Accueil > Pour en savoir plus > Pesticides > "Les dernières recherches sur les désherbants à base de glyphosate justifient (...)

"Les dernières recherches sur les désherbants à base de glyphosate justifient son élimination progressive au Mexique – Effets sur le microbiome - Ajout d’autres informations sur le glyphosate" Rapport de Jonathan Matthews

Traduction et compléments de Jacques Hallard

jeudi 5 mai 2022, par Matthews Jonathan

ISIAS OGM Pesticides

Les dernières recherches sur les désherbants à base de glyphosate justifient son élimination progressive au Mexique – Effets sur le microbiome - Ajout d’autres informations sur le glyphosate

Rapport de Jonathan Matthews - Publié le 28 avril 2022 par ‘gmwatch.org’ sous le titre « Latest research on glyphosate weedkillers justifies Mexico’s phaseout  » ; accessible sur ce site : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20017-latest-research-on-glyphosate-weedkillers-justifies-mexico-s-phaseout

Traduction du 04/05/2022 par Jacques Hallard avec ajout d’autres informations sur le glyphosate

[Dr Jonathan C F Matthews MSci (Bristol), PhD (Bristol), Associate Professor in Quantum Technology, School of Physics - The Bristol Centre for Nanoscience and Quantum Information - QET Labs -  https://orcid.org/0000-0001-6184-1813 - Email Jonathan.Matthews@bristol.ac.uk - BS8 1TL] – Photo ]

Jonathan C F Matthews

[Microbiome - Microbiote intestinal humain, du grec mikrós ’petit’, et biôtós, adjectif verbal de bióô ’vivre’ - anciennement appelé flore intestinale humaine, est l’ensemble des microorganismes du tractus digestif humain, c’est-à-dire le microbiome intestinal et de tout le système gastro-intestinal. Wikipédia

Peligro Gifosato Mexico banner

Bannière Peligro Gifosato Mexique

Les effets de cette matière active à effet herbicide – glyphosate - : elle affecte le microbiome intestinal chez les abeilles, les animaux et les êtres humains ; et cela déclenche des inquiétudes.

Un article vient d’être publié dans La Jornada , l’un des principaux quotidiens de Mexico : il résume utilement certaines des dernières recherches sur le glyphosate. L’article est signé par Silvia Ribeiro, directrice pour l’Amérique latine du groupe ETC. Elle est basée au Mexique, où le gouvernement du président Andres Manuel Lopez Obrador a émis un décret en 2020 pour éliminer progressivement le glyphosate et les maïs OGM d’ici 2024, arguant que le Mexique doit atteindre l’autosuffisance alimentaire sans utiliser de produits chimiques toxiques.

[Silvia Ribeiro est la directrice pour l’Amérique latine du groupe ETC. Elle est basée au Mexique. Elle a travaillé en tant que journaliste et militante pour l’environnement en Uruguay, au Brésil et en Suède. Elle a une grande expérience de la défense des intérêts sociaux et environnementaux. En tant que représentante de la société civile, elle a assisté et suivi les négociations de plusieurs traités environnementaux des Nations unies. Elle a également été invitée à s’exprimer lors de nombreux événements de la société civile dans le monde entier sur les technologies transgéniques et autres nouvelles technologies, la concentration des entreprises, la propriété intellectuelle, les droits des autochtones et des agriculteurs. Silvia a également produit un certain nombre d’articles liés à ces questions, qui ont été publiés dans des magazines et des journaux d’Amérique latine, d’Europe et d’Amérique du Nord, ainsi que des chapitres dans plusieurs livres. Elle est membre du comité de rédaction de la revue latino-américaine ’Biodiversidad, sustento y culturas’, publiée par Alianza Biodiversidad : Grain, ETC Group (Mexique), Acción Ecológica (Equateur), Campaña Semillas (Colombie), La Vía Campesina, Campaña de la semilla (Chili), Centro Ecológico (Brésil), Sobrevivencia (Paraguay), Acción por la Biodiversidad (Argentine), Red de Coordinación en Biodiversidad (Costa Rica).

Silvia Ribeiro’s picture

Photo / Brève description du poste : Directeur pour l’Amérique latine.

ETC Group surveille l’impact des technologies émergentes et des stratégies des entreprises sur la biodiversité, l’agriculture et les droits humains. Faites notre connaissance. Infolettre et médias sociaux > Inscrivez-vous à notre infolettre - Faire un don > Nous acceptons les dons déductibles des impôts aux États-Unis et au Canada. Source : https://www.etcgroup.org/fr ]

Suite de l’article traduit

Comme le souligne Mme Ribeiro dans son article, la décision du Mexique est confortée par les conclusions d’une série d’études scientifiques récemment publiées, qui montrent de nouveaux effets nocifs sur la santé humaine, animale et végétale des herbicides à base de glyphosate et d’autres produits agrochimiques utilisés dans l’agriculture et la production alimentaire.

Ces études font partie d’un volume important d’articles scientifiques qui ont été publiés depuis que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS a examiné des centaines d’articles scientifiques et déclaré en 2015, selon lesquelles le glyphosate est cancérogène chez les animaux et probablement cancérogène chez l’homme. Les résultats de l’étude récente ont confirmé les conclusions du CIRC, tout en ajoutant d’autres préoccupations.

L’un de ces sujets de préoccupation, selon Mme Ribeiro, est la mort des microbes bénéfiques au sein des organismes exposés aux herbicides à base de glyphosate et le déséquilibre que cela entraîne dans les systèmes digestif et immunitaire des êtres humains, des animaux et des insectes. En outre, la santé des sols peut être affectée - et par conséquent, la santé des plantes qui y poussent.

Une étude canadienne publiée en 2022 examine l’association de maladies neurologiques et psychiatriques, telles que l’anxiété et la dépression, avec la perturbation de la flore intestinale chez l’homme due aux herbicides à base de glyphosate, une perturbation qui pourrait également avoir des répercussions intergénérationnelles. Elle soulève des questions sur les impacts de la perturbation à long terme de la relation saine de l’axe intestin-cerveau-microbiome et la persistance de ces perturbations dans les générations suivantes (Barnett et al, 2022).

[Voir également : ’Troubles digestifs, obésité et santé mentale sont influencés par la connexion intestin-cerveau et les microorganismes de notre intestin. ‘Psaumes’ et ‘Science ouverte’’ par Jacques Hallard 28 avri 2022 - ISIAS Biologie Neurosciences Microbiote ].

Suite de l’article traduit

Une autre étude de 2022 indique qu’en plus des effets connus de perturbation hormonale, la présence de résidus de glyphosate et/ou de ses métabolites chez les femmes ménopausées est associée à la méthylation de l’ADN, une altération moléculaire qui peut provoquer des cancers et accélérer le vieillissement cellulaire (Lucia et al, 2022).

Dommages aux abeilles

Dans le cas des abeilles, outre les impacts connus des décès dans les ruches dus aux résidus des pesticides, deux études publiées en 2022 ont constaté que le glyphosate perturbe le système immunitaire des abeilles. Le même phénomène avait déjà été constaté chez des rats de laboratoire, précise Mme Ribeiro. Une équipe de chercheurs de l’université du Texas s’est appuyée sur ses travaux antérieurs, montrant que l’exposition au glyphosate à des niveaux réalistes sur le terrain peut perturber le microbiote intestinal bénéfique des abeilles, avec une nouvelle étude qui a révélé que, comme avec les antibiotiques, le glyphosate tue une partie de la flore intestinale des abeilles, ce qui affaiblit leur système immunitaire et augmente leur vulnérabilité aux maladies (Motta et al, 2022).

Une autre étude menée par des chercheurs d’universités canadiennes a analysé l’effet du glyphosate et d’autres herbicides, fongicides et pesticides, qui affectent les abeilles et d’autres insectes en raison de leur présence dans les plantes et les sols. Ils ont découvert que ces expositions peuvent sérieusement endommager le microbiote des insectes et des animaux, en plus de réduire la présence de microbes bénéfiques dans le sol et l’environnement (Daisley et al, 2022).

Sur la base des résultats de ces études et d’autres, dit Mme Ribeiro, il y a beaucoup d’inquiétudes quant à la dévastation de la diversité microbienne due aux pesticides, ce que d’autres recherches ont confirmé chez les êtres humains, entraînant une plus grande vulnérabilité immunologique.

En ce qui concerne les plantes, Mme Ribeiro cite une étude finlandaise récente, montrant que les résidus de glyphosate présents dans le sol affectent la production d’hormones végétales dans les cultures non ciblées, altérant leur rendement et leurs défenses naturelles (Fuchs et al, 2022).

L’escalade toxique

Le glyphosate est le produit agrochimique le plus utilisé dans l’histoire de l’humanité. En effet, outre l’agriculture, les entreprises ont encouragé son utilisation dans les jardins, dans les parcs, sur les routes et les autoroutes, ce qui a augmenté sa diffusion géographique et la présence de résidus dans les sols et les sources d’eau.

Et, bien sûr, la résistance au glyphosate obtenue par génie génétique dans les plantes OGM a conduit à une augmentation exponentielle de son utilisation, tandis que l’explosion des mauvaises herbes résistantes au glyphosate, qui en a résulté, a conduit les entreprises à concevoir des plantes cultivées génétiquement modifiées tolérantes à plusieurs herbicides, ce qui permet de pulvériser de plus en plus de substances à haut risque, en plus du glyphosate.

La clé de cette escalade toxique, avec ses énormes impacts négatifs sur les plantes, les animaux et les écosystèmes, est que quelques sociétés transnationales dominent plus des deux tiers du marché mondial des semences et des produits agrochimiques, explique M. Ribeiro. Bien que l’agriculture sans produits chimiques toxiques soit viable, plus saine et plus nutritive, elles ont réussi à imposer ce type d’agriculture avec la collusion et le soutien des gouvernements aux agriculteurs industriels de taille moyenne et même petite, générant ainsi une dépendance à leurs produits toxiques. C’est pourquoi il est si important que le Mexique maintienne son projet d’interdiction du glyphosate, malgré toutes les pressions qui sont exercées.

Source du document traduit : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20017-latest-research-on-glyphosate-weedkillers-justifies-mexico-s-phaseout

GMWatch Home

GMWatch Home

Retour au début du dossier


Autres sources d’informations sur le glyphosate :

Où en est-on de l’interdiction du glyphosate, cet herbicide ...

Glyphosate : une étude confirme la présence de l’herbicide ...https://www.liberation.fr › Environnement13 janv. 2022

C’est quoi le problème avec le glyphosate - foodwatch ...https://www.foodwatch.org › ... › Pesticides13 oct. 2021

Sortir du glyphosate - Ministère de l’Agriculturehttps://agriculture.gouv.fr › sortir-du-glyphosate -

Interdiction du glyphosate : Emmanuel Macron veut une ...https://www.novethic.fr › actualite › agriculture › isr-rse5 janv. 2022 — Dans une interview au Parisien, Emmanuel Macron a reconnu ’ne pas avoir réussi sur le glyphosate’. Alors que le Président s’était engagé à ...

Dix choses à savoir sur le glyphosate - France 24https://www.france24.com › France 24 › Planète22 févr. 2019

Retour au début du dossier


Traductions, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 04/05/2022

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM Pesticides Effets sur microbiome Mexique.4
.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -