"Neuf entreprises dirigent l’avenir de l’intelligence artificielle (IA)" par Maria Temming

Traduction et compléments de Jacques Hallard



ISIAS IA

Neuf entreprises dirigent l’avenir de l’intelligence artificielle (IA)

‘The Big Nine’ explorent les facteurs politiques et économiques qui façonnent le monde des technologies numériques (ou digitales)

Compléments sur l’auteure Amy Webb, futurologue et “Tech Trends 2019” : son décryptage de notre avenir dominé par l’IA

L’article d’origine de Maria Temming a été publié le 12 mars 2019 par Science news Science & Society, Technology, Artificial Intelligence sous le titre « Nine companies are steering the future of artificial intelligence » ; il est accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/nine-companies-steering-future-artificial-intelligence

Apple headquarters

Présentation d’un livre - ‘The Big Nine’ explore la façon dont une poignée de sociétés technologiques impliquées dans le développement de l’intelligence artificielle (IA), y compris Apple, dont le siège social est présenté ci-dessus, jouent un rôle démesuré dans la détermination de l’avenir de la société en général. Uladzik Kryhin / Shutterstock

[Sous-titre de l’auteure : Undue influence, une influence qui va à l’encontre des règles et des usages et/ou qui n’est pas fondée].

[Avant-propos du traducteur - Le terme ‘The Big Nine’ désigne l’ensemble des grandes sociétés transnationales suivantes : Google, Microsoft, Amazon, Facebook, IBM et Apple (« G-MAFIA ») aux États-Unis, et Baidu, Alibaba et Tencent en Chine (« BAT »).

Voir à ce sujet notre dossier : ’La nébuleuse des opérateurs économiques du numérique de l’électronique et des télécommunications’ par Jacques Hallard, dimanche 30 décembre 2018]

https://images-na.ssl-images-amazon...,204,203,200_.jpg

The Big Nine : How the Tech Titans and Their Thinking Machines Could Warp Humanity Hardcover – March 5, 2019 - Amy Webb - PublicAffairs, 27 $ -

Que l’intelligence artificielle soit le meilleur ami de l’humanité ou la plus grande menace a fait l’objet de nombreux débats. Nous avons tous entendu les promesses de maisons intelligentes parsemées d’appareils offrant une commodité sans précédent, ainsi que des avertissements contre des robots tueurs. L’ouvrage ‘The Big Nine’ est un genre d’histoire différente sur les risques et les avantages potentiels de l’IA.

Plutôt que de remettre en question le caractère des machines à penser, la futurologue Amy Webb pose un regard critique sur les humains derrière les ordinateurs. Alors que le développement d’Amnesty International repose essentiellement sur neuf puissances technologiques, elle demande : Est-il possible que la technologie serve les meilleurs intérêts de tous ?

Amy Webb braque les projecteurs sur le ‘Big Nine’ : Google, Microsoft, Amazon, Facebook, IBM et Apple (le « G-MAFIA ») aux États-Unis, et Baidu, Alibaba et Tencent (le « BAT ») en Chine. Le G-MAFIA est redevable aux forces capitalistes des marchés ; le BAT sert la volonté politique du gouvernement chinois.

Le livre met en évidence des signes avant-coureurs de ce qui se passe lorsque nous nous appuyons de plus en plus sur la technologie créée par des entreprises qui accordent la priorité aux intérêts commerciaux et politiques au public. Ces drapeaux rouges incluent la mauvaise gestion des données personnelles des utilisateurs (SN Online : 15/04/18) aux États-Unis et un système de « crédit social » sanctionné par l’État qui surveille le comportement des gens en Chine. Amy Webb tient généralement les ‘Big Nine’ pour responsables, mais fait parfois le pivot pour défendre les entreprises, qui, selon elle, sont dirigées par des personnes ayant de bonnes intentions.

[Voir aussi l’article « The Facebook data debacle may not change internet behavior - Experts say there’s little people can do to control their personal information online. By Maria Temming 7:00am, April 15, 2018].

Les lecteurs qui ne sont pas aussi convaincus des nobles intentions des ‘Big Nine’ peuvent au moins convenir avec Amy Webb, qu’un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités. La deuxième partie du livre détaille trois scénarios possibles jusqu’en 2069, allant du scénario le plus favorable dans lequel les ‘Big Nine’ s’engagent à donner la priorité n° 1 aux intérêts des utilisateurs, jusqu’au scénario dans le pire des cas où les ‘Big Nine’ continuent de fonctionner comme d’habitude.

Les évaluations de Amy Webb sont basées sur des analyses de dépôts de brevets, des briefings politiques, des interviews et d’autres sources. Elle décrit par exemple de manière très convaincante comment l’IA pourrait bénéficier à une personne moyenne, via la médecine de précision ou des applications de rencontres plus intelligentes, par exemple, même si elle se concentre principalement sur les Américains. Ses prévisions sont provocantes et incroyablement plausibles.

Amy Webb se termine par un appel à l’action qui est quelque peu superficiel, comprenant des étapes prévisibles telles que la lecture des conditions de service des « G-MAFIA ». Malheureusement, ‘The Big Nine’ peut laisser de nombreux lecteurs se sentir moins comme des citoyens autonomes, mais plutôt comme des figurants dans un film, dans lequel les géants de la technologie numérique et les dirigeants mondiaux jouent les protagonistes. Mais pour ceux qui veulent avoir un aperçu de la façon dont quelques entreprises de technologie pourraient remodeler la société relativement rapidement, les points de vue de Amy Webb constituent une lecture facilement accessible et mais aussi intrigante.

Communiqué commercial - Achetez le livre The Big Nine d’Amazon.com. Science News participe au programme d’associés Amazon Services LLC. Veuillez consulter notre rubrique FAQ (en anglais) pour plus de détails. Recevez les manchettes de Science News par courrier électronique.

Image associée

Retour au début de l’article traduit


Compléments sur l’auteure Amy Webb, futurologue

Description

Traduit de l’anglais - Amy Webb est une futuriste américaine, auteure et fondatrice du Future Today Institute. Elle est professeure de prospective stratégique à la ‘Stern School of Business’ de l’Université de New York et a été boursière invitée Nieman en 2014-2015 à l’Université de Harvard. Wikipédia (anglais)

Résultat de recherche d’images pour ’amy webb’Photo de Amy Webb : https://futuretodayinstitute.com/am...

Date et lieu de naissance : 1974 (Âge : 45 ans), East Chicago, Indiana, États-Unis

Époux : Brian Woolf

Résidence : Baltimore, Maryland, États-Unis

Enfant : 1

Enseignement : Columbia University Graduate School of Journalism (2001),

“Tech Trends 2019”, Amy Webb décrypte notre avenir dominé par l’IA Photo

Publié le 10 mars 2019 par Kati Bremme, kati bremme (@katinka_blume)Direction de l’Innovation et de la Prospective #sxsw2019 – Document diffusé par ‘meta-media.fr’

Injecter des nuages en eau de mer dans le ciel pour réguler la température, se retrouver enfermés dans notre smart-home avec un micro-ondes qui refuse de nous préparer à manger parce qu’il a décidé que nous avons besoin d’un régime, un service premium payant réservé aux riches pour bénéficier de la protection des données - voici quelques scénarios de notre futur possible. Amy Webb, la fondatrice de l’Institut Future Today et professeure à la New York University Stern School of Business a publié ce week-end son rapport Tech Trends 2019 lors du festival SXSW à Austin, au Texas. 

Pour cette 12ème édition de son ouvrage visionnaire sur les enjeux à suivre à court et long terme, 315 tendances dans la technologie et la science ont été détectées (+30% par rapport aux précédents rapports), une augmentation due à l’accélération des technos l’année dernière, des biotechnologies aux réalités mixtes, en passant par les satellites ou encore le transport. Comme pour la dernière décennie, le rapport est dominé par l’IA comme enjeu principal pour l’ensemble des secteurs, y compris les médias. 

Déclinées en 48 scénarios calculés par des algos, elles prédisent un avenir mi optimiste (17) mi catastrophique (11), et incitent surtout à l’action.

La méthode

Quel rapport entre Walmart et les génomes ? S’il fallait retenir une idée de ce rapport de 381 pages c’est bien qu’il ne suffit pas de regarder sa propre industrie pour comprendre les tendances à venir. Les technos convergent de plus en plus : impression 4D, décryptage des génomes avec CRISPR-Cas9, micro-agriculture combinés feront que nos aliments en 2030 ne viendront plus de l’Amazonie, mais bien d’Amazon, qui a d’ailleurs annoncé la semaine dernière la sortie une nouvelle chaîne d’épiceries. Pour prévoir efficacement le futur, selon Amy Webb, les entreprises devraient modifier leur relation au temps pour trouver le bon équilibre entre décisions tactiques, stratégiques et visions à long terme. 

Voir à la source : les horizons stratégiques au cours du temps selon le degré de certitude escompté

7 idées clés à emporter du rapport 2019

1. La mort de la vie privée

En 2019, nous sommes devenus des machines produisant perpétuellement des données (de façon volontaire ou non), à travers l’utilisation de nos smartphones, smart-speaker ou dans nos smart-homes tout court. Un nouvel enjeu pour les entreprises qui traitent nos données : stocker et protéger les données, et éviter les biais dans leur utilisation. 

2. VSO est le nouveau SEO 

D’ici fin 2020 la moitié de nos interactions avec des ordinateurs se fera par la voix. La “Voice Search Optimization” vient alors le nouvel enjeu pour être trouvé dans un océan de contenus. Selon Amy Webb, 40% des ménages américains seront équipés d’un assistant vocal d’ici fin 2019. 

3. La domination des ’Big Nine’

La recherche autour de l’IA est aujourd’hui concentrée entre les mains de seulement 9 companies tech (Google, Amazon, Microsoft, Apple, IBM et Facebook aux US, et Baidu, Alibaba and Tencent en Chine). Les labos de recherche dépendent de leurs données, outils et moyens. Des systèmes d’IA complexes seront construits sur l’un de ces environnements, des décisions difficilement réversibles. 

4. PDR, un dossier de données personnelles

Des compilations de l’ensemble de nos données, des données d’utilisation de nos smartphones à nos diplômes d’école, qui seront passées de génération en génération, et dont nous serons, normalement, les propriétaires. Cette tendance sera soutenue par les moyens de la reconnaissance faciale et vocale, de la détection de la structure de nos os (sur laquelle travaille l’armée aux US) et même de la reconnaissance de personnalité. 

5. L’ascension continue de la Chine, non seulement en IA

La tendance évoquée l’année dernière est confirmée. Conquête de l’espace, nouvelle génération d’Internet, édition des génomes, voitures électriques… ’Aucun autre gouvernement est dans la course vers l’avenir de façon aussi contrôlée et véloce’, même si un ralentissement de l’économie signifiera aussi une décélération dans ces industries. Un rapport de l’institut Elsevier voit la Chine comme la puissance dominante en IA dans les 5 années à venir. 

6. La réglementation juridique des nouvelles technos

Les juristes du monde entier sont dépassés par la vitesse et l’étendue des développements de nouvelles technos, et il leur sera difficile de proposer des lois adéquates. 

7. La consolidation

La collaboration entre géants de la tech, médias et robotique est bénéfique pour les développements techniques, mais attire aussi l’attention des régulateurs. 

La robotique moléculaire, des collaborations de robots, des robots hackés par des humains, des flottes de drônes et leurs centres de contrôle, des bateaux autonomes et voitures sous-marines et le retour du voyage supersonique sont d’autres tendances évoquées dans le rapport. Amy Webb dresse aussi la liste des villes les plus ’smart’, avec en numéro 1 cette année Copenhague, suivie d’autres capitales nordiques. Pas étonnant quand on connaît leur puissance en termes d’innovation.

Les enjeux pour les médias

Un chapitre est consacré aux tendances détectées pour le secteur des médias, de l’édition et des réseaux sociaux. L’IA y est évidemment prédominante, avec des compétences à acquérir d’urgence.

Maîtriser les algorithmes et les données

Des compétences nouvelles sont demandées aux journalistes pour investiguer des sujets autour de l’IA et les algos. Il est plus que jamais important de rendre transparent le fonctionnement des algos, pour comprendre d’où vient une information et comment elle est diffusée. Nous arriverons bientôt au point critique où nous ne serons plus capables de distinguer entre un jeu de données détérioré volontairement ou modifié accidentellement. Le reportage assisté par ordinateur est augmenté par l’IA et permet, grâce à l’indexation multilingue, à l’extraction d’entités, à la visualisation algorithmique et à l’analyse multidimensionnelle des jeux de données pour trouver des liens impossibles à détecter auparavant. Le ’crowdlearning’ scrute en parallèle les comportements des utilisateurs sur les plateformes pour en déduire des tendances. La demande de compétences dans ces domaines sera exponentielle pour les rédactions, mais difficile à satisfaire pour le service public, qui manque de moyens pour attirer ce type de profils. Il s’agira non seulement d’être capable d’utiliser l’IA pour investiguer des masses de données, mais aussi d’investiguer sur les IA et les algos eux-mêmes.

Voir le graphique à la source  : diagramme à double entrée combinant le degré de certitude et l’impact dans un futur plus ou moins proche. Les 4 cases présentées suggèrent les conduites à tenir selon les cas : informer sur les stratégies, agir immédiatement, revoir plus tard, adopter une veille vigilante…

Pour entraîner l’IA, on manque aujourd’hui cruellement de jeux de données fiables. Des chercheurs du Data to AI Lab au MIT Laboratory for Information and Decision Systems sont en train, grâce au machine learning, de créer des jeux de données synthétiques (SynLBD) pour éviter les biais des bases d’entraînement habituels, comme les fameux emails d’Enron. Selon Amy Webb, ces jeux de données artificiels seront de plus en plus importants. L’IA aidera aussi au fact-checking automatisé par des algorithmes, sans qu’Amy Webb n’aille cependant plus en détail sur cette partie (le mot blockchain n’est même pas évoqué dans cette partie du rapport).

Elle évoque en revanche le besoin d’une ’transparence radicale’ désormais, pour contrer la perte de confiance à laquelle sont confrontés les les médias, depuis les scandales Cambridge Analytica, les élections US et la diffusion continue de fake news.

Tirer profit des nouvelles technologies pour rendre un service personnalisé et créer l’engagement

La GAT (Génération automatique de textes) pourra servir aux médias pour proposer non seulement une seule version d’un texte, mais pour adapter le texte aux différents publics. Les données annuelles du Berkshire Hathaway’s pourraient ainsi être présentées différemment à un public d’experts de la finance, d’étudiants ou de non professionnels, et peuvent aider à atteindre de nouvelles cibles. Les médias peuvent aussi renforcer leur relation avec l’audience par les plateformes de messageries, qui concentreront, à l’instar de WeChat, de plus en plus de fonctionnalités, avec un enjeu important de monétisation grâce à un service personnalisé.

Dans le même sens, l’apparition de rédactions éphémères et d’éditions limitées très ciblées pour un seul événement permettra d’atteindre des cibles spécifiques et de proposer des modèles publicitaires efficaces. Le retour des newsletters et podcasts, mais aussi l’évolution des réalités mixtes, permettent d’atteindre une audience de niche, et les modèles ’One to few’ vont encore grandir, le journalisme se transformant en réel ’service’.

Voir à la source  : Twilio, un service de connexion aux utilisateurs et de distribution de contenu

Des nouveaux formats audio et visuels permettront d’engager davantage l’audience. Interactivité, immersion et personnalisation sont les 3 enjeux clés. Bandersnatch de Netflix n’est qu’un début. A l’instar de la maison de production Eko qui crée des expériences vidéos interactives, ces nouvelles narrations vont se diffuser plus largement, notamment aussi avec des nouveaux formats pour les assistants vocaux et les réalités mixtes. Eko est d’ailleurs en train de construire une plateforme pour Walmart.

La fragilité numérique, consolidation... et fragmentation des offres 

Des contenus uniquement accessibles en ligne créent une nouvelle fragilité. Des sites fermés à cause de problèmes économiques, comme The Village Voice, avec des reportages d’investigation récompensées, le Rocky Mountain News, ou encore le Tampa Tribune coupent du jour au lendemain l’accès à des informations. A la fin d’un partenariat entre Microsoft et la NBC, le projet a été dépublié. Sous le gouvernement Trump, de nombreuses études et statistiques auparavant accessible en ligne ont été dépubliées. Des solutions pour garantir une archive numérique accessible sont à trouver.

Coupures dans les budgets des rédactions, dépendance de plus en plus grande envers les agences de presse, regroupement de médias et dérégulation par le FCC créent un déséquilibre dans le paysage média US, avec des déserts de désinformation naissant dans les zones rurales. Une menace pour la démocratie qui n’est pas prête de s’arranger avec la reprise de grands médias par des investisseurs (Fortune vendu à l’homme d’affaires thaïlandais Chatchaval Jiaravanon, Quartz acheté par le japonais Uzabase, Forbes vendu à un groupe à Hong Kong, et le New York Times en négociation avec Ev Williams). En même temps, le paysage audiovisuel continue à se fragmenter, avec la saturation du marché OTT et streaming (Disney lance son service cette année, AT&T, Viacom and Discovery sont à venir). Le contenu est de plus en plus fragmenté, et le choix devient difficile.

Une bonne nouvelle cependant  : (lire en anglais un point de vue de Amy Webb)

‘The Big Nine’

En parallèle du rapport, Amy Webb sort son livre “The Big Nine”, qui reprend l’enjeu le plus important et le fil conducteur de son rapport : l’IA et l’impact des géants de la tech. Amazon, Google, Facebook, Tencent, Baidu, Alibaba, Microsoft, IBM et Apple sont les nouveaux dieux de l’IA qui transformeront notre vie, non pas pour l’améliorer, mais bien pour en tirer un profit économique immédiat.

Le conseil d’Amy Webb aux entreprises pour rester dans la course : regarder autour de soi et “prendre des décisions stratégiques incrémentales chaque jour”.

https://www.meta-media.fr/files/201...Pour accéder au rapport complet -...

© Photo de Une : Franki Chamaki sur Unsplash

Meta-mediaSource : https://www.meta-media.fr/2019/03/10/tech-trends-2019-amy-webb-decrypte-notre-avenir-domine-par-lia.html

Image associée

Meta Media – YouTube https://www.youtube.com/channel/UCD2e2EiZlRkEIfG8umXn-6w-* ‘Meta-media.fr’ est un blog collectif de France Télévisions qui décrit l’évolution des médias traditionnels, des nouveaux médias et du journalisme.

Retour au début de l’article traduit

Quelques vidéos en anglo-américain

6:41 Amy Webb : The Big Nine and the G MAFIA -TWiT Netcast Network - YouTube - 1 mars 2019

12:08 Amy Webb : The Big Nine - G MAFIA vs BAT -TWiT Netcast Network - YouTube - 4 mars 2019

8:00 Amy Webb : The Big Nine - What is AI ? -TWiT Netcast Network - YouTube - 2 mars 2019

1:03:35 Amy Webb : The Big Nine - Triangulation 387 –Triangulation YouTube - 2 mars 2019

14:46 Author Amy Webb on Her New Book, ’The Big Nine’ -PBS - 7 mars 2019

Retour au début de l’article traduit

Traductions avec compléments entre […] et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 19/03/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS IA Nine companies are steering the future of artificial intelligence French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---