylor & Francis). Leurs productions scientifiques ainsi que leurs responsabilités éditoriales les placent parmi les personnalités les plus actives de la psychologie sociale francophone.

Source : https://www.fnac.com/Robert-Vincent-Joule/ia100175/bio

Retour au début du sommaire


  • Psychologie sociale - La manipulation : entre attraction et répulsion Vidéo 40:02 - 26 novembre 2017 - Ferme des Étoiles – Conférence N° 9 par Robert-Vincent Joule - 2017 – ‘Le Marathon des Sciences’
    Comment amener autrui à faire librement ce qu’on souhaite le voir faire ? Depuis plus de soixante ans, les chercheurs s’intéressent à cette question, si bien qu’on dispose aujourd’hui d’un ensemble de techniques d’influence sociale – pour ne pas dire de manipulation – dont l’efficacité est scientifiquement établie. Ces techniques peuvent, bien sûr, être utilisées pour le pire. Mais elles peuvent aussi l’être pour le meilleur, lorsqu’il s’agit par exemple d’éviter que les gens soient atteints dans leur intégrité psychologique ou physique. C’est dire l’enjeu éthique. Festival d’Astronomie de Fleurance 2017 Marathon des Sciences http://www.festival-astronomie.fr

Source : https://www.youtube.com/watch?v=qNdxW_kr3g0

Retour au début du sommaire


  • Les divers troubles psychologiques - Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka
    Tout mal-être psychologique doit être prévenu ou guéri rapidement pour éviter de déclencher un trouble plus important. Les maladies psychologiques doivent alerter et il est essentiel de choisir une thérapie adéquate. Ooreka vous aide à mieux comprendre les troubles et maladies psychologiques.

1 - Maladies psychologiques

Les maladies psychologiques se traduisent souvent par des troubles du comportement et du langage. D’autres doivent être étudiés dans leur contexte (social, familial, personnel, etc.), car un environnement pathogène a une influence sur le patient. Retrouvez les éléments essentiels pour bien comprendre les troubles psychologiques.

2 - Troubles du comportement

Un trouble du comportement correspond à une « anomalie » dans notre façon d’agir et de réagir. Les plus connus sont les TOC et les troubles alimentaires. Outre ces exemples très répandus, on recense aussi l’hyperactivité et les troubles déficitaires de l’attention. Retrouvez les différents troubles du comportement et leurs particularités.

3 - Troubles relationnels

Pour vivre heureux, il faut se sentir bien dans son environnement social, professionnel et familial. Les troubles relationnels regroupent tous les problèmes liés à sa famille, son couple, ses proches. Parmi les points étudiés, on peut notamment citer la relation parents-enfants, la relation homme-femme, la peur de l’abandon… On vous en dit plus.

4 - Soigner les troubles psychologiques

Quel que soit le trouble psychologique qui nous concerne, il s’accompagne de mal-être et de souffrance. Il est important de consulter un spécialiste afin de retrouver un état de bien-être et un équilibre corps esprit. Consultez notre dossier spécifique aux traitements > Troubles psychologiq>ues

Accueil Maladies psychologiquesTroubles du comportementTroubles relationnelsPrise en charge- Psychothérapie : Le guide pratique - Ooreka

Fichier:Logo ooreka.jpg — Wikipédia

Source : https://psychotherapie.ooreka.fr/dossier/755789/troubles-psychologiques

Retour au début du sommaire


  • Neuf techniques de manipulation psychologique utilisées par les individus pervers narcissiques pour contrôler votre vie... Et comment les reconnaître, les combattre et les dénoncer - Par Nathan Weber · Publié jeudi 07 juillet 2016 à 16h12 – Document ‘demotivateur.fr’
    Les individus pervers narcissiques représentent 2 à 3% de la population... Mais ils sont pourtant effroyablement dangereux, et vous en connaissez peut-être sans même le savoir !

Les individus toxiques, tels que les pervers narcissiques, les psychopathes, et plus généralement les personnes ayant des traits antisociaux et une tendance manipulatrice, peuvent faire subir aux autres les pires sévices psychologiques, que ce soit dans le cadre d’une relation amicale, amoureuse ou professionnelle.

C’est un sujet très important, dont il est crucial de parler : de nombreuses personnes sont victimes de tels individus, sans même le savoir, pour la simple et bonne raison que leur stratégie de manipulation consiste précisément à faire croire que le problème vient de la victime et qu’il n’y a pas d’abus psychologique ! Un cercle vicieux, vous l’aurez compris, dont il est très difficile de sortir.

En fait, les individus dits “toxiques” utilisent une foule de stratagèmes psychologiques pour asseoir leur contrôle sur les autres. Même si certains de ces comportements peuvent être adoptés inconsciemment par des personnes “saines”, la grande différence est que les pervers narcissiques font un effort conscient pour manipuler autrui, et deviennent du même coup des experts dans ce domaine.

Voici 9 comportements qui vous aideront à reconnaître un pervers narcissique, à le comprendre, mais surtout à le désarmer et à reprendre contrôle sur votre propre vie :

1. Le gaslighting (ou gas-lighting)

Le gaslighting est une tactique de manipulation mentale qui consiste à déformer ou à fausser le récit des évènements de manière à faire douter la victime de sa mémoire, de sa propre santé mentale, de ce qu’elle a vu/écouté/ressenti. Concrètement, cela passe par des petites affirmations insidieuses telles que “Ça ne s’est pas passé comme ça” “ Tu as tout imaginé” “Tu es fou/folle”, “Tu te fais passer pour une victime” ... L’abuseur peut simplement nier avec un aplomb incroyable des faits qui se sont pourtant déroulés (comme si c’était la victime qui était “folle”), mais cela peut aller jusqu’à mettre en scène des évènements étranges afin de désorienter la victime et de la faire réellement douter de sa santé mentale.

Il s’agit probablement d’une des formes de manipulation les plus pernicieuses, parce que cela va lentement éroder votre sens de la réalité, bouffer petit à petit votre capacité à croire en vous-même et donc vous conduire inexorablement à douter de vous et de la légitimité de dénoncer que vous êtes victime d’abus mental, de violences psychologiques ou plus généralement de mauvais traitements.

Du point de vue psychologique, le gaslight s’appuie sur ce qu’on appelle une dissonance cognitive, c’est-à-dire le conflit entre deux différentes informations, deux pensées contraires : “Puis-je faire vraiment confiance à ce que j’ai vécu ? Ou bien cette personne a-t-elle raison et c’est moi qui ai un problème ?” Pour résister à cela et contrer cet effet psychologique pervers, il est important de bien s’ancrer dans sa propre réalité : tenir un journal, écrire ce qu’il s’est réellement passé, parler avec un ami, un psychologue ou encore un réseau de soutien aux victimes d’abus mentaux. Avoir d’autres voix que la vôtre sur lesquelles vous appuyer constitue une arme efficace pour vous écarter de la réalité déformée qu’essaye de vous imposer un manipulateur.

2. La projection mentale (stratégie du bouc émissaire)

La projection est le mécanisme de défense des manipulateurs. C’est un trait distinctif de ces personnes : elles refusent catégoriquement d’admettre ou même de percevoir leurs propres défauts, sont incapables d’assumer leurs actes. Elles peuvent donc faire et dire tout et n’importe quoi pour éviter d’être tenues responsables. C’est là qu’entre en scène la projection mentale : la personne ayant un comportement négatif, plutôt que de l’admettre, va déplacer la responsabilité en les attribuant à quelqu’un d’autre. En gros, c’est comme si ce fardeau était trop dur à supporter, trop lourd à assumer pour elles, et qu’elles vous refilaient tout sur les bras en vous accusant ! C’est une réaction qui permet au manipulateur de se débarrasser de sa culpabilité et de sa honte inconsciente de lui-même. Il ne faut pas oublier que ces personnes sont souvent elles-mêmes malades.

La victime devient ainsi une sorte de bouc émissaire, de poupée expiatoire que le manipulateur utilise en l’accusant pour se décharger de ce poids. Ce dernier évite ainsi d’avoir à s’encombrer avec le sens des responsabilités et le sens de la morale, pour cela il aura besoin que sa victime prenne cette responsabilité sur elle et surtout qu’elle se sente bien coupable, qu’elle éprouve de la honte, pour se rassurer

Concrètement, une personne avec une tendance mythomane va vous accuser de mentir et de travestir la réalité. Une femme qui éprouve un sentiment pathologique de dépendance et de jalousie pourra accuser son mari de trop s’accrocher à elle et de l’étouffer. Un collègue de travail dira que vous êtes inefficace et que vous ne servez à rien, pour justifier sa propre baisse de productivité.

3. Dévier sans cesse la conversation par le biais de sophismes et d’arguments fallacieux

Parfois, on peut être tenté d’affronter les problèmes par le biais d’une bonne conversation, afin de trouver une solution commune dans un esprit de compromis. Si c’est bien sûr le comportement idéal à avoir avec une personne “normale”, dans le cas d’un pervers narcissique ou autre manipulateur, attendez-vous à tomber de haut ; il est parfois difficile de l’admettre, mais vous ne pourrez jamais avoir une vraie conversation.

En effet, si vous avez le malheur de les attaquer, les manipulateurs utilisent des stratagèmes élaborés, employant des biais cognitifs, des sophismes et autres arguments à logique fallacieuse qui leur permettent de “gagner” tous les débats, d’avoir toujours le dernier mot — même en ayant tort. (pétition de principe, argument ad hominem, faux dilemme…). Ils feront tout pour vous discréditer, vous frustrer, vous désorienter jusqu’à ce que vous ayez complètement perdu de vue le problème initial. Ne cherchez pas, à leurs yeux vous serez toujours la raison d’être de tous les problèmes.

Il n’y a qu’une seule solution, et elle est radicale : prendre conscience que les personnes toxiques ne se disputent pas avec vous, ils se disputent avec eux-mêmes tout en vous utilisant comme exutoire. Si vous essayez de les raisonner, vous leur donnez du grain à moudre et vous ne faites qu’empirer les choses pour vous. Il s’agit de se rendre compte que le problème ne vient pas de vous, mais bien de leur comportement. Passez à autre chose, arrêtez d’essayer de discuter et de les raisonner, vous ne ferez que perdre votre temps et votre énergie.

4. Stratégie de l’homme de paille

La stratégie de l’homme de paille n’est pas seulement la spécialité des pervers narcissiques puisqu’elle est aussi très utilisée en… politique. Il s’agit en fait de représenter de manière fausse ou d’exagérer de façon absurde vos propres pensées et sentiments. En déformant ainsi ce que vous dites d’une manière qui arrange votre interlocuteur, votre argument devient plus facilement attaquable. La différence, c’est que les pervers narcissiques poussent le vice au point de vous faire passer pour une personne mauvaise, en vous culpabilisant et en s’attaquant à vos émotions.

Par exemple, si vous essayez de dire que vous n’êtes pas satisfait de la façon dont cette personne toxique vous traite, sa réaction pourra être de vous faire dire ce que vous n’avez pas dit, par exemple “ Donc je suis une personne méchante, c’est ça que tu penses ?” ou encore “Oh, donc toi par contre tu es parfait, hein ?” alors que vous n’avez fait qu’exprimer votre sentiment légitime dans l’espoir de trouver une solution.

À terme, ce comportement finit par invalider totalement votre droit à avoir et à exprimer des pensées ou des émotions, ce qui est évidemment gravissime. Pour ne rien arranger, cela instaure un sentiment de doute et de culpabilité permanente, à chaque fois que vous tentez d’établir des limites et des bornes à ne pas franchir.

5. L’emploi de différentes formes de menaces et de chantage

Le problème avec les personnes toxiques, les manipulateurs mentaux et autres pervers narcissiques, c’est qu’ils vous menaceront sans cesse, vous prendront en otage sans (nécessairement) passer par la violence physique. C’est au final beaucoup plus traître et surtout, difficile à reconnaître comme une véritable forme de violence qu’une personne qui vous dirait “fais ça ou je te pète la tronche”. Ne vous laissez pas faire, ce n’est pas parce qu’on ne vous menace pas physiquement que vous n’êtes pas victime de violences ! L’abus mental est une forme de violence bien réelle, que l’on a tendance malheureusement à reconnaître moins souvent.

Ne vous laissez pas faire, des associations existent pour vous aider. Le premier pas, le plus difficile, est de réaliser que vous êtes bel et bien victime de violences psychologiques. Et contrairement à ce que certains tentent de vous faire croire, le crédit à apporter à votre histoire est tout aussi important que pour une personne victime de violences physiques.

6. Le conditionnement destructeur

Attention, parce que nous allons aborder quelque chose qui relève vraiment du grand ‘mindfuck’. Les personnes toxiques peuvent en effet vous conditionner lentement pour que vous finissiez par associer mentalement toutes vos forces, vos talents, tous vos beaux souvenirs et tous les moments heureux de votre vie avec la souffrance, la frustration, le malheur. Comment font elles cela ? En insinuant au quotidien, de manière tout à fait innocente, des attaques contre des qualités, des traits de caractère ou des choses que vous idéalisez, qui vous définissent ou que vous prenez pour modèle. En plaçant ces associations cachées avec vous, sans même que vous ne le remarquiez, ils vous changent lentement et au fil du temps, vous apprennent à vous haïr.

Ils ruineront ainsi vos fêtes, vos vacances, détruiront les objectifs que vous vous étiez fixés, vous éloigneront de votre famille et de vos amis pour vous rendre dépendant vis-à-vis d’eux. Et au final, par le biais d‘un réflexe quasiment pavlovien, les pervers narcissiques vous “dresseront” à rejeter ou à avoir peur de faire les choses qui rendaient votre vie agréable et enrichissante, ils vous dégoûteront progressivement de tout ce que vous aimez, tout cela pour que vous reportiez toute votre attention sur eux.

La vérité, c’est qu’ils ont peur de tout ce que vous pouvez aimer d’autre à part eux, et de tout ce qui peut se placer entre eux et le contrôle qu’ils cherchent à exercer sur vous. Votre bonheur représente tout ce qu’ils ne peuvent pas avoir, ce qu’ils ne peuvent contrôler, ils cherchent donc simplement à la détruire, par jalousie ou bien pour mieux vous manipuler.

7. Les campagnes de rabaissement public

Si une personne à tendance toxique ou manipulative ne parvient pas, en dépit de ses efforts, à modifier la manière dont vous vous percevez vous-même, ils chercheront à contrôler et à changer la manière dont les autres personnes vous perçoivent. Par exemple, devant des témoins, ils peuvent changer subitement de comportement et se mettre à jouer les martyrs, de sorte que — ironie du sort — c’est vous qui passez pour la personne toxique !

Cela peut aller loin, ils peuvent même finir par harceler vos proches afin d’ ”exposer la vérité” à votre sujet. Paradoxalement (mais pas tant que cela si on garde en tête le mécanisme de projection évoqué dans le point 2), cette exposition leur permet de créer une façade pour cacher leur propre comportement abusif, et surtout, pour vous discréditer automatiquement si vous tentez de les dénoncer ou de parler à vos proches de ce qui vous arrive !

Il s’agit en effet aussi d’une “frappe préventive” pour salir votre réputation auprès des seules personnes qui pourraient vous soutenir et vous aider à lui faire face, afin de saboter votre potentiel réseau d’aide. Vous vous sentez ainsi seul(e), sans personne pour vous croire ou vous appuyer. Si c’est le cas et que malheureusement pour vous votre manipulateur a déjà saboté votre entourage familial et affectif, vous pouvez vous tourner vers des centres d’appel anonymes, voir un psychologue ou encore aller dans des associations spécialisées pour vous aider. Expliquer votre problème à des professionnels qui connaissent ce genre de problème (et qui vous croiront) peut être le meilleur moyen d’obtenir des conseils avisés et personnalisés si vous vous sentez seul au monde.

8. La triangulation

Faire intervenir l’opinion (réelle ou supposée), la perspective voire la menace d’une tierce personne : voilà à quoi se résume le principe de la triangulation. Ce stratagème est le plus souvent utilisé pour valider le point de vue abusif de la personne toxique tout en invalidant du même coup la réaction pourtant légitime de la victime face à l’abus.

Les pervers narcissiques adorent par-dessus tout faire intervenir une voire plusieurs personnes de leur entourage personnel (des collègues de travail, des amis, des ex-partenaires amoureux voire même des membres de la famille) afin de provoquer la jalousie, l’incertitude en vous. Ils peuvent également utiliser les opinions des autres pour valider leur point de vue.

C’est un réflexe humain, bien connu par les rhétoriciens : lors d’une discussion, celui qui parvient à s’attirer les faveurs du public ou des témoins de la scène a “gagné” la dispute, quelle que soit la qualité de son argumentation. Après tout, si tous les autres (qui sont dans la pièce) sont d’accord avec lui, cela doit vouloir dire que vous avez tort, pas vrai ?

Pour se sortir de ce piège, souvenez-vous que vous avez affaire avant tout à un MANIPULATEUR. C’est-à-dire que cette autre personne est probablement manipulée par lui (peut-être même qu’il vous utilise vous aussi à votre insu, pour trianguler cette autre personne, vous montant l’un contre l’autre pour mieux vous contrôler tous les deux !). Pour faire face à cela, battez-le en utilisant sa propre arme contre lui. Essayez de le confronter en la présence d’une personne qui vous soutient et en qui vous avez entièrement confiance !

9. Le contrôle permanent des moindres petits aspects de votre vie

Plus important que tout, les personnes toxiques adorent maintenir le contrôle sur autrui, et sont prêts à tout pour obtenir et conserver ce contrôle, de quelque manière que ce soit. C’est cette idée qui les obsède. Pour cela, ils sont prêts à tout : vous isoler, établir un contrôle permanent sur vos finances, sur les personnes que vous fréquentez, ce que vous lisez, où vous allez… Ils cherchent à gérer chaque facette de votre vie et ne vous laissent aucun espace libre pour vous développer. Et pourtant, la tactique la plus puissante qu’ils possèdent pour vous contrôler, c’est bel et bien de jouer avec vos émotions !

C’est pour mieux vous contrôler qu’ils inventent de toutes pièces des situations de conflit, afin de vous déstabiliser et de vous affaiblir. C’est pour mieux vous contrôler qu’ils s’effacent émotionnellement, pour vous couvrir d’amour et d’attention ensuite s’ils sentent qu’ils sont en train de perdre la main sur vous. Et c’est à cause de tout cela qu’ils vacillent sans cesse entre le vrai et le faux, et que vous ne pourrez jamais avoir de stabilité psychologique ni aucune certitude pour savoir qui cette personne est réellement, ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense.

Voilà, la liste est loin d’être exhaustive et de s’appliquer de manière générale à chaque individu, mais elle aura peut-être le mérite de vous donner un aperçu de ce qu’est une personne toxique, et comment la combattre.

Plus une telle personne aura de prise sur vos émotions, plus difficile il sera de lui échapper et même de vous rendre compte de ce que vous êtes en train d’endurer.

Conclusion - Connaître les tactiques manipulatoires de ces personnes, en revanche, peut vous aider à définir le problème auquel vous êtes confronté, à développer une stratégie pour reprendre le contrôle de votre propre vie, et surtout, à éviter les individus toxiques dans votre vie de tous les jours.

Illustration - Source : Thought Catalog

Voir aussi : Les pervers narcissiques sont extrêmement toxiques : ce court-métrage remarquable, mais glaçant, va vous en convaincre

‘Demotivateur’ est le premier média digital de divertissement français à destination des millenials - Qui sommes-nous ? Publicité Nous contacter Mentions légales CGU - _Demotivateur : actualité, divertissement, infos, cuisine, voyage

Fichier:Demotivateur Logo.png — Wikipédia

© 2010-2021 Copyright : Demotivateur – Source : https://www.demotivateur.fr/article/pervers-narcissique-psychopathe-techniques-manipulation-mentale-psy-6431

[D’après Wikipédia : « Demotivateur est un média français d’infodivertissement1. La publicité représente l’intégralité des revenus de la société, son modèle économique est basé sur le marketing de contenu et le native advertising2.

Demotivateur fait partie des sites francophones diffusant des contenus d’infodivertissement tels que KoreusTopitoBuzzFeedMelty ou Minutebuzz3.

Historique - La plateforme est créée en 2010 par Ari Cohen ainsi que Michal et Pawel Sikora, qui se sont rencontrés pendant leurs études à l’IESA et à EPITECH4. En 2015, le site compte 15 salariés et prévoit un bénéfice de 3 millions d’euros5.

Fonctionnement - L’entreprise utilise l’outil ViralCurator, ce dernier identifie les sujets les plus partagés sur les réseaux sociaux, l’équipe sélectionne ensuite des articles sur les sujets les plus susceptibles de plaire aux visiteurs du site. Les nouvelles sont alors retravaillées pour faire ressortir un aspect insolite ou positif2.

Audience - Le site Internet comptabilise environ 35 000 000 visites et plus de 70 millions de contenus consultés par mois[Quand ?]. Selon les données Google Analytics et Facebook, près de 60 % des visiteurs quotidiens ont entre 18 et 35 ans2. En 2015, c’est le principal site du créneau de l’infodivertissement en France5.

Critiques - Sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, le site est pointé du doigt pour son manque de respect de la propriété intellectuelle6. L’objectif annoncé est de vendre une audience à des annonceurs de publicité1. Ainsi, ils ne créent pas par eux-mêmes de contenu, mais le recyclent7. En 2016, L’Obs et Rue89 publient une enquête commune qui donne une analyse critique du fonctionnement de la plateforme, qui produit « un contenu provocateur pour une opinion facile » et « s’acoquine avec des marques »8.

Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Demotivateur ].

Retour au début du sommaire


  • A connaître- Les principales techniques de manipulation - Article révisé par le Comité Psychologue.net- 21 juillet 2020 · Troubles psychologiques– Document ‘Psychologue.net
    Certaines personnes essaient de réduire notre estime de soi et nous font nous sentir insécurisés et coupables. Quelles stratégies utilisent-ils ? Narcissiques, manipulateurs, menteurs ... quelles sont les techniques de manipulation à éviter ?

Manipulation et manipulateurs

Ceux qui sont proches de nous ne veulent pas toujours notre bien. Des amis, des parents ou des collègues de travail peuvent mettre en place des stratégies pour nous annuler ou pour réduire notre estime de soi. Ce sont de véritables techniques de manipulation souvent utilisées, par exemple, par des menteurs pathologiques ou des narcissiques.

Il n’est pas toujours facile de se rendre compte que vous êtes victime de ces attaques. Cependant, il est important d’apprendre à reconnaître ces techniques car elles pourraient nous nuire gravement et augmenter nos insécurités. Il faut dire, cependant, que des formes de manipulation psychologique existent à différents niveaux, y compris quotidiens, qui ne semblent pas causer de dommages aussi irréparables ou pour lesquels il n’est pas nécessaire de se trouver toujours sur la défensive.

Certaines formes de manipulation sont également utilisées dans l’éducation ou dans nos relations quotidiennes. Il est donc important d’apprendre à distinguer quand on est victime de comportements toxiques et pathologiques, et quand au contraire on est confronté à des formes de manipulation quotidienne que l’on peut apprendre à gérer par l’expérience.

Caractéristiques d’un manipulateur

Il existe différents types de personnes qui essaient de nous manipuler, souvent à cause de leur propre insécurité et du besoin de « se nourrir » de la confusion ou du malheur des autres. Leur objectif est de nous faire sentir faible, de réduire notre estime de soi et de nous culpabiliser pour les erreurs qu’ils ont commises.

Reconnaître et éviter ces personnes ou leurs techniques est essentiel pour ne pas tomber entre les mains de ces manipulateurs ou en subir les conséquences à long terme. Voici quelques-unes des principales techniques de manipulation utilisées.

Types de manipulation

La manipulation peut s’emparer de différentes sphères de notre être, de la manipulation émotionnelle à la manipulation psychologique. Le manipulateur pathologique essaie d’identifier des « boutons », ou des faiblesses chez la victime, sur lesquels s’appuyer.

Le psychologue George K. Simon, dit que pour qu’une manipulation soit efficace, le manipulateur doit agir selon certaines règles et comportements et avoir des attitudes particulières.

En particulier :

  • Le manipulateur cache son agressivité, et ne révèle pas ses véritables intentions. Ce point est essentiel pour que la manipulation réussisse. Normalement, deux formes d’agression masquant sont appliquées : soit par des formes passives-agressives (telles que le silence ou l’hostilité indirecte), soit par des formes d’agression relationnelle (qui incluent la destruction de l’estime de soi de la victime ou de sa sécurité). Le manipulateur a la capacité d’identifier les faiblesses de ses victimes, et est capable, à partir de ces faiblesses, de créer de véritables schémas de manipulation.
  • Insensibilité, manque de culpabilité et détachement émotionnel  : le manipulateur n’a aucun scrupule à faire du mal à sa victime, si cela est utile à son objectif.
    En fait, comme nous le verrons dans le paragraphe suivant, la manipulation se fait au niveau interactionnel et communicatif car elle est nécessaire pour un échange entre les deux personnes.

La manipulation psychologique

La manipulation psychologique est un fait interactionnel qui découle de l’échange entre deux ou plusieurs personnes, qui a donc une forme communicative à la base. Donc, pour être un bon manipulateur, vous devez aussi être un bon communicant (et la victime doit être prête à écouter). En effet, il est nécessaire que les concepts exprimés par le manipulateur, même s’ils sont simples, exploitent le côté émotionnel et psychologique de la victime et aient une forme narrative.

Robert Cialdini, psychologue américain et professeur à l’Arizona State University, reconnaît certaines règles fondamentales de la communication persuasive, basées sur des stratégies cognitives et visant à changer l’attitude de l’interlocuteur.

Les règles de la communication persuasive

Cialdini, dans le cadre de ses études sur la psychologie sociale, étudie certaines formules de base des relations interpersonnelles qui tendent à la manipulation et à la persuasion.

Voyons-les de près :

  • Réciprocité : il a été démontré que l’être humain ressent le besoin de rendre des faveurs. Mais ce sentiment peut être dangereux car il peut conduire à un sentiment de dette pour des faveurs non sollicitées, il peut conduire à des échanges déloyaux et ne faire accepter l’autre que pour le sentiment de réciprocité. Ce type de mécanisme est également utilisé dans le marketing et le commerce : par exemple lors de l’offre d’échantillons gratuits, dans l’espoir d’encourager un achat.
  • Engagement et cohérence : garder nos idées et notre cohérence fermes est un point important dans la définition de soi et pour cette raison nous essayons de l’appliquer souvent. Il existe des formes d’influence sociale qui cherchent à exploiter ces mécanismes pour atteindre leurs objectifs. Cela peut être le cas, par exemple, d’un vendeur qui, sachant que vous êtes écologiste, tentera d’utiliser un argument pour économiser l’énergie et réduire les déchets pour vendre son aspirateur. En plus de ce crochet, l’achat de cet aspirateur semblera conforme à vos idéaux et à votre identité.
  • Approbation sociale : les gens peuvent être influencés par la masse, précisément parce qu’il y a une tendance à croire que si la plupart des gens font ou croient quelque chose, cela doit être vrai. Selon ce principe, les modes naissent et se consolident.
  • Autorité : Il est plus facile de croire ce qui est exprimé par une source faisant autorité ou par une personnalité éminente, en supposant que ces personnes et / ou institutions peuvent être plus fondées. Ces institutions ou personnes ont donc tendance à avoir plus de pouvoir de persuasion.
  • Sympathie  : En créant un lien de sympathie ou de similitude, nous parvenons ainsi à faire en sorte que l’interlocuteur s’identifie ou prenne la situation à cœur car cela lui semble très proche de lui-même, le manipulateur peut influencer le changement de vision ou d’attitude de l’autre.
  • Rareté : Dans le cas du marketing et du commerce avant tout, définir un bien rare peut amener les gens à acheter de manière impulsive, poussés par le souci de ne plus trouver ce qu’ils veulent acheter.
    Techniques émotionnelles et psychologiques

Partant de ces considérations, nous pouvons essayer d’approfondir certaines techniques de manipulation émotionnelle et psychologique utilisées dans les relations interpersonnelles.

Projection et culpabilité

Comme nous l’avons déjà dit, beaucoup de ces manipulateurs ne sont pas sûrs d’eux et ’projettent’ donc leurs erreurs et leurs défauts sur l’autre personne, ce qui les fait se sentir coupables. De cette manière, le manipulateur essaie de retourner la situation en sa faveur, non seulement pour être le gagnant de la discussion mais aussi pour que l’autre se sente mal.

Déformer la réalité

L’une des techniques les plus utilisées est de déformer la réalité. Cela peut arriver, par exemple, lors d’une discussion avec le partenaire. La stratégie « gaslighting » est utilisée pour déstabiliser et faire douter l’autre personne et lui faire croire qu’elle vit dans une réalité imaginaire. Une des phrases les plus utilisées ? ’Tout est le résultat de ton imagination.’

Se confondre avec les mots

Certains manipulateurs savent très bien utiliser les mots. Ils créent un réseau de phrases et d’expressions qui mettent en cage et déroutent la victime. Ils utilisent de vrais monologues, interrompant l’autre personne, évitant d’exprimer son opinion et réussissant à contrôler la conversation. Alternativement, le manipulateur peut essayer de déformer des mots que son interlocuteur n’a jamais réellement prononcés en essayant d’interpréter sa pensée de manière déformée.

Le silence

Lorsque le narcissique se rend compte que ses techniques n’ont pas l’effet escompté, il peut emprunter deux voies : insulter ou se taire. Dans le second cas, la victime se sent invisible et coupable. Le but est d’humilier l’autre personne et de lui faire du mal de ne pas se soumettre à ses désirs et à ses techniques de manipulation.

Le faux bon

L’un des manipulateurs les plus subtils est sans aucun doute quelqu’un qui se montre très amical et bon avec l’autre personne mais qui porte en fait un masque. Même si l’autre semble pouvoir se réjouir avec l’autre des objectifs atteints, il essaie toujours de manière subtile de semer le doute ou de détruire une partie des joies conquises.

Autres techniques de manipulation mentale

Nous avons vu qu’il existe différents types de manipulation qui sont mis en œuvre par le manipulateur pour affaiblir la volonté de la personne en face de lui et ainsi pouvoir façonner son esprit avec des formes de conditionnement.

Le conditionnement a été étudié par Pavlov, qui a montré comment il est possible de relier certains états émotionnels et réponses cognitives à des stimuli externes grâce précisément à des formes d’association. Ce type de comportement stimulus-réponse est à la base de la manipulation et est l’outil utilisé par les manipulateurs. Regardons quelques formes de manipulation mentale.

  • L’isolement. L’être humain est un animal social, et une partie de l’image que nous avons de nous-mêmes est projetée par les relations que nous entretenons. Non seulement cela : l’affection, l’amour, la communication et bien d’autres aspects sont fondamentaux pour l’être humain. Une personne isolée du monde pendant longtemps, commencera à avoir des perceptions déformées de la réalité, laissera son imagination et ses angoisses naviguer, atteignant le point de devenir victime de ses propres pensées. L’isolement peut être une forme très forte d’affaiblissement et de persuasion mentale.
  • Le groupe : formes de contrôle social et de « pensée de groupe ». Le psychologue Solomon Asch a étudié en profondeur la dynamique de groupe pour définir comment les individus sont fortement conditionnés dans leurs propres comportements et perceptions de ce qui se passe. Cela se produit à cause de ce que les individus perçoivent dans la réalité extérieure, mais aussi de la façon dont ils se définissent. Par exemple, si une personne au sein d’un groupe est étiquetée d’une certaine manière au sein du groupe, elle peut se sentir identifiée avec le passage du temps avec cette étiquette. Par conséquent, le groupe peut influencer non seulement la façon dont l’individu perçoit la réalité, mais aussi la façon dont il se perçoit.
  • La soumission. Les formes de manipulation qui sous-tendent les processus de soumission sont différentes et compliquées, mais le fait principal est que le manipulateur tentera de nuire à la perception de soi de la personne manipulée pour en prendre le contrôle, lui faisant croire qu’elle a tort ou est malade. Normalement, ce type de manipulation génère alors une addiction qui conduit la victime à ne plus pouvoir s’en débarrasser et à ne pas voir clairement la réalité.
  • L’épuisement : une autre pratique de manipulation consiste à amener la personne à l’épuisement, en essayant de conditionner et de détruire son esprit.
    Il existe d’autres formes de manipulation physique et mentale très fortes qui sont utilisées dans différents contextes, comme l’hypnose. Si à tout moment vous vous sentez victime d’une manipulation mentale et psychologique, contactez un spécialiste qui pourra vous aider.

Victimes et manipulateurs

Nous avons vu les principales caractéristiques des manipulateurs et leurs techniques. Mais selon quel critère le manipulateur choisit-il sa victime idéale ? Normalement narcissique ou menteur pathologique, ils choisissent leurs victimes en fonction de certaines faiblesses qu’ils dénotent.

Chaque manipulateur pourrait agir sur une faiblesse particulière, mais en essayant de résumer les différentes théories, nous pourrions dire que le manipulateur essaie de tirer parti :

  • La naïveté excessive, c’est-à-dire des personnes qui ne sont pas capables de percevoir le mal chez l’autre et qui croient que les autres sont toujours honnêtes.
  • Une faible confiance en soi ou faible estime de soi : les gens qui croient ne pas mériter l’amour ou qui n’ont pas confiance en eux sont plus faciles à manipuler et à convaincre. Même ceux qui n’ont pas encore défini leur identité peuvent se sentir compromis par un manipulateur.
  • La dépendance : les personnes qui ont tendance à souffrir de certaines formes de dépendance, en particulier émotionnelle, ont tendance à dépendre des autres et à être soumises pour leur équilibre émotionnel. Ainsi, le manipulateur peut facilement influencer ces personnes.
  • La rationalisation : essayer de tout ramener à un niveau logique ou comprendre les raisons du manipulateur peut vous faire perdre de vue la réalité des choses.
  • La solitude : même la solitude ou la recherche continue de l’approbation des autres peuvent les rendre facilement manipulables.
    Voici quelques caractéristiques générales qui peuvent rendre une personne vulnérable aux techniques de manipulation. Évidemment il y en a d’autres et chaque cas est particulier, si vous vous sentez à la merci de la manipulation il est toujours préférable de demander l’aide d’un spécialiste.

Les principaux symptômes

La manipulation peut se produire dans n’importe quel environnement relationnel, du travail à l’amitié et peut se présenter avec une série de symptômes. Selon certains chercheurs, il existe 3 niveaux dans lesquels les symptômes peuvent survenir :

  • le premier niveau est le niveau où se produisent les premiers signes de manipulation, qui pourraient cependant être gérés avec une bonne communication. Par exemple, il peut y avoir des états de confusion, un contrôle excessif de la part du partenaire, des personnes qui vous avertissent de la relation, de l’anxiété et de la peur lorsque le partenaire s’approche, sans se sentir.
  • Le deuxième niveau de manipulation se produit lorsque la personne manipulée commence à remettre en question ses raisons et ce qu’elle pense ou ressent. Dans cette phrase, le manipulateur commencera à déconstruire l’identité et l’estime de soi de la personne avec des critiques, des jugements, du chantage émotionnel, des silences, pour démontrer qu’il a raison et que le seul point de vue qui compte est le sien. A ce stade, les symptômes qui déclenchent cette manipulation chez la victime sont l’anxiété généralisée, la fatigue, le blâme. (même des choses qui n’ont pas été faites), justification des attitudes du manipulateur, perte d’intérêt pour d’autres choses, oubli des événements ou attitudes passés.
  • Le troisième niveau de manipulation coïncide avec la phase d’abandon, où la personne manipulée est totalement subjuguée par le manipulateur qui la justifiera et se sentira digne du traitement horrible qu’elle reçoit. Les symptômes de la personne manipulée dans cette phase sont : dépression, crises d’anxiété et de panique, apathie, stress, troubles psychosomatiques, peur et angoisse.
    Comment en sortir ?

Sortir d’une période de manipulation psychologique est difficile, car les principales techniques reposent précisément sur des formes de distorsion de la réalité et d’anéantissement de l’identité et de l’estime de soi de la personne, ainsi que sous forme de dépendance. Pour cela, un long voyage de reconstruction et de prise de conscience de son être et de ce qui s’est passé est nécessaire.

Comme dans tout processus psychologique, la première étape pour s’améliorer et commencer à se rétablir est l’acceptation de ce qui s’est passé. Pour en sortir nous travaillerons ensuite sur d’autres processus tels que la reconnaissance des stratégies manipulatrices, la reconstruction émotionnelle et le respect de soi. Suivre une thérapie peut être une aide pour pouvoir élaborer et surmonter ce moment. Si vous souhaitez recevoir plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter notre liste de professionnels experts.

Les informations publiées sur ‘Psychologue.net’ ne se substituent en aucun cas à la relation entre le patient et son psychologue. ‘Psychologue.net’ ne fait l’apologie d’aucun traitement spécifique, produit commercial ou service.

Bibliographie

La dépersonnalisation : être spectateur de soi-même21 nov. 2019 · Troubles psychologiques

Mieux cerner la toxicomanie26 nov. 2015 · Toxicomanie

Découvrez si vous êtes accro au shopping !14 déc. 2016 · Troubles psychologiques

Dépression et trouble bipolaire : comprendre ces maladies ...14 oct. 2019 · Dépression

Comment combattre l’hyperphagie ?7 sept. 2018 · Troubles psychologiques

Alimentation et personnalité : dis-moi ce que tu manges et je ...12 déc. 2011 · Troubles psychologiques

Contactez des psychologues près de chez vous pour leur demander des informations.

Autres sujets traités récemment :

Trouble de la personnalitéLe syndrome de Peter Pan ou la peur de grandirPar Psychologue.net · 29 NOV 2019

DépressionLe trouble bipolaire est un problème familialPar Psychologue.net · 29 NOV 2019

Troubles psychologiquesPersonnalité hystérique ou épisodes d’hystérie ?Par Psychologue.net · 15 NOV 2019

Trouble bipolaireTroubles bipolaires : 10 infos essentiellesPar Psychologue.net · 11 OCT 2019

Trouble de la personnalitéLe trouble de la personnalité BorderlinePar Psychologue.net · 02 SEP 2019

PsychothérapieDe la déformation de la vérité à la mythomaniePar Psychologue.net · 29 AOÛ 2019

Le contenu de cette page est à titre informatif. Psychologue.net n’offre pas de conseils médicaux, de diagnostic ou de traitement. Voir plus d’informations

À proposMentions légalesProtection des donnéesGuide du forumPolitique publicitairePolitique de cookiesPlan PremiumConnexion professionnels

Psychologues - Psychologue.net

Psychologues - Psychologue.net

Source : https://www.psychologue.net/articles/les-principales-techniques-de-manipulation

Retour au début du sommaire


  • L’ingénierie sociale : comment contrer la manipulation psychologique à des fins d’escroquerie ? Par Mourad Krim Journaliste et reporter IT (Photo) - 17/09/2019 – Document ‘itsocial.fr/enjeux’ – Illustration
    L’ingénierie sociale consiste à contourner les règles de sécurité en exploitant des cibles humaines. Le but est d’accéder à des données ou à des informations en utilisant les pulsions humaines pour contourner les systèmes de sécurité. Voici quelques exemples d’attaque par social ingénierie et comment s’en prémunir.

Contrairement une croyance largement partagée : le piratage informatique ne consiste pas seulement à trouver des failles dans les logiciels qui permettent à l’attaquant d’accéder à des informations sensibles. Les vulnérabilités dans le comportement, les habitudes et la psychologie humaines peuvent être autant de failles dommageables pour la sécurité d’une organisation. « L’ingénierie sociale est en phase de devenir l’une des méthodes les plus utilisées par les cybercriminels pour commettre des crimes », estime NordVPN dans une récente publication.

L’ingénierie sociale repose sur la tromperie et la persuasion pour contourner les mesures de sécurité technologiques. Elle s’adresse directement à la psychologie de la victime afin de le mettre en confiance et l’amener à utiliser des vecteurs d’infection ou d’intrusion. Parmi ces techniques, la plus répandue est l’hameçonnage. Il s’agit pour l’attaquant d’envoyer un e-mail invitant la personne visée à cliquer sur un lien qui le mènera vers un site ou un document infecté.

Le défi dans ce genre d’attaques est d’élaborer un mail qui soit le plus convaincant possible pour amener l’utilisateur à cliquer sur le lien ou le document joint. L’exemple le plus connu est celui du mail vous invitant à mettre à jour votre carte vitale (attaque de 2018 en France), ou à entrer vos coordonnées bancaires… Malgré les mises en garde cette forme d’attaque reste très répandue, car peu onéreuse et pouvant être menée à grande échelle.

L’«  appâtage  » ou le cadeau tombé du ciel

C’est l’une des techniques qui nécessitent le moins d’interaction humaine. Il s’agit de proposer, ou mieux d’offrir tout ce qui peut être un vecteur de contamination. Ce peut être sous forme numérique comme des logiciels gratuits, des films ou de la musique ou un objet, le plus souvent une clé USB.

Pendant une certaine période, l’une des attaques pas « appâtage » les plus populaires consistaient simplement à offrir ou à laisser traîner une clé USB infectée. Dans un contexte professionnel, la clé une fois branchée peut infecter tout le réseau de l’entreprise et causer de gros dégâts.

Le ‘pretexting’ ou comment endormir la méfiance

Cette technique peut prendre plusieurs formes. Il s’agit pour les attaquants de susciter un climat de confiance en se faisant passer pour un interlocuteur de confiance. Cette méthode est généralement utilisée dans les attaques ciblées, car elle nécessite de faire des recherches poussées pour mieux connaitre la victime. Ainsi, l’attaquant peut inventer des histoires crédibles qui s’insèrent dans un contexte spécifique et connu de la victime.

En voici un exemple : lors d’une préparation d’attaque, le cybermalfaiteur découvre que sa victime, un riche homme d’affaires, est un généreux donateur à une fondation de bienfaisance. Quelques jours plus tard, le généreux donateur reçoit une superbe souris d’ordinateur de la part de sa fondation préférée, en remerciement de sa générosité. Bien entendu, la souris était piégée. Une attaque rondement menée, peu onéreuse et sans avoir besoin de téléphoner ou d’inventer des histoires abracadabrantes.

Comment se prémunir  ?

Face aux attaques par ingénierie sociale, l’être humain est le maillon faible et les cybermalfaiteurs l’ont bien compris. Le meilleur antidote est la sensibilisation et la formation des utilisateurs. Il ne s’agit pas de créer un climat de paranoïa, mais d’apprendre aux utilisateurs à détecter les anomalies qui pourraient révéler une tentative d’ingénierie sociale.

Un utilisateur bien entraîné appliquera des procédures de vérification instinctivement. Et avec la pratique, il pourra rapidement repérer les anomalies, et les petits indices qui le mettront en alerte. Voici quelques recommandations dont certaines peuvent sembler évidentes, mais en matière de sécurité rien n’est évident :

  • Ne pas cliquer et télécharger à tort et à travers est le premier précepte à intégrer,
  • Vérifier la provenance des messages. L’adresse de l’envoyeur est un indice généralement fiable de la provenance d’un e-mail d’hameçonnage,
  • Vérifier les e-mails en provenance de personnes connues, collègues, amis ou famille. Le vol d’identité permet aux cybermalfaiteurs de se faire passer pour des personnes de confiance,
  • N’accepter aucun cadeau physique ou numérique à moins d’être sûre de sa provenance,
  • Ne pas répondre à des demandes d’information. Certaines propositions peuvent aussi être des pièges comme des propositions d’aide ou des demandes d’aide,
  • Verrouiller systématiquement ses ordinateurs, mobiles et périphériques,
  • Avoir conscience des informations que vous disséminez sur vous et sur votre entreprise…
    Sources : diverses - MOTS CLES : cybersécurité hameçonnage Ingénierie sociale Phishing

Home -https://itsocial.fr – « IT Social est le média des tendances et usages IT, Tech et Business avec 100,000 visiteurs DSI & Décideurs IT chaque mois. Contactez-nous : contact@itsocial.fr

logo-itsocial - Le Cercle des économistes

Source : https://itsocial.fr/enjeux-it/enjeux-securite/cybersecurite/lingenierie-sociale-contrer-manipulation-psychologique-a-fins-descroquerie/

Retour au début du sommaire

A propos - Aimez-vous influencer les autres ? Si vous êtes honnête, la réponse est oui ! Êtes-vous à l’aise avec l’influence ? Probablement pas ! Pourquoi ? Parce que l’influence a longtemps été diabolisée et confondue, à tort, avec la manipulation ou la domination.
Il est temps de clarifier cette notion d’influence, omniprésente dans notre vie, la revaloriser et lui redonner toute sa place et son importance. Vous découvrirez pourquoi et quand influencer, qui peut influencer et enfin comment fonctionne l’influence. Cette action est au coeur de la communication et de la vie sociale : dès que l’on communique on s’influence presque immédiatement.

Apprenez à mieux influencer, mais aussi et surtout à apprécier d’être influencé(e) Acheter l’ebook 3.99 €

Source : https://halldulivre.com/ebook/9782889059201-l-art-d-influencer-avec-integrite-la-force-de-la-douceur-patrice-ras/

Retour au début du sommaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Résumé - Comment, dans la vie professionnelle comme dans la vie privée, atteindre ses objectifs tout en respectant ceux d’autrui ? En communiquant différemment. Pionnière d’une nouvelle conception des relations humaines, Génie Laborde, consultante en communication, dévoile dans ce best-seller international, riche de métaphores et d’images, les techniques qu’elle enseigne depuis des années aux cadres d’entreprises prestigieuses comme IBM, Coca Cola, ITT, American Express, etc…

Ces techniques très efficaces et simples à mettre en pratique sont principalement basées sur la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), qui s’attache à rechercher non pas le pourquoi des comportements négatifs mais le comment des comportements positifs. Comme pour tous les lecteurs de Génie Laborde depuis plus de 30 ans, ce livre va vous ouvrir de nouvelles perspectives. En vous donnant les clés de nos comportements, il va vous permettre de changer, progresser et réussir : d’atteindre vos objectifs, et en particulier vos objectifs professionnels.

Sommaire

  • Objectifs
  • Le rapport
  • Perception + pensée : communication
  • L’acuité sensorielle
  • La main aux cinq pointeurs
  • Les techniques de réunion
  • La flexibilité
  • Les techniques de vente syntoniques
  • La négociation
  • Notion de congruence
    [Note de Wikipédia : Syntonie - Sur les autres projets Wikimedia :
  • L’humeur syntone, ou syntonie, est celle qu’on observe chez un individu qui semble totalement et sans distance, intégré à son environnement instantané. Kretschmer a observé que ce phénomène est particulièrement remarquable dans le cadre des tempéraments cyclothymiques, cycloïdes ou maniaco-dépressifs.
  • En radiodiffusion, la recherche de la syntonie est le fait de fixer une même longueur d’onde à l’émetteur et au récepteur. Ceci est effectué par le biais d’un syntoniseur… ].
    Note de Wikipédia : à propos de la notion de Congruence >

Sciences formelles et sciences de la nature :

Biologie

  • En anatomie, on parle de congruence des surfaces articulaires. Deux surfaces sont congruentes lorsqu’il y a un emboitement parfait, c’est le cas de l’articulation coxo-fémorale. Contrairement à l’articulation du genou où les surfaces articulaires sont rendues congruentes par les ménisques.
  • En phylogénie, on parle de congruence entre deux arbres lorsqu’ils sont symétriques et montrent une coévolution entre deux groupes (exemple hôtes/parasites).
    Chimie et minéralogie

Derrière le terme de congruence se cachent des notions semblables mais de niveaux d’abstraction différents. Historiquement, la notion de congruence sur les entiers relatifs a été introduite par Gauss vers 18011.

  • En arithmétique modulaire, deux entiers relatifs sont congrus modulo n s’ils ont le même reste dans la division euclidienne par n. Exemple : 7 et 10 sont congrus modulo 3, puisque leur division par 3 donne le même reste 1. On peut donc aussi dire qu’ils sont congrus modulo n si leur différence est un multiple de n.
  • Dans la mesure des angles orientés, on dit que deux mesures sont congrues modulo 2π si et seulement si leur différence est un multiple de 2π. Cela caractérise deux mesures d’un même angle.
  • En algèbre, on parle
    • de congruence modulo I dans un anneau commutatif (R, +, *) dont I est un idéal :
      x est congru à y modulo I si et seulement si x - y appartient à I.

Cette congruence est une relation d’équivalence, compatible avec les opérations + et * et permet de définir un anneau quotient R/I.

Les deux notions précédentes deviennent alors des cas particuliers de cette définition plus générale.

    • de congruence modulo H dans un groupe G quand H est un sous-groupe de G.
      x est congru à y modulo H si et seulement si x ⋆ y − 1 \displaystyle x\star y^-1

appartient à H.

Cette relation est une relation d’équivalence permettant de construire un ensemble quotient qui, si H est un sous-groupe distingué, est un groupe quotient.

    • de congruence dans un semi-groupe (G,*) pour toute relation d’équivalence compatible avec la loi *. Cette définition est plus large que la précédente mais on ne parle alors plus de congruence modulo ...
  • Toujours en algèbre, deux matrices carrées sont dites congruentes si elles représentent la même forme bilinéaire dans deux bases différentes.
  • En géométrie riemannienne, une congruence est l’ensemble des courbes intégrales associées à un champ de vecteurs.
  • On trouve parfois, sous l’influence de l’anglais, le terme de congruent mis à la place de isométrique. Il s’agit alors d’une simple relation d’équivalence sur l’ensemble des figures planes.
    Sciences humaines et sociales
  • En psychothérapie, congruence est le terme employé par Carl Rogers pour indiquer une correspondance exacte entre l’expérience et la prise de conscience.
  • En géographie, la congruence est « l’adaptation réciproque »2.
  • En sémiotique, on parle de congruence lorsque des homologies partielles peuvent être établies entre différentes couches de signification, au sein d’un système pluri-isotopique. On parle, en littérature, de congruence entre isotopies ou entre schémas narratifs, ou encore de congruence énonciative3.
  • En droit, on parle de congruence pour désigner le phénomène de rapprochement des ordres juridiques internes et internationaux, qui permet, de cette manière, d’éviter des conflits irrésolus de normes. Par exemple, la Constitution française reconnaît que la participation à l’Union européenne, le respect de sa législation, est une exigence constitutionnelle (art. 88-1 Cons.)4, tandis que les traités européens reconnaissent la spécificité des ordres constitutionnels des États membres5. Ainsi, bien que chaque ordre affirme sa primauté sur l’autre6, une disposition européenne contraire à la constitution française pourra être annulée non seulement par le juge interne, mais aussi par le juge européen, puisqu’elle serait, par conséquent, contraire à l’article 4, §2, du Traité sur l’Union européenne… ].
    Caractéristiques du livre à retrouver sur ce site : https://www.decitre.fr/livres/influencer-avec-integrite-9782729612580.html

Retour au début du sommaire

Techniques variées issues de la Modélisation PNL. Leurs usages coordonnés et intégrés permettent d’explorer le « vécu subjectif », objet de la PNL.

La programmation neuro-linguistique (abrégée « PNL » en français, et « NLP » en anglais) est un outil pseudo-scientifique de médecine alternative de communication verbale et non verbale, de développement personnel et d’accompagnement au changement. Élaborée dans les années 1970 aux États-Unis, à l’origine par John Grinder et Richard Bandler1 (qui a déposé la marque en 1976)Note 1, elle est ensuite développée par de nombreux autres contributeurs dont Robert Dilts.

La PNL se présente comme l’étude des processus comportementaux acquis, considérés comme une Programmation Neurologique représentée par la Linguistique3. S’intéressant exclusivement aux informations émises sans interpréter les causes4, la PNL formalise des protocoles permettant l’exploration et l’évolution de ces structures comportementales. En s’intéressant notamment aux représentations mentales et aux automatismes, elle les identifie, les schématise et peut les proposer comme stratégie : très schématiquement, si une personne qui échoue dit se répéter « c’est dur », la « programmation » : « je peux le faire », associée à la réussite chez d’autres, peut être proposée. La PNL vise ainsi à décrire puis à reproduire les comportements efficaces5 et ses techniques préétablies6 se fondent sur des présupposés7 visant à décrire ce qui est associé à l’expérience subjective8 d’un sujet.

Principe fondamental de la PNL, cette méthode nommée modélisation se décline en une grande variété de techniques élaborées au fil de l’histoire de la discipline. Les premières sont appelées métamodèle ; établies à partir de 1973, elles sont linguistiques9. En 1975 s’y ajoutent la modélisation de l’expérience subjective et celle des méthodes expérimentales observés chez d’autres thérapeutes (dont Fritz Perls, Virginia Satir puis Milton Erickson)10. D’autres modèles suivront dont les sous-modalités en 1976, les méta-programmes en 1979 et la ligne de temps en 1987. Ils seront organisés et coordonnés selon le modèle des niveaux logiques par Robert Dilts en 198511.

Divers domaines d’application de la PNL ont été explorés depuis 1980 : créativité, sport, management, pédagogie et communication. La psychothérapie neuro-linguistique a alors été distinguée par une abréviation spécifique : PNL. Une PNL de troisième génération11, proposé par Dilts en 200611, élargit l’approche aux systèmes dans lesquels sont inclus les personnes et s’intéresse aux groupes sociaux.

L’apprentissage de la PNL est ouvert à tous et sa pratique n’est pas réglementée. Des formations PNL peuvent donc être dispensées hors de tout standard. Mais pour limiter les abus, les associations internationales (IANLP, INLPTA, IN, etc.) et nationales (NLPNL, ANLP, ABNLP, etc.) imposent aux enseignants s’y rattachant qu’ils respectent des cursus précis et qu’ils adhèrent à un code de déontologie et une éthique professionnelle spécifiques à chaque association. En pratique souvent utilisé avec d’autres disciplines (hypnose, thérapie brèves, etc.), la PNL tend à devenir une psychothérapie intégrative, s’associant aux apports de différentes approches.

Parmi les critiques de la PNL, on trouve les affirmations suivantes12 :

  • elle manque de base scientifique, mais ne prétend pas à être scientifique non plus13 ;
  • son efficacité thérapeutique ne dépasse pas celle d’un milieu familial aidant ou d’une aide apportée par un membre d’une église ;
  • elle fait référence à ses éléments théoriques délaissés ;
  • elle instrumente l’autre et pousse ainsi à des dérives sectaires14 ;
  • elle utilise un langage scientifique, fait preuve de syncrétisme et simplification14.
    Sommaire

Retour au début du sommaire


  • La manipulation : apprendre à la repérer et la déjouer - Présentée par Marie-Charlotte Laudier UA-169583 – ‘Voyage intérieur’, mercredi 5 mai à 2h30 - Durée émission : 29 minutes – Emission RCF
    La manipulation est partout dans notre quotidien, à des degrés plus ou moins importants, avec un niveau d’acceptabilité plus ou moins large. Comment la repérer et la déjouer ?Haut du formulaire

Ça peut être le chantage affectif de votre mère, la malveillance d’un collègue de travail, ou des amis qui abusent de votre gentillesse sans scrupules, la manipulation peut se cacher dans de multiples relations sans que nous en soyons toujours conscients. Comment repérer les attitudes néfastes ? Comment sortir de la manipulation ?

Marie-Charlotte Laudier et son invité, Christophe Carré, auteur de ’La manipulation au quotidien’ et conférencier, nous donnent quelques pistes de réflexions dans Voyage Intérieur cette semaine.

La manipulation : un jeu relationnel qui nous concerne tous ?

Pour Christophe Carré, la manipulation est partout présente alors que c’est un sujet compliqué à aborder, notamment la manipulation interpersonnelle qui concerne des individus d’un entourage proche comme la famille ou les collègues de travail. Pourtant, tout le monde serait un peu manipulateur. ’Il est très difficile d’échanger sans chercher à séduire, convaincre, à persuader les gens’ constate le conférencier.

On peut même manipuler sans s’en rendre compte. ’Il y a un très grand nombre de manipulations, qui sont des manipulations de méconnaissances, d’ignorances, de difficultés à exprimer [...] parfois manipuler l’autre c’est le plus court chemin pour arriver à obtenir quelque chose de lui’ explique Christophe Carré.

Comment éviter d’être manipulé ?

Il y a différents types de manipulation, plus ou moins complexes et dangereux. Certains, sont des moyens de défense parfois inconscients, d’autres ont vocation à influencer de façon néfaste la personne visée. Par ailleurs, tout le monde ne réagit pas de la même manière à la manipulation. Cela dépend beaucoup du caractère de chacun. ’Il n’y a pas vraiment de standard de réactions par rapport à ça, chacun à sa propre sensibilité’ explique Christophe Carré.

Alors qu’aujourd’hui nous avons parfois tendance à parler de tout comme d’une ’manipulation’, Christophe Carré nous invite à ’prendre des pincettes’ sur ce sujet. ’Il ne faut pas hurler au loup, il faut observer ce qu’il se passe et surtout avoir conscience des choses, ce qui permet, d’un point de vue pédagogique, d’évoluer c’est de comprendre la manipulation, comprendre comment soi-même on est manipulable, comment on entre dans le jeu, car s’il n’y avait pas de manipulé, il n’y aurait pas de manipulateur.

Invités : Christophe Carré, auteur et conférencier

Bibliographie : La manipulation au quotidien Christophe Carré Eyrolles (2017)

Vous êtes ici : Accueil Voyage intérieur

RCF, radio chrétienne, actualité, spiritualité, culture, direct, podcast

Source : https://rcf.fr/vie-quotidienne/psychologie/la-manipulation-apprendre-la-reperer-et-la-dejouer

Retour au début du sommaire


  • {{}}La manipulation : savoir en faire bon usage – Emission radio RCF - Présentée par Marie-Charlotte Laudier UA-169585 – ‘Voyage intérieur’, mercredi 12 mai à 2h30 - Durée de l’émission : 29 minutes - Illustration © Photo by REX WAY on Unsplash
    La manipulation au service de nobles causes : info ou intox ? Christophe Carré, spécialiste des conflits, nous fait découvrir la mystérieuse ’manipulation bienveillante’.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

La manipulation est une pratique qui n’a pas bonne presse et dont il faut très souvent se méfier comme nous l’avons vu dans une précédente émission . Pourtant, elle n’est pas toujours néfaste ou mal intentionnée. Elle peut servir de nobles causes et il peut être alors utile d’en connaître les rouages pour faire du bien autour de soi.

Marie-Charlotte Laudier explore ce thème avec Christophe Carré, spécialiste des conflits et auteur de différents ouvrages sur ces questions notammentLa Manipulation au quotidienet Manuel de manipulation à l’usage des gentils publié aux éditions Eyrolles.

Qu’est-ce que la manipulation ?

Une notion assez récente qui serait apparue dans le vocabulaire uniquement au XVIIIème siècle. Ce n’est qu’en 1997 que le dictionnaire Le Petit Robert décrit, en quatrième entrée, la manipulation comme une parade stratégique, après l’expérience de laboratoire et d’autres définitions plus scientifiques. 

Pourtant les psychologues sociaux travaillent depuis plus d’un siècle sur la question précise Christophe Carré ’et n’en font pas quelque chose de négatif à priori’ ajoute-t-il. Pour eux, la manipulation est une pratique qui est ’plus ou moins délibérée [...] et vise à agir sur la volonté d’une personne afin d’obtenir d’elle un changement de jugement, d’opinion ou de comportement sans que celle-ci est conscience de l’opération’.

Existe-t-il une forme de manipulation positive ?

’Lorsqu’elle est utilisée de façon consciente, douce et bienveillante la manipulation peut-être avantageuse et bénéfique’ souligne Christophe Carré qui a consacré un ouvrage à cette thématique, ’Manuel de manipulation à l’usage des gentils’publié aux éditions Eyrolles. Dans ce cas précis l’objectif de la manipulation est d’aider la personne ’manipulée’ à se révéler, se dépasser mais surtout l’aider à progresser.

Le moyen de différencier une manipulation négative d’une manipulation bienveillante est d’analyser à qui la manipulation profite. Si elle permet au manipulé de se sentir mieux, de progresser, de sortir d’une impasse, alors la manipulation peut avoir un rôle positif. Pour illustrer cela, Christophe Carré prend l’exemple d’une médecin qui administre un placebo à un patient.

Invité : Christophe Carré, auteur et conférencier

Bibliographie :

La manipulation au quotidien et de Manuel de manipulation à l’usage des gentils - Christophe Carré - Eyrolles (2013)

RCF, radio chrétienne, actualité, spiritualité, culture, direct, podcast

RCF recrute pour sa matinale

Source : https://rcf.fr/vie-quotidienne/psychologie/la-manipulation-savoir-en-faire-bon-usage

Retour au début du sommaire


  • Point de vue maçonnique – « Être sous influence ! Un risque pour tous ! » Par Matéo Simoita (Photo) – Contact - Document ‘idealmaconnique.com’ – Non daté ; diffusion mai 2021
    La manipulation mentale est une conséquence d’une relation amicale, parfois ’fraternelle’, qui se pervertit. Il faut en avoir conscience, la pressentir, pour éviter de tomber dans son piège. Cet article a pour but d’aider à la comprendre pour la prévenir.

Rappelons tout d’abord qu’une relation interpersonnelle normale voire harmonieuse sous-entend le partage, la bienveillance et l’absence d’ascendant ; elle n’induit pas la déstabilisation, l’inquiétude ou la dépendance affective.

Tout devient différend lorsque l’amitié débouche sur une relation d’influence qui évolue vers la manipulation mentale.

La manipulation se définit comme une relation psychologique particulière (le plus souvent perverse) soit interpersonnelle (c’est-à-dire entre deux êtres humains) soit dans le cadre d’un groupe humain et cela peut se voir en loge maçonnique.

https://static.wixstatic.com/media/...;mv2.jpg/v1/fit/w_244,h_146,al_c,q_20/file.jpg

Dans la relation interpersonnelle, il y a un manipulateur (ou une manipulatrice) et une personne dite manipulée, c’est-à-dire sous influence perverse.

Dans la relation de groupe, le manipulateur (ou la manipulatrice) exerce généralement son influence perverse sur une partie du groupe. Il y a aussi une manipulation mentale possible dans le cadre des comportements collectifs induits par des communications élaborées grâce aux techniques d’intelligence artificielle.

La relation perverse aboutit à créer chez la personne manipulée un vécu douloureux capable d’engendrer des troubles psychopathologiques du comportement.

Le risque principal de ce type de relation est la « destruction morale » de la personne manipulée. Illustration

Le mécanisme de la manipulation :

Que ce soit dans le milieu familial, professionnel ou associatif, toute manipulation se déroule le plus souvent en trois phases :

  • L’emprise : Le manipulateur (ou la manipulatrice) suscite toujours une grande empathie, c’est-à-dire la capacité de donner à l’autre l’impression d’être compris. Cette empathie suscite la confiance et la proximité. Petit à petit, l’empathie laissera la place à une certaine froideur cynique. L’emprise deviendra manifeste avec l’apparition de la dépendance affective du manipulé (ou de la manipulée) vis-à-vis du manipulateur (ou de la manipulatrice). L’empathie initiale se transforme ensuite pour susciter la culpabilité et la dévalorisation.
  • Le harcèlement : C’est le deuxième stade de la relation ; la pression morale et ou affective devient omniprésente déclenchant des émotions intenses de nature variable alternant entre joie et détresse, rires et pleurs, bonheurs et malheurs.
  • La soumission : c’est l’aboutissement de la manipulation qui permet au manipulateur (ou à la manipulatrice) de « jouer » en fonction de ses propres pulsions.
    Le processus de la manipulation utilise plusieurs outils :
  • La séduction,
  • Le mensonge et l’affabulation,
  • Les critiques culpabilisantes plus ou moins fondées,
  • Les menaces.
    Comment savoir si on est manipulé-e dans le cadre d’une relation interpersonnelle ?

La question peut se poser si ces ressentis sont éprouvés :

1. Le sentiment de douter de plus en plus de soi-même :

2. Une relation intense sur le plan émotionnel qui produit une grande attractivité du manipulateur (ou de la manipulatrice) à qui on attribut toutes les qualités,

3. La peur de l’abandon, fruit de la dépendance affective

4. Le sentiment que la relation induit un malaise et une insécurité.

5. L’exigence de l’exclusivité de la relation. Le manipulateur (ou la manipulatrice) ne supporte pas qu’une autre relation existe avec d’autres personnes.

6. La perte d’autres liens relationnels en dehors de la relation avec le manipulateur (ou la manipulatrice).

7. L’utilisation de la violence qu’elle soit verbale ou physique par le manipulateur (ou la manipulatrice).

Manipulation dans les relations de groupe.

Le processus est le même avec des spécificités :

  • La manipulateur (ou la manipulatrice) a très souvent une grande intelligence qui lui permet de s’impliquer fortement dans l’activité associative et d’en connaître les rouages.
  • L’accès aux fonctions de leadership facilite l’emprise.
  • Le rôle important du verbe et du discours comme vecteur de l’emprise et ensuite comme outil de harcèlement et d’autoritarisme,
  • Le harcèlement se produit, en fonction des circonstances, sur des différents membres du groupe soit vers des sujets manipulés soit à l’égard de celles et/ou de ceux qui refusent la manipulation,
  • La réunionite est un élément facilitateur de la manipulation.
    Le cas particulier des manipulations commerciales et politiques grâce à l’intelligence artificielle :

C’est une forme de manipulation de groupes ; elle connaît aujourd’hui une actualité particulière avec l’utilisation de l’intelligence artificielle et des ‘blocks chains’. Grâce aux algorithmes, il est facile d’analyser les comportements des consommateurs ou des citoyens, ce qui permet de concevoir des messages qui seront compris comme les éléments classiques d’une manipulation mentale : emprise, dépendance affective, dévalorisation, harcèlement.

Le fonctionnement d’une loge maçonnique facilite la démarche du manipulateur (ou de la manipulatrice) grâce à :

  • Une intrusion facilitée dans l’intimité,
  • Une proximité liée à la fréquence des rencontres fraternelles,
  • La pseudo-hiérarchie des grades.
    La manipulation en loge se manifeste soit dans le cadre de relations interpersonnelles soit dans le fonctionnement même de la loge.

La présence d’un manipulateur (ou d’une manipulatrice) dans une loge est toujours suivie de problèmes relationnels qui ne sont pas faciles à gérer. Peuvent s’en suivent des départs sous différentes formes, des scissions ou des mises en sommeil.

Que faire dans une situation de manipulation ?

Sachant la difficulté de trouver une solution de « conciliation », deux attitudes s’imposent :

  • Rechercher une aide psychothérapique : la personne manipulée a besoin d’une aide ; seul un-e psychothérapeute est à même de lui apporter cette aide pour l’aider à prendre des distances avec son manipulateur (ou sa manipulatrice) ;
  • Rompre la relation ; il n’y a pas de négociation possible avec un manipulateur (ou une manipulatrice), seule la rupture de la relation perverse peut sauver la personne manipulée.
  • En ce qui concerne la manipulation induite par les messages conçus par l’intelligence artificielle, là aussi seul l’arrêt de la fréquentation des informations en continu est la solution.
    Comment prévenir et éviter de se trouver dans une telle situation :

Tout le monde peut être amené à être manipulé ! Il ne faut pas croire que seules les personnes dites ’fragiles’ sont concernées.

Quelle que soit la sympathie que l’on peut ressentir pour quelqu’un, la prudence dans l’établissement d’une nouvelle relation doit prévaloir.

Il est toujours important de préserver son intimité. C’est toujours difficile dans une relation amoureuse ou familiale mais il faut quand même y veiller ; cela doit s’imposer de façon automatique pour tous les autres types de relation interpersonnelle ou dans les relations de groupe.

Il est toujours préférable d’éviter une relation unique. Être capable de diversifier ses relations est un bon moyen d’éviter de tomber dans le piège d’une manipulation.

Pour éviter la manipulation mentale pouvant être induite par l’utilisation de l’intelligence artificielle, la prévention consiste à diversifier ses sources d’information et de maîtriser son utilisation des GAFA.

Pour aller plus loin :

  • l’abolition de la ségrégation des genres,
  • les non-croyants (et athées),
  • une approche des autres cultures du monde,
  • les profanes aussi
  • tout ce que l’intelligence humaine a produit et continue de produire.
    Nous proposons aussi une réflexion sur des réformes indispensables pour résoudre les problèmes qui se posent, en particulier dans le fonctionnement des obédiences. Si vous aussi, vous vous reconnaissez dans ces valeurs et dans cette démarche, n’hésitez pas à apporter votre contribution et à vous abonner (voir formulaire à remplir) ; l’abonnement constitue un soutien moral indéniable. Ensemble nous pouvons contribuer à valoriser ce bel idéal qui est le nôtre et à redonner une plus grande lisibilité à notre engagement dans le monde ! - Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Idéal Maçonnique : quelques sœurs et frères de différentes obédiences et n’ayant comme unique motivation que celle de transmettre notre amour de la Franc-Maçonnerie dans une optique de pragmatisme et de modernité. Notre animateur, c’est Mateo Simoita, un franc-maçon du GODF qui a plus de 40 ans d’ancienneté maçonnique.

C’est aussi notre signature commune. Mateo Simoita, responsable du site idealmaconnique.com - Médecin retraité ; initié en 1979 au Grand Orient de France.

Une nouvelle obédience : La Grande Loge de l’Europe et de la Méditerranée (G.L.E.M)

Source : https://www.idealmaconnique.com/post/%C3%AAtre-sous-influence-un-risque-pour-tous

Retour au début du sommaire


  • Pour mémoire : un évènement passé - Les mégadonnées et la manipulation mentale : perspectives de la recherche en psychologie - Mercredi 16 Janvier, 2019 - Jeudi 17 Janvier, 2019
    Lieu : UNESCO HQ, Salle VIII, 75007, Paris, France - Contact : s.tawil@unesco.org

La plupart des gens instruits sur la planète possèdent un ordinateur et/ou un smartphone
connecté à Internet. De grandes entreprises américaines, telles que Facebook et Google, offrent un accès gratuit en échange des données des utilisateurs. Pour maximiser les revenus tirés de la publicité, ils doivent maintenir l’intérêt des utilisateurs en ligne le plus longtemps possible.

Les données des utilisateurs sont vendues à des courtiers, mélangées à d’autres bases de données, et des algorithmes d’intelligence artificielle personnalisent le contenu que les utilisateurs verront ensuite. Les clients des entreprises de médias en ligne peuvent vouloir inciter les jeunes à faire certains achats, à s’engager dans les médias sociaux ou à influencer/manipuler les électeurs par des données biaisées ou fausses.

Comment est-il possible de ’détourner’ l’esprit des citoyens du monde sans leur conscience ou leur consentement ? La recherche psychologique montre la voie. Certains aspects de la mémoire et de la cognition ont pris naissance dans le passé évolutionnaire lointain des animaux et de l’inconscient.

Contrairement à la pensée délibérée, la mémoire implicite est cachée, ineffable et fonctionne de façon très similaire dans toutes les cultures. Le contrôle de l’esprit par cette porte dérobée de la mémoire humaine a des implications éthiques et politiques importantes, y compris pour l’éducation.

Conférencière : Mme Helen Abadzi, ancienne experte de la Banque mondiale et actuellement professeur à l’Université du Texas à Arlington, a passé en revue les recherches psychologiques qui rendent ces nouveaux phénomènes possibles. Elle présentera ces résultats et s’engagera dans un débat/discussion.

www.unesco.org - Clause de non-responsabilité Politique de confidentialité Nom & Logo de l’UNESCO FAQ Protection des droits de l’homme : procédure 104 Politique d’accès à l’information Portail de transparence Messages frauduleux Audit et enquêtes Politique d’accès à l’information

UNESCO

Expliquez-nous... l’Unesco

© UNESCO 2019 - https://fr.unesco.org/events/megadonnees-manipulation-mentale-perspectives-recherche-psychologie

Communication concernant Helen Abadzi - Présentation en anglais – Formatrice : Helen Abadzi - Cognitive psychologist and polyglot (PhD) - Informations personnelles : Dr. Helen Abadzi is a Greek psychologist. After 27 years at the ‘World Bank’, she is research faculty at the ‘University of Texas at Arlington’. She is a polyglot of 19 languages, most of which were learned in order to provide accurate technical advice to various countries. She monitors daily the cognitive neuroscience research and extracts policy advice and applications to improve the education of lower-income learners. Her presentations and publications helped raise early-grade reading fluency to a high-level international priority. Mes cours (1) > Reading Essentials by Helen Abadzi>>> 4 heures au total 20 sessions Tous les niveaux - Prix actuel : gratuit -Les meilleures entreprises choisissent Udemy for Business pour développer les compétences professionnelles dont elles ont besoin. Source : https://www.udemy.com/user/helenabadzi/

Retour au début du sommaire


  • Atteintes à la personne - Emprise mentale et vulnérabilité – Exemples et références proposées par l’UNADFI (Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de Sectes) – Emprise mentale et soumission Publié le 11 juin 2020 France - Mots-Clefs : Abus sexuels, Emprise mentale, Manipulation mentale, Psychiatrie, Psychologie
    On parle d’emprise mentale lorsqu’un individu ou un groupe exerce, d’une façon ou d’une autre, une tentative de contrôle, le plus souvent psychique, sur autrui entraînant une déstabilisation des processus décisionnels, de la capacité à juger, du pouvoir d’auto critique. Autrement dit, la manipulation mentale est le fait d’obtenir de quelqu’un qu’il fasse ou pense quelque chose, sans qu’il ne s’en aperçoive véritablement, sans qu’il puisse décoder que sa réflexion est hors service.

Le psychiatre Daniel Zagury, désigné en 2019 par les juges d’instruction pour analyser la notion d’emprise mentale dans le dossier Tariq Ramadan, vient de rendre ses conclusions. Pour rappel, l’islamologue suisse est sous le coup de quatre mises en examen pour viol. Lire la suite

[Informations sur Daniel Zagury

Daniel Zagury, né en 1950 à Courbevoie, est un psychiatre des hôpitaux français, spécialiste de psychopathologie et de psychiatrie légale, chef de service et expert auprès de la cour d’appel de Paris. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Zagury

Daniel Zagury, expert-psychiatre - En savoir plus - Biographie de Daniel Zagury : Chef de service au Centre psychiatrique du Bois-de-Bondy, expert-psychiatre, auteur de L’énigme des tueurs en série - Les oeuvres de Daniel Zagury à retrouver à partir de ce site : https://www.franceculture.fr/personne-daniel-zagury.html ].

Comprendre l’emprise psychologique Publié le 12 décembre 2019 France - Mots-Clefs Emprise mentale, Violence psychologique

Le 3 septembre 2019 s’est ouvert le Grenelle contre les violences conjugales. L’un des onze groupes de travail, celui sur « les violences psychologiques et l’emprise », co-dirigé par Yael Mellul (ancienne avocate) et Hélène Furnon- Petrescu, a présenté ses propositions à Marlène Schiappa, parmi lesquelles la « nécessité de faire davantage condamner les violences psychologiques » et « la reconnaissance du suicide forcé chez les femmes se donnant la mort à la suit e de violences conjugales ». Lire la suite

Les aspects émotionnels du recrutement et de l’implication dans un groupe Publié le 8 octobre 2019 International - Mots-Clefs : Croyances, Emprise mentale, FECRIS, Manipulation mentale

Extraits de l’intervention de Yuval Laor lors de la conférence de la Féderation Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme (FECRIS), à Riga (Lettonie), le 2 juin 2018. Docteur en sciences humaines, Yuval Laor est membre de l’Open Minds Foundation qui réunit nombre de spécialistes anglais, européens et américains de sectes destructives, pour des travaux de recherche, d’échanges et d’éducation sur les manipulations et influences indues. Il a donné un aperçu de ses recherches sur la capacité de conversion soudaine à une croyance, sous l’effet de l’admiration et de la ferveur. Son travail apporte un regard novateur sur les aspects émotionnels du recrutement et de l’implication dans un groupe. Lire la suite

L’ emprise en milieu sportif : silence sur les maltraitances Publié le 14 décembre 2018 France - Mots-Clefs : Abus de faiblesse, Abus sexuels, Emprise mentale, Manipulation mentale, Sport, Violence

Les vies dévastées de la jeune gymnaste Elodie Lussac, de la joueuse de tennis Isabelle Demangeot ou des lanceuses de marteau Catherine Moyon de Baecque et Michelle Rouveyrol ont révélé au grand public qu’il existait dans les clubs sportifs de multiples formes d’emprise mentale (coachs-gourous, clubs-sectes, groupes de radicalisation religieuse), d’abus de confiance et de faiblesse (entraîneur séducteur/prédateur, médecin abusif, coéquipiers harceleurs), ou de domination autocratique (président de club tyrannique, maître répressif, parents despotiques) conduisant à des cas extrêmement préoccupants de maltraitances, de harcèlement physique, moral et sexuel, de violences à caractère pédophile, de troubles comportementaux graves (bigorexie, addictions aux produits dopants et aux drogues, etc…) ou de maladies psychiques poussant les victimes au suicide (dépression, burn-out, orthorexie, anorexie, etc..). (…)

La relation gourou/adepte Publié le 13 novembre 2018 Canada - Mots-Clefs : Emprise mentale, Personnes vulnérables

Marie-Andrée Pelland, professeure de criminologie à l’Université de Moncton (Canada), est revenue dans le quotidien québécois, Le Soleil, sur l’emprise et la relation entre gourous et adeptes. Lire la suite

Emprise sectaire et processus de vulnérabilité Publié le 11 avril 2017 France - Mots-Clefs : Emprise mentale, Personnes vulnérables, Phénomène sectaire

Les inscriptions pour la session 2017/2018 du diplôme universitaire « Emprise sectaire et processus de vulnérabilité » (Université Paris V René Descartes), sont ouvertes. Lire la suite

Risques sectaires pour les personnes âgées Publié le 13 mars 2017 France - Mots-Clefs : Domaines d’infiltration, Personnes âgées, Personnes vulnérables - Lire la suite

Emprise sectaire, des préjudices ineffaçables Publié le 1 avril 2016 France - Mots-Clefs : Aide aux victimes, Atteinte à l’enfant, Atteinte à la santé, Atteinte aux conditions du travail, Atteinte aux droits, Emprise mentale, Protection de la famille

Si la victime d’emprise sectaire est la personne qui subit les préjudices les plus importants, elle n’est pas la seule à être touchée, la famille et la société sont également concernées. Lire la suite

La dissonance cognitive Publié le 1 avril 2016 France - Mots-Clefs : Clés pour comprendre, Psychologie

Selon Romy Sauvayre l’abandon d’une croyance d’ordre existentiel (comme croire en la vie après la mort) est difficile : démenti factuel ou preuves scientifiques ne suffisent pas. La théorie de la dissonance cognitive éclaire cette persistance des croyances là où on attendrait plutôt sa fin… Lire la suite

L’emprise mentale, un phénomène progressif, extensif et durable Publié le 1er avril 2016 France - Mots-Clefs : Clés pour comprendre, Emprise mentale

Il serait faux de penser que les témoignages cités plus haut concernent des adeptes ayant perdu la raison : comme le souligne au contraire Romy Sauvayre, quelle que soit l’apparente étrangeté ou le caractère extrême de la croyance à laquelle adhère un individu, il a toujours de bonnes raisons, personnelles et cohérentes, d’y croire. Lire la suite

Exemples et références proposées par : UNADFI https://www.unadfi.org-* Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de Sectes. Centre d’accueil, d’étude et de documentation.

Copyright ©2021 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs. Association reconnue d’utilité publique, agréée par les Ministères de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) - Mentions légales et politique de confidentialitéConditions générales d’utilisationConditions générales de venteFlux RSS - Ce site est protégé par reCAPTCHA de Google : ConfidentialitéConditions. Adresse : 1, rue du Tarn 78200 Buchelay - 01 34 00 14 58

Vu de l’étranger | UNADFIAccueil / Clés pour comprendre / Atteintes à la personne /

Source : https://www.unadfi.org/rubrique/cles-pour-comprendre/atteintes-a-la-personne/emprise-mentale-et-vulnerabilite/

Retour au début du sommaire


Annexe – Quelques articles qui traitent de la santé mentale


Contenu de cette annexe concernant la santé mentale

A.À garder en tête - C’est quoi la santé mentale ?🙂☹-* Document ‘INSERM’

B.Santé mentale : définition et enjeux - 29 mars 2021 – Document ‘paca.ars.sante.fr’

C.La santé mentale et le Covid - Mise à jour : 12/04/2021 – Document ‘psycom.org’

D.Communication officielle - Assises de la santé mentale et de la psychiatrie : expert ou non, votre avis et vos propositions comptent ! - Publié le 11.05.21

A.
À garder en tête - C’est quoi la santé mentale ? 🙂☹ - Document ‘INSERM’

Être en bonne santé mentale, c’est se sentir bien et s’accomplir, être en mesure de surmonter les tracas de la vie quotidienne, d’étudier ou de travailler, d’échanger avec les autres et de contribuer à la vie de sa communauté. La santé mentale est donc un état de bien-être, indispensable pour être en bonne santé ’tout court’.

Il n’y a pas de santé sans santé mentale’, c’est l’Organisation mondiale de la santé qui le dit et elle a bien raison ! Mais on peut se l’avouer, personne ne nage en permanence dans le bonheur. Notre santé mentale fluctue en permanence, tout simplement parce qu’elle dépend de nombreux facteurs sur lesquels il est plus ou moins facile d’agir soi-même : des facteurs socio-économiques (ressources, logement, activités…), les événements que nous vivons (heureux ou malheureux), notre environnement et la dose de stress à laquelle il nous expose, notre hygiène de vie ou encore des facteurs biologiques, notamment génétiques… Notre santé mentale peut, bien sûr, être aussi altérée par une maladie, physique ou psychique. Et de manière réciproque, son altération peut déclencher le développement de troubles, comme la dépression ou différentes formes d’anxiété pour ne citer que les plus fréquents.

Ces troubles sont encore trop souvent tabous, considérés par certains comme des faiblesses et non de ’vraies’ maladies. Pourtant, les travaux de recherche le montrent bien, les maladies mentales ne sont pas des créations de notre esprit : elles naissent dans notre corps, et pas forcément dans notre cerveau d’ailleurs : des infections ou des altérations du microbiote intestinal semblent par exemple impliquées dans le déclenchement de certaines d’entre elles. Il s’agit bien de maladies à part entière, que l’on sait prendre en charge dans la plupart des cas.

Alors quand ça ne va pas, pour sa santé mentale et donc sa santé ’tout court’, il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin traitant. Dès lors qu’on n’arrive plus à accomplir ses tâches du quotidien, à maintenir des liens avec son entourage, à travailler et à trouver de la joie et du plaisir dans la vie, c’est qu’il y a un trouble à prendre en charge.

Illustration - Pour en savoir plus sur les maladies mentales et les recherches conduites pour améliorer leur prise en charge, consultez le Grand angle du dernier numéro du magazine de l’Inserm.

À lire aussi, nos dossiers d’information sur :

🔹 la dépression

🔹 les troubles anxieux

🔹 les troubles du stress post-traumatique

🔹 la schizophrénie

🔹 l’anorexie

Inserm - La science pour la santé

Fichier:Inserm.svg — Wikipédia

Source : https://www.inserm.fr/information-en-sante/c-est-quoi/garder-en-tete-c-est-quoi-sante-mentale

Retour au contenu de l’annexe / Santé mentale

B.
Santé mentale : définition et enjeux - 29 mars 2021 – Document ‘paca.ars.sante.fr’

La notion de santé mentale recouvre un champ très large qui renvoie à un état d’équilibre individuel et collectif et qui permet aux personnes de se maintenir en bonne santé malgré les épreuves et les difficultés. Souvent réduits à « la psychiatrie », les problèmes en santé mentale peuvent affecter chacun d’entre-nous.

Le saviez-vous ? Toutes les personnes peuvent se rétablir d’un trouble psychique, ne serait-ce que partiellement, et cela d’autant plus que le système de santé répond mieux aux besoins des personnes. 

1 personne sur trois vivra une expérience de trouble psychique au cours sa vie

A l’heure actuelle, plus de 500 troubles psychiques sont répertoriés et 1 personne sur trois vivra un trouble psychique au cours sa vie (source : OMS). Ces troubles en santé mentale ne sont pas forcément des pathologies et sont le plus souvent des états intermittents. Cela peut se matérialiser par des difficultés à dormir, a exprimer et contrôler ses émotions, à mobiliser ses compétences ou développer ses capacités.

1 personne sur 6 a un trouble psychique

Chaque individu a le pouvoir d’agir sur sa santé mentale en pratiquant des activités saines : avoir une vie sociale et affective riche et stable, développer une activité spirituelle, physique et sportive etc… Ce pouvoir d’agir de chaque individu ne peut se développer efficacement que si le collectif (les proches et l’organisation sociale) s’adapte à ses besoins. C’est pour cette raison que l’on parle de personne en situation de handicap psychique (ou psycho-social).

Le coût des troubles psychiques est devenu le coût de santé le plus important pour la société

La situation des personnes vivant avec un trouble psychique en France est préoccupante. La demande de soins et de soutien est en augmentation constante dans la population générale. L’action publique en santé tend à essayer d’éviter les déséquilibres trop importants et à renforcer les compétences de chacun pour se maintenir en équilibre et donc en bonne santé mentale.

Aujourd’hui, la santé mentale est le premier problème de santé publique, devant les maladies cardio-vasculaire et les cancers. 

En chiffre :

  • Le coût économique et social des troubles mentaux est évalué à 109 milliards d’euros par an.
  • Les troubles mentaux (maladies psychiatriques ou consommations de psychotropes) représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’assurance maladie par pathologie, avant les cancers et maladies cardio-vasculaires, soit 19,3 milliards d’euros.
  • 8948 décès par suicide ont été enregistrés en 2015 en France Métropolitaine (soit 25 par jour contre 9 pour les accidents de la route).
  • La France métropolitaine se situe parmi les pays de l’Union Européenne ayant un taux élevé de suicides (par ordre croissant du taux de suicide : 17ème sur 28 en 2014).
  • Enfin, on observe 200 000 passages aux urgences pour tentative de suicide par an.

Pourtant, la stigmatisation des personnes atteintes de troubles en santé mentale entraîne une réelle perte de chance



  • Les troubles psychiques ont des conséquences importantes sur l’espérance de vie, parfois jusqu’à 25 ans en moins.
  • Avoir un trouble psychique sévère augmente les risques de pauvreté (perte de logement, sans abrisme, exclusions, déclassement social, prison).
  • Les personnes qui ont un trouble psychique ont un taux d’employabilité beaucoup plus faible.

Il existe une forme de tabou autour des troubles psychiques et de la maladie mentale, alimenté par la peur.

A cela s’ajoute un faible niveau de connaissance de la population générale, des proches et des aidants professionnels sur la santé mentale.

Ce manque d’information et la stigmatisation des personnes étiquetées avec un trouble psychique constituent une perte de chance car ils entrainent une qualité de soins moindre et contribuent au manque d’inclusion sociale des personnes vivant avec des troubles mentaux.

Alors que :

  • 15% à 30% des personnes diagnostiquées avec une schizophrénie se rétablissent dans les 5 ans ;
  • la majorité des personnes qui ont des troubles psychiques ont 13 fois plus de risques d’être victimes d’agressions physiques ;
  • la majorité des personnes qui ont des troubles psychiques ne sont pas dangereuses pour les autres, mais sont en situation de danger.

Le rôle de l’agence ?

La politique de santé mentale de l’agence est transversale et inclut plusieurs champs d’action :

  • le développement des compétences psycho-sociales, la prévention et la promotion du bien-être, la prévention du suicide, la santé mentale des populations précaires ;
  • la psychiatrie, les soins de santé mentale aux détenus, les soins sous contrainte ;
  • l’addictologie, le logement inclusif, l’inclusion professionnel, l’autisme.
    Son rôle :
  • Organiser les soins et le parcours en santé mentale et garantir l’accessibilité à des soins de qualité pour toute la population.
  • Mener une politique de santé mentale globale, transversale et axée sur la prévention et l’inclusion sociale afin d’agir sur les déterminants sociaux de santé.

Informer, former et innover pour favoriser le rétablissementL’objectif est de sensibiliser et informer le grand public sur le bien-être mental, de travailler sur les attitudes et les comportements de la population et des professionnels envers les personnes présentant des troubles mentaux et d’informer sur les conséquences sur la qualité de vie des personnes.L’application ‘Mon Suivi Psy’Mon suivi psy, est une application mobile pour mieux connaître ses symptômes pour un meilleur accompagnement par son médecin. Ce service qui s’adresse à tous, créé par le Dr Lya Pedron, est développé par la Fabrique Numérique des Ministères Sociaux et l’Établissement public de santé Barthélémy Durand et est financé par l’Agence Régionale de Santé d’Île de France. > Consulter le site MonSuiviPsy

Aller plus loin - Document à télécharger : Feuille de route santé mentale et psychiatrie (pdf, 697.49 Ko)

Agence régionale de santé PACA -Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur Accueil du lundi au vendredi de 8h30 -18h00 - 132, Boulevard de Paris - 13003 Marseille 04 13 55 80 10

Une question sur le Covid-19 ? 0800 130 000

Organigramme et délégations - Horaires et contact ADELI

Projet régional de santé 2018-2023 | Agence régionale de santé PACA

Source : https://www.paca.ars.sante.fr/sante-mentale-definition-et-enjeux

Retour au contenu de l’annexe / Santé mentale

C.
La santé mentale et le Covid - Mise à jour : 12/04/2021 – Document ‘psycom.org’

L’épidémie et ses conséquences mettent notre santé mentale à l’épreuve. Pour la préserver, nous pouvons nous appuyer sur nos propres ressources ou demander de l’aide.

Sommaire

•Renoncer (pour un temps) à la sérénité

oUne période difficile pour tout le monde

oMieux comprendre nos émotions

oJusqu’où s’inquiéter du Covid

oSe rappeler comment on a surmonté nos difficultés dans le passé

oGarder en tête que cette période éprouvante aura une fin

•Prendre soin de notre santé mentale au quotidien

oCultiver la bienveillance envers nous-mêmes et envers les autres

oPrêter attention à notre sommeil

oS’activer tous les jours

oInstaller d’autres routines

oRéaménager son chez soi

oFaire des choses qui nous font du bien

oGarder le contact avec la nature

•Oser en parler

•Consulter un psy (pas de honte à ça)

oJe n’ai jamais vu de psy

oConsulter pour les troubles du sommeil

oConsulter pour l’anxiété

oConsulter pour la dépression

Renoncer (pour un temps) à la sérénité - Une période difficile pour tout le monde

L’épidémie de Covid-19 entraîne beaucoup de contraintes, d’incertitudes et de bouleversements dans nos vies, depuis le début de l’année 2020. L’anxiété, la tristesse ou l’inquiétude pour le futur sont des sentiments répandus. Nous réagissons ainsi car nous traversons une période qui est difficile pour toutes et tous, quels que soient notre âge ou notre situation. 

Pour certaines personnes, les circonstances sont particulièrement éprouvantes. C’est le cas par exemple d’étudiantes et d’étudiants qui se retrouvent coupés de leurs pairs, loin de leur famille et limités à internet dans les échanges avec leurs profs. Les personnes qui voient leurs revenus diminuer, celles dont l’emploi est menacé ou le logement précaire sont elles aussi fragilisées. D’autres encore affrontent la maladie ou le deuil.

Malgré ces différences, nous pouvons constater en regardant autour de nous que les difficultés sont largement partagées. Ainsi, nous devons admettre que la plupart d’entre nous voient leur confiance en l’avenir ébranlée. Il semble judicieux de renoncer, pour un temps, à la sérénité.

Nous n’avons pas à nous blâmer pour nos moments de doute, notre manque d’entrain ou notre état de fatigue. Ces manifestations peuvent nous surprendre ou nous déranger. Cependant, elles sont adaptées aux événements que nous vivons. Cela ne remet pas en cause notre valeur. Nous restons, tout ce temps, des personnes estimables.

Mieux comprendre nos émotions

La crise sanitaire produit des effets visibles, par exemple le séjour en réanimation de certains malades du Covid-19. D’autres sont plus discrets, comme les changements dans l’état émotionnel de la plupart d’entre nous. Nous nous sentons « à fleur de peau » mais bien souvent, nous nous efforçons d’ignorer notre ressenti, ou de le minimiser. 

Or la peur et la tristesse sont sans doute les émotions les plus partagées actuellement. Dans l’enquête CoviPrev menée régulièrement auprès des Français par Santé publique France depuis mars 2020, on observe une hausse générale de l’anxiété et des états dépressifs.

Il est parfois difficile de reconnaître nos émotions. La tristesse, par exemple. Les larmes en sont le signe le plus évident. Mais celle-ci peut aussi se manifester sous des formes moins attendues, comme le manque d’appétit ou même, de façon surprenante, un sourire affiché en toutes circonstances. Aussi, il est utile de prêter attention à nos réactions et de repérer, chez nous, les signes particuliers de la tristesse ou de la peur.

Certaines émotions sont considérées comme négatives, au motif que leur ressenti serait désagréable. Aussi, il est courant de chercher à réprimer sa peur, sa tristesse ou sa colère. Mais par un mécanisme désormais bien établi en psychologie, cette tentative produit l’effet inverse de celui recherché. Moins nous accordons de place à une émotion, et plus elle en prend.

En pratique... L’émotion s’impose à nous. Il est donc nécessaire de la laisser s’exprimer. Nous pouvons par exemple nous autoriser à pleurer. Nous pouvons même choisir un moment précis pour laisser venir cette émotion, dans notre journée ou dans notre semaine, afin d’éviter que celle-ci survienne sans crier gare et nous submerge. Nous pouvons parler de notre émotion à notre entourage, écrire à son sujet ou bien dessiner à partir de ce qu’elle nous inspire.

Jusqu’où s’inquiéter du Covid

La plupart d’entre nous craignent d’attraper le Covid, ou encore de transmettre la maladie à un proche. Ces peurs sont utiles car elles nous incitent à la prudence. Mais pour certains ou certaines d’entre nous, les risques de contagion sont source d’angoisse, rendant le quotidien très difficile. Ils peuvent nous dissuader de pratiquer des activités importantes pour notre équilibre, comme les promenades ou le sport.

En pratique... Nous pouvons apaiser cette angoisse en nous confrontant progressivement aux situations qui la provoquent. Par exemple, quelqu’un qui redoute de croiser d’autres personnes sur le trottoir peut commencer par une sortie tôt le matin, à l’heure où les rues sont désertes. Et par la suite, choisir des horaires où les passants sont un peu plus nombreux.

Nous pouvons aussi nous sentir plus en confiance si nous pouvons évaluer le risque réel de contamination lié à une activité que nous envisageons. Les chercheurs qui ont créé le site de référence Adioscorona.org proposent ainsi une échelle du risque reposant sur les connaissances scientifiques disponibles. Marcher seul sur une plage peu fréquentée fait partie des situations les moins risquées (niveau 0). Prendre un avion sur un vol long-courrier avec un masque mal mis entre dans la catégorie des situations les plus à risque (niveau 4).

Pour évaluer mon risque dans une situation précise (par exemple, me rendre au marché près de chez moi) et m’aider à prendre ma décision en connaissance de cause, je peux utiliser le questionnaire en ligne d’Adioscorona.

Se rappeler comment on a surmonté nos difficultés dans le passé

Nous avons déjà vécu, dans le passé, des situations où nous nous sommes sentis déstabilisés, isolés, en manque de liberté ou abattus. Nous avons été surpris, peut-être, de trouver les moyens d’y faire face, alors que nous avions d’abord pensé que nos problèmes étaient sans issue. C’est le moment de se rappeler de cette période, et d’utiliser ce que nous avons appris.

En pratique... Je peux dresser une liste de ce qui m’a aidé quand je me sentais mal, par exemple prendre soin d’un animal de compagnie, échanger avec telle personne en qui j’ai confiance, commencer un nouveau jeu vidéo, m’aménager un espace qui soit un refuge dans ma maison ou me rendre dans un lieu qui me réconforte. Je peux, en plus, dresser une liste de ce que j’ai déjà essayé et qui ne m’a pas aidé, afin de ne pas gaspiller mon énergie. 

La manière dont nous avons surmonté nos difficultés par le passé est une expérience précieuse dans la période actuelle. Si nous vivons avec un trouble psychique, nous avons peut-être une meilleure connaissance que d’autres des ressources personnelles que nous pouvons mobiliser. 

Garder en tête que cette période éprouvante aura une fin

Nous traversons une période éprouvante et nous ne savons pas quand l’épidémie de Covid-19 se terminera. Cependant, il existe une certitude  : l’épidémie aura une fin.

Différentes pistes sont explorées simultanément à travers le monde pour lutter contre le virus, parmi lesquelles la vaccination, la réunion de conditions permettant d’atteindre une immunité collective ou encore des traitements. On voit aussi, à travers l’Histoire, que les épidémies vont et viennent, qu’il s’agisse d’Ebola, du VIH, de la grippe espagnole ou de la peste. L’épidémie actuelle prendra fin, même si cette perspective peut paraître lointaine. 

Prendre soin de notre santé mentale au quotidien - Cultiver la bienveillance envers nous-mêmes et envers les autres

Nous n’avons pas le pouvoir d’agir sur l’épidémie. Par contre, nous pouvons agir sur notre environnement immédiat pour nous sentir entourés et soutenus. Nous pouvons observer qui sont les personnes bienveillantes dans notre entourage et nous tourner vers elles en priorité. A l’inverse, nous pouvons limiter nos échanges avec les personnes qui le sont moins ou pas du tout.

L’épreuve collective que nous traversons est aussi l’occasion pour nous d’apprendre à placer la barre moins haut. Chaque personne fait ce qu’elle peut, dans un contexte déstabilisant. Aussi nous pouvons essayer de faire preuve d’indulgence vis-à-vis de nous-mêmes.

Nous pouvons aussi cultiver la bienveillance vis-à-vis de nos proches, de nos collègues (même si nous travaillons à distance), de nos voisins et voisines. De nombreuses études scientifiques montrent que prendre soin des autres est un moyen de nous sentir mieux. En effet, cela améliore l’estime de soi ou le sentiment d’efficacité personnelle, donne un sentiment de contrôle et répond au besoin de donner du sens à notre vie. 

En pratique... On peut demander régulièrement aux autres, par exemple : « Comment tu vas ? » Et si on obtient une réponse de simple politesse comme « Je vais bien, merci », on peut insister : « Comment tu vas ? Vraiment. ». Les initiatives que nous pouvons prendre, à notre échelle, pour rendre notre quotidien et celui des autres plus réconfortant, aident à lutter contre notre sentiment d’impuissance généré par la crise sanitaire.

Prêter attention à notre sommeil

La qualité de nos nuits a une influence plus importante qu’on l’imagine sur notre santé mentale. En prêtant attention à notre sommeil, nous pouvons réduire les risques d’épuisement ou de dépression, comme les chercheurs l’ont montré. A chaque personne de repérer, avec l’expérience, les conditions particulières ou les petits gestes qui favorisent à la fois son endormissement et un sommeil réparateur.

Certains principes peuvent nous y aider :

  • se coucher et se lever chaque jour à la même heure
  • déconnecter des écrans 1 à 2 heures avant le coucher
  • baisser la température dans la chambre
  • instaurer un rituel personnalisé pour se préparer au sommeil, par exemple fermer les volets de la maison, boire une tisane, lire quelques pages d’un livre.
    Pour des conseils spécifiques en lien avec la crise sanitaire, consulter le site de l’Institut national du sommeil et de la vigilance.

S’activer tous les jours

Il est désormais démontré que la pratique régulière d’une activité physique améliore notre santé mentale. L’exercice agit en particulier sur l’anxiété et la dépression. En France, le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de réaliser l’équivalent d’au moins 30 minutes de marche rapide tous les jours ou à défaut, au moins 5 jours dans la semaine.

Pour nombre d’entre nous, les occasions de se dépenser sont plus rares en raison des mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19. Nous sortons moins, nous travaillons à notre domicile, nous n’avons plus accès à certains équipements sportifs. 

Nous pouvons pratiquer certains sports comme la course à pied ou la marche nordique, faire de la musculation dans un jardin public, mais aussi monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur, nous déplacer en vélo ou nous livrer à toute activité adaptée à nos possibilités et à notre état de santé. 

Installer d’autres routines

Nous ne nous rendons plus forcément au travail, du fait d’une période de chômage technique ou du passage en télétravail. Des activités qui rythmaient notre semaine, par exemple la salle de sport, la chorale, les sorties au cinéma, les soirées entre amies, ont été supprimées ou réduites. Il est important d’installer de nouvelles routines dans notre quotidien, pour le rendre davantage prévisible.

En pratique... Pour cela, on peut organiser à l’avance, jour par jour, un emploi du temps structuré. On peut par exemple découper la journée en petites tâches, inscrire des moments pour des choses qui nous font plaisir et se fixer des horaires pour allumer nos écrans.

Il est utile de fixer des limites claires entre le travail et notre vie privée. Pour cela on peut définir une heure précise après laquelle on cesse de travailler, prévoir des pauses pour bouger dans la journée, respecter la coupure du déjeuner. A chaque personne de définir ses propres règles pour retrouver, de cette manière, un sentiment de maîtrise sur sa vie, bienvenu dans un contexte d’incertitude générale.

Réaménager son chez soi

Nous passons davantage de temps à la maison, et nos besoins ont changé. Aussi, il peut être utile, lorsque cela est possible, d’adapter notre intérieur pour qu’il soit plus agréable et plus fonctionnel.

Avant d’y apporter des changements, nous pouvons nous interroger sur nos aspirations. Souhaitons-nous plus de vide, plus d’ordre, plus d’espace libre ? Ou bien de nouveaux meubles, plus de plantes, de couleur, de décorations au mur ?

En pratique... Je peux aménager autrement mon logement pour me permettre de m’isoler, pour faire entrer davantage de lumière ou pour gagner de l’espace, dans la limite de mes contraintes de place et de mon budget. Je peux chercher un moyen de ranger mon ordinateur et mes dossiers, pour qu’ils disparaissent de ma vue en dehors des heures de travail.

Faire des choses qui nous font du bien

En dépit des contraintes imposées par l’épidémie, nous conservons une certaine liberté que nous pouvons utiliser pour des activités susceptibles de nous faire du bien. Il peut s’agir de petits plaisirs qui nous sont personnels, comme faire un tour en vélo, manger un carré de chocolat ou chanter tout seul dans sa voiture.

Il peut s’agir aussi d’activités qui nous permettent de nous échapper et de rêver : regarder des films, des séries, lire, écrire, dessiner, jouer de la musique ou écouter des concerts, filmer avec son portable…

Garder le contact avec la nature

Un nombre croissant d’études scientifiques montre que le contact avec la nature est une source de mieux-être. En passant chaque jour un minimum de temps dans un parc, une forêt ou le long d’une rivière, nous retirons de nos sorties des bénéfices physiques et psychiques. Cela peut notamment diminuer le niveau des hormones du stress.

Si on habite en ville, on peut installer des plantes chez soi, chercher dans son quartier un jardin ou un coin de verdure. L’hiver, on peut tenter de compenser le manque de lumière naturelle avec un appareil de luminothérapie et voir si cela produit un effet sur notre humeur.

Oser en parler

Lorsque l’on se sent triste, anxieux ou vulnérable et que cela dure dans le temps, c’est peut-être le signe que l’on a besoin d’aide. Cela peut nous paraître difficile d’oser en parler. Parfois, on se dit que nos proches devraient s’apercevoir tout seuls qu’on ne va pas bien. Pourtant, ils et elles ne peuvent pas deviner nos pensées. 

Si nous ne nous sentons pas bien, nous pouvons le dire à des personnes de confiance dans notre entourage, par exemple une amie, un ami ou un membre de notre famille. Nous pouvons appeler le numéro national d’écoute et d’orientation psychologique 0800 130 000 (24h/24 et 7j/7). Nous pouvons aussi parler de notre mal-être ou de nos angoisses avec une personne sur une ligne de soutien psychologique. Si nous n’aimons pas le téléphone, nous pouvons échanger des messages sur un tchat en ligne avec une personne formée au soutien psychologique. En parler, c’est déjà aller mieux.

Nous pouvons aussi prendre rendez-vous avec notre médecin traitant, l’infirmier ou l’infirmière scolaire, une ou un médecin du service de santé de l’université. Ce sont des professionnels de la santé avec lesquels on peut parler de nos problèmes de santé mentale.

Consulter un psy (pas de honte à ça) - Je n’ai jamais vu de psy

Si notre mal-être persiste, que notre état ne s’améliore pas, nous pouvons demander de l’aide à un ou une psychologue ou psychiatre. En effet, le soutien amical et familial ne remplace pas l’intervention d’un professionnel de la santé mentale.

De son côté, notre médecin traitant nous a peut-être prescrit des anxiolytiques ou des somnifères. Ces médicaments peuvent soulager l’anxiété sur une durée courte, c’est-à-dire quelques semaines. Au-delà, ils entraînent un risque de dépendance. Il est recommandé, si l’anxiété perdure, de recourir à une psychothérapie.

Si je n’ai jamais vu de « psy », je peux trouver difficile de franchir le pas. Bien souvent on s’imagine, à tort, que les psys, c’est pour les fous ! Il n’y a pas de honte à consulter un psy. Car nous avons toutes et tous une santé mentale dont il est important de prendre soin.

Consulter pour les troubles du sommeil

Quand on se lève avec le sentiment d’avoir mal dormi, cela est lié le plus souvent à des difficultés à trouver le sommeil, des réveils au milieu de la nuit ou un réveil très tôt le matin. Ces signes sont ceux de l’insomnie. Si elle se manifeste au moins 3 fois par semaine, depuis au moins 3 mois, l’insomnie est un problème de santé à prendre au sérieux. Ses conséquences sur notre santé mentale, notamment, peuvent être importantes.

Il est recommandé de consulter pour cela son médecin traitant. Nous pouvons nous renseigner, par ailleurs, sur le centre spécialisé dans l’exploration du sommeil le plus proche de chez nous. Il existe une liste par région des Centres du sommeil agréés par la Société Française de Recherche sur le Sommeil (une structure regroupant les médecins, chercheurs et professionnels impliqués dans ce domaine).

Nous pouvons aussi être concernés par d’autres troubles du sommeil moins connus comme la somnolence diurne excessive (la difficulté à rester éveillé dans la journée), l’apnée du sommeil (des pauses respiratoires anormales durant la nuit) ou le syndrome des jambes sans repos (des picotements et un besoin impérieux de bouger les jambes).

Consulter pour l’anxiété

L’anxiété, présente chez tous les individus, peut devenir problématique lorsqu’elle devient trop intense ou envahissante. Cela peut se manifester par des inquiétudes excessives portant sur tous les sujets, une attaque de panique, une phobie comme celle des araignées ou des ascenseurs, ou encore des obsessions.

On parle de troubles anxieux lorsque la personne ressent une anxiété qui :

  • se répète,
  • s’installe dans la durée,
  • survient sans lien avec un danger ou une menace réels,
  • crée une souffrance telle qu’elle perturbe durablement la vie quotidienne.
    Si nous sommes dans cette situation, nous pouvons consulter notre médecin traitant. Il ou elle nous orientera éventuellement vers un ou une psychiatre ou psychologue, ou un autre professionnel de santé. Pour soigner les troubles anxieux, nous pouvons recourir à la relaxation, à la psychothérapie, et associer ces traitements avec des médicaments, ou pas. 

Consulter pour la dépression

Nous pouvons facilement confondre la dépression avec une « déprime » passagère. Il est important de faire la différence car en cas de dépression, on peut suivre un traitement (par exemple une psychothérapie) qui sera d’autant plus efficace qu’on aura réagi tôt. 

La dépression se manifeste par une humeur tristeune perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie.

Si nous présentons ces signes, qu’ils durent presque toute la journée, depuis plusieurs semaines, il est recommandé de consulter notre médecin traitant. Il nous orientera éventuellement vers un ou une psychiatre ou psychologue ou vers un autre professionnel de santé. Pour soigner les troubles dépressifs, nous pouvons recourir à la psychothérapie et associer ce traitement avec des médicaments ou non, selon la sévérité de certains symptômes. 

Cet article a été écrit par Psycom. Déclarations de liens d’intérêts - Nos sources

Comprendre : La santé mentale Le rétablissement Les droits en psychiatrie La stigmatisation et les discriminations

Aller plus loin : Les lignes d’écoute Préserver sa santé mentale en période de Covid : notre sélection de ressources Médicaments utilisés en psychiatrie et Covid-19

Mots-clés : Covid

Logo de Santé publique FranceSanté Publique

Logo Ministère des Solidarités et de la SantéMinistère des Solidarités et de la Santé

Logo de l’ARSARS

Logo de la Fondation de FranceFondation de France

Réalisation : Net.Com - Source : https://www.psycom.org/comprendre/la-sante-mentale/sante-mentale-et-covid/

Retour au contenu de l’annexe / Santé mentale

D.
Communication officielle - Assises de la santé mentale et de la psychiatrie : expert ou non, votre avis et vos propositions comptent ! - Publié le 11.05.21

Le contexte sanitaire que nous traversons a durement mis à l’épreuve la santé mentale des Français et tout particulièrement, celle des plus jeunes. Face à cet enjeu majeur de santé publique, le président de la république a annoncé le 14 janvier dernier la tenue avant l’été 2021 d’assises de la santé mentale et de la psychiatrie. Dans cette optique, le ministère des solidarités et de la santé lance une grande consultation pour recueillir les attentes, préoccupations et propositions de l’ensemble des acteurs (professionnels, patients, familles) mais aussi de la société dans toutes ses composantes.

Cette consultation prendra la forme d’un questionnaire en ligne. Ainsi, que vous soyez professionnel de santé, social ou médico-social, aidant, usager de la santé ou seulement citoyen, participez et contribuez directement aux assises de la santé mentale et de la psychiatrie !

Que recouvrent les assises de la santé mentale et de la psychiatrie ?

Impulsées par Emmanuel Macron début 2021, les assises de la santé mentale et de la psychiatrie seront un temps fort d’échange et de communication pour tous les acteurs de la psychiatrie et plus largement, toutes les parties prenantes concernées.

L’objectif de ces assises est double : ouvrir un temps large d’expression et de partage autour de la situation de la santé mentale et de la psychiatrie aujourd’hui. Puis ainsi, sur la base de ces constats, y apporter des réponses concrètes.

A cette occasion, une grande place sera accordée à la santé mentale des enfants et des jeunes, particulièrement impactés par la crise sanitaire.

9 thématiques ont été identifiées

Ont été retenues comme prioritaires :

  • La santé mentale des enfants et des jeunes
  • la prévention et la détection des souffrances psychiques
  • la prévention et la prise en charge du suicide, notamment chez les personnes âgées
  • la santé mentale et les maladies somatiques
  • les nouvelles souffrances et nouvelles maladies
  • la psychiatrie et la psychologie face à la crise sanitaire et économique
  • la recherche en psychiatrie et en santé mentale
  • la santé mentale des personnes âgées et des populations spécifiques (handicap, ASE, précarité…)
  • les addictions.
    Pourquoi est-il important de contribuer à la consultation nationale ?

Assises de la santé mentale et de la psychiatrie - Grand public
par Ministère des Solidarités et de la Santé

Depuis plus d’un an, notre pays fait face à une épidémie sans précédent qui est insécurisante pour tous, voire anxiogène pour certains. Les décisions prises pour la freiner bouleversent notre quotidien et nos relations sociales, personnelles comme professionnelles, avec des conséquences diverses sur notre santé mentale.

La consultation nationale, ouverte à tous les Français dans le cadre des assises, permettra concrètement de faire remonter votre opinion, vos besoins, vos pistes d’évolution pour l’avenir de la santé mentale et de la psychiatrie. Cela, que ce soit pour un meilleur accès aux soins en psychiatrie, l’amélioration du suivi des patients et des conditions d’exercice des professionnels, des parcours de prise en charge plus lisibles et davantage structurés ou encore la prise en compte de l’impact de la crise sur votre vie de tous les jours.

Vous êtes un usager, un proche d’un patient, un aidant ou un simple citoyen et souhaitez participer à la consultation nationale ? > - Cliquez ici

Vous êtes un professionnel de santé, social ou médico-social et souhaitez participer à la consultation ? - - Cliquez ici

Assises de la santé mentale et de la psychiatrie - Professionnels de santé, sociaux & médico-sociaux par Ministère des Solidarités et de la Santé

Les dates à retenir :

  • 10 mai 2021 : ouverture du questionnaire en ligne
  • 31 mai 2021 : clôture de la consultation nationale
  • Juin 2021 : restitution des enseignements de la consultation nationale dans le cadre des assises de la santé mentale et de la psychiatrie

    Accueil Ministère des Solidarités et de la Santé

Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/assises-de-la-sante-mentale-et-de-la-psychiatrie-expert-ou-non-votre-avis-et

Retour au contenu de l’annexe / Santé mentale

Retour au début du sommaire

Retour au début de l’introduction

Retour au début du préambule

Retour au début du dossier


Collecte et agencement des documents, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 17/05/2021

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Psychologie sociale Santé mentale Manipulations psychologiques Relations interpersonnelles toxiques.7.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -

{{}}