"La première chimère homme-singe suscite l’inquiétude des scientifiques", The Guardian

Traduction et compléments de Jacques Hallard


ISIAS Biologie

La première chimère homme-singe suscite l’inquiétude des scientifiques

Ajout d’accès à des publications en français sur les aspects éthiques des chimères ou embryons animaux-humains

Information de Nicola Davis parue de 03 août 2019 dans The Guardian sous le titre ‘First Human-Monkey Chimera Raises Concern Among Scientists’ –

Les chercheurs ont reprogrammé les cellules humaines avant de les injecter à l’embryon de singe. Les efforts visant à créer des chimères homme-animal ont relancé un débat éthique après que des rapports aient révélé que des scientifiques avaient produit des embryons de singe contenant des cellules humaines.

Une chimère est un organisme dont les cellules proviennent d’au moins deux « individus ». Des travaux récents ont étudié des combinaisons d’espèces différentes. Le mot vient d’une bête de la mythologie grecque qui était à la fois lion, bouc et serpent.

[A propos de Chimère : selon Wikipédia « Dans la mythologie grecque, la Chimère est un monstre constitué de différentes parties de plusieurs animaux (lion, serpent, chèvre, dragon). Elle fut tuée par Bellérophon, monté sur Pégase.

Pris métaphoriquement, chimère est un nom commun, employé dans des contextes variés. Par exemple en Biologie :

En génétique :

  • une chimère est un organisme possédant deux ou plusieurs génotypes distincts ;
  • une chimère (ou un ADN chimérique) est une séquence d’ADN formée à partir de la recombinaison de fragments d’origines diverses.

Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chim%C3%A8re#Biologie ].

Selon le dernier rapport publié dans le journal espagnol El País, une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Juan Carlos Izpisúa Belmonte de l’Institut Salk aux États-Unis aurait produit des chimères singe-humain. La recherche a été menée en Chine « pour éviter les problèmes juridiques », selon le rapport.

Les chimères sont considérées comme un moyen potentiel de remédier au manque d’organes à transplanter, ainsi qu’aux problèmes de rejet d’organes. Les scientifiques pensent que des organes génétiquement compatibles avec un receveur humain particulier pourraient un jour être cultivés à l’intérieur d’animaux.

Diffusion par : Copyright © 2019 Organic Consumers Association · 6771 South Silver Hill Drive, Finland MN 55603
Activist or Media Inquiries : 218‑226‑4164 · Fax : 218‑353‑7652 · Contact Us
Please support our work : Send a tax-deductible donation to the OCA

Copyright © 2019 Association de consommateurs de produits biologiques · 6771, promenade South Silver Hill, Finlande MN 55603 - Militants ou médias : 218‑226‑4164 · Fax : 218‑353‑7652 · Contactez-nous
S’il vous plaît, soutenez notre travail : envoyez un don déductible des impôts à l’OCA.

Avis d’utilisation équitable : Le contenu de ce site est fourni à des fins éducatives et informatives. Il peut contenir des éléments protégés par le droit d’auteur dont l’utilisation n’a pas toujours été expressément autorisée par le propriétaire du droit d’auteur. Il est mis à disposition dans le but de faire mieux comprendre les questions scientifiques, environnementales, économiques, de justice sociale, de droits de l’homme, etc. On pense qu’il s’agit d’un ’usage loyal’ de tout matériel protégé par le droit d’auteur, comme le prévoit l’article 107 de la loi américaine sur le droit d’auteur. Conformément au titre 17 U.S.C. Dans la section 107, le contenu de ce site est distribué sans but lucratif à ceux qui sont intéressés par l’utilisation des informations fournies à des fins de recherche et d’éducation. Si vous souhaitez utiliser des éléments protégés par le droit d’auteur de ce site à des fins autres que celles d’utilisation loyale, vous devez obtenir l’autorisation du détenteur des droits d’auteur. Les informations sur ce site ne constituent pas des conseils juridiques ou techniques.

Fair Use Notice : The material on this site is provided for educational and informational purposes. It may contain copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. It is being made available in an effort to advance the understanding of scientific, environmental, economic, social justice and human rights issues etc. It is believed that this constitutes a ’fair use’ of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have an interest in using the included information for research and educational purposes. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that gobeyond ’fair use’, you must obtain permission from the copyright owner. The information on this site does not constitute legal or technical advice.

Source : https://www.organicconsumers.org/first-human-monkey-chimera-raises-concern-among-scientists?utm_medium=email&amp ;utm_source=engagingnetworks&utm_campaign=OB+633&utm_content=OB+633+Saturday

Lire la traduction de l’article scientifique complet à la suite



La première chimère homme-singe suscite l’inquiétude des scientifiques : des chercheurs ont reprogrammé des cellules humaines avant de les injecter à un embryon de singe

L’article d’origine de Nicola Davis (@NicolaKSDavis)a été publié le samedi 03 août 2019 par ‘The Guardian’ sous le titre « First human-monkey chimera raises concern among scientists » et il est accessible sur ce site : https://www.theguardian.com/science/2019/aug/03/first-human-monkey-chimera-raises-concern-among-scientists

A stock image of human embryos

Une image d’archives présentant des embryons humains. Des scientifiques chinois ont produit des embryons de singe contenant des cellules humaines. Photographie : AP

Les efforts visant à créer des chimères homme-animal ont relancé un débat éthique après que des rapports aient révélé que des scientifiques avaient produit des embryons de singe contenant des cellules humaines.

Une chimère est un organisme dont les cellules proviennent d’au moins deux « individus ». Des travaux récents ont étudié des combinaisons d’espèces différentes. Le mot vient d’une bête de la mythologie grecque qui était à la fois lion, bouc et serpent.

Selon le dernier rapport publié dans le journal espagnol El País, une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Juan Carlos Izpisúa Belmonte de l’Institut Salk aux États-Unis aurait produit des chimères singe-humain. La recherche a été menée en Chine « pour éviter les problèmes juridiques », selon le rapport.

Les chimères sont considérées comme un moyen potentiel de remédier au manque d’organes à transplanter, ainsi qu’aux problèmes de rejet d’organes. Les scientifiques pensent que des organes génétiquement compatibles avec un receveur humain particulier pourraient un jour être cultivés à l’intérieur d’animaux. L’approche consiste à prendre des cellules d’un être humain adulte et à les reprogrammer pour les transformer en cellules souches, ce qui peut donner naissance à n’importe quel type de cellules dans le corps. Ils sont ensuite introduits dans l’embryon d’une autre espèce.

[Cellule souche – D’après Wikipédia, « En biologie cellulaire, une cellule souche est une cellule indifférenciée capable, à la fois, de générer des cellules spécialisées par différenciation cellulaire et de se maintenir dans l’organisme par prolifération ou division asymétrique. Les cellules souches sont présentes chez tous les êtres vivants multicellulaires. Elles jouent un rôle central dans le développement des organismes ainsi que dans le maintien de leur intégrité au cours de la vie.

L’étude des cellules souches animales est un domaine de recherche très actif notamment en raison de leurs applications en médecine. Ce domaine d’étude a récemment connu une rapide expansion avec la mise au point de techniques permettant de générer, en culture, des cellules souches pluripotentes à partir de n’importe quelle cellule du corps, ces cellules souches sont dites induites1. Cependant, les cellules souches sont également présentes chez les autres formes de vie pluricellulaire comme dans les méristèmes des plantesPhoto : Cellules souches embryonnaires de souris en culture… » Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cellule_souche ].

Le chercheur Izpisúa Belmonte et d’autres scientifiques ont déjà réussi à produire des embryons de porc et des embryons de mouton contenant des cellules humaines, bien que les proportions soient minimes : dans ce dernier cas, les chercheurs estiment qu’une cellule sur 10.000 est humaine. Les chimères porc-homme et mouton-humain sont attrayantes en partie parce que les porcs et les moutons ont des organes de la taille appropriée pour une transplantation chez l’homme.

Mais … Des scientifiques appellent à un moratoire mondial sur l’édition des gènes d’embryons - Lire la suite - Read more – Image – « Scientists call for global moratorium on gene editing of embryos - Crispr ‘tops list’ of recent scientific discoveries with massive consequences for humanity, says lead proponent - This article is more than 4 months old… »

Les détails du travail rapporté cette semaine sont rares : Izpisúa Belmonte et ses collègues n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Cependant, Alejandro De Los Angeles, du département de psychiatrie de l’Université de Yale, a déclaré qu’il était probable que des chimères singe-humain soient en cours de développement afin d’explorer comment amélioré la proportion de cellules humaines dans de tels organismes. « La fabrication de chimères humaines-singes pourrait nous apprendre à fabriquer des chimères de porc-humain dans l’espoir de fabriquer des organes destinés à la transplantation », a-t-il déclaré. « Cela pourrait nous apprendre quels types de cellules souches nous devrions utiliser, ou d’autres moyens d’améliorer ce que nous appelons’ niveaux de chimérisme humain ’chez les porcs ».

[Lire Human–Monkey Chimeras for Modeling Human Disease : Opportunities and Challenges ]

Alexandro De Los Angeles a souligné que, comme lors de travaux antérieurs sur les porcs et les moutons, les chimères humain-singe ne se seraient développées que pendant quelques semaines, c’est-à-dire avant que les organes ne se forment réellement.

Le professeur Robin Lovell-Badge, biologiste du développement de l’Institut Francis Crick de Londres, est du même avis. ’Je ne pense pas que cela soit particulièrement préoccupant sur le plan éthique, car vous ne les emmenez pas assez loin pour avoir un système nerveux ou pour vous développer de quelque manière que ce soit - c’est juste une boule de cellules’, a-t-il déclaré.

Mais Robin Lovell-Badge a ajouté que si les chimères étaient autorisées à se développer davantage, cela pourrait susciter des inquiétudes. ’Comment restreignez-vous la contribution des cellules humaines à l’organe que vous souhaitez utiliser ?’, a-t-il déclaré. « S’il s’agit d’un pancréas, d’un cœur, d’un rein, ou de quelque chose d’autre, c’est très bien si vous parvenez à le faire. [Mais]…. si vous autorisez ces animaux à naître et à se développer, si vous apportez une contribution importante au système nerveux central à partir des cellules humaines, alors cela devient de toute évidence une préoccupation ».

La nouvelle des chimères singe-humain arrive peu de temps après l’annonce de chercheurs japonais tels que le professeur Hiromitsu Nakauchi, qui avait reçu l’aide du gouvernement pour créer des chimères souris-humain.

Inscrivez-vous à ‘Lab Notes’ - le bulletin scientifique hebdomadaire du Guardian
Lire la suite - Read more  : Image - Sign up for Lab Notes - the Guardian’s weekly science update - Get a weekly round-up of the biggest stories in science, insider knowledge from our network of bloggers, and some distractingly good fun and games… »

En mars 2019, le Japon a levé l’interdiction de permettre à de tels embryons de se développer au-delà de 14 jours et d’être implantés dans un utérus, ce qui signifie que ces chimères peuvent, si l’autorisation d’expérimenter est accordée, être menées à terme. Hiromitsu Nakauchi a déclaré qu’il n’envisageait pas de mener à terme les chimères humain-souris.

Lovell-Badge a déclaré qu’il était très improbable que les animaux, s’ils étaient amenés à terme, adopteraient un comportement semblable à celui de l’homme, mais ils pourraient ne pas se comporter comme des rongeurs « normaux ».

’Il y a donc des problèmes de bien-être animal ainsi que des problèmes éthiques liés au fait de rendre quelque chose de plus humain’, a-t-il déclaré. ’Clairement, si un animal né avait des aspects d’aspect humain, son visage, ses mains, sa peau, alors je suppose que bien que scientifiquement très intéressant, les gens pourraient en être un peu contrariés.’

De Los Angeles et ses collègues ont suggéré que les chimères singe-humain pourraient, en théorie, offrir de nouveaux moyens d’étudier les maladies neurologiques et psychiatriques chez l’homme.

« En théorie, pour les maladies pour lesquelles les modèles chez les primates ne sont pas assez bons, la fabrication de chimères chez le singe pourrait fournir un meilleur modèle pour les maladies du cerveau », a-t-il déclaré au Guardian, ajoutant que plus de 150 essais avaient échoué en 20 ans, probablement en raison de l’absence d’un bon modèle de maladie.

L’édition de gènes dans des embryons humains se rapproche de la réalité
Lire la suite – Read more  : Image – « Gene editing in human embryos takes step closer to reality - Successful correction of genetic problems in mice before birth raises hopes of similar treatments for humans… » - This article is more than 9 months old.

Une approche possible pour la recherche sur le cerveau consiste à modifier génétiquement un embryon de singe, puis à lui injecter des cellules souches humaines, de sorte qu’une partie du cerveau, par exemple l’hippocampe, ne soit composée que de cellules humaines. Izpisúa Belmonte et ses collègues ont déjà utilisé une approche similaire pour faire pousser un pancréas de rat dans une souris.

’Si vous échangez simplement l’hippocampe, cela ne signifie pas que vous allez maintenant avoir un cerveau humain’, a déclaré Lovell-Badge. ’Cela pourrait peut-être avoir de meilleurs souvenirs ou des souvenirs légèrement différents ... mais ils ne vont pas avoir de cortex humain, ce qui est ce qui nous rend réellement humains.’

Mais de telles propositions marchent directement dans l’arène éthique que d’autres ont eu du mal à esquiver : la possibilité que des cellules humaines se retrouvent dans la cervelle de singe, un développement que certaines craintes pourraient faire ressembler à des êtres humains. Des chercheurs ont précédemment indiqué qu’ils étaient capables d’empêcher les cellules humaines de se retrouver dans le cerveau ou les organes sexuels des chimères.

De Los Angeles a déclaré qu’il restait un long chemin à parcourir avant que les chimères singe-humain ne soient menées à terme.

’La distance évolutive entre les humains et les singes s’étend sur 30 à 40 millions d’années, donc on ne sait pas si cela sera possible’, a-t-il déclaré. ’Cette différence est supérieure à 10 millions d’années entre les souris et les rats, et même l’efficacité de la fabrication de chimères de souris-rats est déjà très faible.’

Bien que rendre le cerveau des singes plus humain soit une ligne rouge pour certains, il a déjà été franchi à certains égards. En avril, des scientifiques chinois ont publié une étude dans laquelle ils affirmaient avoir introduit un gène du cerveau humain chez des singes, les animaux présentant des caractéristiques telles qu’une meilleure mémoire à court terme et des temps de réaction plus courts. Ces animaux ne sont pas des chimères, mais il est clair que de nouvelles frontières sont repoussées.

Lovell-Badge a déclaré qu’il pensait qu’il était possible que le développement de chimères humain-singe pour étudier une partie du système nerveux central puisse être approuvé, mais que cela prendrait un certain temps.

« Au Royaume-Uni, toute proposition visant à fabriquer des chimères homme-singe devrait être très bien justifiée et passer par un processus de révision très difficile », a-t-il déclaré. ’Je suis sûr que toute proposition de laisser directement vivre des chimères nées ne serait pas approuvée au Royaume-Uni et probablement pas au Japon.’

• L’image principale de cet article a été modifiée le 5 août 2019. Une image précédente représentant des bébés singes dans un laboratoire a été supprimée car elle ne reflétait pas fidèlement l’histoire.

The Guardian – Puisque vous en êtes là… nous avons un petit service à vous demander. De plus en plus de personnes lisent et soutiennent le journalisme d’investigation indépendant de The Guardian. Et contrairement à de nombreuses agences de presse, nous avons choisi une approche nous permettant de garder notre journalisme accessible à tous, quels que soient leur lieu de résidence ou leurs moyens. Mais nous avons besoin de votre soutien continu pour continuer à travailler comme nous le faisons.

The Guardian abordera les problèmes les plus critiques de notre époque - de la catastrophe climatique grandissante aux inégalités généralisées, en passant par l’influence des technologies de pointe sur nos vies. À une époque où les informations factuelles sont une nécessité, nous pensons que chacun de nous, dans le monde entier, mérite de pouvoir accéder à des informations précises, intégralement basées sur l’intégrité.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous définissons notre propre agenda et exprimons nos propres opinions. Le journalisme Guardian est exempt de tout parti pris commercial et politique et n’est pas influencé par des propriétaires ou des actionnaires milliardaires. Cela signifie que nous pouvons donner une voix à ceux qui sont moins entendus, explorer où d’autres se détournent et défier rigoureusement les personnes au pouvoir.

Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à fournir un journalisme de qualité, maintenir notre ouverture et protéger notre précieuse indépendance. Chaque contribution de lecteur, grande ou petite, est si précieuse. Soutenez The Guardian à partir de 1 $ - et cela ne prend qu’une minute. Je vous remercie.
Soutenir The Guardian - Modes de paiement acceptés : Visa, Mastercard, American Express et Paypal

Topics : ScienceAnimal experimentationEmbryosChinaAsia PacificGene editingBiologynews

News, sport and opinion from the Guardian’s UK edition

Résultat de recherche d’images pour ’the guardian’

Source : https://www.theguardian.com/science/2019/aug/03/first-human-monkey-chimera-raises-concern-among-scientists

Retour au début de l’article traduit

Retour au début du dossier


Annexe

Accès à des publications sur les aspects éthiques des chimères ou embryons animaux-humains

Pourquoi les chimères doivent être le prochain débat bioéthique ...https://www.lopinion.fr › Politique –« 6 août 2019 - Pourquoi les chimères doivent être le prochain débat bioéthique ... le président du comité d’éthique de l’Institut national de la santé ...

Débat éthique autour des embryons « chimères »https://www.lesoleil.com/.../debat-ethique-autour-des-embryons-chimeres-b... – « 

Le nom lui-même rappelle les plus grandes histoires de la mythologie, aux accents de science-fiction : c’est par le mot « chimère » que l’on désigne ces ...

En France, le flou de la loi sur les embryons chimères - La Croixhttps://www.la-croix.com › Sciences & éthique › Sciences & éthique -11 déc. 2018 - Loin des débats les plus médiatiques, comme celui sur l’extension de la ... notamment par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), ...

Le projet de loi de bioéthique relance le débat sur l’embryon - La Croixhttps://www.la-croix.com › Sciences & éthique › Éthique -26 juil. 2019 - Le projet de loi de bioéthique relance le débat sur l’embryon ... Les embryons chimères, risque d’un brouillage de la frontière homme-animal ... de quelques scientifiques mais pour poser un cadre éthique », plaide-t-elle.

Chimères homme-mouton, une nouvelle transgression - Alliance Vitahttps://www.alliancevita.org/.../chimeres-homme-mouton-nouvelle-transgre...23 févr. 2018 - Les chimères sont des embryons mêlant des cellules animales et des cellules ... Elles soulèvent des questions éthiques très importantes : l’embryon humain ... La question est cependant mise en débat lors des actuels Etats ...

L’humain est-il une chimère ?https://www.cairn.info/revue-psychanalyse-2007-2-page-25.htmde C Joye-Bruno - ‎2007 - Nicole Le Douarin en donne une définition précise : « Une chimère est un .... de 1986 du ccne (Comité consultatif national d’éthique français), qui interdisait « toute ... pour la réintégration de l’œuvre dans l’exposition et ce après débat public.

Bioéthique : Bientôt des embryons animaux-humains au Japon, affolant ?https://www.20minutes.fr/.../2575615-20190801-bioethique-bientot-embry...01 août 2019 - CHIMERES Le Japon autorise désormais le développement ... où la question de l’éthique animale prend plus de place dans le débat...

Retour au début du dossier


Traduction avec compléments d’informations et intégration de liens hypertextes  : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 15/08/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Biologie First human-monkey chimera raises concern among scientists French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---