Accueil > Pour en savoir plus > Santé > "Des médecins argentins et brésiliens désignent un produit larvicide comme (...)

"Des médecins argentins et brésiliens désignent un produit larvicide comme cause potentielle de microcéphalie chez les nouveau-nés", par Claire Robinson

Traduction et compléments de Jacques Hallard

jeudi 18 février 2016, par Robinson Claire

ISIAS GMWATCH Pesticides Santé
ISIAS GMWATCH Pesticides Santé
Des médecins argentins et brésiliens désignent un produit larvicide comme cause potentielle de microcéphalie chez les nouveau-nés

Le virus Zika et les moustiques génétiquement modifiés (OGM) sont-ils accusés à tort ?

Publié le 10 février 2016. Auteure : Claire Robinson pour GMWATCH.

Le virus Zika et les moustiques génétiquement modifiés (OGM) sont-ils accusés à tort  ?

Publié le 10 février 2016. Auteure : Claire Robinson pour GMWATCH.

L‘article original est intitulé Argentine and Brazilian doctors name larvicide as potential cause of microcephaly et il est accessible sur le site suivant : http://gmwatch.org/news/latest-news/16706-argentine-and-brazilian-doctors-name-larvicide-as-potential-cause-of-microcephaly

Un rapport de l’organisation des médecins argentins, pratiquant dans des villes situées dans les territoires d’Argentine qui subissent des pulvérisations avec des produits de traitements agrochimiques [1], conteste la théorie selon laquelle l’épidémie du virus Zika au Brésil est la cause de l’augmentation des anomalies à la naissance désignées par le terme de microcéphalie chez les nouveau-nés.

L’augmentation de ce défaut à la naissance, dans lequel le bébé nait avec une tête anormalement petite et souvent des lésions cérébrales, a été rapidement annoncée par le ministère brésilien de la Santé comme étant liée au virus Zika. Toutefois, selon l’es médecins pratiquant dans les villes dans des zones où les cultures sont pulvérisées, le ministère n’a pas reconnu que dans la zone où la plupart des personnes malades vivent, un larvicide chimique, produisant des malformations chez les moustiques, a été introduit dans l’alimentation en eau potable en 2014. Ce poison, dénommé pyriproxyfène, est utilisé dans un programme contrôlé par l’État et qui vise à éradiquer les moustiques porteurs de maladies.

Les médecins ont précisé que le pyriproxyfène est fabriqué par Sumitomo Chemical, un en japonais, un « partenaire stratégique » de Monsanto. Le pyriproxyfène est un inhibiteur des larves de moustiques, ce qui altère le processus de développement de la larve à nymphe vers l’adulte, générant ainsi des malformations lors du développement des moustiques, se traduisant par une altération dans la croissance et/ou la mort. Ce produit agit sur les insectes comme une hormone juvénile de croissance, ayant des effets de modulateurs endocriniens, ou juvénoïdes ; ce produit a pour effet d’inhiber le développement des caractéristiques adultes des insectes (par exemple, les ailes et les organes génitaux externes à la maturité) et le développement en matière de reproduction. Il est donc un perturbateur endocrinien et un agent tératogène (cause des malformations congénitales), selon les médecins. Les médecins ont apporté ces commentaires : Les malformations détectées chez des milliers d’enfants de femmes enceintes vivant dans des zones où l’état brésilien a ajouté du pyriproxyfène à l’eau potable, ne sont pas une coïncidence, même si le ministère de la Santé accorde une responsabilité directe de ces dommages au virus Zika.

Ils ont également noté que le virus Zika a toujours été considéré comme une maladie relativement bénigne qui n’a jamais été associée à des anomalies congénitales, même dans les zones où il infecte 75% de la population.

Ce larvicide est la cause la plus probable des anomalies congénitales

L’introduction du pyriproxyfène dans l’environnement au Brésil est relativement nouvelle ; l’augmentation des cas de microcéphalie est aussi un phénomène relativement nouveau au Brésil. Ainsi, ce larvicide semble être un facteur causal plausible pour les cas de microcéphalie, bien plus que les moustiques génétiquement modifiés (OGM), qui certains ont accusé d’être responsables de l’épidémie du virus Zika et donc aussi des malformations congénitales. Il n’y a aucune preuve solide pour soutenir le point de vue selon lequel, selon certaines sources, les moustiques OGM peuvent causer l’épidémie de virus Zika, qui à son tour pourrait provoquer une microcéphalie. En effet, sur 404 cas étudiés et confirmés de microcéphalie au Brésil, seulement 17 cas (soit 4,2%) ont été testés et trouvés positifs pour le virus Zika.

Les spécialistes de la santé du Brésil conviennent que le pyriproxyfène est le principal suspect de microcéphalie

Le rapport des médecins argentins, qui traite également de l’épidémie de fièvre dengue au Brésil, est d’accord avec les conclusions d’un rapport distinct sur ​​l’épidémie Zika et qui émane des médecins brésiliens et de chercheurs de l’organisation de santé publique dénommée ABRASCO. [2]

L’ABRASCO mentionne aussi le pyriproxyfène comme étant une cause probable des cas de microcéphalie. Cette organisation condamne la stratégie de lutte chimique contre les moustiques porteurs de Zika qui, selon elle, contamine l’environnement ainsi que les personnes et ne diminue pas le nombre de moustiques. L’ABRASCO suggère que cette stratégie est en fait guidée par les intérêts commerciaux de l’industrie chimique qui, selon elle, est profondément intégrée dans les ministères latino-américains de la santé, ainsi que dans l’Organisation mondiale de la Santé et dans l’Organisation panaméricaine de la santé.

L’ABRASCO cite également la société britannique Oxitec, spécialiste des insectes génétiquement modifiés (OGM) dans le cadre du lobby des entreprises qui déforment les faits au sujet de Zika en fonction de leur propre programme à but lucratif. Oxitec vend ses moustiques transgéniques (OGM), fabriqués pour leur stérilité et cette société les commercialise en tant que produit de lutte contre la maladie : cette stratégie est condamnée par les médecins en Argentine qui la qualifie « d’échec total, sauf pour la société qui fournit les moustiques OGM ».

Ce sont les pauvres qui souffrent le plus

Les deux associations des médecins et des chercheurs brésiliens et argentins sont d’accord sur le fait que la pauvreté est un facteur clé qui reste négligé dans l’épidémie Zika.

Au Brésil, l’ABRASCO a condamné le gouvernement brésilien pour sa ’dissimulation délibérée’ des causes économiques et sociales : « En Argentine et sur le continent américain en général, ce sont les populations les plus pauvres qui ont le moins accès à l’assainissement et à l’eau potable, qui souffrent le plus de l’épidémie ». Les médecins argentins en conviennent et ils ont déclaré que : « la base de la progression de la maladie réside dans les inégalités et dans la pauvreté ».

L’ABRASCO a ajouté que la maladie est étroitement liée à la dégradation de l’environnement : les inondations causées par l’exploitation forestière et l’utilisation massive d’herbicides sur les cultures de soja tolérant aux herbicides (OGM), en bref, « les impacts des industries extractives »*.

[* Selon l’INSEE, « Les industries extractives comprennent l’extraction de produits minéraux présents à l’état naturel sous forme solide (houille et minerais), liquide (pétrole) ou gazeuse (gaz naturel). L’extraction peut se faire de différentes manières, notamment sous terre, en surface, par le creusement de puits ou par l’exploitation minière des fonds marins…). Télécharger la description des postes de cette section au format PDF(453 Ko). Source ; http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=nomenclatures/naf2008/n1_b.htm].

La notion selon laquelle la dégradation de l’environnement peut être un facteur dans la propagation de Zika, trouve un soutien dans la vue de Dino Martins, PhD, un entomologiste kenyan. Martins a déclaré que « l’explosion des moustiques dans les zones urbaines, qui sont le moteur de la crise Zika, est causée par un manque de diversité naturelle qui, autrement, maintiendrait les populations de moustiques sous contrôle, d’une part, et par l’absence de dispositions appropriées et par la prolifération des déchets et, dans certaines régions, qui fournissent un habitat artificiel pour la reproduction des moustiques, d’autre part ».

Le rôle déterminant des actions communautaires

Les médecins argentins pensent la meilleure défense contre le virus Zika repose sur des ’actions communautaires’. Un exemple de ces actions est présenté dans un rapport de ‘BBC News’ sur ​​le virus de la dengue en El Salvador. Un lieu de reproduction de prédilection pour les moustiques porteurs de la maladie est constitué par les conteneurs de stockage de l’eau stagnante. Les salvadoriens ont commencé à garder des poissons dans les récipients d’eau, et les poissons mangent les larves de moustiques. La dengue a disparu avec les moustiques qui transmettent cette maladie. Et jusqu’à présent, les habitants n’enregistrent aucun cas de virus Zika.

Des programmes de ce genre, simples mais efficaces, sont en train d’être négligés au Brésil où il est préféré l’application de programmes poussés par des entreprises qui favorisent l’épandage des pesticides et la libération des moustiques génétiquement modifiés (OGM). Cette dernière technologie d’OGM n’a pas du tout été prouvée comme utile et efficace et l’épandage des insecticides peut être à l’origine des dommages beaucoup plus graves que ceux causés par les moustiques qui sont ciblés.

Notes

2. Nota técnica e carta aberta à população : Microcefalia e doenças vetoriais relacionadas ao Aedes aegypti : os perigos das abordagens com larvicidas e nebulização química – fumacê. January 2016. GT Salud y Ambiente. Asociación Brasileña de Salud Colectiva. ABRASCO. https://www.abrasco.org.br/site/2016/02/nota-tecnica-sobre-microcefalia-e-doencas-vetoriais-relacionadas-ao-aedes-aegypti-os-perigos-das-abordagens-com-larvicidas-e-nebulizacoes-quimicas-fumace/

http://www.isias.lautre.net/local/cache-vignettes/L142xH34/100002010000012e0000004a76ab1afd95716c8b-52331.png{{

Sélection d’articles d’actualités sur Virus Zika et microcéphalie

Bien que le lien entre Zika et microcéphalie (réduction du périmètre crânien) ne soit pas clairement établi en Calédonie, les femmes enceintes sont invitées à ne pas se rendre dans les zones touchées. Samedi 13 février 2016. Les Nouvelles Calédoniennes-10 févr. 2016. Source : http://www.lnc.nc/photo/bien-que-le-lien-entre-zika-et-microc%C3%A9phalie-r%C3%A9duction-du-p%C3%A9rim%C3%A8tre-cr%C3%A2nien-ne-soit-pas-claire

Zika : dix questions sur un virus qui inquiète - Le Monde | 02.02.2016 à 06h35 • Mis à jour le 03.02.2016 à 09h34 | Par Pascale Santi et Sandrine Cabut

« L’inquiétude monte face au virus Zika. Se propageant de manière explosive, il est fortement soupçonné de causer des troubles neurologiques, le syndrome de Guillain-Barré, et des malformations congénitales, les microcéphalies. Lundi 1er février, à l’issue d’une réunion d’experts, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété que l’épidémie constitue « une urgence de santé publique de portée mondiale ». En dix questions, tour d’horizon sur un virus émergent qui pose de nouveaux défis... »

D’où vient Zika, et jusqu’où ira-t-il ?

Est-ce un virus mutant ?

Comment reconnaître la maladie ?

Comment la détecter ?

Quels sont les risques pour une femme enceinte ?

Que faire pendant la grossesse ?

Quelles sont les autres complications de l’infection à virus Zika ?

La transmission est-elle possible entre humains ?

Des traitements ou vaccins sont-ils disponibles ?

La métropole doit-elle s’inquiéter ?

© Le Monde.fr – Les réponses à ces questions figurent dans l’article complet sur le site : http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/02/02/zika-dix-questions-sur-un-virus-qui-inquiete_4857580_1651302.html

Le virus Zika est devenu en quelques semaines l’ennemi sanitaire numéro 1 au Brésil et plus largement en Amérique du Sud. Le lien avec une multiplication de naissances de nourrissons atteints d’une déformation neurologique inquiète les autorités. Dernière modification : 26/01/2016. Vidéo par FRANCE 24- Texte par Sébastian SEIBT– Source : http://www.france24.com/fr/20160126-zika-virus-epidemie-bresil-bebes-microcephalie-maladie-moustique-tigre-aedes-aegypti

L’OMS saura d’ici quelques semaines si Zika cause la microcéphalie et le syndrome de Guillain-Barré - AFP - 12/02/2016. « L’Organisation mondiale de la santé a affirmé vendredi qu’elle devrait savoir d’ici quatre à huit semaines si le virus Zika cause bien des microcéphalies et le syndrome Guillain-Barré, comme le soupçonnent déjà fortement les scientifiques ». In ‘L’Orient le jour’. « Lors d’une conférence de presse, la sous-directrice de l’OMS, le Dr. Marie-Paule Kieny, a expliqué que les experts devraient avoir encore besoin de quatre à huit semaines pour établir le rôle joué par le virus Zika dans l’apparition de microcéphalies chez des bébés nés de femmes contaminées et du syndrome neurologique Guillain-Barré chez les personnes piquées par le moustique porteur du virus… » Article complet à la source : https://www.lorientlejour.com/article/969909/loms-saura-dici-quelques-semaines-si-zika-cause-la-microcephalie-et-le-syndrome-de-guillain-barre.html

Virus Zika : « Plus la microcéphalie est sévère, plus le risque de déficiences et de handicap est élevé ». Le Monde | 05.02.2016 à 12h07 • Mis à jour le 08.02.2016 à 17h10 | Propos recueillis par Solène Cordier. « Au Brésil, le virus Zika a déjà touché 1,5 million de personnes, et 3 à 4 millions de cas sont attendus sur le continent américain en 2016. Transmis par des moustiques, comme la dengue ou le chikungunya, ce virus est surtout soupçonné de provoquer des malformations cérébrales, notamment des cas de microcéphalie chez les fœtus et les embryons. Le docteur David Germanaud, neuropédiatre dans le service de neurologie pédiatrique et des maladies métaboliques de l’Hôpital Robert-Debré et chercheur dans l’unité de neuro-imagerie pédiatrique de NeuroSpin, fait le point sur ce symptôme… »

Lire aussi : Zika : dix questions sur un virus qui inquiète

Lire l’article complet sur : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/02/05/virus-zika-plus-la-microcephalie-est-severe-plus-le-risque-de-deficiences-et-de-handicap-est-eleve_4860118_3244.html

Zika : l’Eglise brésilienne rejette l’avortement pour les cas de microcéphalie, par Rédaction de France Info jeudi 11 février 2016 16:53. « Au Brésil, l’Eglise a rejeté l’interruption de grossesse pour les femmes enceintes d’un enfant atteint de microcéphalie, qui peut être provoquée par le virus Zika. Une mesure préconisée par l’ONU et les militants pro-avortement. C’était une demande de l’ONU. L’Organisation des Nations Unis avait rouvert le débat sur la possibilité à l’avortement après l’explosion des cas de microcéphalie liés au virus Zika, transmis par un moustique. Une demande appuyée par un groupe de militants, médecins et avocats, qui ont même lancé une bataille légale auprès de la Cour suprême… »

Article complet sur : http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/zika-l-eglise-bresilienne-rejette-l-avortement-pour-les-cas-de-microcephalie-765867

Virus Zika : 404 cas de microcéphalie confirmés au Brésil - SANTE 3.670 autres cas suspects sont en cours d’examen... 20 Minutes avec AFP - Publié le 03.02.2016 à 02:36. Mis à jour le 03.02.2016 à 02:36. Source : http://www.20minutes.fr/sante/1778775-20160203-virus-zika-404-cas-microcephalie-confirmes-bresil

Virus Zika : les malformations pourraient venir d’un insecticide Monsanto – Document ‘MetroNews’ - Mis à jour : 13-02-2016 15:47 - - Créé : 13-02-2016 15:46

SUSPICIONS – « Des médecins argentins et brésiliens semblent écarter le virus Zika dans l’apparition de graves malformations crâniennes chez les nouveaux-nés au Brésil. En cause : l’utilisation d’un insecticide de Monsanto censé protéger de la dengue serait suspectée. Des chercheurs suspectent un insecticide de Monsanto d’être responsable des cas de microcéphalie associés au virus Zika » - Marvin RECINOS / AFP

« Et si le blâme reposait sur Monsanto, plutôt que sur le virus Zika ? Telle est l’hypothèse émise par un groupe de chercheurs argentins dans un rapport publié le 3 février dernier [2016], qui aurait plutôt tendance à incriminer un pesticide présent dans un produit de la firme Monsanto ». SOUS-TITRES :

Des malformations apparues avec l’insecticide

L’inefficacité du contrôle chimique des moustiques

EN SAVOIR +
>> Zika : un site pour savoir si vous devez vous inquiéter
>> Zika : en France, le don du sang surveillé de très près
>> Notre dossier sur le virus Zika

Cécile Auguste E-mail - Article complet à la source suivante : http://www.metronews.fr/info/virus-zika-un-pesticide-de-monsanto-la-cause-des-
microcephalies-chez-les-nouveaux-nes/mpbm !Q7Xfe8SgXC6kk/

Le moustique OGM prend son envol - Le Monde | 22.04.2011 à 12h17 | Par Stéphane Foucart , Introduction :

« Au milieu des années 2000, il est tranquillement arrivé d’Italie. En 2007, il a pris racine dans le sud-est de la France ; rien ne semble plus pouvoir l’en déloger. Au contraire : les entomologistes anticipent une lente migration vers le nord, par la vallée du Rhône. Il sera bientôt à Lyon. Pour, ensuite, poursuivre inexorablement sa conquête de l’Europe. Le problème est qu’Aedes albopictus - mieux connu sous le nom de moustique tigre - n’est pas seulement un insecte piqueur de plus ».

« C’est aussi un vecteur de la dengue et du chikungunya, dont les premiers cas autochtones ont été signalés en France métropolitaine en 2010... Faudra-t-il en passer par des manipulations génétiques pour se débarrasser de cet envahisseur qui pousse ses pions un peu partout sur la planète ? »

© Le Monde.fr – L’article complet est à lire sur le site suivant : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/04/22/le-moustique-ogm-prend-son-envol_1511520_3244.html

Voir aussi nos articles ISIS / ISIAS sur les moustiques

’Le moustique tigre, vecteur de maladies émergentes, continue de se propager’ par Jacques Hallard

lundi 29 juillet 2013 par Hallard Jacques - français

’Le moustique tigre, vecteur de graves maladies humaines, continue sa progression, notamment en France métropolitaine et Outre-Mer’, par Jacques Hallard

lundi 27 juillet 2015 par isias - français

’Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) ne vont-ils pas favoriser la propagation de maladies par d’autres espèces d’insectes ?’ par le Dr Eva Sirinathsinghji

dimanche 31 mai 2015 par Sirinathsinghji Eva - français

’Méfions-nous de la nouvelle « percée » avec les moustiques transgéniques’ par la Dr Mae Wan Ho

samedi 8 août 2015 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Des moustiques génétiquement modifiés peuvent-ils éliminer la dengue ?’, par Prof. Joe Cummins

mercredi 8 décembre 2010 par Cummins Professeur Joe - français

’Les moustiques transgéniques ne sont vraiment pas une bonne solution’ par le Dr Mae-Wan Ho

samedi 15 décembre 2012 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Approches génétiques chez les moustiques dans la lutte contre le paludisme’ par le Prof. Joe Cummins

mercredi 9 juin 2010 par Cummins Professeur Joe - français

’La réglementation concernant les insectes transgéniques [OGM] est très insuffisante et présente un danger’ par le Dr Mae-Wan Ho

vendredi 2 mars 2012 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Le moment d’éradiquer le paludisme est-il venu ?’ par le Professeur Joe Cummins

lundi 7 juin 2010 par Cummins Professeur Joe - français

Traduction, sélection d’actualités et accès à nos documents sur les moustiques : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 14/02/2016

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS GMWATCH Pesticides Santé Argentine and Brazilian doctors name larvicide as potential cause of microcephaly.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti,

— -