ISIAS

"Le promoteur CaMV-35S, présent dans la nourriture animale contenant un OGM, qui a rendu des rats malades, a été transféré vers les cellules sanguines, les cellules hépatiques et celles du cerveau chez ces rats" par la Dr Mae-Wan Ho

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mercredi 8 juillet 2015 par Ho Dr Mae-Wan

Le promoteur CaMV-35S, présent dans la nourriture animale contenant un OGM, qui a rendu des rats malades, a été transféré vers les cellules sanguines, les cellules hépatiques et celles du cerveau chez ces rats
Des rats ont été nourris avec un aliment ordinaire qui s’est révélé contenir un OGM, par une analyse PCR utilisant des sondes pour repérer le promoteur CaMV-35S (virus de la mosaïque du chou fleur) ; il s’agit d’un élément de contrôle d’un gène qui est présent dans plus de 80% des plantes génétiquement modifiées (OGM], lesquelles sont commercialisées et cultivées et qui présentent des risques potentiels pour la santé, comme cela avait déjà été prédit en 1999. Dr Mae-Wan Ho

Rapport de l’ISIS en date du 07/01/2015
Une version entièrement référencée et illustré de cet article CaMV 35S Promoter in GM Feed that Sickened Rats Transferred into Rat Blood, Liver, and Brain Cells est affiché et accessible par les membres de l’ISIS sur le site http://www.i-sis.org.uk/CaMV_35S_Promoter_in_GM_Feed_that_Sickened_Rats.php
S’il vous plaît diffusez largement et rediffusez, mais veuillez donner l’URL de l’original et conserver tous les liens vers des articles sur notre site ISIS. Si vous trouvez ce rapport utile, s’il vous plaît, soutenez ISIS en vous abonnant à notre magazine Science in Society, et encouragez vos amis à le faire. Ou jetez un oeil à notre librairie ISIS bookstore pour d’autres publications

Des chercheurs dirigés par Hanaa Oraby au Centre national de recherche de l’Egypte au Caire ne sont pas les premiers à se pencher sur le phénomène de transfert horizontal d’un ADN génétiquement modifié (OGM) dans des cellules animales, mais ils sont certainement parmi les premiers chercheurs a avoir fait une expérience visant à le détecter et ils ont réussi [1].

Le transfert horizontal de gène est l’absorption directe d’ADN (ou d’ARN) dans des cellules et l’intégration de la séquence dans le génome de la cellule. Certains d’entre nous considèrent que le transfert horizontal de gènes constitue le plus grave danger caché des organismes génétiquement modifiés (OGM) lorsqu’ils sont disséminés dans l’environnement ([2] ] Horizontal Gene Transfer - The Hidden Hazards of Genetic Engineering (rapport spécial de l’ISIS).

[On conseille de lire l’article ‘Le cauchemar des Organismes Génétiquement Modifiés s’étale au grand jour’ - OGM - ISIS 2007 Report - Traduction Jacques Hallard, mercredi 30 mai 2007, diffusé par le Forum Civique Européen

« Nos autorités chargées de la règlementation et des contrôles des OGM, ignorent le principe de précaution, manipulent et corrompent l’approche scientifique, contournent les textes législatifs, contribuent à la promotion des OGM en dépit d’une opposition publique massive, alors que des preuves et des évidences s’accumulent ; elles vont à l’encontre de la sécurité alimentaire et de l’innocuité des aliments dérivés d’OGM et qui sont destinés aux humains et aux animaux… » - ‘JournArles’ remercie Jacques Hallard, Ingénieur CNAM, consultant indépendant et Christiane Hallard-Lauffenburger pour ce dossier incontournable. Dossier intégral en français d’un article de l’ISIS à lire sur le site : http://www.journarles.org/spip.php?article454

Mais la culture dominante de déni, du fait des intérêts conquis et des autorités chargées de la réglementation, a entravé jusqu’à très récemment la réalisation de toute étude appropriée (voir [3] Horizontal Transfer of GM DNA Widespread, SiS 64).

[Sur ce sujet du transfert horizontal de gènes, on peut se reporter à l’annexe qui donne accès à une série d’articles de l’ISIS traduits en français]


Un OGM est un organisme avec des séquences de gènes d’un ADN de synthèse étranger, inséré dans son génome par un procédé de laboratoire, consistant en une modification génétique artificielle qui contourne le système normal de reproduction. Une partie de l’ADN étranger est un élément de contrôle appelé promoteur et qui est nécessaire pour l’expression des gènes étrangers.

Le promoteur le plus utilisé est le virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV) 35S)  : c’est ce qui permet au virus de contourner le système cellulaire pour continuer sans fin à faire des copies du virus). Le promoteur 35S du CaMV est maintenant présent dans plus de 80% de toutes les plantes génétiquement modifiées (OGM) [4]. La détection de ce promoteur est le premier test à faire pour détecter la présence d’OGM dans des échantillons dont la composition est inconnue.

 Des sondes ont été utilisées pour détecter le promoteur CaMV-35S dans la nourriture des rats et dans les tissus de rats

Les chercheurs du Caire utilisé trois paires d’amorces - séquences d’ancrage courtes et spécifiques qui se lient par appariement de bases nucléiques spécifiques à des extrémités opposées du segment d’ADN d’intérêt - de manière à amplifier des segments différents du promoteur 35S du CaMV par PCR (réaction en chaîne par polymérase).

Les segments amplifiés peuvent alors être isolés et détectés par électrophorèse. Les sondes ou amorces amplifient ensemble près de 80% de la séquence de promoteur entier. Le régime expérimental administré était une nourriture de laboratoire ordinaire contenant 60% de maïs jaune et 34% de soja, mais non marquée quant à savoir si elle était ou non issue d’OGM. 

La présence de matériel génétiquement modifié dans le régime alimentaire a été établie à l’aide de la technique PCR avec les trois paires d’amorces, qui ont toutes donné les résultats positifs escomptés, indiquant que le régime alimentaire contenait des éléments d’OGM (jusqu’à un maximum de 94%, si les deux constituants, le soja et le maïs, étaient complètement de type d’OGM).

Les animaux de laboratoire se composaient de 29 rats albinos mâles de type Wistar immédiatement après le sevrage (âgés de trois à quatre semaines), qui ont été divisés en deux groupes principaux. L’un a été alimenté avec la nourriture de laboratoire contenant des ingrédients d’OGM pendant trois mois, et ils ont été subdivisés en trois sous-groupes de 5, 5, et 7 animaux euthanasiés, après 30, 60 et 90 jours.

L’autre groupe témoin a été nourri avec une alimentation équilibrée non-OGM pendant la même période et les animaux ont également été euthanasiés à la fin de l’expérience.

Le régime du laboratoire utilisé tout au long de cette expérience a donné des résultats positifs lorsqu’il a été testé avec des amorces pour détecter la présence du promoteur CaMV 35S. Le produit amplifié attendu, de 195 pb (paires de bases) a été détecté dans tous les échantillons de l’alimentation avec OGM, mais il était absent dans le régime servant de témoin de contrôle et il était composé d’une nourriture non-OGM mais préparée pour correspondre au contenu nutritionnel de l’alimentation avec OGM. 

Comme confirmation supplémentaire, le produit de PCR obtenu à partir de l’alimentation avec OGM a été séquencé, et il a été démontré 100% d’identité avec le promoteur CaMV 35S au niveau des nucléotides de coordination 7190 à 7380 du CaMV, par l’analyse des alignements de séquence, en utilisant la base de données GenBank. Elle a également montré une identité de séquence de 100% avec un certain nombre de vecteurs binaires utilisés pour transférer des gènes dans le laboratoire, qui contiennent également le promoteur 35S du CaMV.

L’analyse par PCR des différents tissus a montré des segments de séquences amplifiées des tailles attendues pour les trois paires d’amorces - 70, 88 et 195 pb - dans certains des échantillons d’ADN de sang, de foie et de cerveau des rats nourris avec le régime alimentaire avec OGM après 30, 60 et 90 jours. Aucune des trois amorces n’a donné le produit d’amplification dans les échantillons d’ADN des tissus des témoins de contrôle nourris avec l’alimentation non-OGM. 

Le segment de 195 pb amplifié à partir d’échantillons d’ADN de foie et du cerveau, chez les rats nourris avec l’alimentation OGM, a été soumis à un séquençage d’ADN, et la comparaison avec la base de données GenBank a révélé 100% d’identité avec l’ensemble du génome de CaMV dans le même nucléotide de coordination 7190-7384 pour le promoteur 35S. En outre, il a également montré 100% d’identité avec le segment amplifié par PCR à partir de l’alimentation avec OGM, et avec les vecteurs binaires des segments qui sont 100% identiques au produit de PCR provenant de l’alimentation OGM. 

Le fait de nourrir les rats avec un régime alimentaire issu d’OGM pendant 30, 60, et 90 jours, a augmenté la fréquence moyenne de transfert des séquences d’OGM ciblées, allant de 0 chez les témoins de contrôles jusqu’à 8 + 0,0000 %, 12,3 + 1,2018 % et 16,7% + 2,4529 respectivement. Ainsi, il existe un effet cumulatif avec le temps d’exposition.

Ayant à l’esprit que les trois paires d’amorces amplifient ainsi près de 80% de la totalité du promoteur (CaMV) 35S) , d’une part, et que, chez certains animaux, les trois segments ont tous été amplifiés dans le même échantillon, d’autre part, tout cela suggère que l’ensemble du promoteur CaMV 35S peut avoir été transféré dans le génome de ces animaux.

Considérant que même un promoteur contenant seulement 46 pb de la séquence du promoteur 35S du CaMV, a précédemment été rapporté pour être une quantité suffisante pour l’initiation précise de la transcription du gène pour l’expression génique [5], il est très probable que la séquence du promoteur CaMV-35S transférée, puisse modifier l’activité de certains gènes dans la cellule du génome de l’hôte et puisse qui peuvent avoir des conséquences néfastes (voir plus loin).

Il n’y avait pas de différence significative dans le taux de transfert dans le sang et dans les tissus du foie et du cerveau. En outre, la fréquence de l’absorption des segments les plus grands est supérieure à celle des plus petits segments ; Ainsi, la fréquence de transfert du segment de 70 pb était le plus bas à 1,09 + 0,4161%, le segment de 88 pb à 2,09 + 0,7318%, et le segment de 159 pb à 3,8 + 0,8069%. Ce résultat est cohérent avec ceux des chercheurs précédents qui avaient postule que plus le fragment est long, plus efficace est son absorption [6].

 Les rats nourris avec un OGM ont subi des dommages au niveau du foie, des reins et des testicules

Dans un rapport distinct, écrit par certains des mêmes chercheurs au Caire, le même régime alimentaire avec un OGM a été appliqué à des rats identiques dans une évaluation de la sécurité des OGM après leur mise sur le marché [7]. Des analyses biochimiques, histologiques, pathologiques et cytogénétiques portant sur le foie, sur les reins et sur les testicules, ont révélé que l’alimentation avec l’OGM pendant 30, 60 et 90 jours avait eu des effets nocifs significatifs.

Un total de 30 rats ont été nourris avec l’alimentation OGM, avec des groupes d’animaux de 10 chacun, pendant 30 jours, 60 jours et 90 jours. Les animaux témoins étaient nourris avec un régime alimentaire non-OGM à base de blé nutritionnellement adapté pendant des périodes de temps similaires.

Les activités enzymatiques ‘alanine amino-transférase’ (ALAT ou ALT) et ‘aspartate aminotransférase’ (ASAT ou AST) ont été mesurées dans le sérum sanguin comme des indicateurs de dommages aux cellules du foie. Les teneurs d’acide urique et de créatinine ont été déterminées également dans le sérum sanguin comme des indicateurs de la fonction rénale. Le malondialdéhyde dans les cellules du foie, résultant de la peroxydation lipidique, est un marqueur biologique du stress oxydant.

En outre, des échantillons de foie, des reins et des testicules ont été disséqués immédiatement après que les rats aient été euthanasiés et sectionnés pour les études histopathologiques et histochimiques. Les analyses cytogénétiques et l’observation des dommages au niveau de l’ADN ont été effectuées sur les testicules et sur le foie. L’analyse des chromosomes a été réalisée sur les cellules germinales du testicule. Les spermatozoïdes ont été examinés pour y détecter des anomalies morphologiques et la fragmentation de l’ADN a été déterminée dans les cellules hépatiques.

Les résultats obtenus sont sans équivoque.

 Histopathologie du foie, des reins et des testicules

Les cellules du foie ont montré de légers dégâts chez les rats nourris avec une alimentation OGM pendant 30 jours, avec des dommages de plus en plus marqués au bout de 60 et de 90 jours. Les effets commencent comme une légère dilatation et de la congestion de la veine centrale (fournissant le foie) et la fragmentation du noyau dans certaines cellules. Après 60 jours, l’infiltration cellulaire légère (du sang) a été observée. Après 90 jours, les sinusoïdes sanguines (espaces) ont également montré une légère dilatation et de la congestion (Figure 1).

Figure 1 –Sections du foie : a : témoin ; b, 30 jours d’alimentation OGM ; c, 60 jours d’alimentation OGM ; d, 90 jours d’alimentation OGM (voir le texte pour plus de détails)

Les sections de rein montrent des effets néfastes évidents du fait de l’alimentation OGM même après les 30 premiers jours, sous la forme d’une hémorragie interstitielle (sang dans les espaces entre les cellules) et un élargissement des tubules. Cet état a empiré au bout de 60 et de 90 jours (figure 2).

Figure 2 - Sections de rein : a, témoin ; b, à 30 jours d’alimentation OGM ; c, à 60 jours d’alimentation OGM ; d, à 90 jours d’alimentation OGM (voir le texte pour plus de détails)

Le testicule de rats nourris avec des aliments génétiquement modifiés pendant 30 jours a montré un léger épaississement de la membrane basale des tubes séminifères (où se trouvent les cellules germinales) qui se développent avec des lacunes apparaissant entre l’épithélium germinal de certains tubules. Au bout de 60 et 90 jours, il est observé une augmentation de la composante du tissu conjonctif et du nombre de cellules de Leydig (dans le tissu conjonctif), avec un dérangement de l’épithélium germinatif (figure 3).

Figure 3 - Sections des testicules : a, témoin ; b, à 30 jours d’alimentation OGM ; c, à 60 jours d’alimentation OGM ; d, à 90 jours d’alimentation OGM (voir le texte pour plus de détails)

La teneur en protéines dans les tissus du foie a diminué de manière significative après 30 ou 90 jours, ce qui indique un dysfonctionnement de certains hépatocytes. L’activité cellulaire anormale dans le rein a également été confirmée par une augmentation statistiquement significative de la teneur en protéines.

Conformément aux dommages hépatiques et rénaux observés, l’activité d’AST et d’ALT a été augmentée dans le sérum des rats de laboratoire de 33 à 107% et de 33 à 92% respectivement. La teneur en créatine sanguine et les concentrations d’acide urique ont augmenté de façon significative de 15 à 315 % et de 37 à 96 % respectivement. Les concentrations de MDA dans le foie, comme un indicateur de stress oxydatif, ont augmenté de façon significative chez tous les animaux nourris avec une alimentation OGM de 286 jusqu’à 940 %.

L’index mitotique (considéré comme une mesure de la division cellulaire) a été significativement réduit chez les rats nourris avec l’OGM pendant 60 et 90 jours, allant de 8,8 + 0,326 % chez les témoins, à 8,4 + 0,221 % (30 jours), à 6,8 + 0,466 % (60 jours) et à 6,6 + 0,266 % (90 jours).

Il y avait en même temps une augmentation significative des aberrations chromosomiques, allant de 0,4 + 0,163 % chez les témoins, à 6,6 + 0,221 %, 13,8 + 0,326 %, et 8,0 + 0,632 % respectivement pour les rats nourris avec une alimentation OGM pendant 30, 60 et 90 jours. La fréquence des spermatozoïdes morphologiquement anormaux a augmenté jusqu’à deux fois, passant de 3,33 + 0,35 % à 5,83 + 0,60 %, 7,8 + 0,65 % et 6,6 + 0,24 %. En même temps, la fragmentation de l’ADN est passée de 11,83 + 0,7 % chez les témoins à 19,0 + 1,2 %, 28,3 + 1,6 % et 24,3 + 0,7 %, respectivement.

Les chercheurs ont conclu que les résultats obtenus [7] « indiquent qu’il y a des risques pour la santé qui sont liés à l’ingestion de régimes alimentaires contenant des composants issus d’organismes génétiquement modifiés [OGM) ».

Cependant, les études ne sont pas allées plus loin dans les mécanismes par lesquels les composants génétiquement modifiés étaient dangereux pour la santé ; ni si les résultats impliquent directement le promoteur (CaMV) 35S) qui se trouve transféré dans le sang des rats, ainsi que dans le foie et le cerveau, comme cela est précisé dans l’autre rapport [1]. Il sera utile d’examiner les dangers potentiels du promoteur 35S du CaMV, comme cela avait déjà été signifié il y a 15 ans.

 Les risques prévisibles du promoteur du CaMV-35S (virus de la mosaïque du chou-fleur)

Lors de la première dissémination des OGM avec le promoteur (CaMV) 35S) , les généticiens ont supposé que ce promoteur ne fonctionnait que dans des plantes, car le virus complet (enveloppé dans son enveloppe protéique) n’infecte spécifiquement que les cellules végétales. Mais il est vite apparu que la partie isolée de l’ADN de ce promoteur sans son enveloppe (capside) est extrêmement diffusible et qu’il fonctionne dans des cellules à travers les genres des plantes et des animaux, ainsi que chez les bactéries.

Nous avons émis un sérieux avertissement contre son utilisation dès 1999 [8] Cauliflower Mosaic Viral Promoter - A Recipe for Disaster (ISIS publication scientifique) quand il s’est avéré que ce promoteur CaMV 35S avait un ‘hotspot’, un point stratégique de recombinaison, où il a tendance à se fragmenter et à se recoller, ce qui le rend propice à une transfert horizontal de gène, involontaire, dans les cellules de tous les organismes exposés à l’OGM, y compris les bactéries, les champignons, les pollinisateurs, les animaux sauvages et même les êtres humains (voir [9] CaMV 35S promoter fragmentation hotspot confirmed, and it is active in animals(ISIS publication scientifique).

Est-ce que cela implique que le promoteur (CaMV) 35S) puisse se détacher de l’ADN du génome des plantes et sauter, se déplacer dans le génome de toutes les autres cellules, avec la possibilité de muter, activer ou de désactiver des gènes (notamment ceux qui provoquent un cancer) ? Très probablement et ce promoteur CaMV 35S peut également réactiver des virus dormants, ou créer de nouveaux virus par recombinaison génétique (brassage génétique) [8, 10] (Hazards of Transgenic Plants Containing the Cauliflower Mosaic Viral Promoter, ISIS scientific publication)Mais nos avertissements n’ont rencontré que des abus flagrants et des dénis et ils ont tous été finalement ignorés !.

Depuis lors, la preuve est apparue que le promoteur (CaMV) 35S) peut accroître la multiplication des virus associés à des maladies comme le VIH et le cytomégalovirus par l’induction de protéines nécessaires à la transcription des virus [11] (New Evidence Links CaMV 35S Promoter to HIV Transcription, ISIS publication scientifique) *.

* Version en français « De nouvelles preuves relient le Promoteur CaMV 35S [OGM] à la Transcription du VIH [SIDA] » par Dr. Mae-Wan Ho & le professeur Joe Cummins. Traduction et compléments de Jacques Hallard, lundi 15 juin 2009. Article complet sur le site : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article111

En outre, le promoteur CaMV 35S est chevauché avec un gène de virus, dont le produit est toxique pour les plantes et probablement aussi chez les animaux [12]. Pour une description plus détaillées sur les risques du promoteur (CaMV) 35S) et même sur les OGM en général, voir [13] le dernier chapitre de notre rapport [14] Ban GMOs Now, ISIS Report *.

* Version en français « Il faut interdire les OGM dès maintenant à cause des risques sanitaires et environnementaux et surtout à la lumière des connaissances actuelles en génétique » par le Dr. Mae-Wan Ho et le Dr. Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard, vendredi 7 juin 2013 - ISIS OGM « Il faut interdire les OGM dès maintenant à cause des risques sanitaires et environnementaux et surtout à la lumière des connaissances actuelles en génétique ». Rapport du Dr. Mae-Wan Ho et du Dr. Eva Sirinathsinghji de l’Institut de la Science dans la Société ISIS basé à Londres. Source : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article311

 Pour conclure

Les OGM sont trouvés, une fois de plus, comme étant toxiques et nocifs pour la santé à partir d’un essai d’alimentation qui a duré plus de 90 jours. Et dans cette période, la partie la plus répandue de l’ADN transgénique trouvée dans l’alimentation avec OGM, le promoteur (CaMV) 35S), a été retrouvée comme étant transférée horizontalement dans les tissus des animaux à des fréquences élevées.

Le promoteur CaMV 35S n’est pas le seul élément dangereux de l’ADN transgénique : il y a des promoteurs agressifs similaires qui visent à permettre l’expression de gènes hors contexte, ainsi que des gènes codant pour des antibiotiques et d’autres fonctions dangereuses, avec de nombreux points chauds de recombinaison (‘hotspots’) qui favorisent le transfert horizontal de gènes.

Tout cela contribue à rendre tous les OGM dangereux. C’est en effet la conclusion des recherches effectuées par des scientifiques indépendants, non impliqués jusqu’à maintenant dans le secteur industriel des OGM, et ceci corrobore pleinement ce dont les agriculteurs ont été les témoins dans leurs élevages, ainsi que les médecins qui sont au contact de leurs patients pendant des années [14].

Les gens ont besoin de prendre des mesures immédiates pour interdire les OGM localement et dans leurs propres collectivités territoriales. Les gouvernements devraient rappeler [c’est-à-dire interdire] tous les OGM qui ont été mis sur le marché.

Par ailleurs, les entreprises et les autorités chargées de la régulation et de la réglementation doivent faire face à des poursuites pour cause des dommages qui auront été subis en matière de santé publique et aussi de négligence criminelle.

membership sitemap support ISIS contact ISIS
© 1999-2015 The Institute of Science in Society

Annexe -

Sélection d’articles sur le transfert horizontal de gènes

OGM - L’ADN dans l’alimentation humaine et animale – Traduction d’un rapport de l’ISIS en date du 17 juin 2004


Résumé :

Les Comités consultatifs scientifiques du gouvernement [britannique] ont essayé à plusieurs reprises de convaincre le public qu’il n’y a rien à craindre de l’ADN génétiquement modifié ou ADN-GM, mais les critiques ne manquent pas et fusent de toutes parts. Le Docteur Mae-Wan Ho propose un guide pratique, [sous forme de questions et réponses] à l’intention des citoyens qui, vis-à-vis des OGM, seraient encore perplexes.

Source : DNA in GM Food & Feed. Mae-Wan Ho. ISIS Press Release 17/06/04 ; ISIS = “The Institute of Science in Society”, = ISIS, est une organisation basée à Londres, Grande Bretagne. Le site web est http://www.i-sis.org.uk

Note du traducteur : les parties entre crochets [..] sont ajoutées dans le but d’éclairer éventuellement les lecteurs francophones. Une version en anglais entièrement référencée de cet article est accessible pour les membres de l’organisme ISIS sur le site : http://www.i-sis.org.uk/full/GMDNAIFFull.php. Les nombres entre parenthèses (..) renvoient aux références bibliographiques qui figurent à la fin de ce rapport.

Sommaire et sous-titres de l’article :

« … En augmentant à la fois le taux et la portée du transfert génétique horizontal et le taux des recombinaisons, les manipulations génétiques ont également augmenté la probabilité de produire de nouveaux virus et bactéries potentiellement pathogènes (1,2) ».

L’article complet avec des définitions er compléments sont à lire sur le site suivant : http://www.i-sis.org.uk/GMDNAIFfr.php

« Le transfert génétique horizontal se produit bel et bien à partir des OGM » par le Dr Mae-Wan Ho et le Professeur Joe Cummins, traduction de Jacques Hallard, mardi 15 avril 2008. Sommaire 

« L’ADN génétiquement modifié passe effectivement entre les espèces vivantes. La résistance aux antibiotiques n’est pas le seul risque » par le Dr. Mae-Wan Ho. Traduction, définitions & compléments de Jacques Hallard, mardi 22 juin 2010 - ISIS OGM Santé. « Le Dr. Mae-Wan Ho corrige certaines idées fausses sur les risques de transfert horizontal de gènes à partir d’OGM et elle appelle à une révision urgente… ». Article à lire sur : http://yonnelautre.fr/spip.php?article4276

« Des chercheurs scientifiques découvrent une nouvelle voie par laquelle les gènes génétiquement modifiés peuvent s’échapper » par le Dr. Mae-Wan Ho. Traduction et compléments de Jacques Hallard, samedi 26 mars 2011 - ISIS OGM Génétique. « Les gènes modifiés génétiquement peuvent sauter d’une espèce à une autre par des blessures et des plaies : le transfert horizontal de gènes se produit bel et bien et à des fréquences élevées ; il constitue le plus grand et le plus sous-estimé des risques à partir des OGM qui sont disséminés dans l’environnement.. » Article complet sur le site : http://yonnelautre.fr/spip.php?article4761

Retour au texte

Information de dernière minute :

La Commission Européenne autorise dix-sept OGM  ! Dimanche 26 avril 2015
A lire sur le site : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article284080

Traduction en français, compléments avec intégration des liens hypertextes et sélection d’articles sur le transfert horizontal de gènes

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.

Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, ex professeure des écoles.

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIS OGM CaMV 35S Promoter in GM Feed that Sickened Rats Transferred into Rat Blood, Liver, and Brain Cells French version.3


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 376 / 316546

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site OGM & Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License