Accueil > Pour en savoir plus > Forêts > "Les ’pets d’arbres’ (émissions gazeuses) représentent environ un cinquième des (...)

"Les ’pets d’arbres’ (émissions gazeuses) représentent environ un cinquième des gaz à effet de serre émis par les forêts fantômes : des zones boisées noyées qui émettent des gaz lorsque leurs arbres se décomposent" par Maria Temming

Traduction & Compléments par Jacques Hallard

mercredi 23 juin 2021, par Temming Maria



ISIAS Forêts Océans

Les ’pets d’arbres’ (émissions gazeuses) représentent environ un cinquième des gaz à effet de serre émis par les forêts fantômes : des zones boisées noyées qui émettent des gaz lorsque leurs arbres se décomposent

Traduction du 21 juin 2021 par Jacques Hallard d’un article de Maria Temming en date du 17 juin 2021 transmis par ‘sciencenewsforstudents.org’ sous le titre ‘Tree farts’ make up about a fifth of greenhouse gases from ghost forests  : accessible sur ce site : https://www.sciencenewsforstudents.org/article/tree-farts-make-up-about-a-fifth-of-greenhouse-gases-from-ghost-forests

https://www.sciencenewsforstudents.org/wp-content/uploads/2021/05/051721_mt_tree-farts_feat.jpg

Les forêts fantômes, comme celle-ci en Caroline du Nord aux Etats-Unis, sont des zones boisées côtières noyées par la montée du niveau de la mer. Ces forêts mortes émettent des gaz qui piègent la chaleur à partir de leurs sols et des arbres morts. M. Ardón

[La Caroline du Nord (en anglais : North Carolina) est un État du Sud des États-Unis. Sa capitale est Raleigh, et sa plus grande ville est Charlotte et son agglomération (Metrolina). Avec 9 535 483 habitants en 2010, estimée à 10 488 084 habitants en 2019, sur une superficie de 139 509 km2, l’État est le 9edu pays par sa population et le 28epar sa taille. Longeant l’océan Atlantique à l’est, elle est bordée par la Caroline du Sud et la Géorgie au sud, le Tennessee à l’ouest, et la Virginie au nord. Territoire colonisé et occupé par les Européens dès le XVIe siècle, la Caroline du Nord est l’une des Treize Colonies qui fondèrent les États-Unis d’Amérique. Elle est divisée en cent comtés. En grande partie rurale, elle présente des paysages divers, entre les plateaux du Piedmont, les îles des Outer Banks et le Cap Hatteras, et les Blue Ridge Mountains, partie de la chaîne des Appalaches. Le Mont Mitchell, point culminant de l’est des États-Unis, se trouve dans l’ouest de l’État.

Le territoire est peuplé depuis plus de 12 000 ans par des tribus amérindiennes, dont les Cherokees et les Tuscaroras. Découverte en 1512 par Juan Ponce de León, la Caroline du Nord est colonisée par des Espagnols, des Français et des Anglais durant le XVIe siècle et le XVIIe siècle. Dans les années 1730, de nombreux immigrants écossais s’installent au pied des Appalaches, et se révoltent contre la domination britannique lors de la Guerre d’Indépendance. Le 21 novembre 1789, la Caroline du Nord devient le 12e État de l’Union. À partir de 1870, elle connaît une forte expansion démographique, et voit sa population doubler entre 1970 (cinq millions d’habitants) et 2010 (9,5 millions). L’agglomération Raleigh-Durham, appelée aussi Research Triangle, compte à elle seule plus de 1,8 million d’habitants. La ville principale de l’État, Charlotte, dépasse les 2 millions d’habitants dans son agglomération.

Depuis les années 1950, l’économie de la Caroline du Nord connaît une phase de transition, passant de l’industrie manufacturière (tabac, textile, biens de consommation) à une économie plus diversifiée, notamment dans les secteurs de l’énergie, des biotechnologies et de la finance. L’État est traditionnellement conservateur et soutient généralement le Parti républicain, mais il est désormais considéré comme un swing state. Marqué par l’importance de la religion évangélique baptiste, il appartient à la Bible Belt.

En outre, la Caroline du Nord compte de nombreux établissements universitaires, dont deux universités qui figurent parmi les plus prestigieuses du pays : Duke et l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Enfin, la ville de Charlotte accueille plusieurs équipes sportives, dont les Panthers de la Caroline (football américain) et les Hornets de Charlotte (basket-ball)… - Article complet à lire sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_du_Nord ]

Suite de l’article traduit

Si un arbre pète dans la forêt, cela fait-il du bruit ? Non. Mais il ajoute un peu de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre dans l’air.

Une équipe d’écologistes a mesuré ces gaz, ou ’pets d’arbre’, libérés par les arbres morts dans les forêts fantômes. Ces forêts effrayantes se forment lorsque la montée des eaux noie une forêt, laissant derrière elle un marais rempli d’arbres morts squelettiques. Les nouvelles données suggèrent que ces arbres génèrent environ un cinquième des gaz à effet de serre des forêts fantômes. Les autres émissions proviennent des sols détrempés. Les chercheurs ont présenté leurs résultats en ligne le 10 mai 2021 dans la revue ‘Biogeochemistry’.

Explicatif : Pourquoi le niveau des mers n’augmente pas au même rythme dans le monde entier

On s’attend à ce que les forêts fantômes se développent à mesure que le changement climatique fait monter le niveau des mers. Les scientifiques sont donc curieux de savoir quelle quantité de gaz réchauffant le climat, ces écosystèmes fantômes émettent.

Selon Keryn Gedan, sur de longues périodes, les forêts fantômes pourraient en fait contribuer à extraire le carbone de l’air. La raison : Les zones humides peuvent stocker beaucoup de carbone dans leurs sols, explique-t-elle. Keryn Gedan est une écologiste côtière qui n’a pas participé à l’étude. Elle travaille à l’université George Washington à Washington, D.C. Il faut un certain temps pour que le carbone s’accumule dans les zones humides. Pendant ce temps, les arbres morts des forêts fantômes émettent des gaz à effet de serre en se décomposant. C’est pourquoi, à court terme, dit-elle, les forêts fantômes peuvent constituer une source importante d’émissions de carbone.

Les chercheurs ont utilisé des outils permettant de détecter les ‘pets d’arbres’ dans cinq forêts fantômes. Ces forêts bordent la côte de la péninsule Albemarle-Pamlico en Caroline du Nord. ’C’est un peu étrange’, dit Melinda Martinez. Mais cette écologiste des zones humides n’a peur d’aucune forêt fantôme. En 2018 et 2019, elle a parcouru la forêt fantôme avec un analyseur de gaz portable sur le dos. Elle a mesuré les gaz à effet de serre qui s’échappent des arbres et des sols. ’J’avais vraiment l’air d’un chasseur de fantômes’, se souvient Mme Martinez. Elle a effectué ces recherches alors qu’elle étudiait à l’université d’État de Caroline du Nord (NCSU) à Raleigh.

[Voir aussi (en anglais) : Celebrating Latino Conservation Week : Spotlight on Melinda Martinez July 21, 2020 | Dave Shaw]].

a woman wearing waders and a backpack-type device

Melinda Martinez, écologiste des zones humides, utilise un analyseur de gaz portable pour mesurer les ’pets’ des arbres morts. Un tube relie l’analyseur de gaz sur son dos à un joint étanche à l’air autour d’un tronc d’arbre. M. Ardón

Ses mesures ont révélé comment les forêts fantômes transmettent les gaz dans l’atmosphère. Les sols émettent la plupart des gaz. Chaque mètre carré de sol (environ 10,8 pieds carrés soit environ 1 m²) dégageait en moyenne 416 milligrammes (0,014 once soit 0,397 gramme) de dioxyde de carbone par heure. La même surface dégageait des quantités moindres d’autres gaz à effet de serre. Par exemple, chaque mètre carré de sol expulsait en moyenne 5,9 milligrammes (0,0002 once) de méthane et 0,1 milligramme d’oxyde nitreux par heure.

Les arbres morts rejettent environ un quart de la quantité de méthane émis par les sols.

Ces arbres morts ’n’émettent pas une tonne, mais ils sont importants’ pour les émissions globales d’une forêt fantôme, explique Marcelo Ardón. Écologiste des écosystèmes et bio-géochimiste à la NCSU, qui a travaillé avec Mélinda Martinez. Marcelo Ardón a inventé le terme ’pets d’arbres’ pour décrire les émissions de gaz à effet de serre des arbres morts. ’J’ai un enfant de 8 ans et un autre de 11 ans’, explique-t-il. ’Les blagues de pets, c’est ce dont nous parlons’. Mais l’analogie est également ancrée dans la biologie. Les pets réels sont causés par des microbes dans le corps. De même, les pets d’arbres sont créés par des microbes dans les arbres en décomposition.

Explicatif : Le réchauffement de la planète et l’effet de serre

Dans le grand ordre des choses, les rejets de gaz à effet de serre des forêts fantômes peuvent être mineurs. Les ‘pets des arbres’, par exemple, n’ont rien à voir avec les rots des vaches. En une heure, une seule vache peut émettre jusqu’à 27 grammes de méthane (0,001 once). Il s’agit d’un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2. Selon M. Martinez, il est important de tenir compte des émissions, même minimes, pour obtenir une image complète de l’origine des gaz qui réchauffent le climat. Les scientifiques ne devraient donc pas bouder les ‘pets des arbres’ fantômes.

Plus d’informations sur les mots clés :

Atmosphère : L’enveloppe de gaz qui entoure la Terre ou une autre planète.

Moyenne : (en science) : Terme désignant la moyenne arithmétique, qui est la somme d’un groupe de nombres qui est ensuite divisée par la taille du groupe.

Bio-géochimie : Terme qui recouvre les processus qui assurent le cycle (ou le dépôt éventuel) d’éléments purs ou de composés chimiques (y compris les minéraux) entre les espèces vivantes et les parties non vivantes (comme la roche, le sol ou l’eau) au sein d’un écosystème. Un scientifique qui travaille dans ce domaine est un biogéochimiste.

Biologie : L’étude des êtres vivants. Les scientifiques qui les étudient sont appelés biologistes.

Carbone : Élément chimique qui constitue la base physique de toute vie sur Terre. Le carbone existe librement sous forme de graphite et de diamant. Il constitue une partie importante du charbon, du calcaire et du pétrole, et est capable de se lier chimiquement pour former un très grand nombre de molécules importantes sur le plan chimique, biologique et commercial. (Dans les études climatiques) Le terme carbone sera parfois utilisé de manière presque interchangeable avec le dioxyde de carbone pour évoquer les impacts potentiels qu’une action, un produit, une politique ou un processus peuvent avoir sur le réchauffement atmosphérique à long terme.

Dioxyde de carbone : (ou CO2) Gaz incolore et inodore produit par tous les animaux lorsque l’oxygène qu’ils inhalent réagit avec les aliments riches en carbone qu’ils ont mangés. Le dioxyde de carbone est également libéré lorsque des matières organiques brûlent (y compris les combustibles fossiles comme le pétrole ou le gaz). Le dioxyde de carbone agit comme un gaz à effet de serre, piégeant la chaleur dans l’atmosphère terrestre. Les plantes convertissent le dioxyde de carbone en oxygène au cours de la photosynthèse, processus qu’elles utilisent pour fabriquer leur propre nourriture.

Pourriture : Le processus (également appelé ’ décomposition ’) par lequel une plante ou un animal mort se décompose progressivement en étant consommé par des bactéries et d’autres microbes.

Ecologiste : Scientifique qui travaille dans une branche de la biologie qui traite des relations des organismes entre eux et avec leur environnement physique.

Ecosystème : Un groupe d’organismes vivants en interaction - y compris les micro-organismes, les plantes et les animaux - et leur environnement physique dans un climat particulier. Les exemples incluent les récifs tropicaux, les forêts tropicales, les prairies alpines et la toundra polaire. Le terme peut également s’appliquer aux éléments qui composent un environnement artificiel, tel qu’une entreprise, une salle de classe ou l’internet.

Pet : L’un des plus anciens mots de la langue anglaise, il désigne les flatulences (ou flatus), c’est-à-dire l’émission de gaz par l’extrémité du tube digestif.

Forêt : Une zone de terre couverte principalement d’arbres et d’autres plantes ligneuses.

Gaz à effet de serre : Un gaz qui contribue à l’effet de serre en absorbant la chaleur. Le dioxyde de carbone est un exemple de gaz à effet de serre.

Marais : Une zone humide de faible altitude généralement couverte d’herbes et d’arbustes, et non d’arbres. Il s’agit d’un lieu privilégié pour l’alimentation et la nidification des oiseaux aquatiques.

Méthane : hydrocarbure dont la formule chimique est CH4 (ce qui signifie qu’il y a quatre atomes d’hydrogène liés à un atome de carbone). C’est un constituant naturel de ce que l’on appelle le gaz naturel. Il est également émis par la décomposition des matières végétales dans les zones humides et il est éructé par les vaches et les autres ruminants. Du point de vue du climat, le méthane est 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur dans l’atmosphère terrestre, ce qui en fait un gaz à effet de serre très important.

Microbe : Abréviation de microorganisme. Un être vivant qui est trop petit pour être vu à l’œil nu, y compris les bactéries, certains champignons et de nombreux autres organismes tels que les amibes. La plupart sont constitués d’une seule cellule.

Péninsule : Une parcelle de terre qui est rattachée au continent mais entourée d’eau sur trois côtés.

Puissant : Adjectif désignant quelque chose (comme un germe, un poison, un médicament ou un acide) qui est très fort ou puissant.

Niveau de la mer : Le niveau général de l’océan sur l’ensemble du globe lorsque toutes les marées et autres changements à court terme sont pris en compte.

Zone humide : Comme son nom l’indique, il s’agit d’une zone de terre de faible altitude, trempée ou couverte d’eau une grande partie de l’année. Elle abrite des plantes et des animaux adaptés à la vie dans, sur ou près de l’eau.

Citations

Journal : ​​ M. Martinez and M. Ardón. Drivers of greenhouse gas emissions from standing dead trees in ghost forests. Biogeochemistry. Published online May 10, 2021. doi : 10.1007/s10533-021-00797-5. 

About Maria Temming (photo) E-mailTwitter- Maria Temming is the staff reporter for physical sciences, covering everything from chemistry to computer science and cosmology. She has bachelor’s degrees in physics and English, and a master’s in science writing.

À propos de Maria Temming (photo) E-mailTwitter- Maria Temming est journaliste pour les sciences physiques, couvrant tout, de la chimie à l’informatique en passant par la cosmologie. Elle est titulaire d’une licence en physique et en anglais, ainsi que d’une maîtrise en rédaction scientifique.

More Stories from ‘Science News for Students’ on Earth

AnimalsCommon parasite may help mussels survive heat wavesBy Sid Perkins June 16, 2021

EarthLet’s learn about lightningBy Sarah Zielinski June 8, 2021

EnvironmentPond scum can release a paralyzing pollutant into the airBy Tracy Vonder Brink June 7, 2021

AnimalsA common antibiotic might save some sick coralsBy Cassie MartinJune 4, 2021

Health & MedicineWarning : Wildfires might make you itchBy Kathiann KowalskiJune 3,

Fondée en 2003, Science News for Students est une publication en ligne gratuite et primée qui a pour vocation de fournir aux apprenants, aux parents et aux éducateurs des informations scientifiques adaptées à leur âge. Cette publication, ainsi que le magazine ‘Science News’, sont publiés par la ‘Society for Science’, une organisation à but non lucratif de type 501(c)(3) qui se consacre à l’engagement du public dans la recherche et l’éducation scientifiques.

Science News for Students

Science News for Students | News from all fields of science for readers of any age

© Society for Science & the Public 2000–2021. All rights reserved. 1719 N Street, N.W., Washington, D.C. 20036 202.785.2255 Terms of Service Privacy Policy – Source : https://www.sciencenewsforstudents.org/article/tree-farts-make-up-about-a-fifth-of-greenhouse-gases-from-ghost-forests

Retour au début du texte traduit

Articles sur les mangroves et postés sur ISIAS : à ce jour, 6 articles étiquetés « MANGROVES » sont accessibles sur le site suivant : https://isias.lautre.net/spip.php?page=recherche&recherche=mangroves

Retour au début du texte traduit

Traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 21/06/2021

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Forêts Océans Gaz à effet de serre Pets d’arbres.2.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -