Accueil > Pour en savoir plus > Biologie Génétique Epigénétique > "Les animaux génétiquement modifiés par forçage génétique vont aboutir à (...)

"Les animaux génétiquement modifiés par forçage génétique vont aboutir à intensifier l’élevage industriel et la crise climatique : ils pourraient aussi nuire à la santé humaine" par GMWatch

Traduction et compléments de Jacques Hallard

vendredi 27 septembre 2019, par GMWatch


ISIAS Génétique

Les animaux génétiquement modifiés par forçage génétique vont aboutir à intensifier l’élevage industriel et la crise climatique : ils pourraient aussi nuire à la santé humaine

Ajout des Nouvelles recommandations sur l’édition génomique en Suisse 2019

L’article d’origine a été publié le 17 septembre 2019 par GMWatch sous le titre « Gene-edited animals will intensify factory farming and the climate crisis, could harm human health  » et il est accessible sur ce site : https://gmwatch.org/en/news/latest-news/19143-gene-edited-animals-will-intensify-factory-farming-and-the-climate-crisis-could-harm-human-health

Illustrations à voir à la source - Un nouveau rapport souligne le besoin urgent d’évaluation des recherches, de la sécurité et de la surveillance à mettre en place. Ce nouveau rapport de ‘Friends of the Earths’ (Amis de la Terre) et de ‘Logos Environmental’ révèle que l’utilisation de l’édition génomique ou forçage génétique chez les animaux de ferme, présente des risques pour la santé humaine, l’environnement et le bien-être des animaux. Mots clefs : édition génomique, forçage génétique, CRISPR (voir aussi ‘Crispr-Cas9 : une révolution pour manipuler le génome’, 27 février 2019 vidéo 5:54 ’Le Monde’).

Résultat de recherche d’images pour ’friends of the earth usa’

Ce rapport fait suite à des recherches de la FDA [La Food and Drug Administration , « Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux »] montrant que les bovins soumis à cette technologie d’édition génomique présentent des gènes inattendus de résistance aux antibiotiques, bien que les chercheurs aient prétendu au départ qu’ils ne contenaient aucune erreur génétique.

[Voir notamment ’Les défauts dans le génome sont négligés chez des bovins sans cornes qui proviennent d’une édition génomique : les nouvelles techniques de génie génétique (édition du génome) ne sont pas aussi précises que certains le prétendent ’ par GMWatch , traduction et compléments de Jacques Hallard, lundi 2 septembre 2019.]

Ce nouveau rapport de ‘Friends of the Earths’ met en lumière les conséquences imprévues de l’édition génomique et en examine les conséquences pour une réglementation qui est nécessaire aux Etats-Unis.

De nombreux animaux de ferme génétiquement modifiés par les récentes technologies en génie génétique [ édition génomique ou forçage génétique ] sont en cours de développement, financés par des sociétés privées ou des gouvernements et rendus possibles par les nouvelles technologies d’ édition génomique telles que CRISPR [Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats ou « Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées »].

Les exemples incluent des vaches et des porcs très musclés, des bovins sans cornes, des poulets et des porcs conçus pour résister à certaines maladies, des vaches avec des gènes humains et d’autres expériences génétiques. La production de ces animaux de ferme modifiés génétiquement se fait souvent avec peu de sensibilisation ou d’information auprès du public.

« Les preuves scientifiques montrent que l’ édition génomique , en particulier chez les animaux, est loin d’être « précise ». Au lieu de cela, elle peut produire des modifications involontaires du matériel génétique et perturber les processus génétiques. De tels effets pourraient avoir de lourdes conséquences pour la sécurité des aliments. Par conséquent, ces applications nécessiteront une évaluation rigoureuse si elles doivent être utilisées en agriculture », a déclaré la co-auteure, Dr. Janet Cotter de ‘Logos Environmental’.

« Les bénéfices des entreprises sont une motivation majeure de ces expériences génétiques, et nous devons nous méfier des propositions concernant les animaux de ferme modifiés génétiquement », a déclaré Dana Perls, co-auteure du rapport et militante principale pour l’alimentation et la technologie chez ‘Friends of the Earth.

« Les types d’animaux modifiés par génie génétique qui sont en cours de développement vont exacerber le modèle d’agriculture polluante des fermes industrielles et donner plus d’argent aux mains du Big Ag qui détruisent le climat. Nous avons besoin de systèmes agricoles durables et écologiques qui favorisent la santé des animaux, préservent et restaurent la biodiversité et protègent la santé publique ».

[Fermes industrielles – Voir les articles suivants :

Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises Par Frédéric Mouchon - Le 25 novembre 2018 à 23h19 - Photo - Plus de la moitié des porcs, poulets et œufs français sont produits par seulement 1 % des exploitations (Illustration). Pixabay/Couleur t - « L’association Greenpeace a recensé 4.413 élevages de taille industrielle dans l’Hexagone. Autant de sites qui ont un impact non négligeable sur l’environnement et que l’ONG souhaiterait voir disparaître…] – A lire sur ce site : http://www.leparisien.fr/societe/greenpeace-epingle-les-4413-fermes-industrielles-francaises-25-11-2018-7953432.php

Info de Greenpeace - 04/12/2018 – « Suite à la publication de cette carte des fermes-usines, nous avons reçu des messages nous signalant des incohérences entre les fermes référencées et les seuils actuellement en vigueur pour les Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE) soumises à autorisation que nous voulions identifier. Nous sommes actuellement en train de recenser les modifications à apporter. Les données que nous avons utilisées proviennent directement du site du Ministère de la transition écologique et solidaire, celui-ci nous ayant garanti une actualisation du fichier au 7 novembre 2018. Néanmoins il semblerait que ces données ne soient pas à jour, ce qui nous a amené à désactiver pour le moment la fonction de recherche par commune. Nous présentons toutes nos excuses aux agricultrices et agriculteurs dont la ferme s’est retrouvée sur cette carte alors qu’elle n’aurait pas dû y être, et qui se sont senti.e.s injustement pointé.e.s du doigt ».

« Cet épisode prouve qu’aucune structure publique n’est aujourd’hui en mesure de donner aux citoyen.ne.s une liste fiable des structures dépassant véritablement les seuils des ICPE soumises à autorisation, et donc une vision claire et précise de ce à quoi ressemble l’élevage industriel en France. Cette opacité est inacceptable. Nous avons besoin de l’aide de tou.te.s pour demander au Ministère de la transition écologique et solidaire plus de transparence sur ces données. Il nous semble plus que jamais crucial d’avoir des données à jour et précises quant aux installations agricoles classées pour la protection de l’environnement qui sont soumises à autorisation, justement parce qu’elles représentent un risque pour notre santé et notre environnement. Vous pouvez nous aider à les interpeller sur ce sujet en leur écrivant à l’aide du formulaire suivant (sélectionnez le deuxième choix, DDCSPP) et en nous faisant remonter les réponses qui vous seraient adressées en nous écrivant sur notre page contact : https://www.greenpeace.fr/contact/. Merci ». Source : https://www.greenpeace.fr/carte-fermes-usines/ ]

Le nouveau rapport rassemble des preuves provenant d’études scientifiques revues par des pairs qui démontrent les lacunes en matière de recherche et les conséquences inconnues et inattendues de l’édition génomique chez les animaux.

Par exemple, des études publiées ont révélé des langues élargies chez les lapins modifiés et des vertèbres supplémentaires chez les porcs, comme le rapportait le Wall Street Journal en 2018. Des études cellulaires récentes ont lié la technologie qui fait appel au CRISPR à des dommages à l’ADN et au cancer.

Principales conclusions

* Les études montrent que, loin d’être « précise », l’édition génomique peut provoquer des erreurs génétiques, même si seul un « tweak » [bidouillage génétique] est voulu. Les gènes peuvent être modifiés à d’autres endroits et l’édition génomique peut interférer avec la régulation des gènes.

* Les caractéristiques courantes de modification des gènes par cette technologie, telles que les vaches sans corne et une résistance aux maladies, perpétueront une gestion médiocre des animaux, telle que la surpopulation dans les élevages, que l’on retrouve souvent dans les opérations d’alimentation concentrée pour animaux (CAFO). Cela soulignera les préoccupations actuelles en matière d’éthique, de santé et de bien-être des animaux hébergés dans des CAFO.

* Le génie génétique des animaux implique souvent le clonage, qui entraîne des anomalies congénitales, des avortements spontanés et une mort postnatale précoce. Les erreurs génétiques peuvent entraîner des effets inattendus chez les animaux à gènes modifiés, tels que l’augmentation de la langue chez le lapin et la survenue de vertèbres surnuméraires chez le porc. Ceux-ci soulèvent des préoccupations pour la santé des animaux, le bien-être et la sécurité des consommateurs. [Voir l’aticle Quel est l’inconvénient du clonage animal ? - Réponse de Aurélie Hintermann, Doctorante, Section de biologie, Université de Genève].

* Les effets inattendus incluent la production de protéines anormales chez des animaux à gènes modifiés. Les allergènes étant des protéines, des protéines anormales pourraient créer de nouvelles allergies alimentaires et avoir des conséquences importantes pour la sécurité des aliments.

* Il existe des lacunes importantes dans les recherches sur la manière dont les erreurs génétiques au niveau cellulaire se manifestent sous forme d’effets inattendus et sur la manière dont ces effets inattendus peuvent affecter la santé de l’animal, interagir avec des facteurs environnementaux complexes et affecter la sécurité alimentaire.

* Bien qu’encore au stade hypothétique, les systèmes de ‘gene drive’ (forçage génétique), pourraient conduire à la manifestation d’un trait spécifique à travers un troupeau ou une population d’animaux de ferme et pourrait se propager accidentellement à la population naturelle, affectant potentiellement la biodiversité et même tout un écosystème.

Recommandations

* Plutôt que de créer des animaux génétiquement modifiés à intégrer dans les systèmes de production animale industrielle, il est essentiel de développer des systèmes de production animale durables et écologiques qui favorisent le bien-être des animaux, la préservation et la restauration de la biodiversité et la santé publique.

* Toutes les techniques de génie génétique devraient entrer dans le champ de la réglementation des gouvernements en matière de surveillance des applications du génie génétique, y compris de l’édition génomique, en utilisant le principe de précaution pour protéger la santé humaine et l’environnement.

* La surveillance et la réglementation de tous les OGM, y compris des animaux modifiés par édition génétique, devraient inclure une évaluation indépendante sur la sécurité environnementale et alimentaire et sur les impacts à long terme, avant leur entrée sur le marché ou une dissémination dans l’environnement. Les produits de toutes les technologies du génie génétique doivent être traçables et clairement étiquetés en tant qu’OGM.

Download the report here :
https://1bps6437gg8c169i0y1drtgz-wpengine.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/09/FOE_GManimalsReport_Final-Print-1.pdf

Source : FoE USA : https://foe.org/news/gene-edited-animals-will-intensify-factory-farming-climate-crisis-harm-human-health/

Résultat de recherche d’images pour ’gmwatch logo’

Retour au début du texte traduit

Tous nos articles et dossiers postés sur ISIAS et portant sur les mots-clefs « édition génomique, forçage génétique et/ou CRISPR » sont à découvrir sur ce site : https://isias.lautre.net/spip.php?page=recherche&amp ;recherche=%C3%A9dition+g%C3%A9nomique+for%C3%A7age+g%C3%A9n%C3%A9tique+CRISPR

Autres informations postées sur ‘yonne lautre’ :

Le droit et CRISPR : quel encadrement juridique pour l’édition des génomes ?mercredi 21 août 2019 par Yonne Lautre - français

Crispr-Cas9 : l’outil « génial » provoque des centaines de mutations génétiques imprévisibles. Jeudi 27 juillet 2017 par Yonne Lautre - français

Retour au début du texte traduit

Autre source d’information :


Nouvelles recommandations sur l’édition génomique en Suisse - Publié le 27 août 2019 à 15:13 - Modifié le 27 août 2019 à 18:41 – Contribution ‘rts.ch’ - Photo - Une étude du TA-SWISS relance le débat sur les méthodes de modification du génome Le 12h30 le 27 août 2019.

La pomme que je mange est-elle génétiquement modifiée ? Les ’ciseaux génétiques’ sont-ils vraiment précis ? La Fondation d’évaluation des choix technologiques, TA-SWISS, s’est penchée sur les différents aspects de l’édition génomique et formule des recommandations.

Les méthodes dites d’édition génomique permettent des interventions sur l’ADN plus ciblées et plus précises qu’avant. Ces nouvelles technologies sont largement utilisées en recherche fondamentale, mais elles sont aussi susceptibles d’être de plus en plus courantes dans de nombreux autres domaines, a indiqué mardi TA-SWISS devant la presse à Berne.

Le débat a été relancé récemment, avec la possibilité de manipulations sur la lignée germinale humaine. Un scientifique chinois qui a annoncé fin 2018 avoir fait naître deux fillettes immunisées contre le sida en utilisant la méthode Crispr-Cas9 a suscité un tollé international.

>> Lire : L’annonce de premiers bébés génétiquement modifiés crée l’émoi

Il semble en effet que chez l’une des jumelles, la correction n’ait pas réussi dans toutes les cellules. Or, la neutralisation du gène en question pourrait raccourcir son espérance de vie. Et de surcroît, ces manipulations peuvent être transmises à la descendance.

’Courant normal’

En Suisse, de telles pratiques sont interdites par la Constitution fédérale, a rappelé Moritz Leuenberger, président du comité directeur de TA-SWISS – organisme indépendant financé par la Confédération. L’ancien conseiller fédéral a souligné l’importance d’avoir un débat démocratique, avant que ce genre de choses ne soit considéré comme ’courant normal’ et finisse par être adopté pour la simple raison que cela se pratique dans d’autres pays.

TA-SWISS a réalisé une étude interdisciplinaire portant sur cinq domaines d’application. En médecine humaine, l’édition génomique pourrait être utilisée dans le but de guérir des maladies, prévenir la transmission de maladies héréditaires aux enfants ou utiliser des organes animaux chez l’humain, une pratique connue sous le nom de xénotransplantation.

>> Lire : Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d’organes

Dans l’élevage des animaux et la sélection végétale, l’édition génomique sert à améliorer la qualité des aliments, augmenter le rendement et conférer des résistances aux maladies. Quant aux applications de forçage génétique, elles pourraient même modifier des organismes dans des écosystèmes entiers, par exemple pour empêcher la propagation de maladies comme la malaria.

Inquiétudes ’non fondées’

Pour le généticien Denis Duboule, invité de Forum, le débat sur l’édition génomique doit être transparent et éclairé. ’Il faut mettre les choses sur la table et déconnecter l’aspect affectif lié à l’embryon.’

’Les inquiétudes ne sont, à mon sens, pas du tout fondées’, estime l’expert. ’Premièrement parce que tout ce qui touche à l’humain est interdit, deuxièmement parce qu’il existe encore des risques avec ces technologies. On ne sait par exemple pas maîtriser certains effets secondaires. La question éthique va se poser lorsque les risques seront exclus.’

>> Ecouter l’interview du généticien Denis Duboule dans Forum (à la source) - RTS - Forum - Publié le 26 novembre 2018

>> Regarder : Le débat sur le forçage génétique et ses applications est lancé – (Vidéo à la source) - Publié le 11 avril 2018 - ats/sjaq

Thérapies géniques

Les thérapies géniques personnalisées coûtent cher : celles qui ont déjà été approuvées en sont l’illustration. Néanmoins, une thérapie unique et coûteuse peut revenir moins cher qu’un traitement à vie des symptômes de la maladie.

Pour TA-SWISS, le financement de telles thérapies doit rapidement faire l’objet d’un large débat et être résolu sur le plan politique, car il faut compter avec de nombreuses nouvelles applications. A cet égard, il y aurait lieu d’envisager de nouveaux modèles de remboursement, par exemple un paiement seulement si la thérapie est efficace, selon la fondation.

Dans plusieurs domaines d’application, on constate un rejet massif par l’opinion publique. Le comité directeur de TA-SWISS estime donc que la Suisse devrait faire valoir activement, aussi au niveau international, ses objections à l’égard des interventions sur la lignée germinale humaine, par exemple.

Obstacles techniques et incertitudes

Malgré les progrès par rapport aux méthodes précédentes, il existe des incertitudes dans l’utilisation de l’édition génomique. Il se peut que, même si l’ADN est coupé au bon endroit, la réparation de la césure ne soit pas parfaite ; il se peut aussi que l’ADN soit coupé au mauvais endroit.

À ce stade, il est encore difficile d’évaluer les conséquences de ces effets dits sur cible ou hors-cible. Un autre facteur d’incertitude est le transport des ciseaux génétiques : il faut s’assurer qu’ils atteignent effectivement toutes les cellules ciblées et pas seulement une partie d’entre elles, note TA-SWISS.

Son comité directeur formule par conséquent trois recommandations générales : un débat social ouvert et constructif, une exploration systématique des effets hors et sur cible en fonction des domaines d’application, ainsi que des normes et directives adéquates à élaborer par les autorités de surveillance de la Confédération.

Radio Télévision Suisse - rts.ch

Image associée

Source : https://www.rts.ch/info/sciences-tech/10664851-nouvelles-recommandations-sur-l-edition-genomique-en-suisse.html

Retour au début du texte traduit

Traduction avec ajout de compléments d’informations et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant 25/09/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Génétique Gene-edited animals will intensify factory farming and the climate crisis, could harm human health French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -