ISIAS

"Himalaya 喜马拉雅山 " par Jacques Hallard

mercredi 6 février 2019 par Hallard Jacques



ISIAS Créations artistiques Climat

Himalaya 马拉雅 

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS – 05/02/2019

PLAN Création artistique

Introduction sur l’Himalaya par Wikipédia {{}}

Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya pourraient fondre d’ici à 2100 (AFP, 04 février 2019) {{}}

Auteur


C :\Users\Jacques\Documents\Himalaya h P1010195 (4).jpg

Himalaya 马拉雅山  : composition libre de Jacques Hallard, atelier de François Teissèdre 2019, dans le cadre de ‘Mollégès Group Art’ 13940.

Retour au début du document


Introduction sur l’Himalaya par Wikipédia

L’Himalaya Écouter (sanskrit : हिमालय de hima (neige) et ālaya (demeure), littéralement « demeure des neiges »1, népalais : हिमालय, hindi : हिमालय, ourdou : ہمالیہ), ou chaîne de l’Himalaya, est un ensemble de chaînes de montagnes s’étirant sur plus de 2 400 km de long et large de 250 à 400 km, qui sépare le sous-continent indien du plateau tibétain dans le Sud de l’Asie. Au sens strict, il débute à l’ouest au Nanga Parbat au Pakistan et se termine à l’est au Namche Barwa au Tibet. Cet ensemble montagneux, délimité à l’ouest par la vallée du fleuve Indus et à l’est par la vallée du fleuve Brahmapoutre, couvre une aire d’environ 600 000 km2.

Ainsi, l’Himalaya abrite 10 des 14 sommets qui culminent à plus de 8 000 mètres d’altitude, dont le mont Everest, le plus haut de tous ; les 4 autres se situent dans le Karakoram. Ces hauts sommets ont donné lieu à de nombreuses expéditions d’alpinistes renommés et ont tous été conquis. La limite supérieure des forêts se situe à 3 900 m et la limite inférieure des neiges éternelles vers 5.000 m2.

L’Himalaya fait partie d’un ensemble montagneux plus vaste encore que l’on désigne par « Aire Hindu Kush-Himalaya » (HKH), laquelle comprend les chaînes du Karakoram, de l’Hindou Kouch et du Pamir. Ce vaste ensemble chevauche huit pays et abrite plus de 140 millions de personnes. Photo : Une partie de la chaîne de l’Himalaya photographiée par la Station spatiale internationale (ISS). Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Himalaya

Retour à la création artistique

Retour au début du document


Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya pourraient fondre d’ici à 2100 - AFP, publié le lundi 04 février 2019 à 15h39 - Photo prise le 22 novembre 2018 d’un glacier dans la région de l’Everest, au Népal - ©Prakash MATHEMA, AFP.

Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch pourraient fondre d’ici à la fin du siècle si la planète restait sur la même trajectoire d’émissions de gaz à effet de serre, risquant de déstabiliser les grands fleuves d’Asie, selon une étude rendue publique lundi.

S’étendant sur 3.500 kilomètres de l’Afghanistan à la Birmanie, la région montagneuse de l’Hindou-Kouch-Himalaya (HKH) est qualifiée de ’troisième pôle’ par les scientifiques pour ses gigantesques réserves de glace. Celles-ci alimentent dix cours d’eau majeurs d’Asie, du Gange au Mékong en passant par le fleuve Jaune, le long desquels sont structurés des bassins de populations.

Or le réchauffement climatique menace les glaciers en altitude de cette ligne montagneuse qui compte les plus hauts sommets du monde comme l’Everest et le K2, selon une vaste étude, fruit de cinq ans de travail et qui a mobilisé plus 350 chercheurs et experts, dirigée par l’International Centre for Integrated Moutain Development (ICIMOD), une organisation intergouvernementale établie à Katmandou (Népal).

’C’est la crise climatique dont vous n’avez pas entendu parler’, a déclaré le responsable du rapport Philippus Wester, de l’ICIMOD, cité dans le communiqué de presse. Même si les nations de la planète parvenaient à contenir le réchauffement climatique du globe à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle d’ici à 2100, la cible basse de l’accord de Paris sur le climat de 2015, l’Hindou-Kouch-Himalaya perdrait tout de même un tiers de ses glaciers. Une fonte qui ne sera pas sans conséquences pour les 250 millions d’habitants de ces montagnes et les 1,65 milliard d’autres qui vivent dans les bassins fluviaux en aval.

’Le réchauffement climatique est en passe de transformer les pics montagneux couverts de glaciers de l’HKH à travers huit pays en roches nues en moins d’un siècle. Les conséquences pour les peuples de la région, déjà l’une des régions de montagnes les plus fragiles et à risques du monde, iront d’une aggravation de la pollution de l’air à une augmentation des événements climatiques extrêmes’, a mis en garde M. Wester.

- Sécheresses, inondations... -

En influant sur les volumes et les périodes de la fonte glaciaire, le réchauffement climatique menace la production agricole dépendante de cette eau et fait peser un risque d’insécurité alimentaire, aussi bien dans les montagnes qu’en contrebas.

’Les réductions projetées des débits avant la mousson de rivières et les changements dans la mousson feront le plus mal, perturbant les systèmes de distribution d’eau urbains et les productions de nourriture et d’énergie’, a estimé M. Wester.

Sécheresses plus fréquentes, augmentation du nombre des violentes précipitations et des soudaines inondations dues aux ruptures de lacs glaciaires figurent parmi les risques climatiques cités par l’étude. Et ’davantage d’eau devrait déferler dans l’Indus, le Gange et le Brahmapoutre’, obligeant à un changement dans l’agriculture pratiquée dans les vallées à proximité de ces fleuves, note-t-elle.

Très élevée dans les plaines indo-gangétiques, la pollution atmosphérique cause également le dépôt de noir de carbone et de poussière sur les glaciers. Ce phénomène a pour conséquence d’accélérer leur fonte, de modifier la circulation de la mousson et la distribution des pluies au-dessus de l’Asie.

Les auteurs du rapport estiment qu’il sera nécessaire d’injecter dans la région de 3,2 à 4,6 milliards de dollars par an d’ici à 2030 pour s’adapter au changement climatique, puis de 5,5 à 7,8 milliards de dollars par an d’ici à 2050.

’Tous les pays (de l’Hindou-Kouch-Himalaya) partagent les ressources montagneuses donc il est nécessaire qu’ils travaillent ensemble pour déterminer la façon d’affronter ce problème et aussi parler d’une même voix sur la scène mondiale’, a dit à l’AFP David Molden, le directeur général de l’ICIMOD.

Contacter Orange Boutique en ligne Forum d’entraide Informations légales Données personnelles Les cookies Publicité Internet© Orange 2019 - Source : https://actu.orange.fr/monde/les-deux-tiers-des-glaciers-de-l-himalaya-pourraient-fondre-d-ici-a-2100-CNT000001cAbpt.html

Autre source d’information : Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch pourraient fondre d’ici à la fin du siècle : « C’est la crise climatique dont vous n’avez pas entendu parler », affirme le responsable d’une étude menée par l’Icimod, une organisation intergouvernementale établie à Katmandou. Le Monde avec AFP.

Retour à la création artistique

Retour au début du document



Auteur : Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 05/02/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Créations artistiques Climat Himalaya.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 77 / 327420

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Créations artistiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License