ISIAS

"Une nouvelle variante du virus à l’origine de la pandémie de COVID-19 domine maintenant les infections à travers le monde"

Traduction & compléments par Jacques Hallard
dimanche 5 juillet 2020 par isias


ISIAS Coronavirus

Une nouvelle variante du virus à l’origine de la pandémie de COVID-19 domine maintenant les infections à travers le monde : le virus avec le changement ‘D614G’ dans la protéine ‘Spike’ surpasse les propriétés la souche originale, mais il pourrait ne pas rendre les patients plus gravement malades

Addenda : capture d’écran sur l’ampleur de l’infectiosité – Source : Cell - @CellCellPress– 02 juillet 2020 – Un variant du virus du coronavirus SARS-CoV-2, portant un changement ‘#D614G’ dans les aminoacides de la protéine ‘Spike’, est potentiellement associé avec une plus grande infectiosité (#infectivity)et une plus grande charge en particules virales (#viral) – Pour plus de détails sur les travaux de recherche rapportés (@CellPressNewshttps://twitter.com/CellCellPress#coronavirus),voir ici :cell.com/2019-nCOVhttps://twitter.com/CellCellPress#COVID19

L’article d’origine a été publié le 02 juillet 2020 par Science Daily sous le titre « Newer variant of COVID-19-causing virus dominates global infections  » et il est accessible sur ce site : https://www.sciencedaily.com/releases/2020/07/200702144054.htm

Résumé  : De nouvelles recherches montrent qu’un changement spécifique dans le génome du virus du coronavirus SARS-CoV-2, précédemment associé à une transmission virale accrue et à la propagation de la pandémie de COVID-19, est plus contagieux en culture cellulaire.

Illustration - Coronavirus (stock image). Credit : © dottedyeti / stock.adobe.com

Les résultats des recherches annoncés aujourd’hui dans la revue ‘Cell’ montrent qu’un changement spécifique du génome du virus du coronavirus SARS-CoV-2, précédemment associé à une transmission virale accrue et à la propagation de la pandémie de COVID-19, est plus contagieux en culture cellulaire. La variante en question, codifiée sous ‘D614G’, modifie légèrement mais efficacement la protéine « Spike » du virus, que ce dernier utilise pour pénétrer dans les cellules humaines.

Bette Korber, biologiste théoricien au ‘Los Alamos National Laboratory’ et auteur principal de l’étude, a noté : ’La variante ‘D614G’ a été portée à notre attention au début du mois d’avril, car nous avions observé un schéma étonnamment répétitif. Partout dans le monde, même lorsque la population locale les épidémies ont fait circuler de nombreux cas de la forme originale, peu de temps après l’introduction de la variante ‘D614G’ dans une région, elle est devenue la forme répandue’.

Les informations géographiques provenant d’échantillons de la base de données de séquences virales ‘GISAID COVID-19’ ont permis de suivre ce schéma hautement récurrent, un changement dans la population virale, partant de la forme originale vers la variante ‘D614G’. Cela s’est produit à tous les niveaux géographiques : pays, régions, autres organisations territoriales et villes.

Deux lignes indépendantes de preuves expérimentales, qui soutiennent ces premiers résultats, sont incluses dans l’article d’aujourd’hui. Ces expériences supplémentaires, dirigées par la professeure Erica Ollmann Saphire, Ph.D., à l’Institut La Jolla, et par le professeur David Montefiori, Ph.D., à l’Université Duke, ont montré que le changement ‘D614G’ augmente l’infectiosité du virus en laboratoire. Ces nouvelles expériences, ainsi que des données cliniques et de séquences plus étendues et des modèles statistiques améliorés, sont présentés dans l’article de la revue ‘Cell’. Plus de travail de recherche reste à faire in vivo pour déterminer toutes les implications de ce changement.

Le virus du SRAS-CoV-2 présente globalement un faible taux de mutation (bien inférieur aux virus qui causent la grippe et le VIH-SIDA). La variante ‘D614G’ apparaît comme faisant partie d’un ensemble de quatre mutations liées qui semblent s’être produites une fois, puis se sont déplacées ensemble dans le monde sous la forme d’un ensemble cohérent de variations.

’C’est remarquable pour moi’, a commenté Will Fischer de Los Alamos, un autre auteur de l’étude, ’à la fois que cette augmentation de l’infectiosité a été détectée par l’observation minutieuse des seules données de séquences, et que nos collègues expérimentaux ont pu le confirmer avec un virus vivant dans un délai aussi bref’.

Heureusement, ’les données cliniques dans cet article de Sheffield ont montré que même si les patients atteints du nouveau virus G portaient plus de copies du virus que les patients infectés par D, il n’y avait pas d’augmentation correspondante de la gravité de la maladie’, a déclaré Saphire, qui dirige le Coronavirus Immunotherapy Consortium (CoVIC), soutenu par la Fondation Gates.

Korber a noté : ’Ces résultats suggèrent que la nouvelle forme du virus peut être encore plus facilement transmise que la forme originale - que cette conclusion soit finalement confirmée ou non, elle met en évidence la valeur de ce qui était déjà de bonnes idées, à savoir : porter des masques et maintenir la distance sociale’.

Les partenaires de recherche du ‘’Los Alamos National Laboratory’, de la ‘Duke University’ et de l’Université de Sheffield ont initialement publié des travaux sur cette analyse sur le site bioRxiv dans une préimpression d’avril 2020. Ce travail comprenait également des observations de patients COVID-19 de Sheffield qui suggéraient une association de la variante ‘D614G’ avec des charges virales plus élevées dans les voies respiratoires supérieures.

’Il est possible de suivre l’évolution du SRAS-CoV-2 à l’échelle mondiale parce que les chercheurs du monde entier mettent rapidement à disposition leurs données de séquences virales via la base de données de séquences virales GISAID’, a déclaré Korber. Actuellement, des dizaines de milliers de séquences sont disponibles grâce à ce projet, ce qui a permis à Korber et à l’équipe de recherche d’identifier l’émergence de la variante ‘D614G’.

GISAID a été créé pour encourager la collaboration entre les chercheurs sur la grippe, mais au début de l’épidémie, le consortium a créé une base de données SARS-CoV-2, qui est rapidement devenue la norme de facto pour le partage des séquences d’épidémie entre les chercheurs du monde entier.

L’étude, ’Suivi des changements dans le SRAS-CoV-2 Spike : preuve que le ‘D614G’ augmente l’infectivité du virus COVID-19’ a été soutenue par le Medical Research Council (MRC) du UK Research & Innovation (UKRI, National Institute of Health Research) (NIHR) ; Genome Research Limited, opérant sous le nom de Wellcome Sanger Institute ; CoVIC, INV-006133 of the COVID-19 Therapeutics Accelerator, soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, Mastercard, Wellcome ; soutien philanthropique privé, ainsi que Overton famille ; un FastGrant, d’Emergent Ventures, à l’appui de la recherche COVID-19 ; et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases, National Institutes of Health, Department of Health and Human Services, under Interagency Agreement No AAI12007-001-00000, et le programme de recherche et développement dirigé par le laboratoire de Los Alamos.

Les autres auteurs de l’étude étaient : S.Gnanakaran, H.Yoon, J. Theiler, W. Abfalterer, N. Hengartner, E.E. Giorgi, T. Bhattacharya, B.Foley, K.M. Hastie, M.D. Parker, D.G. Partridge, C.M. Evans, T.M. Freeman, T.I. de Silva, C. McDanal, L.G. Perez, H. Tang, A. Moon-Walker, S.P.Whelan, C.C. LaBranche.

Source de la publication : Materials provided by DOE/Los Alamos National Laboratory. Note : Content may be edited for style and length.

Référence de la publication : B. Korber, W.M. Fischer, S. Gnanakaran, H. Yoon, J. Theiler, W. Abfalterer, N. Hengartner, E.E. Giorgi, T. Bhattacharya, B. Foley, K.M. Hastie, M.D. Parker, D.G. Partridge, C.M. Evans, T.M. Freeman, T.I. de Silva, C. McDanal, L.G. Perez, H. Tang, A. Moon-Walker, S.P. Whelan, C.C. LaBranche, E.O. Saphire, D.C. Montefiori, on behalf of theSheffield COVID-19 Genomics Group. Tracking changes in SARS-CoV-2 Spike : evidence that D614G increases infectivity of the COVID-19 virus. Cell, July 2, 2020 ; DOI : 10.1016/j.cell.2020.06.043

Pour citer ce texte : MLA APA Chicago - DOE/Los Alamos National Laboratory. ’Newer variant of COVID-19-causing virus dominates global infections : Virus with D614G change in Spike out-competes original strain, but may not make patients sicker.’ ScienceDaily. ScienceDaily, 2 July 2020. www.sciencedaily.com/releases/2020/07/200702144054.htm .

Autres articles de ce type :

Coronavirus SARS-CoV-2 Infects Cells of the Intestine

May 4, 2020 — Researchers have found that the coronavirus SARS-CoV-2, which causes COVID-19, can infect the cells of the intestine and multiply there. Using state-of-the-art cell culture models of the human ...

COVID-19 Vaccine Candidate Shows Promise, Research Shows

Apr. 2, 2020 — Scientists have announced a potential vaccine against SARS-CoV-2, the new coronavirus causing the COVID-19 pandemic. When tested in mice, the vaccine — delivered through a fingertip-sized patch — ...

Missing Link in Coronavirus Jump from Bats to Humans Could Be Pangolins, Not Snakes

Mar. 26, 2020 — As scientists scramble to learn more about the SARS-CoV-2 coronavirus, two recent studies of the virus’ genome reached controversial conclusions : namely, that snakes are intermediate hosts of ...

Coronavirus SARS-CoV2 : BESSY II Data Accelerate Drug Development

Mar. 20, 2020 — A coronavirus is threatening human health. SARS-CoV-2 is highly infectious and can cause severe pneumonia (COVID-19). A team has now found a promising approach to understanding the virus. Using the ...

Autres informations sur Internet : vous trouverez ci-dessous des articles pertinents qui pourraient vous intéresser. ScienceDaily partage des liens avec des publications savantes du réseau TrendMD et génère des revenus d’annonceurs tiers, le cas échéant.

Email Newsletters RSS Feeds

ScienceDaily : Your source for the latest research news -About This Site | Staff | Reviews | Contribute | Advertise | Privacy Policy | Editorial Policy | Terms of Use - Copyright 2020 ScienceDaily or by other parties, where indicated. All rights controlled by their respective owners. Content on this website is for information only. It is not intended to provide medical or other professional advice. Views expressed here do not necessarily reflect those of ScienceDaily, its staff, its contributors, or its partners. Financial support for ScienceDaily comes from advertisements and referral programs, where indicated. — CCPA : Do Not Sell My Information — — GDPR : Privacy Settings —

Science-Daily-Logo (1) - ’Best in Dallas’ - D-Magazine

Retour au début de l’article traduit

Autres accès à des informations en français sur ce sujet :

Le Covid-19 a muté et la nouvelle version serait plus infectieuse que celle d’origine, selon une étude – Source : https://www.sudouest.fr/2020/07/03/le-covid-19-a-mute-et-la-nouvelle-version-serait-plus-infectieuse-que-celle-d-origine-selon-une-etude-7624495-10997.php

Covid-19 : la version mutée du virus, dite ’européenne’, est plus infectieuse mais apparemment pas plus dangereuse. Par Camille Gaubert le 03.07.2020 à 18h05 – « Depuis son arrivée en Europe, le virus du Covid-19 a muté, et cette version domine désormais le monde. Plus efficace pour infecter des cellules, cette nouvelle version du virus pourrait se transmettre plus facilement, mais ne semble cependant pas plus dangereuse…. » - Source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-la-version-mutee-du-virus-dite-europeenne-est-plus-infectieuse-mais-apparemment-pas-plus-dangereuse_145726

La carte de France des 91 clusters du Covid-19 - coronavirus - Caroline Robin Publié le 03/07/2020 à 16h50 Mis à jour le 03/07/2020 à 18h11 – « 304 foyers épidémiques depuis début mai - Chaque point épidémiologique de Santé Publique France est aussi l’occasion de comprendre l’intérêt des quatre indicateurs - facteur de reproduction, taux de positivité, d’incidence et d’occupation des lits de réanimation - scrutés par les autorités sanitaires pour lutter contre la propagation du virus… - Source :

Covid-19, la leçon de l’Allemagne - Santé - Frédéric Bizard Publié le 08/06/2020 à 15h37 – « S’il faut rester encore prudents sur l’impact sanitaire de l’épidémie, la stratégie de l’Allemagne, différente de la nôtre, frappe par son relatif succès. Une tribune de Frédéric Bizard, professeur d’économie, affilié ESCP et président de l’Institut santé… « - Source : https://www.capital.fr/economie-politique/covid-19-la-lecon-de-lallemagne-1372016

Epidémie : les 27 départements où le taux de positivité est plus élevé qu’il y a 2 semaines - coronavirus - Caroline Robin Publié le 22/06/2020 à 17h01 Mis à jour le 23/06/2020 à 14h20 – Source : https://www.capital.fr/economie-politique/epidemie-les-27-departements-ou-le-taux-de-positivite-est-plus-eleve-quil-y-a-2-semaines-1373345

Coronavirus : sa variante ‘D614G’, ’plus infectieuse’, inquiète les scientifiques - 03/07/2020 09:23 CEST - Extraits du document ‘huffingtonpost.fr’ SCIENCE

Le SARS-CoV-2 tel qu’il circule actuellement infecte plus facilement les cellules que lorsqu’il est apparu en Chine, selon une étude publiée dans la revue ‘Cell’.

Passage de la séquence ‘D614’ à ‘G614’ en Europe enre Janvier et Mai 2020

CORONAVIRUS - La variante du coronavirus SARS-CoV-2 qui domine aujourd’hui dans le monde infecte plus facilement les cellules que celle qui est apparue à l’origine en Chine, ce qui la rend probablement plus contagieuse entre humains bien que cela reste à confirmer, selon une étude publiée jeudi 2 juillet dans la revueCell.

“Nous ne savons pas encore si une personne s’en sort moins bien avec elle ou non”, a commenté Anthony Fauci, directeur de l’Institut des maladies infectieuses américain, à la revue Jama. “Il semble que le virus se réplique mieux et puisse être plus transmissible, mais nous en sommes toujours au stade d’essayer de le confirmer. Mais il y a de très bons généticiens des virus qui travaillent là-dessus.”

Après sa sortie de Chine et son arrivée en Europe, une variante du nouveau coronavirus, qui mute en permanence comme tout virus, est devenue dominante, et c’est cette version européenne qui s’est ensuite installée aux États-Unis. La variante, nommée D614G, concerne une seule lettre de l’ADN du virus, à un endroit contrôlant la pointe avec laquelle il pénètre les cellules humaines.

De premiers travaux en avril 2020

Les mutations génétiques du coronavirus sont traquées dans le monde entier par les chercheurs, qui séquencent le génome des virus qu’ils trouvent et les partagent sur une base de données internationale, GISAID, un trésor de plus de 30.000 séquences à ce jour. Les chercheurs de la nouvelle étude, des universités de Sheffield et Duke et du laboratoire national de Los Alamos, ont établi en avril que D614G dominait désormais et ont alors affirmé, avec une certaine alarme, que la mutation rendait le virus “plus transmissible”. Ils avaient mis leurs résultats en ligne sur un site de prépublications scientifiques. Mais cette assertion avait été critiquée car l’équipe n’avait pas prouvé que la mutation elle-même était la cause de la domination ; peut-être qu’elle a bénéficié d’autres facteurs ou du hasard. Les scientifiques ont donc réalisé des travaux et des expériences supplémentaires, à la demande notamment des éditeurs de Cell.

Plus “infectieux”, mais pas forcément plus “transmissible”

Ils ont d’abord analysé les données de 999 patients britanniques hospitalisés à cause du Covid-19 et observé que ceux ayant la variante avaient certes plus de particules virales en eux, mais sans que cela ne change la gravité de leur maladie ―une nouvelle encourageante. D’autre part, des expériences en laboratoire ont montré que la variante était en revanche trois à six fois plus capable d’infecter des cellules humaines. “Il semble probable que c’est un virus plus apte”, dit Erica Ollmann Saphire, qui a réalisé l’une de ces expériences, au La Jolla Institute for Immunology. Mais tout est dans le “probable” : une expérience in vitro ne peut pas reproduire la dynamique réelle d’une pandémie. La conclusion la plus stricte est donc que si le coronavirus qui circule actuellement est sans doute plus “infectieux”, il n’est pas forcément plus “transmissible” entre humains. Dans tous les cas, écrivent Nathan Grubaugh, de l’université Yale, et des collègues, dans un article distinct, “cette variante est désormais la pandémie”. ‘D614G’ ne devrait rien changer à nos mesures de restrictions, ni aggraver les infections individuelles”, poursuit Nathan Grubaugh. “Nous assistons au travail scientifique en temps réel : c’est une découverte intéressante qui touche potentiellement des millions de gens, mais dont nous ignorons encore l’impact final. Nous avons découvert ce virus il y a six mois, et nous apprendrons encore beaucoup de choses dans les six prochains mois.”

Lire aussi :

L’Angleterre va assouplir sa quarantaine (et les Français sont concernés)

L’infectiologue Karine Lacombe renonce à se rendre en Guyane pour son essai controversé sur le coronavirus

À voir également sur Le HuffPost : Les hôpitaux submergés par le coronavirus font craquer ce journaliste américain

© 2020 Le HuffPost SAS. Tous droits réservés. Fait partie de HuffPost News – Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-variante-d614g-plus-infectieuse_fr_5efed21cc5b612083c59cca4?utm_hp_ref=fr-coronavirus&amp ;?ncid=newsltfrhpmgnews#EREC-101

Retour au début de l’article traduit

Traduction, ajout de compléments d’actualités et intégration de liens hypertextes : Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant 04/07/2020

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Coronavirus Newer variant of COVID-19-causing virus dominates global infections French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 15 / 430412

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Coronavirus   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License