ISIAS

"Troubles de la reproduction masculine, états pathologiques et coûts de l’exposition à des produits chimiques perturbateurs endocriniens dans l’Union européenne."

Traduction et compléments de Jacques Hallard
jeudi 4 août 2016 par isias


ISIAS Santé

Troubles de la reproduction masculine, états pathologiques et coûts de l’exposition à des produits chimiques perturbateurs endocriniens dans l’Union européenne.

Titre de l’article original : « Male reproductive disorders, diseases, and costs of exposure to endocrine-disrupting chemicals in the European Union ». Auteurs : Hauser R1, Skakkebaek NE, Hass U, Toppari J, Juul A, Andersson AM, Kortenkamp A, Heindel JJ, Trasande L. – Référence J Clin Endocrinol Metab. 2015 Apr ;100(4):1267-77. doi : 10.1210/jc.2014-4325. Epub 2015 Mar 5. Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25742517

Résumé

INTRODUCTION :

Des preuves croissantes suggèrent que les produits chimiques perturbateurs du système endocrinien contribuent aux maladies et aux troubles de la reproduction masculine.

[Voir aussi l’étude « Reproduction humaine et environnement » à l’annexe 2].

OBJECTIF

Estimation de l’incidence ou prévalence d’une sélection de maladies et de troubles de la reproduction masculine, ainsi que les coûts économiques associés qui peuvent être raisonnablement attribués à des expositions spécifiques à des perturbateurs endocriniens dans l’Union européenne (UE).

METHODES :

Un groupe d’experts, semblable au Groupe intergouvernemental d’experts sur les changements climatiques, a évalué l‘évidence de la probabilité du lien de causalité à l’aide d’une caractérisation du poids de la preuve.

Les relations entre les expositions et les réponses biologiques, ainsi que les niveaux de référence des produits chimiques, ont été évalués ; les données des bio-marqueurs ont été organisées à partir d’études soigneusement identifiées dans la littérature examinée au préalable par des pairs, afin de représenter les expositions européennes et la charge approximative des pathologies telles qu’elles ont eu lieu en 2010.

Les estimations des coûts, engendrés par les maladies concernées, ont fait appel à de multiples sources revues et validées par des pairs.

RÉSULTATS :

Le groupe d’experts a identifié peu de preuves épidémiologiques et de fortes et solides preuves toxicologiques pour l’infertilité masculine, attribuable à l’exposition aux phtalates, avec une probabilité de 40-69%, de causer 618.000 procédures technologiques supplémentaires de reproduction médicalement assistée, ce qui coûte 4,71 milliards d’ € par an.

Les faibles données épidémiologiques et les fortes preuves toxicologiques ont également été identifiées pour la cryptorchidie, en raison de l’exposition prénatale aux éthers diphényliques polybromés, ce qui entraîne, avec une probabilité 40-69%, de la manifestation de 4.615 cas de cryptorchidie ; il en résulte un coût de 130 millions d’€ (analyse de sensibilité de 117 à 130 millions d’€.

Une beaucoup plus modeste probabilité de causalité (0 à 19%) pour le cancer des testicules par des expositions aux éthers diphényliques polybromés, a été identifiée en raison de la très faible preuve épidémiologique et de faibles preuves toxicologiques, avec 6.830 cas potentiels par an et des coûts estimés à 848 millions d’€ par an (analyse de sensibilité de 313 à 848 millions d’€.

Le groupe d’experts a attribué 40-69% de probabilité pour de faibles concentrations de testostérone T [Voir annexe 1] chez des hommes de 55 à 64 ans en raison de l’exposition aux phtalates, avec 24.800 décès qui sont liés chaque année et une perte de productivité économique estimée à 7,96 milliards d’€.

CONCLUSIONS :

Les produits chimiques agissant comme perturbateurs endocriniens peuvent apporter une contribution substantielle et importante à des troubles et des maladies de la reproduction masculine, avec près de 15 milliards d’euros de coûts annuels associés dans l’Union Européenne.

Ces estimations ne représentent que quelques perturbateurs endocriniens pour lesquels il y avait des études épidémiologiques suffisantes et pour ceux qui ont la plus forte probabilité de causalité.

Ces coûts de santé publique sont des charges devraient être considérées alors que l’Union Européenne envisage d’instaurer des mesures réglementaires sur les substances qui agissent comme perturbateurs endocriniens.

nih_logo_transparent

Full text links Icon for Atypon Icon for PubMed Central

Retour au début du document

Annexe 1

Testostérone

La testostérone est une hormone stéroïdienne, du groupe des androgènes. Chez les mammifères, la testostérone est sécrétée essentiellement par les gonades, c’est-à-dire les testicules des mâles et les ovaires des femelles, à un degré moindre ; en plus faibles quantités, les glandes surrénales et quelques autres tissus produisent également de la testostérone. C’est la principale hormone sexuelle mâle et le stéroïde anabolisant « originel ». Chez l’humain, la testostérone joue un rôle clé dans la santé et le bien-être, en particulier dans le fonctionnement sexuel. Entre autres exemples, ces effets peuvent être une libido plus importante, une énergie accrue, une augmentation de la production de cellules sanguines et une protection contre l’ostéoporose. Étant un des principaux androgènes, la testostérone est nécessaire à un bon développement sexuel chez le mâle. Dans les cas typiques, le corps d’un homme adulte produit en moyenne sept à huit fois plus de testostérone4 que celui d’une femme. Cependant, à l’échelle d’une population, les gammes de concentration pour les hommes et les femmes sont extrêmement étendues, de telle sorte qu’elles se chevauchent pour les valeurs basses (homme) et hautes (femme), respectivement. D’autre part, il semble que les femmes sont de certains points de vue plus sensibles à cette hormone5[réf. insuffisante].

Article complet sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Testost%C3%A9rone


Annexe 2

Reproduction humaine et environnementDocument Institut National de Veille Sanitaire INVS - Publié le 11/12/2013

Les troubles de la reproduction humaine sont très divers et le concept de santé reproductive s’impose peu à peu pour rendre compte de la diversité de ces troubles.

Si la santé reproductive inclut les questions de fertilité, elle recouvre également, selon l’OMS, de façon plus large, les processus, fonctions et systèmes reproductifs à tous les stades de la vie. Cette notion englobe notamment les pathologies des organes reproductifs dont les cancers, les malformations urogénitales, des caractéristiques biologiques (niveau des hormones reproductives) et les effets reproductifs transgénérationnels.

On sait aujourd’hui que des expositions environnementales à faibles doses peuvent avoir des effets biologiques particulièrement importants à certaines étapes de la vie, par exemple lorsque l’organisme ou les cellules d’un organe se développent rapidement : vie embryonnaire et fœtale, petite enfance, puberté notamment. Selon le concept de l’origine développementale de la santé et des maladies (en anglais ’DoHAD’ ou Developmental Origin of Health and Diseases), un retentissement sur la santé est alors possible à court terme mais aussi, de façon différée, à l’âge adulte.

Dans le cas de la reproduction humaine, l’exposition précoce à faibles doses aux perturbateurs endocriniens, substances chimiques qui interfèrent avec le fonctionnement des glandes endocrines, est suspectée de perturber le développement des organes génitaux masculins. Un retentissement sur la reproduction féminine est également suspecté.

L’exposition aux perturbateurs endocriniens est notamment suspectée de concourir au syndrome de dysgénésie testiculaire. Ce syndrome associe, à différents degrés, trois composantes : les malformations urogénitales du petit garçon, le cancer du testicule et une baisse de la qualité du sperme chez l’homme.

Ce dossier présente les travaux de l’InVS ciblés sur les troubles de la reproduction humaine, masculine et féminine, ainsi que les perspectives en termes de surveillance.

Sommaire du dossier

  • Point sur les connaissances
    Quels liens entre la santé reproductive et l’environnement ? Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ? Que sait-on de l’imprégnation de la population ? Fertilité humaine

Bibliographie

  • Dispositifs de surveillance pérennes
    Base de données médico-administrative des hospitalisations (PMSI) / Base de données Fivnat et registre de l’assistance médicale à la procréation
  • Publications  ; Rapports / Articles / Communications en congrès
  • Liens  ; Pages internet d’institutions et sites de nos partenaires
    Voir aussi
  • Biosurveillance. Dossier.
  • Cohorte Elfe. Dossier.
    5-6 décembre 2013 : Workshop international sur les troubles de la reproduction humaine et les perturbateurs endocriniens, InVS
  • En savoir plus
    Présentation vidéo : Le déclin de la qualité du sperme en France : constats, hypothèses et perspectives. Séance plénière. JInVS 2013.

présentation vidéo de Joëlle Le Moal Voir la vidéo

English version : Human Reproduction and environment

InVS © 2011 Emplois | Marchés publics | Contacts | Plan du site | Listes de diffusion | Liens | Mentions légales | Cookies | Portail documentaire

Source : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Environnement-et-sante/Reproduction-humaine-et-environnement

Voir également l’article : ’Contribution à la connaissance de l’effet cocktail des perturbateurs endocriniens’ par Jacques Hallard, dimanche 13 septembre 2015 par Hallard Jacques

ISIAS Toxicologie Santé - Quand, en chimie biologique, un et un font plus que deux avec une mise en synergie. Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM – Site ISIAS – 11/09/2015

Sommaire

Qu’est-ce que l’effet cocktail ?
Pour entrer dans ce sujet avec une visée pédagogique, nous faisons appel à Wikipédia, d’une part, et à un document officiel du gouvernement français, d’autre part.

L’effet cocktail est introduit ainsi par Wikipédia, dans un article intitulé ‘Synergie’

« La synergie est un type de phénomène par lequel plusieurs facteurs agissant en commun ensemble créent un effet global ; un effet synergique distinct de tout ce qui aurait pu se produire s’ils avaient opéré isolément, que ce soit chacun de son côté ou tous réunis mais œuvrant indépendamment. Il y a donc l’idée d’une coopération créative ».

« Le terme possède ainsi couramment une connoté positive, et il est utilisé pour désigner un résultat plus favorable lorsque plusieurs éléments d’un système ou d’une organisation agissent de concert. Plus prosaïquement, il y a synergie positive quand « le résultat d’une action commune est créateur ou autrement meilleur que la somme attendue des résultats individuels des parties ». Ceci est résumé très simplement par l’aphorisme un et un font trois. L’appréciation d’une synergie peut néanmoins être fortement conditionnée par le point de vue particulier (et donc potentiellement partial) de celui qui s’exprime ».

Pour lire la totalité de cette étude, se reporter au site suivant : http://www.isias.lautre.net/spip.php?article407&amp ;lang=fr

Voir aussi, dans la même série, notre article intitulé ’Déficiences neurocomportementales, différentes pathologies et coûts associés à des expositions à des produits chimiques perturbateurs endocriniens dans l’Union Européenne.’. Traduction et compléments de Jacques Hallard, mardi 2 août 2016 par isias , en particulier les annexes q
ui traitent du sujet.

Retour au début de cet article

Traduction, annexes sur la testostérone et la reproduction humaine, avec intégration de liens hypertextes  :

Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 04hhuu/08/2016

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Troubles de la reproduction masculine, états pathologiques et coûts de l’exposition à des produits chimiques perturbateurs endocriniens .2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 121 / 298987

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License