Accueil > Pour en savoir plus > OGM > OGM Actualités & Actions > "Bayer a acheté Monsanto avec l’argent des contribuables européens : la (...)

"Bayer a acheté Monsanto avec l’argent des contribuables européens : la situation de Bayer allant en se détériorant, ce sont les contribuables qui pourraient en subir les conséquences" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard

vendredi 28 juin 2019, par GMWatch



ISIAS OGM Affaires

Bayer a acheté Monsanto avec l’argent des contribuables européens : la situation de Bayer allant en se détériorant, ce sont les contribuables qui pourraient en subir les conséquences

L’article d’origine a été publié le 25 juin 2019 par GMWatch sous le titre « Bayer purchased Monsanto with European taxpayers’ money  » et il est accessible ici : https://www.gmwatch.org/en/news/latest-news/19005-bayer-purchased-monsanto-with-european-taxpayers-money

Selon un article de la journaliste et auteure allemande Gaby Weber, paru dans la presse allemande, la Banque centrale allemande - la Bundesbank - aurait contribué au financement de l’acquisition de Monsanto par Bayer avec l’argent des contribuables européens.

[Voir : Kauf von Monsanto mit Steuergeldern finanziert - 24. Juni 2019 Gaby Weber ].

Il y a trois ans, le directeur de Bayer, Werner Baumann, a lancé son offre d’achat sur Monsanto. Il a promis que cela ferait de Bayer un acteur mondial et apporterait d’énormes dividendes aux actionnaires. Selon Weber, l’avidité empêchait une analyse de risque prudente. En conséquence, dit Weber, les actions de Bayer sont maintenant dans le marasme, des dommages-intérêts astronomiques ont été réclamés aux États-Unis et Bayer est menacée de prise de contrôle ou de faillite.

Malheureusement, la responsabilité ne revient pas aux actionnaires de Bayer ni à ses dirigeants, explique Weber, mais au contribuable. Face à une faillite imminente, le gouvernement allemand interviendra probablement - comme il l’a fait lors de la crise bancaire. La Bundesbank subira également des pertes considérables dans une telle situation, car c’est la Bundesbank qui a financé une grande partie de l’achat de Monsanto, via un programme de la Banque centrale européenne (BCE), qui tire son argent des contribuables européens.

Un porte-parole de la BCE, William Lelieveldt, a confirmé à Weber que les obligations Bayer avaient été achetées dans le cadre du programme d’achat d’actifs de la BCE. Mais Weber a déclaré que Lelieveldt ne divulguerait pas le montant exact, ni le taux d’intérêt.

Weber dit que Lelieveldt a affirmé que des ’considérations de gestion des risques’ avaient été utilisées. Mais Lelieveldt n’a pas précisé ce que c’était exactement. Les obligations sont dans le portefeuille de la Bundesbank. Les demandes d’évaluation des risques de Weber sont en attente à Bruxelles et à Francfort. Elle dit que si elle refuse l’information, elle va chercher des solutions légales.

Weber a également engagé une action en justice contre Bayer AG pour obliger la société à publier son rapport de diligence raisonnable. Sa cause sera entendue le 12 septembre 2019 devant le tribunal régional supérieur de Cologne.

Bayer, qui promet des ’normes de transparence plus strictes’, a versé 62 milliards de dollars à Monsanto. Un quart de cette somme proviendrait des capitaux propres, des ventes d’actions de la société à BASF, comme l’avait demandé la ‘US Securities and Exchange Commission’, et de la vente du fabricant de matériaux Covestro. En outre, Bayer avait procédé à une augmentation de capital en émettant de nouvelles actions et en engageant le reste des banques Bank of America, Crédit Suisse et Haus Rothschild.

Weidmann, président de la Bundesbank, a posé sa candidature au poste de président de la BCE. Mais, selon Weber, qui a donné l’argent des contribuables européens aux actionnaires de Monsanto, ses chances d’obtenir le poste le plus élevé chutent parallèlement au cours de l’action de Bayer.

Résultat de recherche d’images pour ’gmwatch logo’

Retour au début de la note traduite

Traduction avec compléments d’informations et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 28/06/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM Affaires Bayer purchased Monsanto with European taxpayers money French verion.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

---