ISIAS

Une mauvaise alimentation pendant la grossesse pourrait être liée avec le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Traduction et compléments de Jacques Hallard
dimanche 25 septembre 2016 par isias


ISIAS Santé Epigénétique

Une mauvaise alimentation pendant la grossesse pourrait être liée avec le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité
L’article d’origine est intitulé « Unhealthy diet during pregnancy could be linked to ADHD  » ; il a été posté sous l’égide du ‘King’s College Londonhttp://www.kcl.ac.uk/index.aspx » le 18/08/2016 et il est accessible sur ce site : http://www.kcl.ac.uk/ioppn/news/records/2016/August/Unhealthy-diet-during-pregnancy-could-be-linked-to-ADHD.aspx

Une nouvelle recherche, conduite par des scientifiques du King’s College de Londres et l’Université de Bristol, a découvert qu’un régime à haute teneur en matières grasses, et riche en sucre, pendant la grossesse, peut être lié à des symptômes du TDAH * chez les enfants qui présentent, tôt dans leur vie, des problèmes de comportement.

[* Selon Wikipédia, « Le trouble du déficit de l’attention (TDA ; en anglais : attention-deficit disorder, ADD) est un trouble neurobiologique caractérisé par des difficultés de concentration. On l’appelle trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH ou TDA/H ; en anglais : attention-deficit hyperactivity disorder, ADHD) lorsqu’il s’accompagne d’hyperactivité ou d’impulsivité. Il existe des troubles mixtes, des troubles avec impulsivité-instabilité dominante, des troubles avec inattention dominante. D’après le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), le TDA/H n’est pas identifié comme un trouble du comportement mais entretient des liens étroits avec le trouble d’opposition avec provocation TOP ou de conduite. L’enfant qui a un TDA/H a des comportements qui nécessitent une plus grande cohérence et une plus grande constance de la part des adultes autour de lui. L’enfant est protégé de l’apparition d’un trouble de comportement par le dépistage précoce, la prise de conscience par ses parents de ses besoins éducatifs propres, des aménagements scolaires appropriés, une prise en charge éducative, rééducative, thérapeutique et pédagogique coordonnée… » Article complet à lire sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_du_d%C3%A9ficit_de_l%27attention_avec_ou_sans_hyperactivit%C3%A9

Publié aujourd’hui dans The Journal of Child Psychology and Psychiatry, cette étude est la première à indiquer que les changements épigénétiques évidents à la naissance peuvent expliquer le lien entre une mauvaise alimentation, des problèmes de comportement et les symptômes du trouble du déficit de l’attention TDAH.

Au début, l’apparition des problèmes de comportement (par exemple le mensonge, les combats) et du déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH), sont les principales causes de la manifestation des symptômes de santé mentale au Royaume-Uni. Ces deux troubles ont tendance à se produire en tandem (plus de 40 pour cent des enfants ayant un diagnostic de trouble de la conduite ont également un diagnostic de TDAH) et ils peuvent également faire remonter à des expériences prénatales vécues très similaires, telles que la détresse maternelle ou une mauvaise nutrition.

Dans cette nouvelle étude, des participants figurant sur la base de données de Bristol, des enfants d’une cohorte des années 90, 83 enfants présentant une apparition précoce des problèmes de comportement, ont été comparés avec 81 enfants qui avaient de faibles niveaux de problèmes de comportement.

Les chercheurs ont évalué la façon dont la nutrition des mères pouvait engendrer des changements épigénétiques (par une méthylation de l’ADN) du gène IGF2 qui est impliqué dans le développement du fœtus et dans le développement du cerveau, au niveau des zones qui sont concernées dans les cas de TDAH : le cervelet et l’hippocampe. Notamment, la méthylation de l’ADN du gène IGF2 avait déjà été constatée chez les enfants de mères qui avaient été exposées à la famine aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les chercheurs des deux établissements (King et Bristol) ont constaté qu’une mauvaise nutrition prénatale, comprenant des régimes avec des aliments riches en graisses et en sucre, provenant d’aliments transformés et de confiserie, était associée à davantage de méthylation du gène IGF2 chez les enfants qui présentent les premiers problèmes de comportement ….

Une plus forte méthylation du gène IGF2 a également été associée à des symptômes de TDAH plus élevé chez les enfants entre les âges de 7 et 13 ans, mais seulement chez les enfants qui ont montré un début précoce de problèmes de comportement.

Le Dr. Edward Barker du ‘King’s College’ de Londres a déclaré : « Notre conclusion est qu’une mauvaise nutrition prénatale était associée à plus de méthylation du gène IGF2 : ceci met en évidence l’importance cruciale d’une alimentation saine pendant la grossesse ». [On peut utilement consulter les sites suivants : http://www.neufmois.fr/ma-grossesse/472-nutrition-enceinte-6-principes-cles-pour-une-alimentation-equilibree-pendant-la-grossesse et http://home.naturopathe.over-blog.com/article-la-bonne-alimentation-pendant-la-grossesse-98950857.html ].

Ces résultats suggèrent que la promotion d’une alimentation prénatale saine peut conduire à des symptômes du TDAH et à des problèmes de comportement finalement plus faibles chez les enfants. Ceci est encourageant, étant donné que les facteurs de risque nutritionnels et épigénétiques peuvent être modifiés.

Le Dr. Barker a ajouté : « Nous devons maintenant examiner les types plus spécifiques de la nutrition. Par exemple, les types de matières grasses telles que les acides gras oméga-3, les poissons, les noix et les volailles, qui sont extrêmement importants pour le développement neural ».

« Nous savons déjà que les suppléments nutritionnels administrés aux enfants peuvent conduire à des symptômes de TDAH et des problèmes de comportement plus réduits. Il sera donc important, pour les recherches futures, d’examiner le rôle des changements épigénétiques dans ce processus ».

Cette recherche a été financée par l’Institut national de l’enfant et du développement humain.

Information sur l’article d’origine

Référence de la publication : Barker, Edward et al (2016) Prenatal unhealthy diet, insulin-like growth factor 2 gene (IGF2) methylation, and attention deficit hyperactivity disorder symptoms in youth with early onset conduct problems The Journal of Child Psychology and Psychiatry

Notes aux rédacteurs
Pour toute information complémentaire > For further media information please contact Jack Stonebridge, Press Officer, Institute of Psychiatry, Psychology & Neuroscience, King’s College London jack.stonebridge@kcl.ac.uk/ 07718697176.

Afficher l’image d’origine

Retour au début de l’article traduit

Annexe - Autre article en français sur ce sujet :

Grossesse : le régime alimentaire peut entraîner une hyperactivité de l’enfant par Ambre Amias - Publié le 20.08.2016 à 12h02 par ‘pourquoidocteur.fr’.

Les enfants exposés in utero à un régime alimentaire gras et sucré ont plus de risques d’être hyperactifs, selon une étude britannique. ‘Junk-food’ et grossesse ne devraient jamais aller de pair : il en va de la santé du bébé à naître. Les enfants exposés in utero à une alimentation grasse et sucrée sont plus à risque d’hyperactivité, selon une étude du King’s College of London, publiée dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 83 enfants qui présentaient des troubles précoces du comportement ou des troubles hyperactifs, et 81 enfants dits « sans histoire ». En remontant l’historique des régimes alimentaires de leurs mères pendant la grossesse, ils ont constaté que les enfants les plus à risque avaient été exposés in utero à un régime type ‘junk food’ comprenant des produits industriels, transformés, gras et sucrés.

Modification du gène

En cause : des modifications génétiques liées à ce régime alimentaire, qui perturberait l’expression d’un gène, le IGF2 (impliqué dans le développement fœtal dont le celui de certaines zones du cerveau associées à l’hyperactivité). Cette modification de l’ADN a d’ailleurs été retrouvée chez les enfants dont les mères ont souffert de famine aux Pays-Bas pendant la seconde guerre mondiale, précisent les auteurs.

Cette étude permet aux scientifiques de souligner le rôle clé d’un régime alimentaire sain et équilibré pendant la grossesse pour la santé mentale de l’enfant. Pour investiguer ce champ scientifique, les auteurs évoquent la possibilité de réaliser des études sur le rôle précis de certaines graisses sur le cerveau des enfants. Les oméga 3 contenus dans les poissons gras et les oléagineux ont par exemple un effet protecteur sur le développement des neurones.

« Des compléments nutritionnels ont fait leur preuve pour diminuer les troubles du comportement chez ses enfants, il serait donc très important d’explorer à l’avenir les modifications génétiques occasionnées dans ce contexte », concluent les chercheurs.

LIENS SUR LE MÊME THÈME

L’obésité pendant la grossesse fait courir plusieurs risques à l’enfant

Grossesse : manger trop de pommes de terre accroît le risque de diabète

Source : http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/17167-Grossesse-le-regime-alimentaire-peut-entrainer-une-hyperactivite-de-l-enfant

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […], annexe et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 16/09/
2016

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Epigénétique Unhealthy diet during pregnancy could be linked to ADHD French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 179 / 325911

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License