Accueil > Pour en savoir plus > Abeilles & Apiculture > "L’extraction par une biochimiste de données provenant du miel rend hommage à (...)

"L’extraction par une biochimiste de données provenant du miel rend hommage à son père apiculteur : les tests pourraient être utilisés pour déterminer quelles abeilles pollinisent et quels agents pathogènes elles transportent" par Tina Hesman Saey

Traduction et compléments de Jacques Hallard

dimanche 22 décembre 2019, par Hesman Saey Tina


ISIAS Abeilles

L’extraction par une biochimiste de données provenant du miel rend hommage à son père apiculteur : les tests pourraient être utilisés pour déterminer quelles abeilles pollinisent et quels agents pathogènes elles transportent

L’article d’origine de Tina Hesman Saey(photo) a été publié le 13 décembre 2019 à 6h00 par Science News sous le titre « A biochemist’s extraction of data from honey honors her beekeeper father  » et il est accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/biochemists-extraction-data-honey-honors-her-beekeeper-father

honeybee

Le miel est plein de protéines, mais les sucres qui se trouvent dans la substance collante rendent ces protéines difficiles à étudier. Maintenant, une scientifique a trouvé un moyen d’extraire les protéines du miel, révélant des informations précieuses sur les abeilles qui évoluent dans notre monde. StudioSmart / Shutterstock

WASHINGTON - Le doux hommage d’une scientifique à son père pourrait un jour donner aux apiculteurs des indices sur la santé de leurs colonies et aider à avertir les autres lorsque des maladies des élevages ou des allergies au pollen qui sont sur le point de frapper.

Ce sont toutes des applications possibles que la chercheure en biochimie Rocío Cornero de l’Université George Mason à Fairfax, dans l’état de Virginie aux Etats-Unis, voit pour ses travaux sur l’examen des protéines contenues dans le miel. Rocio Cornero a décrit son travail inédit le 9 décembre 2019 lors de la réunion conjointe annuelle de l’American Society for Cell Biology et de l’European Molecular Biology Organization.

[Voir son rapport « P1618 - Honey Proteomics : Environmental Biomonitor Of The Ecosystem Health And Potential Diagnostic Biomarkers For Honeybee Disease » - [Honey Proteomics : Environmental Biomonitor Of The Ecosystem Health And Potential Diagnostic Biomarkers For Honeybee Disease [Board No. B755] - Monday, Dec 9 12:00 PM - Exhibit Hall AB ].->https://plan.core-apps.com/ascbembo...]

Les apiculteurs amateurs ne comprennent souvent pas ce qui stresse les abeilles dans leur ruche, que ce soit le manque d’eau, la famine ou l’infection par des agents pathogènes, explique Rocio Cornero, dont le père a été apiculteur avant sa mort au cours de cette année. « Ce que nous voyons dans le miel peut nous raconter une histoire sur la santé de cette colonie d’abeilles qui l’a produit », dit-elle.

Les abeilles sont comme des scientifiques miniatures qui volent et échantillonnent une grande variété de conditions environnementales, explique le biologiste cellulaire Lance Liotta, mentor de Rocio Cornero à George Mason. Au fur et à mesure que les abeilles digèrent le pollen, le sol et l’eau, des morceaux de protéines provenant d’autres organismes, notamment des champignons, des bactéries et des virus, se retrouvent également dans l’estomac des insectes. Le miel, à son tour, est essentiellement du vomi d’abeille, dit Liotta, et contient un enregistrement de pratiquement tout ce avec quoi l’abeille est entrée en contact, ainsi que des protéines des abeilles elles-mêmes.

« Les archives d’informations sur le miel sont incroyables », explique Liotta. Mais jusqu’à présent, les scientifiques ont eu du mal à étudier les protéines du miel. « C’est tellement gluant, collant et difficile à travailler », dit-il. Les sucres contenus dans le miel gomment et encrassent ’équipement de laboratoire habituellement utilisé pour isoler les protéines.

Rocio Cornero a donc développé une méthode pour extraire des peptides - des morceaux de protéines - du miel à l’aide de nanoparticules - un exploit qu’aucun autre chercheur n’a réussi auparavant, dit Liotta. Une fois extraits du miel, les peptides sont analysés par spectrométrie de masse pour déterminer l’ordre des acides aminés qui composent chaque fragment de protéine. Ces peptides sont ensuite comparés à une base de données de protéines pour déterminer quels organismes ont produit les protéines de miel.

Un groupe d’élèves du secondaire travaillant à George Mason pour l’été a collecté 13 échantillons de miel de Virginie, Maryland. Deux autres échantillons provenaient de la ville natale de Rocio Cornero, Mar del Plata, en Argentine. Le miel argentin provenait des derniers lots récoltés par son père sur ses abeilles avant son décès.

Rocío Cornero, étudiante en biochimie à l’Université George Mason, est représentée ici en train de transférer du miel dans de petits tubes à essai. Rocio Cornero a développé un moyen d’analyser les protéines du miel en hommage à son défunt père apiculteur, avec l’aimable autorisation de R. Cornero

Les protéines des abeilles, ou provenant des microbes et d’une grande variété de plantes, faisaient partie des composants du miel. Les peptides contenus dans le miel d’un échantillon provenaient de plusieurs bactéries, dont certaines qui vivent normalement dans le tube digestif des abeilles et quelques variétés qui sont pathogènes. Des protéines de virus et de parasites qui infectent les abeilles, y compris le virus de l’aile déformée et les acariens Varroa, qui ont été impliqués dans le trouble de l’effondrement des colonies, ont également été trouvées dans l’échantillon (SN : 1/17/18).

[Voir l’article « The mystery of vanishing honeybees is still not definitively solved  » - The sudden disappearances of the previous decade have been dwarfed by other pollinator problems - By Susan Milius - January 17, 2018 at 2:42 pm]. Photo.

Ces résultats pourraient signifier que les abeilles de cet endroit pourraient avoir du mal à survivre à l’hiver lorsque le système immunitaire des insectes est moins en mesure de lutter contre les infections.

En examinant le pollen et les protéines végétales du miel, Rocio Cornero a également déterminé que les abeilles avaient pollinisé une grande variété de plantes, notamment des tournesols, des lilas, des oliviers, du trèfle rouge, des pommes de terre et des tomates. En analysant les peptides de pollen, les scientifiques pourraient un jour savoir si les affirmations selon lesquelles certains miels sont fabriqués à partir de fleurs sauvages, de trèfle ou de fleurs d’oranger sont vraiment vraies.

De plus, le comptage des peptides polliniques dans les ruches locales pourrait, par exemple, donner aux personnes allergiques une meilleure idée du moment où le rhume des foins est susceptible de se déclencher dans leur région, dit Rocio Cornero. Les chercheurs ont également trouvé des protéines virales végétales dans le miel, une indication des types de maladies qui pourraient traquer les cultures locales.

Ensuite, Rocio Cornero espère développer un test rapide des protéines qui permettrait aux apiculteurs de plonger une jauge dans le miel et d’évaluer rapidement la santé de leurs ruches. « Ayant mon père comme apiculteur, je sais comment fonctionnent les apiculteurs, et ce serait une excellente façon d’honorer leur travail », dit-elle.

Citations

R.S. Cornero et al. Honey Proteomics : Environmental biomonitor of the ecosystem health and potential diagnostic biomarkers for honeybee disease. American Society for Cell Biology/European Molecular Biology Organization annual meeting. Washington, D.C., December 9, 2019.

Science Newshttps://www.sciencenews.org

Résultat de recherche d’images pour ’science news logo’’

Retour au début de l’article traduit

Traduction avec ajout de compléments d’informations et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant 20/12/2019

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier :

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -