Accueil > Pour en savoir plus > Climat > "Un sommet ‘G20’ (moins 1 !) au chevet de la Planète : difficile mission pour (...)

"Un sommet ‘G20’ (moins 1 !) au chevet de la Planète : difficile mission pour tenter de respecter l’objectif de l’Accord de Paris d’une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2°C d’ici la fin du 21ème siècle" par Jacques Hallard

jeudi 13 juillet 2017, par Hallard Jacques


ISIAS Climat Politique
Un sommet ‘G20’ (moins 1 !) au chevet de la Planète : difficile mission pour tenter de respecter l’objectif de l’Accord de Paris d’une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2°C d’ici la fin du 21ème siècle
Jacques HALLARD, Ing. CNAM – Site ISIAS – 12/07/2017


Introduction

Le ‘Groupe des 20’ ou G20, rassemble périodiquement des représentants de 19 pays plus ceux de ‘Union Européenne, qui se caractérisent comme étant parmi les plus riches économiquement de la Planète : 90% du produit mondial brut et 85% des échanges commerciaux internationaux ; en outre, ces pays hébergent tous ensemble environ les deux tiers de la population mondiale, qui est estimée à 7,5 milliards d’habitants environ.

Ces rencontres intermittentes de dirigeants internationaux du G20 portent tour-à-tour sur des sujets financiers, sociaux et de gouvernance proprement dite, comme la réunion qui vient de se tenir à Hambourg dans le nord de l’Allemagne du 2 au 9 juillet 2017 et qui était consacrée au commerce international et au climat, avec les grands enjeux du réchauffement planétaire et des dérèglements climatiques.

Le présent dossier rassemble une sélection de documents traitant de cet évènement en marge duquel s‘était préparée une organisation sociale contestataire sur place dans la ville - mais aussi état - ou Land de Hambourg en Allemagne, ainsi que des manifestations de rues, encouragées par des autorités, par exemple dans la ville de Montréal au Québec.

Le G20 de Hambourg, qui s’est accompagné de fortes violences de rues, [Voir G20 : Hambourg, ville en état de siège ? Par France 2 – France Télévisions - Mis à jour le 07/07/2017 | 22:44 – publié le 07/07/2017 | 22:44], a surtout consisté à prendre acte de la décision du Président des Etats-Unis de retirer son grand pays de l’Accord de Paris sur le climat, mais il a également permis de souligner la nécessaire collaboration entre les pays membres, dans le but de mettre en œuvre tous les moyens pour réduire le plus rapidement possible les émissions de gaz à effet de serre grâce à des innovations techniques et organisationnelles appropriées, ainsi que par des mesures à prendre à différents niveaux dans les territoires et dans la société civile, au moins lorsque la culture politique dominante qui s’y exerce, les rendent réalisables.

Les articles choisis dans un but didactique et qui sont présentés dans le#ZUSAMMENFASSUNGsommaire ci-dessous, apportent, de la part de leurs auteurs, diverses approches des faits, commentaires, appréciations et critiques.

A noter deux évènements remarqués et enregistrés à Hambourg lors de ce G20.

Premièrement, selon Marie de Vergès, envoyée spéciale à Hambourg, pour le journal ‘Le Monde, article publié le 8 juillet 2017 à 12h07, en marge du G20, « Ivanka Trump offre au sommet un rare moment de concorde  : La Banque mondiale lance un fonds pour l’entrepreneuriat féminin – [Voir aussi ‘Entrepreneuriat des femmes en France  : « De 2012 à 2016, le nombre global de femmes créatrices d’entreprise est passé de 141.227 à 212.521 »], impulsé par la fille Ivanka du président américain. Le soutien à cette initiative est perçu comme une façon d’établir des contacts avec la Maison Blanche… » Photo.

Deuxièmement, selon la vidéo diffusée notamment par la rédaction de LCI, le président de la République française Emmanuel Macron a annoncé un nouveau sommet sur le climat en décembre, deux ans après les accords de Paris : ce sera le 12 décembre 2017 à Paris.

Cet évènement, prévu dans la capitale française, trouvera sa place peu après la COP23, qui est organisée par les îles Fidji mais qui sera tenue dans la ville allemande de Bonn dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, pour des raisons logistiques : elle doit se tenir du 6 au 17 novembre 2017. Cette rencontre internationale se placera dans le cadre des Conférences des Nations unies sur les changements climatiques ; d’après Wikipédia, « La Conférence de Bonn de 2017 sur le climat (ou COP23), est une conférence sur le réchauffement climatique qui aura lieu à Bonn1 en novembre 2017. Elle est la 23e des conférences annuelles (COP23) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques… » - NB. Cet article concerne des événements prévus ou attendus. Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources. Tout élément d’actualité non encyclopédique est destiné à Wikinews. Cette page a été modifiée pour la dernière fois le 13 juin 2017 à 01:22. Voir sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Bonn_de_2017_sur_les_changements_climatiques - Voir aussi tous les détails d’organisation qui sont postés sur le site officiel de la COP 23 : rhttp://newsroom.unfccc.int/fr/cop23-bonn/

Retour au début de l’introduction


Sommaire

1. Se familiariser avec le G20 (Groupe des vingt) à travers Wikipédia

2. Les défis verts du G20 en six chiffres Par Cathy Lafon 07/07/2017 ‘Ouest-France’

3. G20 Hambourg : contre le spectacle du pouvoir 03/07/2017 Par Jean-marc B. Blog

4. G20 56.000 citoyens appellent les chefs d’État à agir pour le Climat Cabinet du maire Montréal Québec Canada

5. Le G20 entérine l’isolement des Etats-Unis sur le climat Par ‘latribune.fr 06/07/2017

6. Le G20 n’a plus que trois ans pour sauver la planète Par Concepcion Alvarez/Novéthic 06/07/2017

7. Donald Trump obtient un compromis sur le climat et le commerce ‘franceinfo’ avec AFP 08/07/2017

8. Les Etats-Unis autorisés à promouvoir les énergies fossiles au G20 : ’On a sacrifié l’ambition climatique’ selon Greenpeace ‘Franceinfo Radio France’ 09/07/2017

9.VIDÉOEmmanuel Macron annonce un nouveau sommet sur le climat en décembre, deux ans après les accords de Paris - 08 juil 16:50 LCI

Retour au début du sommaire

1.
Se familiariser avec le G20 (Groupe des vingt) à travers Wikipédia

« Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs des banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 19901. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi tenant compte du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays ».

« Le G20 représente 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde)1. Le 15 novembre 2008, pour la première fois de son histoire, les chefs d’État ou de gouvernement se sont réunis. Actuellement, le G20 se décline sous trois formes : les G20 regroupant des chefs d’État et de gouvernement, les G20 finance regroupant les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales et, depuis les 20-21 avril 2010, des G20 sociaux, réunissant les ministres de l’emploi. »

Sommaire

1 Création

2 Pays et organisations membres

3 Présidences et sommets

6 G20 agricole

7 Critiques contre le G20

Retour au sommaire

2.
Climat : les défis verts du G20 en six chiffres – Par Cathy Lafon. Publié le 07/07/2017 à 17h41. Mis à jour le 08/07/2017 – Document ‘Sud-Ouest’ A La Une Environnement S’abonner]- Photo-* Une pancarte à Hambourg au cours d’une manifestation contre le G20, le 2 juillet 2017. John MacDouggall AFP

La question du climat fait partie des priorités du G20 qui s’ouvre en Allemagne. En un clin d’oeil, ce qu’il faut savoir des grands enjeux du réchauffement planétaire

Un mois après leretrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris, l’une des priorités du G20 qui se déroule ces 7 et 8 juillet 2017 à Hambourg, en Allemagne, est d’éviter tout recul de la législation en faveur du climat. Sur ce chapitre, voici le récap’ des principaux enjeux d’un sommet sous haute tension.

2°C

La COP21, la Conférence sur le climat de Paris de décembre 2015, a abouti à un accord historiquesigné par 196 pays et déjà ratifié par 152 d’entre eux (dont certains plutôt en retrait jusqu’ici, comme la Corée du sud), dont l’objectif est de stabiliser le réchauffement climatique, en contenant l’augmentation moyenne de la température sur Terre ’nettement en dessous’ de 2°C d’ici à 2100, par rapport à l’ère préindustrielle (1861–1880).

Un seuil à ne pas dépasser selon les scientifiques, si l’on veut éviter que les conditions de vie sur la planète ne soient bouleversées de façon irréversible pour les êtres humains, les écosystèmes et les économies, alors que les projections actuelles de hausse prévoient au moins +4°C à l’échelle mondiale, si rien n’est fait.

+ 1° C en France et +1,2°C en Aquitaine

La température moyenne en France métropolitaine a déjà augmenté de 1°C en moyenne depuis 1900. La dernière décennie a connu les années les plus chaudes (2014, 12011 et 2015) jamais enregistrées depuis le début des relevés, à la fin du 19° siècle. En première ligne, l’Aquitaine a subi un réchauffement depuis 1850 plus important que la moyenne européenne : + 1,2°C contre + 1°C, selon le rapport piloté par Hervé Le Treuten 2013, ’Prévoir pour agir : la région Aquitaine anticipe le réchauffement climatique’.

75%

Hors Etats-Unis, (14% des émissions mondiales), les vingt pays les plus riches de la planète rassemblés à Hambourg sont responsables de 75% des émissions de gaz à effet de serre provoqués sur Terre par les activités humaines, dont 29% pour la Chine. Leurs représentants devraient afficher au G 20 un front uni face au climatosceptique Donald Trump. En effet, grâce finalement à la décision américaine, le climat, qui avait été le grand oublié du dernier G 20, revient en force sur le devant de la scène en Allemagne. Après la forte mobilisation de ses concitoyens, Trump qui pensait avoir trouvé ’une façon peu coûteuse de remplir ses promesses de campagne’, a peut-être surtout renforcer le volontarisme des autres grands pollueurs de la planète en faveur du climat.

Photo - Pour parvenir à la neutralité carbone, la planète va devoir s’affranchir, entre autres, des centrales au charbon. Crédit photo : Archives AFP

Depuis le 1er juin, l’Union européenne, dont la France et l’Allemagne, la Chine ou encore l’Inde, notamment, ont réaffirmé, en les revoyant parfois à la hausse, leurs ambitions pour contribuer à ’décarboner’ l’économie mondiale, via la préservation des puits de carbone naturels, dont la forêt, la réduction drastique (voire la fin) du recours aux énergies fossiles, la diminution des consommations d’énergie et l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le ’mix énergétique’ de chaque pays.

100 milliards 

La communauté internationale va aussi devoir trouver des compensations financières au retrait des Etats-Unis de l’Accord : l’Oncle Sam va stopper ses contributions à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique. A commencer par l’alimentation du Fonds vertde l’ONU pour le climat prévu dans ce cadre, auquel le pays a déjà versé 1 milliard de dollars, et les 100 milliards de dollars annuels promis aux pays les plus pauvres pour les aider à financer leur transition écologique et à s’adapter aux impacts du changement climatique. 

1.118 

Si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel, une espèce animale sur six est menacéepar le réchauffement climatique, alertaient les scientifiques dans une étude publiée dans la revue américaine ’Science’, en mai 2015.

Photo - L’emblématique ours polaire n’est qu’une des centaines de milliers d’espèces animales menacées d’extinction par le réchauffement planétaire. Crédit photo : AFP

La France et ses ‘outre-mers’ compte au nombre des dix pays qui en hébergent le plus : parmi les milliers d’espèces impactées au niveau mondial par le réchauffement climatique, 1.118 sont présentes sur le territoire français.

0

’Zéro carbone’, c’est l’objectif que vient de se fixer la France pour 2050, dansle plan climat présenté le jeudi 6 juillet 2017 par Nicolas Hulot,le ministre de la Transition écologique et solidaire. L’Hexagone qui ambitionne de prendre part au leadership mondial dans la lutte contre le réchauffement climatique, est le troisième pays au monde à se fixer cette neutralité carbone en 2050, après les Pays-Bas et la Suède. Le pays va au-delà du cap de 75% de réduction des émissions de gaz à effet de serre tricolores, fixé par laloi de transition énergétique de 2015, et de celui de l’Accord de Paris qui prévoit d’atteindre cette neutralité carbone ’au cours de la deuxième moitié du siècle’.

Photo - L’essor des énergies renouvelables contribue à réduire les émissions de CO2. Crédit photo : Archives AFP

La neutralité carbone ne signifie pas que la France aura cessé toute émission de CO2 en 2050, mais elle implique que le niveau des émissions de gaz à effet de serre ne soit pas plus élevé que les émissions absorbées par les puits de carbone (sols, forêts, océans…). Bref, que l’Hexagone compensera tout ce qu’il en reste. Ce nouvel objectif est plus ambitieux que les projets initiaux qui visaient jusqu’ici à diviser par quatre les émissions françaises entre 1990 et 2050, avec une baisse de 40% en 2030.

16,2% 

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut limiter le réchauffement climatique sur Terre, à condition de prendre les mesures qui s’imposent en transformant nos modes de vie et de consommation, comme le propose le plan climat de Nicolas Hulot.

Ainsi, la France, qui se veut exemplaire en la matière, a enregistré une baisse de 16,2% d’émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2014, grâce aux efforts des secteurs industriels, énergétiques, tertiaires et agricoles. 

Sud-Ouest - A propos CGU CGV Mentions Légales Qui sommes-nous ? Contact S’abonner]–

Résultat de recherche d’images pour ’sud ouest logo’

Source : http://www.sudouest.fr/2017/07/08/climat-les-defis-verts-du-g20-en-6-chiffres-3598257-706.php

Retour au sommaire

3.
G20 Hambourg : contre le spectacle du pouvoir - 3 juil. 2017. Par Jean-marc B. Blog : Le blog de Jean-marc B - Diffusé par « Médiapart’ Le Studio Le Club

Il ne vous aura pas échappé que cette année le sommet des 20 gouvernements les plus puissants du monde, autrement dit G20 se déroule à Hambourg. Nous souhaitons ici apporter une contribution à la réflexion sur la pratique des contre-sommets, développer ce qui y est prévu, et pourquoi nous y allons.

02 juillet 2017 - https://mars-infos.org/g20-hambourg...

Contribution à la réflexion sur les contre-sommets à l’approche des journées d’Hambourg.

Contre les contre-sommets

Nous connaissons tous de près ou de loin ce qu’est un contre sommet. Nous sommes nombreux à avoir entendu parler de Gênes et sa violence policière terrible mais aussi son niveau de combativité rarement égalé, ou de Seattle en 1999.
Pour rappel, en 1999 le sommet de l’OMC a été annulé à cause des manifestations et actions directes. Lors du contre sommet se sont cotoyées de nombreuses pratiques de luttes différentes (parfois avec difficulté comme des manifestants « non violents » agressant des participants au black bloc réalisant un acte de sabotage) et un large éventail d’opinions politiques, de subjectivités mais aussi de groupes et d’organisations divers. Si le sommet de l’OMC a pu donner une visibilité très forte à la tactique du black bloc et propulser sur le devant de la scène les mobiliations internationales contre ces sommets spectaculaires, symptomatiques d’une domination sociale au niveau mondial, cela a aussi créé une forme de ritualisation de ces évènements courts. Ritualisation des manifestations ’pacifiques’ ou pacifiées, des espaces de discussion, comme des pratiques émeutières, apparition de leaders et d’une dialectique mais aussi diffusion d’idées anticapitalistes à plus grande échelle et solidarités pratiques concrètes, même temporaires, expériences communes fortes... C’est aussi là qu’est née la dissociation – le fait de se dissocier d’autres pratiques militantes et participer de la séparation du bon grain de l’ivraie – sans pour autant être forcément majoritaire à chaque contre-sommet.
En réaction, les sommets ont aussi été organisés souvent loin des centres-ville, là où se dérouleront quelques combats à grand renfort de lacrymos et d’une police militarisée, voire carrément de l’armée pour empêcher les récalcitrants d’entrer dans la « zone rouge ».
Ajoutez à cela les nombreux policiers infiltrés et un affinage des tactiques répressives à chaque contre sommet, et vous comprendrez bien pourquoi certains refusent d’y aller.
Ce qui s’y joue est aussi un test grandeur nature de procédures exceptionnelles, justifiées souvent par le « risque d’émeutes », ayant pour but d’être la procédure normale à l’avenir.
Pour autant, d’autres éléments nous poussent à y aller et méritent discussion.

Hambourg

Troisième port d’Europe, 26ème port mondial en 2011, le port de Hambourg voit passer chaque année plus de 132 millions de tonnes de marchandises. Il est le neuvième port à conteneurs du monde. 10 000 employés travaillent au port, avec un chiffre d’affaires annuel de 44 millions d’euros. Le port concerne plus de 150 000 emplois directs à Hambourg, la ville comptant 1,77 millions d’habitants. C’est aussi une ville en pleine mutation avec des grands projets coûteux tels la Hafencity, et une gentrification accélérée. Mais c’est aussi une ville atypique, le port reste un bastion syndical fort, comme celui du Havre, et les lecteurs de Maintenant ont en tête une certaine idée du syndicalisme particulier à la configuration sociale des lieux. C’est dans cette ville que s’est développé un ensemble de quartiers atypiques (St Pauli, Sternschanze et karolinviertel), fort de luttes et de résistances, où le mouvement des squats a eu une résonnance particulière. Certes, aujourd’hui beaucoup sont devenus des « house projects » ou squats légalisés. Mais certains lieux maintiennent une radicalité depuis parfois trente ans comme le Rote Flora. Ce dernier a souvent été défendu par les manifestations les plus puissantes d’un black bloc allemand ces dernières années, notamment le 21 décembre 2013, suite à une menace d’expulsion.

Le FC Sankt Pauli n’aime pas le G20

Le club de football joue ici un rôle très particulier, ouvertement antiraciste, voire carrément antifasciste, seul stade au monde où flotte le drapeau LGBTQI, jouant d’un merchandising digne de grands groupes capitalistes, mais lui permettant aussi une indépendance certaine et le financement de nombreuses actions locales, comme un club de réfugiés, le FC Lampedusa, un tournoi de foot antiraciste, des concerts, les billets offerts pour les migrants. Le stade est complet à chaque match, alors que l’équipe est au fin fond de la deuxième division. Nous avons là une expérience de sport populaire et politique, lieu d’exercice et d’organisation de solidarités actives mais aussi de luttes.
Le stade a été prêté pour l’organisation d’une Assemblée Générale internationale de préparation des manifestations contre le sommet. Les supporters ultra ont organisé une manifestation sauvage contre le G20, partie du stade. Cela ne serait pas imaginable dans d’autres endroits du monde. Vous voyez le stade Jean Bouin ou le Parc des Princes utilisés pour organiser la contestation de la Cop 21 ?
Le lieu principal du sommet se situe à quelques centaines de mètres du Millerntorn-stadion, chaudron hautement réputé tant dans les milieux du football que chez les militants antifascistes.

Contre le spectacle du pouvoir : perturbons le sommet !

Il est clair que le contre-sommet peut sembler une comédie se rejouant à chaque sommet. Pour autant, si le sommet se passe sans accroc, quelle serait l’étape suivante ? Un G7 a Exarchia ? Doit-on laisser s’installer tranquillement les « grands de ce monde » dans un endroit si particulier ? Doit-on laisser les solidarités locales subir une telle répression, une telle démonstration de force ? Doit-on laisser des camarades prendre des risques et en subir les conséquences seuls, au risque d’amoindrir la vie sociale et politique locale, d’annihiler les résistances à la gentrification ?

Un blocage du port aurait des répercussions très fortes, tant sur la ville que sur l’économie, à l’échelle européenne autant que mondiale. Et vu le nombre de journalistes présents, elle ne passerait évidemment pas inaperçue. Et quelle propagande par le fait !
Quand bien même, l’oeuvre de propagande fera son pernicieux travail de manière forte, d’autres ailleurs dans le monde pourraient y voir un peu d’espoir. Il y a là peut-être une opportunité tant pour découvrir les réalités d’un quartier à part que pour marquer les esprits, nourrir les révoltes, renouer des solidarités, expérimenter, se dépasser, vivre, exister, aimer, contester, et y donner un écho rare.

Les événements de Seattle en 1999 ont, malgré tout, permis de diffuser la pratique du black bloc et réveiller les velléités révolutionnaires d’autres, à l’autre bout de la planète. Ce n’est pas pour rien que le slogan « tout le monde déteste la police » est maintenant chanté en français dans les cortèges italiens. A l’heure de GAFA (Google Apple, Facebook, Amazon), certaines frontières disparaissent mais d’autres naissent, plus perverses et moins visibles, et une perturbation du spectacle du pouvoir aurait un rententissement certain. Quelles en seraient les conséquences concrètes ? Nul ne peut le prédire.
En effet, une perturbation spectaculaire du sommet relèverait aussi de la société du spectacle. Elle resterait limitée dans le temps et ne serait évidemment pas en mesure, à elle seule, de renverser le capitalisme à l’échelle du monde. Nous ne croyons pas (ou plus) au grand soir, mais plutôt à la multiplication des brèches, à l’expérience et la fabrique du commun, à des apprentissages, des découvertes, des expérimentations et des luttes. Et une telle perturbation, spectaculaire, tout critiquable qu’elle puisse être, est aux yeux de certains d’entre nous, une possibilité, peut-être une brêche plus forte. La pratique du black bloc ne s’est développée en France qu’après le sommet de l’OTAN à Strasbourg en 2009. C’est aussi un moment où les étiquettes « violence » et « non violence » ne sont pas définitives, où une action prévue comme citoyenniste, « pacifiste » peut devenir bien plus radicale, et où une action directe radicale peut se retrouver beaucoup moins radicale que prévue et être finalement efficace.

Ce qui est prévu :

Du 2 au 9 juillet, ce ne sont pas les modes de protestation qui vont manquer. Dès le 2 juillet s’organise une manifestation qui se veut ’pacifiste’ dite ’Protestwelle’ combo d’une manifestation pied avec pour objectif de produire l’effet d’une marée de drapeaux et manifestation en bateau, sur l’eau. Ca sera aussi l’ouverture des différents campements.
Le 4 juillet au soir se déroulera une fête de rue, une rencontre collective, avec pour but de se déplacer et d’être propice à d’autres actions. Les 5 et 6 juillet, les aficionados de Nuit Debout ou de débats, discussions et ateliers auront le choix entre plus de 70 rendez-vous lors du sommet de la solidarité, avec des intervenants de tout type, d’ATTAC à des combattants du Rojava, en passant par des têtes connues comme Yanis Varoufakis. Le 5 juillet au soir, un autre rendez-vous de type ’Reclaim the streets’ est prévu avec comme mot d’ordre ’Nuit, Danse, Manifestation : Tout pour tous’.
Le 6 juillet au soir, une manifestation autonome est appelée depuis le Fischmarkt de St Pauli ’Welcome to Hell’, elle se dirigera vers la zone rouge.
Le 7 juillet, il s’agira de reprendre la ville : blocage du port, de sites polluants, des sites de la zone rouge, manifestation des organisations de jeunesse, performances artistiques, occupations et manifestation révolutionnaire ...
Enfin, le 8 juillet, tout le monde se rejoindra pour la grande manifestation de clôture ’Solidarité sans frontières’ qui se terminera a côté du stade de St Pauli.
Un rendez-vous est prévu le 9 en soutien aux camarades qui auront subi la répression et l’enfermement. Et pendant tout ce temps, d’autres actions auront lieu aux 4 coins de la ville, de très nombreuses activités prendront place dans les campements et les lieux militants.

Ceci est un point de vue, une tribune, une réflexion, mais aussi un appel.

À celles et ceux qui souhaitent découvrir le quartier de St Pauli, à celles et ceux qui ne supportent pas l’idée qu’Erdogan, Trump, Poutine, Merkel et Macron se rencontrent dans un tel endroit, à celles et ceux qui veulent faire barrage contre ce spectacle du pouvoir, à celles et ceux qui pensent que c’est une occasion de faire résonner nos luttes, d’échanger avec d’autres, de découvrir d’autres pratiques de lutte, d’experimenter, à celles et ceux qui ne veulent ni des frontières, ni du capitalisme, ni du gouvernement, à celles et ceux qui pensent que les pratiques de luttes sont complémentaires et que l’action de blocage « non violent » de la zone rouge a besoin d’autant de monde que le blocage du port de Hambourg pour mieux diviser les forces de répression, occuper l’espace, à celles et ceux qui étaient à Francfort ou à Milan en 2015 comme celles et ceux qui n’y étaient pas, à celles et ceux qui étaient dans la rue contre la loi « travaille », à celles et ceux qui vont à la zad et ou au notav comme celles et ceux qui n’y sont jamais allés, à celles et ceux qui s’organisent.

Nous sommes de ceux qui s’organisent. Sabordons le G20 ! Smash G20 !

Calendrier

2 juillet : G20 Protestwelle : Marche, manif en bateau, marée de drapeaux
https://www.g20-protestwelle.de/
5 Juillet : Reclaim The Streets —> Night Dance Demonstration
https://www.allesallen.info/
5-6 Juillet : Sommet des alternatives
http://solidarity-summit.org/
6 Juillet : manifestation anticapitaliste internationale ’G20 - Welcome to Hell’
(Sankt. Pauli Fischmarkt, 19H)
https://g20tohell.blackblogs.org/international-anticapitalist-demonstration/
7 Juillet : Actions directes #HamburgCityStrike -
(Block G20 - Colour The Red Zone BlockG20, Shut down the logistics of capital !, Mass Climate Resishttps://www.g20hamburg.org/tance Action)
http://hamburg-city-strike.org/en/home/
http://www.blockg20.org/
https://shutdown-hamburg.org/?lang=en
http://jugendgegeng20.de/bildungsstreik/ablauf/
7 Juillet : Manifestation révolutionnaire ’ A l’abordage du G20 ’
20h Reeperbahn. Infos : G20 entern
8 Juillet : Manifestation de masse 13 h
http://g20-demo.de/en/start-2/?s=english+2&amp ;search_404=1

Infos :

https://www.facebook.com/sabordonslecapitalisme/
https://www.g20hamburg.org/
http://nog20fr.noblogs.org/
https://nog20be.wordpress.com/
http://g20-entern.org/https://g20tohell.blackblogs.org/
https://antig20berlin.noblogs.org/

Cartes 
 :https://chance-operations.tumblr.com

Où dormir
 :https://g20camp.noblogs.org/ OU https://g20camp.de

À savoir

Comment gérer avec la police en manif et ailleurs (anglais, très complet) : https://enoughisenough14.files.wordpress.com/2017/05/nog20knowyourenemy.pdf
Conseils de la legal team : https://eahh.noblogs.org/post/2008/05/20/commission-denquete-ermittlungsausschuss-ea/
Autres conseils legal team :https://g20ea.blackblogs.org/fr/
Street Medics : https://g20sanis.blackblogs.org/international/

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction. Source : https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/030717/g20-hambourg-contre-le-spectacle-du-pouvoir

Retour au sommaire

4.
G20 : 56.000 citoyens appellent les chefs d’État à agir pour le Climat Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif -  Canada-Québec  Climat 

http://www.mediaterre.org/images/ic...

À l’ouverture du G20, 56.000 citoyens ont décidé de se joindre à M. Denis Coderre et aux autres Maires du C40 pour appeler les chefs d’État à tenir leurs engagements en faveur de la lutte contre le changement climatique.

« Les leaders du G20 doivent plus que jamais placer l’environnement au centre de leurs priorités. Les villes sont les principales concernées parce qu’elles sont à la fois responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre et parce qu’elles sont les mieux placées pour trouver des solutions. Nous devons toutefois travailler ensemble afin lutter contre les changements climatiques. Et pour ce faire, il est indispensable que les chefs d’État se mobilisent à nos côtés pour sauver la planète. Ils ont notamment le privilège de pouvoir réaliser le potentiel de l’Accord de Paris », souligne M. Coderre.

La pétition « Leaders du G20, êtes-vous prêts à sauver notre planète ? » a été lancée par les Maires du C40 il y a une semaine. Depuis, 56 000 citoyens se sont joints à cette démarche sur le site change.org.

« En tant que citoyens et en tant que Maires de nombreuses métropoles mondiales, nous vous exhortons, dirigeants du G20, à tenir vos engagements quant à la lutte contre le dérèglement climatique, l’une des problématiques les plus urgentes au niveau mondial. Il n’y a pas d’alternative, si nous voulons bâtir un avenir rempli d’opportunités, d’optimisme et d’innovation », soulignent les signataires.

« Au vu de la décision des États-Unis de se retirer de l’Accord de Paris, la détermination des 19 autres leaders - lors du prochain sommet du G20 - à sauvegarder le futur de notre planète n’a jamais aussi cruciale », estiment-ils.

Les villes du monde agissent déjà à leur échelle

Partout dans le monde, les autorités locales se mobilisent, en conduisant des actions courageuses visant à lutter contre le changement climatique, travaillant avec les entreprises et les citoyens à travers le monde. C’est notamment le cas des 300 Maires américains qui se sont engagés ces dernières semaines à adopter, honorer et maintenir l’Accord de Paris.

Ces villes, mais aussi des universités et entreprises ont réaffirmé leur ’profond engagement à lutter contre le changement climatique en appliquant l’historique Accord de Paris pour le Climat’ et ont confirmé leur volonté d’atteindre les objectifs climatiques et de s’assurer que les États-Unis maintiennent leur statut de leader dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Tout sur la ville de Montréal d’après Wikipédia

Armoiries

Dernièrement dans la thématique Changement climatique

67 % des Néo-Brunswickois s’opposent à la taxe fédérale sur le carbone

07/07/17 à 19h39 GMT

Forum Afrique carbone : les Africains doivent travailler plus étroitement ensemble !

07/07/17 à 14h02 GMT

Des experts du monde entier font le point sur l’élévation future du niveau de la mer et ses conséquences

07/07/17 à 08h53 GMT

L’Institut africain de développement économique et de planification organise un dialogue sur ’ Genre et changements climatiques en Afrique ’

07/07/17 à 07h43 GMT

G20 : 56 000 citoyens appellent les chefs d’État à agir pour le Climat

06/07/17 à 21h35 GMT

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0

http://www.mediaterre.org/images/OIF.png

http://www.mediaterre.org/images/lo...

Accueil Poster une dépêche Calendrier Archives Accueil A propos Soutenir le projet

Source : http://www.mediaterre.org/actu,20170706213509,16.html

Retour au sommaire

5.
Le G20 entérine l’isolement des Etats-Unis sur le climat

Par ‘latribune.fr ‘ (Avec Reuters) - 06/07/2017, 9:20 Photo - Comme souvent, avant les grands rassemblements de chefs d’Etats, des manifestations se déroulent cette semaine à Hambourg. (Crédits : REUTERS/Wolfgang Rattay) ’Nous prenons note de la décision des Etats-Unis d’Amérique de se retirer de l’accord de Paris’, peut-on lire dans le projet de résolution du G20.

Le futur, rien que le futur. Le projet de résolution du G20 qui se tient vendredi et samedi à Hambourg prend acte de la décision des Etats-Unis de se retirer des accords de Paris sur le climat mais insiste sur la nécessaire collaboration entre les pays membres afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre via l’innovation technique. Daté du 3 juillet, le texte entérine clairement la scission entre d’une part les Etats-Unis et d’autre part les 19 autres pays du groupe sur cette question du climat.

Lire aussi : Accord de Paris : le retrait des États-Unis est-il si dramatique ?

L’accord de Paris, signé en décembre 2015 et dont la mise en oeuvre prendra plusieurs années, prévoit que pays riches et pauvres s’engagent à limiter leurs émissions d’énergies fossiles. ’Nous prenons note de la décision des Etats-Unis d’Amérique de se retirer de l’accord de Paris’, peut-on lire dans le projet de communiqué dont Reuters a pris connaissance. Une source au sein du G20 a confirmé la formulation.

Un accord ’irréversible’

’Les Etats-Unis affirment leur ferme engagement dans une approche globale qui réduit les émissions tout en soutenant la croissance économique et en améliorant les besoins de sécurité énergétique’, poursuit le texte.

Donald Trump, qui a déclaré à plusieurs reprises que le réchauffement climatique était un canular, a indiqué le mois dernier que son administration allait entamer des négociations, soit pour revenir dans l’accord de Paris, soit pour avoir un nouvel accord ’dont les termes seront justes pour les Etats-Unis, ses entreprises, ses ouvriers, son peuple et ses contribuables’. Les autres dirigeants du G20 considèrent que l’accord de Paris est ’irréversible’, précisé le projet de communiqué.

Lire aussi : Sortie de l’Accord de Paris : Trump ou la politique du coup d’éclat

Un diplomate européen a expliqué que l’UE ne souhaitait pas une discussion en parallèle sur le climat et que seul l’accord de Paris pouvait servir de cadre au dialogue. ’Si les Américains veulent renégocier, nous nous assoirons certaines à la table’, a-t-il dit.

Source : http://www.latribune.fr/economie/international/le-g20-enterine-l-isolement-des-etats-unis-sur-le-climat-743004.html

Retour au sommaire

6.
Le G20 n’a plus que trois ans pour sauver la planète - Par Concepcion Alvarez @conce1 - Publié le 06 juillet 2017 par NovéthicPhoto de sablier de Guilherme Silva

« Les dirigeants du G20 se réunissent les 7 et 8 juillet à Hambourg en Allemagne. À cette occasion, plusieurs experts alertent sur l’importance d’inverser la courbe d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, après quoi il sera quasi-impossible de respecter une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2°C d’ici la fin du siècle… ». 

Sous-titres :

Une feuille de route en six étapes 

Où en sont les pays du G20 ?

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/...

© 2017 Novethic - Tous droits réservés – Article complet à lire sur ce site : http://www.novethic.fr/empreinte-terre/climat/isr-rse/le-g20-n-a-plus-que-trois-ans-pour-sauver-la-planete-144604.html?utm_source=Abonnes+Novethic&amp ;utm_campaign=914ed7a411-EMAIL_CAMPAIGN_2017_07_06&utm_medium=email&utm_term=0_2876b612e6-914ed7a411-171059761

Retour au sommaire

7.
Donald Trump obtient un compromis sur le climat et le commerce - Document ‘franceinfo’ avec AFP France Télévisions. Mis à jour le 08/07/2017 | 21:25 ; publié le 08/07/2017 | 20:51 - Photo - Les dirigeants du G20 se réunissent à Hambourg (Allemagne), le 7 juillet 2017. (YOMIURI / AFP) -

La déclaration finale adoptée après deux jours de sommet sous haute tension porte la marque des controverses entre la nouvelle administration américaine et le reste du monde.

Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont accordé àDonald Trump, samedi 8 juillet, des concessions sur les sujets très sensibles du commerce et du climat. Les membres du G20 ont dévoilé une déclaration finale, adoptée après deux jours de sommet du sous haute tension à Hambourg (Allemagne). ’Là où il n’y a pas de consensus, le communiqué final souligne les divergences’, a déclaré la chancelière Angela Merkel.

Les Etats-Unis isolés sur la question du climat

Le G20 a pris acte de la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, considéré par tous les autres pays comme ’irréversible’, et de l’isolement de Washington sur cette question. Donald Trump a toutefois obtenu de mener une politique divergente de celle du G20.

Les Etats-Unis annoncent ainsi qu’il aideront d’autres Etats à ’avoir accès et à utiliser des énergies fossiles’, qui seront néanmoins utilisées de manière ’plus propre’. Concrètement, il s’agit surtout pour Washington de vendre du gaz de schiste, notamment aux pays de l’Europe de l’Est. Ces derniers cherchent à réduire leur dépendance énergétique à l’égard de la Russie. Ce point du compromis a fait l’objet d’âpres débats car plusieurs pays redoutent ’un effet de contagion’.

Emmanuel Macron a néanmoins déclaré ne pas avoir perdu espoir de ’convaincre’ Donald Trump, qu’il verra à Paris le 14 juillet, de changer un jour d’avis sur la question du réchauffement climatique. Le chef de l’Etat a annoncé convoquer un sommet international sur le climat le 12 décembre, deux ans après l’Accord de Paris.

Une condamnation du ’protectionnisme’

En matière commerciale, Donald Trump inquiète depuis des mois ses principaux partenaires par ses velléités protectionnistes, son slogan permanent sur ’l’Amérique d’abord’ et ses menaces de taxes douanières contre la Chine et l’Europe dans l’acier ou l’automobile. Les Etats-Unis ont finalement de se rallier dans la déclaration finale du G20 à une condamnation du ’protectionnisme’.

En échange, le forum des vingt plus grandes économies mondiales reconnaît pour la première fois le droit des pays victimes de pratiques de dumping de recourir à ’des instruments légitimes de défense commerciale’. Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à se féliciter de cette évolution. Emmanuel Macron en particulier mène une bataille en plaidant pour une ’Europe qui protège’ au niveau européen, notamment en matière commerciale à l’égard de la Chine.

A lire aussi

France Info : Nous contacter Qui sommes-nous ? Index CGU et mentions légales Devenir annonceur Recrutement Gestion Cookies Politique de confidentialité - « LA NEWSLETTER ACTU Nous la préparons pour vous chaque matin »

Source : http://www.francetvinfo.fr/monde/g20/g20-donald-trump-obtient-un-compromis-sur-le-climat-et-le-commerce_2275450.html

Retour au sommaire

8.
Les Etats-Unis autorisés à promouvoir les énergies fossiles au G20 : ’On a sacrifié l’ambition climatique’ selon Greenpeace – Document ‘Franceinfo Radio France’. Mis à jour le 09/07/2017 | 10:18 ; publié le 09/07/2017 | 10:18 - Photo - Donald Trump au sommet du G20 de Hambourg en Allemagne, le 8 juillet 2017. (SAUL LOEB / POOL)

Après l’accord scellé lors du G20 permettant aux Etats-Unis l’utilisation propre des énergies fossiles, le directeur de Greenpeace France, Jean-François Julliard, dénonce un sacrifice de ’l’ambition climatique’. 

Le sommet du G20 de Hambourg en Allemagne s’est terminé samedi 8 juillet par l’adoption d’un communiqué final actantl’isolement des Etats-Unis sur la question de la lutte contre le changement climatique, un mois après la sortie de Washington de l’accord de Paris. Cet accord permet à Donald Trump l’utilisation propre des énergies fossiles. Cela signifie que les Etats-Unis peuvent continuer à exploiter leur gaz de schiste.

On ne comprend pas’, s’est indigné dimanche sur franceinfo Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. ’On se retrouve avec une unité d’apparence’, a-t-il estimé. Pour lui, ’on a sacrifié l’ambition climatique’. 

franceinfo : Est-ce que vous comprenez cette concession faite aux Etats-Unis et est-elle acceptable selon vous au nom de l’unité du G20 selon les termes d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel ?

Jean-François Julliard : Non, on ne la comprend pas. On l’a contestée pendant tout le G20. On a demandé à madame Merkel de ne pas sacrifier l’ambition de ce G20 au nom de l’unité. Au final, on se retrouve avec une unité d’apparence, parce que très honnêtement, ce n’est pas parce que les Etats-Unis ont signé le communiqué final qu’ils sont alignés sur ces questions-là avec le G20. On a sacrifié complètement l’ambition climatique. Pour nous, c’est un vrai recul. La seule bonne nouvelle est qu’il n’y a pas d’autres pays qu’on a perdus en course. Les Etats-Unis sont bel et bien perdus. Ils se lancent maintenant dans un processus parallèle qu’ils ont inventé au cours de ce G20, qui ne repose sur rien, qui va leur permettre d’aller voir d’autres pays pour les encourager à développer les énergies fossiles propres. Il faut que Donald Trump nous explique ce que cela signifie car pour nous il n’y a pas d’énergies fossiles propres compatibles avec le climat.

Est-ce-que vous estimez qu’en accordant cette concession aux Etats-Unis, ça ne permet pas de les garder dans le jeu du G20 et de garder un droit de regard sur ce que va faire en terme de politique climatique Donald Trump ?

Peut-être que cela permet de garder les Etats-Unis dans le jeu du G20 pour d’autres questions comme le terrorisme ou la finance mondiale, mais pas pour les questions climatiques. Les Etats-Unis ont clairement mentionné dans le communiqué final qu’ils n’allaient pas mettre en place l’engagement pris au moment de la signature de l’accord de Paris et qu’au contraire, ils allaient continuer de développer les énergies fossiles. Ils ne prennent pas la bonne direction pour lutter contre le dérèglement climatique. Le G20 a donc échoué en ce sens.

Macron annonce un nouveau sommet climat le 12 décembre 2017 à Paris, est-ce dans la continuité de la Cop 21 ?

Nous ce que l’on demande, ce sont des actes concrets, des mesures concrètes. On le demande à Emmanuel Macron pour la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables. On l’a demandé à Angela Merkel sur la sortie du charbon en Allemagne. En France, il faut qu’Emmanuel Macron passe de la posture communication à la posture action.

A lire aussi

Source ; http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/les-etats-unis-autorises-a-promouvoir-les-energies-fossiles-au-g20-on-a-sacrifie-l-ambition-climatique-selon-greenpeace_2276351.html

Retour au sommaire

Voir également :

Climat : le G20 consacre le divorce entre les Etats-Unis et ses ... www.lemonde.fr/.../climat-le-g20-co......

Le communiqué final du sommet prend acte de la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris, tout en lui donnant un blanc-seing...

Au G20, un compromis malgré une somme de désaccords et de tensions www.lemonde.fr/.../le-g20-acte-ses-......

Retour au sommaire

9.
VIDÉO - Emmanuel Macron annonce un nouveau sommet sur le climat en décembre, deux ans après les accords de Paris – 08 juil 16:50 La rédaction de LCI - Document ‘lci.fr’.

CONTRE-OFFENSIVE - En insistant lourdement sur l’isolement des Etats-Unis sur le plan de la lutte contre le réchauffement climatique, le président français a annoncé la tenue d’un nouveau sommet international à Paris, deux après la COP 21, ce samedi à Hambourg.

Le président de la République n’était pas d’humeur très optimiste, quelques minutes après la publication du communiqué commun des pays du G20, réunis à Hambourg samedi 8 juillet 2017. Visiblement pas pleinement satisfait du texte signé par les 20 Etats, il a décidé de prendre les devants sur la question du respect de l’accord de Paris en annonçant l’organisation d’une contre-offensive sous la forme d’un ’sommet-étape’. Il se tiendra à la fin de l’année à Paris, soit deux ans après la COP 21 qui avait permis de déboucher sur l’accord en question.

Il espère toujours ’convaincre’ Trump. ’J’ai pu m’entretenir sur le sujet du climat avec plusieurs autres homologues, la Banque mondiale et les Nations unies, a commencé le chef d’Etat. Je peux vous annoncer que, le 12 décembre 2017, deux ans après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, je réunirai donc un sommet afin de prendre de nouvelles actions pour le climat, ntamment sur le plan du financement. La France accueillera un sommet étape qui permettra, en particulier sur les fiancements prévus par le dit accord, de mobiliser les financements privés et publics qui s’étaient engagés en 2015, mais aussi d’identifier les projets qui pourront être ainsi financés, et manifesteront une avancée concrète de ce que la France a permis de faire advenir, qui est un engagement international qui mobilise 195, peut-être demain 194, Etats.’ 

Une petite référence à la sortie américaine de l’accord de Paris, annoncée en fanfare par Donald Trump au début du mois de juin, qui s’est ajoutée à d’autres pendant la conférence tenue par le président de la République. Une façon pour se dernier d’isoler le président américain, quand bien même Emmanuel Macron a annoncé n’avoir pas perdu espoir de ’convaincre’ le milliardaire ? En tout cas, plus d’un mois après le fameux ’Make our planet great again’, et même si son engagement écologique a été jugé tardif pour ne pas dire cosmétique, le chef de l’Etat tient à prendre la tête du combat diplomatique pour le respect des accords de Paris.

Image associée

Source : http://www.lci.fr/politique/video-emmanuel-macron-annonce-un-nouveau-sommet-sur-le-climat-en-decembre-deux-ans-apres-les-accords-de-paris-2057950.html

Retour à l’introduction

Retour au sommaire

Retour au début du dossier

Par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 12//07/2017

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Climat Politique Un sommet ‘G20 moins 1’ au chevet de la Planète mission difficile pour respecter une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2°C d’ici la fin du siècle.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti,

— -