"Mise au point sur les moustiques vecteurs de maladies, leur présence géographique et les recommandations pour se protéger" par Jacques Hallard


ISIAS Santé

Mise au point sur les moustiques vecteurs de maladies, leur présence géographique et les recommandations pour se protéger

Jacques Hallard , Ingénieur CNAM, site ISIAS 21/04/2019

PLAN : Introduction Sommaire Auteur

Introduction

Un retour sur les maladies transmises par les moustiques est l’objet de ce document, qui fait suite à nos travaux antérieurs.

Le sommaire ci-dessous indique les articles choisis sur ces insectes piqueurs, dont le moustique tigre qui continue sa progression, notamment en France métropolitaine. Des documents officiels sur les risques sanitaires et les consignes à observer laissent ensuite la place à des sources diverses, en textes et vidéos, qui indiquent des solutions pratiques pour limiter les risques de piqûres par les femelles et la transmission de maladies, ainsi que des tentatives locales pour adapter des chauves-souris comme auxiliaires pour faire face aux invasions des moustiques qui affectionnent les eaux stagnantes pour se reproduire.

Retour au début de l’introduction

Retour au début du dossier


Sommaire

1. Découvrir les moustiques avec Wikipédia

2. Le moustique tigre d’après Vikidia pour les 8-13 ans

3. Risques sanitaires - Maladies transmises par les moustiques : Paludisme, Fièvre jaune, Chikungunya, Dengue, Zika – Document officiel ‘France Diplomatie’

4. Moustiques vecteurs de maladies – Document officiel misà jour le 26.06.2018

5. Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine - Document officiel misà jour le 22.02.19

6. Comment se protéger du moustique tigre – Communiqué pratique à visée commerciale

7. Ultrasons, bracelets répulsifs, vitamine B1... Ces méthodes pour chasser les moustiques sont-elles fiables ? Document LCI

8. Cinq remèdes naturels anti-moustiques vraiment efficaces – Document ‘alternatives.blog.lemonde.fr’

9. Moustiques : un répulsif naturel et efficace – Science - Vidéo ‘EuroNews’ ajoutée le 9 avril 2014

10. Les nouveaux rois de l’anti-moustique - Reportage investigation 2015 – Vidéo ajoutée le 24 décembre 2015

11. Comment se débarrasser des moustiques - Michel Esnault – Vidéo ajoutée le 20 avril 2019

12. La chauve-souris : une machine à aspirer les moustiques - Publié le 20/04/2019 à 08:38 – Document ‘ ‘la depeche.fr’

13. Pour lutter contre la prolifération de moustiques tigres, des communes installent des colonies de chauves-souris Par Anaïs Col - Publié 14.05.2018 - Document ‘pourquoidocteur.fr’

Autres documents sur les maladies à vecteurs et les moustiques, postés sur les sites ISIAS et ‘yonne lautre’

Retour au début du sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier

1.
Découvrir les moustiques avec Wikipédia

Les Culicidés, appelés moustiques1, ou encore maringouins2, forment une famille d’insectes appelée Culicidae. Classés dans l’ordre des Diptères et le sous-ordre des Nématocères, ils sont caractérisés par des antennes longues et fines à multiples articles, des ailes pourvues d’écailles, et des femelles possédant de longues pièces buccales en forme de trompe rigide de type piqueur-suceur. À ce jour, 3 546 espèces de moustiques réparties en 111 genres sont inventoriées au niveau mondial3 mais un bien moins grand nombre pique l’homme.

Les moustiques ont un rôle dans les écosystèmes mais avant tout en épidémiologie humaine et animale car outre qu’ils sont source de nuisance par les piqûres qu’ils infligent, ils sont le plus important groupe de vecteurs d’agents pathogènes transmissibles à l’être humain, dont des zoonoses4. Ils sont vecteurs de trois groupes d’agents pathogènes pour l’être humain : Plasmodium, filaires ainsi que de nombreux arbovirus.

Ils sont présents sur l’ensemble des terres émergées de la planète (à l’exception de l’Antarctique), tant dans les milieux forestiers, de savanes ou urbains, dès qu’une surface d’eau douce ou saumâtre, même réduite ou temporaire, est disponible.

Photo - Aedes(Stegomyia)albopictus

Article complet à lire sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moustique

Retour au sommaire

2.
Le moustique tigre d’après Vikidia pour les 8-13 ans

Le moustique tigre (Aedes albopictus) est un petit moustique très invasif, vivant dans les villes et à proximité des habitations humaines. Originaire d’Asie du Sud-Est et de l’Océan Indien, il s’est propagé dans plusieurs autres régions du monde, comme les États-Unis, l’Amérique du Sud, et le sud de l’Europe.

Contrairement à son cousin, le moustique commun, le moustique tigre pique aussi durant la journée. Il doit son nom à ses rayures, mais aussi à son comportement agressif. Il est très résistant aux insecticides.

Prolifération

Depuis les années 2000, ce moustique se répand à travers le monde. La larve du moustique tigre, comme celle de tous les moustiques, vit dans l’eau : le moustique tigre a donc besoin de points d’eau stagnante pour pondre ses œufs et se propager. Il utilise principalement les vieux pneus, dans lesquels il reste toujours un peu d’eau.

Le moustique tigre a été importé accidentellement dans plusieurs régions du monde où il a pu s’installer, comme aux États-Unis, en Afrique et en Amérique du Sud. En Europe, le moustique est présent en Italie depuis les années 1990. Il est arrivé en France en 2004 à Nice, vraisemblablement dans les soutes d’avions transitant par l’aéroport, et s’est installé. Il est arrivé depuis dans d’autres régions, comme en Corse ou en région parisienne.

Le principal problème du moustique tigre est qu’il peut transmettre certaines maladies. Il est très résistant aux insecticides, il n’est donc pas facile de s’en débarrasser. Le meilleur moyen de lutte contre les moustiques est d’éliminer les récipients contenant de l’eau stagnante, où les moustiques peuvent pondre leurs œufs.

Certains insecticides sont utilisés au printemps pour tuer les larves, mais ce traitement doit être utilisé avec précaution, car il risque de tuer aussi les larves d’autres insectes, comme les libellules, notamment, qui sont, (entre autres) les prédateurs des moustiques.

Transmission de maladies

Certaines maladies sont contagieuses, mais ne se transmettent pas directement de personne à personne : il faut qu’un insecte, ou un autre arthropode, propage le virus d’une personne à l’autre : ce sont les arboviroses.

Le moustique tigre, comme les autres moustiques du genre Aedes, est un des insectes capables de propager certaines maladies, comme la dengue ou le chikungunya. Le moustique tigre n’est pas dangereux en lui-même ; mais si le moustique pique une personne atteinte d’une de ces maladies, alors il peut la transmettre à d’autre personnes.

En 2005 et 2006, le moustique tigre a contribué à transmettre une épidémie de chikungunya à La Réunion.

Tant que la maladie n’est pas présente dans une région, la piqûre du moustique reste inoffensive. En revanche, quand le moustique et la maladie sont à la fois présents dans une région, alors la maladie peut se transmettre.

Les premiers cas de chikungunya attrapés en Europe métropolitaine datent de 2007, avec quelques cas recensés en Italie. Depuis, deux cas de chikungunya ont également été détectés en France, à Fréjus, en 2010.

Une autre maladie propagée par le moustique tigre, la dengue a également été détectée en France, à Nice, en 2010 également.

Cela ne constitue pas une épidémie, ni même le début d’une épidémie : cela veut simplement dire que le virus peut désormais se transmettre dans ces régions.

Source : https://fr.vikidia.org/wiki/Moustique_tigre

Retour au sommaire

3.
Risques sanitaires - Maladies transmises par les moustiques : Paludisme, Fièvre jaune, Chikungunya, Dengue, Zika – Document officiel ‘France Diplomatie’ - {{}}Conseils aux Voyageurs Informations pratiques - Il est conseillé de consulter le guide « voyagez en adoptant les bons gestes » de Santé publique France. Source : Institut Pasteur Lille

Paludisme

Le paludisme, aussi appelé malaria, est la première endémie parasitaire mondiale. C’est une pathologie très répandue chez le voyageur, plusieurs milliers de cas sont répertoriés chaque année en France chez des sujets qui rentrent d’un séjour en zone d’endémie. Aucun vaccin n’est disponible pour se protéger.

Pour se protéger du paludisme il faut, conjointement :
1. Éviter les piqûres des moustiques (cf. ci-après).
2. Prendre des médicaments à petite dose en sachant que les médicaments sont conseillés en fonction du type de parasite qui sévit dans la zone visitée. La délivrance des produits nécessite une prescription médicale car il existe des contre-indications à la prise de ces produits.

Il convient donc de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement doit être poursuivi après le retour en France pour une durée variable selon le produit utilisé.

Pour plus d’informations, consulter la fiche paludisme de l’Institut Pasteur.

Fièvre jaune

Il n’existe pas de médicament préventif qui protège de la fièvre jaune. Il est nécessaire de se faire vacciner et de suivre les mesures de prévention des piqures d’insectes (ci-après).
Pour plus d’informations :
• Le site de l’Organisation mondiale de la Santé
• Le site de l’Institut Pasteur
• Le site du ministère des Solidarités et de la Santé

Chikungunya

Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif ni de vaccin. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).
Pour plus d’informations, consulter la rubrique chikungunya de Santé publique France.

Dengue

Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête).

En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. La prise en charge est symptomatique : prise d’antalgiques à base de paracétamol et repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). Pour plus d’informations, consulter la page dengue du ministère des Solidarités et de la Santé.

Zika

Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés. Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées) et analogues à ceux observés pour d’autres infections telles que la dengue ou le chikungunya. Des complications graves ont été constatées : microcéphalies chez des nouveau-nés, complications neurologiques. Il est recommandé à tous de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou au retour en France. Les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse sont invitées à reconsidérer leur voyage.

Les informations suivantes doivent être consultées avant le départ :
1/ Dossier d’informations sur la maladie à virus zika (site du ministère des Solidarités et de la Santé)
2/ Dossier d’informations sur la maladie à virus zika (site de l’institut Pasteur)

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Retour au sommaire


4.
Moustiques vecteurs de maladiesDocument officiel mis à jour le 26.06.2018

Pour limiter le risque d’importation et d’implantation des maladies dites vectorielles transmises par des moustiques, le ministère chargé de la santé a mis en place un dispositif de surveillance. Il s’oriente autour de trois grands axes : la détection précoce de la présence de ces moustiques vecteurs, une surveillance des cas humains de maladies qu’ils véhiculent (dengue, chikungunya…) et une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs.

Vous résidez en métropole et vous pensez avoir observé un moustique tigre dans votre commune ? Vous pouvez le signaler et contribuer ainsi à la surveillance de son implantation

- sur le portail dédié « www.signalement-moustique »

- ou en utilisant l’application mobile IMoustique, développée par l’EID Atlantique (disponible sur l’AppStore et sur Google play)

- Les seules cartes officielles de diffusion du moustique tigre en France métropolitaine sont disponibles sur le site du ministère

Les maladies vectorielles

Une maladie vectorielle est transmise par un vecteur, souvent un arthropode se nourrissant de sang, tel le moustique. En piquant une personne ou un animal infecté, il ingère les parasites, virus ou bactéries contenus dans le sang. Après un délai d’incubation de quelques jours, l’insecte contaminé peut transmettre l’agent pathogène à une personne saine à l’occasion d’une autre piqûre.

Dans un contexte de changement climatique et de mondialisation des échanges, les maladies vectorielles ont tendance à apparaître dans des secteurs géographiques épargnés jusqu’alors, ou, comme le paludisme, à réapparaître dans des secteurs où elles avaient disparu. Chaque année, des voyageurs infectés revenant de pays où sévissent ces maladies (Océan Indien, Antilles, Guyane et Asie du Sud-est en particulier), « introduisent » ces virus en métropole.

En 2015, en France métropolitaine, 135 cas de dengue et 29 cas de chikungunya ont été déclarés. La plupart étaient importés mais 6 cas autochtones de dengue ont été détectés à Nîmes. Cet épisode de transmission autochtone fait suite à un foyer de 11 cas de chikungunya autochtones à Montpellier en 2014.

Les principales maladies vectorielles transmises par les moustiques :

Le chikungunya

La dengue

Le virus Zika

La fièvre du Nil occidental (West Nile virus)

La fièvre jaune

Le paludisme (Site de l’OMS)

Le moustique, vecteur de maladies

Le moustique Aedes albopictus (communément appelé « moustique tigre ») peut véhiculer des virus comme ceux du chikungunya, de la dengue et du zika. Il est notamment présent dans les départements français de l’Océan indien où il a provoqué une très importante épidémie de chikungunya en 2006. Sa première installation en métropole a été constatée en 2004 à Menton.

Fin 2015, le moustique tigre était implanté durablement dans 30 départements de métropole. Il est également présent à La Réunion et à Mayotte. Dans les départements français d’Amérique (Guadeloupe, Martinique, Guyane), le vecteur à l’origine des principales épidémies de dengue, de fièvre jaune, de chikungunya et, depuis fin 2015, de zika est le moustique Aedes aegypti.

Consulter les cartes de présence du moustique tigre en France métropolitaine

Certaines espèces de moustiques autochtones peuvent également être vectrices du virus West Nile (plusieurs cas d’infection humaine et équine ont été signalés en Camargue et dans le Var en 2003-2004), en Camargue et dans les Bouches-du-Rhône en 2015), ou de parasites responsables du paludisme.

L’Anophèle était le vecteur du paludisme en France Métropolitaine et en Corse. A ce jour il n’y a plus de transmission locale du paludisme en France, excepté à Mayotte et en Guyane.

Consulter les cartes de répartition des différentes espèces de moustiques vecteurs de maladies en Europe

PDF - Bilan 2017 de la surveillance du moustique tigre en France métropolitaine Téléchargement (7.6 Mo)

PDF - Bilan 2016 de la surveillance du moustique tigre en France métropolitaine Téléchargement (4.2 Mo)

La chaîne de contamination

- Une personne infectée dans une zone où la maladie est présente (endémique) se fait piquer à son retour par un moustique vecteur, alors qu’elle se trouve dans la phase de la maladie au cours de laquelle le virus est présent dans son sang (phase virémique, jusqu’à 7 jours après le début des signes).

- Le moustique infecté peut, quelques jours après, piquer d’autres personnes qui seront à leur tour infectées par ce virus, entraînant l’apparition des premiers cas autochtones pouvant être à l’origine d’une épidémie.

- Le dispositif de surveillance mis en place par le ministère chargé de la santé permet d’empêcher cette chaîne de contamination :

Une enquête entomologique est réalisée autour de chaque cas humain de maladie vectorielle recensé dans un département où son moustique vecteur est installé. Si des moustiques vecteurs sont présents autour des habitations de ces malades des traitements insecticides sont réalisés (lutte anti vectorielle) par des opérateurs publics de démoustications.

Des moyens de prévention collectifs et individuels

La lutte contre les moustiques potentiellement vecteurs de ces maladies et leurs larves constitue l’un des principaux moyens d’éviter la transmission des virus.

Dans les départements colonisés par le moustique vecteur, un arrêté préfectoral définit chaque année les zones de lutte contre les moustiques, et les actions à mener. En dehors des opérations de démoustication réalisées autour des habitations des malades et autour des établissements de santé et, il n’y a pas d’action systématique de désinsectisation hors contexte épidémique.

En matière de prévention collective, la lutte communautaire vise à supprimer les gîtes larvaires à l’intérieur et autour de son habitat (les zones d’eau stagnante comme les dessous de pots, les déchets, les gouttières, etc.) C’est le moyen le plus efficace pour diminuer la densité de moustiques.

Afin d’éviter les piqûres, il existe également des moyens de protection individuels, comme porter des vêtements longs et amples, utiliser des répulsifs, installer des moustiquaires de berceau,… Aucune mesure n’est efficace à 100% ; c’est la somme de mesures individuelles et collectives qui permet diminuer la transmission.

Les particuliers peuvent également signaler l’implantation d’un moustique vecteur autour de leur domicile dans un secteur géographique jusqu’à présent indemne.

Vous résidez en métropole et pensez avoir observé un moustique tigre dans votre commune ? Vous pouvez le signaler sur le portail dédié et contribuer ainsi à la surveillance de son implantation

Dispositif de lutte contre la dissémination du moustique ’Aedes albopictus’ en France métropolitaine

NOTE D’INFORMATION N° DGS/VSS1/2018/85 du 03 avril 2018 relative à la surveillance du moustique Aedes albopictus en France métropolitaine en 2018 dans les départements classés au niveau albopictus 0

INSTRUCTION N° DGS/RI1/2015/125 du 16 avril 2015 mettant à jour le guide relatif aux modalités de mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole

Sites de référence

Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)

Sites des opérateurs publics de démoustication :

Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication

Entente Interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen

Établissement Interdépartemental pour la démoustication du littoral Atlantique

La Brigade Verte dans le Haut-Rhin

Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/moustiques

Retour au sommaire

5.
Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine - Document officiel mis à jour le 22.02.19

La lutte contre le moustique tigre fait partie intégrante de la lutte antivectorielle (LAV). Le moustique Aedes albopictus (communément appelé ’moustique tigre’) est un moustique originaire d’Asie. Il est le vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika. En métropole, ce moustique s’est développé rapidement depuis 2004 et est désormais implanté dans 51 départements.
Plus récemment, un autre type de moustique, très répandu, le Culex pipiens, a transmis un autre type de virus, le virus du Nil occidental (ou West Nile Virus)

Ces cartes officielles de présence du moustique tigre en France métropolitaine sont destinées à l’information des décideurs et du grand public. Elles sont actualisées régulièrement.

Cartes par niveau de diffusion

Le moustique tigre est essentiellement urbain. Son caractère anthropophile (qui aime les lieux habités par l’homme) explique qu’une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s’en débarrasser : les départements dans lesquels le moustique tigre est implanté et actif, c’est à dire durablement installé et se multipliant sont classés au niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika. A ce jour, aucun département classé au niveau 1 n’est redescendu aux niveaux 0a ou 0b, comme le montrent les cartes ci-dessous. Le niveau d’implantation du moustique tigre est déterminé par les experts des opérateurs publics de démoustication (OPD). *Paris et la petite couronne sont en niveau 1

Diffusion d’Aedes albopictus (moustique tigre) au fil du temps

- Le fichier ci-après est constitué d’un ensemble de cartes montrant les départements de niveau albopictus 1 pour chaque année depuis 2004. Accès

PDF - Extension du moustique Aedes albopictus en France métropolitaine de 2004 à (...) Téléchargement (929.5 ko)

- La carte suivante indique la date où chaque département a été colonisé par le moustique de façon durable (classement de niveau 1). Accès

- Le premier des deux graphes ci-dessous, montre l’évolution du nombre de départements passant en niveau 1 selon l’année, le second en montre le cumul  :

En 2018, 51 départements sont classées au niveau 1 (sur les 96 départements métropolitains)

Population exposée

- La carte ci-après montre la population exposée des départements de niveau 1 (estimation - INSEE) :

- La carte ci-après montre la proportion exposée des communes oùAe. Albopictusest présent (population de référence : estimation - INSEE/ population exposée : taille du cercle. Numéro du département à l’intérieur).

Commentaire sur les deux cartes ci-dessus

La deuxième carte (ci-dessus) montre le % de communes colonisées dans leur département. Traduire cette donnée en terme d’exposition au moustique tigre suppose que la population reste fixe, ce qui en minimise l’exposition car les habitants d’une commune se déplacent régulièrement dans leur département…
=> La population des communes où le vecteur de la maladie est présent égale 16 millions d’habitants ; c’est, pour la raison décrite, un minimum.

La population des départements classés au niveau 1 (première carte), tient par nature compte des déplacements à l’intérieur d’un même département. Ainsi, une personne peut se faire piquer en allant faire ses courses dans une autre commune du département où elle réside…) La population totale exposée est ainsi surestimée car dans certains départements classés 1, il arrive que les communes touchées soient peu nombreuses (p. ex : 7% en Côte-d’Or ; 97% dans les Bouches-du-Rhône).

=> La population exposée calculée par cette méthode est de plus de 37 millions d’habitants et est, à l’inverse de la première estimation, surestimée.

Les moyens de lutte contre le moustique tigre (Aedes albopictus)

Divers organismes spécialisés œuvrent à la lutte contre le moustique tigre : ce sont les ’opérateurs publics de démoustication’ ou OPD.
Lorsque les départements sont classés de niveau 1, les Conseils départementaux (CD) ou les OPD qu’ils désignent réalisent la lutte antivectorielle. Dans les autres départements (niveaux 0a et 0b), les OPD interviennent pour le compte de l’Etat à travers une convention.

- Les cartes ci-après montrent le territoire d’intervention des divers OPD, selon le niveau de diffusion d’A. albopictus. Voir la carte 1 , la carte 2 et la carte 3.

Légendes :
BVHR = Brigade Verte du Haut-Rhin
CD (Nom du département) = Conseil départemental (Nom du département)
EID-Atl = Etablissement Interdépartemental pour la Démoustication du littoral Atlantique
EID-Med = Entente Interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen
EIRAD = Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication
SLM67 = Syndicat Mixte de Lutte contre les Moustiques du Bas-Rhin

Le cas particulier des cas autochtones

Les premiers cas de contamination autochtones en métropole sont apparus en 2010.

Les cas autochtones proviennent de cas importés : le moustique portant le virus pique un sujet séjournant hors de France métropolitaine avant son retour en métropole.

La transmission se fait ensuite toujours par un moustique : un moustique ’sain’ piquant une personne contaminée devient porteur du virus et peut le transmettre à une personne saine n’ayant pas séjourné hors de la métropole - c’est un cas autochtone – qui peut ainsi être contaminant s’il est piqué à son tour… Et ainsi de suite.

Le cycle peut se poursuivre et c’est le rôle de tous les acteurs de LAV d’employer les moyens nécessaires pour prévenir tout départ de foyers susceptibles d’évoluer en épisodes épidémiques.

Un tableau comptabilise le nombre de cas autochtones survenus en France métropolitaine par année et par type de virus transmis :

Source du document officiel repris pour lire les renvois dont les cartes : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/article/cartes-de-presence-du-moustique-tigre-aedes-albopictus-en-france-metropolitaine

Retour au sommaire

6.
Comment se protéger du moustique tigre – Communiqué pratique à visée commerciale

Se protéger contre le moustique tigre n’est pas chose aisée. Il vous faudra appliquer plusieurs des conseils ci-dessous simultanément pour arriver à un résultat probant. Il n’y en a effet pas UNE solution radicale pour lutter contre le moustique tigre, mais c’est en combinant plusieurs actions que vous réussirez. Vous avez testé une solution ? Contactez-nous et donnez-nous votre avis (onglet « contact » ci-dessus) !

Comment se protéger du moustique tigre

Voici en résumé ce qu’il faut faire :
1. Éliminer régulièrement toutes les eaux stagnantes
2. Installez un ou deux pièges à proximité de vos zones de vie
3. Faites bruler une spirale anti-moustique chaque soir
4. Utilisez une raquette électrique pour l’appoint

Sommaire

0. Reproduction moustique tigre
1. Eau stagnante et moustique tigre
2. Détruire le moustique tigre
3. Se protéger du moustique tigre
4. Éloigner le moustique tigre
5. Tuer le moustique tigre
6. Ventiler le moustique tigre
7. Éliminer les larves du moustique tigre
8. Traiter contre le moustique tigre


Vous devez d’abord comprendre comment se reproduisent les moustiques

Le moustique tigre pond exclusivement à proximité des eaux stagnante, réceptacles naturels ou artificiels. Au contact de l’eau, ses oeufs éclosent et donnent immédiatement naissance à des larves. La larve de moustique se transforme à son tour en moustiques au bout de 5 à 6 jours.

Avant de pondre, le moustique femelle a besoin de piquer. Le sang ainsi récolté lui fournira les protéines nécéssaires pour pondre en moyenne 200 oeufs et de continuer à vivre pour, 48 heures plus tard, recommencer à piquer. Elle recommencera son balais pendant environ 1 mois. Elle pourra donc potentiellement donner naissance à 3000 moustiques !! Le moustique tigre s’établit donc généralement dans les environs immédiats d’un habitat humain.Donc lorsque vous vous faites piquer, sachez que votre sang pourra donner naissance à plusieurs centaines de moustiques !


Détruire les moustiques tigres

Les différents produits présentés dans cette section permettent de réduire très fortement les nuisances dues aux moustiques tigres dans votre jardin.
Plusieurs types de solutions existent et se complètent les unes les autres. Nous en avons testé quelques-unes : produits anti moustiques tigres testés.

Equinoxe

Mosquito Magnet Independence

{{}}

Quelques conseils pour s’en prémunir, pour se protéger contre le moustique tigre

Pour choisir un bon produit anti moustique, et avant de vous précipiter sur le premier anti moustique que vous trouvez, apprenez à connaître ce moustique !
Le Moustique tigre est plutôt casanier. Il reste à proximité des maisons, et n’a un rayon d’action que d’une centaine de mètres. S’il y a des moustiques chez vous, c’est donc qu’il y a des lieux de ponte non loin ! Le moustique-tigre apprécie particulièrement la végétation dense (haies, massifs, arbustes, bambous) pour s’abriter de la chaleur durant la journée. Il se pose principalement entre 0 et 3 mètres de hauteur, au dessous des feuilles. On le retrouve également dans les zones d’ombre, les zones fraîches, humides et à l’abri du vent.


Eliminer les eaux stagnantes pour limiter la propagation du moustique tigre

Comme vous l’avez compris, le premier remède consiste à éliminer toutes les eaux stagnantes !
Faites le tour de votre jardin (moustique jardin), et vérifiez les points suivants :

  • Si vous avez des récipients, seaux, bidons, pots, tonneaux, arrosoirs, pneus, jouets d’enfants, etc., trouvez un moyen pour les supprimer, de les couvrir, ou retournez-les
  • Si vous avez des réservoirs d’eau de pluie, couvrez-les d’une moustiquaire, en veillant à ne laisser aucun trou (les moustiques ne doivent pas pouvoir accéder à l’eau)
  • Vérifiez que vos gouttières ne comportent pas de zone non drainée
  • Videz après chaque pluie et chaque arrosage les récipients que vous n’avez pas pu supprimer
  • Vérifiez sous vos terrasses en bois qu’il n’y ait pas de petites flaques qui subsistent plusieurs jours après les pluies, voire tout l’été !
  • Taillez vos bambous juste au-dessus du nœud pour éviter l’accumulation d’eau, ou coupez-les à la base.
  • Éclaircissez vos massifs de plantes pour qu’ils ne deviennent pas des « cachettes à moustiques »
  • Évitez de planter trop près de la maison
  • Évitez les plantes grimpantes sur la maison
  • Arrosez vos plantes au pied, éviter le feuillage
  • N’entreposez pas des plaques de tôle, plaques de contreplaqué, de planches de bois dans un endroit frais et humide
  • Si vous avez un bassin d’agrément, introduisez-y des poissons, qui mangeront les larves de moustiques (moustiques bassin)
    Rappelez-vous que chaque réceptacle laissé intact pourra donner naissance à plusieurs centaines de moustiques 48 heures plus tard !
    Pour plus d’information, vous pouvez consulter et télécharger la check list moustique tigre.
    Consultez également notre dossier spécial : Se débarrasser des moustiques dans le jardin
{{}} Photo - Une astuce si vous avez des sous-pots qui retiennent l’eau : remplissez-les de sable à raz bord. Ainsi, il n’y aura plus d’eau stagnante mais simplement du sable mouillé. Vous pouvez également déposer des pastilles anti moustiques (voir le tarif / acheter) si vous ne pouvez pas y mettre de sable


Se protéger contre le moustique tigre

Beaucoup de solutions existent pour vous protéger :

l’anti-moustiques portable thermacell : Vous le placez à votre ceinture et il éloigne les moustiques au jardin ou en randonnée ou dans la forêt. Il fonctionne de la même manière que les prises électriques anti-moustiques murales. Photo {{}}
La lanterne anti-moustiques portable thermacell : elle vous éclaire et éloigne les moustiques en même temps. Elle fonctionne au gaz butane et diffuse de l’anti-moustiques. Photo - {{}}
Sprays ou crèmes anti-moustiques : attention toutefois à n’oublier aucune zone de votre corps, sinon le moustique la trouvera ! Ils sont cependant contrindiqués pour les personnes à risque : les nourrissons, les jeunes enfants et les femmes enceintes. Attention donc avec votre anti moustique femme enceinte. Avant l’âge de un an, il faut utiliser des produits moins forts et surtout ne pas les mettre en contact avec la peau. Voir la section dédiée anti-moustique bébé {{}}
Les Bracelets anti-moustiques  : ils sentent fort la citronnelle. Leur efficacité dépend de la personne qui le porte mais elle est généralement très faible. Si les moustiques raffolent de vous, vous pouvez tester ! Si ça ne fonctionne pas, laissez tomber et essayer d’autres méthodes décrites dans ce site ! {{}}


Eloigner le moustique tigre

Les spirales anti-moustiques : c’est la méthode la plus efficace ! Attention les spirales sont relativement toxiques et déconseillées en intérieur. Veillez à bien ventiler si vous faites ce choix. Photo {{}}
Le bâtonnet repulsif moustiques tigre : même principe que les spirales anti-moustiques, mais en format bâtonnet anti-moustique, et spécialement conçu pour éloigner les moustiques tigres. Photo
  • Pour protéger votre intérieur, prévoyez une prise anti moustique, à utiliser en notant bien l’astuce pour l’économiser.
  • A éviter ! : la lampe anti moustique
  • Trucs naturels anti moustiques : entourez-vous de certaines plantes (citronelle, thym citron, basilic à petites feuilles, etc.) autour de la terrasse et aux abords des fenêtres. A noter que ce « truc » n’est que très peu efficace contre le moustique tigre.

    Tuer le moustique tigre !
  • Les raquettes électriques anti-moustique. C’est la tendance de l’été ! Les autres méthodes fonctionnant de moins en moins bien cette année, le mieux est de les éliminer au fur et à mesure. Inconvnient : vous focalisez votre attention sur eux au lieu de les oublier …

    Ventiler !

Un internaute nous propose une méthode pour éloigner le moustique tigre pendant l’apéro. Disposez plusieurs ventilateurs sous la table afin de faire circuler de l’air au niveau des jambes (idéalement 2 de chaque côté). Les moustiques n’aiment effectivement généralement pas le vent. Vous pouvez tester et nous donner votre avis sur cette méthode !


Eliminer les larves de moustiques tigres !

Si vous avez des points d’eaux que vous ne souhaitez pas ou ne pouvez pas éliminer, vous pouvez y placer un larvicide anti moustiques de jardin. Ces larvicides éviteront que ces points d’eau ne deviennent des lieux de reproduction du moustique tigre. Photo {{}}
{{}} Pour les tout petits volumes d’eau (sous pots ou vases par exemple), privilégiez les pastilles de cuivre anti-moustiques. Photo


Traiter contre le moustique tigre !

Dans certains cas, vous ne pouvez pas éliminer totalement les eaux stagnantes (proximité d’un cours d’eau, d’un ruisseau), ou vous avez des voisins récalcitrants, qui persistent à laisser des réceptacles pleins d’eau disponibles pour les moustiques.
Vous pouvez dans ce cas :

Galerie photos - Comment reconnaître le moustique tigre ? Apprenez à le reconnaître avec les photos

Articles récents

Source du communiqué : http://moustique-tigre.info/comment-se-proteger-des-moustiques-tigres/

Retour au sommaire

7.
Ultrasons, bracelets répulsifs, vitamine B1... Ces méthodes pour chasser les moustiques sont-elles fiables ? Document LCI - Bien-être / LCI - Photo moustique

BZZZ - Se débarrasser des moustiques n’est pas une mince affaire. Dans les commerces et ouvrages de recettes de grand-mère, les astuces pour éliminer cet importun bourdonnant se dénichent à foison. Nous avons démêlé le vrai du faux sur ces méthodes parfois surprenantes avec le professeur Daniel Camus, de l’Institut Pasteur de Lille, et Charles Jeannin, entomologiste médical à l’EID-Méditerranéenne.

18 avr. 2019 14:47 - Charlotte Anglade – LCI Copyright © 2019

Source de l’accès à la totalité de l’article :https://www.lci.fr/bien-etre/video-ultrasons-skrillex-bracelets-repulsifs-vitamine-b1-ces-methodes-surprenantes-pour-chasser-les-moustiques-sont-elles-fiables-2117475.html?xtor=ES-106-[20190419_070050_OWP_NLPERSO]-20190419-[]-152b8b4c9b44a1228d1f99835078baa1@1-20190419070050&_ope=eyJndWlkIjoiMTUyYjhiNGM5YjQ0YTEyMjhkMWY5OTgzNTA3OGJhYTEifQ%3D%3D

Retour au sommaire

8.
Cinq remèdes naturels anti-moustiques vraiment efficaces – Document ‘alternatives.blog.lemonde.fr’ – Photo Moustique

Les Stiques-Mous sont de retour ! Vous qui n’en pouviez plus du mauvais temps, voilà que le soleil pointe enfin le bout de son nez, que le thermomètre retrouve une certaine vigueur… mais que vous retrouvez aussi les mini-tracas de l’été, à savoir ces femelles hématophages acharnées responsables de jolis boutons qui démangent.

Pas de panique : plutôt que d’utiliser des bombes aérosols ultra polluantes ou des diffuseurs anti-moustiques électriques bien chimiques à base de DEET, voilà cinq remèdes naturels vraiment efficaces. L’idée étant de ne pas les tuer, mais surtout de les repousser…

La moustiquaire

On n’y pense pas toujours, mais voilà à mes yeux LA solution anti-moustiques la plus efficace. Je l’utilise surtout pour mon bébé qui marque beaucoup les piqûres de moustiques et qui se démange beaucoup ensuite, mais je pourrais aussi l’utiliser au-dessus de mon lit (une moustiquaire pour lit deux personnes coûte une vingtaine d’euros environ). Forcément, il est recommandé de ne pas s’enfermer avec un moustique dans la moustiquaire, sinon une nuit torride vous est assurée, mais pas forcément comme vous l’espérez…

Vous pouvez aussi équiper vos fenêtres et vos portes de moustiquaires, c’est très efficace, mais pas toujours pratique ni joli. Si cela vous tente, le blog Consommer Durable vous propose un tutoriel pour fabriquer vous-même une moustiquaire.

L’eucalyptus citronné

Je n’ai jamais été convaincue de l’effet de la citronelle, mais j’ai testé les recommandations de Julien Kaibeck, auteur du blog l’essentiel de Julien et du livre Adoptez la slow cosmétique. Ce spécialiste de la cosmétique naturelle et biologique recommande l’huile essentielle d’eucalyptus citronné (eucalyptus citriodora), réputée pour ses propriétés répulsives anti-moustiques et anti-inflammatoires, ainsi qu’il l’explique dans la vidéo suivante :

Pour que cette huile essentielle d’eucalypsus citronné joue bien son rôle, diffusez-en 15 gouttes avec votre diffuseur ou imbibez-en un mouchoir. Vous pouvez aussi en ajouter à votre gel douche ou à votre crème pour le corps quand vous êtes en voyage. Pour l’instant, ça marche plutôt pas mal.

L’encens d’huiles essentielles

Testées avec succès l’an dernier, l’encens composé de plantes et d’huiles essentielles naturelles proposé par la marque « Les Encens du Monde » a bien fonctionné chez moi. Je n’y croyais pas au début, mais il s’est avéré efficace alors que je n’arrivais pas à me débarrasser de certains moustiques venant m’embêter la nuit jusqu’à la fin du mois de novembre !

D’autres marques doivent proposer des produits similaires, mais j’avoue que celui-ci m’a convaincue et que je le recommande volontiers (et je précise : c’est du vécu, pas de la promo publi-reportage !)

Le truc de grand-mère

Un piège qui circule que le web et que j’ai pu tester il y a peu consiste à élaborer une mixture avec 20 cl. d’eau, 50 grammes de sucre brun et 1 gramme de levure de bière (levure de boulanger). Faites chauffer l’eau avec le sucre puis laissez refroidir le tout avant de le verser dans la partie basse d’une bouteille en plastique coupée en deux.

Saupoudrez alors de levure sans mélanger. Puis retournez le goulot de la bouteille coupée sur la partie basse du contenant rempli avec votre mixture.

Enveloppez le tout de papier noir et placez le piège dans une pièce de la maison (si possible là vous souhaitez être protégé, dans une pièce pas trop grande et fermée) : les moustiques seront attirés par les gaz provenant de la fermentation du sucre et seront piégés dans la bouteille.

Le hic, c’est que ce remède tue les moustiques… remède naturel certes, mais remède de cheval qui n’est pas forcément conforme aux principes de respect de la vie… à vous de voir donc…

L’anticipation

Le mieux consiste aussi à anticiper tant que possible les conditions dans lesquelles vous allez vous reposer – et de vous prémunir durablement dans votre environnement (surtout avec le moustique tigre qui arrive maintenant aux portes de Paris… s’il n’y pas d’alerte sanitaire encore, on ne sait jamais…).

Evitez de laisser traîner des récipients remplis d’eau stagnante dans votre intérieur (et dans votre extérieur proche), c’est un lieu propice pour le développement des larves.

La transpiration et les parfums attirent ces insectes, donc assurez-vous de ne pas sentir mauvais sans sentir trop bon – en gros, évitez d’utiliser des produits cosmétiques parfumés

Enfin, essayez de garder clos la chambre ou le lieu où vous allez vous reposer, éteignez les lumières pour ne pas y attirer les insectes…

Et puis inutile de crâner avec votre application ultra-sons anti-moustiques, elle est totalement inefficace : les femelles sont insensibles à ces vibrations. Il en va de même pour les électrocuteurs d’insectes qui utilisent lumière blanche ou ultraviolette.

Bref, si vous avez d’autres remèdes naturels efficaces, je suis preneuse ! Et n’oubliez pas : « si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoique ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre » (Betty Reese)

Cette entrée a été publiée dans J’ai testé, avec comme mot(s)-clef(s) moustiques, naturel, remèdes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. |

Source : http://alternatives.blog.lemonde.fr/2012/07/18/5-remedes-naturels-anti-moustiques-vraiment-efficaces/comment-page-6/

Retour au sommaire

9.
Moustiques : un répulsif naturel et efficace – Science - Vidéo ‘EuroNews’ ajoutée le 9 avril 2014

Selon l’Organisation mondiale de la santé la malaria tue chaque année plus de 650 000 personnes dans le monde et plus de 250 millions de personnes sont touchées par cette maladie. Les chercheurs européens ont développé un anti moustiques à la fois efficace et sans danger pour l’environnement. Les chercheurs de l’université de Neuchâtel ont étudié les comportements des moustiques et la façon dont on pourrait perturber leur attirance pour les humains. Dans la nature, les moustiques détectent l... LIRE L’ARTICLE : http://fr.euronews.com/2014/04/09/mou... Aujourd’hui dans l’actualité : les titres en vidéo http://eurone.ws/1nBcqsZ euronews : la chaîne d’information la plus regardée en Europe. Abonnez-vous ! http://eurone.ws/YhnkpY euronews est disponible en 14 langues : http://eurone.ws/17mq3VK En français : Site internet : http://fr.euronews.com Facebook : https://www.facebook.com/euronews Twitter : http://twitter.com/euronewsfr Google+ : https://plus.google.com/+euronewsfr/ - euronews (en français) Euronews français en direct - Info et actualités internationales en continu

euronews (en français) Euronews français en direct - Info et actualités internationales en continu- Catégorie : Science et technologie - Source : https://www.youtube.com/watch?v=-nqdKgEAyE0

Retour au sommaire

10.
Les nouveaux rois de l’anti-moustique - Reportage investigation 2015 – Vidéo ajoutée le 24 décembre 2015

C’est l’ennemi public N°1 de l’été : le moustique. Avec l’arrivée de nouvelles espèces particulièrement toxiques, comme le moustique Tigre, le marché est en pleine croissance : 70 millions d’euros attendus cet été. À côté des grands classiques (prises électriques, aérosols et lotions répulsives), de nouvelles armes anti-moustique font leur apparition chaque année : paréo répulsif, raquette électrique, engrais anti-moustiques, bracelet et même application smartphone ! Quels sont les produits les plus efficaces ? Certains sont-ils nocifs ? Qui sont les petits fabricants qui rivalisent d’idées et d’ingéniosité pour inventer de nouveaux produits ? Enquête sur l’anti-moustique, le meilleur ami des vacanciers de l’été. Réalisé par Céline Chassé Montage de Thomas Sussfeld

Catégorie : Vie pratique et style - Documentaire Société - Source : https://www.youtube.com/watch?v=kbzRA12dOPA

Retour au sommaire

11.
Comment se débarrasser des moustiques - Michel Esnault – Vidéo ajoutée le 20 avril 2019

Depuis quelques années le moustique tigre a fait son apparition en France et se répand très vite. Responsable de la Dengue, une grippe tropicale, et du Chikungunya, il n’y a aucun vaccin ni aucun traitement mais peut entraîner des complications hémorragiques. On présente ici 2 appareils, l’un électrique 130 euros et l’autre simple 18 euros pour les combattre mais il n’y a pas de traitement miracle. C’est une guerre permanente pour identifier les sources, des eaux stagnantes qui peuvent aussi être chez vos voisins.

Catégorie : Sport - Source : https://www.youtube.com/watch?v=nZlZORIuogo

Retour au sommaire

12.
La chauve-souris : une machine à aspirer les moustiques - Publié le 20/04/2019 à 08:38 – Document ‘ ‘la depeche.fr’ -Photo « Les élus disent sus aux moustiques »./ Photo DDM, archives, Emmanuel Vaksmann

« Nous souhaitons participer à la lutte contre les moustiques », souligne Raphaël, rapporteur de la commission environnement du CMJ. Il poursuit : « Un élu nous proposait dans sa profession de foi d’inventer une machine à aspirer les moustiques. (…) Cette idée n’était pas si farfelue que ça. Mais, avant de nous lancer dans des projets dépassant nos compétences, nous avons choisi une méthode écologique, surprenante et bien moins coûteuse ». C’est ainsi que les jeunes conseillers ont décidé d’investir une centaine d’euros dans l’achat de nichoirs à chauves-souris.

Inoffensifs pour l’homme, ces petits mammifères volants constituent de fait de formidables « machines à aspirer les moustiques ». Concrètement, une dizaine d’abris à chauves-souris ont été disposés dans l’espace public balmanais. « Certaines communes voisines ont d’ailleurs déjà fait ce choix », rappelle Raphaël, qui questionne : « Savez-vous qu’une chauve-souris est capable de manger 2000 à 3000 moustiques en une nuit ? ».

www.ladepeche.fr Ⓒ 2019 - Mentions légales Données personnelles Cookies Contactez-nous Plan du site Charte de modération Nous recrutons - Source : https://www.ladepeche.fr/2019/04/20/une-machine-a-aspirer-les-moustiques,8146083.php

Retour au sommaire

13.
Pour lutter contre la prolifération de moustiques tigres, des communes installent des colonies de chauves-souris Par Anaïs Col - Publié 14.05.2018 à 14h50 - Document ‘pourquoidocteur.fr’ - Photo GordZam /istock - Mot-clé : moustique tigre

De plus en plus de communes installent des colonies de chauves-souris dans leurs parcs pour lutter contre la prolifération de moustiques tigres. 

La prolifération du moustique tigre en France métropolitaine oblige certaines communes à prendre leurs précautions. A Blagnac, en Occitanie, les habitants n’ont pas hésité à rassembler des colonies de chauves-souris. Friandes de ces insectes, elles sont capables d’en avaler entre 2000 et 5000 chaque nuit. On les appelle des insectivores. Des agents municipaux et des enfants de la commune ont été chargés de fabriquer des nichoirs à chauves-souris. Des sortes de boîtes en bois, épaisses d’une dizaine de centimètres, que l’on accroche entre trois et cinq mètres au-dessus du sol. 

En 2016, la ville de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, avait également mis en place un dispositif chauves-souris pour lutter contre la prolifération du moustique tigre, vecteur de plusieurs maladies comme la dengue, le zika ou encore le chikungunya. A Villeneuve-lès-Avignon, un vétérinaire à la retraite avait également installé un nichoir dans le potager collectif de son association de jardinage, près du Rhône. ’Une pipistrelle (race de chauve-souris, NDLR) mange l’équivalent de 3000 moustiques par nuit. L’efficacité c’est non pas qu’elle les mange, mais que plus il y a de chauves-souris, plus il y a d’ultra-sons émis par les chauves-souris. Et rien que les ultra sons feraient fuir les insectes’, expliquait le documentariste Thierry Stoecklé à France Bleu.

42 départements placés en vigilance rouge

La colonisation du territoire français par le moustique tigre est de plus en plus rapide et concerne maintenant 62 départements (42 en vigilance rouge, 20 en vigilance orange). Le ministère de la Santé a annoncé début mai la surveillance renforcée du moustique tigre, à la fois pour ralentir sa progression et ’limiter le risque d’importation et de circulation des virus dont il peut être le vecteur en métropole’. En effet, le moustique tigre s’infecte en piquant un voyageur malade, transporte le virus et le transmet secondairement à des personnes non-immunisées lors d’une prochaine piqûre. Ainsi, un cycle de transmission autochtone est généré et peut être à l’origine d’un ou plusieurs foyers épidémiques. 

Les recommandations des autorités sanitaires

Les autorités sanitaires recommandent aux personnes se rendant à La Réunion par exemple, de se protéger contre les piqûres de moustique, y compris en journée, en utilisant des répulsifs pour la peau et les vêtements, et en portant des vêtements longs et amples. 

’Si une personne présente dans les 7 jours suivant son retour en métropole des signes évocateurs de la dengue (douleurs articulaires, douleurs musculaires, maux de tête, éruption cutanée avec ou sans fièvre, conjonctivite), elle doit consulter un médecin et continuer à se protéger contre les piqûres de moustiques, y compris en utilisant si possible une moustiquaire, afin de ne pas transmettre la maladie en métropole, si le moustique tigre est présent dans le département’, conseille le ministère de la Santé. Si vous pensez avoir vu un moustique tigre dans votre commune, vous pouvez également le signaler sur le portail officiel www.signalement-moustique.fr.

Comment reconnaître un moustique tigre ?

Sachez déjà que le moustique tigre est plus petit qu’une pièce de 1 centime : il ne mesure que quelques millimètres et a un vol assez lent qui permet de l’écraser en vol. Si vous regardez de plus près, vous verrez qu’il est noir avec des rayures blanches sur les pattes et sur l’abdomen, ce qui lui vaut son surnom de moustique tigre.

’Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples et peu contraignants, peut participer à la lutte contre la prolifération des moustiques tigre et aider à prévenir l’introduction de la dengue, du chikungunya ou du zika en métropole. En particulier, il est très important de supprimer les eaux stagnantes, qui permettent la reproduction du moustique, autour de son domicile’, recommande le gouvernement.

En effet, habitué à naître dans des petits gites (plantes retenant l’eau), le moustique tigre a pu aisément coloniser toutes sortes de gites larvaires que lui propose l’environnement urbain et péri-urbain comme des coupelles sous les pots de fleurs, arrosoirs, vieux pneus, gouttières bouchées, etc…. La meilleure solution pour mieux s’en prémunir est de vider toutes ces petites ’retenues d’eau’ ou de les renouveler au moins une fois par semaine.

Sur le même thème

Retour au sommaire


Autres documents sur les maladies à vecteurs et les moustiques

Tous les articles sur les moustiques postés antérieurement sur le site ISIAS sont accessibles ici : https://isias.lautre.net/spip.php?page=recherche&amp ;recherche=moustiques – Ceux postés sur le site ‘yonne lautre’ se trouvent là : http://yonnelautre.fr/spip.php?page=recherche&amp ;recherche=moustiques

Retour au sommaire

Retour à l’introduction

Retour au début du dossier



Auteur Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 21/04/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Mise au point sur les moustiques vecteurs de maladies, leur présence géographique et les recommandations pour se protéger.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---