Accueil > Pour en savoir plus > Biologie Génétique Epigénétique > "Le livre ’Vagina Obscura’ montre à quel point la biologie féminine est (...)

"Le livre ’Vagina Obscura’ montre à quel point la biologie féminine est méconnue : ce nouveau livre explique comment les scientifiques s’intéressent enfin à la santé et à l’anatomie des femmes" par Erin Garcia de Jesús

Traduction et compléments de Jacques Hallard

mardi 5 avril 2022, par Garcia de Jesus Erin


ISIAS Biologie humaine

Le livre ’Vagina Obscura’ montre à quel point la biologie féminine est méconnue : ce nouveau livre explique comment les scientifiques s’intéressent enfin à la santé et à l’anatomie des femmes

Traduction du 04 avril 2022 par jacques Hallard d’un article d’ Erin Garcia de Jesús publié le 29/03/2022 par ‘sciencenews.org’ ReviewsHealth & Medicinesous le titre « ‘Vagina Obscura’ shows how little is known about female biology  » ; accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/vagina-obscura-book-female-biology-sexism

Model of human ovaries and uterus

Le livre ‘Vagina Obscura’ passe en revue la biologie des organes féminins, notamment le vagin, l’utérus et les ovaires, et la manière dont les scientifiques comblent les lacunes dans les connaissances. Jasenka Arbanas/Moment/Getty Images

https://www.sciencenews.org/wp-content/uploads/2022/03/040922_reviews_vagina_cover-243x383.jpg

Livre : 1èrede couverture –Vagina Obscura’ - Rachel E. Gross W.W. Norton & Co., $30

Il y a plus de 2.000 ans, Hippocrate, le médecin grec souvent considéré comme le père de la médecine moderne, a identifié ce que l’on a appelé le clitoris, un ’petit pilier’ de tissu érectile situé près de l’entrée du vagin. Aristote a ensuite remarqué que cette structure, apparemment petite, était liée au plaisir sexuel.

Pourtant, ce n’est qu’en 2005 que l’urologue Helen O’Connell a découvert que le ’petit pilier’ n’était que la partie émergée de l’iceberg. Les parties internes de l’organe s’étendent autour du vagin et dans le bassin, prolongeant un réseau de nerfs plus profond que les anatomistes ne l’avaient jamais imaginé.

[« Helen E. O’Connell AO (born 3 April 1962) is an Australian professor of urology and a pioneer in the anatomical study of the clitoris. She is a leading researcher in the area of female pelvic anatomy and was the first woman to complete training as a urologist in Australia…. » - Traduction JH : Helen E. O’Connell AO (née le 3 avril 1962) est un professeur d’urologie australien et une pionnière dans l’étude anatomique du clitoris. Elle est une chercheuse de premier plan dans le domaine de l’anatomie pelvienne féminine et a été la première femme à terminer sa formation d’urologue en Australie. Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Helen_O%27Connell_(urologist) ]

Suite de l’article traduit

Il a fallu des millénaires pour découvrir la véritable étendue du clitoris, car le sexisme a longtemps entravé l’étude de la biologie féminine, affirme la journaliste scientifique Rachel E. Gross dans son nouveau livre intitulé ‘Vagina Obscura’.

[« Rachel E. Gross is an award-winning science journalist based in Brooklyn. Her first book, Vagina Obscura : An Anatomical Voyage, is forthcoming from W.W. Norton & Company in March 2022. Vagina Obscura tells the story of how early anatomists mapped our lady parts—and how a new generation is wresting them back … ».

Traduction complète JH : Rachel E. Gross est une journaliste scientifique primée, basée à Brooklyn. Son premier livre, ‘Vagina Obscura : An Anatomical Voyage’, sera publié par W.W. Norton & Company en mars 2022. ‘Vagina Obscura raconte comment les premiers anatomistes ont cartographié nos parties féminines - et comment une nouvelle génération les récupère. Rachel couvre les débats et les personnalités qui façonnent la connaissance scientifique, plus récemment en tant que rédactrice scientifique numérique pour le Smithsonian Magazine. En 2016, elle a lancé une série spéciale au Smithsonian pour découvrir les histoires des femmes scientifiques qui ont été rayées de l’histoire. Elle raconte maintenant ces histoires en tant que chroniqueuse pour la série Future de la BBC ’Missed Genius’.

En 2019, elle a reçu une bourse MacDowell pour compléter la recherche et le reportage pour son livre. Avant cela, elle était une ‘Knight Science Journalism Fellow’ 2018-19 au MIT, où elle a étudié la biologie de la reproduction, le genre et l’histoire des sciences. En 2016, elle a voyagé en Allemagne et en Pologne en tant que boursière en journalisme du programme FASPE pour l’étude de l’éthique professionnelle à Auschwitz. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, The Atlantic, National Geographic, WIRED, New Scientist, Slate, Undark et NPR, entre autres.

Rachel est une oratrice et une panéliste expérimentée. Elle a animé des séances d’information du Congrès sur la science fondamentale, s’est produite pour l’émission nationale de contes Story Collider et a présenté des vidéos éducatives pour Scientific American. Elle est intervenue à la Smithsonian Institution, à l’American Association for the Advancement of Science, au département d’études féminines et de genre du MIT, à la Medill School of Journalism et à Harvard.

Son travail a été récompensé en 2019 par un prix d’excellence en reportage religieux de la Religion News Association (’How To Talk With Evangelicals About Evolution’), et en 2016 par un Wilbur Award pour la meilleure histoire en ligne (’How an Evangelical Creationist Accepted Evolution’). En 2020, sa vidéo ’The Clitoris, Uncovered’ a été finaliste d’un Online Journalism Award dans la catégorie des récits numériques.

Rachel a étudié la littérature anglaise à l’université de Berkeley et a obtenu un master en journalisme scientifique à la Medill School of Journalism. En dehors de tout cela, elle joue des monologues sur scène et accueille de petits félins. Vagina Obscura About Writing Press Contact - Source : https://www.rachelegross.com/about ].

Suite de l’article traduit

Les hommes de science estimés, de Charles Darwin à Sigmund Freud, considéraient les hommes comme supérieurs aux femmes. Être un homme, c’était être la norme idéale. Être une femme, c’était être une version rabougrie de l’être humain. Le vagin, concluaient les Grecs de l’Antiquité, n’était qu’un pénis à l’envers, et les ovaires, des testicules intérieurs.

Parce que les hommes considéraient surtout le corps des femmes pour leurs capacités de reproduction et leurs interactions avec les pénis, ce n’est que récemment que les chercheurs ont commencé à vraiment comprendre toute l’étendue des organes et tissus féminins, montre Rachel Gross. Cela inclut la biologie de base de ce qui est ’sain’ dans ces parties du corps et leurs effets sur le corps dans son ensemble.

‘Vagina Obscura’ est né de la frustration de Mme Rachel Gross de ne pas comprendre son propre corps à la suite d’une infection vaginale. Après l’échec des traitements antibiotiques et antifongiques, dû à une erreur de diagnostic, son gynécologue lui a prescrit un autre traitement. Comme le paraphrase Mme Rachel Gross, le médecin lui a dit de ’mettre de la mort-aux-rats dans mon vagin’. Il s’est avéré que l’infection était une vaginose bactérienne, une affection difficile à traiter, parfois douloureuse et provoquant des démangeaisons, causée par une prolifération de bactéries qui résident normalement dans le vagin (la mort-aux-rats était de l’acide borique, qui est également un antiseptique). ’C’est essentiellement de la mort-aux-rats’, a dit le médecin. ’Vous allez voir ça sur Internet, alors autant vous le dire tout de suite’).

L’exploration de l’anatomie féminine dans le livre commence de l’extérieur vers l’intérieur, en passant d’abord par le nœud externe du clitoris, rempli de nerfs, puis par le vagin, les ovaires et l’utérus. Le dernier chapitre est consacré à la chirurgie d’affirmation du genre, détaillant comment les médecins ont transformé le domaine pour les personnes transgenres. (Rachel Gross n’hésite pas à dire que des mots comme ’femmes’ et ’hommes’ créent un binaire artificiel, alors que des termes apparemment plus objectifs comme ’homme’ et ’femme’ ne parviennent pas beaucoup mieux à englober la diversité de l’humanité, y compris les personnes intersexuées et transgenres).

Tout au long de cette visite, Rachel Gross n’hésite pas à affronter le sexisme et les préjugés qui se cachent derrière des idées controversées sur la biologie féminine, comme les orgasmes vaginaux (par opposition à ceux qui proviennent du clitoris) et l’existence du point G (SN : 4/25/12).

Ces deux concepts ’quasi-mystiques’ découlent de la perspective masculine selon laquelle le plaisir sexuel devrait être simple pour les femmes, si seulement les hommes pouvaient toucher le bon endroit. Les offenses les plus effroyables ne sont pas non plus passées sous silence, notamment le racisme, l’eugénisme et l’excision. Tout au long du livre, des notes de bas de page détaillent les efforts déployés par Mme Rachel Gross pour s’adapter aux opinions controversées et à la terminologie stigmatisante ou culturellement chargée.

Pour remonter le moral des lecteurs, elle trouve les bons endroits pour délivrer une dose d’humour ironique ou un jeu de mots. Elle raconte également l’histoire de chercheurs souvent oubliés, comme la laborantine Miriam Menkin, qui a démontré en 1944 que la fécondation in vitro était possible (SN : 8/12/44).

[« Miriam Menkin, née Miriam Friedman le 8 août 1901 à Riga et décédée le 8 juin 1992 à Boston, est une scientifique américaine connue pour ses recherches sur la fécondation in vitro (FIV) aux côtés de John Rock. Elle devient en février 1944 la première personne à concevoir la vie humaine en dehors du corps… » - Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Miriam_Menkin ].

Suite de l’article traduit

Pourtant, le rôle de Miriam Menkin dans la description du premier cas de fécondation d’un ovule humain dans une boîte de laboratoire a été largement effacé de l’histoire de la FIV (SN : 6/9/21).

Il y a également de nombreuses occasions de s’émerveiller de la puissance du corps féminin. Bien que l’on ait longtemps pensé qu’une personne naissait avec tous les ovules qu’elle pourrait avoir, les chercheurs découvrent aujourd’hui les propriétés régénératrices de l’ovaire.

Étudier de plus près le corps féminin pourrait, à terme, améliorer la qualité de vie. La recherche de cellules capables de produire davantage d’ovules pourrait déboucher sur des découvertes susceptibles de rétablir le cycle menstruel chez les patientes atteintes d’un cancer et rendues infertiles par la chimiothérapie ou de rendre la ménopause moins pénible.

Les patientes atteintes d’endométriose, une maladie douloureuse dans laquelle le tissu utérin se développe à l’extérieur de l’utérus, sont souvent écartées et leurs symptômes minimisés.

[« L’endométriose est une maladie chronique liée à la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l’utérus. Elle peut provoquer des douleurs souvent invalidantes, des problèmes d’infertilité1 et de nombreux autres symptômes. On observe ce phénomène principalement dans la cavité péritonéale et au niveau des ovaires. Ce tissu ectopique peut également être retrouvé sur les organes digestifs, dont le rectum, sur la vessie, voire sur les reins, le diaphragme, le péritoine et exceptionnellement dans les poumons, les tissus mous, les os et le cerveau2. Le tissu endométrial est hormono-sensible. Comme l’endomètre, il suit le cycle menstruel. L’endométriose, décrite pour la première fois par Karel Rokitansky en 1860, est une maladie gynécologique globalement incomprise. Son mode de survenue et de développement a donné lieu à de nombreuses hypothèses ; son étiologie, son évolution, sa physiopathologie font encore l’objet d’investigations3… » - Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Endom%C3%A9triose ].

Suite de l’article traduit

Certains médecins recommandent même de tomber enceinte pour éviter la douleur. Mais les personnes ne devraient pas avoir à souffrir, simplement parce qu’elles ne sont pas enceintes. Selon M. Rachel Gross, les chercheurs n’ont pas encore posé les bonnes questions sur l’utérus ou l’endométriose.

Le livre ‘Vagina Obscura’ renforce l’idée que le corps des femmes est plus qu’un ’utérus ambulant’ ou une ’machine à bébés’. Il est important de comprendre ces organes et ces tissus pour maintenir les personnes qui les possèdent en bonne santé. Il faudra beaucoup d’études sur le vagin pour surmonter des siècles de négligence, écrit Rachel Gross. Mais le livre donne un aperçu de ce qu’il est possible de faire lorsque la recherche et l’éducation sont au service de la santé.

Achetez le livre ‘Vagina Obscura’ sur Bookshop.org. ‘Science News’ est un affilié de Bookshop.org et touchera une commission sur les achats effectués à partir des liens contenus dans cet article.

About Erin Garcia de Jesús E-mailTwitter- Erin I. Garcia de Jesus is a staff writer at Science News. She holds a Ph.D. in microbiology from the University of Washington and a master’s in science communication from the University of California, Santa Cruz.

Erin I. Garcia de Jesus est rédactrice à ‘Science News’. Elle est titulaire d’un doctorat en microbiologie de l’université de Washington et d’un master en communication scientifique de l’université de Californie, Santa Cruz.

‘Science News’ a été fondé en 1921 en tant que source indépendante et à but non lucratif d’informations précises sur les dernières nouvelles de la science, de la médecine et de la technologie. Aujourd’hui, notre mission reste la même : donner aux gens les moyens d’évaluer les nouvelles et le monde qui les entoure. Science News est publié par la Society for Science, une organisation à but non lucratif de type 501(c)(3) qui se consacre à l’engagement du public dans la recherche et l’éducation scientifiques.

© Society for Science & the Public 2000–2022. All rights reserved. Adresse : 1719 N Street, N.W., Washington, D.C. 20036 202.785.2255 - Terms of Service Privacy Policy – Source : https://www.sciencenews.org/article/vagina-obscura-book-female-biology-sexism

Science News

Science News | The latest news from all areas of science

Retour au début du dossier


Traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 04/04/2022

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Biologie humaine Vagina Obscura montre à quel point la biologie féminine est méconnue.5.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -