Accueil > Pour en savoir plus > OGM > OGM & Pesticides & Plantes résistantes > "Une étude de laboratoire établit un lien entre le glyphosate et des (...)

"Une étude de laboratoire établit un lien entre le glyphosate et des anomalies congénitales" par le Dr. Mae-Wan Ho

Traduction et compléments de Jacques Hallard

lundi 4 octobre 2010, par Ho Dr Mae-Wan

ISIS OGM Santé
Une étude de laboratoire établit un lien entre le glyphosate et des anomalies congénitales
Lab Study Establishes Glyphosate Link to Birth Defects
Rapport ISIS 04/10/10
Des biologistes du développement ont constaté que des anomalies ou malformations congénitales étaient dues à l’action du glyphosate, la matière active à effet herbicide des spécialistés commerciales à base de ‘Roundup’, avec des gènes clés de la morphogènèse et de la signalisation.
Dr. Mae-Wan Ho

Ce rapport a été soumis à l’Environment Protection Agency, l’Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis, ainsi qu’à l’European Food Safety Authority, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire. S’il vous plaît diffusez largement auprès de vos représentants politiques et joignez-vous à la demande d’une interdiction mondiale sur les herbicides à base de glyphosate
L’article original en anglais s’intitule Lab Study Establishes Glyphosate Link to Birth Defects ; il est accessible sur le site suivant : www.i-sis.org.uk/glyphosateCausesBirthDefects.php
Le matériel du présent site ne peut être reproduit sous aucune forme sans autorisation explicite.
FOR PERMISSION, AND REPRODUCTION REQUIREMENTS, PLEASE CONTACT ISIS . POUR OBTENIR SON APPROBATION et les EXIGENCES DE REPRODUCTION, ISIS CONTACT S’IL VOUS PLAÎT. WHERE PERMISSION IS GRANTED ALL LINKS MUST REMAIN UNCHANGED Lorsqu’une autorisation est accordée TOUS LES LIENS doivent rester inchangés

Selon une étude de laboratoire : quatre fois plus de malformations congénitales chez les êtres humains

L’étude a commencé en 2002, deux ans après l’introduction à grande échelle du soja ‘Roundup Ready’ en Argentine [1],.
Les gens avaient fait état des anomalies (ou malformations ou encore maladies congénitales, se manifestant à la naissance chez des enfants, après une exposition à des pulvérisations au glyphosate pendant la grossesse, et le problème a empiré depuis cette époque.
Dans les régions où des herbicides à base de glyphosate sont utilisés, des dommages spécifiques au niveau des neurones et des malformations cranio-faciales ont été signalés. Cela a incité le professeur Andrés Carrasco, directeur du Laboratoire d’Embryologie Moléculaire à l’Université de Buenos Aires, École de médecine, à passer l’action. Lui et ses collègues ont mené une étude en laboratoire, portant sur les effets du glyphosate sur le développement des embryons de grenouilles.

Les résultats étaient si graves que Carrasco a décidé de diffuser les résultats avant la publication officielle [2] ( Glyphosate Herbicide Could Cause Birth Defects, SiS 43).
En mai 2009, l’Environmental Lawyers Association, l’Association des juristes de l’environnement de l’Argentine a intenté un procès afin d’interdire l’herbicide à base de glyphosate.
En avril 2010, le premier rapport officiel commandé par le gouvernement de l’État du Chaco a conclu à une multiplication par quatre des cas de cancers et des anomalies congénitales dans les dix ans qui venaient de s’écouler, de 2000 à 2009 [3].
Ces résultats sont le dernier ajout à une longue suite de preuves liant le glyphosate (et d’autres herbicides) à des impacts négatifs et graves sur la santé, enregistrés à des concentrations du produit à des doses bien inférieures à celles qui sont recommandées pour les usages agricoles.

Dans le cas des herbicides à base de glyphosate, des liens avec des cas de cancers, des fausses couches et d’autres toxicités du système de reproduction, ainsi que des toxicités au niveau du foie et des cellules, des dommages de l’ADN, une létalité chez les amphibiens, enfin une action semblable à celle des perturbateurs endocriniens, sont autant d’éléments qui justifieraient une interdiction du glyphosate au niveau mondial [4] ( Ban Glyphosate Herbicides Now , SiS 43).
La version en français est intitulée "Il faut interdire les herbicides à base de glyphosate dès maintenant", par le Dr. Mae-Wan Ho, traduction de Jacques Hallard ; elle est accessible sur le site http://yonne.lautre.net/spip.php?article3470&lang=fr

Tout cela pris en compte indépendamment de la preuve simultanée de désastres écologiques et agronomiques causés par cet herbicide ( [5]Scientists Reveal Glyphosate Poisons Crops and Soil , SiS 47) , tandis que la propagation de ‘mauvaises herbes’ et des ‘superweeds ‘, des ‘super mauvaises herbes’ résistantes au glyphosate, a rendu les cultures de plantes OGM et l’emploi de l’herbicide pratiquement sans utilité ( [6] GM Crops Facing Meltdown in the USA **
La version en français est intitulée "Des chercheurs scientifiques révèlent que le glyphosate empoisonne les plantes cultivées et les sols" par le Dr. Mae-Wan Ho, traduction de Jacques Hallard ; elle est accessible sur le site http://yonne.lautre.net/spip.php?article4235&lang=fr
La version en français est intitulée "Les cultures de plantes génétiquement modifiées sont techniquement en perte de vitesse aux Etats-Unis" par le Dr. Mae-Wan Ho ("GM Crops Facing Meltdown in the USA"), traduction de Jacques Hallard ; elle est accessible sur le site http://yonne.lautre.net/spip.php?article3959&lang=fr

Les résultats de laboratoire obtenus sur des embryons de grenouille, rejoignent ceux constatés avec les anomalies chez les êtres humains

Dans la première expérience, des embryons de Xenopus laevis (le crapaud africain à griffes, qui est en fait une grenouille) ont été incubés avec des hautes dilutions d’un herbicide commercial à base de glyphosate (‘Roundup Classic’, de Monsanto). Les embryons ont été exposés à partir du stade 2-cellules avec de l’herbicide dilué 3.000, 4.000 et 5.000 fois (le plus dilué équivalent à 430 mM de glyphosate).

Ils ont trouvé des embryons fortement anormaux dans les zones de la tête et du système nerveux central, et un raccourcissement de l’axe postérieur-antérieur, même à la plus haute dilution. Ces embryons anormaux conduisent à des déformations au niveau des cartilages de la tête au stade de têtard.

La deuxième expérience a révélé que les anomalies étaient dues à l’herbicide glyphosate, plutôt qu’aux adjuvants qui se trouvent dans la formulation ‘Roundup’. Après avoir reçu une injection de glyphosate pur, les embryons de jeunes grenouilles ont développé des défauts très similaires. L’injection de glyphosate dans une cellule au stade de deux cellules de la deuxième expérience, a montré que les effets ont été limités à la seule cellule injectée, les cellules non injectées ont servi de témoin.

Les chercheurs ont ensuite traité des embryons de poulet avec des herbicides à base de glyphosate et ils ont constaté des défauts semblables. Il y avait une perte progressive de la morphologie de la tête, y compris à l’emplacement des futurs yeux et les embryons ont manifesté une microcéphalie (petite tête).

Les dommages embryonnaires remontent à une suractivation de l’acide rétinoïque et à l’expression des gènes qui jouent un rôle clé dans le développement

Pour cerner l’effet du glyphosate par la suite, une analyse d’un gène rapporteur a été réalisée : elle a révélé que le traitement au glyphosate a augmenté l’activité de l’acide rétinoïque (RA) dans les embryons de grenouille.

L’acide rétinoïque est une forme oxydée de la vitamine A, bien connue pour avoir un rôle important dans la détermination de l’axe antérieur et postérieur dans le développement embryonnaire. C’est pourquoi la prise excessive de vitamine A durant la grossesse est déconseillée, car elle peut causer des malformations congénitales.

Alors que le glyphosate provoque des malformations par une activité excessive de l’acide rétinoïde, l’antagoniste de ce dernier (Ro 41-5253) permet de récupérer (et empêche) l’effet tératogène du glyphosate.

Une étude précédente avait indiqué que les femmes exposées pendant la grossesse à des herbicides, pouvaient donner naissance à des enfants atteints de malformations congénitales, y compris des malformations au niveau du crâne : une microcéphalie (petite tête), une anencéphalie (pas de tête), ainsi que des déformations du squellette de la tête [7].

L’augmentation de l’activité de l’acide rétinoïque (RA), causée par les herbicides à base de glyphosate, est également compatible avec la diminution de l’expression de plusieurs gènes dans les embryons anormaux : ‘Sonic hedgehog (Shh)’, un gène de signalisation de la ligne médiane dorsale embryonnaire et le gène otx2.
Chez les êtres humains, la carence du gène shh est associée à un syndrome holoprosencéphalie (échec du développement du cerveau antérieur en deux lobes), avec une fréquence de 1 / 250 grossesses et de 1 / 10.000 naissances vivantes. Un défaut du gène de signalisation Shh est associé à des anomalies de la tête et de la face chez la souris, le poisson zèbre et le poussin.

Un excès de l’acide rétinoïque (RA), est également connu pour réguler une diminution de l’expression du gène Otx2, chez les embryons du batracien Xenopus, de poulet et de souris. Le gène Otx2 est, à son tour, nécessaire pour l’expression du gène shh dans le mésencéphale ventral.

Tous les éléments de preuve indiquent le rôle de l’acide rétinoïque sur les gènes de signalisation otx2 et shh ; ces derniers font partie d’une cascade génétique essentielle pour le développement du cerveau et du squelette cranio-facial. Le glyphosate inhibe l’expression antérieure du gène shh, réduit le domaine du gène otx2 , empêche la subdivision du champ des yeux, et entrave le développement cranio-facial.

Il a été réalisé des doses sublétales de l’herbicide (430 mM) de glyphosate dans une dilution le 1 / 5.000 de cet herbicide à base de glyphosate et des injections conduisant à une concentration finale de 8 à 12 mM de glyphosate sur le côté où fut faite l’injection : ces doses ont été suffisantes pour provoquer des troubles graves dans l’expression des gènes otx2 et shh, ainsi que d’autres gènes. Ces phénotypes moléculaires ont été corrélés avec une perturbation des mécanismes du développement qui implique la crête neurale, la formation embryonnaire de la ligne médiane dorsale et la structuration morphologique de la tête.

La mort et la destruction par des empoisonnements multiples

Alors, comment le glyphosate augmente-il l’activité de l’acide rétinoïque (RA) chez l’embryon, pour agir en série sur l’expression de certains gènes et en provoquant les anomalies du développement qui en résultent ?

L’activité de l’acide rétinoïque (RA) est régulée par la dégradation de ce composé par les enzymes CYP26, des enzymes qui appartiennent à la famille du cytochrome P450 (le même que l’aromatase, qui inhibe le glyphosate). Il est donc ainsi possible que le glyphosate augmente l’activité de l’acide rétinoïque RA en inhibant l’enzyme qui dégrade qui la dégrade.

En fait, le glyphosate est un chélateur très commun et généralisé, agissant comme liant des ions métalliques, et qui se traduit par des effets systémiques sur de nombreux enzymes clés qui dépendent des ions multivalents (voir [8]Glyphosate Tolerant Crops Bring Diseases and Death , SiS 47).

Comme les cytochromes contenant du fer sont des enzymes basés sur la structure de la molécule du hème, il ne serait pas surprenant que le glyphosate inhibe la dégradation de l’acide rétinoïque (RA), par une liaison entre l’hème et le fer.

Ce qui apparaît clairement, c’est que le glyphosate peut empoisonner les cultures, les sols, la faune et la vie sauvage, le bétail dans les élevages, les êtres humains et l’écosystème tout entier, de multiples façons et de manière systémique … et qu’une interdiction mondiale du glyphosate est attendue depuis longtemps.

© 1999-2010 The Institute of Science in Society
Contact the Institute of Science in Society www.i-sis.org.uk/

Définitions et compléments en français :

Fichier PDF à demander à yonne.lautre@laposte.net en spécifiant le titre de l’article (service bénévole et gratuit)

Traduction, définitions et compléments :


Jacques Hallard, Ing. CNAM, consultant indépendant.
Relecture et corrections : Christiane Hallard-Lauffenburger, professeur des écoles
honoraire.
Adresse : 19 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France
Courriel : jacques.hallard921@orange.fr
Fichier : ISIS OGM Santé Lab Study Establishes Glyphosate Link to Birth Defects French version.1


[1Groundbreaking study shows Roundup link to birth defects, 16 September, 2010, http://www.gmwatch.org/index.php?option=com_content&view=article&id=12491

[2Ho MW. Glyphosate herbicide could cause birth defects. Science in Society 43, 36, 2009.

[3Chaco government report confirms link between glyphosate/agrochemicals and cancer/birth defects in Argentina
http://www.gmwatch.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=12481:reports-official-report-confirms-correlation

[4Ho MW. Ban glyphosate herbicides now. Scientists confirm potent hormone disrupting effects. Science in Society 43, 34-35, 2009.

[5Ho MW. Scientists reveal glyphosate poisons crops & soil, GM meltdown continues. Science in Society 47, 10-11, 2010.

[6Ho MW. GM crops facing meltdown in the USA. Science in Society 46, 24-27, 2010.

[7Benitez LS, Macchi MA and Acosta M. Malformaciones Congénitas associadas a agrotóxicos. Arch Pediatr Drug 2009, 80, 237-47.

[8Ho MW and Cherry B. Glyphosate tolerant crops bring diseases and death. Science in Society 47, 12-15, 2010.