ISIAS

"Le GIEC conclut que les énergies renouvelables, mais pas le nucléaire, peuvent résoudre la crise climatique"

Traduction et compléments de Jacques Hallard
vendredi 11 décembre 2015 par isias

ISIAS Climat Energies
Le GIEC conclut que les énergies renouvelables, mais pas le nucléaire, peuvent résoudre la crise climatique
Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur le Changement Climatique (GIEC), auprès des Nations-Unies, ne laisse aucun doute sur le fait que l’humanité est en train de démolir le climat ; mais il déclare aussi que le réchauffement planétaire et le changement climatique peuvent être résolus efficacement et que les énergies renouvelables constituent la solution, mais pas le nucléaire *.

[* Voir l’article ‘Climate Efforts Falling Short, U.N. Panel Says’ by JUSTIN GILLIS April 13, 2014. Source : http://www.nytimes.com/2014/04/14/s... ].
Note de Harvey Wasserman en date du 16 avril 2014
L’article original intitulé U.N. PANEL : RENEWABLES, NOT NUKES, CAN SOLVE CLIMATE CRISIS a été publié par ‘The Progressive’ et il est accessible sur le site : http://progressive.org/content/un-p...

L’autorité du GIEC auprès de l’ONU est la plus respectée de la planète sur le climat. Le récent rapport du GIEC est le résultat de quatre ans de travaux. Il a fait appel à plusieurs centaines de scientifiques travaillant sur le climat et à plus d’un millier de scénarios informatisés sur ce qui pourrait se passer à l’aide des modèles climatiques mondiaux.
Le travail du comité a définitivement discrédité la thèse de certains milieux professionnels selon laquelle émissions de carbone d’origine humaine n’ont pas d’incidences surr le changement climatique. Pour éviter une catastrophe totale, disent les experts du GIEC, il faut réduire les émissions industrielles de gaz à effet de serre de 40-70 pour cent du niveau des émissions de 2010.

Bien que l’avertissement soit plutôt désastreux, le rapport du GIEC annoncent pourtant trois bonnes nouvelles :
1. Tout d’abord, nous avons environ 15 ans pour réduire ces émissions.
2. Deuxièmement, les technologies renouvelables sont disponibles pour faire le travail.
3. Et troisièmement, le coût financier est gérable.

Bien que la projection à 2030 puisse sembler un délai serré pour un passage définitif à une autre situation globale, définie comme ‘SOLARTOPIA !’, les technologies des énergies vertes sont devenues beaucoup plus simples et plus rapides à installer que leurs concurrents en matière d’énergie, en particulier les réacteurs atomiques des centrales nucléaires ; les technologies des énergies vertes sont aussi beaucoup moins onéreuses et nous avons les capitaux suffisants pour les mettre en œuvre.

Suite et texte complet


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 97 / 303832

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Climat   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License