Accueil > Pour en savoir plus > OGM > Animaux OGM > "Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ne vont-ils pas favoriser la (...)

"Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ne vont-ils pas favoriser la propagation de maladies par d’autres espèces d’insectes ?" par le Dr Eva Sirinathsinghji

Traduction et complément de Jacques Hallard

dimanche 31 mai 2015, par Sirinathsinghji Eva

ISIS OGM Insectes
Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ne vont-ils pas favoriser la propagation de maladies par d’autres espèces d’insectes ?
Un récit édifiant sur l’emploi des OGM et d’autres stratégies de lutte chimique contre des insectes vecteurs de maladies : une nouvelle étude publiée souligne l’expansion d’une autre maladie invasive transmise par des moustiques au Panama. {{}}Dr Eva Sirinathsinghji

Rapport de l’ISIS en date du 09/02/2015

Une version entièrement référencée et illustrée de ce rapport intitulé Will GM Mosquitoes Increase Disease Spread by other Species est affiché et accessible par les membres de l’ISIS sur le site Whttp://www.i-sis.org.uk/Will_GM_mosquitos_Increase_Risk_of_Disease.php  ; elle est également disponible par téléchargement ici

Le matériel du présent site ne peut être reproduit sous aucune forme sans autorisation explicite.
FOR PERMISSION, AND REPRODUCTION REQUIREMENTS, PLEASE CONTACT ISIS.POUR OBTENIR SON APPROBATION et les EXIGENCES DE REPRODUCTION, ISIS CONTACT S’IL VOUS PLAÎT. WHERE PERMISSION IS GRANTED ALL LINKS MUST REMAIN UNCHANGED Lorsqu’une autorisation est accordée TOUS LES LIENS doivent rester inchangés

Une nouvelle étude réalisée au Panama soulève des préoccupations à propos de la stratégie de dissémination de moustiques génétiquement modifiés (OGM) afin de lutter contre des maladies.

L’étude, publiée dans la revue PLoS Neglected Tropical Diseases, donne une cartographie de l’expansion du moustique tigre invasif d’origine asiatique, Aedes albopictus, qui transporte de nombreux agents pathogènes viraux dont la dengue, la fièvre jaune et le chikungunya. Ce moustique est également impliqué dans la transmission du virus LaCrosse de l’encéphalite de Californie chez les êtres humains aux États-Unis.

Le virus du Chikungunya est originaire des régions tropicales d’Afrique mais il est maintenant considéré comme un agent pathogène mondial émergent depuis sa détection dans des régions non-indigènes en 2006. La dengue est de plus en plus commune, avec une hausse globale des taux d’apparition qui a été multipliée par 30 entre 1960 et 2010.

Les stratégies actuelles concernant la propagation de ces maladies se concentrent sur ​​une autre espèce de moustique, le moustique de la fièvre jaune, Aedes aegypti qui a été repéré dans les Amériques depuis les années 1500 et qui est considéré comme le transmetteur le plus commun de la dengue, ainsi que du chikungunya et de la fièvre jaune.

L’étude citée ici met en évidence les limites des stratégies telles que l’emploi des moustiques OGM * pour éradiquer la maladie devant l’échec des traitements pour d’autres espèces de moustiques.

*A propos ds moustiques OGM, on peut se reporter à l’annexe 1 : Sélection d’accès à des articles sur les moustiques OGM, qui figure à la suite de cet article de l’ISIS.]


La dissémination des moustiques génétiquement modifiés OGM est maintenant considérée comme étant inefficace, coûteuse et certainement pas exempte de risques en matière de biosécurité.

 Les données gouvernementales utilisées pour cartographier la propagation de moustique tigre asiatique porteur de maladies

Les chercheurs dirigés par le Dr Loaiza au ‘Smithsonian Tropical Research Institute’, au Panama, visent à comprendre les causes de l’expansion du moustique tigre dans le pays. L’espèce est originaire d’Asie du Sud-Est. Elle a été détectée pour la première au Panama en 2002, mais elle avait été signalée dans d’autres parties des Amériques depuis les années 1980. Elle s’était également étendue à travers l’Europe dans les années 1970, puis en Afrique dans les années 1990.

Pour cartographier l’ampleur de son expansion, les chercheurs ont utilisé des modèles pour voir les facteurs qui ont favorisé la propagation du moustique tigre asiatique au Panama. En regardant les modèles des réseaux routiers, de la densité de la population, le climat local, ainsi que tous ces facteurs combinés, ils ont trouvé que les réseaux routiers sont le plus exactement corrélés avec l’expansion des moustiques tigres asiatiques, tandis que les facteurs climatiques ne présentent pas de corrélation marquée.

Cela peut être dû au fait que l’ensemble du pays a le climat le plus approprié pour la survie et le développement des moustiques. Comme le montre la figure 1, depuis 2002, le moustique tigre s’est propagé à partir du voisinage oriental de la ville de Panama City, sur la côte des Caraïbes et les régions occidentales du pays depuis 2013. Leurs données de modélisation suggèrent que le contrôle du transport des larves et des moustiques adultes doit constituer une priorité si la propagation de l’espèce doit être freinée.

Figure 1 - Expansion du moustique tigre asiatique à travers le Panama de 2002 à 2013.

De 2002-2005 (a) l’espèce n’a été détectée que dans certaines parties de l’Est de la capitale, Panama City. De 2006-2009 (b) elle s’est étendue hors de la ville et le long de la côte des Caraïbes et en 2009-2013 (c) elle a envahi une grande partie de l’ouest du Panama, ainsi que l’est de Panama City.

 Le programme de contrôle des moustiques ne cible que le moustique de la fièvre jaune, mais néglige le moustique tigre

Les stratégies axées sur le moustique de la fièvre jaune comprennent la mise en œuvre et la dissémination par la firme britannique Oxitec, avec un premier lot de moustiques de la fièvre jaune OGM au Panama en mai 2014. Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ont été conçus pour inclure un gène de stérilité chez les mâles, qui ne piquent pas, sur la base du principe selon lequel les mâles génétiquement modifiés (OGM) vont s’accoupler et se reproduire avec des moustiques de type sauvage, afin de faire baisser le nombre de moustiques dans la population globale.

La société Oxitec a également lâché et disséminé ses insectes dans les îles Caïmans, en Malaisie et au Brésil, avec des plans pour des disséminations en Floride dans le cours de l’année. Les citoyens de la Floride ont réagi très activement à cette proposition avec une pétition contre ce projet de dissémination en recueillant plus de 145.000 signatures en une seule journée.

Les programmes de traitements par fumigation au Panama ciblent également de façon préférentielle les espèces de la fièvre jaune, qui habitent dans des zones densément bâties, par opposition à la végétation à l’extérieur des bâtiments, où le moustique tigre est plus fréquemment rencontré.

Comme cela est indiqué dans la mise en garde à l’issue de la nouvelle étude, le problème majeur avec les programmes actuels de dissémination des mâles OGM, d’une part, et la lutte avec des fumigations qui ciblent le moustique de la fièvre jaune, d’autre part, pour le contrôle de la maladie, c’est que le nombre des moustiques tigres a augmenté dans les populations à travers de nombreuses régions des Amériques.

Dans de nombreuses régions des États-Unis, la fréquence des moustiques de la fièvre jaune a même dépassé la fréquence des autres espèces en devenant dominant. C’est effectivement le cas dans une grande partie de la Floride où ces moustiques sont maintenant devenus l’espèce la plus commune qui pique les êtres humains. La dissémination des moustiques génétiquement modifiés (OGM) dans l’État de Floride, rend l’approche technologique choisie et la solution insuffisamment documentée, potentiellement dangereuses pour le contrôle efficace de la maladie.

Au Gabon et au Cameroun *, l’invasion rapide du moustique tigre est considérée comme responsable de l’épidémie de la dengue en 2007 et du virus du chikungunya, avec des flambées locales de la maladie qui correspondent à une haute densité de cette espèce de moustiques de la fièvre jaune qui peuplent également ces régions, mais qui sont considérés comme n’ayant joué qu’un rôle secondaire dans cette épidémie.

[* Concernant le Cameroun, une analyse de politique internationale intitulée ‘Le Projet Franco Américain de partage du Nigéria et du Cameroun se concrétise !’, par Ibrahima Sene PIT/SENEGAL/ CDS, Dakar le 24 Février 2015, est disponible sur le site : http://www.dakaractu.com/Le-Projet-Franco-Americain-de-partage-du-Nigeria-et-du-Cameroun-se-concretise-_a84843.html ].

Un mécanisme bien pris en compte pour le déclin des populations du moustique de la fièvre jaune est sa concurrence intense pour les ressources avec le moustique tigre asiatique. La propagation de l’espèce de moustique tigre asiatique rend les programmes de lutte et de contrôle vraisemblablement inefficaces car les mesures prises ciblent uniquement le moustique de la fièvre jaune ; cela peut même aggraver la propagation du moustique tigre asiatique en laissant une niche écologique vide et que ce dernier va pouvoir remplir. Les auteurs de cette étude rapportée ici ont également mis en garde sur le fait que le moustique de la fièvre jaune pourrait se rétablir en l’absence de la poursuite de lâchers d’insectes génétiquement modifiés (OGM), et que cette stratégie avec des OGM pourrait se révéler comme étant une solution très coûteuse, même à court terme.

Les disséminations commerciales des moustiques d’Oxitec au Brésil ont déjà coïncidé avec une épidémie de dengue qui a poussé les autorités locales à déclarer l’état d’urgence. Bien que la cause de l’épidémie reste encore incertaine, tout cela souligne le manque inquiétant de compréhension que ces lâchers ont sur les écosystèmes locaux et, surtout, sur les maladies humaines que ces lâchers prétendent justement éradiquer.

 Il y a un manque d’évaluation des risques encourus et une absence de preuve de l’efficacité de l’emploi d’insectes génétiquement modifiés (OGM)

Il y a une préoccupation supplémentaire d’ordre sanitaire du fait de l’absence d’évaluation des risques sur l’emploi des insectes génétiquement modifiés (OGM) : cette évaluation n’a pas été faite par la firme britannique Oxitec. De nombreux risques concernant ces moustiques ont été soulevés et justifient un arrêt complet de toute autre dissémination avec des lâchers dans l’environnement, tant que des données complètes sur leur biosécurité n’auront pas été publiées. Même pour lutter et contrôler le moustique de la fièvre jaune, la stratégie a de nombreux défauts qui rendent cette technologie potentiellement inefficiente, inefficace et dangereuse (voir Transgenic GM MosquitoesNota Solution, SiS 54) *.

* Version en français : « Les moustiques transgéniques ne sont vraiment pas une bonne solution » par le Dr Mae-Wan Ho. Traduction et compléments de Jacques Hallard, samedi 15 décembre 2012 - ISIS OGM Insectes. « Toutes les tentatives de contrôle de la propagation des maladies transmises par les moustiques transgéniques [OGM] sont inefficaces, inutiles, coûteuses et dangereuses à des degrés divers… » Article complet sur le site : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article269

Les règlements pour des lâchers d’insectes génétiquement modifiés (OGM) font également défaut, sans aucune réglementation spécifique en vigueur dans tous les pays. Le Protocole de Cartagena de l’ONU sur la biosécurité stipule que lors de l’exportation d’oeufs d’insectes vers un autre pays, le producteur est censé fournir une évaluation des risques qui répond aux normes de l’UE et donner copie de cela pour information aux autorités de l’Union Européenne et du Royaume-Uni, afin que l’information puisse être rendue publique, ce que la société Oxitec n’a pas fait. En outre, les lâchers réalisés dans les îles Caïmans et en Malaisie ont été faits sans le consentement du public. (Voir : Regulation of Transgenic Insects Highly Inadequate and Unsafe, SiS 54) *.

* Version en français : « La réglementation concernant les insectes transgéniques [OGM] est très insuffisante et présente un danger » par le Dr Mae-Wan Ho. Traduction et compléments de Jacques Hallard, vendredi 2 mars 2012 - ISIS OGM Insectes. « L’USDA [Administration de l’Agriculture aux Etats-Unis] a créé un précédent dangereux avec un système de réglementation permissif pour la dissémination dans l’environnement des insectes transgéniques [organismes génétiquement modifiés ou OGM]. C’est cette réglementation d’origine américaine qui est maintenant adoptée partout dans le monde… » Article complet à voir sur le site : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article214

Les préoccupations concernant les traitements par fumigation avec des pesticides toxiques est un autre problème pour le confinement de la maladie et la stratégie la moins toxique possible qui doit être utilisée pour protéger les gens contre non seulement les virus, mais également contre d’autres problèmes de santé qui sont associés à l’exposition aux pesticides.

À ce jour, une des mesures de contrôle les plus efficaces et aussi non-toxique est de cibler leurs gîtes larvaires, c’est à dire, des objets ou des espaces qui recueillent l’eau tels que les pneus vides, les pots de fleurs et les soucoupes, les égouts et les tuyaux qui fuient, etc…

Il y a d’autres stratégies nouvelles et plus sûres en cours de développement, telle que l’utilisation d’une bactérie symbiotique commune, Wolbachia sp., qui empêche le virus de la dengue de se multiplier chez son hôte : le moustique. (Voir Non-transgenic Mosquitoes to Combat Dengue, SiS 54) *

* Version en français : « Des moustiques génétiquement modifiés peuvent-ils éliminer la dengue ? », par Prof. Joe Cummins. Traduction et compléments de Jacques Hallard, mercredi 8 décembre 2010 - ISIS Santé Moustique OGM Dengue. « Une stratégie risquée est expérimentée aux Iles Caïman, à partir de moustiques génétiquement modifiés, OGM, sur des êtres humains non informés et sans leur consentement éclairé ; de plus, cette expérimentation est basée sur des données provenant d’études qui n’ont pas été publiées dans des revues scientifiques à relecture par des pairs, pour leur validation… » Article complet à lire sur le site : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article13

[ Concernant la bactérie Wolbachia, voir aussi les articles suivants :

Les stratégies qui font appel aux OGM ont été basées jusqu’ici sur une compréhension simpliste et à courte vue sur la façon de gérer la nature, dans laquelle les êtres vivants ont une capacité constante d’adaptation et de modification pour survivre.

La nouvelle étude publiée sert d’avertissement supplémentaire et nous confirme que toutes les versions de moustiques génétiquement modifiés (OGM) doivent cesser d’être mises en œuvre.

membership sitemap support ISIS contact ISIS
© 1999-2015 The Institute of Science in Society



Annexe – Sélection d’accès à des articles sur les moustiques OGM

(En français, d’après Google, le 25 février 2015)

International – Des moustiques OGM « stériles » qui se ...

www.infogm.org › Actualités

 Les moustiques génétiquement modifiés (GM) – femelles - sont censés réduire la population sauvage en s’accouplant naturellement avec les mâles sauvages ...

Brésil - Les moustiques OGM sont-ils inefficaces ? - Inf’OGM

www.infogm.org › Actualités

 Modifiés par transgenèse pour être « stériles » afin de réduire les populations de moustiques Aedes aegypti vecteurs de la dengue, les moustiques mis au point ...

Le premier élevage à grande échelle de moustiques OGM ...
www.lemonde.fr/.../le-premier-eleva......

30 juil. 2014 - Ces moustiques, conçus par une société britannique, doivent permettre de lutter contre la dengue.

Le Brésil va lâcher des millions de moustiques OGM contre ...

ecologie.blog.lemonde.fr/.../le-bresil-va-lacher-des-millions-de-moustiqu...

 18 avr. 2014 - GUATEMALA-HEALTH-DENGUE-FUMIGATION Le moustique sera-t-il le premier animal – ou plutôt insecte – génétiquement modifié que l’on ...

BRESIL. Un moustique OGM pour lutter contre la dengue ...

www.sciencesetavenir.fr › Santé

12 juin 2014 - Alors que l’épidémie de dengue est à son apogée durant la coupe du monde, les autorités brésiliennes sont à la rech... - Sciencesetavenir.fr.

Brésil : un élevage de moustiques OGM destinés à lutter ...

www.bfmtv.com/.../moustiques-......

30 juil. 2014 - Des moustiquesOGM’ vont être produits au Brésil. Objectif : rendre ces insectes sauvages stériles pour empêcher la prolifération de la dengue ...

Le Brésil se lance dans l’industrie des moustiques OGM

www.futura-sciences.com/.../maladie......

 27 août 2014 - Une usine au produit très original vient de s’ajouter au paysage industriel de Sao Paulo, au Brésil : des moustiques génétiquement modifiés ...

Brésil : une ’usine’ de moustiques OGM pour venir à bout de ...

www.lexpress.fr/.../bresil-une-usin......

 30 juil. 2014 - Le Brésil détient peut-être la solution pour lutter contre la dengue. Le pays a inauguré le tout premier élevage de moustiques génétiquement ...

Des millions de moustiques OGM sur le point d’être ... - Basta

www.bastamag.net › Décrypter

 16 avr. 2014 - Conçu par une entreprise britannique, ce moustique OGM doit servir à lutter contre la propagation de la dengue. Après des tests grandeur ...

ÉLÉMENT TERRE - Brésil : l’envol du moustique OGM ...

www.france24.com/.../20130704-element-terre-moustiques-genetiqueme...

Retour au texte

Traduction, compléments entre […] et une sélection d’accès à des articles sur les moustiques OGM :

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.

Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, ex professeure des écoles

Adresse : 585 (ex N°19) Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIS OGM Insectes Will GM Mosquitoes Increase Disease Spread by other Species French version.4

— -