ISIAS

"L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) valide l’usage du premier moustique antiparasitaire vivant et non-OGM qui peut être utilisé aux États-Unis" par Susan Milius

Traduction et compléments de Jacques Hallard
samedi 24 février 2018 par Milius Susan

ISIAS Biologie
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) valide l’usage du premier moustique antiparasitaire vivant et non-OGM qui peut être utilisé aux États-Unis
Des moustiques tigres asiatiques, rendus stériles par l’incorporation de bactéries du genre Wolbachia, peuvent contribuer à supprimer les populations locales de moustique tigre

L’article d’origine de Susan Milius a été publié le 08 novembre 2017 par Science News Science Ticker Animals, Agriculture, Science & Society sous le titre « EPA OKs first living pest-control mosquito for use in United States » ; il est aussi accessible sur ce site https://www.sciencenews.org/blog/science-ticker/epa-oks-first-living-pest-control-mosquito-use-united-states?utm_source=editorspicks111217&amp ;utm_medium=email&utm_campaign=Editors_Picks

Asian tiger mosquito

Le moustique tigre d’Asie (dans la photo ci-dessus) est un envahisseur mal aimé dans une grande partie du monde, mais maintenant une version de mâle déficient est sur le point d’être lancée commercialement comme outil vivant pour contrôler des populations des parasites. InsectWorld / Shutterstock.

[D’après Wikipédia, « Le moustique-tigre (Aedes albopictus ou Stegomyia albopicta selon que Stegomyia est reconnu comme sous-genre d’Aedes ou genre à part entière), est un insecte de la famille des Culicidae, originaire d’Asie du sud-est. C’est l’une des cent espèces les plus invasives au monde1, étant actuellement présente dans 100 pays sur les cinq continents. Pour croître les larves ont besoin d’au moins environ 1 cm d’eau stagnante durant cinq jours2… » Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aedes_albopictus ].

Dans un grand pas en avant pour rattraper le reste du monde, les États-Unis ont ouvert, pour la première fois, la voie à l’utilisation des moustiques en tant que moyen de contrôle antiparasitaire commercial.


L’Agence américaine de protection de l’environnement [EPA] a approuvé l’utilisation d’une souche de moustiques tigres mâles d’Asie (Aedes albopictus) comme biopesticide dans le district de Columbia et dans 20 États, notamment en Californie et à New York. ‘MosquitoMate’ [Voir Mosquitomate : Home ], basée dans l’état du Kentucky a obtenu le droit de vendre ces moustiques, appelés ‘ZAP Males’, pendant les cinq prochaines années, a annoncé l’agence EPA le 07 novembre 2017.

[Selon Wikipédia, « La United States Environmental Protection Agency (EPA, ou « Agence américaine de protection de l’environnement » en français) est une agence indépendante du gouvernement des États-Unis. Elle a été créée dans la foulée du jour de la Terre le 2 décembre 1970 pour étudier et protéger la nature et la santé des citoyens des États-Unis2. Sa mission est de « protéger la santé humaine et de sauvegarder les éléments naturels — l’air, l’eau et la terre — essentiels à la vie. » En 2014, elle emploie environ 15 500 personnes1, elle compte dix bureaux régionaux3 et 17 centres de recherche. L’EPA est dirigée par un administrateur nommé par le président des États-Unis et confirmé par le Sénat, membre du cabinet. L’administrateur actuel est Scott Pruitt, nommé (malgré les critiques dont il est l’objet pour ses prises de position en faveur de l’industrie pétrolière) par le 45ème président des Etats-Unis, Donald Trump, tout d’abord pendant la période de transition présidentielle, puis confirmé par le Sénat en février 2017. Des réductions budgétaires sont attendues sous la présidence de Trump4. Le siège de l’agence est l’Ariel Rios Federal Building, dans le quartier du Triangle fédéral à Washington5… » Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Environmental_Protection_Agency ].

Ces moustiques mâles ne sont pas génétiquement modifiés au sens strict. Au lieu de cela, ils portent une souche de bactéries du genre Wolbachia qui les transforme en mâles déficients et « saboteurs » : quand ils s’accouplent avec des femelles sauvages ne portant pas la souche de bactérie, la progéniture va mourir et la population devrait naturellement diminuer. Les mâles ne piquent pas, donc le fait de les disséminer ne devrait pas ajouter de problèmes ni de complications supplémentaires.

[D’après Wikipédia, « Les Wolbachia constituent un genre bactérien qui infecte essentiellement des arthropodes, environ 60 % des espèces1, ainsi que certaines espèces de nématodes2. Cette large répartition en fait donc un des symbiotes les plus répandus du monde animal. Ces bactéries au mode de vie intracellulaire sont localisées au sein du cytoplasme des cellules de leurs hôtes. Elles se retrouvent en proportion importante dans l’appareil reproducteur (principalement les cellules germinales) et l’épithélium du système génital des arthropodes et nématodes. Leur nom vient de Simeon Burt Wolbach (en) (1880-1954)… » Article complet sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolbachia ].

Les lâchers de moustiques porteurs de la bactérie Wolbachia, comme moyen de lutte antiparasitaire, se poursuivent déjà dans d’autres pays, comme au Brésil, bien qu’avec une souche bactérienne différente et une stratégie mise en œuvre qui est également différente.

Cette même société a également testé l’efficacité d’une autre espèce de moustique, Aedes aegypti, qui transporte également des mâles déficients avec la bactérie Wolbachia, près de Key West, en Floride ; ces moustiques ne sont pas encore disponibles dans le commerce. « L’ouragan Irma, explique Stephen Dobson de la société ‘MosquitoMate’, a mis fin prématurément aux essais, mais nous pensons que nous avons quelques bonnes données utiles malgré cette complication inattendue ».

[D’après Wikipédia, « Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, du virus Zika, du chikungunya et de la fièvre jaune. C’est un petit moustique, long de 5 mm environ, de couleur sombre que l’on peut reconnaître par les marques blanches bien visibles sur les pattes et un dessin en forme de lyre sur le thorax (ce dernier détail le distingue du moustique tigre Aedes albopictus avec lequel il peut être confondu, alors que celui-ci possède à la place une ligne blanche longitudinale sur son thorax et sa couleur générale noire est plus foncée). Il est originaire d’Afrique1, mais on le trouve maintenant dans les régions tropicales à travers le monde2. Ce moustique est considéré comme un des plus importants vecteurs de maladies. Il a un mode de vie qui le rend particulièrement proche de l’homme et, comme la plupart des moustiques, semble pouvoir rapidement développer des résistances à la plupart des insecticides. On cherche donc à mieux comprendre son écologie. Seule la femelle pique…] Article complet à lire sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aedes_aegypti ].

http://www.isias.lautre.net/local/c...

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […],Haut du formulaire

et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 20/02/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Biologie EPA OKs first living pest-control mosquito for use in United States French version.3

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://www.isias.lautre.net/local/c...

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 43 / 298053

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Biologie Génétique Epigénétique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License