Accueil > Pour en savoir plus > OGM > OGM Actualités & Actions > "Est-il exact que ’la plupart des Européens ne se soucient pratiquement plus (...)

"Est-il exact que ’la plupart des Européens ne se soucient pratiquement plus des OGM’ ?" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard

dimanche 21 juillet 2019, par GMWatch


ISIAS OGM

Est-il exact que ’la plupart des Européens ne se soucient pratiquement plus des OGM’ ?

Ajout d’accès à des documents sur les « OGM cachés  »

La note d’origine a été publiée le 27 juin 2019 par GMWatchhttps://www.google.fr/url?sa=t&...sous le titre « Do ’Most Europeans hardly care about GMOs’ ?  » et il est accessible sur ce site : https://www.gmwatch.org/en/news/latest-news/19007-do-most-europeans-hardly-care-about-gmos

Euro barometer 2019 survey GMO Maize

Les lobbyistes des OGM pensent que les inquiétudes dans l’Union Européenne concernant les OGM ont disparu - mais c’est uniquement parce que leurs ingrédients ne sont pas présents dans nos aliments.

Sur la base des conclusions d’une nouvelle enquête Eurobaromètre, [publiée en juin 2019 : Special Eurobarometer – Wave EB91.3 – Kantar], les lobbyistes des OGM et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) se sont convaincus que les Européens ne sont plus trop préoccupés par les aliments génétiquement modifiés. Mais chez GMWatch, nous pensons qu’ils se font des illusions.

Un point de vue est exprimé dans un article intitulé Most Europeans hardly care about GMOs’ (La plupart des Européens se soucient peu des OGM), selon ‘gminfo.eu’, le site Internet du lobby des OGM. [ GMOinfo.eu/fr est animé par Marie Rigouzzo, consultante spécialisée sur les biotechnologies agricoles, pour Europabio. D’autres informations en français sur les OGM sont disponibles sur ogm.org, ibv-blog ou encore horizonbiotechs. Source : https://gmoinfo.eu/fr/ ].

On y lit ceci : « Un rapport spécial de l’enquête Eurobaromètre sur la sécurité alimentaire a été publié ce mois-ci. Il montre encore une nouvelle fois que le discours régulièrement diffusé selon lequel « 90% des Européens sont contre les OGM » est faux. « Les ingrédients génétiquement modifiés dans les aliments et les boissons » ont un niveau de préoccupation relativement faible (27%), soit le numéro 8 des 15 préoccupations spécifiées figurant sur la liste. Les préoccupations ont plus que diminué de moitié par rapport à la dernière enquête similaire, publiée en 2010, selon laquelle les OGM figuraient au quatrième rang des préoccupations les plus importantes (66%).

Document de référence d’octobre 2010 : Biotechnology - European Commission - Europa EUec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/archives/ebs/ebs_341_en.pdf

L’édition du génome est celle qui suscite le moins de préoccupations (4%) et de notoriété (22%). Les problèmes les plus fréquents dans la plupart des États membres sont les antibiotiques, les hormones et les stéroïdes (44%), les résidus de pesticides dans les aliments (39%) et les additifs alimentaires (36%).

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) déclare que ’les Européens semblent moins préoccupés qu’ils ne l’étaient auparavant concernant les risques des OGM’.

Il s’agit toutefois d’une interprétation erronée des conclusions du rapport Eurobaromètre. [Voir Special Eurobarometer Wave EB91.3 Report – « Food safety in the EU » sur ce site :https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/corporate_publications/files/Eurobarometer2019_Food-safety-in-the-EU_Full-report.pdf].

Premièrement, plus d’un quart des personnes sont concernées par un aliment ou une boisson qui sont issus de produits génétiquement modifiés : ce n’est pas un chiffre bas.

Et bien que l’inquiétude à ce sujet ait diminué de plus de moitié depuis la dernière enquête en 2010, ce n’est probablement pas parce que les gens ne se soucient plus des OGM, mais c’est parce qu’ils croient à juste titre que les fabricants de produits alimentaires de l’UE ont pratiquement exclu les ingrédients génétiquement modifiés de l’alimentation humaine. Il n’y a donc plus besoin de s’inquiéter de cet aspect de la sécurité alimentaire. Pourtant presque tous les OGM utilisés dans l’UE se retrouvent dans les aliments pour animaux, chez lesquels l’étiquette OGM n’est pas visible par le consommateur final de la viande, des produits laitiers ou des œufs provenant d’un animal nourri avec des OGM

Les rats de Pusztai

L’exclusion des ingrédients génétiquement modifiés des aliments destinés à la consommation humaine, a été suscitée à la fin des années 90 par le Dr Arpad Pusztai, chercheur à l’Institut Rowett en Écosse. Dans une étude financée par le gouvernement, le Dr Pusztai avait découvert que les pommes de terre génétiquement modifiées nuisaient à la santé des rats dans des expériences d’alimentation.

[Voir à ce propos : Affaire Pusztai — Wikipédiahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Pusztai - « L’affaire Pusztai est une controverse qui s’est développée au Royaume-Uni dans les années 1990 à propos d’expérimentations sur des pommes de terre génétiquement modifiées menées par Árpád Pusztai à la société anglaise de biotechnologie Cambridge Agricultural Genetics, renommée par la suite Axis Genetics… - Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Pusztai ].

À la suite de la fureur qui a suivi, les supermarchés britanniques, dirigés par ‘Iceland Foods’, ont annoncé qu’ils interdisaient les ingrédients contenant des OGM dans leurs produits de marque propre. Le mouvement s’est étendu au reste de l’Europe. À ce jour, il est difficile de trouver des ingrédients OGM dans les produits destinés à l’alimentation humaine des supermarchés. Ils sont en grande partie limités à la malbouffe d’origine américaine, telle que les chocolats bon marché.

Ainsi, les Européens ont connu deux décades d’existence dans un contexte dans lequel il est fort probable que les aliments destinés à l’alimentation humaine ne contiennent pas d’OGM. De plus, grâce à la réglementation sur les OGM adoptée à la suite de l’étude du Dr Pusztai, les ingrédients contenant des OGM doivent être étiquetés de manière à ce que ceux qui souhaitent éviter de les consommer puissent le faire.

Selon les chiffres de l’Eurobaromètre, les Européens acceptent davantage les OGM qu’ils ne le faisaient auparavant. Cela revient à dire que les gens acceptent davantage de plomb dans la peinture ou les prions ESB (vache folle) dans la viande bovine qu’auparavant. De telles affirmations seraient absurdes. La vérité est que ces problèmes ne sont plus aussi préoccupants que par le passé, car les gens croient que les problèmes ont disparu.

Cette situation de confort relatif changerait si le lobby des OGM parvenait à se frayer un chemin et s’il était autorisé à introduire des ingrédients génétiquement modifiés dans des aliments destinés à l’alimentation humaine sans contrôles préalables de sécurité et sans étiquetage des produits mis sur le marché. S’ils réussissaient, nous prévoyons que l’inquiétude pourrait commencer à se poser sur les ’OGM cachés’.

[Voir plus loin Ajout d’accès à des documents sur les « OGM cachés  »].

L’enquête Eurobaromètre a révélé que l’inquiétude suscitée par l’édition du génome est actuellement très faible, mais c’est sans doute parce que, comme le révèle également l’étude, la notoriété de cette nouvelle technologie est extrêmement faible. En effet, selon notre expérience, il n’est pas clair ni facile de savoir et de comprendre de quoi il s’agit en la matière. Les populations ne savent certainement pas que l’industrie des OGM au sens le plus large est en train de ’réviser’ les génomes de leurs plantes vivrières et de leurs animaux d’élevage.

Des efforts vigoureux du lobby des OGM sont déployés pour s’assurer que les produits résultants ne soient pas étiquetés, témoignent de l’ampleur de leurs préoccupations concernant les personnes qui se préoccupent des profonds changements qu’ils souhaitent apporter à la production alimentaire des êtres humains.

Variabilité entre pays

Les résultats de l’enquête Eurobaromètre sur les OGM dans les aliments et les boissons varie beaucoup d’un pays de l’UE à l’autre. Il est le plus élevé en Lituanie (45%), en Bulgarie, en Grèce (42%) et en Lettonie (41%), tandis que les répondants expriment les niveaux de préoccupation les plus faibles à Malte (12%) et en Finlande (13%). Cette constatation n’est guère rassurante pour l’industrie des OGM.

Par exemple, 30% de ceux qui ont mis fin à leurs études à l’âge de 20 ans ou plus s’inquiètent des ingrédients génétiquement modifiés contenus dans les aliments ou les boissons, contre 19% de ceux qui ont quitté le système éducatif à l’âge de 15 ans.

Le lobby des OGM ne sera sans doute pas satisfait de cette conclusion, car ils se sont persuadés que ’l’éducation améliore les attitudes’ à propos des aliments génétiquement modifiés. Par ’éducation’, bien sûr, ils désignent le type de propagande unilatérale qu’ils produisent eux-mêmes via des médias tels que le Cornell Alliance for Science (l’Alliance Cornell pour la science).

[Voir à ce sujet  :Study suggests science education improves attitudes about GMO food - By Joan Conrow - January 24, 2019].

Dans l’ensemble, le secteur des OGM et ses lobbyistes doivent tirer des leçons de leurs expériences amères lorsqu’ils ont tenté pour la première fois de convaincre les Européens que les aliments génétiquement modifiés pouvaient ne pas être étiquetés ni testés dans les années 1990. Les gens veulent maintenant plus, et non moins, de transparence sur la manière dont leur nourriture est produite, et aucune industrie ne peut réussir à long terme en dissimulant la vérité.

Résultat de recherche d’images pour ’GMWatch logo’

Retour au début du document traduit

Autre article à consulter :

La France et les OGM : où en est-on ? - Publié le 15 avril 2016

Illustration - En Europe, le maïs MON810 est cultivé dans cinq pays. © JEAN-PIERRE MULLER / AFP

La France interdit la culture des OGM sur son territoire depuis 2008. Mais des denrées alimentaires génétiquement modifiées peuvent tout de même être importées en France.

Le Conseil d’Etat a annulé vendredi une interdiction du maïs MON810 de Monsanto remontant à 2014. Mais cette mesure réclamée par les producteurs restera sans effet, en raison d’un changement de politique à Bruxelles. En mars dernier, la Commission européenne a en effet autorisé aux Etats membres qui en font la demande à abandonner la culture sur son sol du maïs transgénique. Quelle-est la situation en France ?

Cultive-t-on des OGM en France ? Non. La France interdit la culture du seul organisme génétiquement modifié (OGM) autorisé en Europe : le maïs MON810 de Monsanto. 

En Europe, le MON810 est cultivé dans cinq pays. Cette culture représentait, en 2015, 107.000 hectares en Espagne, 8000 hectares au Portugal, 104.000 hectares en Slovaquie et quelques parcelles en République Tchèque et en Roumanie, selon les chiffres de l’Isaa, le Service international pour l’acquisition d’applications agricoles biotechnologiques.

Peut-on consommer des OGM en France ? L’importation des OGM se décide à l’échelle de l’Union européenne. C’est donc l’Europe qui autorise la mise sur le marché de tel ou tel produit et cela est valable sur l’ensemble du territoire et donc en France. Aujourd’hui, plus de 70 denrées alimentaires et aliments pour animaux génétiquement modifiés sont autorisés dans l’Union européenne, dont 19 été autorisés en avril 2015 : du maïs, du soja, du colza, du coton et des betteraves sucrières ont 

Qu’est-ce-que cela représente ? La plupart des OGM importés dans l’UE servent à l’alimentation animale. En 2013, 36 millions de tonnes de soja ont été utilisées pour nourrir le bétail dans l’Union européenne, dont seulement 1,4 million de tonnes d’organismes non génétiquement modifiés produits au sein de l’Union européenne, détaille le Parlement Européen.

La présence d’OGM dans un plat destiné aux humains doit apparaître sur l’étiquette du produit lorsque la teneur dépasse 0,9% de la denrée. En Europe, cela concernerait environ une trentaine de plats. ’Toutefois les produits issus d’animaux nourris aux OGM ne sont pas étiquetés’, pointe l’association Infogm.org. Selon elle, les Français consomment donc indirectement des OGM. 

Sur le même sujet :

Retour au début du document traduit



Ajout d’accès à des documents sur les « OGM cachés »

http://Comment des OGM cachés arri...

Comment des OGM cachés arrivent-ils sur le marché ?www.fondation-nature-homme.org/.../comment-des-ogm-caches-arrivent-ils-sur-le-m...

19 oct. 2017 - OGM cachés dans notre assiette. Un OGM caché, qu’est-ce que c’est ? Un OGM est un organisme génétiquement modifié...

Les OGM ’cachés’https://blogs.mediapart.fr/edition/ogm/article/290710/les-ogm-caches

Or ces OGM cachés présentent les mêmes dangers que les transgéniques. Au-delà des risques bien réels pour la santé et pour l’environnement, ces différentes ...

Progression des OGM « cachés » en France et en (...) - Inf’OGMhttps://www.infogm.org/6273-progression-ogm-caches-vrth-france-europe

25 avr. 2018 - France - évolution des surfaces de tournesol muté résistant à un herbicide (VrTH / OGM cachés) : Crédits : Lily Vergier, Inf’OGM. En Italie, la ...

Que faire des « OGM cachés » ? - Le Mondehttps://www.lemonde.fr › Planète

24 avr. 2016 - Vous connaissiez les « OGM », il va désormais falloir vous familiariser avec les « OGM cachés ». Jusqu’à présent, les choses étaient assez ...

Doit-on vraiment craindre l’existence d’’OGM cachés’ ? - Science & Viehttps://www.science-et-vie.com › Archives

18 avr. 2019 - Votre question fait sans doute écho à la lettre ouverte adressée le 29 juillet dernier par dix associations paysannes et anti-OGM au ministre de.

OGM et OGM cachés : des risques pour la santé, l’environnement et l ...https://www.generations-futures.fr › Publications

11 avr. 2017 - Vous apprendrez aussi en quoi ces OGM et OGM cachés présentent un risque pour notre santé et notre environnement et pourquoi ils ...

file:///home/pascal/Bureau/«%20OGM...

« OGM cachés » : des faucheurs volontaires en procès à Dijon - Basta !https://www.bastamag.net/OGM-caches-des-faucheurs-volontaires-en-proces-a-Dijon

4 avr. 2018 - Ce sont des « OGM cachés ». Ces plantes mutées ont les mêmes effets sur l’environnement et la santé que les plantes transgéniques.

VIDEO - Qu’est-ce que les OGM cachés ? Vidéo 3:07
ajoutée le 11 octobre 2017 - Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

C’est une nouvelle technique de manipulation génétique qui est exclue du champ d’application de la directive européenne sur les OGM. Ces OGM cachés se retrouvent donc dans nos assiettes à notre insu. Si vous n’en voulez pas dans votre assiette, mobilisez vous et dites stop aux OGM cachés : http://stop-ogm-caches.petitions.fnh.org -Catégorie : Organisations à but non lucratif - Licence : Licence de paternité Creative Commons (réutilisation autorisée) – Source : https://www.youtube.com/watch?v=Ec9Aa9Jj8Is

Retour au début du document traduit

Traduction avec ajout de compléments d’informations et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 20/07/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier :

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -