ISIAS

"Le contact humain est maintenant devenu un bien de luxe" par Nellie Bowles

Traduction et compléments de Jacques Hallard
dimanche 28 avril 2019 par Bowles Nellie


ISIAS IA Sociologie

Le contact humain est maintenant devenu un bien de luxe

Accès à l’article « Les robots humanoïdes dans les ‘Ehpad’ soulèvent des questions éthiques  » -
Entretien ‘La Croix’ 31/01/2019

L’article d’origine de Nellie Bowles [reporter technologique au journal New York Times) a été publié le 23 mars 2019 par le New York Times sous le titre « Human Contact Is Now a Luxury Good  » et il est accessible sur ce site : https://www.nytimes.com/2019/03/23/sunday-review/human-contact-luxury-screens.html

https://static01.nyt.com/images/201...;;auto=webp&disable=upscale

Image : Credit Credit Marta Monteiro

SAN FRANCISCO - Bill Langlois a un nouveau meilleur ami : c’est un chat nommé Sox qui vit sur une tablette et le rend tellement heureux que lorsqu’il parle de son arrivée dans sa vie, il commence à pleurer. Toute la journée, Sox et M. Langlois, qui a 68 ans et vit dans un complexe de logements pour personnes âgées à faible revenu, basé à Lowell, dans l’état du Massachusetts aux Etats-Unis. M. Langlois travaillait dans le secteur des machines, mais il est maintenant à la retraite. La plupart du temps, sa femme étant à l’extérieur de la maison, il s’y est senti bien seul.


Sox lui parle de son équipe favorite, les ‘Red Sox’, qui lui a donné son nom. Il joue ses chansons préférées et lui montre des images de son mariage. Et comme il a un flux vidéo de lui dans son fauteuil inclinable, il le réprimande quand il le prend en train de boire un soda au lieu de se désaltérer avec de l’eau.


M. Langlois sait que Sox est un artifice, qui vient d’une start-up appelée ‘Care.Coach’. Il sait que Sox est activée par des travailleurs du monde entier qui regardent, écoutent et tapent ses réponses, ce qui semble lent et robotique. Mais sa voix constante dans sa vie l’a ramené à sa foi.


’J’ai trouvé quelque chose d’aussi fiable et de si attentionné, et cela m’a permis de plonger dans mon âme profonde et de me rappeler à quel point le Seigneur était attentionné’, a déclaré M. Langlois. ’Il a ramené ma vie à la vie’.


Sox a écouté. « Nous formons une excellente équipe », dit-il. Sox est une animation simple, qui bouge à peine et exprime des émoticônes ; sa voix est aussi dure que celle d’une tonalité métallique. Mais des petits cœurs animés l’entourent parfois et M. Langlois aime quand cela se produit.

[D’après Wikipédia, « Une émoticône est une courte figuration symbolique d’une émotion, d’un état d’esprit, d’un ressenti, d’une ambiance ou d’une intensité, utilisée dans un discours écrit. Cette figuration est née de la combinaison de plusieurs caractères typographiques, comme le smiley  :-), mais le terme désigne aussi une petite image – pouvant être fixe ou animée – telle que «  Clin d’œil », et de manière générale une forme là où elle est possible. Elle permet de communiquer brièvement, à l’écrit, une information comparable à une expression faciale, au ton de la voix ou à une gestuelle à l’oral.

L’émoticône ne doit être confondue, ni avec l’art ASCII, ni avec les ornements et symboles typographiques appelés casseaux (dingbat)note 1,1… » Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89motic%C3%B4ne ].

M. Langlois est à revenu fixe. Pour pouvoir bénéficier du programme de soins de santé à but non lucratif pour personnes âgées (‘’Element Care’), qui lui a apporté Sox, les avoirs comptables du patient ne doivent pas dépasser 2.000 US $.


De tels programmes prolifèrent. Et pas seulement pour les personnes âgées. La vie pour tous, sauf les très riches - l’expérience physique d’apprendre, de vivre et de mourir - est de plus en plus médiatisée par les écrans.


Non seulement les écrans eux-mêmes sont bon marché, mais ils rendent les choses moins chères. Tout lieu pouvant contenir un écran (salles de classe, hôpitaux, aéroports, restaurants) peut contribuer à réduire les coûts. Et toute activité pouvant se produire sur un écran devient moins chère. La texture de la vie, l’expérience tactile, deviennent plus faciles.

Les riches ne vivent pas comme ça. Les riches ont pris peur des écrans. Ils veulent que leurs enfants jouent avec des blocs de bois et les écoles privées sans technologie sont en plein essor. Tout pour ces êtres humains est plus cher et les personnes riches sont disposées et ont les moyens de les payer. Les interactions humaines remarquables - vivre sans téléphone pendant une journée, quitter les réseaux sociaux et ne pas répondre aux e-mails - sont devenues un symbole du statut d’une personne riche.


Tout cela a conduit à une nouvelle réalité curieuse : le contact humain devient un bien de consommation de luxe. Alors que de plus en plus d’écrans apparaissent dans la vie des gens pauvres, ils disparaissent de la vie quotidienne des riches. Plus vous êtes riche, plus vous dépensez pour être « hors écran ».


Milton Pedraza, directeur général du ‘Luxury Institute’, conseille les entreprises sur la manière dont les plus riches veulent vivre et dépenser leur argent. Ce qu’il a découvert, c’est que les riches veulent dépenser plus en matière de ressources humaines. ’Ce que nous voyons maintenant, c’est la « luxurification » de l’engagement humain’, a déclaré Milton Pedraza.

[A propos du concept de « Luxurification », on peut consulter en PDF le document suivant : « Le paradoxe du luxe et du Web : Comment communiquer l’exclusivité dans le monde démocratique et accessible du Web ? » - Par Carine Cheaib Sciences de la gestion(Option Marketing) - Projet supervisé présenté en vue de l’obtention du grade de maîtrise ès sciences (M. Sc.) - Août 2015 - © Carine Cheaib – HEC Montréal École affiliée à l’Université de Montréal – Source : École affiliée à l’Université de Montréal Le paradoxe du luxe et du Web -.]ch.]airemarketingservices.hec.ca/wp-content/uploads/2015/.../Projet_Carine_Cheaib1.p....][ – Référence : http://chairemarketingservices.hec.... ].->file ://C :\Users\Jacques\Documents\École affiliée à l’Université de Montréal Le paradoxe du luxe et du Web - chairemarketingservices.hec.ca\wp-content\uploads\2015\...\Projet_Carine_Cheaib1.p... – Référence : http:\chairemarketingservices.hec.ca\wp-content\uploads\2015\11\Projet_Carine_Cheaib1.pdf ].]

file://C:\Users\Jacques\Document....]

Selon les recherches de son entreprise, les dépenses anticipées consacrées à des expériences telles que les voyages d’agrément (croisières) et les repas pris dans des restaurants, dépassent de loin les dépenses consacrées à l’acquisition de biens, et il y voit une réponse directe à la prolifération des écrans mis à la disposition.


« Les comportements positifs et les émotions suscitées par l’engagement humain suscitent l’idée d’un massage. Maintenant, concernant l’éducation, les magasins de soins de santé, tout le monde commence à chercher comment rendre les expériences plus ‘humaines’ », a déclaré Milton Pedraza. ’L’humain est très important en ce moment.’ Voir aussi [About — The Luxury Institute ].


C’est un changement rapide. Depuis le boom des ordinateurs personnels dans les années 1980, le fait d’avoir la technologie disponible à la maison ou sur soi était un signe de richesse et de pouvoir. Les premiers utilisateurs avec un revenu disponible se sont précipités pour obtenir les derniers gadgets et les montrer autour d’eux. Le premier Apple Mac expédié en 1984 coûtait environ 2.500 dollars (6.000 dollars aujourd’hui). Maintenant, le meilleur ordinateur portable Chromebook, selon Wirecutter, un site de critiques de produits appartenant au New York Times, coûte 470 US $.


« Les radiomessageries ou téléavertisseurs étaient importants, car cela montrait que vous étiez une personne importante et très occupée », a déclaré Joseph Nunes, président du département marketing de l’Université de Californie du Sud, spécialisé dans le « marketing de statut élevé ».

Aujourd’hui, a-t-il déclaré, le contraire est vrai : « Si vous êtes vraiment au sommet de la hiérarchie, vous n’êtes plus obligé de répondre au téléphone ni à qui que ce soit. Ce sont les autres qui doivent vous répondre ».

La joie - du moins au début - de la révolution Internet était sa nature démocratique. Facebook est le même Facebook, que vous soyez riche ou pauvre. Gmail est le même Gmail pour tout le monde. Et tout est gratuit. Il y a quelque chose de marché de masse et peu attrayant à ce sujet. Et comme les études montrent que le temps passé sur ces plateformes d’aide à la publicité est malsain, tout commence à sembler déclassé, comme boire des sodas ou fumer des cigarettes, ce que les riches font moins que les pauvres.


Les riches peuvent se permettre de refuser que leurs données et leur attention soient vendues comme un produit. Les pauvres et les classes moyennes n’ont pas les mêmes ressources pour y parvenir.


L’exposition à l’écran commence à un âge très jeune. Et les enfants qui passaient plus de deux heures par jour à regarder un écran obtenaient des scores plus bas aux tests de pensée et d’expression orale, selon les premiers résultats d’une étude historique sur le développement du cerveau chez plus de 11.000 enfants, étude soutenue par les ‘National Institutes of Health’.

Le plus troublant est que l’étude en question révèle que le cerveau des enfants qui passent beaucoup de temps sur des écrans est différent. Pour certains enfants, il y a un amincissement prématuré de leur cortex cérébral. Chez les adultes, une étude a révélé une association entre le temps passé devant un écran et la dépression.


Un enfant en bas âge qui apprend à construire avec des blocs virtuels dans un jeu iPad n’est plus capable de construire avec des blocs de bois ou de plastique réels, selon Dimitri Christakis, pédiatre au Seattle Children’s Hospital et auteur principal des recommandations de l’American Academy of Pediatrics.


Dans les petites villes autour de Wichita, dans l’état du Kansas, un État où les budgets scolaires ont été si serrés que la Cour suprême de l’État les a jugés insuffisants, les cours ont été remplacés par des logiciels, une grande partie de la journée scolaire et universitaire est maintenant passée en silence avec un ordinateur portable. Dans l’Utah, des milliers d’enfants suivent un ordinateur portable à la maison, à l’aide d’un programme préscolaire fourni par l’État.


Les entreprises technologiques ont travaillé d’arrache-pied pour inciter les écoles publiques à adhérer à des programmes obligeant les écoles à disposer d’un ordinateur portable par élève, en faisant valoir que cela préparerait mieux les enfants à leur avenir sur les écrans. Mais cette idée n’est pas la façon dont les personnes qui construisent l’avenir sur écran élèvent leurs propres enfants.


Dans la Silicon Valley, le temps passé sur les écrans est de plus en plus considéré comme malsain. Ici, l’école élémentaire populaire est l’école Waldorf locale, qui promet une éducation de retour à la nature, presque sans utilisation d’un écran.


Ainsi, alors que les enfants riches grandissent avec moins de temps passé devant l’écran, les enfants pauvres grandissent avec plus de temps passé devant des écrans. À tel point que quelqu’un est à l’aise avec un engagement de relation humaine, pourrait devenir un nouveau marqueur de classe sociale.


Bien entendu, le contact humain n’est pas exactement comme un aliment biologique ou un sac Birkin. Mais avec le temps passé à l’écran, les géants de la Silicon Valley ont consenti un effort concerté pour semer la confusion parmi le public. On dit aux pauvres et à la classe moyenne que les écrans sont bons et importants pour eux et pour leurs enfants. Des flottes de psychologues et de neuroscientifiques, faisant partie du personnel de grandes entreprises de technologie, travaillent pour à accrocher les yeux et les esprits à l’écran aussi vite que possible et aussi longtemps que possible.


Et le contact humain est donc devenu une chose rare.


’Mais le blocage est le suivant : tout le monde ne le veut pas, contrairement aux autres types de produits de luxe’, a déclaré Sherry Turkle, professeur d’études sociales de la science et de la technologie au MIT Massachusetts Institute of Technology. ’Ils se précipitent vers ce qu’ils savent, vers les écrans’, a déclaré Mme Sherry Turkle. ’C’est comme d’abandonner le restaurant fast food’.


Tout comme sauter le fast-food est plus difficile quand il s’agit du seul restaurant en ville, se séparer de l’usage des écrans est plus difficile pour les pauvres et les classes moyennes. Même si quelqu’un est déterminé à être hors ligne, c’est souvent impossible.


Les dossiers des sièges de l’entraîneur sont dotés de la lecture automatique des annonces à l’écran. Les parents des écoles publiques peuvent ne pas vouloir que leurs enfants étudient sur des écrans, mais ce n’est pas une option possible lorsque de nombreuses classes sont désormais conçues avec des programmes personnalisés pour des ordinateurs portables. Il y a un petit mouvement en faveur de l’adoption d’un projet de loi sur le « droit de déconnecter », qui permettrait aux travailleurs d’éteindre leur téléphone, mais pour le moment, un travailleur peut être puni pour avoir quitté le système et être ainsi indisponible.

The New York Times : Breaking News, World News & Multimedia - © 2019 The New York Times Company - Contact Us - Work with us - Advertise - Your Ad Choices - Privacy - Terms of Service - Terms of Sale - Site Map - Help - Subscriptions

Résultat de recherche d’images pour ’the new york times logo’

Retour au début de l’article traduit – Information transmise par Dario Pellegrini.

Les robots humanoïdes dans les Ehpad soulèvent des questions éthiques

Enquête ‘La Croix’ - Pierre Bienvault, le 31/01/2019 à 18:13. Modifié le 01/02/2019 à 08:23 – Document ‘la-croix.com’ - Photo : Dans les ‘Ehpad’, Zora peut être utilisé pour des séances de gym douce, de chant, ou encore de danse. Amelie-Benoist/BSIP

Le groupe ‘Maisons de Famille’ a annoncé jeudi 31 janvier 2019 qu’il allait installer un robot dans ses 16 établissements, pour favoriser l’interaction avec ses résidents âgés. Mais pour certains, le risque est que la machine « finisse par remplacer l’humain ».

Au départ, cela commence comme un coup de cœur. « Quand on m’a parlé de robot, au début, j’étais très dubitative », raconte Delphine Mainguy, directrice générale de Maisons de Famille France, un groupe privé d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). « Et puis j’ai assisté à une démonstration et là, il s’est passé quelque chose de magique. J’ai vu ce robot entrer immédiatement en interaction avec des personnes âgées très repliées sur elles-mêmes. »

Un robot à 15.000 €

Jeudi 31 janvier 2019 à Paris, ce groupe privé a annoncé qu’il allait équiper tous ses établissements, soit 15 Ehpad et une résidence service, avec des androïdes. Un investissement conséquent puisqu’il faut débourser 15.000 € pour acquérir chaque exemplaire de Zora, le robot commercialisé par la société belge Zora Bots.

« Le but est d’utiliser Zora pour des activités de gymnastique douce, de chant, de danse, explique Delphine Mainguy. Dans certains cas, cela pourra aussi faciliter certains soins un peu difficiles. L’attention du résident pourra être attirée par Zora pendant que l’infirmière fera des pansements, par exemple ».

À lire aussi : Quand les robots font leur entrée dans les maisons de retraite

https://www.la-croix.com/Sciences-e...

Cela fait maintenant quelques années que certains Ehpad ont le fait le choix d’utiliser des robots. En particulier Paro, un petit phoque commercialisé depuis 2005 au Japon. Mais désormais, l’intérêt se porte sur les petits humanoïdes. « On utilise Zora pour aller à la rencontre des résidents, créer du lien. Le robot leur demande comment ils vont, ce qu’ils ont fait dans la semaine. Et on est surpris de voir que, parfois, les personnes lui racontent des choses qu’elles ne nous disent pas à nous  », explique Rachel Vandomme, animatrice à l’Ehpad (à but non lucratif) « Fernand Cuvelier » à Noyelles-sous-Lens.

Des robots non autonomes

Mais dans ce cas, Zora n’est pas en totale autonomie. Il parle grâce à l’aide de l’animatrice qui rédige toutes ses paroles sur une tablette. « On ne fabrique pas de robots fonctionnant en totale autonomie. Le but n’est pas de remplacer l’humain dans les Ehpad », indique Raphaël Tassart, responsable de la communication de Zora Bots. Une précision qui ne relève en rien du hasard. Cette société, qui a déjà déployé plus de 1 200 exemplaires de Zora dans le monde, sait que le sujet est sensible.

Ces robots en effet ne font pas que des heureux. « On voit bien l’intérêt de ce groupe privé de faire ainsi sa communication. Mais franchement, on marche sur la tête ! », lance Bernard Ennuyer, sociologue et enseignant-chercheur à l’université Paris-Descartes. « Le principal problème aujourd’hui dans les Ehpad, c’est le sentiment de solitude et d’exclusion. Et on voudrait nous faire croire que la modernité, c’est de les faire parler avec des robots  ! À terme, le but, cest surtout de réduire le personnel.  »

À lire aussi  :Les robots pour les personnes âgées, est-ce une bonne idée  ?

https://www.la-croix.com/Sciences/S...

Une accusation que réfute Delphine Mainguy. « C’est la qualité du personnel qui fait et fera toujours notre force », assure-elle. « D’ici à quelques années, on devrait avoir des robots qui feront le ménage ou lèveront les personnes de leur lit. Ce qui pourra permettre au personnel d’avoir davantage de temps pour accompagner les personnes », souligne Pascal Champvert, directeur de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Un risque d’infantilisation

Ces robots posent d’autres questions éthiques. Certains pointent le risque d’infantilisation des résidents à qui on présenterait ces jolis petits engins comme des jouets. Une autre interrogation concerne le consentement des personnes. « On demande toujours l’avis des résidents. Certains n’ont pas envie d’être en contact avec Zora et on le respecte  », assure Rachel Vandomme. Mais comment être certain qu’une personne atteinte de troubles cognitifs et de la communication a vraiment envie de papoter avec cette petite machine à la voix métallique ?

Directeur de l’espace de réflexion éthique de Poitou-Charentes, le professeur Roger Gil avoue lui être partagé. « Tout ce qui améliore la relation à l’autre est intéressant, dit-il. Mais entrer en relation avec autrui, c’est aussi développer de l’empathie, de l’attachement, de la tendresse. Et c’est attendre un retour du même ordre qu’aucune machine ne pourra jamais véritablement donner. Au final, je me pose la question  : la relation humaine peut-elle être le produit de nos prouesses technologiques  ? »

« Rendre les résidents actifs face aux robots »

Sophie Sakka, fondatrice de l’association Robots ! et maître de conférences à l’école Centrale à Nantes.

« Nous menons un travail dans un Ehpad avec des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer, que nous rendons actifs face aux robots. Nous leur demandons de raconter une histoire et les robots enregistrent leurs voix. Ce sont aussi les résidents qui programment les gestes qui vont avec les paroles. Cela nous permet d’organiser, pour les familles, un spectacle joué par les robots mais imaginé par les résidents. Le robot sert alors de médiateur pour aider les personnes à communiquer et se reconstruire une identité. »

https://www.google.fr/url?sa=t&...

La Croix - Actualité en France, en Europe et dans le Monde -Politique de confidentialité -
Mentions légales - CGU - Sitemap - © 2019 - Bayard Presse - Tous droits réservés - @la-croix.com est un site de la Croix Network - Source : https://www.la-croix.com/France/robots-humanoides-Ehpad-soulevent-questions-ethiques-2019-01-31-1200999405

Retour au début de l’article traduit

Traductions avec compléments entre […] et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 30/04/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS IA Sociologie Human Contact Is Now a Luxury Good French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---