ISIAS

"Une nouvelle étude réalisée chez les êtres humains montre qu’il y a un lien entre une maladie hépatique et le glyphosate : les résultats mettent en avant les recherches antérieures montrant qu’une exposition à l’herbicide Roundup cause des maladies du foie" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard
samedi 8 juin 2019 par GM Watch

ISIAS Pesticides Santé

Une nouvelle étude réalisée chez les êtres humains montre qu’il y a un lien entre une maladie hépatique et le glyphosate : les résultats mettent en avant les recherches antérieures montrant qu’une exposition à l’herbicide Roundup cause des maladies du foie

L’article a été publié le 23 avril 2019 par GMWatch sous le titre « New survey in humans shows link between advanced liver disease and glyphosate  » et il est accessible sur ce site : https://www.gmwatch.org/en/news/latest-news/18897-new-survey-in-humans-shows-link-between-advanced-liver-disease-and-glyphosate - Illustration

Une nouvelle étude montre que les patients présentant une forme avancée de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) appelée stéatohépatite non alcoolique (NASH) et présentent des taux de réhydratation plus élevés dans leur urine, par rapport aux patients témoins. Les patients atteints de NASH courent un risque élevé de développer des maladies encore plus graves, telles que la cirrhose et le cancer du foie.

L’étude était dirigée par le professeur Paul Mills du Département de médecine familiale et de santé publique de l’Université de Californie à San Diego, avec la participation du centre de recherche NAFLD à La Jolla, en Californie. La taille de l’échantillon était 97 patients.

La nouvelle étude fait avancer les recherches antérieures menées par le Dr Michael Antoniou au King’s College de Londres. L’équipe du Dr Antoniou avait constaté que les rats avaient été nourris avec l’herbicide Roundup à base de glyphosate à des concentrations très faibles, dans les limites réglementaires de sécurité définies par la NAFLD et la NASH, sur une longue période de deux ans.

L’étude du Dr Antoniou, en tant qu’essai contrôlé sur l’alimentation animale, montre un lien de causalité entre l’exposition à l’herbicide Roundup et la NAFLD et la NASH.

L’étude du professeur Mills ne prouve pas que le glyphosate provoque réellement une maladie du foie. Il s’agit d’une étude ’après le fait’ chez des humains atteints d’une maladie du foie, dans laquelle l’exposition à l’herbicide glyphosate n’était pas contrôlée, mais l’excrétion de glyphosate était mesurée après que les sujets soient tombés malades. Cependant, il montre une corrélation entre les niveaux élevés de glyphosate dans l’urine humaine et la NASH.

L’étude suggère que les gens devraient minimiser leur exposition à l’herbicide glyphosate et à d’autres pesticides en recherchant des aliments issus de l’agriculture biologique.

À propos de la nouvelle étude, le Dr Antoniou a déclaré : « Nos études sur des animaux de laboratoire ont identifié l’exposition au Roundup comme facteur de risque insoupçonné auparavant, associé au développement de la NAFLD et de la NASH. L’enquête menée par le professeur Mills fait avancer nos résultats d’un pas en avant, en démontrant une corrélation entre l’exposition au glyphosate et la gravité de la maladie du foie chez l’homme. ’

Le Dr Antoniou a poursuivi : ’La question qui reste sans réponse est de savoir quel composant des herbicides à base de glyphosate du commerce constitue le facteur de risque pour NAFLD-NASH. Est-ce le glyphosate seul, ou les adjuvants toxiques présents dans les formulations commerciales, ou une combinaison des deux ? Des études supplémentaires sont nécessaires pour résoudre ce problème crucial’.

On ne sait pas exactement comment les taux d’excrétion de glyphosate dans l’urine sont en corrélation avec les quantités réellement présentes dans les organes vitaux du corps. L’industrie des pesticides prétend que les niveaux élevés d’urine sont une chose positive, car l’organisme réussit à excréter le produit chimique.

Cependant, cette notion est contredite par les recherches menées par le Dr Monika Kruger en Allemagne. Le Dr Kruger a constaté que les niveaux de glyphosate dans divers organes de vaches laitières étaient très similaires à ceux de l’urine. Cela suggère que le glyphosate peut s’accumuler dans le corps. En outre, les résidus de glyphosate des urines étaient plus élevées chez les personnes atteintes de maladies chroniques que chez les humains en bonne santé, ce qui suggère que des taux élevés d’excrétion de glyphosate ne sont pas un signe de bonne santé.

En outre, une étude distincte menée chez des femmes enceintes vivant aux États-Unis a montré que les niveaux de glyphosate dans leur urine étaient corrélés à une durée de grossesse raccourcie.

L’étude du professeur Mills ajoute du poids à la probabilité que des niveaux élevés de glyphosate dans l’urine soient le signe d’une mauvaise santé, du moins en ce qui concerne la NAFLD et en particulier la NASH.

La nouvelle étude :

Mills PJ et al (2019). Glyphosate excretion is associated with steatohepatitis and advanced liver fibrosis in patients with fatty liver disease.[ L’excrétion de glyphosate est associée à une stéatohépatite et à une fibrose hépatique avancée chez les patients atteints de stéatose hépatique].
Clin Gastroenterol Hepatol. 2019 Apr 4. pii : S1542-3565(19)30361-1. doi : 10.1016/j.cgh.2019.03.045. [Epub ahead of print]
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30954713

Retour au début du document traduit

Informations complémentaires

’Envoyé spécial’. Glyphosate : comment s’en sortir ?

Présenté parElise Lucet - Diffusé le 17/01/2019- Durée : 01h50 - franceinfoFrance Télévisions - Mis à jour le 23/01/2019 | 10:49 ; ublié le 14/01/2019 | 11:41

Jeudi 17 janvier 2019 à 21 heures, ’Envoyé spécial propose une grande soirée événementielle consacrée au glyphosate. Pourquoi interdire cet herbicide, considéré par de nombreux scientifiques comme dangereux pour la santé, est-il aussi long et difficile ? Pour cette émission exceptionnelle, Elise Lucet va à la rencontre de citoyens et de personnalités, et leur propose de se prêter à une petite expérience…

Au sommaire

Glypho or not glypho ?

Vincent et Olivier sont tous les deux céréaliers, l’un dans l’Aisne, l’autre dans le Loiret. Ils ont entre 40 et 50 ans, et chacun a repris l’exploitation familiale. L’un est pro-glyphosate, l’autre 100% bio. Ils ont accepté de participer à une expérience inédite : chacun va passer quelques jours dans l’exploitation de l’autre.

Vincent va faire épandre du glyphosate à Olivier, qui n’a pas touché à un pesticide depuis vingt-sept ans. Olivier va tenter de convaincre Vincent qu’on peut se passer de l’herbicide et gagner sa vie. Les agriculteurs sont les premiers concernés : que veulent-ils faire du glyphosate ?

Un reportage de Laura Aguirre de Carcer, Olivier Gardette, Marielle Krouk.

Le glyphotest d’’Envoyé’

L’herbicide, produit artificiel, est partout, y compris dans notre corps. Pour s’en rendre compte, ’Envoyé spécial’ a demandé à des citoyens, parents, enfants, mais aussi des personnalités comme Laure Manaudou, Julie Gayet, Jamel Debbouze, Lambert Wilson, Lilian Thuram et beaucoup d’autres, de fournir un échantillon d’urine, ensuite analysé par un laboratoire indépendant. Avec des résultats surprenants.

Monsanto, la fabrique du doute

Monsanto, la firme américaine qui a inventé et commercialisé le glyphosate, est dans le viseur de la justice. Des documents internes et confidentiels, les ’Monsanto Papers’, révèlent comment le géant industriel a créé le doute, prétendant que le glyphosate n’était pas dangereux en faisant rédiger en secret, par ses propres scientifiques, des études soi-disant indépendantes.

Des documents accablants qui ont convaincu les juges lors d’un procès retentissant aux Etats-Unis : celui de Dewayne Johnson, jardinier atteint d’un cancer, qui a fait condamner Monsanto à 289 millions de dollars. Vous entendrez son témoignage en exclusivité.

Une enquête de Tristan Waleckx, Guillaume Beaufils et Mikael Bozo.

Le vote impossible

Pourquoi les députés n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate, suscitant un tollé dans leurs circonscriptions ? Emmanuel Macron avait pourtant annoncé vouloir en sortir, mais les élus ont refusé.

Pourquoi cette question cruciale a-t-elle été débattue en pleine nuit, dans un hémicycle presque vide ? ’Envoyé spécial’ décrypte les coulisses de cette soirée du 28 mai 2018 à l’Assemblée nationale. Et a demandé aux 577 députés pourquoi la plupart d’entre eux n’ont pas pris part au vote.

Une enquête de Laura Aguirre de Carcer, Tristan Waleckx, Olivier Gardette, Marielle Krouk et Karim Annette.

Invité :François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire

Sri Lanka, un pays sans glyphosate

Un pays aujourd’hui se passe complètement du glyphosate : le Sri Lanka, dans l’océan Indien. L’herbicide a longtemps été utilisé par ce pays gros producteur de riz et de thé. Mais peu à peu, un mal étrange a empoisonné les riziculteurs, touchés aux reins.

Le produit chimique était-il responsable ? Il n’y a pas de preuve irréfutable. Mais par précaution, le gouvernement a décidé en 2015 d’interdire le glyphosate, une mesure radicale unique au monde. Comment, dans les campagnes, les rizières, les plantations, a-t-on appris à vivre sans glyphosate ?

Un reportage d’Elise Menand, Swanny Thiébaut, Cédric Baume et Marielle Krouk.

La rédaction d’’Envoyé spécial’ vous invite à commenter l’émission sur sa page Facebookou sur Twitter avec le hashtag #EnvoyéSpécial.

Source : https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-17-janvier-2019_3144373.html

Voir également d’autres informations sur ce sujet :

Glyphosate : Élise Lucet fait passer des tests urinaires (alarmants) à Julie Gayet, Lilian Thuram et Jamel Debbouze (VIDEO) - vendredi 18 janvier 2019 à 16:23 - Clotilde Gaillard – Source : https://www.programme.tv/news/actu/204393-glyphosate-elise-lucet-fait-passer-des-tests-urinaires-alarmants-a-julie-gayet-lilian-thuram-et-jamel-debbouze-video/

« Envoyé Spécial » et son traitement malhonnête du glyphosate

Capture d’écran de l’émission ’Envoyé Spécial’ sur YouTube - Encore une fois, l’émission Envoyé Spécial sur France 2 ne fait pas preuve d’une grande rigueur intellectuelle. ar Laurent Pahpy. Un article de l’Iref-Europe

Un cas d’école d’obscurantisme journalistique. C’est ce que l’on pourra retenir de l’émission « Envoyé Spécial » de jeudi soir sur le glyphosate. Durant les deux heures du reportage, Élise Lucet aura réussi à cumuler les théories du complot, la promotion d’un scientifique discrédité, l’instrumentalisation d’un enfant handicapé et de personnes malades, le tout dans une ambiance anxiogène et malhonnête.

Présenté comme un monstre à éliminer à tout prix, le glyphosate inquiète légitimement les consommateurs français. Soumis à un battage médiatique incessant et accusatoire depuis plusieurs années, il est parfaitement normal de s’inquiéter de l’utilisation massive de cet herbicide.

L’IREF avait déjà étudié cette question dans plusieurs articles en rappelant l’état du consensus scientifique, à savoir le caractère non cancérogène de cette molécule lorsqu’elle est utilisée de manière conventionnelle.

La non-confrontation entre un agriculteur conventionnel et un agriculteur « bio »

Le reportage commence par une immersion chez Vincent, utilisateur et défenseur du glyphosate sur son exploitation, et Olivier, producteur en agriculture dite « biologique ». Ce dernier aurait éliminé « tout pesticide chimique ». Première erreur d’une longue liste.

Tous les pesticides sont chimiques, car toute substance est chimique, comme l’eau ou le sel de table. L’agriculteur fait probablement référence aux pesticides de synthèse. La culture « bio » fait elle aussi appel à des pesticides, synthétiques (par dérogation), comme « naturels ». 99,99 % des pesticides que nous consommons sont produits naturellement par les plantes. La distinction « chimique »/« naturel » n’a aucun intérêt lorsqu’on aborde la toxicité d’un produit.

Olivier affirme ne pas être à l’aise lors de l’épandage du glyphosate. Son discours est basé sur des émotions et ne suit pas une démarche rationnelle. Son alternative est le labour, présentée comme une technique « ancestrale ». Seule une phrase est énoncée pour dire que cette méthode est « controversée ». Il aurait été pertinent de détailler un peu plus cette question.

Le labour détruit la vie microbiologique des sols et accélère son érosion. Le glyphosate permet l’agriculture de conservation des sols qui limite la consommation de fertilisants de synthèse, le labour, la consommation d’énergie tout en favorisant la biodiversité.

« Je ne veux pas qu’on impose le « bio » à la cantine » : Vincent pose ici une bonne question. Rien n’empêche Olivier de produire en « bio » sans glyphosate ni à ses consommateurs d’en acheter. Plusieurs formes d’agricultures peuvent coexister. Vincent et Olivier en sont la preuve. Ils ne sont pas en confrontation et cohabitent. Ce que réclame Vincent est parfaitement légitime. Laissons chacun choisir. À partir du moment où rien ne démontre que ce produit génère des nuisances externes sur le reste de la population, il est de la responsabilité de chacun de faire son arbitrage dans son mode de consommation.

Le « glyphotest » ou le populisme journalistique à l’œuvre

Pour alimenter le climat anxiogène du reportage, Élise Lucet propose à plusieurs personnes, dont des personnalités, de mesurer la quantité de glyphosate dans leur urine. Le taux le plus élevé mesuré est de 1,26 microgramme par litre. Mais donner une concentration sans autre élément n’a aucun intérêt si ce n’est alimenter la peur, car c’est la dose qui fait le poison.

Une des personnes demande d’ailleurs comment le taux mesuré se situe par rapport à la norme. Réponse d’Élise Lucet :

« On est incapable de fixer un seuil au-delà duquel c’est dangereux ».

C’est un mensonge éhonté. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) fixe la dose aiguë de référence (DARf) pour le glyphosate à 0,5 milligramme par kilogramme de poids corporel, soit près de 400 fois la concentration mesurée dans l’urine.

Ce point est essentiel, car il touche à la distinction risque/danger. Le risque, c’est la probabilité d’être exposé multipliée par la dangerosité du produit. Un produit dangereux auquel on n’est pas exposé ou seulement à des doses minimes n’est pas forcément risqué. Un crash d’avion est très dangereux, mais très rare, ce qui en fait le moyen de transport le plus sûr au kilomètre parcouru.

La classification de l’herbicide en « probablement cancérogène pour l’homme » (catégorie 2A) par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) fait débat dans le milieu scientifique. Dans tous les cas, cette catégorisation caractérise le danger et non le risque.

Distinction essentielle qui est manifestement passée sous silence. Toutes les grandes agences sanitaires du monde, qui évaluent le risque, ne réclament pas l’interdiction du glyphosate. La consommation de charcuterie est « cancérogène pour l’homme » (catégorie 1) selon le CIRC, ce n’est pas pour autant qu’elle doit être interdite.

Le jardinier Johnson et son procès obscurantiste contre Monsanto

« Envoyé Spécial » s’attarde ensuite sur la terrible maladie de Dewayne Johnson qui a gagné un retentissant procès face à Monsanto cet été (Monsanto fait appel). Si son cancer désormais incurable ne peut laisser personne de marbre, il n’en reste pas moins que la science ne permet pas d’affirmer qu’il a été causé par son utilisation professionnelle du glyphosate. Le jury en avait pourtant jugé autrement. Nous avions expliqué dans un article en quoi cette décision est une dérive dangereuse du droit et une négation grave de la science.

L’affaire des Monsanto Papers, la science toujours absente

L’affaire des Monsanto Papers a révélé des pressions de la firme sur les agences sanitaires et des cas de ghostwriting consistant à faire signer par des scientifiques réputés des articles largement rédigés par les toxicologues de Monsanto.

Ces pratiques, éthiquement critiquables et méthodologiquement discutables, ne permettent néanmoins pas de remettre en cause les conclusions scientifiques sur la cancérogénicité de l’herbicide selon l’EFSA car elles ne concernent que des éléments mineurs. Cela pose toutefois de vraies questions sur la nécessaire transparence des procédures d’évaluation et de mise sur le marché des intrants agricoles.

« Envoyé Spécial » offre une tribune à un scientifique unanimement discrédité

« Envoyé Spécial » frappe fort en donnant la parole pendant de longues minutes à Gilles-Éric Séralini, un scientifique largement discrédité suite à la publication d’une étude sur la cancérogénicité d’un maïs OGM résistant au glyphosate.

Depuis rétractée par le journal, cette étude a été très critiquée par la communauté scientifique sur sa méthodologie et a été jugée inadéquate par le CIRC. C’est à peine si le reportage annonce que ces résultats ont été contredits depuis par quatre expériences (Marlon, GRACE, G-TwYST et GMO 90+) qui montrent toutes l’absence d’effet sur le cancer. Mais le mal est fait. Gilles-Éric Séralini peut désormais vendre de la peur très lucrative dans ses livres et avoir l’oreille attentive d’Élise Lucet.

L’instrumentalisation d’un enfant handicapé

Théo, un enfant de 11 ans souffrant d’une anomalie congénitale est interviewé. Sa mère affirme que son handicap est apparu suite à son utilisation de l’herbicide lorsqu’elle était enceinte. Comme dans le cas de Dewayne Johnson, rien ne permet d’affirmer un lien de causalité. Élise Lucet se livre ici à une instrumentalisation révoltante de la situation de cet enfant.

Pas non plus de preuve au Sri Lanka

Une instrumentalisation de plus au Sri Lanka. Cette fois-ci, le glyphosate serait coupable d’une épidémie de maladie rénale. Envoyé Spécial s’appuie sur des études réalisées par Channa Jayasumana pour l’affirmer (ici et ici). Ces articles restent hypothétiques et ne démontrent pas de causalité. Plusieurs facteurs sont avancés par les scientifiques, dont le glyphosate, mais l’OMS juge que ce n’est pas démontré.

Ce passage de l’émission « Envoyé Spécial » montre d’ailleurs que sans glyphosate, la seule alternative crédible est de revenir au désherbage manuel ou mécanique. Une solution qui peut coûter très cher et aller à contre-courant des gains de productivité agricoles qui permettent aux populations des pays pauvres de sortir de la misère et de la faim. L’interdiction du glyphosate a d’ailleurs été annulée en 2018 pour toutes les cultures au Sri Lanka, contrairement à ce qu’affirme le reportage.

Des parlementaires à la botte du président, un scoop ?

Élise Lucet tiendrait-elle un scoop ? L’Assemblée nationale est une caisse d’enregistrement des décisions du président. Ce n’est pas comme si l’on découvrait l’utilité limitée de cette institution.

Ce passage a le mérite de montrer l’embarras des politiques qui, au mépris de la science et du droit, refusent de rappeler le consensus scientifique porté par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES).

François de Rugy, ministre de l’Écologie affirme qu’il y aura une alternative pour « en finir avec le glyphosate en 2021 ». La promesse est aisée, l’art est difficile. L’Institut national de recherche agronomique (INRA) estime qu’aucune alternative ne puisse faire aussi simple, efficace, peu toxique et peu coûteux que cette molécule. Il est peu probable qu’une meilleure solution soit trouvée et mise sur le marché d’ici 2021.

Conclusion

Oui le glyphosate est dangereux. Oui son utilisation doit être faite avec les précautions qui s’imposent. Oui, les méthodes de Monsanto, intégré depuis à Bayer, sont critiquables et éthiquement discutables.

Mais la science est très claire sur le sujet. L’utilisation du glyphosate de manière conventionnelle ne présente à ce jour pas de risques significatifs connus.

Élise Lucet entretient une désinformation anti-science cumulant des conditionnels, des théories du complot, des instrumentalisations révoltantes, des images-chocs, une musique anxiogène, des interviewés acculés, des chiffres présentés sous forme effrayante, mais qui n’apportent rien, des mensonges et des lacunes graves pour traiter d’un sujet pourtant essentiel.

La liberté de la presse ne dispense ni de contradicteurs ni de rigueur intellectuelle. La question des pesticides est complexe, car elle implique un arbitrage entre protection de l’environnement, maintien de la productivité agricole et sécurité sanitaire pour les producteurs et les consommateurs.

Sans vouloir minimiser les inquiétudes et les précautions concernant l’utilisation de ces intrants agricoles, l’IREF estime que le sujet aurait dû être traité de manière moins manichéenne et faire appel à des scientifiques et des spécialistes reconnus pour leur expertise en agronomie, en nutrition et en toxicologie.

Attaché à une liberté inconditionnelle de la presse, l’IREF milite pour la privatisation de France Télévisions. Cela permettra à chacun de choisir librement quel média il souhaite financer sans être forcé de subventionner les émissions comme « Envoyé Spécial » d’Élise Lucet, payée 25 000 €/mois, par la redevance audiovisuelle publique.

Source : https://www.contrepoints.org/2019/01/20/335099-envoye-special-traitement-malhonnete-glyphosate

« Envoyé spécial » : Le reportage sur le glyphosate critiqué et signalé plus de 500 fois au CSA - POLEMIQUE - L’émission présentée par Elise Lucet sur France 2 sur les dangers de l’herbicide glyphosate a été largement critiquée… L.B. Twitter - Publié le 22/01/19 à 10h36 — Mis à jour le 22/01/19 à 15h50 – Source : https://www.20minutes.fr/arts-stars/television/2432911-20190122-envoye-special-reportage-glyphosate-critique-signale-plus-500-fois-csa

Quel est le vrai du faux dans les critiques de l’émission d’Envoyé spécial sur le glyphosate ? - Par Olivier Monod 23 janvier 2019 à 16:31 (mis à jour à 18:29) - GLYPHOTEST Envoyé Spécial. Phototele

Le 17 janvier 2019, Envoyé spécial consacrait une émission entière au glyphosate. Devant le nombre de critiques reçues, l’équipe de télévision a publié « une réponse aux intox ». Débat explosif.

A lire sur ce site : https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/23/quel-est-le-vrai-du-faux-dans-les-critiques-de-l-emission-d-envoye-special-sur-le-glyphosate_1704353

Retour au début du document traduit

Traductions avec compléments d’informations et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 06/
06/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Pesticides Santé New survey in humans shows link between advanced liver disease and glyphosate French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 8 / 336112

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Pesticides   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License