Accueil > Pour en savoir plus > Médecine, Santé > Cancer > "Les antioxydants peuvent favoriser la propagation du cancer du poumon (...)

"Les antioxydants peuvent favoriser la propagation du cancer du poumon plutôt que de le prévenir : les médicaments, nouvellement découverts qui entraînent les métastases, pourraient être contrecarrés" par Nicoletta Lanese

Traduction et compléments de Jacques Hallard

dimanche 14 juillet 2019, par Lanese Nicoletta


ISIAS Santé

Les antioxydants peuvent favoriser la propagation du cancer du poumon plutôt que de le prévenir : les médicaments, nouvellement découverts qui entraînent les métastases, pourraient être contrecarrés

L’article original de Nicoletta Lanese a été publié le 27 juin 2019 par Science News Cancer, Health, Genetics sous le titre « Antioxidants may encourage the spread of lung cancer rather than prevent it » et i est accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/antioxidants-lung-cancer-spread-prevent

bottles of vitamins

Un signal du cancer - Deux études ont révélé que des antioxydants, notamment des suppléments diététiques tels que la vitamine E, alimentent les métastases dans les cellules cancéreuses du poumon. fstop123 / iStock / Getty Images Plus

Les antioxydants, autrefois considérés comme un moyen de prévention du cancer, peuvent en réalité suivre la propagation de la maladie. Maintenant, les scientifiques ont compris comment.

Deux études rapportent en ligne le 27 juin 20819 dans la revue scientifique Cell, pris comme complément alimentaire ou produit par l’organisme. Des expériences sur des souris et des tissus humains ont révélé que les antioxydants sont à la fois une protection contre les molécules endommageant les cellules et une accumulation rapide de la protéine. Au fur et à mesure que Bach1 s’accumule, les tumeurs brûlent plus rapidement le glucose, ce qui favorise la migration des cellules cancéreuses vers de nouveaux organes (SN : 1/9/16, p. 13).

Martin Bergö, biologiste moléculaire au Karolinska Institutet de Stockholm, a déclaré que ’l’une des nouvelles études sur les cellules cancéreuses est de faire passer le mot’.

Le cancer du poumon, principale cause de décès par cancer dans le monde, fait environ 1,6 million de morts par an, soit plus que les cancers du côlon, du sein et de la prostate réunis. La plupart des décès par cancer du poumon sont liés aux métastases. Les nouvelles découvertes suggèrent de ralentir la propagation avant qu’il ne soit trop tard.

Dans une étude, Michele Pagano, biologiste du cancer à la faculté de médecine de l’Université de New York et ses collègues ont établi un lien entre les antioxydants et les mutations courantes des cellules cancéreuses du poumon. Les antioxydants neutralisent les radicaux libres, endommageant les molécules susceptibles de s’accumuler naturellement au cours du métabolisme cellulaire. Environ 30% des cancers du poumon sans petites cellules peuvent développer des mutations dans l’un des deux gènes clés qui régulent la production naturelle d’antioxydants. Les modifications génétiques augmentent la production ou empêchent la destruction d’une protéine appelée Nrf2 [ou NFE2L2 (« Nuclear factor (erythroid-derived 2)-like 2 ») ou Nrf2 (un facteur de transcription. Son gène est le NFE2L2 situé sur le chromosome 2 humain) ], qui active une série de gènes produisant des antioxydants. Cela leur permet de se constituer une ligne de défense contre les radicaux libres libérés par leur croissance active. Et ces mutations surviennent avec un avantage supplémentaire.

Normalement, le stress oxydatant - lorsque les radicaux libres se déchaînent - libère de l’hème en suspension, un pigment porteur d’oxygène qui génère des molécules encore plus dommageables. Pour se protéger, les cellules saines utilisent l’enzyme oxygénase-1, ou Ho1, pour éliminer l’hème en excès. Mais dans les cellules de cancer du poumon, cette mesure de sécurité est détournée. Chez les souris dont les gènes ont été modifiés, des niveaux élevés de Nrf2 et d’antioxydants encouragent en fait la production de Ho1 et permettent finalement au cancer de se propager.

[D’après Wikipédia, L’hème est un cofacteur contenant un atome de métal, souvent du fer, servant à accueillir un gaz diatomique (par exemple du dioxygène O2) au centre d’un large anneau organique appelé porphyrine. Toutes les porphyrines ne contiennent pas nécessairement un atome de fer mais la majorité des métalloprotéines qui contiennent des porphyrines ont en fait l’hème comme sous-unité prosthétique. Il existe trois types d’hème biologiquement importants :

En effet, l’hème a une autre fonction : il contribue à la dégradation de la protéine Bach1, explique Pagano. Bach1 s’accumule dans les cellules cancéreuses et active les gènes responsables des métastases. Dans les tissus humains, les tumeurs au stade avancé et celles qui avaient métastasé présentaient ainsi des taux élevés de Bach1 et Ho1, ont découvert Pagano et ses collègues.

Dans la deuxième étude, l’équipe de Bergö a traité des souris mutantes et des cellules cancéreuses humaines avec des antioxydants, imitant les effets d’un complément alimentaire. L’équipe a découvert que Bach1 avait ensuite activé les gènes qui accéléraient l’absorption et l’utilisation du glucose. Le fait de chauffer les cellules avec du sucre a provoqué des métastases agressives.

Bergö et ses collègues n’ont pas encore trouvé de résultats similaires chez l’homme. Sachant maintenant comment les antioxydants exacerbent le cancer, les scientifiques pourraient peut-être affaiblir le mécanisme grâce à des médicaments qui inhibent Ho1, bloquent la production de Bach1 ou empêchent la glycolyse, le processus hypoglycémiant qui alimente les tumeurs. Les inhibiteurs de Ho1 sont déjà approuvé par la ‘Food and Drug Administration’ aus Etats-Unis pour traiter les maladies héréditaires appelées porphyries, et ils pourraient potentiellement être réutilisés pour lutter contre le cancer.

[Selon Wikipédia, « La porphyrie est une affection caractérisée par la présence, dans l’organisme, de quantités massives de porphyrines, molécules précurseurs de l’hème (partie non-protéique de l’hémoglobine). Elle est provoquée par un trouble du métabolisme des dérivés pyrroliques. Le signe commun des porphyries est la présence de porphyrines dans l’urine (porphyrinurie) et dans les fèces. Les porphyries aiguës se manifestent par des douleurs abdominales (« colites »), par des troubles nerveux et psychiques, et peuvent aboutir à des troubles bulbaires graves. Deux grands types de porphyrie sont diagnostiqués : les porphyries induites par des intoxications (métaux lourds), réversibles si l’intoxication n’a pas concerné le fœtus, l’embryon ou le jeune enfant ; et les porphyries congénitales, qui constituent des maladies essentielles et peuvent, dans une certaine mesure, être soignées. La porphyrie chronique, congénitale ou maladie de Günther, se manifeste dès l’enfance et persiste à l’état adulte sous forme d’éruptions cutanées bulleuses sur les régions du corps exposées au soleil ; elles s’accompagnent souvent de lésions dystrophiques diverses. La porphyrie cutanée ressemble à la précédente, mais ne s’accompagne pas de dystrophies, et peut apparaître à l’âge adulte… - Article complet sur e site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Porphyrie ].

Roy Herbst, un oncologue médical au ‘Yale Cancer Center’, déclare : ’Comprendre pourquoi certains cancers sont métastasés et d’autres pas, est l’un des plus gros problèmes de cancers à ce jour’, a déclaré Roy Herbst.

Reconnaître cette nouvelle voie en tant que ’puissant promoteur des métastases’ pourrait aider les médecins à développer de nouveaux traitements permettant d’identifier les tumeurs à traiter. ’Cette voie pourrait être explorée dans d’autres types de tumeurs - cela a certainement un impact sur le terrain.’

Citations

L. Lignitto et al. Nrf2 activation promotes lung cancer metastasis by inhibiting the degradation of Bach1. Cell. Posted online June 27, 2019. doi : 10.1016/j.cell.2019.06.003.

C. Wiel et al. Bach1 stabilization by antioxidants stimulates lung cancer metastasis. Cell. Posted online June 27, 2019. doi : 10.1016/j.cell.2019.06.005.

Further Reading – Lectures complémentaires

T.H. Saey. Cancer cells get help migrating through the body. Science News. Vol. 189, January 9, 2016, p. 13.

T.H. Saey. Random mutations play large role in cancer, study finds. Science News. Vol. 191, April 15, 2017, p. 6.

L. Beil. For athletes, antioxidant pills may not help performance. Science News. Vol. 187, March 7, 2015, p. 22.

Retour au début de l’article traduitHaut du formulaire

Bas du formulaire

Retour au début du dossier


Traduction avec compléments d’informations et intégration de liens hypertextes 
 : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 13/07/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Santé Antioxidants may encourage the spread of lung cancer rather than prevent it French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

---