Accueil > Pour en savoir plus > Agriculture > "Une exposition à un rayonnement électromagnétique ultraviolet (UV-C) pendant (...)

"Une exposition à un rayonnement électromagnétique ultraviolet (UV-C) pendant une seconde, renforce les défenses naturelles des plantes : tomates et laitues, poivrons et vignes contre respectivement la pourriture grise, le mildiou du poivron et le mildiou de la vigne, selon Jawad Aarrouf et Laurent Urban chercheurs à l’Université d’Avignon" par Jacques Hallard

dimanche 30 mai 2021, par Hallard Jacques



ISIAS Protection des plantes cultivées contre des maladies

Une exposition à un rayonnement électromagnétique ultraviolet (UV-C) pendant une seconde, renforce les défenses naturelles des plantes : tomates et laitues, poivrons et vignes contre respectivement la pourriture grise, le mildiou du poivron et le mildiou de la vigne, selon Jawad Aarrouf et Laurent Urban chercheurs à l’Université d’Avignon

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 29/05/2021

Plan du document : {{}}Introduction Sommaire {{}}Auteur

Source


Introduction

Les expériences rapportées ci-après ouvrent la voie à de nouvelles pratiques et technologies agronomiques qui semblent tout à fait applicables pour stimuler la défense naturelle des plantes cultivées contre des maladies cryptogamiques ou fongiques.

L’intérêt des applications futures, dans les conditions de productions agricoles spécialisées, réside dans un moyen phytothérapeutique nouveau qui serait susceptible de réduire le nombre des traitements phytosanitaires (fongicides dans les exemples actuels), avec des effets bénéfiques évidents pour la santé des applicateurs et des consommateurs et une contribution positive pour la sauvegarde d’un environnement ménagé des pollutions chimiques pour les générations futures.

Ces recherches sont conduites dans le cadre de l’UMR Qualisud auprès de l’Université d’Avignon par Jawad Aarrouf [Maître de conférences HDR à Avignon Université Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France - Cofondateur d’UVBoosting : Flashs d’UV-C, un moyen pour stimuler les défenses des plantes contre les bio-agresseurs…] et Laurent Urban [Professeur de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse Carpentras, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France - Directeur de la Structure Fédérative de Recherche TERSYS…].

Comme le précisent les initiateurs et responsables de ces programmes innovants et auteurs de la publication partiellement traduite ci-après, des travaux complémentaires doivent permettre de définir dans les conditions réelles des productions, « la durée de la résistance (qui) devra également être évaluée, car elle déterminera la fréquence des traitements… »

La technologie employée fait appel à un rayonnement électromagnétique ultraviolet C qui génère des photons à 265 nm. Dans une optique didactique habituelle de nos dossiers postés sur ISIAS, nous suggérons de revoir éventuellement « Le domaine des ondes électromagnétiques Vidéo 2:12- 03 octobre 2016 - PhyChim Profponsonnet - Quel est le domaine des ondes électromagnétiques ? Relation entre la longueur d’onde et la fréquence. Ondes visibles, UV, IR, rayons gamma, rayons X, micro-ondes, ondes radios... – Source : https://www.youtube.com/watch?v=l9ATMBC6swc

Le spectre électromagnétique

Source : https://parlonssciences.ca/ressources-pedagogiques/documents-dinformation/quels-sont-les-differents-types-de-rayonnement

Et puis encore ce document : « La lumière : ondes électromagnétiques, spectre électromagnétique et photons - Propriétés des rayonnements électromagnétiques et des photons. Source : https://fr.khanacademy.org/science/physics/light-waves/introduction-to-light-waves/a/light-and-the-electromagnetic-spectrum

Le contenu de ce dossier est indiqué dans le sommaire ci-après : y figurent encore des informations complémentaires de Wikipédia sur les rayonnements électromagnétiques en général et sur le rayonnement ultraviolet UV-C en particulier, avant de passer au vif du sujet.

Les agents pathogènes considérés dans les travaux rapportés plus loin, concernent : la pourriture grise notamment causée aux tomates et aux laitues par le cryptogame nécrotrophe Botrytis cinerea, le flétrissement des piments et poivrons – et d’autres espèces cultivées - dont le responsable est un champignon bio agresseur du sol Phytophthora capsici, et pour les vignes, le légendaire mildiou Plasmopara viticola.

Remarque – L’attrait évident de cette nouvelle technologie, qui fait appel aux radiations UV-C, doit être accompagné d’un questionnement sur les risques sanitaires éventuels pour les applicateurs et usagers futurs. Parmi les sources d’informations utiles à consulter :

La prévention des risques professionnels des rayons ultraviolets – Avril 2011 – Editeur ‘Officiel Prevention’ : Sécurité au travail, prévention risque professionnel. Officiel Prevention, annuaire CHSCT. Extraits

L’exposition professionnelle intense et/ou prolongée aux UV génère des risques cutanés (brûlures, cancers ...) et oculaires (conjonctivites, cataractes...). Ces risques peuvent être majorés par la co-exposition à certains produits chimiques sensibilisant la peau (photosensibilisation) ou par la prise de médicaments.

Les nombreux travailleurs exerçant à l’extérieur (secteurs du BTP, de l’agriculture, des stations balnéaires ou de sports d’hiver...) sont exposés au rayonnement solaire et à ses rayons ultraviolets (UV), de même que ceux exerçant en intérieur (imprimerie, soudage, désinfection, photothérapie...) qui sont exposés au rayonnement UV généré par des sources artificielles…

Pour le rayonnement UV qui est non ionisant, ce sont les rayons UV de courte longueur d’onde (UVC) qui présentent le plus grand risque, alors que les rayons UV de grande longueur d’onde (UVA) sont moins dangereux. Les ultraviolets ne sont pas absorbés de la même manière par le corps humain. Les UVA parviennent jusqu’au derme et les UVB sont absorbés très rapidement par l’épiderme…

Officiel Prevention : Sécurité au travail, prévention risque …

La sécurité dans l’Industrie , prévention et protection | job-industrie.com

Article complet à lire sur ce site : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/la-prevention-des-risques-professionnels-des-rayons-ultraviolets

Fiche de l’Union Européenne - Santé et sécurité alimentaire - Lampes à UV-C : un appareil qui tue les bactéries et les virus pourrait-il être mauvais pour votre santé ? –

Cette fiche repose sur l’avis du comité scientifique indépendant des risques sanitaires, environnementaux et émergents (SCHEER) concernant « les effets biologiques des UV-C pour la santé, en particulier dans le cas des lampes à UV-C ». Février 2017. Cet avis est disponible à l’adresse ci-après : https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/scheer/opinions_en -

JH2021-05-29T21:35:00J

Site web officiel de l’Union européenne

L’Union européenne soutient le REPAOC et le renforcement du dialogue multi-acteurs en Afrique de l’Ouest – REPAOC

Source : https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/scientific_committees/scheer/docs/citizens_uvc_fr.pdf

L’expertise de l’organisme français ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, créée le 1er juillet 2010 comme établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle des ministères chargés de la Santé, de l’Agriculture, de l’Environnement, du Travail et de la Consommation), pourrait être utilement sollicitée en la matière sur les risques liés aux technologies qui font appel au raoynnement ultraviolet, bien que ses avis aient porté jusqu’ici sur des applications fort différentes : la désinfection des eaux destinées à la consommation humaine, les dangers du bronzage artificiel, le traitement de carcasses de bovins, et plus récemment, la purification de l’air pour une limitation de la propagation du SARS-CoV-2 (Coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère) responsable de la pandémie de Covid-19

Finalement, figure un addenda sur les actualités intitulé « UV Boosting » : de la lumière plutôt que des pesticides pour protéger les cultures - 07/03/2021 (mis à jour à 22:07) - Par Annabelle Grelier – Document ‘franceculture.fr’

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


Sommaire

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier

Le rayonnement électromagnétique peut être décrit de manière corpusculaire comme la propagation de photons (boson vecteur de l’interaction électromagnétique), ou de manière ondulatoire comme une onde électromagnétique. Il se manifeste sous la forme d’un champ électrique couplé à un champ magnétique….

Article complet sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Rayonnement_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique

Retour au début du sommaire


  • Le rayonnement électromagnétique ultraviolet selon Wikipédia
    Le rayonnement ultraviolet (UV), également appelé « lumière noire » parce qu’invisible à l’œil nu, est un rayonnement électromagnétique de longueur d’onde inférieure à celle de la lumière visible, mais supérieure à celle des rayons X. Les rayons UV ne peuvent être observés qu’indirectement, soit par la fluorescence, soit à l’aide de détecteurs spécialisés. Le nom signifie « au-delà du violet » (du latin ultra : « au-delà de »), le violet étant la couleur de fréquence la plus élevée (et donc de longueur d’onde la plus courte) de la lumière visible.

Les ampoules ordinaires sont conçues pour émettre peu d’ultraviolets1, à l’inverse des ampoules ultraviolettes et du soleil. Les ultraviolets ont été découverts en 1801 par le physicien allemand Johann Wilhelm Ritter d’après leur action chimique sur le chlorure d’argent.

Les couleurs visibles vont de 623 à 740 nm pour le rouge et de 380 à 430 nm pour le violet. Au delà, les lumières invisibles du spectre ultraviolet peuvent être subdivisées selon leur longueur d’onde en :

  • UV proches (380-200 nm), VUV (Vacuum ultraviolet, 200-120 nm) qui, comme leur nom l’indique, ne se propagent pas dans l’air, et ultraviolets extrêmes (120–10 nm), d’autres standards peuvent donner d’autres définitions (cf. ISO 21348, Definitions of Solar Irradiance Spectral Categories en section Bandes spectrales des radiations UV) ;
  • UV-A1 : 340−400 nm ; UV-A2 : 315−340 nm ; UV-B : 280−315 nm ; UV-C : 100−280 nm. Ces trois bandes sont standardisées.
    Les ultraviolets sont la cause du bronzage mais, à haute dose, sont nocifs pour la santé humaine, notamment à cause de leur effet mutagène ; ils peuvent provoquer des cancers cutanés tels que le mélanome, provoquer un vieillissement prématuré de la peau (rides), des brûlures (coup de soleil), des cataractes. Ils sont néanmoins nécessaires à petites doses régulières pour la synthèse de la vitamine D. Ils sont capables de « casser » de nombreux composés organiques en suspension dans l’air ou dans les eaux superficielles, et des agents tels que les virus à ARN, et participant à la destruction (photodégradation) de certains polluants ou de molécules odorantes (parfums des fleurs par exemple), mais aussi à la pollution photochimique (ozone troposphérique, NOx…)….

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/67/Two_black_light_lamps.jpg/220px-Two_black_light_lamps.jpg

Ultraviolets des lampes fluorescentes, une source commune artificielle, des rayons UVA. Le rayonnement de ces lampes déborde dans le haut du spectre de la lumière visible, ce qui donne la couleur violette qu’on observe. Il existe également des lampes UV de laboratoire, qui sont équipées d’un filtre pour supprimer la partie visible de leur spectre.

Sommaire

UV-C (280-100 nm)

Les UV-C, de courte longueur d’onde, sont les UV les plus énergétiques ainsi que les plus nocifs (l’énergie croît quand la longueur d’onde décroît), mais ils sont complètement filtrés par la couche d’ozone de l’atmosphère et n’atteignent donc théoriquement pas la surface de la Terre.

Toutefois, depuis plusieurs décennies des lampes UV-C (et plus récemment des LEDs) sont utilisées en laboratoire de biologie pour les effets germicides, afin de stériliser des pièces ou des appareils (hotte à flux laminaire, par exemple). Un nombre croissant de dispositifs, sources éventuelles accidentelles d’exposition des consommateurs aux UV-C sont depuis peu mis sur le marché (ex. : petites modules photovoltaïques destinés à potabiliser de l’eau dans les pays en développement explique une augmentation du nombre d’accidents (lésions oculaires et/ou dermatologiques), faisant que la Commission européenne a demandé un avis sur les risques associés à ces nouveaux dispositifs au SCHEER (Comité scientique des risques sanitaires, environnementaux et émergents). Les experts ont estimé ne pas pouvoir évaluer ce risque, par manque d’études sur le degré d’exposition des humains et sur les effets d’une exposition chronique55.

La bande spectrale des UV-C est constituée de trois sous-bandes :

  • UV-C de 280 à 230 nm ;
  • V-UV de 200 à 140 nm, c’est-à-dire les UV se propageant uniquement dans le vide (Vacuum ultraviolet) ;
  • X-UV de 140 à 100 nm, longueurs d’onde qui s’approchent de celles des rayons X et qui sont les longueurs d’onde les plus énergétiques des ultraviolets. Selon les institutions56, la lumière dont la longueur d’onde est située entre la fin des ultraviolets et le début des rayons X (124 à 10 nm) est parfois appelée rayonnement ultraviolet extrême, ou EUV. Elle est parfois comprise dans la catégorie UV-C, parfois distincte57.
    Source de l’articled complet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ultraviolet#UV-C_(280-100_nm)

Retour au début du sommaire

  • Actualités France - Vaucluse : ces deux chercheurs inventent une technologie qui va changer l’agriculture de demain - Le vendredi 28/05/2021 à 18h17 - Mis à jour à 18h23 - Par le journal ‘La Provence’
    Photo - Jawad Aarrouf et Laurent Urban se retrouvent dans la serre expérimentale de l’université où leur idée a germé il y a 10 ans. Photo Ange esposito

Ils ont dompté les UV’C’ pour protéger vignes et fraises. Deux chercheurs de l’Université d’Avignon sont à l’origine d’un dispositif unique qui agit comme un vaccin, mais sans injecter de produit, en exposant les plantes à un rayonnement. La Provence a rencontré ces deux chercheurs qui sont à l’origine de cette invention testée actuellement en France par une centaine de vignobles.

Vidéo de 1:47 à consulter à la source

L’actualité politique, OM, sorties, sports à Marseille, Aix ...https://laprovence.com - Restez connecté à toute l’actualité avec La Provence : 100% des articles accessibles. Le journal numérique dès 5h. Sans engagement - S’abonner à partir de 1€ - Se connecter Créer un compte - Journal en ligne - Votre journal numérique disponible sur tous vos supports. Lire l’édition en ligne

Fichier:La Provence (logo).svg — Wikipédia

Source : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6368183/le-1818-vaucluse-ces-deux-chercheurs-inventent-une-technologie-qui-va-changer-lagriculture-de-demain.html

Retour au début du sommaire

Des feuilles de laitue, de poivron, de tomate et de vigne cultivées en serre ont été exposées à la lumière UV-C pendant 60 s ou 1 s, à l’aide d’un dispositif spécifique à base de LED. Les longueurs d’onde et l’énergie étaient les mêmes pour les différents traitements lumineux. Les longueurs d’onde et l’énergie étaient les mêmes pour les différents traitements lumineux. Les doses de lumière UV-C qui stimulaient efficacement les défenses des plantes et étaient inoffensives ont été déterminées au préalable. Des plants de tomates et de laitues ont été inoculés avec Botrytis cinerea, des plants de poivrons avec Phytophthora capsici, et des vignes avec Plasmopara viticola. Dans certaines expériences, nous avons étudié l’effet de la répétition des traitements sur des périodes de plusieurs jours. Toutes les plantes ont été inoculées 48 heures après l’exposition au dernier traitement UV-C. Les lésions sur les surfaces ont été mesurées jusqu’à la fin de la période d’inoculation. Les lésions sur les surfaces ont été mesurées jusqu’à 12 jours après l’inoculation, selon l’expérience et le pathogène. Les résultats ont confirmé que la lumière UV-C stimule la résistance des plantes ; ils montrent que l’irradiation pendant une seconde est plus efficace que l’irradiation pendant 60 s, et que la répétition des traitements est plus efficace que les traitements lumineux uniques. De plus, un effet systémique a été observé dans les feuilles non exposées qui étaient proches des feuilles exposées. Les mécanismes de perception et des voies de signalisation et métaboliques déclenchés par les flashs de lumière UV-C par rapport aux expositions d’irradiation de 60 s sont brièvement discutés, ainsi que les perspectives d’utilisation sur le terrain des flashs UV-C en viticulture et en horticulture…

thumbnail

Fig 1. Photo du dispositif utilisé pour fournir de la lumière UV-C aux plantes. L’intérieur de la sphère d’intégration (à gauche) accueille 15 LED UV-C sur un circuit imprimé. Le capuchon de la fenêtre de 5 cm² est retiré et la fenêtre est placée directement sur les feuilles pour les traitements. Un spectre lumineux typique est illustré. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0235918.g001

thumbnail

Photos de feuilles – De gauche à droite et de haut en bas : laitue, tomate, vigne et poivron - Fig 3. Position des bouchons de mycélium et zones de lésions typiques utilisées pour l’analyse des images. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0235918.g003 - Les feuilles ont été photographiées de deux à douze jours après l’inoculation, selon l’espèce, et les zones de lésions ont été évaluées à l’aide d’un logiciel d’analyse d’images (ImageJ, US National Institutes of Health, Bethesda, MD, USA)…

Conclusions

« Nos observations montrent clairement que les flashs de lumière UV-C de 1 s ont le potentiel de stimuler les défenses des plantes, probablement sur une large gamme de cultures et de pathogènes, ouvrant la voie à des traitements en plein champ et en serre. De plus, nos observations montrent que les flashs ont l’effet supplémentaire et inattendu d’être plus efficaces que les irradiations prolongées. Nous avons trouvé des preuves d’effets systémiques chez les quatre espèces étudiées. À ce stade, il semble très tentant de traiter les cultures avec des flashes de lumière UV-C. Pour développer les flashs de lumière UV-C comme technique de traitement au champ, d’autres études sont nécessaires pour mieux caractériser les effets systémiques. La durée de la résistance devra également être évaluée car elle déterminera la fréquence des traitements. Des recherches plus fondamentales doivent être menées pour élucider les mécanismes de perception des flashs UV-C et les voies de signalisation et métaboliques déclenchées ou stimulées par ceux-ci. Il est en effet surprenant que des flashs UV-C d’une seconde soient plus efficaces qu’une irradiation de 60 s, ce qui laisse supposer l’existence de réponses physiologiques spécifiques ».

Pour de plus amples détails sur cette publication :


Citation : Aarrouf J, Urban L (2020) Flashes of UV-C light : An innovative method for stimulating plant defences. PLoS ONE 15(7) : e0235918. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0235918

Editor : Maya Dimova Lambreva, National Research Council of Italy, ITALY - Received : March 2, 2020 ; Accepted : June 25, 2020 ; Published : July 9, 2020

Copyright : © 2020 Aarrouf, Urban. This is an open access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License, which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original author and source are credited. Data Availability : All relevant data are within the manuscript and its Supporting Information files.

Funding : This study was funded by the Société d’Accélération de Transfert de Technologie Sud-Est (SATT) www.sattse.com. There is no grant number to our knowledge. There was no additional external funding received for this study. The funders had no role in study design, data collection and analysis, decision to publish, or preparation of the manuscript. Competing interests : The authors have declared that no competing interests exist…


Référence : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0235918.g002 -
Source de l’article complet : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0235918

Retour au début du sommaire

Résumé

En - There is now a consensus around the idea that we must reduce theuse of pesticides (Plan Ecophyto). It is therefore necessary to develop cropsystems that have less need to be protected by pesticides in favor of aproduction system in which the ’natural’ defense mechanisms arestimulated. In this context, many solutions of chemical or biological originbased on stimulation of plant defense are now being developed but theireffectiveness is often judged to be random. In this work, we chose to useUV-C radiation to stimulate the defenses of lettuce and tomato against Botrytis cinerea. The idea of exploiting radiation UV-C, as a stimulant of plant food-borne defenses in culture, has never been tested. Our resultsclearly demonstrate a stimulatory effect of plant defenses by low andrepeated doses of UV-C (less than 1.70 kJ/m2). This stimulation isassociated with a reinforcement of the cell wall, an increase in the phenoliccompounds and the activity of certain antioxidant enzymes. When treatmentwith UV-C radiation is combined with a biological agent Bacillus subtilis, nosynergistic or even additive effect has been observed compared with asimple UV-C or B. subtillis treatment.

Fr (par JH) - Il existe aujourd’hui un consensus autour de l’idée qu’il faut réduire l’utilisation des pesticides (Plan Ecophyto en Francde’). Il est donc nécessaire de développer des systèmes de culture ayant moins besoin d’être protégés par des pesticides au profit d’un système de production dans lequel les mécanismes de défense ’naturels’ sont stimulés. Dans ce contexte, de nombreuses solutions d’origine chimique ou biologique, basées sur la stimulation des défenses des plantes, sont actuellement développées mais leur efficacité est souvent jugée aléatoire. Dans ce travail, nous avons choisi d’utiliser le rayonnement UV-C pour stimuler les défenses de la laitue et de la tomate contre Botrytis cinerea. L’idée d’exploiter le rayonnement UV-C, comme stimulant des défenses des plantes alimentaires en culture, n’a jamais été testée. Nos résultats démontrent clairement un effet stimulant des défenses des plantes par des doses faibles et répétées d’UV-C (moins de 1,70 kJ/m2). Cette stimulation est associée à un renforcement de la paroi cellulaire, une augmentation des composés phénoliques et de l’activité de certaines enzymes antioxydantes. Lorsque le traitement aux UV-C est combiné avec un agent biologique Bacillus subtilis, un effet nosynergique ou même additif a été observé par rapport à un traitement simple aux UV-C ou à B. subtillis.

Accéderen ligne Il est disponible au sein de la bibliothèque de l’établissement de soutenance. Consulteren bibliothèque – Source : https://www.theses.fr/2017AVIG0695

Effets des rayonnements UV-C sur les concentrations en caroténoïdes et en capsaïcinoïdes de deux génotypes de pimentpar Coline Pons sous la direction de Laurent Urban- Avignon- Agrosciences et sciences - En préparation depuis le 03-05-2019

Effets des rayonnements UV-C avant et après récolte sur les concentrations en capsaïcinoïdes et en caroténoïdes de deux génotypes de piment.par Marion Schilling sous la direction de Laurent Urbanet de Jawad Aarouf . - Avignon- Sciences Agronomiques - En préparation depuis le 09-05-2018

Etude des mécanismes de l’induction de la résistance contre l’oïdium et le mildiou par les UV-C et leurs flashs chez la vigne. Recherche de marqueurs de résistance.par Loic Ledermann sous la direction de Laurent Urbanet de Jawad Aarouf . - Avignon- Sciences Agronomiques - En préparation depuis le 08-01-2018

Effets des rayonnements UV-C sur la réponse de la laitue romaine Lactuca sativa var Claudius aux contraintes biotoques et abiotiquespar Chayma Ouhibi sous la direction de Laurent Urbanet de Mokhtar Lachaâl. - Avignon– Biologie - Soutenue le 20-12-2014

Les rayonnements UV-C : un moyen de lutte pour stimuler les défenses du fraisier et de la tomate en cours de culture et améliorer la qualité / conservation des fruits après récoltepar Marine Forges sous la direction de Marc Bardinet de Jawad Aarrouf. - Avignon- Sciences Agronomiques - Soutenue le 29-11-2018

Retour au début du sommaire



Addenda – Actualités > « UV Boosting » : de la lumière plutôt que des pesticides pour protéger les cultures - 07/03/2021 (mis à jour à 22:07) - Par Annabelle Grelier – Document ‘franceculture.fr’

Demain l’éco | Les ingénieurs de la start up ont mis au point une machine à la technologie innovante pour réduire la dépendance des viticulteurs à l’utilisation de produits fongicides. Il s’agit d’envoyer des flashs d’UV sur les plantes pour éloigner champignons et autres maladies.

Photo - Les panneaux UV installés à l’arrière du tracteur pour traiter la vigne • Crédits : UV Boosting

L’idée est sortie d’un laboratoire de recherche français il y a sept ans, lorsque Laurent Urban et Jawad Aarrouf, respectivement écophysiologiste et physiopathologiste à l’université d’Avignon, ont découvert que des flashs d’UV augmentaient la résistance des plantes aux pathogènes.

En effet, l’exposition aux UV- C agit sur la plante comme un signal stimulant la production d’une hormone végétale naturelle, l’acide salicylique. Il permet à la plante de se protéger efficacement contre les différentes maladies fongiques comme l’oïdium, le mildiou ou le botrytis. 

Crée en 2017 dans le Vaucluse, UV Boosting a déménagé en début d’année dans les Yvelines, à Saint-Nom-la-Bretêche, pour s’installer sur le site de la ferme horticole de Théart. Des grandes serres près de leur bureau d’étude et de leur atelier leur permettent de mener tests et essais sur un seul site réunissant l’équipe d’une quinzaine de salariés, ingénieurs, agronomes et commerciaux.

Écouter à la source  : 3 minutes > Le reportage d’Annabelle Grelier sur cette technologie d’abord testée sur les fraisiers et la vigne.

Faciliter la transition

Sous la pression des consommateurs, les agriculteurs sont en recherche de solutions pour réduire l’utilisation des pesticides. La technologie d’UV Boosting a montré son efficacité en la matière avec une réduction de 30 à 70% des intrants anti fongiques. C’est dans la viticulture que les premiers essais ont été menés et déjà on peut voir les premières machines fonctionner dans les rangs de vignes du Bordelais, de la Bourgogne et de la Champagne. 

Les essais sur les fraisiers ont également donné de bons résultats et une première machine a été vendue pour cette production. La start up compte bien mener des tests pour mesurer l’efficacité des UV sur d’autres cultures comme les pommiers et les rosiers.

L’innovation en agriculture prend toujours du temps pour convaincre et s’installer, explique Baptiste Rouesné le directeur d’UV Boosting. 

Photo - Baptiste Rouesné le directeur d’UV Boosting dans l’atelier d’assemblage à Saint-Nom-la-Bretêche • Crédits : Annabelle Grelier - Radio France

Avec une récolte par an, l’agriculture est un univers où la prise de risque est très élevée. Dans la transition du conventionnel vers le raisonné ou vers la culture biologique, elle n’est vraiment pas simple ni évidente. C’est un choix économique assez risqué. UV Boosting permet aux agriculteurs de faire leur transition avec plus de sérénité car elle leur offre une solution supplémentaire de protection de leur culture tout en leur permettant de faire un pas vers une agriculture plus écologique et plus durable.

L’entreprise poursuit ses investissements dans la recherche pour trouver les combinaisons les plus efficaces de la technologie de UV avec des produits de biocontrôle par exemple. L’objectif serait de pouvoir se passer à terme totalement de pesticides.

Réseau et formation

La machine surnommée Helios est simple d’utilisation. Des panneaux à UV ont été installés sur des modules remorquables à installer à l’arrière du tracteur. Bien sûr, ils s’adaptent aux cultures qui devront être traitées avec une version enjambeur pour les vignes par exemple. 

Photo - Une machine Helios pour un traitement par UV C des fraisiers

Toutefois, les nouvelles technologies seront toujours un peu plus complexes à utiliser que les bidons de produits chimiques et UV Boosting est en train de se constituer un réseau de concessionnaires en France, conseils et formations passent également par une collaboration avec les Chambres d’agriculture. ’Le développement de notre technologie passe évidemment par beaucoup de pédagogie et d’accompagnement’, reconnait Baptiste Rouesné, ’même si les équipes ont travaillé pour mettre au point un système simple et pratique’. 

Photo - Derniers tests par l’équipe technique avant l’expédition des machines. • Crédits : Annabelle Grelier - Radio France

Les agriculteurs sont curieux et exigeants. Toutefois, nous avons conçu nos machines pour qu’elles soient facilement adaptables et pratiques, presque clé en main pour que l’agriculteur n’ait plus qu’à l’accrocher à son tracteur et parte dans ses champs.

Co-fondée par la start up studio Technofounders, UV Boosting a déjà déposé trois brevets. La crise du Covid a attiré l’attention sur ces UV désinfectants et les Français ne sont pas les seuls à travailler sur cette technologie innovante, les Américains planchent également sur les bienfaits des UV pour l’agriculture. En phase pré-industrielle, UV Boosting a commercialisé cette année une quinzaine de machines. Pionnière en Europe, l’entreprise cherche à se développer à l’export en Espagne ou en Italie, des ambitions qui pourraient viser plus loin avec une machine déjà en test en Afrique du Sud. 

Annabelle Grelier - À découvrir :

L’agriculture, coeur du green deal européen : avec quels moyens ?

François Purseigle : ’Il va falloir aller au-delà de la question de l’agribashing’

Le domaine de Grignon veut devenir un phare de la transition de l’agriculture et de l’alimentation

Tags : Protection de l’environnement Agriculture durable Agriculture biologique France Agriculture Start-up Économie Demain l’éco Radio France

logo france culture

Source : https://www.franceculture.fr/economie/uv-boosting-de-la-lumiere-plutot-que-des-pesticides-pour-proteger-les-cultures

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier


Collecte des informations, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 29/05/2021

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : Protection des plantes cultivées contre des maladies (UV-C) pendant une seconde renforce les défenses naturelles.3

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -