Accueil > Pour en savoir plus > Éducation > "Le débat continue sur l’efficacité, l’utilité et la pertinence des applications (...)

"Le débat continue sur l’efficacité, l’utilité et la pertinence des applications des neurosciences à l’éducation" par Jacques Hallard

jeudi 8 février 2018, par Hallard Jacques



ISIAS Education
Le débat continue sur l’efficacité, l’utilité et la pertinence des applications des neurosciences à l’éducation
En témoignent ces quatre articles publiés par le journal ‘Le Monde’ et d’autres articles dont les accès sont indiqués à la suite
Jacques HALLARD, Ing. CNAM – Site ISIAS – 08 février 2018

Olivier Houdé : « Les neurosciences, une révolution de l’éducation » - LE MONDE | 07.02.2018 à 06h45 • Mis à jour le 07.02.2018 à 11h25 | Par Olivier Houdé (Ancien instituteur, professeur de psychologie du développement) - Illustration.

Dans une tribune au « Monde », Olivier Houdé, professeur de psychologie du développement, estime que le cerveau était jusqu’ici l’« angle mort » de l’éducation nationale.

[Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté en début d’année sur les fonts baptismaux un nouvel organisme : le conseil scientifique de l’éducation nationale, dont il a confié la présidence à Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France. Objectif de ce scientifique : « Tenter de dégager des facteurs qui ont prouvé leur effet bénéfique sur l’apprentissage des enfants ». Même si les chercheurs en sciences cognitives n’occupent que six des vingt et un sièges dudit conseil, cette nouvelle orientation du ministère de l’éducation nationale suscite de vives polémiques.] … ».

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir - La totalité de cette tribune est à découvrir sur ce site : http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/07/olivier-houde-les-neurosciences-une-revolution-de-l-education_5252805_3232.html

Une méthode qui n’a rien de scientifiqueGérad Pommier - Le Monde jeudi 8 février 2018 -

« Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, vient donc d’installer un conseil scientifique dominé par des neuroscientifiques. Dans une récente interview, il a déclaré que ’ l’école est la petite-fille des Lumières ’… et qu’il fallait donc se conformer aux résultats les plus avancés de la science… »

Accès requis pour lire la suite de cet article. Source : http://lirelactu.fr/source/le-monde/ec9a96e5-855d-43c6-8eb5-506ddff06a2a

Yves Charles Zarka : « La neurologie cognitive relève d’un scientisme non dénué de dangers » - LE MONDE | 07.02.2018 à 06h00 • Mis à jour le 07.02.2018 à 11h44 | Par Yves Charles Zarka (Philosophe, professeur à l’université Paris-Descartes-Sorbonne)

Dans une tribune au « Monde », le philosophe Yves Charles Zarka estime que les thèses de Stanislas Dehaene, président du nouveau conseil scientifique de l’éducation nationale, sur la science de la conscience, sont fausses et dangereuses.Illustration et son commentaire.-

« [ Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté en début d’année sur les fonts baptismaux un nouvel organisme : le conseil scientifique de l’éducation nationale, dont il a confié la présidence à Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France. Objectif de ce scientifique : « Tenter de dégager des facteurs qui ont prouvé leur effet bénéfique sur l’apprentissage des enfants ». Même si les chercheurs en sciences cognitives n’occupent que six des vingt et un sièges dudit conseil, cette nouvelle orientation du ministère de l’éducation nationale suscite de vives polémiques. Tant les syndicats que des chercheurs renommés craignent que les sciences cognitives prennent le pas sur les sciences de l’éducation. Pour eux, enseigner est un art et non une science. De plus, les sciences cognitives sous-estimeraient l’influence de l’environnement social de l’élève dans ses performances. Au contraire, les partisans des neurosciences affirment que leurs thèses sont trop souvent caricaturées et qu’ils sont tout à fait conscients de cette influence.] »

Tribune. « La création par le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, d’un conseil scientifique de l’éducation nationale et la nomination, très médiatisée, pour le présider, de Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France, sont certainement pleines de bonnes intentions.

Je voudrais examiner deux thèses de Stanislas Dehaene, reprises dans un article du Monde du 10 janvier. La première consiste à affirmer qu’« enseigner est une science » ; la seconde que la démarche des neurosciences cognitives serait orientée par « l’idée d’agir pour l’éducation des jeunes, indépendamment de toute idéologie ».

La première est d’une prétention aussi exorbitante que fausse. Enseigner n’est pas une science, mais un art. Un art qui exige un sens des relations,... »

Il vous reste 79% de l’article à lire - L’accès à la totalité de l’article est protégé - Déjà abonné ? Identifiez-vous Achetez cet article 2 €Abonnez-vous à partir de 1 €—[BLOC_RESTREINT_ABO]]Découvrez l’édition abonnés—[BLOC_RESTREINT_DECOUVRIR]]

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/07/yves-charles-zarka-la-neurologie-cognitive-releve-d-un-scientisme-non-denue-de-dangers_5252765_3232.html

« Il n’y a pas eu de big bang cognitif » - LE MONDE | 07.02.2018 à 06h48 • Mis à jour le 08.02.2018 à 15h15 | Par Thomas Andrillon (Docteur en neurosciences cognitives) et Jérôme Sackur (Philosophe, psychologue et directeur d’études à l’EHESS, professeur ...

Dans une tribune au « Monde », les chercheurs Thomas Andrillon et Jérôme Sackur rappellent que les sciences cognitives restent avant tout les héritières de plusieurs siècles de réflexion sur le fonctionnement de l’esprit. Illustration avec commentaire.

[Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté en début d’année sur les fonts baptismaux un nouvel organisme : le conseil scientifique de l’éducation nationale, dont il a confié la présidence à Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France. Objectif de ce scientifique : « Tenter de dégager des facteurs qui ont prouvé leur effet bénéfique sur l’apprentissage des enfants. » Même si les chercheurs en sciences cognitives n’occupent que six des vingt et un sièges dudit conseil, cette nouvelle orientation du ministère de l’éducation nationale suscite de vives polémiques. Tant les syndicats que des chercheurs renommés craignent que les sciences cognitives prennent le pas sur les sciences de l’éducation. Pour eux, enseigner est un art et non une science. De plus, les sciences cognitives sous-estimeraient l’influence de l’environnement social de l’élève dans ses performances. Au contraire, les partisans des neurosciences affirment que leurs thèses sont trop souvent caricaturées et qu’ils sont tout à fait conscients de cette influence.]

Tribune. Les sciences cognitives semblent aujourd’hui triomphantes. La nomination du conseil scientifique de l’éducation nationale, présidé par le cognitiviste Stanislas Dehaene, apparaît comme une nouvelle démonstration de leur omniprésence. Mais à mesure qu’elles s’étendent, elles inquiètent. Le SNUIPP [Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC], appuyé par une cinquantaine de personnalités, appelle le gouvernement à une plus grande diversité des approches pour guider les politiques éducatives. Ces craintes sont-elles fondées ? Les sciences cognitives sont-elles porteuses, comme il leur est souvent reproché, d’un réductionnisme annihilant l’individu et son contexte pour le remplacer par des « cerveaux de laboratoire » ? Malgré ses airs de grande nouveauté, il n’y a pas eu de big bang cognitif...

Il vous reste 77% de l’article à lire - L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vous - Achetez cet article 2 €Abonnez-vous à partir de 1 €—[BLOC_RESTREINT_ABO]]Découvrez l’édition abonnés—[BLOC_RESTREINT_DECOUVRIR]]

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/07/il-n-y-a-pas-eu-de-big-bang-cognitif_5252812_3232.html

On peut aussi consulter « Il n’y a pas eu de big bang cognitif » - YouTube  2:41 - https://www.youtube.com/watch?v=Jr2kOBnhpXM - Ajoutée le 8 févr. 2018

Retour au début de cette note

Accès à d’autres articles d’actualités sur le sujet

Éducation : à quoi servent les neurosciences à l’école ?

BFMTV.COM-10 janv. 2018

Pourquoi vouloir faire entrer les neurosciences et les sciences cognitives à l’école ? Jean-Michel Blanquer a lancé ce mercredi son conseil scientifique avec à sa tête un spécialiste en neurosciences, soit l’étude biologique du cerveau. Un tiers des membres de ce conseil sont par ailleurs issus des sciences ...

Les neurosciences en éducation : une hérésie ?

Les Échos-1 févr. 2018

S’appuyer exclusivement sur les neurosciences en faisant fi de la sociologie et des sciences de l’éducation serait donc un leurre et le piège manifeste dans lequel serait tombé M. Jean-Michel Blanquer. Au final, avant de s’intéresser aux apports des neurosciences en matière d’apprentissage il faudrait ...

L’imposture de l’appel aux neurosciences dans l’éducation nationale

L’Humanité-24 janv. 2018

Une étrange nouvelle vient d’agiter le monde de l’éducation, à l’initiative de notre ministre Blanquer : il faudrait faire appel aux neurosciences, qui s’intéressent au fonctionnement du cerveau, pour améliorer les performances scolaires de nos élèves, dès le plus jeune âge, et certains exemples étrangers ...

Grand flou autour du Conseil scientifique de l’Education

Libération-31 janv. 2018

Plus que les neurosciences en tant que telles, c’est bien l’utilisation politique qui pourrait en être faite qui suscite des inquiétudes, alors que se tient ce jeudi le premier raout du Conseil scientifique de l’Education nationale (CSEN), créé fin novembre par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel ...

Retour au début de cette note

Articles publiés par ISIAS et traitant d’éducation et de neurosciences

’Les pratiques d’apprentissage à l’école … et ailleurs, à partir de l’observation du cerveau par les neurosciences, et à l’aide des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE), des formations en ligne ouvertes à tous ou MOOC (de l’anglais ‘massive open online course’) et des ‘classes inversées’’ par Jacques Hallard

samedi 2 décembre 2017 par Hallard Jacques - français

’Bien qu’encore controversés, les apports des neurosciences à la pédagogie sont pourtant féconds ’ par Jacques Hallard

lundi 22 janvier 2018 par Hallard Jacques - français

’Faut-il se réjouir, s’inquiéter ou se moquer des MOOC qui se répandent dans l’enseignement et les formations ?’ par Jacques Hallard

lundi 18 décembre 2017 par Hallard Jacques - français

Eléments d’une méthode de travail pour l’innovation, une adaptation au changement et à la transition. Partie 4 : Bienveillance et altruisme mais vigilance et attention

dimanche 19 février 2017 par Hallard Jacques - français

’L’apprentissage procède par des acrobaties cérébrales. Lorsque les zones neurales changent plus facilement de partenaire de communication, l’apprentissage s’améliore ’ par Laura Sanders

vendredi 13 octobre 2017 par Sanders Laura - français

’A propos du transhumanisme L’Homme augmenté dans un monde recomposé’, dossier de Jacques Hallard

vendredi 21 octobre 2016 par Hallard Jacques - français

Articles publiés par ‘yonne lautre’ sous la rubrique ‘Neurosciences’

Les neurosciences, chance ou péril pour l’école ?

lundi 29 janvier 2018 par Yonne Lautre - français

Association Années Lumières : DIMANCHE 21 SEPTEMBRE “La plasticité du cerveau une révolution en neurosciences !!! »

mercredi 10 septembre 2014 par Années Lumières - français

Entretien avec Geneviève Azam, pour son livre « Osons rester humain. Les impasses de la toute puissance » (parution le 8 avril 2015)

dimanche 31 mai 2015 par Rédaction de Yonne Lautre, Azam Geneviève - français

Retour au début de cette note

Auteur : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 08/02/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Education Le débat continue sur l’efficacité, l’utilité et la pertinence des applications des neurosciences à l’éducation.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti,

— -