Accueil > Arts & Créations artistiques > "La Fête de Pourim est célébrée cette année les 16 et 17 mars 2022 avec des (...)

"La Fête de Pourim est célébrée cette année les 16 et 17 mars 2022 avec des réjouissances carnavalesques typiques des traditions juives et avec référence à l’œuvre « L’art en guerre » de l’artiste peintre Si Lewen" par Jacques Hallard

jeudi 17 mars 2022, par Hallard Jacques


ISIAS Monde juif Création artistique

La Fête de Pourim est célébrée cette année les 16 et 17 mars 2022 avec des réjouissances carnavalesques typiques des traditions juives et avec référence à l’œuvre « L’art en guerre » de l’artiste peintre Si Lewen

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 16/03/2022

Plan du document : Introduction Sommaire#ZUSAMMENFASSUNG Auteur

Source


Introduction

Ce dossier propose un petit coup d’œil sur cette Fête de Pourim, bien représentative de la culture juive et faisant référence à une histoire qui remonte au IVe siècle avant JC, à l’époque de l’Empire perse : il y est fait référence à Esther, une femme juive choisie pour épouse par un roi de cette époque …

En plus, une présentation d’un ouvrage sur l’artiste juif ‘Si Lewen’ qui prend la forme « d’un livre-accordéon ou leporello de 26 mètres de long, composé afin de faire dialoguer les dessins du peintre entre eux ». Titré « L’art en guerre » de Si Lewen, ce livre est en écho avec les affres d’une guerre qui renouvelle, sur le flanc est du continent européen, les pages les plus sombres et tragiques du 20ème siècle…

Les documents choisis ici figurent avec leurs accès dans le sommaire ci-après.

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


Sommaire

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


  • À propos de la Fête de Pourim dans la culture juive
    Pourim est une fête juive d’origine biblique et d’institution rabbinique, qui commémore les événements relatés dans le Livre d’Esther : la délivrance miraculeuse d’un massacre de grande ampleur, planifié à leur encontre par Haman l’Agaggite dans l’Empire perse sous le règne d’Assuérus. Wikipédia - Date : mer. 16 mars 2022 – jeu. 17 mars 2022 - Signification : Fête joyeuse célébrant les évènements décrits dans le Livre d’Esther.

[« Le livre ou rouleau d’Esther (hébreu : מגילת אסתר Meguilat Esther) est le vingt-et-unième livre de la Bible hébraïque. Il fait partie des Ketouvim selon la tradition juive et des Livres historiques de l’Ancien Testament selon la tradition chrétienne. Il rapporte une série d’événements se déroulant sur plusieurs années : Esther, d’origine juive, devient la favorite du souverain, Assuérus. Or, sous son règne, le grand vizir — Haman — intrigue et obtient de pouvoir exterminer toute la population juive. Devant pareille menace, Mardochée fait appel à sa nièce Esther afin qu’elle obtienne du roi l’annulation du décret qui les condamne. Le roi — informé par Esther — prend toutes les mesures nécessaires pour protéger la population juive, et condamne le vizir, ainsi que tous ses fils, à être pendus au poteau destiné initialement à Mardochée. Enfin, les Juifs instaurent une fête annuelle, appelée Pourim, afin de commémorer ce miracle… » – Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_d%27Esther ].

Retour au début du sommaire


  • Qu’est-ce que Pourim ? – Document ‘fr.chabad.org’
    Illustration - La fête de Pourim est célébrée chaque année le 14ème jour du mois hébraïque de Adar (fin de l’hiver/début du printemps). Elle commémore le salut miraculeux du peuple juif dans l’ancien Empire perse du complot ourdi par Haman pour « détruire, exterminer et anéantir tous les juifs jeunes et vieux, enfants et femmes, en un seul jour. »

L’histoire en bref :

L’Empire perse du 4ème siècle avant l’ère commune s’étendait sur 127 pays et tous les Juifs en étaient les sujets. Après avoir fait exécuter son épouse, la reine Vashti, pour lui avoir désobéi, le roi Assuérus organisa un concours de beauté pour trouver une nouvelle reine. Une fille juive, Esther, trouva faveur à ses yeux et devint la reine – bien qu’elle refusât de divulguer quelle était sa nationalité.

Entre temps, l’antisémite Haman fut nommé premier ministre de l’Empire. Mordékhaï, le chef des Juifs (et le cousin d’Esther), défia l’ordre du roi en refusant de se prosterner devant Haman, qui portait l’effigie d’une idole sur sa poitrine. Celui-ci, exaspéré, convainquit le roi de promulguer un décret ordonnant l’extermination de tous les Juifs le 13ème jour de Adar – une date qui fut tirée au sort par Haman.

Illustration - Mordékhaï galvanisa les Juifs et les convainquit de se repentir, de jeûner et de prier D.ieu. Pendant ce temps, Esther invita le roi et Haman à participer à un festin. Lors de ce festin, Esther révéla au roi son identité juive. Haman fut pendu, Mordékhaï fut nommé premier ministre à sa place et un nouveau décret fut promulgué, donnant au Juifs le droit de se défendre contre leurs ennemis.

Le 13ème jour de Adar, les Juifs prirent les armes et vainquirent leurs agresseurs, en tuant de nombreux. Le 14 Adar, ils se reposèrent et célébrèrent leur victoire et le miracle de Dieu. Dans la ville de Chouchane, il leur fallut un jour de plus pour atteindre la victoire.

Lisez l’histoire complète de Pourim.

Illustration - Pourquoi est-ce appelé Pourim ?

Pourim signifie « sort » en persan ancien. La fête fut ainsi nommée parce que Haman avait tiré au sort pour déterminer le jour où il réaliserait son plan diabolique. Vous pouvez prononcer ce nom de plusieurs façons.

Illustration - Les pratiques de Pourim :

a) Écouter la lecture de la Méguila (le Livre d’Esther), qui relate l’histoire du miracle de Pourim.

b) Donner des dons d’argent aux pauvres.

c) Envoyer des cadeaux de nourriture à ses amis.

d) Un joyeux festin de Pourim.

En outre, les enfants ont l’habitude de se déguiser à Pourim.

Illustration - © Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org’s copyright policy.

Dans cette rubrique : Avant Pourim Les Mitsvot de Pourim en 2022 15 faits sur Pourim que chaque juif devrait connaître

Chabad.org

fr.Chabad.org - Chabad.org en Français - Apps on Google Play

Source : https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/648677/jewish/Quest-ce-que-Pourim.htm

Voir également ceci : https://www.o-judaisme.com/blogs/salle-de-lecture/pourim-2022-dates-histoire-et-celebrations

Retour au début du sommaire


  • Pourim 2022 : date, jeûne d’Esther, histoire et gâteaux - Elodie Benarousse - Mis à jour le 09/03/22 10:18 - Document ‘journaldesfemmes.fr’
    POURIM. Cette année, la fête de Pourim a lieu le 17 mars. L’occasion de se déguiser (y compris chez les adultes), de déguster des gâteaux spéciaux... Mais d’où vient Pourim, pourquoi jeûne-t-on, quelles sont ses traditions et quelles recettes prépare-t-on ? On vous dit tout.

Enfant déguisée - Photo © Rafael Ben Ari-123rf

Sommaire :

•Dates

•Jeûne d’Esther

•Histoire

•Signification

•Comment fête-t-on Pourim ?

•Gâteaux

•Pourquoi se déguise-t-on ?

•Quel déguisement ?

•Souhaiter un bon Pourim

[Mise à jour du 9 mars 2022]. Cette année, les fêtes de Pourim devraient se dérouler sous une sécurité renforcée car elles ont lieu en même temps que les commémorations des 10 ans des attentats de Toulouse et Montauban, perpétrés en 2012. Selon une note adressée aux préfets et consultée par l’AFP,

Gérald Darmanin a demandé de renforcer la sécurité des synagogues durant les fêtes de Pourim. ’Le niveau très élevé de la menace terroriste qui continue de peser sur notre pays exige le maintien d’une forte vigilance’, a écrit le ministre.

Quelles sont les dates de Pourim en 2022 ?

En 2022, la fête de Pourim aura lieu du mercredi 16 mars au jeudi 17 mars. Dans le calendrier hébraïque, elle a lieu le 14e jour du mois de Adar. 

Quand a lieu le jeûne d’Esther ?

Le jeûne d’Esther débute le matin du mercredi 16 mars et se termine le soir à la tombée de la nuit. Ce jeûne fait référence à l’histoire de la reine Esther qui avait demandé à son peuple de jeûner et de prier lorsqu’elle révéla au roi son identité, en lui demandant de sauver son peuple.

C’est quoi l’histoire de Pourim, et celle d’Esther ?

L’histoire de Pourim remonte au IVe siècle avant JC à l’époque de l’Empire perse. Cette fête juive fait référence à Esther, une femme juive choisie pour épouse par le roi Assuérus, qui organisa un concours de beauté après avoir tué sa femme Vashti, qui lui avait désobéi. Sans dévoiler son origine, Esther devint alors reine, tandis qu’Haman est nommé premier ministre de l’Empire. Mais ce dernier réclame auprès du roi l’extermination de son peuple, suite au refus de Mordekhaï (le cousin d’Esther et chef des juifs), de se prosterner devant lui. Un décret est même publié pour appliquer sa décision. Face à cette menace, Mordekhaï convainc alors son peuple de se repentir et de jeûner toute une journée. Pendant ce temps, Esther organise un festin, où elle convie le roi et Haman en espérant être écoutée. Elle leur révèle alors qu’elle est de religion juive et dévoile le complot organisé par Haman à l’encontre de son peuple. Celui-ci est finalement pendu et Esther et les siens célèbrent ce retournement de situation, comme un miracle.

Quelle est la signification de Pourim ? 

En perse ancien, le terme ’Pour’ fait référence au hasard, au sort. En effet, le décret qu’a appliqué Haman pour anéantir le peuple d’Esther a été fixé de manière aléatoire, le 13e jour du douzième mois, soit le mois de Adar. Pourim est donc aussi appelé ’la fête des Sorts’.

Comment fête-t-on Pourim ? 

Chaque année, il est de coutume d’écouter le livre d’Esther (appelé la Meguila d’Esther) pour se remémorer l’histoire de Pourim. Selon la tradition, il est également d’usage de faire un don aux personnes pauvres, à ceux qui sont dans le besoin (au moins à deux personnes). Cette fête fait également référence au festin organisé par Esther avec le roi. Aussi, un repas copieux est organisé en famille (notamment pour casser le jeûne d’Esther qui a lieu la journée), et on prépare des gâteaux de toutes sortes, selon les traditions de chacun. Pour Pourim, on doit les offrir en cadeaux à ses proches, à la famille ou à ses amis, c’est ce que l’on appelle les ’Michloah Manot’. Et ce n’est pas tout : les enfants et même les grands se déguisent !

Quels sont les gâteaux de Pourim ? 

Pour Pourim, on fait souvent, selon les coutumes et les traditions, des gâteaux avec du glaçage blanc, des Montecaos, des cigares et des makrouds au miel ou aux dates, des croquants aux amandes, des boules de coco, et même des gâteaux appelés ’oreilles d’Aman’. On peut également préparer des croissants de lune, des galettes au sésame, ou encore des cornes de gazelle. Toutes les pâtisseries orientales sont les bienvenues, le tout dans un joli panier, une jolie boîte, pour offrir à ses proches. 

Lire l’article

Pourquoi se déguise-t-on à Pourim ? 

Toujours en référence à l’histoire de Pourim, il est coutume de se déguiser car la reine Esther a dû, pour se protéger et préserver son peuple, cacher sa propre identité. Et même si l’histoire de Pourim semble quelque peu difficile à aborder pour les petits, cette fête est devenue au fil des ans et à travers les générations, une célébration festive. 

Meilleurs déguisements enfants pour toutes les occasions

Pour un anniversaire ou une fête, ou sans raison, les enfants adorent se déguiser et se mettre dans la peau des personnages ! Princesse ou superhéros, à chacun son personnage et les accessoires qui vont avec. Sélection des costumes et accessoires les plus tendances chez les enfants.

En quoi se déguise-t-on à Pourim ? 

Hache de Viking en carton

Jetpack d’astronaute DIY

Couronne de princesse à fabriquer

Jupe de Princesse

Sac de Princesse

Déguisement de papillon

Tous les costumes sont les bienvenus, en première position bien sûr, les parents et les enfants optent pour des déguisements de la reine Esther, avec une belle robe, et une toilette royale, une couronne... Ou un costume de roi pour les garçons. Pourquoi ne pas opter pour un déguisement de la Reine des Neiges ou des princesses Disney ? Les costumes de cow-boys, d’animaux, de super-héros, ou encore de pompiers ou de policiers, de clowns et de personnages de dessins animés sont chaque année plébiscités par les petits et les grands, mais place à l’imagination et à la créativité. Les parents n’hésitent pas également à créer les costumes de leurs enfants et à les maquiller, un peu comme pour Mardi Gras ou le Carnaval. Pour les fabriquer, on vous propose des tutos faciles sur Hugo l’escargot !

Comment souhaiter un bon Pourim ? - Enfin, si vous voulez souhaiter une bonne fête de Pourim à votre entourage, il convient de dire ’Pourim Saméah’ ou ’Hag Saméah’.

Elodie Benarousse Mis à jour le 09/03/22 10:18

Autres Fêtes de famille :

© 2022 CCM Benchmark - Horoscope | Coupe de cheveux | Recette | Gâteau au yaourt | Prénoms | Santé | IMC | Actualités | Dictionnaire | Carte de voeux | Sorties cinéma | Programme TV | Pages blanches | Pages jaunes | Avis de décès | Bons plans | Biographie | Test débit | Résiliation | Salaires | Lettre de motivation | Télécharger | Windows 10 | iOS | Android | Microsoft Office | Copropriété | Succession | Divorce | Coloriage

Source : https://www.journaldesfemmes.fr/maman/guide-sorties-en-famille/2698067-pourim-2022/

Retour au début du sommaire


  • La fête juive de Pourim d’après Wikipédia
    Pourim (פורים « Sorts ») - Pourim à Netanya en 1935.
Signification Fête joyeuse célébrant les évènements décrits dans le Livre d’Esther.
Date 14 adar (ou adar II lors des années embolismiques)
Date 2022 Du 16 mars 2022 au soir au 17 mars 2022
Observances Mikra meguila (he) (lecture du Livre d’Esther), mishte vesimha (grand festin), mishloah manot (en) (envoi de colis alimentaires), matanot laèvyonim (he) (dons aux indigents), « Mahatsit Hashekel » (don de quelque pièces commémorant l’impôt d’un demi shekel destiné au Temple)
Lié à Jeûne d’Esther, Chouchan Pourim, Pourim sheni et Pourim katan.

Lire le média - Des carnavals et des célébrations de Pourim aux villes israéliennes (film de la deuxième chaîne israélienne).

Pourim est une fête juive d’origine biblique et d’institution rabbinique, qui commémore les événements relatés dans le Livre d’Esther : la délivrance miraculeuse d’un massacre de grande ampleur, planifié à leur encontre par Haman l’Agaggite dans l’Empire perse sous le règne d’Assuérus (Xerxès Ier).

La fête est célébrée chaque année le 14 Adar (en février ou mars du calendrier grégorien). Quand le mois d’Adar est redoublé (années embolismiques), Pourim est célébrée le 14 Adar II. Cette date correspond à la dernière Pleine Lune de l’hiver, une lune avant la première Pleine Lune du printemps, marquée par la fête de Pessah.

Aux pratiques traditionnelles, consignées dans le Livre d’Esther et ordonnancées par les Sages de la Mishna, se sont ajoutées diverses coutumes, notamment culinaires, avec les hamantaschen ou deblas (en) (oreilles d’Aman), ainsi que des manifestations joyeuses et carnavalesques, et l’usage de crécelles à l’évocation du nom de Haman.

Sommaire

Retour au début du sommaire


  • Israël - Campagne gouvernementale anti-tabac chez les enfants haredi à l’occasion de la Fête de Pourim
    [Le haredi est, étymologiquement, celui qui est « terrifié » à l’idée de violer une des 613 mitzvot. Les orthodoxes « modernes » et les ultra-orthodoxes (haredim) ne diffèrent pas d’un point de vue théologique, mais dans leur mode de vie et leurs orientations politiques… - En savoir plus avec Haredim – Wikipédia][https://fr.wikipedia.org › wiki › Hared ].->C :\Users\JH\Documents\Haredim – Wikipédia https:\fr.wikipedia.org › wiki › Hared ]]

[Mitzvah (hébreu : מצווה ; pluriel, mitzvot) signifie prescription (de צוה, tzavah, « commander »). Il s’agit d’une occurrence particulière au judaïsme pour désigner soit les prescriptions ou commandements contenus dans la Torah, dont la tradition rabbinique estime le nombre à 613, soit la Loi juive elle-même. Ces prescriptions étant essentiellement (mais pas seulement) d’ordre éthique ou moral, le terme mitzvah en est venu à désigner un acte de bonté humaine, comme la tsedaka, la visite aux malades ou l’enterrement d’une personne inconnue. Selon les enseignements du judaïsme, toute loi morale est issue ou dérivée des commandements divins. Les rabbins se sont souvent posé la question de savoir s’il faut chercher la finalité des mitzvot, ou non. Les tenants de la dernière attitude disent que si la raison de chaque mitzvah pouvait être déterminée, les gens seraient tentés de réaliser ce qu’ils considèrent comme la mitzvah, sans accomplir la mitzvah elle-même… » - Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mitzvah ].

La cigarette occasionnelle proposée aux enfants à l’occasion de la fête - malgré les mises en garde de rabbins - peut déclencher une dépendance à vie, selon le ministère de la Santé

Photo - Un garçon ultra-orthodoxe déguisé fumant une cigarette le jour de Pourim 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le ministère de la Santé a lancé une campagne très médiatisée contre le phénomène des jeunes ultra-orthodoxes qui fument pendant Pourim.

La fête qui dure 25 heures, et qui commence mercredi soir, est une journée de fêtes costumées. Il est de tradition que les enfants inversent l’ordre naturel des choses. Par exemple, dans certaines écoles, les enfants prennent le rôle des enseignants pendant une journée avant la fête.

Et dans cet esprit, il est admis, par certains pans de la communauté haredi, que les enfants essayent de fumer comme les adultes. Cette pratique est largement considérée comme une exception excentrique aux règles.

Une campagne du ministère de la santé déconseille toutefois cette pratique. Les caisses de santé mènent des campagnes antitabac générales adaptées à la communauté haredi, avec le soutien des rabbins qui affirment que ces efforts permettent de sauver des vies.

Les publicités placées par le ministère dans les médias haredi citent des recherches suggérant qu’un enfant fumeur sur dix est devenu dépendant suite à sa première cigarette.

« Ne suivez pas la foule au détriment de votre santé », insiste le ministère.

Photo - Deux garçons ultra-orthodoxes déguisés fumant une cigarette le Pourim de 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le texte suggère qu’au milieu de l’atmosphère joviale de la fête, et entouré d’amis, on a souvent l’impression qu’essayer une cigarette n’est pas grave, et que fumer avant l’âge légal est une façon d’observer la tradition consistant à mettre les choses sens dessus dessous pour Pourim.

« Mais après la première cigarette de Pourim, le processus de dépendance a commencé, et les gens regrettent ce moment », indique la campagne.

L’éminent rabbin de Bnei Brak, Yitzchok Zilberstein, a envoyé un message à la caisse de santé Maccabi pour saluer sa campagne antitabac menée avant Pourim dans la communauté religieuse.

« Si un seul jeune homme s’abstient de fumer à Pourim, vous aurez sauvé une vie en Israël et votre récompense spirituelle sera grande », a-t-il écrit.

Ces dernières années, les rabbins haredi se sont montrés de plus en plus fermes pour décourager le tabagisme. La principale autorité en matière de loi juive, le rabbin Aharon Yehuda Leib Steinman, décédé en 2017, avait signé une lettre signalant les dangers du tabac, ainsi que Nissim Karelitz, décédé en 2019.

Mais certains experts affirment que le message des rabbins ne passe pas, et que la pression du gouvernement pourrait avoir un succès limité.

Yehoshua Pfeffer, un rabbin qui dirige la division Haredi Israël au Tikvah Fund, une fondation philanthropique axée sur l’éducation, a déclaré au Times of Israël qu’il n’était pas convaincu du succès de la campagne.

« Il y a incontestablement un problème d’enfants qui fument à Pourim ; c’est une relique du passé car c’est ce qui se passait lorsque fumer était très courant dans les yeshivot et les enfants se comportent comme des adultes à Pourim. »

« C’est très perturbant mais c’est comme ça. Mais une campagne gouvernementale sera-t-elle utile ? Elle attirera l’attention de certains, mais l’impact sera limité », a déclaré M. Pfeffer.

« Peut-être que parmi les haredim les plus modernes, cela aura un effet, mais parmi les autres qui sont moins engagés avec l’État et le gouvernement – qui sont en fait ceux qui sont les plus susceptibles de fumer car ils sont moins influencés par les normes sociales en dehors de la société haredi – les gens seront moins susceptibles d’écouter », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur : Israël Inside Ministère de la Santé Santé Tabagisme Pourim Juifs ultra-orthodoxes Maccabi

The Times of Israël - Les informations sur Israël, le Moyen Orient...

The Times of Israel : Amid shift to work-from-home, Microsoft inaugurates gigantic new Herzliya campus – enVerid

Source : https://fr.timesofisrael.com/campagne-gouvernementale-anti-tabac-chez-les-enfants-haredi-a-pourim/

Retour au début du sommaire


  • L’art en guerre de Si Lewen – Partie 1 sur 2 - La survie d’une œuvre - Diffusé le 13/03/2022 – Emission de ‘France Culture’ « L’esprit d’ouverture » - À retrouver dans l’émission Talmudiques par Marc-Alain Ouaknin
    .Photo - Pascale Samuel • Crédits : Commissaire de l’exposition Si Lewen The Parade - Radio France

Mercredi soir prochain débute la fête de Pourim. Plutôt une non-fête comme aimait à le dire Josy Eisenberg. La fête la plus singulière et la plus universelle de toutes, peut-être parce qu’elle est la plus visible avec les formes qu’elle a pu prendre au fil des siècles, notamment avec les représentations théâtrales en Europe de l’Est, les fameux Pourimspiel, et aujourd’hui les déguisements et les masques.

On pourrait s’interroger sur le sens de cette fête de réjouissances carnavalesques alors que la guerre a éclaté au cœur de l’Europe, et il semble dès lors nécessaire de rappeler que l’essentiel de cette fête est une lecture exigeante en dépit de ses airs de conte.

C’est l’histoire d’un retournement, d’un sauvetage décrété par le très puissant roi de Perse, Assuérus, convaincu par son vizir Haman de se débarrasser de tous les juifs de son royaume. Ce massacre n’aura pas lieu et le grand roi annulera son décret grâce à l’intervention de sa jeune reine Esther conseillée par son oncle Mardochée. Et ainsi la vérité éclatera, celle d’une manipulation du roi par son vizir.

Il est important de rappeler que ce texte, ce conte, est un rouleau qu’on appelle une Meguila, souvent très illustrée et dont certaines communautés possèdent des exemplaires précieux. Des artistes se sont confrontés à ce texte riche qui nous bouscule et qui tel texte un littéraire moderne appelle le lecteur à le compléter et qui nous institue comme lecteur.

Comment fêter Pourim en temps de guerre ?

Cette question qui ne se serait pas posée il y a encore quelques semaines peut s’entendre de manière plus vive à l’aune de la dimension littéraire de ce texte de la Meguila d’Esther et de l’œuvre d’un artiste exposée au Musée d’art et d’histoire du judaïsme jusqu’au 8 mai 2022 qui en offre un magnifique écho.

Une œuvre susceptible d’orienter notre entendement et de réajuster nos perceptions. Il s’appelle Si Lewen, et The Parade, est une œuvre essentielle pour notre temps ! A voir et à méditer absolument.

Photo - MAHJ • Crédits : Exposition Si Lewen - Radio France

L’invitée

Pascale Samuel est conservatrice de la collection d’art moderne et contemporain du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

Pascale Samuel a été conseillère pour les musées à la Drac Limousin, de 2006 à 2012, puis Occitanie, de 2012 à 2016.

Elle a été responsable de la programmation au Centre des monuments nationaux (CMN) avant de devenir référente pour l’art moderne et contemporain au service des musées de France.

Archives sonores

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Le livre de Si Lewen et Art Spiegelman

Ce livre au format accordéon renferme deux oeuvres dos à dos :

D’un côté, The Parade, épopée sans paroles portée par des dessins expressifs. Ce classique oublié a été créé peu après la Seconde Guerre mondiale et publié initialement en 1957.

The Parade, restauré d’après les dessins originaux, augmenté de planches inédites réinsérées dans la continuité sur les indications de Si Lewen, était et reste à ce jour une oeuvre révolutionnaire, un cri du coeur sur l’éternelle soif de guerre de l’humanité et ses conséquences atroces.

Au recto des dessins, L’Odyssée d’un artiste préparée, rédigée et mise en page par Art Spiegelman, comprenant une biographie complète et une mise en perspective dans l’histoire de l’art, fait découvrir au lecteur la vie et l’oeuvre singulières de Si Lewen au fil d’une monographie abondamment illustrée de peintures qui ont jalonné la longue et prolifique carrière d’un artiste mort en 2016.

Le peintre que l’on redécouvre a renoncé à un succès annoncé dans le New York d’après-guerre pour s’immerger dans son art plutôt que dans le « monde de l’art ». Il a poursuivi un projet formulé dans l’enfance, de disposer ses tableaux les uns à côté des autres pour leur permettre de « parler entre eux », une conception sérielle très en avance sur son temps qui se reflète dans le format exceptionnel de ce livre.

Ouvrage en accordéon ‘The Parade’ • Crédits : Si Lewen et Art Spiegelman - Radio France - Photos d’eux. Si Lewen et Art Spiegelman • Crédits : Flammarion - Radio France > 1èrede couverture - Edition Flammarion • Crédits : - Radio France

À découvrir :

’L’émergence de la culture numérique transforme le public en œuvre d’art’

Les NFT, une autre promesse artistique

Annette Messager : ’Si les supermarchés ont rouvert, pourquoi les musées n’en feraient-ils pas autant ?’

Tags : Religion juive – Judaïsme Bande dessinée

L’équipe – Production : Marc-Alain Ouaknin – Réalisation : Alexandra Malka

Partie 1 sur 2 - La survie d’une œuvre - Diffusé le 13/03/2022 – Emission de ‘France Culture’ « L’esprit d’ouverture » - À retrouver dans l’émission Talmudiques par Marc-Alain Ouaknin

La 2ème partie sera mise en ligne par ‘France Culture’

Retrouvez nous sur https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/l-art-en-guerre-de-si-lewen-la-survie-d-une-oeuvre

Retour au début du sommaire

6bis. L’émouvant hommage d’Art Spiegelman à son « maître » Si Lewen - Par Baudouin Eschapasse - Publié le 13/12/2021 à 12h00 – Document ‘Le Point’

L’auteur de « Maus » ne voulait pas que l’œuvre de Si Lewen soit oubliée. Grâce à lui, une exposition et un livre sont consacrés à l’artiste…

Heritier de l’expressionnisme, Si Lewen a conscacre un ouvrage entier aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Les 63 dessins qui le composent sont reedites aujourd’hui chez Flammarion. Et les originaux exposes au musee d’Art et d’Histoire du judaisme.

Héritier de l’expressionnisme, le peintre Si Lewen a conscacré un ouvrage entier aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Les 63 dessins qui le composent sont réédités aujourd’hui chez Flammarion. Et les originaux exposés au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme. © DR

« Votre œuvre (est) très impressionnante. […] Elle a le réel mérite de combattre les tendances belliqueuses par le biais de l’art. » Quand il écrit à Si Lewen, en 1951, Albert Einstein ne tarit pas d’éloges sur les dessins de l’artiste. À l’en croire, ses croquis constitueraient un formidable moyen de convertir les masses au pacifisme.

« Ni les descriptions concrètes ni les discours intellectuels ne peuvent égaler l’effet psychologique de l’art véritable. On a souvent dit que l’art ne devait se mettre au service d’aucune cause politique ou autre. Je ne suis pas de cet avis », indique le scientifique dans une longue missive adressée à l’artiste.

Un extrait de ce courrier figure en exergue de l’exposition* que le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme (Mahj) consacre à Si Lewen, injustement méconnu en France. « Cette exposition doit beaucoup à Art Spiegelman. C’est lui qui a bataillé pendant des années pour sortir Si Lewen de l’oubli », explique Paul Salmona, directeur de l’établissement. De fait, c’est l’auteur de Maus qui a joué les guides pour Le Point, il y a quelques jours.

L’art de Si « vu » par Art Spiegelman

Photo - Né en 1948, Art Spiegelman s’est fait connaître dans les années 1980 par sa série Maus, où il raconte, à travers l’histoire de sa famille, le destin des juifs pendant la guerre. © DR

« Lewen avait des raisons de détester la guerre », nous explique Art Spiegelman, qui a bien connu le dessinateur, au soir de sa vie. « Né à Lublin (Pologne) en 1918 dans une famille juive plutôt athée, Si Lewen a miraculeusement réchappé la Shoah », poursuit le dessinateur de bande dessinée. « Son salut ? Il l’a dû à l’intuition de son père, Samuel Lewin (1890-1959), un écrivain yiddish assez connu à son époque. C’est lui qui, pour fuir les pogroms, a déménagé sa famille à Berlin en 1920 ; puis a envoyé ses deux garçons en France en 1933 », complète Pascale Samuel, conservatrice de la collection moderne et contemporaine du Mahj, commissaire de cette exposition.

À LIRE AUSSIArt Spiegelman : « Ma première rencontre avec Picasso »

À l’époque, Si Lewen s’appelle encore Yeshaya Lewin. Est-ce pour respecter la tradition juive qui veut qu’on change de prénom quand on réchappe à un grand danger ? Il se fait appeler Isaïe quand il arrive dans l’Hexagone, où il vit dans une ferme d’Indre-et-Loire. C’est sous ce nom qu’il s’installe à Grenoble, où il apprend la mécanique au lycée technique de Vaucanson. En 1935, la famille Lewin obtient in extremis des visas pour les États-Unis et s’installe à New York. Isaïe modifie une nouvelle fois son nom. Devenu Simon Lewen, il se fera désormais appeler Si (prononcer « Saï », à l’américaine) Lewen. Il s’engage dans l’armée américaine en 1942 et débarque en Normandie deux ans plus tard.

L’épreuve de la guerre

Parfaitement germanophone, Si Lewen est en première ligne au sein d’une unité surnommée les ‘Ritchie Boys’ qui s’adresse, entre les échanges de tirs, aux soldats de la Wehrmacht, pour les inciter à se rendre. Le 11 avril 1945, c’est au sein de ce régiment qu’il participe à la libération du camp de Buchenwald. Il espérait y obtenir des informations sur le sort de parents et amis, déportés. La réalité s’impose à lui. Quand il rentre à New York, il n’aura de cesse de dénoncer les atrocités de la guerre en recourant à son art.

Formé au dessin à Berlin par Mordecai Ardon (né Max Bronstein), élève de Paul Klee, Vassily Kandinsky et Klaus Richter… Si Lewen a, de fait, très tôt affirmé sa volonté d’être artiste. « Quand il était tout petit enfant, il disait à son père qu’il aimait aller au musée, car il parlait aux tableaux. Dans ses rêves, les toiles dialoguaient entre elles », glisse Art Spiegelman.

https://static.lpnt.fr/images/2021/12/13/22493779lpw-22556039-embed-libre-jpg_8449031.jpg

Reproduction - C’est grâce à Art Spiegelman, qui a découvert son œuvre en 2012, que le travail de Si Lewen sort de l’oubli. © DR

Démobilisé, Si s’inscrit à l’Art Students League, qui compte, parmi ses élèves, les plasticiens Georgia O’Keeffe, Mark Rothko ou Jackson Pollock. Il fera sa première exposition en 1949, mais son univers, sombre, ne rencontre pas tout de suite son public. « Son galeriste lui disait souvent : “Peins des choses colorées, des motifs légers. Sinon, tu ne vendras rien.” Si Lewen s’en moquait. Il était hanté par ses sujets et ne pouvait rien représenter d’autre », confie son ami, qui révèle que l’artiste tentera plusieurs fois de se suicider.

Les deux hommes se sont rencontrés d’une façon « miraculeuse », selon Art Spiegelman. Au début des années 2000, le dessinateur, lauréat du prix Pulitzer, commence à se passionner pour les précurseurs du roman graphique. Il découvre le livre de Si Lewen intitulé Parade en 2012. « Je suis tombé dessus par hasard sur Internet alors que j’étais en Australie pour une conférence », dit-il.

Le dessin comme exutoire

L’artiste raconte, à travers ce livre composé de 55 dessins publié en 1957, la Seconde Guerre mondiale telle qu’il l’a vécue. On y voit d’abord un groupe d’enfants jouer à la guerre, puis des passants regarder défiler des militaires (d’où le titre du livre). La foule en liesse agite de petits drapeaux ; les soldats partent au combat au son du clairon. Tout va chavirer en quelques planches. Très vite, les civils courront sous les bombes, protégés par de dérisoires parapluies. La mort surgira alors avec sa grande faux.

Image - L’ouvrage de Si Lewen prend la forme d’un leporello (ou livre-accordéon) de 26 mètres de long afin de faire dialoguer les dessins entre eux. © DR

« La pulsation des pages m’a saisi. Il y avait là une rythmique incroyable qui relevait, de mon point de vue, du free jazz. Ses pages blanches qui s’assombrissent progressivement à mesure qu’elles se couvrent de motifs guerriers m’ont beaucoup impressionné. J’y voyais des allusions au cinéma d’Eisenstein comme aux peintures de Marcel Duchamp », s’enthousiasme l’auteur de Maus.

À LIRE AUSSIUn livre de plus de 16 mètres de long !

Spiegelman contacte la fille de Si Lewen pour obtenir l’autorisation de rééditer ce livre et reçoit, en réponse, un e-mail de l’artiste lui-même, qui lui indique qu’il accepte sa proposition. « Si était toujours en vie. C’était, à mes yeux, un miracle ! » émet Art, qui fonce alors le voir dans la maison de retraite où il vivait, en Pennsylvanie. « Il y avait là un petit atelier où il dessinait toujours, à plus de 93 ans », indique Spiegelman, qui gardera le contact jusqu’au bout. Les deux hommes échangeront beaucoup par e-mail.

Dépositaire de la douloureuse histoire de l’artiste, Art Spiegelman se désole qu’à sa mort, le 25 juillet 2016, le Times ne lui ait pas consacré une notice nécrologique digne de lui. « C’est pourtant un artiste majeur du XXe et du XXIe siècle », disent de lui, d’une même voix, Paul Salmona et Pascale Samuel.

« J’aurai quand même eu la grande joie de pouvoir montrer à Si son livre réédité en anglais. Nous avons voulu en faire un leporello [un livre-accordéon, NDLR] de 26 mètres de long », dit-il. Un ouvrage, atypique, à l’image de l’artiste. « Au recto figurent les dessins de Parade, ainsi qu’une biographie complète de Si Lewen. De l’autre, des tableaux de l’artiste qui dialoguent ainsi entre eux », conclut Art Spiegelman, qui se réjouit que cet ouvrage soit désormais accessible en français**.

*Exposition Si Lewen – Parade, jusqu’au 8 mai 2022 au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, 71, rue du Temple, Paris 3e.

**The Parade, l’Odyssée d’un artiste de Si Lewen, introduction d’Art Spiegelman, leporello de 150 pages, éditions Flammarion, 65 €.

Culture - L’actualité culturelle – Le Point

https://www.lepoint.fr › Culture

Le Point.fr se relift chez e-artsup | design et typo

Source : https://www.lepoint.fr/culture/l-emouvant-hommage-d-art-spiegelman-a-son-maitre-si-lewen-13-12-2021-2456527_3.php

Retour au début du sommaire


  • Informations sur l’artiste Si Lewen – Traduction du 14 mars 2022 par Jacques Hallard
    Si Lewen (né le 8 novembre 1918 à Lublin, Pologne ; † 25 juillet 2016 [1]) est un peintre américain et un ancien membre des ‘Ritchie Boys’, une unité de l’United States Army pendant la Seconde Guerre mondiale [2]. Dans ses œuvres, il a notamment évoqué son expérience de la guerre.

Sa vie - Si Lewen est né en 1918 dans une famille juive polonaise qui s’est installée à Berlin en 1920. Il reçut des cours de dessin de Max Adron, élève de Paul Klee ainsi que de Klaus Richter. Après la prise de pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, Lewen émigra en France avec son frère aîné afin de préparer le départ de toute la famille pour la Palestine. En 1935, la famille obtient de manière inattendue des visas pour les États-Unis. Ils atteignent New York, où Lewen fréquente une école d’art. En 1942, il se porte volontaire pour l’Armée des États-Unis et, en raison de ses connaissances en allemand, il devient membre des Ritchie Boys, une unité spéciale spécialisée dans la guerre psychologique, la propagande et la collecte clandestine d’informations. À son arrivée au camp de concentration de Buchenwald, d’où il espérait obtenir des informations sur le lieu où se trouvaient des parents et des connaissances, il s’est effondré sous l’effet de ce qu’il avait perçu. Cela lui a inspiré une appréciation artistique de la guerre et des crimes de guerre. Après la guerre, Lewen est devenu un artiste reconnu à New York.

Art Spiegelmann, auteur de la bande dessinée Maus - Die Geschichte eines Überlebenden, a publié en 2016 le livre Si Lewen’s Parade : An Artist’s Odyssey. Il présente une série de dessins que Si Lewen avait peints à partir de 1950 sous le titre ‘Parade’ et publiés en 1957.

Article original pour les accès aux références :

Si Lewen (* 8. November 1918 in Lublin, Polen ; † 25. Juli 2016[1]) war ein US-amerikanischer Maler und ehemaliges Mitglied der Ritchie Boys, einer Einheit der United States Army im Zweiten Weltkrieg.[2] In seinen Werken verarbeitete er unter anderem seine Kriegserlebnisse.

Leben - Si Lewen wurde 1918 in eine polnisch-jüdische Familie geboren, die 1920 nach Berlin zog. Er erhielt Zeichenunterricht von Max Adron, Schüler bei Paul Klee sowie von Klaus Richter. Nach der Machtergreifung Adolf Hitlers 1933 wanderte Lewen zusammen mit seinem älteren Bruder nach Frankreich aus, um die Ausreise der gesamten Familie nach Palästina vorzubereiten. Im Jahre 1935 erhielt die Familie unerwartet Visa für die Vereinigten Staaten. Sie erreichen New York City, wo Lewen eine Kunstschule besuchte. Er meldete sich 1942 freiwillig zur Army of the United States und wurde wegen seiner Deutschkenntnisse Mitglied der Ritchie Boys, einer Spezialeinheit, die auf psychologische Kriegsführung, Propaganda und verdeckte Informationsbeschaffung spezialisiert ist. Bei seiner Ankunft im KZ Buchenwald, von wo er sich Informationen über den Verbleib von Verwandten und Bekannten erhoffte, brach er unter dem Eindruck des Wahrgenommenen zusammen. Dies inspirierte ihn zu einer künstlerischen Würdigung des Krieges und der Kriegsverbrechen. Nach dem Krieg avancierte Lewen in New York zu einem anerkannten Künstler.

Art Spiegelmann, Comic-Autor von Maus – Die Geschichte eines Überlebenden gab 2016 das Buch Si Lewen’s Parade : An Artist’s Odyssey heraus. Es zeigt eine Serie von Zeichnungen, die Si Lewen ab 1950 unter dem Titel Parade gemalt und 1957 veröffentlicht hatte.

Références individuelles - Einzelnachweise

Nachruf auf silewen.org

Refugees in the American Armed Forces during World War II, Seite 44

Weblinks :

Retour au début du sommaire

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


Collecte des documents, agencement, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 16/03/2022

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Monde juif Création artistique Fête de Pourim L’art en guerre Si Lewen.5.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -