ISIAS

"Des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié ont développé des estomacs poreux" par GMWatch

Traduction et compléments par Jacques Hallard
mardi 31 juillet 2018 par GM Watch


ISIAS OGM
Des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié ont développé des estomacs poreux qui fuient : les changements observés rappellent ceux provoqués par des irritants chimiques
Ajout d’illustrations puisées dans l’article scientifique de référence
{{}}Haut du formulaire
Bas du formulaire
L’article d’origine a été publié par GMWatch le 09 juillet 2018 sous le titre «  Rats fed GM stacked-trait maize developed leaky stomachs  » et il est accessible sur ce site : https://www.gmwatch.org/en/news/latest-news/18341-rats-fed-gm-stacked-trait-maize-developed-leaky-stomachs


Lab Rat

Les rats nourris avec un maïs à triple structure, (gènes empilés) génétiquement modifié pour présenter une résistance à des insectes et avec une tolérance, ou une résistance aux herbicides, ont développé des estomacs poreux avec des fuites, selon un nouveau document révisé par des chercheurs australiens.

[Voir l’article original : Histopathological Investigation of the Stomach of Rats Fed a 60% Genetically Modified Corn Diet - Full-Text HTML XML DownloadDownload as PDF (Size:3973KB) PP. 763-796 - DOI : 10.4236/fns.2018.96058 - Author(s) Leave a comment - Irena M. Zdziarski1, Judy A. Carman2,3, John W. Edwards3 -
Affiliation(s) : 1Discipline of Anatomy and Pathology, School of Medicine, University of Adelaide, Australia.
2The Institute of Health and Environmental Research (IHER), Kensington Park, Australia.
3Health and Environment, College of Science and Engineering, Flinders University, Bedford Park, Australia. Source : http://www.scirp.org/Journal/PaperInformation.aspx?PaperID=85687 ].

Dans l’expérience menée par Irena M. Zdziarski de l’Université d’Adélaïde, Judy A. Carman de l’Institut de recherche sur la santé et l’environnement (IHER) et John W. Edwards de l’Université Flinders, les rats ont été divisés en deux groupes de composé de chacun 10 mâles.

Un groupe a été nourri avec du maïs génétiquement modifié (OGM), contenant les caractères MON863 et MON810 de la toxine insecticide Bt Monsanto, et le gène NK603, tolérant à la matière active à effet herbicide glyphosate, pendant une période de six mois. C’est une durée deux fois plus longue que celle qui est typique d’une étude réalisée à partir de l’alimentation de rats en conditions expérimentales par l’industrie, en vue d’obtenir les autorisations réglementaires pour commercialiser le nouveau produit sous forme de semences. Le maïs génétiquement modifié (OGM) a été cultivé aux États-Unis pour les besoins de cette recherche.

L’autre groupe de rats a été nourri pendant le même temps avec un régime témoin, qui contenait un maïs non-GM, et cultivé commercialement en Australie. Le maïs témoin ne provenait pas des États-Unis en raison de la difficulté de trouver dans ce pays une variété de maïs non-OGM qui ne serait pas contaminée par des gènes issus d’OGM qui y ont cultivés.

Ainsi, les chercheurs n’ont pas comparé une plante génétiquement modifiée (OGM) avec une plante non-GM cultivée dans les mêmes conditions. En outre, ils n’ont pas utilisé la variété isogénique non-GM pour le maïs témoin, car elles n’existent pas pour les plantes à caractères génétiques empilés, qui sont produites en croisant de manière conventionnelle plusieurs variétés génétiquement modifiées entre elles.

[Gènes empilés : pour en savoir plus, voir l’article suivant – « OGM ‘seconde génération’ : découvrez les nouvelles « éponges à pesticide » 21 janv. 2015 Par Benjamin Sourice Blog : Le blog de Benjamin Sourice – Source : https://blogs.mediapart.fr/benjamin-sourice/blog/210115/ogm-seconde-generation-decouvrez-les-nouvelles-eponges-pesticide ].

Cependant, ils soulignent dans leur document que les régulateurs à travers le monde ont déclaré que le maïs OGM à caractères empilés ou superposés était substantiellement équivalent aux variétés de maïs non-OGM et que, par conséquent, il ne devrait pas y avoir de différences entre les deux groupes de rats soumis à cette expérimentation.

Mais ce n’est pas ce qu’ils ont trouvé. A la fin de l’expérience, les rats ont été tués et des échantillons de leurs estomacs ont été examinés au microscope. Les rats nourris avec le régime de maïs OGM ont eu des changements inquiétants dans la muqueuse de leur estomac.

Les deux cellules qui tapissent l’estomac sont normalement maintenues fermement l’une contre l’autre pour former une « jonction serrée ». Cela empêche les bactéries, virus ou particules alimentaires de s’échapper de l’estomac dans les tissus du corps. Les chercheurs ont découvert que les rats nourris avec le maïs transgénique (OGM) avaient des trous, des perforations dans leurs jonctions serrées. C’est ce qu’on appelle une ’mauvaise apposition’ [une juxtaposition mal construite]. En moyenne, cela était cinq fois plus élevé chez les rats nourris avec le régime de maïs OGM. 

Une mauvaise apposition ne devrait pas se produire dans des estomacs normaux et sains. Pourtant, chaque section de l’estomac chez les rats nourris au régime OGM avait ces lacunes entre un certain nombre de cellules. Soixante-dix pour cent des rats nourris aux OGM avaient au moins 30% de leurs jonctions serrées mal apposées, en comparaison avec ce qui est observé sur les rats nourris avec un régime alimentaire sans OGM. Le risque qu’un rat ait 30% ou plus de ses jonctions serrées mal apposées est plus de 7 fois plus élevé que lorsque les rats recevaient un régime non-OGM.

Les Drs Zdziarski et Carman ont déclaré dans une communication au sujet de leur expérience : « Des expériences futures devraient être menées pour déterminer si les changements entraînent une fuite de substances de l’estomac et donc un risque accru d’allergies ou d’infections microbiennes dans les aliments ou l’eau ».

Des changements ont également été observés dans la muqueuse de l’estomac. La muqueuse normale de l’estomac contient des fosses microscopiques. Les cellules dans les fosses produisent du mucus pour protéger l’estomac de l’acide gastrique. Le fond de chaque fosse se divise en deux longues glandes droites. Ces glandes produisent de l’acide gastrique pour aider à digérer les aliments.

Les Drs Zdziarski et Carman ont déclaré : « Alors que nous avons vu des glandes dilatées (c’est-à-dire gonflées) chez des rats nourris avec le régime avec OGM, les rats nourris avec le régime sans OGM avaient des gonflements plus petits et dans les cellules des glandes. Par contre, les glandes du groupe nourri avec OGM étaient beaucoup plus enflées, et contenaient souvent des débris ou du mucus, et les cellules qui tapissaient les glandes étaient souvent anormales ; par exemple, certaines cellules étaient étirées ou plus longues qu’elles auraient dû l’être. Plus de six fois plus de rats avaient des glandes qui étaient à la fois enflées et bordées de cellules allongées dans le groupe de rats nourris avec OGM. Tandis que chaque rat du régime avec une alimentation génétiquement modifiée présentait au moins une glande qui ressemblait à cela, aucun des rats nourris avec un régime non-OGM n’a montré cette pathologie ».

[D’après Wikipédia, « Une dysplasie est une malformation ou déformation résultant d’une anomalie du développement d’un tissu ou d’un organe, qui survient au cours de la période embryonnaire ou après la naissance… » Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dysplasie ].

De plus, certaines cellules des glandes de rats nourris avec OGM présentaient des signes de dysplasie. C’est une pathologie dans laquelle les cellules sont anormales et qui peut évoluer vers le cancer. De nombreux tests qui criblent pour le cancer criblent effectivement la dysplasie (par exemple, un test de Pap pour le cancer du col de l’utérus). Chez ces rats nourris aux OGM, la dysplasie a pris la forme de cellules trouvées dans un endroit où elles ne se produiraient pas normalement. Ce genre de changement se produit souvent après une blessure ou un changement radical dans l’environnement de l’estomac. Souvent, une fois qu’un tel déclencheur est supprimé, ces cellules anormales peuvent disparaître. Cependant, parfois, les dommages sont trop graves pour que les tissus se rétablissent et cela peut se transformer en quelque chose de plus grave, comme le cancer. Commentant ces changements, les Drs Zdziarski et Carman ont déclaré : « Les futures études devraient étudier le risque que ces types de maladies graves se développent » chez les animaux nourris avec des aliments OGM. 

Pendant ce temps, d’autres cellules, situées principalement à la base des fosses dans l’estomac, ont montré une réduction statistiquement significative de 21% du nombre de cellules en division chez les rats nourris au régime avec OGM par rapport à ceux nourris au régime sans OGM.

Les Drs Zdziarski et Carman ont déclaré : ’En réunissant tous les résultats négatifs en un seul score de sévérité, nous avons constaté que les rats du régime avec OGM avaient un score supérieur de 33% à celui des rats du régime sans OGM. Les résultats sont plus proches de ceux observés avec la gastropathie chimique (également appelée gastrite réactionnelle), causée par des irritants chimiques, tels que l’aspirine, qui endommagent la muqueuse de l’estomac’.

[Selon ‘Doctissimo’, « La gastrite correspond à une inflammation de la muqueuse de l’estomac. Elle peut être à l’origine de brûlures d’estomac, de difficultés à digérer, de nausées, de ballonnements, de vomissements... Elle apparaît subitement et disparaît le plus souvent en quelques jours, mais certains formes peuvent devenir chroniques. Découvrez les facteurs favorisant la survenue des gastrites, ses symptômes ainsi que ses traitements. Sommaire :

[Voir également :

Les gastrites chroniques non liées à Helicobacter pylori - John Libbey ... https://www.jle.com/fr/revues/hpg/e-docs/les_gastrites...non...a.../article.phtml ?... de A Uzan - ‎1998 - ‎Le renouveau de l’intérêt porté aux gastrites chroniques, en raison de la découverte de Helicobacter pylori, .... Gastrite ’réactionnelle’ ou gastrite chimique.

Gastrites chroniques - EM consulte www.em-consulte.com/article/20052/gastrites-chroniques - Parallèlement ont été identifiées de nouvelles formes de gastrites, essentiellement la gastrite lymphocytaire et la gastrite réactionnelle ... ]

Une implication possible de l’étude rapportée ici est que les protéines Bt produites par les cultures de plantes génétiquement modifiées pourraient ne pas être aussi sûres qu’on ne le pensait auparavant. Cependant, les changements observés chez les animaux nourris aux OGM pourraient provenir de plusieurs sources ou d’une combinaison de sources, y compris le mélange de pesticides avec lequel la culture a été « protégée », ou d’autres aspects des plantes OGM résultant de l’effet perturbateur sur la fonction génique causée par le processus de transformation pour produire l’OGM. Les auteurs ont mené une analyse des mycotoxines dans les régimes et prévoient de publier cela dans une étude qui va suivrei.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Référence de la nouvelle étude : Irena M. Zdziarski, Judy A. Carman, John W. Edwards (2018). Histopathological Investigation of the Stomach of Rats Fed a 60% Genetically Modified Corn Diet. Food and Nutrition Sciences 9(6). DOI : 10.4236/fns.2018.96058. http://www.scirp.org/Journal/PaperInformation.aspx?PaperID=85687#t1

GMWatch - News and comment on genetically modified foods and their associated pesticides – Contacts : Contact Us About - Content 1999 - 2018 GMWatch.
Web Development By SCS Web Design

Retour au début de l’article traduit


Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Ajout d’illustrations puisées dans l’article scientifique de référence

http://html.scirp.org/file/11-27023...


Figure 1. Des coupes de l’estomac (fundus) de rats ont été nourries avec 60% d’aliments issus d’OGM ou de maïs non-OGM. Des sections colorées par H & E de la muqueuse gastrique provenant : (a) d’un rat non nourri aux OGM, et (b) d’un rat nourri aux OGM. La section provenant de l’animal nourri aux OGM montre clairement une muqueuse plus épaisse (non statistiquement significative), ainsi qu’une dilatation des glandes bordée de cellules épithéliales allongées (flèches) (p = 0,011) - Haut du formulaire

Bas du formulaire

http://www.scirp.org/Journal/PaperInformation.aspx?PaperID=85687

http://html.scirp.org/file/11-27023...{{}}


Figure 2. Les glandes gastriques de l’estomac du rat (fundus) provenant de rats qui ont reçu 60% de maïs OGM ou de maïs non-OGM. Microphotographies de sections colorées H & E des glandes gastriques : (a) provenant d’un rat non nourri aux OGM montrant un aspect normal des glandes, et (b) d’un rat nourri aux OGM montrant de grandes dilatations des glandes avec allongement des cellules épithéliales (*). Dans les deux sections, plusieurs leucocytes granulaires peuvent être observés en profondeur dans les glandes gastriques (pointes de flèches).

Microphotographies de coupes colorées AB / PAS : (c) d’un rat non nourri aux OGM montrant un aspect normal de la glande, et (d) d’un rat nourri aux OGM montrant les propriétés de coloration altérées de l’épithélium des dilatations des glandes (flèches). Les photomicrographies (b) et (d) sont des coupes correspondantes provenant du même rat nourri aux OGM. Photomicrographies correspondantes de la dilatation des glandes chez le même rat nourri aux OGM coloré avec : (e) AB / PAS et (f) H & E.

La section colorée AB / PAS montre des cellules colorées PAS-positives dans une dilatation de la glande située profondément. Notez les fibres musculaires lisses (*) de la muscularis mucosa légèrement profonde de la glande. Les cellules avec une telle coloration PAS intense sont caractéristiques des cellules productrices de mucus des fosses gastriques et non de la région de la glande profonde. La section colorée H & E des dilatations des glandes montre des cellules cuboïdes avec un cytoplasme apical lucide (pointes de flèches), ainsi que des débris cellulaires dans la lumière d’une autre glande (flèche épaisse). Barre d’échelle = 50 μm. (g) Photomicrographie d’une coupe colorée AB / PAS montrant un kyste glandulaire grossièrement grossi dans la muqueuse d’un rat nourri aux OGM. La dilatation couvre presque toute la profondeur de la muqueuse. Notez les fibres musculaires lisses (*) de la muscularis mucosa légèrement profondes de la glande et les cellules de coloration intensément pourpre des fosses gastriques (grandes pointes de flèches). L’épithélium qui recouvre la glande dilatée semble allongé et la glande contient des débris ou du mucus positifs au PAS. L’image est une z-stack combinée. Barre d’échelle = 100 μm. Haut du formulaire

Bas du formulaire

http://www.scirp.org/Journal/PaperInformation.aspx?PaperID=85687

http://html.scirp.org/file/11-27023...

Figure 3. Micrographies électroniques à transmission de cellules productrices de mucus de la fosse et de la surface de l’estomac provenant de rats recevant un régime à 60% de maïs génétiquement modifié (OGM) ou non-OGM. Ultramicrographies de cellules productrices de mucus à faible grossissement chez : (a) des rats non nourris aux OGM, et (b) des rats nourris aux OGM. Dans l’ultramicrographie du rat nourri aux OGM (b), des jonctions serrées mal apposées sont visibles de chaque côté de la cellule épithéliale. En particulier, la jonction serrée sur la droite, qui montre des bavures (flèches). Barre d’échelle 5 μm. (c) À un grossissement plus élevé, la jonction serrée bien apposée (flèches) chez un rat non nourri aux OGM présente une plaque clairement visible et aucun espace entre les folioles apposées, tandis que les jonctions serrées mal apposées chez les rats nourris aux OGM sont considérées comme : (d) ‘blebbing’ [voir définition ci-après] ou (e) la perte complète de l’apposition de la jonction serrée (flèches). Barre d’échelle 1 μm.

[D’après Wikipédia, « En biologie cellulaire, un bleb ou bulle est une proéminence de la membrane plasmique d’une cellule, provoquée par le découplage délocalisé du cytosquelette de la membrane. Le blebbing ou zeiosis est le processus de formation des blebs… »]. http://www.scirp.org/Journal/PaperInformation.aspx?PaperID=85687

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 27/07/2018 - Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM Rats fed GM stacked-trait maize developed leaky stomachs French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---

Haut du formulaire

Bas du formulaire


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 30 / 316546

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site OGM & Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License