ISIAS

"Le nouveau ’maïs monstrueux’ de Baysanto va-t-il être disséminé commercialement sous peu ?"

Traduction et compléments de Jacques Hallard
vendredi 26 octobre 2018 par isias

ISIAS OGM Pesticides
Le nouveau ’maïs monstrueux’ de Baysanto va-t-il être disséminé commercialement sous peu ?
Ajout d’informations sur une pétition « Non au monstre à deux têtes Baysanto »
La dénomination ‘Baysanto’ provient de la contraction de Bayer et de Monsanto
Cette note a été diffusée le 23/10/18 à 14:02 par ’Testbiotech e.V.’ sous ce titre : Kommt jetzt Baysantos neues „Mais-Monster“ ?

Chers supporters de Testbiotech,

L’Union Européenne vote actuellement sur l’approbation d’une lignée de maïs génétiquement modifié (OGM), qui présente une ‘super-résistance’ combinée aux deux matières actives à effets herbicides, le glyphosate et le glufosinate, et produisant six insecticides différents. Le maïs est un mélange génétique associant ces caractères génétiques de cinq plantes OGM différentes.

Ceci marque un nouveau point fort avec un renforcement de la capacité d’attaque dans le secteur des plantes cultivées : dès 2013, la Commission européenne avait approuvé le maïs dit ’Smart Stax’, qui produisait plusieurs molécules à effet insecticide et qui avait été rendu résistant à deux herbicides. Maintenant, ce maïs est encore ‘perfectionné’, avec une résistance supplémentaire au glyphosate.

La raison de cette situation repose sur le fait que, dans les cultures au champ, en plein air, les mauvaises herbes et les ravageurs s’adaptent de plus en plus à la mise en place répétée de monocultures à partir de plantes génétiquement modifiées (OGM). En conséquence, de plus en plus de toxines arrivent sur le terrain et les produits récoltés contiennent davantage de résidus toxiques. Dans son évaluation des risques, l’EFSA a largement ignoré ces risques : ni les effets combinatoires et cumulatifs, ni les conséquences de l’utilisation accrue de pesticides, n’ont été examinés.

Ce maïs OGM a été fabriqué à l’origine par Monsanto, mais appartient maintenant au groupe Bayer, qui a acheté le groupe Monsanto. Le maïs fait partie d’une stratégie commerciale basée sur la vente simultanée des semences et d’herbicides avec la mise en œuvre de brevets : le génotype des plantes possède un double jeu des gènes de résistance au glyphosate et au glufosinate et la plante cultivée peut donc être pulvérisées à des doses plus élevées de ces deux herbicides.

En conséquence, la récolte de ces plantes peut également présenter des taux de résidus d’herbicides plus élevés. A cela s’ajoutent les insecticides produits par les plantes. Bien que celles-ci ne soient pas directement toxiques pour les êtres humains, elles sont soupçonnées d’augmenter ou de déclencher des réactions immunitaires ou même des allergies. Après que plusieurs interventions de Testsbiotech qui avaient souligné ce risque, la Commission européenne est finalement devenue active sur ce sujet et a demandé un réexamen des effets des toxines par l’EFSA.

Testbiotech souhaite suivre cette approbation de plus près et envisage de nouvelles étapes d’actions. Mercredi dernier, l’avocat général de la Cour de justice des Communautés européennes a rendu son avis sur une plainte (C-82 / 17P) déposée par Testbiotech et par d’autres organisations. Le but de la poursuite est de rendre obligatoire une enquête beaucoup plus détaillée sur les risques de telles innovations. Toutefois, de l’avis de l’avocat général, nos efforts dans cette affaire vont échouer. Cependant, Testbiotech a déjà assuré dans un autre dossier que d’autres affaires pourraient être soumises à la cour pour un contrôle judiciaire.

Avec votre soutien, nous pouvons continuer à défendre notre objectif commun de protection des personnes et de l’environnement !

Merci pour votre engagement !

testbiotech

Autres informations sur le même sujet :

Non au monstre à deux têtes Baysanto ! Note de ‘WeMove.EU’

Cette campagne est terminée. A notre plus grand regret, Margrethe Vestager, la commissaire européenne en charge de la concurrence, a annoncé le 21 mars 2018 l’autorisation de rachat de Monsanto par Bayer. Photo.

Ensemble, notre chargé de campagne Jörg Rohwedder, ainsi que nos partenaires, ont rencontré Mme Vestager le 27 février 2018. Ils lui ont transmis les 296.401 signatures recueillies dans toute l’Europe et ont insisté sur les désastres que causerait la fusion entre Bayer et Monsanto pour nos agriculteurs et pour la biodiversité. Bayer est l’un des fabricants leaders de fertilisants et de pesticides, et Monsanto des fabricants leaders de semences génétiquement modifiées.

Si ces deux sociétés rassemblent leur pouvoir, elles auront la mainmise sur l’ensemble des produits dont les agriculteurs ont besoin, allant des semences aux pesticides. Elles contrôleront donc les graines semées, les pesticides utilisés et in fine les produits alimentaires présents dans les supermarchés et dans les assiettes des consommateurs. N’oublions pas que pour ces sociétés cotées en bourse, maximiser les dividendes perçus par les actionnaires est l’objectif principal, les conséquences sur la biodiversité et sur la santé des consommateurs étant donc secondaires.

Nous n’abandonnerons pas, même si nous avons arrêté cette campagne. Consultez nos autres campagnes sur www.wemove.eu/fr

Voir Bougeons l’Europe - WeMove.EUhttps://www.wemove.eu/fr – Source :https://www.wemove.eu/

Pétition européenne : non au monstre à deux têtes Baysanto !

Publié le 20 octobre 2017

Après les résultats d’étude légale sur la fusion de BAYER et MONSANTO, Amis de la Terre Europe, SumOfus, Wemove.EU et Food & Water Europe publient l’analyse sur cette fusion monstrueuse et stratégiquement dangereuse…L’Union Européenne peut dire « non » si nous nous mobilisons contre : diffusez, et participez à cette pétition européenne ! https://act.wemove.eu/campaigns/non-baysanto

Capture le Roundup face à ses juges

Si vous ne l’avez pas déjà vu, regardez également le film de M.M.Robin en rediffusion : à propos du Tribunal de Monsanto http://www.tv-replay.fr/redirection/17-10-17/le-roundup-face-a-ses-juges-arte-12630863.html

Film signalé – Les Sentinelles de Pierre Pézerat, sortie le 08 novembre : ouvriers victimes de l’amiante, agriculteurs malade des pesticides, Henri Pézerat –père du réalisateur et lanceur d’alerte- sont les personnages principaux du film « Les Sentinelles » de Pierre Pézerat. https://www.les-sentinelles.org/

Capture AT Monsanto

La pétition  : Une fusion entre Bayer et Monsanto serait un vrai désastre pour les agriculteurs et la paysannerie mondiale. Ce mariage serait une catastrophe pour la biodiversité cultivée, nos insectes, abeilles et oiseaux. Nous vous demandons de rejeter, avec nous, cette fusion et ainsi prévenir les dommages que causeront ces multinationales. Nous demandons également une totale transparence dans le processus de décision autour de cette fusion. http://www.amisdelaterre.org/Petition-europeenne-Non-au-monstre-a-deux-tetes-Baysanto.html

Pourquoi est-ce important ?

Le 16 octobre 2017, nous avons, Amis de la Terre Europe, SumOfus, Wemove.EU et Food & Water Europe, publié les résultats d’une expertise qui démontre que l’opération de fusion entre Bayer et Monsanto devrait être interdite au regard des législations européennes sur la concurrence.

La recherche réalisée par des experts des lois sur la concurrence internationale du University College de Londres décrit de quelle manière le géant industriel issu de cette fusion prendrait le contrôle de l’intégralité de notre système alimentaire. L’objectif des deux entreprises : créer un fournisseur unique pour tous les agriculteurs. Outre les OGM, semences et pesticides, qui font partie de leurs principaux produits, les deux partenaires proposeraient également des engrais, des équipements numériques et des engins agricoles.

Bayer est l’un des plus grands producteurs de produits chimiques agricoles, d’engrais et de pesticides. Et Monsanto a une mainmise quasi totale sur les organismes génétiquement modifiés. À elles deux, ces multinationales pourraient avoir un contrôle absolu sur ce que les agriculteurs font pousser dans leurs champs, sur les produits qu’ils utilisent, mais aussi sur ce que nous mettons dans notre caddie, et donc dans notre assiette.

Pour mener à bien cette fusion, les deux sociétés doivent obtenir le feu vert des autorités de la concurrence partout dans le monde, et notamment celui de l’Union européenne. Bayer a réussi à « convaincre » Donald Trump de soutenir cette super-fusion [1], et une seule organisation a maintenant réellement le pouvoir de taper du poing sur la table : l’Union européenne.

Nous savons que la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, mène déjà des négociations informelles avec Bayer à huis clos. Si nous n’agissons pas maintenant, cette super-fusion pourrait devenir une affaire conclue. Nous devons lui demander de dire non immédiatement.

La super-fusion de Bayer et Monsanto n’est pas un cas isolé dans le secteur de l’agrochimie. ChemChina a déjà avalé le Suisse Syngenta, et la fusion de Dow Chemical avec DuPont a également vu le jour. Les trois nouveaux géants de l’agrobusiness contrôleraient 70 % des produits agrochimiques dans le monde et 60 % du marché des semences.Un véritable coup de massue pour les agriculteurs aux quatre coins de la planète : un tel monopole les obligerait à se fournir en semences et pesticides auprès de seulement trois sociétés dans le monde.

Ces multinationales ont déjà prouvé par le passé qu’elles faisaient passer leurs profits avant notre santé et l’environnement. L’agriculture industrielle est un cercle vicieux : toujours les mêmes cultures sur des champs à perte de vue, qui nécessitent toujours plus d’engrais et de pesticides. Parallèlement, ce modèle agricole entraîne un phénomène d’érosion des sols et une rupture totale de la chaîne alimentaire pour les insectes, les oiseaux et les animaux de petite taille.

Notre bataille est européenne, mais le combat contre ces super-fusions est mondial. Des mouvements portés par des agriculteurs, des consommateurs et des citoyens comme nous sont en train de se mobiliser. C’est à nous de mettre Margrethe Vestager face à ses responsabilités et de lui demander d’empêcher BaySanto de voir le jour.

C’est pour cela que nous vous demandons de signer notre pétition commune.

NON AU MONSTRE À DEUX TÊTES BAYSANTO !

[1] [http://www.usinenouvelle.com/article/bayer-se-satisfait-d-une-reunion-constructive-avec-trump-sur-monsanto.N486984]

Etude complète en anglais et résumé en français de cette étude (certains aspects sont connus, mais le § 4 sur le « développement des plateformes informatiques » de Bayer et Monsanto, apporte un éclairage important sur la stratégie de ces firmes) :

PDF - 131.1 ko

Résumé de l’étude légale sur la fusion Bayer-Monsanto

Cet article a été publié dans Accueil, Eau - Santé Qualité, Pollution des sols avec le mot-clé APPEL, cinéma, communiqué Europe, documentation Europe, pétition. Mettre en signet le permalien.

Résultat de recherche d’images pour ’Collectif des Associations de Défense de l’Environnement du Pays-Basque et du sud des Landes’

© 2018 - CADE : Collectif des Associations de Défense de l’Environnement du Pays-Basque et du sud des Landes – Source : http://www.cade-environnement.org/2017/10/20/petition-europeenne-non-au-monstre-a-deux-tetes-baysanto/

Traduction, compléments entre […] et liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 08/10/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier :

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti,

— -

ISIAS OGM Pesticides Kommt jetzt Baysantos neues Mais-Monster Français.1

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Kommt jetzt Baysantos neues „Mais-Monster“ ?

Liebe UnterstützerInnen von Testbiotech,

derzeit finden in der EU die Abstimmungen über die Zulassung einer gentechnisch veränderten (GV) Maislinie statt, die eine Super-Resistenz gegenüber den Herbiziden Glyphosat und Glufosinat aufweist und sechs verschiedene Insektengifte produziert. Der Mais ist eine Kreuzung aus fünf verschiedenen GV-Pflanzen.

Damit wird ein neuer Höhepunkt in der Aufrüstung auf dem Acker erreicht : Schon 2013 hatte die EU-Kommission den sogenannten „Smart-Stax“-Mais zugelassen, der mehrere Insektengifte produziert und gegen zwei Herbizide resistent gemacht wurde. Jetzt wird dieser Mais noch einmal mit einer zusätzlichen Resistenz gegen Glyphosat aufgerüstet. Der Grund : Unkräuter und auch Schädlinge passen sich zunehmend an den Anbau der Gentechnik-Monokulturen an – in der Folge kommen immer mehr Gifte auf den Acker und es finden sich auch mehr Rückstände in der Ernte. Bei ihrer Risikobewertung hat die EFSA diese Risiken weitgehend außer Acht gelassen : Weder wurden die kombinatorischen Wirkungen untersucht noch die Folgen des erhöhten Pestizideinsatzes. 

Der GV-Mais wurde ursprünglich von Monsanto produziert, gehört aber jetzt dem Bayer-Konzern, der Monsanto aufgekauft hat. Der Mais ist Teil einer Geschäftsstrategie, die darauf beruht, patentiertes Saatgut und Herbizide im Doppelpack zu verkaufen : Das Erbgut der Pflanzen weist einen doppelten Satz von Resistenzgenen sowohl gegen Glyphosat als auch Glufosinat auf und kann daher mit höheren Dosierungen dieser Unkrautvernichtungsmittel gespritzt werden. In der Folge kann auch die Ernte dieser Pflanzen höhere Rückstandsmengen der Herbizide aufweisen. Hinzu kommen die in den Pflanzen produzierten Insektengifte. Diese sind zwar vielleicht nicht direkt für den Menschen giftig, stehen aber im Verdacht, Immunreaktionen bis hin zu Allergien zu verstärken oder auszulösen. Nachdem unter anderem Testbiotech mehrfach auf dieses Risiko hingewiesen hatte, ist die EU-Kommission jetzt endlich aktiv geworden und hat von der EFSA eine erneute Überprüfung der Toxine verlangt.

Testbiotech will diese Zulassung genauer verfolgen und prüft weitere Schritte. Letzten Mittwoch hat der Generalanwalt des Europäischen Gerichtshofes seine Stellungnahme zu einer Klage (C-82/17P) vorgelegt, die von Testbiotech und anderen Organisationen eingereicht wurde. Ziel der Klage ist es, eine wesentlich genauere Untersuchung der Risiken derartiger Pflanzen verpflichtend zu machen. Geht es nach der Ansicht des Generalanwalts, werden unsere Bemühungen in diesem Fall allerdings scheitern. Doch Testbiotech hat in einem anderen Verfahren bereits sichergestellt, dass dem Gericht weitere Fälle zur gerichtlichen Überprüfung vorgelegt werden können. 

Mit Ihrer Unterstützung können wir uns weiter für unser gemeinsames Ziel, den Schutz von Mensch und Umwelt, stark machen !

http://files.crsend.com/39000/39968...

Herzlichen Dank für Ihr Engagement ! 


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 10 / 298987

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site OGM  Suivre la vie du site Cultures OGM  Suivre la vie du site Blé Maïs Riz OGM   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License