Accueil > Pour en savoir plus > OGM > Animaux OGM > "Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) sont hors de contrôle et se (...)

"Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) sont hors de contrôle et se propagent au Brésil" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard

samedi 14 septembre 2019, par GMWatch


ISIAS OGM Insectes

Les moustiques génétiquement modifiés (OGM) sont hors de contrôle et se propagent au Brésil

L’article d’origine a été publié le 11 septembre 2019 par GMWatch sous le titre « Genetically engineered mosquitoes out of control » et il est accessible sur ce site :https://gmwatch.org/en/news/latest-news/19127-genetically-engineered-mosquitoes-out-of-controlPhoto de moustique

Selon une nouvelle publication scientifique, (Référence), des moustiques génétiquement modifiés (OGM) produits par la société de biotechnologie Oxitec (Intrexon) ont échappé au contrôle de l’homme après des essais au Brésil. Ils se répandent maintenant dans l’environnement. Les moustiques de la fièvre jaune (Aedes aegypti) sont génétiquement modifiés pour empêcher la survie de leur progéniture. Après leur libération, leur dissémination, ils étaient censés s’accoupler avec des moustiques femelles de l’espèce qui transmettent des maladies infectieuses, telles que la dengue, afin de réduire les populations naturelles de ces insectes.

Cependant, la recherche publiée ce jour montre que de nombreux descendants de moustiques génétiquement modifiés ont effectivement survécu et se multiplient et se propagent encore plus. Selon les scientifiques, entre 10 et 60% de tous les moustiques de la région concernée, héritent d’une partie du génome des moustiques qui ont été répandus au cours des essais. Ces résultats sont également confirmés dans les régions voisines où aucun essai de ce type n’a été mené jusqu’à maintenant.

Les conséquences à long terme sur la transmission des maladies, le nombre d’insectes et les interactions avec l’environnement ne peuvent pas être prédites. Les moustiques utilisés pour la manipulation génétique sont originaires de Cuba et du Mexique. Ces insectes utilisés en laboratoire se sont maintenant mélangés aux insectes brésiliens pour devenir une population robuste qui peut persister dans l’environnement pendant une période plus longue. Ils pourraient remplacer les insectes originaux à long terme et même exacerber les problèmes associés aux moustiques.

Christoph Then pour Testbiotech a commenté : « Les essais réalisés par Oxitec ont conduit à une situation en grande partie incontrôlable. La société a publié sur ses insectes brevetés, bien que l’on sache auparavant que certains insectes pouvaient survivre dans l’environnement. Les attentes de leurs investisseurs étaient plus importantes que la protection de la santé et de l’environnement. Il n’existe pas d’assurance, ni de mécanisme accéléré de prévention des dommages graves dans le pire des cas.

« Cet incident doit avoir des conséquences sur les applications futures du génie génétique de ce type. Empêcher la propagation des organismes génétiquement modifiés (OGM) au sein de populations naturelles doit devenir une priorité ».

La société Oxitec a trompé le public

Oxitec a induit en erreur le public et les autorités chargées de la réglementation en ce qui concerne les moustiques génétiquement modifiés, qu’elle a faussement qualifié de ’spontanément résolutif’. Elle a obtenu un financement de la Fondation Bill & MelindaGates pour développer ces insectes génétiquement modifiés.(Référence).

Le nouveau document nous rappelle également que la stratégie d’Oxitec visant à réduire la population de moustiques n’a pas fonctionné. Il cite des recherches antérieures montrant que l’efficacité du programme de dissémination a commencé à se dégrader après environ 18 mois sa mise en route : la population qui avait été supprimée a rebondi à un niveau presque identique à celui d’avant la libération dans la nature. (Référence).

Plusieurs acteurs des institutions de recherche envisagent de créer des arbres, des abeilles, des coraux, plusieurs espèces d’insectes et d’autres organismes génétiquement modifiés (OGM) pouvant se propager au sein de populations naturelles d’êtres vivants.

Les effets à long terme de tels essais sont imprévisibles. Des effets involontaires ou non intentionnels peuvent perturber les écosystèmes et conduire à la disparition d’espèces. C’est pourquoi ‘Testbiotech’ propose d’introduire de nouveaux critères pour l’évaluation des risques des organismes génétiquement modifiés (OGM) afin de s’assurer qu’ils ne puissent pas se répandre de manière incontrôlée dans l’environnement.

La référence et le résumé de la nouvelle publication se trouvent ci-dessous.

Source principale de commentaire : Testbiotech
https://www.testbiotech.org/fr/press-release/genetical-engineered-mosquitoes-out-of-control

Transgenic Aedes aegypti Mosquitoes Transfer Genes into a Natural Population ‘Les moustiques transgéniques Aedes aegypti transfèrent des gènes dans une population naturelle)
Auteurs : Benjamin R. Evans, Panayiota Kotsakiozi, André Luis Costa da Silva, Rafaella Sayuri Ioshino, Luiza Garziera, Michele C. Pedrosa, Aldo Malavasi, Jair F. Virginio, Margareth L. Capurro et Jeffrey R. Powell - Scientific Reports volume 9, Numéro de l’article : 13047 (2019) - https://www.nature.com/articles/s41598-019-49660-6

Résumé

Dans le but de lutter contre les maladies transmises par les moustiques (fièvre jaune, dengue, chikungunya et fièvre Zika), une souche de moustiques Aedes aegypti génétiquement modifiés par transgénèse (OGM), et contenant un gène létal dominant a été mise au point par une société commerciale, Oxitec Ltd.

Si la létalité était complète, la dissémination ou libération de cette souche dans la nature ne devrait que réduire la taille de la population et ne pas affecter la génétique des populations ciblées. Environ 450.000 insectes mâles de cette souche ont été relâchés chaque semaine pendant 27 mois à Jacobina, Bahia, au Brésil.

Nous avons ‘génotypé’, c’est-à-dire effectué l’analyse du génotype de la souche disséminée et la population cible Jacobina avant le début de la dissémination pour plus de 21.000 polymorphismes nucléotidiques simples (SNP).

L’échantillonnage génétique effectué dans la population cible 6, 12 et 27-30 mois après le début des disséminations, montre clairement que des portions du génome de la souche transgénique ont été incorporées dans la population cible. À l’évidence, les hybrides viables rares entre la souche à relâcher et la population ciblée Jacobina sont suffisamment robustes pour pouvoir se reproduire dans la nature. La souche de lâcher a été développée en utilisant au départ une souche originaire de Cuba qui a ensuite été croisée avec une population mexicaine.

Ainsi, la population locale Jacobina de moustiques Aedes aegypti est maintenant constituée d’un mélange de trois populations différentes. On ignore comment cela peut affecter la transmission de la maladie ou affecter d’autres efforts en vue de contrôler ces vecteurs dangereux de maladies. Ces résultats soulignent l’importance de la mise en place d’un programme de surveillance génétique lors de ces disséminations, afin de détecter des résultats inattendus.

Résultat de recherche d’images pour ’GMWatch logo’

Retour au début de l’article traduit

Autre information de GMWatch :

Enough of clowning around. This is deadly serious - Published : 10 September 2019 – Photo des 3 clowns évoqués - There has never been a more important time for GMWatch’s global news and analysis

« Ça suffit de faire les clowns comme ça partout ; le moment présent est fondamentalement beaucoup trop sérieux pour ça » - 10 Septembre 2019. Aussi un appel pour un soutien financier de la structure GMWatch.

Autres articles et dossiers sur les moustiques : publiés sur ISIAS et mis en ligne sur ‘yonne lautre’

Retour au début du document

Traductions et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant - 13
/09/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM Insectes Genetically engineered mosquitoes out of control French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -