Accueil > Pour en savoir plus > OGM > OGM & Pesticides & Plantes résistantes > "Les agriculteurs pâtissent encore des maïs Bt résistants à la chrysomèle des (...)

"Les agriculteurs pâtissent encore des maïs Bt résistants à la chrysomèle des racines" par la Dr Eva Sirinathsinghji

Traduction et compléments de Jacques Hallard

lundi 10 août 2015, par Sirinathsinghji Eva

ISIS OGM
Les agriculteurs pâtissent encore des maïs Bt résistants à la chrysomèle des racines
Farmers still Suffering from Bt resistant Rootworms
Dans l’Etat de l’Illinois aux Etats-Unis, les stratégies de rotation des cultures avec les semences d’OGM Bt n’ont pas atténué le phénomène de résistance de la chrysomèle, un ravageur des racines du maïs. Dr Eva Sirinathsinghji

Rapport de l’ISIS en date du 16/09/2013
Mis à jour le 09/08/2015, avec une sélection d’articles sur la chrysomèle des racines de maïs en annexe.
L’article original intitulé Farmers still Suffering from Bt Resistant Rootworms est accessible sur le site http://www.i-sis.org.uk/Farmers_still_suffering_from_Bt_Resistant_Rootworms.php
S’il vous plaît diffusez largement et rediffusez, mais veuillez donner l’URL de l’original et conserver tous les liens vers des articles sur notre site ISIS. Si vous trouvez ce rapport utile, s’il vous plaît, soutenez ISIS en vous abonnant à notre magazine Science in Society, et encouragez vos amis à le faire. Ou jeter un oeil à notre librairie ISIS bookstore pour d’autres publications


A partir de deux fermes situées dans l’Etat de l’Illinois, aux Etats-Unis, nous avons une nouvelle preuve que même les stratégies de lutte intégrée contre les ravageurs des cultures, telle que la rotation des cultures, sont incapables d’empêcher la propagation de la résistance de la chrysomèle des racines dans les cultures des maïs Bt génétiquement modifiés (OGM) [1].

Pour la première fois, après la mise en culture du cultivar de maïs ‘VT Triple PRO RTB’ de Monsanto, contenant l’insecticide produit avec la toxine Cry3Bb1, des agriculteurs des comtés de Livingston et de Kankakee ont constaté de graves dommages dans leurs champs de maïs, ainsi que dans les sojas cultivés dans des champs adjacents. Ils sont allés prendre contact avec les entomologistes Dr. Joe Spencer et Dr. Michael Gray de l’Université de l’Illinois, pour venir voir sur le terrain et examiner les dégâts constatés.

La première preuve officielle de la résistance de lahttp://fr.wikipedia.org/wiki/Chryso...chrysomèle des racines de maïs aux toxines Bt dans les champs a été publiée en 2010 [2] (voir [3] Bt chrysomèle Spreads , SiS 52) *.

*Version en français ’Les chrysomèles résistant aux toxines Bt se propagent dans différents pays’ par le Dr Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://isias.transition89.lautre.net/spip.php?article189&lang=fr

Depuis lors, les partisans des OGM ont affirmé que le manque de respect des consignes par les agriculteurs : l’inclusion d’une zone de refuge avec des variétés de maïs non-OGM, ainsi que l’abandon des stratégies traditionnelles de gestion des ravageurs par la rotation des cultures, étaient les raisons sous-jacentes qui expliquent le développement de cette résistance rapide à Bt à partir des cultures d’OGM de Monsanto.

Cependant, dans les deux cas rapportés présentement, les agriculteurs ont appliqué avec constance et détermination les stratégies de rotation des cultures et ils ont constaté un échec complet de la technologie des OGM de Monsanto pour aboutir à un bon résultat. Les cultures souffrent d’un grand nombre de parasites (Figure 1), d’une disparition sévère des racines (figure 2) et des dégâts visibles (Figure 3), ainsi que la verse des plantes (en anglais lodging) (figure 4).

Les dénombrements des ravageurs ont été tout à fait comparables aux niveaux qui étaient observés à la fin des années 1990 et au début des années 2000. D’autres tests de laboratoire sont planifiés pour confirmer la résistance génétique à la toxine Cry3Bb1 chez les parasites eux-mêmes. Les chercheurs scientifiques ont maintenant mis en garde les agriculteurs, les informant du fait qu’ils ont à faire face à de sérieux défis dans la protection de leurs cultures.

Le procédé de rotation des cultures est destiné à retarder le temps nécessaire pour que les parasites s’adaptent à la toxine et manifestent une résistance. Monsanto affirme que tous les cultivateurs qui utilisent leurs semences de plantes Bt doivent se conformer aux accords de licence qui incluent un plan de lutte antiparasitaire intégrée, entre autres une rotation des cultures, la mise en place de zones refuges avec des plantes non-OGM, ainsi que la sélection des cultivars appropriés [4].

La société Monsanto affirme que les producteurs faisant appel à leurs semences de plantes génétiquement modifées (OGM) « ont trouvé qu’elles étaient très compatibles avec leurs objectifs de gestion qui font appel à la lutte intégrée des ravageurs (IPM) et à l’agriculture durable ».

Cependant, la stratégie des zones-refuge dépend d’une haute expression physiologique des toxines Bt, mais comme cela a été mentionné précédemment, ce n’est pas le cas. En outre, Monsanto a réussi à persuader avec succès l’US Environmental Protection Agency (EPA), l’Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis, de réduire la taille de la zone-refuge avec des plantes non-OGM, en la ramenant à 10% au lieu de 50% [3].

Maintenant, en plus de tout cela, il a été démontré que la rotation des cultures est insuffisante pour contrôler la propagation de la résistance à Bt chez les ravageurs cibles. Monsanto ne peut tout simplement pas continuer à prétendre que leurs produits fonctionnent bien.

Figure 1 - Infestation par la chrysomèle des racines du maïs Bt ‘VT Triple PRO RIB’ de Monsanto [1]

Figure 2 – La disparition des racines sur des plantes de maïs Bt ‘VT Triple PRO RIB’ de Monsanto par infestation des racines par la chrysomèle spécifique [1]

Figure 3 – Dégâts de la chrysomèle des racines sur maïs Bt ‘VT Triple PRO RIB’ de Monsanto [1]

Figure 4 – La verse des plantes de maïs Bt ‘VT Triple PRO RIB’ de Monsanto résultant de dommages du ravageur : chrysomèle des racines du maïs [1]

L’évolution de la résistance des parasites aux pesticides est bien trop prévisible pour quiconque comprend les processus de l’évolution et de l’agriculture. Même Monsanto admet que « la résistance est naturelle et attendue, de sorte que les mesures visant à retarder la résistance sont importantes » [5].

D’autant plus quand on apprend que certaines des plantes Bt de Monsanto expriment la toxine à des niveaux insuffisants pour empêcher le développement de la résistance, sous une forme génétique non-récessive.

Une résistance non-récessive se présente quand le gène de résistance est dominant et ne nécessite donc qu’une seule copie du gène (hétérozygotie) pour exprimer une résistance à la toxine. D’un autre côté, dans le cas d’une résistance récessive, il faut deux copies du gène de résistance pour conférer la résistance aux parasites et, par conséquent dans ce cas, la résistance se propage plus lentement.

Les entreprises du secteur des agro-technologies ont saisi l’opportunité de faire des profits facilement, en s’engouffrant dans les cultures de masse des plantes Bt [OGM).

American Vanguard, par exemple, a acheté un certain nombre d’entreprises et de technologies relatives aux insecticides, dans l’espoir que la demande des produits pesticides augmenterait après une baisse temporaire, lorsque les semences de plantes Bt [OGM] auront été initialement commercialisées [6 ].

Contrairement à ce que les entreprises et les partisans des OGM prétendent, l’utilisation globale des pesticides a augmenté en conséquence directe avec les mises en culture des OGM, ce qui est principalement attribuable à des hausses massives de l’utilisation de la matière active herbicide glyphosate, en même temps que les cultures d’OGM tolérants au glyphosate.

L’utilisation des pesticides a diminué au début de l’introduction de cultures de plantes Bt, mais elle est repartie à la hausse et si les plantes Bt avaient été comptées comme source de ’pesticides appliqués’ - et il y a de solides arguments pour le faire -, alors l’utilisation des pesticides n’a pas du tout diminué (voir [7 ] ] Study Confirms GM Crops lead to increased Pesticide Use, SiS 56) *.

* Version en français ’Une étude confirme que les cultures de plantes génétiquement modifiées (OGM) conduisent à une augmentation de l’utilisation des pesticides’ par le Dr Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://isias.transition89.lautre.net/spip.php?article264&lang=fr

La propagation de la résistance des ravageurs ne fera que conduire à de nouvelles hausses de l’utilisation des produits chimiques toxiques qui sont appliqués et se retrouvent dans notre nourriture, laissant les consommateurs exposés à des doses doubles d’insecticides toxiques.

Les entreprises chimiques ont vu que les bénéfices augmentent, et The Newport Beach Company en Californie rapporte que les chiffres d’affaires réalisés avec les insecticides à épandre sur les sols, ont bondi de 50% en 2012. Les ventes d’insecticides ont augmenté de 41% au premier trimestre de 2012, avec un montant de 79 millions de dollars, et avec des gains entraînés par les insecticides appliqués sur les cultures de maïs [6].

Non seulement les cultures de plantes Bt sont incapables de faire les deux choses qu’elles étaient censées faire - protéger les cultures contre les ravageurs et réduire l’utilisation des pesticides – mais elles ont également des effets néfastes sur des organismes non ciblés, et elles provoquent l’infestation des cultures par des ravageurs secondaires, même lorsque les plantes Bt sont encore capables de tuer les parasites cibles.

Il a été en outre démontré que les cultures de plantes Bt [OGM] causent des problèmes de santé aussi bien chez les agriculteurs que chez les consommateurs. Pour une étude détaillée sur les risques sanitaires et environnementaux des cultures de plantes Bt [OGM], voir [8] ] Bt Crops Failures and Hazards, SiS 53 * et [9] Ban GMOs Now **.

* Version en français. : ’Les échecs et les dangers des plantes génétiquement modifiées’ par le Dr. Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://isias.transition89.lautre.net/spip.php?article210&lang=fr

** Version en français : ’Il faut interdire les OGM dès maintenant à cause des risques sanitaires et environnementaux et surtout à la lumière des connaissances actuelles en génétique’ par le Dr. Mae-Wan Ho et le Dr. Eva Sirinathsinghji. Traduction et compléments de Jacques Hallard ; accessible sur le site http://isias.transition89.lautre.net/spip.php?article311&lang=fr

Références

© 1999-2013 The Institute of Science in Society
Contact the Institute of Science in Society
MATERIAL ON THIS SITE MAY NOT BE REPRODUCED IN ANY FORM WITHOUT EXPLICIT PERMISSION. FOR PERMISSION, PLEASE CONTACT ISIS


Annexe sur la chrysomèle des racines de maïs

Des informations spécifiques sont à lire respectivement sur les sites de Wikipédia et de ‘Futura Scinces’ qui suivent :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chrysom%C3%A8le_des_racines_du_ma%C3%AFs

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dico/d/zoologie-chrysomele-racines-mais-4946/

Agriculture Colloque Chrysomèle : pas de scénario catastrophe – Par Odile Weiss pour les DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace) - 06/12/2013 à 05:00

« Il est parfaitement possible de produire du maïs dans les zones infestées par la chrysomèle, grâce à de nouveaux moyens de lutte. C’est la conclusion du colloque organisé à Strasbourg par Arvalis, vingt ans après l’arrivée de ce ravageur en Europe… ».

Edition des abonnés - Accès conditionnel pour prendre connaissance de la totalité de l’article sur le site :

http://www.dna.fr/economie/2013/12/06/chrysomele-pas-de-scenario-catastrophe

ETATS-UNIS – Le ministère de l’Environnement propose d’augmenter les surfaces de maïs non OGMEric MEUNIER, mai 2015 Lien permanent | |

« En janvier 2015, le ministère étasunien de l’Environnement (EPA – Environmental Protection Agency) a soumis à consultation publique une proposition d’encadrement des cultures de plantes génétiquement modifiées (PGM) résistantes à la chrysomèle du maïs. La motivation de cette proposition ? L’apparition de chrysomèle des racines du maïs résistantes aux protéines insecticides Bt produites par des plantes génétiquement modifiées (PGM) rendant ces cultures caduques… »

Article complet à lire sur le site : http://www.infogm.org/5808-Etats-Unis-propose-augmenter-surface-mais-non-OGM

Union Européenne - Maïs MON810 : des pyrales résistantes peut-être déjà là - Eric MEUNIER, juillet 2015 Lien permanent | |

« Entre 2009 et 2013, les quelques cultures de maïs MON810 en Europe ont fait l’objet d’une surveillance environnementale post-commercialisation commanditée par Monsanto elle-même. Mais les experts de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) et du comité scientifique du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) émettent des critiques tant sur le fond que sur la forme. Des critiques qui interrogent la capacité ou la volonté de l’entreprise à mener une surveillance correcte. Paradoxalement, les experts de l’AESA valident malgré tout la conclusion de Monsanto qu’aucun effet lié à la culture du maïs MON810 n’a été observé alors que ceux du HCB, malgré l’ambiguïté de leur conclusion, ne les valident pas ! Résultat des courses : on ignore s’il existe des pyrales résistantes au maïs MON810 censé les tuer, mais Monsanto refuse de modifier sa méthodologie de surveillance… »...

L’article complet est accessible sur ce site : http://www.infogm.org/5827-OGM-surveillance-MON810-pyrales-resistantes-sont-elles-deja-la

Retour au début de l’article de l’ISIS

{{}}Traduction, sélection d’articles sur la chrysomèle des racines de maïs et inclusion des liens hypertextes donnant accès à des informations plus détaillées :

Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.

Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, ex professeure des écoles.

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIS OGM Farmers still Suffering from Bt Resistant Rootworms French version.6 Mise à jour le O9/08/2015